1. Les marchés
  2. Live blog
live

La saison des résultats occulte la menace du virus chinois

Les marchés européens terminent en hausse. Bayer, Exmar, Econocom et Hamon en forme. Séance difficile pour Ericsson, IBA et Rémy Cointreau. Kinepolis, Econocom et Telenet dans les recos du jour. Wall Street s'inquiète de la propagation du coronavirus chinois.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve lundi prochain pour une nouvelle séance.

    La semaine démarrera avec la publication du baromètre Ifo et une assemblée générale chez IBA.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: +0,62%

    AEX: +1,42%

    CAC 40: +0,88%

    Stoxx 600: +0,85%

    Euro Stoxx 50: +1,06%

  • Un troisième cas de coronavirus aux USA inquiète

    Un troisième cas de coronavirus aux Etats-Unis pourrait être déclaré selon Zero Hedge. Les valeurs pharmaceutiques reculent fortement à Wall Street, tout comme les compagnies aériennes. Au sein du Dow Jones, Pfizer et Merck accusent les plus forts reculs avec Dow

  • Wall Street bascule dans le rouge

    Les marchés américains inversent la tendance depuis l'annonce de la découverte d'un second patient américain infecté par le coronavirus provenant de Chine. Seul le Nasdaq reste en hausse, grâce aux semi-conducteurs. La tendance reste à la hausse en Europe pour l'instant.

  • X-Fab en forte hausse

    X-Fab est aussi en forte hausse à la bourse de Paris sans raison apparente, à part la hausse généralisée des valeurs semi-conducteurs grâce à Intel. Melexis , société soeur de la firme et son principal client, est également en progression.

  • Roularta en forte hausse

    Le titre Roularta progresse subitement de près de 10%, sans raison apparente.

  • Intel et American Express au coude-à-coude

    Intel vient concurrencer American Express en tête des hausses du S&P 500 et du Dow Jones. Le géant des micro-processeurs a surpassé les attentes en 2019 et se montre optimiste pour 2020, porté par l'appétit insatiable pour le stockage de données. Son bénéfice par action ajusté est ressorti à 1,52 dollar, quand les analystes l'attendaient à 1,25.

    Le titre emmène avec lui les actions des autres semi-conducteurs. Broadcom , Nvidia et AMD sont en hausse. 

  • American Express en tête du S&P500

    American Express est en tête du S&P500 et du Dow Jones après avoir annoncé de solides résultats trimestriels dus à une hausse des dépenses des détenteurs de ses cartes bancaires. L'émetteur de cartes bancaires a notamment enregistré une hausse de 6% des dépenses des détenteurs de cartes AmEx aux Etats-Unis et une progression de 4% dans les autres régions. Les commissions prélevées par le groupe ont de leur côté augmenté de 17%, la société ayant enregistré 11 millions de nouveaux clients.

  • Wall Street ouvre en hausse

    Dow Jones: +0,35%

    S&P500: +0,21%

    Nasdaq: +0,31%

  • Deutsche Bank en forme depuis le début de l'année

    Le titre Deutsche Bank gagne près de 14% depuis le début de l'année, loin devant les autres banques du Stoxx 600. Le titre a touché un niveau le plus haut depuis la fin des discussions de fusion avec Commerzbank . Il s'illustre aussi à la hausse alors que le compartiment bancaire du Stoxx 600 accuse une baisse de 1,63% depuis le début de l'année.

  • Les bourses européennes restent sur leur lancée

    Les bourses européennes restent bien orientées, soulagées par les actions prises par la Chine pour contenir la propagation du coronavirus, par le message rassurant de l'OMS ainsi que par un indicateur encourageant pour l'Allemagne.

    Les gains varient entre 1,10% à Paris et 1,6% à Francfort. L'indice DJ Stoxx 600 engrange 1,18% et l'Euro Stoxx 50 1,33%.

    À Wall Street, la Bourse de New York devrait ouvrir en hausse. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average avance de 0,24%, celui sur l'indice S&P 500 de 0,19% et celui sur le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,27%.

  • "Penser que la BCE est en pilote automatique, c'est ridicule"

    La présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde a averti les investisseurs qu'ils ne devaient pas supposer que la politique monétaire actuelle est bloquée dans un avenir prévisible, simplement parce que les responsables se concentrent sur la révision de leur stratégie.

    "Pour ceux qui pensent que la BCE est en pilote automatique, c'est ridicule", a-t-elle déclaré dans une interview à Bloomberg Television à l'occasion du Forum économique mondial de Davos, en Suisse. "Regardons les faits. Voyons comment l'économie évolue."

