1. Les marchés
  2. Live blog
live

Plus bas historique pour le 10 ans belge | Les marchés au rebond | Galapagos dans le dur

Les marchés européens ont repris de la hauteur au lendemain d'une séance difficile. Wall Street suit la tendance européenne grâce à la vigueur de la consommation US. Nouveau revers pour Galapagos. Les résultats de LVMH, Daimler et Volvo animent la séance.
  • À quoi s'attendre la semaine prochaine? (Vidéo)

    La saison des résultats du troisième trimestre va battre son plein la semaine prochaine, surtout à Wall Street.

    "Dans la lignée des résultats qu’on a déjà eu du côté des banques américaines, on attend dans d’autres secteurs quelques gros résultats dans les technologiques, par exemple, comme Netflix, Intel, Tesla,…" souligne Alain Gérard, Senior Equity Strategist chez BNP Paribas Fortis.

    Ce dernier pointe également les discours de banquiers centraux attendus dans le cadre des réunions d'automne du FMI et de la Banque mondiale, tout comme les indicateurs PMI préliminaires pour ce mois d’octobre: "Dans le contexte incertain des marchés, ce sont des indices qui sont suivis de très très près."

    Qu'attendre sur les marchés la semaine prochaine?

  • Au programme ce lundi

    La semaine du 19 octobre démarrera avec une salve de statistiques économiques chinoises, dont les chiffres du PIB. Aux Etats-Unis, on attend les mises en chantier de logements neufs et les résultats d'IBM (après bourse). En Europe, les trimestriels de Philips et Julius Baer animeront la séance. 

    C'est avec ces rendez-vous que se termine le Market Live de ce vendredi. Merci de nous avoir suivis et à la semaine prochaine! 

    > Au menu ce lundi 19 octobre

  • Solide hausse en Europe, Wall Street dans le vert

    La Bourse de Bruxelles a remonté la pente ce vendredi, signant sa seule progression de la semaine. Solvay, dont un broker voit le titre grimper de 40%, a joué les premiers rôles.

    Sur les autres places boursières européennes, les investisseurs ont également assisté à un rebond des cours, effaçant en une séance la majeure partie des pertes accumulées sur les quatre précédentes. Les marchés ont retrouvé le sourire grâce à un regain d'espoir de voir aboutir rapidement la recherche d'un vaccin contre le coronavirus et à un indicateur économique américain encourageant.

    À Paris, le CAC 40 affiche en clôture une progression de 2,04% (98,44 points) à 4.935,86 points, après un pic à 4.957,60. A Londres, le FTSE 100 a gagné 1,49% et à Francfort, le Dax a avancé de 1,62%. Le Stoxx 600 a pris 1,26%. Sur l'ensemble de la semaine, le Stoxx n'accuse ainsi plus qu'un repli de 0,78%.

    Au moment de la clôture en Europe, Wall Street affichait elle aussi un rebond substantiel: le Dow Jones s'adjugeait 0,91%, le S&P 500 0,57% et le Nasdaq Composite 0,24%. Le Dow profitait entre autres du bond de 3,57% de Boeing, sur de nouveaux espoirs de reprise prochaine des vols du 737 MAX.  

  • Rebond du Bel 20

    Le Bel 20 a progressé de 0,7% à 3.264,6 points. Sur les 20 actions qui le composent, 13 étaient en hausse et 7 en baisse.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Solvay77,1+3,19%
    • ING Groep6,33+2,62%
    • Aperam25,82+2,46%
    • UCB94,56+1,5%
    • Ageas35,85+1,41%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Galapagos109,3-7,14%
    • Telenet34,08-2,74%
    • Aedifica88,2-2,43%
    • WDP29,82-2,04%
    • Cofinimmo122,0-1,61%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
    Rédigé par Quotebot le 16/10/2020 à 17h41
  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,70% 
    AEX: +1,38% 
    CAC 40: +2,04% 
    DAX: +1,72% 
    FTSE 100: +1,67% 
    Stoxx 600: +1,36% 

    Résultats provisoires 

  • Nouvelle secousse pour Nikola

    L'action Nikola plonge de près de 12% vers 17 heures autour des 20 dollars. Le nouveau patron du constructeur de véhicules utilitaires électriques a déclaré que sa start-up avait urgemment besoin d'un partenaire pour continuer à vivre. Un message qui a fait fuir les investisseurs. 

