1. Les marchés
  2. Live blog

Pire séance du Bel 20 en trois mois

Les marchés européens terminent en forte baisse. L'épidémie de coronavirus pèse sur le moral des investisseurs. Le Bel 20 dégringole sous les 4.000 points. Wall Street ouvre en baisse. HSBC dégrade GBL. Départ du CFO de Biocartis.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve mardi pour une nouvelle séance.

    A suivre: Début de la réunion du Comité de politique monétaire de la Fed. Salve de résultats: SAP, LVMH, Philips...

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -2,48%

    CAC 40: -2,68%

    AEX: -2,53%

    Stoxx 600: -2,29%

  • AbbVie sur un traitement

    AbbVie progresse en bourse. Le laboratoire a annoncé qu’un traitement du VIH qu’il produit était testé en Chine sur des patients présentant des symptômes du coronavirus.

  • DR Horton en hausse à Wall Street

    DR Horton progresse au sein du S&P 500. Le promoteur immobilier a relevé  le haut de sa fourchette de prévision de ventes annuelles et publié un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes. 

  • Wall Street ouvre en forte baisse

    Dow Jones: -1,67%

    S&P500: -1,74%

  • Des sociétés qui profitent du coronavirus

    Quelques sociétés américaines ont vu leur cours bondir grâce au coronavirus. NanoViricides , qui lutte contre le virus de la grippe aviaire, grippe porcine et MERS et développe un traitement contre la dengue et l'ebola, a pris 151 % en cinq jours. Co-Diagnostics , qui développe des tests pour la nouvelle souche de coronavirus, a pris 72% sur la même période. Alpha Pro Tech , qui fabrique des masques et des vêtements de protection, a avancé de 71 % sur la même période.

  • Le point sur les marchés - update

    Les investisseurs européens continuent à céder à l'anxiété, face aux craintes concernant la propagation du virus mortel en provenance de Chine et à un indicateur allemand décevant.

    Après une ouverture en nette baisse, les indices actions européens ont creusé leurs pertes pour afficher des reculs compris entre 2% à Bruxelles et 2,46% à Londres.

    Wall Street se préparait de son côté à ouvrir dans le rouge. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average et le S&P 500 cèdent 1,5%. Le Nasdaq devrait ouvrir en recul de 1,75%.

    Les marchés de Chine continentale, de Hong Kong, de Corée du sud et d'Australie étaient fermés. À la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei a dévissé de plus de 2%.

    Toutes les sociétés dépendantes du marché chinois sont touchées, et particulièrement les secteurs du luxe, de l'aérien et du tourisme.

    Pour enfoncer le clou, le moral des entrepreneurs allemands a légèrement baissé en janvier, malgré un net regain de confiance dans l'industrie, selon le baromètre IFO publié lundi. Les analystes tablaient au contraire sur une hausse de 0,7 points à 97 points.

  • L'Allemagne relève sa prévision de croissance 2020 à 1,1%

    Le gouvernement allemand a relevé sa prévision de croissance économique pour cette année à 1,1% contre 1,0% auparavant, a appris Reuters.

    La nouvelle estimation doit encore être approuvée par les membres du gouvernement chargés de la préparation du conseil des ministres prévu mercredi, précise l'agence.

    La première économie d'Europe a échappé de peu à la récession l'an dernier et affiche en première estimation une croissance de 0,6% seulement sur l'ensemble de 2019, en raison principalement de l'impact des tensions commerciales internationales.

  • Les valeurs exposées à la Chine vont souffrir à Wall Street

    À Wall Street, les valeurs exposées à la Chine pourraient souffrir des craintes concernant la propagation du coronavirus.

    > Les compagnies aériennes United Airlines, Southwest Airlines, Delta Airlines ou encore American Airlines perdent de 2,5% et 3,5% en avant-bourse.

    > Les sociétés exploitant des casinos (Wynn Resorts, Melco Resorts ou encore MGM Resorts International) perdent de 4% à 7,3% dans les transactions avant l'ouverture.