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Voici un aperçu des principales valeurs à suivre ce vendredi à Wall Street, où les contrats à terme sur les principaux indices suggèrent une ouverture en hausse d'environ 0,3%.

    Boeing, Broadcom, Intel...

    * Intel - Le groupe de semi-conducteurs a déclaré, jeudi, s'attendre à réaliser, en 2020, un chiffre d'affaires supérieur aux attentes des analystes après des résultats meilleurs que prévu au quatrième trimestre 2019.

    * Broadcom gagne 2,6% dans les échanges en avant-bourse après l'annonce d'un accord avec APPLE pour la fourniture de composants.

    * Boeing doit procéder dans la journée au premier vol d'essai de son nouveau modèle, le 777X, prévu initialement jeudi mais retardé par le mauvais temps.

    * Chevron a déclaré ce vendredi envisager de vendre sa participation dans le projet gazier Indonesian Deepwater Development (IDD) en Indonésie.

    * American Express doit publier ses résultats trimestriels avant l'ouverture des marchés américains.

    * Walt Disney - L'action du groupe de médias et de divertissement perd 0,8% dans les échanges en avant-bourse après la fermeture de son parc d'attractions de Shanghai pour prévenir la propagation de l'épidémie de coronavirus.

  • Intel: +6% en avant bourse

    Le groupe de semi-conducteurs a déclaré jeudi après la clôture de Wall Street s'attendre à réaliser en 2020 un chiffre d'affaires supérieur aux attentes des analystes après des résultats meilleurs que prévu au quatrième trimestre 2019. Plusieurs analystes ont relevé leur objectif de cours. Le titre Intel gagne 6% dans les échanges d'avant bourse.

  • Ipsen: -24%

    Douche froide pour Ipsen: le groupe biopharmaceutique a annoncé la suspension de ses essais cliniques liés au palovarotène, une molécule destinée à traiter des maladies osseuses rares sur laquelle il tablait pour poursuivre sa croissance, une annonce qui faisait plonger vendredi son action de plus de 20% à la Bourse de Paris.

    Ipsen va "suspendre la prise du traitement par les patients dans les études cliniques liées au palovarotène", indique un communiqué du groupe français précisant être "actuellement en train d'estimer l'impact financier" de cette décision.

    Le titre Ipsen chute de 24,34% à 63,25 euros, dans un marché parisien en hausse de 1,11%. Le cours retrouve ainsi ses niveaux les plus bas depuis fin 2016, bien loin du sommet à plus de 150 euros atteint courant 2018.

  • Le point sur la tendance boursière - update

    1. Les marchés d'actions européens pointent en nette progression en milieu de journée.
    2. Amsterdam et Londres gagnent 1,5%, Francfort, Bruxelles et Paris avancent de l'ordre de 1,2%.
    2. Les annonces de l'OMS concernant le coronavirus sont jugées rassurantes.
    3. Des signes encourageants pour l'activité en Zone euro, selon les indices PMI IHS Markit.
    4. L'euro (à 1,1034 dollar) peine à profiter des indices PMI.
    5. La perspective d'un accord sur les litiges liés au Roundup dope Bayer (+3%).
    6. Séance difficile pour Ericsson (-7%) et Rémy Cointreau (-9%).
    7. A Bruxelles, IBA est lanterne rouge de la cote avec un repli de 4%.
    8. Econocom, Hamon et Exmar affichent des progressions allant jusqu'à 12%.
    9. Wall Street est attendue en hausse:+0,2 pour le Dow Jones et le S&P et +0,3% pour le Nasdaq.

  • L'euro poursuit sa baisse face au dollar au lendemain de la BCE

    L'euro poursuit sa baisse face au dollar ce vendredi, le ton légèrement plus optimiste adopté la veille par la Banque centrale européenne (BCE) n'ayant pas suffi à rassurer le marché sur les perspectives futures.

    La devise européenne perd 0,19% à 1,1034 dollar, quelques minutes après être tombé à 1,1032 dollar, un niveau plus vu depuis début décembre.

    Si l'euro a légèrement progressé après cette note d'optimisme distillée par la présidente de l'institution Christine Lagarde, "l'euphorie n'a pas duré compte tenu des risques persistants auxquels l'économie de la zone euro est toujours confrontée", a souligné Thu Lan Nguyen, analyste chez Commerzbank.

    Pour Neil Wilson, de Markets.com, "ce n'est pas que la BCE a paru particulièrement prudente, mais plutôt qu'elle a donné l'impression de ne pas avoir d'idée sur ce qu'elle va faire, une baisse des taux et un renforcement du programme de rachat d'actifs restant la solution par défaut".