    Pour rappel, Nikola, qui a vu General Motors prendre une participation de 11% dans son capital, a déchanté à Wall Street à la suite des révélations d'un "shorter" de la cote accusant le fondateur de la start-up, Trevor Milton, de véhiculer de fausses informations auprès des investisseurs. Le patron-fondateur a depuis fait un pas de côté. L'action Nikola a fondu de près de 75% depuis ces révélations. 

  • Record à la baisse pour le 10 ans belge

    Le rendement des obligations d’État belges à 10 ans est tombé à -0,394% ce vendredi. Il n'avait jamais été aussi bas. Ce repli fait suite au achats massifs d’obligations des banques centrales. Au cours des cinq dernières années, la Banque nationale et la Banque centrale européenne ont acheté pour plus de 100 milliards d’euros d’obligations d’État belges afin de stimuler la faible croissance économique et l’inflation.

    Le précédent plus bas en séance était de -0,393% le 16 août 2019. La veille de cette date le 10 ans belge avait signé son plus bas en clôture à -0,387%. 

  • Vers "un énorme rebond de la croissance US"

    Les investisseurs semblent très contents de la bonne tenue des ventes au détail pour septembre aux États-Unis, signe d'une reprise de la consommation. "Ces gains dans les ventes étaient généralisés et tirés par des augmentations d'achats discrétionnaires (non indispensables, NDLR), ce qui pourrait valider les attentes d'un énorme rebond de la croissance du PIB au troisième trimestre", a estimé Patrick O'Hare de Briefing.

  • La confiance des consommateurs US au beau fixe

    Le moral des ménages américains s'est amélioré plus nettement qu'attendu en octobre, montrent les résultats préliminaires de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan. Son indice de confiance a progressé à 81,2 après 80,4 en septembre. Les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre en hausse plus limitée, de 80,5.

    La composante du jugement des consommateurs sur leur situation actuelle a reculé à 84,9 après 87,8 le mois dernier mais celle des perspectives a progressé à 78,8 contre 75,6.

     

  • Les bourses en zone de turbulences cette semaine

    Les marchés d’actions ont accusé le coup cette semaine, avec les nouvelles mesures de restrictions en Europe pour contenir la propagation de la pandémie de Covid-19. "On a des couvre-feux, les gens peuvent moins sortir, l’économie pourrait quand même en pâtir, donc ce ne sont pas vraiment des bonnes nouvelles", explique Alain Gérard, Senior Equity Strategist chez BNP Paribas Fortis.

    D’autant que ces mauvaises nouvelles ne sont pas isolées. "On a les discussions sur le Brexit qui ont du mal à se finaliser", ajoute-t-il. "Aux États-Unis, beaucoup espéraient avoir un gros plan de relance fiscale, un stimulus fiscal. Et là aussi, les démocrates et les républicains ont du mal à s’entendre", constate encore Alain Gérard.

    Coronavirus : les bourses en zone de turbulence cette semaine

  • Boeing en forme, Hertz de retour

    La Bourse de New York évolue en hausse en début de séance, profitant de l'annonce d'une accélération des ventes au détail aux Etats-Unis et d'un regain d'espoir de voir le développement d'un vaccin aboutir prochainement. Quelques minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones gagnait 0,44%, à 28.619,79 points, le S&P 500 0,35% à 3.495,49 points et le Nasdaq Composite prenait 0,49% à 11.771,71 points.

    Les contrats à terme sur indices s'étaient orientés à la hausse après les déclarations du géant de la pharmacie Pfizer , qui espère désormais pouvoir déposer en novembre une demande d'homologation du vaccin contre le coronavirus qu'il développe avec l'allemand BioNTech. L'action Pfizer gagne 1,35% et le titre BioNTech coté au Nasdaq prend 2,53%.

    Autre soutien pour le Dow: le bond 4,57% de Boeing qui bénéficie des déclarations d'un responsable de l'Agence européenne de sécurité aérienne (EASA) confirmant que le 737 MAX pourrait être de nouveau autorisé à voler avant la fin de l'année.

    Dans l'actualité des résultats de sociétés, Schlumberger perd 4,81% après sa troisième perte nette trimestrielle consécutive, conséquence de la chute des investissements de ses clients liée à celle des prix des hydrocarbures.