    > Alibaba, JD.com et Baidu, trois entreprises chinoises cotées à Wall Street, perdent chacune autour de 6% en avant-bourse.

    > Disney cède 2,7% en avant-bourse après avoir annoncé vendredi la fermeture temporaire du parc Disneyland de Shanghai en raison de craintes de la propagation du coronavirus.

  • Euronav: -4,17%

    Euronav poursuit sa correction, dans le sillage du passage du pétrole Brent sous la barre des 60 dollars le baril. La compagnie maritime qui a vu son action fortement progresser jusqu'il y a peu publie ses résultats trimestriels jeudi.

  • Le point sur la tendance boursière

    1. Les craintes liées au coronavirus pèsent lourdement sur les marchés d'actions.
    2. Les replis dépassent 2% sur les principales places financières européennes.
    3. Tous les secteurs sont dans le rouge, avec en tête ceux fortement exposés à la Chine.
    4. Les minières dégringolent de 4,16%, les technos et les transports de 3%.
    5. L'aversion pour le risque profite aux actifs jugés plus sûrs: le yen, le franc suisse, les Treasuries.
    6. GBL cède 3,46%, pénalisé par HSBC.
    7. Wall Street est attendue en nette baisse, de l'ordre de 1,3%.

  • Le pétrole miné par le coronavirus

    Signe de l'aversion au risque, les deux contrats de référence sur le brut perdent beaucoup de terrain: -4,66% pour le brent à 57,86 dollars et -3,51% pour le WTI à 52,30 dollars. 

  • Avertissement de la FSMA

    La FSMA met en garde contre les activités de prêteurs non agréés proposant des faux crédits aux consommateurs.

     

  • Capgemini réussit son OPA sur Altran

    Le géant de l'informatique français Capgemini a réussi son OPA sur Altran , contestée par des actionnaires minoritaires, avec 53,57% du capital collecté, selon un avis de l'Autorité des marchés financiers (AMF).

    En franchissant la barre des 50,1% qu'il s'était fixée, le mastodonte français, qui réalise plus de 13 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel -- dont 35% en Amérique du Nord -- et emploie 200.000 collaborateurs, franchit une étape importante dans sa course pour mettre la main sur Altran (2,9 milliards de chiffre d'affaires, 47.000 collaborateurs).

    Le feuilleton de cette OPA annoncée en juin dernier n'est toutefois pas complètement terminé: Capgemini doit attendre le résultat d'une décision judiciaire sur la validité du visa donné à l'opération par l'AMF.

  • Le recul s'accélère en Europe

    L'inquiétude concernant le coronavirus monte encore d'un cran en Europe, avec des indices qui augmentent leurs pertes. Londres perd 2,21%, Bruxelles 1,95%, Paris 1,92%, Francfort 1,75% et Amsterdam 1,71%.

    La publication, un peu plus tôt dans la matinée, d'un baromètre Ifo inférieur aux attentes ajoute au marasme ambiant.

  • Le moral des entrepreneurs allemands se gâte

    Le climat des affaires s'est dégradé dans la première économie d'Europe contrairement aux attentes en ce début d'année. C'est ce que montrent les résultats de l'enquête mensuelle réalisée par l'institut Ifo auprès de quelque 9.000 entrepreneurs.

    L'indice qui mesure le moral des entrepreneurs allemands s'affiche à 95,9, contre 96,3 en décembre, alors que les économistes interrogés par Reuters s'attendaient, pour le mois de janvier, à un indice en amélioration, à 97,0.

    "L'économie allemande commence l'année de manière prudente", commente le président de l'Ifo, Clemens Fuest, dans un communiqué.

  • Le marché de la dette italienne se détend

    Le spread, le très surveillé écart entre les taux d'emprunt italien et allemand à dix ans, était en net recul lundi matin, après la défaite de la Ligue (extrême droite) de Matteo Salvini lors d'élections régionales en Émilie-Romagne.

    Bon thermomètre du niveau d'inquiétudes des investisseurs, le spread a reculé à 140,6 points, contre 156,5 points vendredi soir et près de 170 mercredi dernier, en matinée.