  • Bayer porté par les espoirs d'un accord amiable

    Le titre de Bayer bondit de 3%, après des informations de presse évoquant un possible règlement à l'amiable pour 10 milliards de dollars de la cascade de procédures américaines liées au glyphosate.

    Selon des sources "en contact direct avec les négociations", citées par l'agence Bloomberg, Bayer négocierait un accord à l'amiable afin de solder les dizaines de milliers de requêtes visant l'herbicide Round Up de sa filiale Monsanto aux États-Unis.

    Le géant de la chimie pourrait verser près de "10 milliards de dollars", dont "8 milliards pour les cas actuels" et "2 milliards pour les affaires à venir", précise Bloomberg.

  • Des signes encourageants pour l'activité en zone euro

    La croissance de l'activité du secteur privé de la zone euro est restée ralentie en janvier, montrent les premiers résultats des enquêtes mensuelles d'IHS Markit auprès des directeurs d'achats, mais certains signes suggèrent que le pire pourrait être passé, notamment dans l'industrie.

    L'indice PMI "flash" composite, considéré comme un bon baromètre de l'activité économique globale, est stable par rapport à décembre à 50,9 alors que les économistes interrogés par Reuters l'attendaient en hausse à 51,2.

    L'enquête montre toutefois une montée de l'optimisme pour l'année à venir : l'indice composite de la production future a atteint 61,2 après 59,4, au plus haut depuis septembre 2018.

     

    Pour l'Allemagne, l'activité du secteur privé s'est améliorée en janvier, la croissance s'accélérant dans les services tandis que la contraction s'atténuait dans l'industrie manufacturière. L'indice PMI "flash" composite a progressé à 51,1 après 50,2 en décembre, atteignant son plus haut niveau en cinq mois. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre de 50,5.

  • Les tops et les flops en Europe

    > Carrefour - Le distributeur  gagne 5,23%, la plus forte hausse du CAC 40, au lendemain de l'annonce d'une accélération de la croissance de ses ventes au quatrième trimestre et d'une prévision de croissance du résultat opérationnel courant annuel.

    > Bayer - L'action de la société pharmaceutique et agrochimique gagne 3,79% et tire le Dax après un article de presse évoquant un possible règlement amiable à dix milliards d'euros de plaintes visant le Roundup.

    > Rémy Cointreau - À la baisse, le groupe de spiritueux cède 8,84%, le marché sanctionnant une baisse de 4,1% du chiffre d'affaires sur neuf mois et la suspension de ses objectifs pour l'exercice en cours et à moyen terme.

    > Ericsson - Le groupe suédois d'équipements de réseaux de télécommunications décroche de 6%, après avoir annoncé une forte hausse de son bénéfice d'exploitation ajusté au quatrième trimestre 2019 tout en expliquant que la période avait été affectée par le ralentissement de ses activités aux États-Unis.

    > Ipsen - La société biotech dégringole de 20,63% après l'arrêt d'essais cliniques d'un traitement expérimental d'une maladie osseuse rare.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens évoluent en forte hausse ce vendredi, au lendemain de la réunion de politique monétaire de la BCE et après des indices PMI "flash" encourageants.

    Légèrement plus optimiste depuis l'accord commercial sino-américain, l'institution a lancé le premier réexamen de sa stratégie depuis 17 ans, pour ajuster ses objectifs et intégrer la protection du climat à ses instruments.

    Par ailleurs, les premiers résultats des enquêtes PMI suggèrent une amélioration de l'activité en Allemagne.

    "La bonne saison des résultats aux États-Unis contrebalance pour le moment les craintes sur le virus chinois" sur les marchés, ajoute Milan Cutkovic, analyste chez AxiTraders.

    Les investisseurs devraient toutefois rester attentifs à l'évolution de l'épidémie de pneumonie d'origine virale née en Chine, dont le plus récent bilan fait état de 26 morts et 830 malades confirmés.

    Amsterdam gagne 1,5%, Paris 1,38%, Francfort 1,31% et Bruxelles 1,3%. L'Euro Stoxx 50 avance de 1,39% et l'indice DJ Stoxx 600 de 1,18%.

  • "Le secteur automobile allemand n'a jamais été aussi bon marché"

    Les actions des constructeurs automobiles allemands n'ont jamais été aussi bon marché en dix ans, par rapport à l'indice Dax. L'explication immédiate: le scandale du dieselgate et les énormes défis et investissements liés à la voiture électrique et la voiture autonome.