    A noter par ailleurs, l'envolée de 118,45% de l'action Hertz Global Holdings après l'annonce par le spécialiste de la location automobile, placé sous la protection de la loi sur les faillites, d'un refinancement de 1,65 milliard de dollars (1,41 milliard d'euros). 

  • Coup de blues pour la production industrielle US

    La production industrielle américaine a enregistré en septembre sa première baisse depuis le mois d'avril, qui a affecté l'ensemble des activités, selon les données publiées par la Réserve fédérale américaine (Fed).  

    La baisse est de 0,6% en septembre, après quatre mois de hausse. C'est inattendu, car les analystes tablaient sur une hausse de 0,6%, un peu plus importante même que les 0,4% du mois d'août.

    La Fed précise également que les niveaux de production restent inférieurs de 7,1% à ceux de février, juste avant que la pandémie ne contraigne à fermer massivement l'activité économique aux Etats-Unis. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,63% 
    S&P 500: +0,44% 
    Nasdaq Composite: +0,43%  

  • Schlumberger se redresse, mais reste dans le rouge

    Le groupe de services pétroliers Schlumberger a réduit sa perte nette au troisième trimestre, mais a estimé que la reprise du secteur devrait rester "fragile" en raison de l'épidémie de Covid-19, sur fond de crise de l'or noir.

    L'entreprise, qui a récemment annoncé qu'elle comptait supprimer un quart de ses effectifs, a enregistré une perte nette de 82 millions de dollars au cours des trois derniers mois.  A la même période de 2019, elle affichait une perte géante de 11,38 milliards de dollars, pénalisée par de lourdes charges liées aux conditions du marché. 

    Le bénéfice par action a atteint pour sa part 16 cents contre 43 cents un an auparavant, au-dessus des attentes des analystes.  

  • La hausse des ventes au détail s'accélère

    Les ventes au détail aux Etats-Unis ont augmenté de 1,9% en septembre, une progression nettement plus forte qu'attendu, montrent les statistiques publiées vendredi par le département du Commerce.

    Les économistes et analystes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,7% des ventes par rapport à août, mois durant lequel elles avaient progressé de 0,6%.

    Les ventes hors automobiles et carburants ont elles aussi accéléré, avec une hausse de 1,5% en septembre après +0,5% en août.

    Une mesure plus étroite encore, qui exclut aussi les matériaux de construction et les services alimentaires et qui est la plus proche de la composante de la consommation des ménages dans le calcul du produit intérieur brut (PIB), affiche une hausse de 1,4% en septembre après une baisse de 0,3% (révisé) en août.

  • Morgan Stanley positif pour Solvay

    Après Jefferies (voir post de 10h15), c'est au tour de Morgan Stanley d'être positif sur Solvay , en publiant un rapport reliant les actualités de Boeing à Solvay.

    Selon Bloomberg, le régulateur européen de l'aviation (EASA) serait satisfait des changements que Boeing a apportés à son modèle 737 MAX en difficulté. L'avion, qui est cloué au sol après plusieurs accidents en vol depuis mars 2019, aurait donc été jugé sûr de voler avant la fin de l'année.

    "Cette nouvelle, lorsque les incertitudes sur le trafic aérien dues au virus corona disparaîtront, est positive pour Solvay", déclare l'analyste Lisa De Neve. "Après tout, Solvay reçoit 200.000 euros par avion pour les matériaux composites fournit à Boeing."

  • Quelques valeurs à suivre à Wall Street

    > Pfizer prend 2% dans les échanges avant-bourse après avoir annoncé, ce vendredi, qu'il pourra demander, fin novembre, une autorisation d'utilisation d'urgence de son candidat vaccin contre le Covid-19, développé avec l'allemand BioNTech, dès qu'un critère de sécurité aura été validé par l'agence américaine du médicament. BioNTech prend 2,8% en avant-bourse.

    > Schlumberger - Le groupe de services parapétroliers a publié, ce vendredis sa troisième perte trimestrielle consécutive, la baisse continue des cours du pétrole ayant contraint ses principaux clients à renoncer à des forages. Dans les échanges avant l'ouverture, l'action cède 2%.

    > Gilead Sciences recule de 1,3% en avant-bourse après avoir remis en question, jeudi soir, une étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) concluant que le remdesivir, son traitement du Covid-19, n'apportait aucun bénéfice aux malades hospitalisés.