    La Ligue a été battue par la gauche dimanche en Émilie-Romagne, lors d'une élection régionale à valeur de test national pour le leader souverainiste italien qui comptait sur ce scrutin pour reconquérir le pouvoir.

  • Degroof Petercam sur Biocartis

    L'analyste Thomas Guillot de Degroof Petercam juge le départ du CFO de Biocartis "assez inattendu". "Biocartis entre dans une année charnière avec la montée en puissance aux États-Unis après la fin de l'accord commercial avec Thermofisher".

  • GBL: -3,13%

    GBL dégringole de 3,13% à  à 92,48 euros, dans des volumes élevés (15 fois supérieurs à la moyenne pour ce genre de jour), d'après Bloomberg.

    HSBC est passé ce lundi matin à "réduire" contre "conserver" sur l'action. L'objectif de cours est de 83 euros...

  • Les minières, le tourisme et les valeurs exposées à l'Asie attaquées

    Principal secteur attaqué, le secteur minier dégringole de 3,4%. Ces valeurs sont parmi les plus sensibles de la cote à la conjoncture mondiale et sont très dépendantes de la Chine, premier importateur au monde de métaux.

    Le voyage et le tourisme n'est pas en reste, avec un compartiment en chute de 2,26%. Ces titres font les frais des inquiétudes sur le virus chinois et de conséquences sur les déplacements de voyageurs. Le groupe aérien IAG (British Airways) perd 3,2%, la compagnie aérienne EasyJet 4,7% et le voyagiste TUI 2,24%.

    D'une manière plus générale, les valeurs exposées à l'Asie reculent. De nombreuses entreprises qui réalisent une bonne part de leur activité en Chine ou à Hong Kong sont pénalisées comme le groupe de luxe Burberry (-5,19%) ou l'assureur Prudential.

  • "Une occasion parfaite pour vendre des titres"

    "Les marchés boursiers mondiaux sont sous pression alors que les craintes grandissent quant à la propagation de l'épidémie de coronavirus en Chine", indique Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

    Les indices boursiers sont d'autant plus susceptibles de souffrir qu'ils "sont proches de sommets historiques, ce qui est l'occasion parfaite pour vendre" des titres, précise-t-il.

  • L'indice Bel20 repasse sous les 4.000 points

    Les marchés européens entament la semaine en fort recul, le développement de la situation sanitaire liée à l'épidémie de pneumonie virale pesant sur le moral des investisseurs qui cèdent du coup à l'aversion pour le risque.

    Les replis varient entre 0,24% à Londres et 1,6% à Paris.

    À Bruxelles, l'indice Bel20 chute de 1,39%, sous les 4.000 points.

    L'Euro Stoxx 50 cède 1,34% et le Stoxx 600 1,34%.

    Les minières dégringolent de 3,5% et les valeurs des transports et loisirs de 2,14%.

  • |Opening bell|

    Euro Stoxx 50: -1,00%
    Stoxx 600: -1,17%

    Amsterdam: -1,31%
    Bruxelles: -1,34%
    Paris: -1,70%
    Londres: -0,24%
    Francfort: n.c.

  • Rouge vif en perspective...

    ... avec des replis de l'ordre de 1,4% pour les principales places boursières européennes.

  • Briefing d'avant bourse

    Les principales bourses européennes sont attendues en nette baisse, les craintes concernant l'épidémie de coronavirus conduisant les investisseurs à délaisser les actifs risqués au profit des valeurs refuges.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien et le Dax à Francfort pourraient perdre chacun autour de 1,5% à l'ouverture. Le FTSE à Londres reculerait, pour sa part, de 1,2%.

    Le coronavirus se renforce et les contaminations pourraient encore augmenter, a prévenu dimanche la Commission nationale de Santé chinoise, alors que plus de 2.700 personnes ont été contaminées et 81 sont mortes dans le pays.