  • #rallyeboursier | La question du jour

    Quel gestionnaire de fonds britannique a dû geler son fonds en 2019 à cause de mauvais résultats et a finalement décidé de fermer son entreprise ? 1/ Terry Smith 2/ Neil Woodford 3/ Nick Train"

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +1%
    Paris: +0,87%
    Bruxelles: +0,63%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,94%
    Stoxx 600: +0,72%

    Bayer: +2,2%
    Ericsson: -8,5%
    Rémy Cointreau: -8,84%
    Carrefour: +4,1%
    QfG: -2,3%
    Hamon: +7,6%
    Exmar: +8%

  • Le KBC Securities du jour

    KBC Securities passe à "acheter" (contre "accumuler") sur Econocom et à "conserver" (contre "réduire") sur Telenet . L'objectif de cours est de respectivement 3,60 euros et 40 euros.

  • Kepler Cheuvreux vise 66 euros pour Kinepolis

    Les récents deals de Kinepolis offrent aux investisseurs une forte visibilité sur les bénéfices grâce aux synergies, indiquent les analystes de Kepler Cheuvreux.

    Le groupe dispose du capital humain et financier lui permettant de conclure de nouvelles transactions pouvant atteindre 450 millions d'euros, augmentant potentiellement son EBITDA de plus de 50%. La génération de trésorerie est tout à fait certaine, mais trouver la bonne transaction ne l'est pas, et Kinepolis pourrait donc envisager d'augmenter son dividende.

    Kepler évoque "un énorme dividende de 27%" sur la période 2021-2024.

    Le modèle de valorisation mis à jour débouche sur un nouvel objectif de cours de 66 euros contre 64 euros. La recommandation d'achat est maintenue.

  • L'action Rémy Cointreau à tenir à l'œil

    Le groupe de spiritueux Rémy Cointreau annonce la suspension de ses objectifs annuels à l'occasion de son changement de direction, après une chute de 9,8% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre de son exercice décalé 2019-2020.

    Le groupe a accueilli un nouveau directeur général le 1er décembre, Eric Vallat remplaçant Valérie Chapoulaud-Floquet.

    "À l'occasion de son changement de direction, le groupe Rémy Cointreau a décidé de suspendre les objectifs annuels et moyen terme indiqués précédemment", a-t-il souligné dans un communiqué. 

  • "Le coronavirus potentiellement plus grave pour les actions européennes que le Sras"

    Le coronavirus identifié à Wuhan, dans le centre de la Chine, a fait 25 morts et infecté 830 personnes dans tout le pays selon le dernier décompte publié par Pékin, mais aucun décès n'est survenu dans les autres pays (sept pour l'instant), où des cas ont été signalés.

    Ces chiffres et les caractéristiques connues de l'épidémie continuent d'inciter les investisseurs à comparer cette épidémie avec celle du Sras qui avait culminé en 2003, même si le nombre de victimes et la propagation du virus sont pour l'instant moins préoccupants.

    Toutefois, "par rapport à 2002-2004, les entreprises européennes sont plus exposées à la Chine et à l'Asie en générale", explique Credit Suisse dans une note sur le sujet, ajoutant qu'"une répétition de l'épidémie de Sras, ou même un scénario moins grave, pourrait avoir plus de conséquences pour les actions européennes que ce ne fut le cas à l'époque".

  • Briefing d'avant bourse

    Les principales bourses européennes sont attendues en hausse et pourraient donc effacer la majeure partie des pertes subies jeudi face aux craintes d'une propagation rapide de l'épidémie de coronavirus qui touche la Chine.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait gagner autour de 0,75%, le Dax à Francfort 0,8% et le FTSE à Londres près de 0,6%. Tous affichent pour l'instant une perte de plus de 1% depuis le début de la semaine.

    La matinée sera rythmée par la publication des premiers résultats des enquêtes mensuelles d'IHS Markit auprès des directeurs d'achats, des PMI "flash" attendus pour l'essentiel en légère hausse par rapport à décembre, et les publications de résultats d'Ericsson et de Rémy Cointreau, entre autres.

  • Changement de CEO chez Hamon

    À partir du 1er mars 2020, Fabrice Orban succédera à Bernard Goblet en tant que CEO du groupe Hamon . Pour des raisons personnelles, Bernard Goblet a en effet décidé de mettre un terme à sa collaboration avec Hamon à la fin du mois de février.

    Fabrice Orban est actuellement Executive Vice President du secteur Industry, CEO de la division Metals et membre du Comité Exécutif étendu de John Cockerill (ex-CMI).