    > Boeing prend 3,3% en avant-bourse après une information de l'agence Bloomberg selon laquelle l'Agence européenne de la sécurité aérienne s'est dite convaincue que les modifications apportées au 737 MAX ont rendu le modèle suffisamment sûr pour qu'il puisse reprendre du service avant la fin de l'année.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street est attendue en hausse et les bourses européennes amplifient leur rebond à mi-séance, portées par un regain d'espoir sur le développement d'un vaccin contre le Covid-19, qui prend le pas au moins temporairement sur les préoccupations liées à la résurgence de la pandémie, aux retombées économiques de celle-ci et au blocage des discussions sur le Brexit.

    Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais sont passés dans le vert après que le groupe pharmaceutique américain Pfizer a jugé possible le dépôt, en novembre, d'une demande d'homologation d'urgence de son vaccin expérimental, développé avec l'allemand BioNTech.

    Pfizer grime de 2,3% en avant-bourse et BioNTech de 4%.

    Les actions européennes, déjà orientées à la hausse, ont amplifié leur rebond à cette annonce: à Paris, le CAC 40 gagne 1,57%. À Francfort, le Dax avance de 0,89%.

    L'indice Bel 20 est repassé en territoire vert et gagne 0,42%, malgré le repli de 6,6% de Galapagos.

    L'indice EuroStoxx 50 est en hausse de 1,17% et le Stoxx 600 de 0,87%.

    Les contrats à terme laissent entrevoir une ouverture en hausse de l'ordre de 0,3% pour le Dow Jones et le S&P 500 et de 0,5% pour le Nasdaq.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Quatre brokers revoient leur copie sur Galapagos | Target relevé pour Solvay et Avantium | Un "shorteur" se renforce sur Kinepolis (+Briefing)

  • Décès de Fons Verplaetse, ancien gouverneur de la BNB

    Le gouverneur honoraire Fons Verplaetse est décédé hier soir après une courte maladie et des suites du Covid-19, annonce la Banque nationale de Belgique (BNB).

    Licencié en sciences commerciales et consulaires, Fons Verplaetse a été gouverneur de la Banque nationale de 1989 à 1999. Il y a préparé notamment l'introduction de l'euro.

    Son nom restera aussi associé aux rencontres secrètes qui s'étaient tenues dans le petit village ardennais de Poupehan et ont sorti la Belgique de l'ornière où elle s'enlisait dans les années 80. "Notre économie est à nouveau au point mort parce que trop de gens ont voix au chapitre. Nous avons besoin d'une main de fer", nous confiait en 2017 Fons Verplaetse, au cours d'une rencontre exclusive où il évoquait le passé.

    ©Emy Elleboog

  • "Le marché belge des fonds s'est sensiblement redressé au deuxième trimestre" (BEAMA)

    "Le marché belge des fonds s’est sensiblement redressé au deuxième trimestre de 2020", explique Johan Lema, le président de la BEAMA, l'Association belge des asset managers. Cela a permis de compenser "une part considérable" des baisses des cours enregistrées durant le premier trimestre de 2020, du fait de la pandémie de Covid-19.

    Au deuxième trimestre de 2020, le secteur belge des fonds a enregistré une progression de 9,4%, principalement sous l’impulsion de hausses des cours enregistrées par les actifs sous-jacents complétées, en deuxième ligne, par des souscriptions nettes.

    Fin juin 2020, l’actif net des fonds commercialisés publiquement en Belgique atteignait 209 milliards d'euros.

    Les indications provisoires pour le troisième trimestre de 2020 témoignent d’un redressement persistant de l’actif net du secteur belge des fonds, indique la BEAMA.

  • Plus bas de quatre ans confirmé pour l'inflation en zone euro

    L'inflation dans la zone euro est restée négative en septembre, au plus bas depuis quatre ans, comme en août, a confirmé, ce vendredi, Eurostat, l'office des statistiques de l'Union européenne, en raison, principalement, de la baisse des prix de l'énergie.

    Les prix à la consommation dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique ont augmenté de 0,1% d'un mois sur l'autre et baissé de 0,3% par rapport à septembre 2019 après un recul de 0,2% en août. Ces chiffres sont conformes aux premières estimations publiées en début de mois.