    Les autorités sanitaires à travers le monde sont engagées dans une course contre la montre pour freiner la propagation de l'épidémie après l'apparition de plusieurs cas en-dehors de la Chine, notamment en Thaïlande, en Australie, aux États-Unis et en France.

    Dans ce contexte tendu, les investisseurs accorderont tout de même une attention discrète à l'indice Ifo sur le climat des affaires en Allemagne (11h).

  • Telenet refinance 3,2 milliards d'euros de dette

    Telenet refinance l'équivalent de 3,2 milliards d'euros de dette avec l'émission d'un prêt de 2,295 milliards de dollars à 8,25 ans et de 1,11 milliard d'euros à 9,25 ans.

    Avec cette transaction, qui n’a aucun impact sur le ratio d'endettement, Telenet a pu réduire la marge sur ces deux prêts à terme de 25 points de base.

    Ceci renforce le flux de trésorerie disponible et améliore le profil de dette avec une duration de 8,5 ans par rapport à 7,4 ans auparavant.

  • Biocartis annonce le départ de son CFO

    La biotech Biocartis annonce le départ de son directeur financier qui a décidé de saisir une autre opportunité aux Pays-Bas, "plus proche de sa famille et de sa maison".

  • La Fed, la BoE et des résultats d'entreprises au menu de la semaine

    Après la Banque centrale européenne jeudi passé, ce sera au tour de celle des États-Unis de plancher mardi et mercredi sur sa politique monétaire. La Fed devrait annoncer mercredi à 20 heures qu'elle laisse inchangé son principal taux directeur, entre 1,5% et 1,75%.

    Par contre, la Banque d'Angleterre (BoE) qui se réunit jeudi, pourrait baisser son taux directeur, comme des responsables en ont récemment émis l'idée.

    Pour le reste, l'actualité économique sera dominée davantage par la publication de résultats de sociétés que par celle de stats économiques. Parmi ces dernières, on épinglera l'inflation en Belgique (jeudi) et le PIB de la zone euro (vendredi). Concernant les entreprises, on attend les résultats 2019 notamment de Belreca et Coil (mardi), Vranken-Pommery, Pfizer et Atlas Copco (mardi), KPN, Santander, Microsoft et Mondelez (mercredi,) Euronav, Coca-Cola et Deutsche Bank (jeudi), WDP, Ascensio, KBC Ancora, Exxon, Chevron, et Caterpillar vendredi.

  • HSBC moins optimiste pour GBL

    HSBC révise sa recommandation sur GBL à réduire contre conserver. L'objectif de cours est de 83 euros contre 100, 13% de moins que le dernier cours de clôture.

    Pierre Bosset fournit l'objectif de cours le plus bas de tous les analystes et il est le seul à avoir un conseil de vente, selon les données de Bloomberg. Pour le reste, il y a cinq recommandations d'achat et quatre avis de conserver.

  • L'Europe attendue en nette baisse, le coronavirus en ligne de mire

    Bonjour ! Bienvenue sur notre Market live, l'endroit idéal pour ne rien rater de l'actualité boursière.

    > L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a dévissé de plus de 2% lundi à la clôture, victime de craintes relatives à l'extension de l'épidémie virale qui sévit en Chine et a déjà atteint plusieurs autres pays, dont le Japon. Les actions des compagnies aériennes, agences de voyages et fabricants de cosmétiques prisés des Chinois ont sévèrement chuté.

    > Les marchés chinois sont fermés en raison du Nouvel An lunaire.

    "La plupart des marchés asiatiques étant fermés, les investisseurs se protègent contre le risque en achetant des bons du Trésor et en vendant le Nikkei. Je pense que cela continuera cette semaine, jusqu'à ce que les marchés chinois reprennent les échanges la semaine prochaine et que l'épidémie de coronavirus s'apaise."
    Masahiko Loo
    Gestionnaire de portefeuille chez Alliance Bernstein

    > En Europe, les marchés européens sont attendus en net recul: -1,4% pour l'indice Euro Stoxx 50; -1,24% pour Londres et -1,5% pour Francfort.

     

    ©Doc

Plus sur Les Marchés

Echo Connect