  • Résultats conformes aux prévisions pour Econocom

    L'an dernier, Econocom a réalisé un résultat opérationnel courant de 126 millions d'euros sur un chiffre d'affaires légèrement inférieur. Cela correspond aux prévisions de l'entreprise. Le chiffre d'affaires a été ralenti par des problèmes (cas de fraude) dans la succursale italienne.

    Econocom annoncera ses chiffres annuels complets le 11 mars après bourse.

  • Exmar recupère une grosse partie de sa garantie chinoise

    L'armateur Exmar a annoncé jeudi, après bourse, que l'assureur-crédit chinois Sinosure avait approuvé la libération d'environ 40 millions de dollars de la garantie déposée pour le financement de l'usine flottante de GNL Tango FLNG.

  • Fountain accepte la proposition de Raja-Invest BV

    Le conseil d’administration de Fountain a examiné l’offre d’investissement dans le capital de Fountain qui lui a été soumise par la société belge Raja-Invest BV. Et il a décidé de l’accepter et de proposer à l’assemblée générale des actionnaires de Fountain de procéder à une augmentation de capital à concurrence d’environ 500.000 euros avec suppression des droits de préférence en faveur de Raja-Invest BV, à un prix d’émission des actions nouvelles ne dépassant pas 1,20 euros par action. Raja-Invest BV souscrira dans le cadre de cette opération environ 10% du capital de Fountain.

    Certains actionnaires de référence examinent actuellement l’opportunité de participer à cette augmentation de capital aux mêmes conditions de prix, précise Fountain.

  • QfG fait l'impasse sur le dividende

    Première société cotée sur Euronext Bruxelles, Quest for Growth a publié jeudi soir ses résultats annuels. La Privak a réalisé un bénéfice net de 16,7 millions d'euros ou 1 euro par action. C'est une amélioration substantielle par rapport à 2018, lorsque QfG a subi une perte de près de 27 millions d'euros, mais cela aurait pu être encore mieux.

    Entre autres choses, QfG a souffert des difficultés de la société de diagnostic Biocartis .

    Parce que la perte transférée de 2018 n'a pas été entièrement éliminée, QfG ne versera pas de dividende pour 2019.

  • Cofinimmo renforce son équipe aux Pays-Bas

    Afin de poursuivre sa croissance sur le marché néerlandais, Cofinimmo y renforce son équipe. À partir du 1er mars, Kees Zachariasse assumera la fonction de Managing Director Pays-Bas chez Superstone (filiale à 100% de Cofinimmo). À ce titre, il gèrera le portefeuille d’immobilier de santé néerlandais, avec une équipe de quatre collaborateurs.

    Kees Zachariasse travaille depuis 2002 chez Deloitte Financial Advisory Services en qualité de real estate partner.

  • Galapagos nomme Michel Manto en tant que directeur commercial

    Galapagos a nommé Michele Manto au poste de "directeur commercial", avec effet rétroactif au 1er janvier. Manto était déjà "vice-président principal des opérations commerciale" et, dans son nouveau rôle, fera partie du comité exécutif.

    Sa nomination intervient à un moment charnière de l’histoire de Galapagos, alors que la société se prépare pour le lancement, plus tard cette année, du filgotinib, son inhibiteur JAK1 actuellement en cours d’enregistrement pour la polyarthrite rhumatoïde. Le filgotinib est le premier médicament de Galapagos qui devrait arriver sur le marché.

    Auparavant, Michele a occupé divers postes de direction commerciale chez AbbVie .

  • Apaisement des craintes autour du coronavirus

    Good morning! Bienvenue et merci de suivre notre "Market live" de ce vendredi 24 janvier pour ne rien rater de l'actualité boursière.

    Les marchés asiatiques sont plutôt calmes pour l'instant. La panique autour du coronavirus semble s'apaiser grâce aux déclarations de l'OMS qui a jugé jeudi qu'il était "trop tôt" pour déclencher l'alerte internationale face au virus apparu en Chine et qui s'est répandu dans plusieurs pays.

    La Chine a confiné jeudi une vingtaine de millions d'habitants dans la région de Wuhan, le berceau de l'épidémie qui a commencé à se répandre dans le monde, mais l'OMS n'a pas déclaré l'alerte internationale.

    La Bourse de Tokyo a progressé de 0,13% tandis que la Bourse de Hong Kong, qui n'est ouverte que pour une demi-séance, progresse de 0,15%.

    Les marchés chinois sont fermés pour une semaine en raison des fêtes du Nouvel An.

    En Europe, les cotes devraient repartir de l'avant à l'ouverture d'une séance qui devrait être rythmée par la publication d'indices PMI ou les résultats d'Ericsson et de Rémy Cointreau.

    ©EPA

Plus sur Les Marchés

Echo Connect