    L'inflation dite de base, c'est à dire hors énergie et produits alimentaires non transformés, ressort à 0,1% d'un mois sur l'autre et à 0,4% sur un an.

    Une mesure plus étroite encore, qui exclut l'alcool et le tabac, montre une augmentation de 0,2% sur un mois, comme en rythme annuel.

  • Liberty Steel fait une offre à Thyssenkrupp pour sa division sidérurgie

    C'est officiel. Le groupe Liberty Steel a soumis, ce vendredi, une offre non contraignante au conglomérat allemand Thyssenkrupp pour le rachat de sa division sidérurgie.

    "Liberty Steel est convaincu qu'une fusion avec Thyssenkrupp Steel Europe peut être la bonne réponse d'un point de vue économique, social et environnemental", déclare Liberty Steel Group dans un communiqué, sans divulguer les détails financiers de l'offre.

    Thyssenkrupp a déclaré étudier attentivement la proposition tout en poursuivant les discussions avec d'autres repreneurs potentiels.

    Un rapprochement entre les deuxième et quatrième plus importants aciéristes d'Europe marquerait la dernière tentative de consolidation dans le secteur sur le continent après le refus des autorités européennes du projet de coentreprise entre Thyssenkrupp et l'indien Tata Steel.

    En bourse, le titre Thyssenkrupp bondit de 15,50%, à 4,80 euros.

  • Un shorteur se renforce sur Kinepolis

    Le hedge fund Parian Global Management a augmenté sa position courte nette sur Kinepolis à 0,70% du capital, contre 0,53% jusqu'ici (en août).

    Kinepolis se négocie à son niveau le plus bas depuis six ans, à 23,25 euros (-1,06%).

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent en hausse, effaçant une partie des pertes de la veille, bien que les craintes liées à la propagation de l'épidémie de coronavirus et les incertitudes sur le plan de relance américain demeurent.

    Les gains varient entre +1,37% à Paris et +0,54% à Francfort.

    L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro est en hausse de 0,76% et le Stoxx 600 de 0,71%.

    Contre la tendance, l'indice Bel 20 cède 0,15%, lesté par 8,88%.

    Les investisseurs s'inquiètent cependant toujours de l'impact sur l'économie mondiale de l'épidémie liée au coronavirus, qui a contraint de nombreux pays, de la France au Pays-Bas en passant par le Royaume-Uni, à instaurer diverses mesures pour essayer d'endiguer sa propagation.

    "Les marchés redoutent un ralentissement de l'activité en raison de l'augmentation des nouveaux cas de coronavirus. La détérioration est évidente partout en Europe, ce qui porte un coup majeur à l'élan de la reprise et renforce les risques déflationnistes."
    Les analystes de la banque ANZ

  • LVMH prend la tête du Cac 40

    Le numéro un mondial du luxe LVMH gagne 7,10% et prend la tête du Cac 40 après avoir annoncé une baisse moins importante qu'attendu de son chiffre d'affaires trimestriel, la bonne performance de l'activité mode et maroquinerie ayant permis de compenser partiellement le recul des autres divisions, plus impactées par la pandémie de coronavirus.

    Il entraîne dans son sillage ses concurrents Hermes (+4,04%), Kering (+3,58%) ou encore Burberry (+3,33%).

  • UBS & Jefferies sur Galapagos

    > UBS abaisse l'objectif de cours de Galapagos de 135 à 125 euros, avec une recommandation de "conserver". "Nous nous attendons à ce que cette nouvelle continue de peser sur l'action à court terme", déclare Laura Sutcliffe. Le programme Toledo, une famille de molécules dans le traitement des maladies inflammatoires, devrait prendre de l'importance dans le pipeline et donc la valorisation de Galapagos, ajoute l'analyste.

    > Jefferies abaisse l'objectif de cours à 133 euros, avec une recommandation de "conserver". "De tels revers font partie du jeu", déclare l'analyste Peter Welford. "Mais après l'échec du filgonitib, un coup de pouce aurait été le bienvenu."

  • "Solvay est sous valorisée de 40%"

    Solvay voit son objectif de cours relevé par JPMorgan de 94 à 104 euros. La recommandation reste d'acheter. Par rapport au niveau prix cible, les analystes de la banque américaine estiment le potentiel de hausse de l'action à 40%. L'objectif de cours moyen sur Solvay est de 82 euros.

    JP Morgan est le plus positif de tous les analystes surveillant Solvay.

    L'action du groupe chimique bondit de 2,36%, à 76,48 euros, la meilleure hausse au sein de l'indice Bel 20.

  • Daimler: +4,5% | Volvo: +3,7% | +3% pour le secteur auto

    Le constructeur automobile Daimler prend 4,74% et le suédois Volvo avance de 1,13%, après la publication de leurs résultats trimestriels, supérieurs aux attentes.

    Le compartiment automobile, qui signe la plus forte hausse sectorielle (+2,63%) en Europe, est également porté par le retour de la croissance du marché automobile européen en septembre, signalée par les chiffres publiés par l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA).

    Les immatriculations de voitures neuves ont augmenté de 1,1% le mois dernier par rapport à septembre 2019 dans les pays de l'Union européenne, au Royaume-Uni et dans les États membres de l'Association européenne de libre-échange (Islande, Norvège et Suisse), à 1.300.048 unités.

    Ce chiffre intègre toutefois des évolutions sensiblement différentes des principaux marchés, note l'ACEA, avec une progression de 8,4% en Allemagne et de 9,5% en Italie, mais une baisse de 13,5% en Espagne et de 3% en France.

  • KBC Securities sur Galapagos

    Compte tenu des résultats de l'étude Rocella sur les patients atteints d'arthrose du genou, KBC Securities a décidé de ne plus tenir plus compte du GLPG1972 dans le calcul de la valorisation de Galapagos . L'objectif de cours est réduit en conséquence de 7 euros à 138 euros, indique Lenny Van Steenhuyse, analyste chez KBC Securities.

    Seuls les résultats de la phase 2 de l'étude PINTA étudiant l'efficacité du GLPG1205 sur la fibrose pulmonaire idiopathique sont encore attendus cette année, précise Van Steenhuyse.

    La recommandation d'achat est maintenue.

    Galapagos perd 8,37% à 107,85 euros.

  • Thyssenkrupp: +23%

    Thyssenkrupp s'envole de 23% après un rapport sur la possiblité d'une offre de Liberty Steel Group sur la division sidérurgie du groupe.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,76%
    Bruxelles: +0,33%
    Paris: +1,46%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,98%
    Stoxx 600: +0,84%

    Galapagos: -8%
    LVMH:+7%

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes devraient repartir en hausse à l'ouverture,  après avoir chuté, la veille, dans un climat plombé par les restrictions mises en place à travers l'Europe face à la résurgence de la pandémie de coronavirus.

    Paris est indiquée en rebond de 0,22%, le Dax à Francfort de 0,66% et l'Euro Stoxx 50 de 0,35%.

    Les investisseurs s'inquiètent cependant toujours de l'impact sur l'économie mondiale de l'épidémie liée au coronavirus, qui a contraint de nombreux pays, de la France au Pays-Bas en passant par le Royaume-Uni, à instaurer diverses mesures pour essayer d'endiguer sa propagation.

    "En raison de cette situation et des échecs des essais cliniques sur les vaccins cette semaine, on craint de plus en plus que ces nouvelles mesures ne conduisent un grand nombre d'entreprises déjà fragiles à une faillite potentielle dans les semaines à venir", a déclaré Michael Hewson, analyste en chef chez CMC Markets.

    Les investisseurs restent aussi attentifs aux évolutions du feuilleton sur le plan de relance américain.

    Donald Trump s'est dit prêt à relever à 1.800 milliards de dollars le montant total de ce plan de soutien afin de parvenir à un accord avec les démocrates. De son côté, le chef de sa majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a dit que ses troupes étaient favorables à un plan plus modeste, mais plus ciblé.

    À moins de 20 jours de la présidentielle américaine, Donald Trump et son rival démocrate Joe Biden se sont à nouveau opposés, notamment sur la gestion de la crise sanitaire, au cours de deux émissions de télévision distinctes après que le débat initialement programmé à cette date a été annulé à la suite de la contamination du président par le coronavirus.

  • LVMH à tenir à l'œil

    Le géant du luxe LVMH a annoncé un recul de 7% en données organiques de son activité au troisième trimestre, un chiffre meilleur que prévu par les analystes, la bonne performance de l'activité mode et maroquinerie ayant permis de compenser partiellement le recul des autres divisions, plus impactées par la pandémie de coronavirus.

  • Revers pour le remdesivir de Gilead

    Le remdesivir, l'antiviral expérimental du laboratoire américain Gilead, n'a que peu ou aucun effet sur la durée d'hospitalisation des patients atteints du Covid-19 ou sur les chances de survie de ceux-ci, selon les résultats d'une étude clinique menée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

    Le traitement, l'un des premiers à avoir été utilisés pour lutter contre la maladie provoquée par le nouveau coronavirus, a notamment été l'un de ceux administrés récemment au président américain Donald Trump.

  • L'État belge sur le marché obligataire

    L'État belge sera présent sur le marché obligataire ce vendredi.

    L'Agence de la dette va procéder à deux adjudications optionnelles inversées (Optionnal Reverse Inquiry) pour un montant maximum de 500 millions d'euros. Cette procédure renverse le schéma habituel du refinancement de la dette publique: ce n'est pas l'État qui offre des obligations, mais les investisseurs qui en réclament.

    L'Olo 4,50% 28/03/2026 (encours de 11 milliards d'euros) et l'Olo 2,15% 22/06/2066 (encours de 6,649 milliards) sont concernées.

    Le taux des obligations à dix ans de l'État belge est tombé à -0,39% jeudi, un plancher historique. Il est de -0,382% ce vendredi matin. La perspective d'une nouvelle intervention de la BCE a joué.

  • Thyssenkrupp: +13,5% en avant-bourse

    Thyssenkrupp prend 13,5% en avant-bourse, selon le courtier Lang & Schwarz, après une information de Reuters évoquant la possibilité d'une offre de Liberty Steel Group sur la division sidérurgie en difficulté du groupe industriel.

  • Nouveau revers pour Galapagos

    Galapagos a publié un communiqué hier en fin de soirée. La biotech et le groupe pharmaceutique français Servier annoncent que l'étude Roccella sur des patients atteints de gonarthrose (arthrose du genou) n'a pas atteint son objectif de recherche principal. "Aucun groupe de traitement n'a obtenu de différence statistiquement significative par rapport au placebo", précise la société.

    Roccella était une étude portant sur l'efficacité et l'innocuité de trois doses orales uniques quotidiennes de GLPG1972/S201086 chez des patients atteints de gonarthrose. Elle comptait plus de 850 patients répartis dans 12 pays d’Europe, d’Asie, d’Amérique du Nord et du Sud. Galapagos était responsable de l'étude aux États-Unis, où plus de 300 patients ont été recrutés, Servier s'occupant des autres pays.

    C'est un nouveau revers pour Galapagos, après encaissé aux Etats-Unis avec son filgotinib. Alors que son médicament contre les rhumatismes a reçu le feu vert pour une commercialisation en Europe et au Japon, la FDA américaine s'interroge sur les effets secondaires pour la dose la plus élevée du traitement.

  • Ventes au détail US et inflation en zone euro au menu

    Les investisseurs attendent plusieurs statistiques américaines sur la consommation privée. En Europe, on surveillera les immatriculations de véhicules et les données définitives de l'inflation. Premier jour de souscription pour l'augmentation de capital d'Aedifica et l'émission obligataire d'Atenor. La publication des résultats se poursuit avec notamment les chiffres de Schlumberger.

  • Vers une ouverture en léger rebond en Europe

    Les marchés européens sont attendus en léger rebond à l'ouverture, de 0,66% pour l'Euro Stoxx 50, au lendemain d'une séance cauchemardesque à l'issue de laquelle le Bel 20 a fondu de plus de 2%.

    À Wall Street, la Bourse de New York a fini en baisse à la suite d'indicateurs macroéconomiques inquiétants pour la reprise économique aux États-Unis, d'autant que les négociations entre républicains et démocrates sur un plan de soutien massif à l'activité risquent de ne pas aboutir avant l'élection présidentielle du 3 novembre.

    > L'indice Dow Jones a cédé 19,8 points (-0,07%), à 28.494,2.
    > Le S&P-500, plus large, a perdu 5,33 points, soit 0,15%, à 3.483,34.
    > Le Nasdaq Composite a reculé, de son côté, de 54,86 points (-0,47%), à 11.713,87 points.

    Ces trois indices ont néanmoins clôturé au-dessus de leurs plus bas du jour.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés