1. Les marchés
  2. Live blog
live

Plus forte hausse du Bel 20 depuis la mi-juin

Les marchés européens ont clôturé en très nette hausse ce lundi, à l'instar des places asiatiques et américaines. À la Bourse de Bruxelles, Galapagos prend 3% après avoir obtenu le feu vert pour la mise sur le marché européen de son produit phare.
  • Clôture des marchés européens

    BEL 20 +3,06%

    CAC 40 +2,40%

    AEX +1,99%

  • Une Espagnole prend la tête de Merck et devient la seule patronne du Dax

    Le groupe pharmaceutique allemand Merck   a annoncé l'arrivée à sa tête en mai 2021 de l'Espagnole Belén Garijo, qui sera aussi la seule patronne d'un groupe coté sur l'indice vedette de la Bourse de Francfort, le Dax. Mme Garijo, 60 ans, va succéder à Stefan Oschmann, 63 ans, qui a dirigé le laboratoire pendant cinq ans.

    Belén Garijo sera la deuxième femme à diriger l'un des 30 plus grands groupes allemands. L'Américaine Jennifer Morgan avait été nommée co-directrice du fabricant de logiciels SAP en octobre 2019 mais elle a quitté le groupe fin avril, laissant les commandes aux soins de son seul co-directeur, l'Allemand Christian Klein.

  • "La BCE s'engage à la transparence sur les conflits d'intérêts"

    La Banque centrale européenne va commencer à publier les avis de son comité d'éthique sur des cas de conflits d'intérêts impliquant des membres actuels et anciens de l'institution. "A partir de maintenant, nous publierons sur notre site les avis du comité d'éthique de la BCE sur les cas de conflits d'intérêts et sur les emplois rémunérés post-mandat de membres du comité exécutif, du conseil des gouverneurs et du directoire de la BCE", a déclaré la présidente de l'institution, Christine Lagarde, devant le Parlement européen.

  • Les tensions montent au sein de la BCE

    Les dirigeants de la Banque centrale européenne (BCE) sont de plus en plus divisés sur la réponse monétaire à apporter à la résurgence de la pandémie due au nouveau coronavirus, ce qui menace la paix durement gagnée par Christine Lagarde, selon plusieurs sources au sein de l'institution approchées par Reuters.

    → Les "faucons", soit les partisans d'une stricte orthodoxie monétaire, reprochent à la BCE de minimiser les bonnes nouvelles, comme les indicateurs économiques supérieurs aux attentes parus pendant l'été, selon ces sources.

    → Dans le coin opposé, les "colombes", qui militent pour une politique accommodante, exhortent Christine Lagarde à adopter un ton plus ferme face aux risques comme face à l'appréciation de l'euro.

    L'opposition entre les deux camps était déjà très marquée lors de la réunion monétaire de septembre, les "faucons" souhaitant que l'institution réduise ses rachats d'actifs pour ne pas brûler ses cartouches, rapportent les sources. Lors de cette réunion, certains décideurs monétaires considéraient en outre les prévisions économiques de la banque centrale comme trop pessimistes et ne prenant pas suffisamment en compte l'effet des mesures spectaculaires déployées par la BCE pour limiter les dégâts économiques provoqués par la crise sanitaire.

  • La Chine envisage un objectif de croissance moins élevé pour 2021-2025

    La Chine devrait abaisser son objectif de croissance pour les cinq prochaines années par rapport à celui de 2016-2020 en raison d'importants obstacles liés notamment à la guerre commerciale avec les Etats-Unis, a appris Reuters de plusieurs sources. Le président Xi Jinping et d'autres dirigeants devraient discuter et approuver le nouveau plan de développement économique et social de la Chine pour la période 2021-2025 lors d'une réunion du Parti communiste prévue en octobre, ont précisé les sources.

    A l'issue d'un débat interne visant à éventuellement opter pour davantage de souplesse en matière économique, les décideurs chinois ont estimé que la poursuite d'un objectif quinquennal restait nécessaire pour la deuxième économie mondiale. "Il y aura un objectif économique. Où se situe la trajectoire du développement s'il n'y a pas un tel ancrage?", a déclaré une source concernée par le débat.

    Les économistes et les groupes de réflexion ont proposé un objectif de croissance annuelle du produit intérieur brut (PIB) d'environ 5% en moyenne, dans une fourchette de 5% à 5,5% et de 5% à 6%, selon les sources.  .

    5%
    Un objectif de croissance plus faible en Chine?
    Selon des sources citées par Reuters, la Chine envisagerait un objectif de croissance annuelle du produit intérieur brut (PIB) d'environ 5% en moyenne, dans une fourchette de 5% à 5,5% et de 5% à 6%, pour les cinq prochaines années.

  • Lagarde (BCE): "La reprise de l'économie demeure incomplète, incertaine et inégale"

    Le texte du discours de Christine Lagarde devant le Parlement européen:

  • La livre profite d'un regain d'optimisme sur le Brexit

    La livre sterling progresse fortement face aux principales devises, tandis qu'un vent d'optimisme souffle sur la reprise des négociations commerciales entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. "La livre démarre la semaine du bon pied dans un environnement plus optimiste à propos du Brexit", a commenté Fiona Cincotta, analyste pour City Index.

    Pressés par le temps et malgré une confiance ébranlée par le revirement britannique sur le traité du Brexit, le Royaume-Uni et l'UE renouent ce lundi le dialogue, avec l'espoir qu'un accord sur leur future relation commerciale reste possible. La semaine doit débuter à la mi-journée par une rencontre à Bruxelles entre le vice-président de la Commission européenne, Maros Sefcovic, et le ministre d'Etat britannique Michael Gove.

  • | OPENING BELL |

    Wall Street ouvre en nette hausse: le Dow Jones +1,50%, S&P 500 +1,45% et Nasdaq +1,49%

  • HSBC en discussions pour céder sa banque de détail en France

    HSBC   finalise des discussions avec le fonds américain Cerberus et une autre société d'investissement pour la cession de sa banque de détail en France, ont dit à Reuters des sources. Cerberus et ce fonds proposent à la banque britannique de reprendre cette activité pour un euro symbolique moyennant un apport par HSBC de plus de 500 millions d'euros, ont-elles ajouté.

    "Le prix va être désastreux pour HSBC", ont déclaré ces sources.

  • ING sur ArcelorMittal

    Stijn Demeester d'ING réagit à l'annonce de la fusion des activités américaines d'ArcelorMittal avec Cleveland-Cliffs pour 1,4 milliard de dollars.

    "Nous considérons l'accord comme positif. La participation a été vendu à un bon prix. Par ailleurs, la vente renforce le bilan du groupe sidérurgique tout en conservant un intérêt dans l'activité pour profiter des synergies potentielles de l'accord. En outre, Arcelor limite son exposition aux États-Unis alors que nous nous dirigeons vers une période d'incertitude pour l'industrie sidérurgique américaine."

    Demeester confirme sa recommandation d'achat avec un objectif de cours de 18 euros.

    L'action ArcelorMittal progresse de 10% à 11,34 euros. Cleveland-Cliffs progresse de son côté de 9% dans les échanges d'avant bourse.

  • "Une victoire de Biden positive pour les actions de l'ancienne économie"

    Jared Woodard, chef de la division de recherche de Bank of America, pense qu'une victoire du candidat à la présidentielle Joe Biden sera une bonne nouvelle pour les actions de la "vieille économie". C'est ce qu'a déclaré Woodard lors du dernier épisode du podcast "Odd Lots" de la chaîne commerciale Bloomberg.

  • Du vert en perspective à Wall Street

    Les contrats à terme des marchés américains évoluaient largement en territoire positif avant l'ouverture de Wall Street.

    L'indice Dow Jones et le S&P 500 devraient gagner 1,3% et le Nasdaq 1,65%.

  • Guy Lerminiaux quitte son poste de stratégiste chez Degroof Petercam

    Guy Lerminaux quitte ses fonctions de directeur des investissements (CIO) de Degroof Petercam. Il est actif dans le secteur depuis plus de 30 ans. Selon Degroof Petercam, Guy Lerminiaux compte "profiter des fruits de son travail".

    Alexander Roose lui succède en tant que CIO.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes continuent de progresser, connaissant un beau rebond après une semaine marquée par les incertitudes sanitaires.

    L'Euro Stoxx 50 pointe en hausse de 2,4% et le Stoxx 600 de 2,08%. Ailleurs en Europe, les gains varient entre 1,71% à Amsterdam et 2,8% à Francfort.

    Après des pertes importantes la semaine passée, les indices sont portés par la bonne tenue de Wall Street vendredi et par des indicateurs industriels positifs de Chine.

    Les contrats à terme des marchés américains évoluaient largement en territoire positif avant l'ouverture de Wall Street. L'indice Dow Jones et le S&P 500 devraient gagner 1,3% et le Nasdaq 1,65%.

    "Le rallye des actions de ce matin sera probablement de courte durée, car les investisseurs seront confrontés à plus d'incertitude et de volatilité en raison du programme chargé de cette semaine", prévient toutefois Pierre Veyret, analyste technique d'ActivTrades.

    "Le rallye des actions de ce matin sera probablement de courte durée, car les investisseurs seront confrontés à plus d'incertitude et de volatilité en raison du programme chargé de cette semaine."
    Pierre Veyret
    Analyste technique d'ActivTrades

     

    En effet, les interrogations demeurent, que ce soit sur les négociations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne sur le Brexit, ou au sujet de l'élection présidentielle américaine. La campagne présidentielle va d'ailleurs entrer dans une nouvelle phase mardi, avec le premier débat entre le président Donald Trump et le candidat démocrate Joe Biden.

  • Les tensions commerciales ont raison de l'IPO de Kioxia (Toshiba Memory)

    Kioxia Holdings Corp, le deuxième plus grand fabricant mondial de puces de mémoire flash, a annulé les plans de ce qui aurait été la plus grande offre publique initiale (IPO) du Japon cette année, alors que les tensions entre les États-Unis et la Chine assombrissent le marché mondial des puces.

    Kioxia, anciennement connue sous le nom de Toshiba Memory, avait prévu de se faire coter à la Bourse de Tokyo le 6 octobre, offrant jusqu'à 334,3 milliards de yens (3,2 milliards de dollars) en actions.

    Les actions du principal actionnaire, Toshiba Corp, qui avait prévu de vendre une participation de 8%, ont chuté de 8,6% ce matin à l'annonce du report, avant que le recul se réduise à -3,2%.

    Le report met en évidence la façon dont les différends commerciaux et technologiques entre Washington et Pékin ont jeté une ombre sur l'industrie mondiale des puces et affecté les entreprises de la chaîne d'approvisionnement.

  • Quelques valeurs à suivre à Wall Street

    > Uber - La justice britannique a autorisé lundi le groupe de VTC à récupérer sa licence d'exploitation à Londres, qui lui avait été retirée l'an dernier pour des raisons de sécurité par l'autorité de régulation des transports de la capitale britannique. Dans les échanges avant l'ouverture des marchés américains, le titre gagne 5%.

    > American Airlines a déclaré, vendredi, avoir obtenu un prêt de 5,5 milliards de dollars (4,7 milliards d'euros) auprès du gouvernement américain et pouvoir obtenir jusqu'à 2 milliards de dollars supplémentaires en octobre dans le cadre d'un soutien financier aux compagnies aériennes d'un montant total de 25 milliards de dollars.

    > Cleveland-Cliffs, le plus grand producteur américain de pellets de minerai de fer, a annoncé, ce lundi, le rachat des activités américaines d'ArcelorMittal, pour 1,4 milliard de dollars (1,2 milliard d'euros).

    > Caesars est en discussions avancées avec William Hill en vue du rachat du spécialiste britannique des paris pour 3,7 milliards de dollars (3,18 milliards d'euros).

    > Ford, qui possède deux usines automobiles en Allemagne, a demandé 500 millions d'euros (582 millions de dollars) de prêts garantis au gouvernement allemand dans le but d'atténuer l'impact de la pandémie de coronavirus, a rapporté, ce lundi, le quotidien économique Handelsblatt. L'action Ford prend 1,5% en avant-bourse.

    > Lam Research, Applied Materials et KLA perdent 2% en avant-bourse après la mise en place, par le gouvernement américain, de restrictions sur les exportations vers SMIC, le plus grand fabricant chinois de puces.

  • Le point à la bourse de Bruxelles

    Hormis Colruyt (-1,4%), l'ensemble des composantes de l'indice Bel 20 progressent en milieu de séance. Les progressions les plus marquées sont à mettre sur le compte de Barco (+4,7"%), d'Aperam (+5,06%) et d'ING (+4,00%) vers 14h.

    Galapagos encaisse un gain de 4,36% après le feu vert européen à la commercialisation Jyseleca (filgotinib) en Europe.

    Hors Bel 20, Sioen engrange 7,12% à 18,80 euros. Le producteur de textiles spéciaux est cité par nos confrères du Tijd parmi "Les cinq actions à détenir pour ces dix prochaines années".

    Bekaert qui a fusionné ses activités colombiennes (voir post de 8h07) progresse de 2,57%, à 17,57 euros.

    Kiadis prend 3,4%, à 1,68 euro. La société biotech a signé un accord avec le Gulf Coast Regional Blood Center (GCRBC), un fournisseur de composants sanguins pour plus de 170 hôpitaux et établissements de soins de santé. Dans le cadre de cette collaboration, GCRBC fournira le matériel de départ universel pour les thérapies à base de cellules NK ("Natural Killer") développées par Kiadis aux États-Unis. Aucun accord financier n'a été communiqué.

    À l'opposé, Fountain décroche de plus de 8% alors que l'assemblée générale extraordinaire (AGE) de Fountain prévue le 29 septembre ne pourra pas délibérer sur certains points à l'ordre du jour, le quorum requis n'ayant pas été atteint. C'est pourquoi une deuxième AGE aura lieu le 30 octobre (à 10 heures). Le point le plus important à l'ordre du jour de cette AGE est une augmentation de capital.

  • Diageo: +7,4%

    Le groupe britannique de spiritueux Diageo s'envole de plus de 7% à la Bourse de Londres, après avoir fait état d'un démarrage solide pour son exercice fiscal 2020-2021 entamé en juillet, grâce notamment à une reprise plus forte que prévu de son activité aux États-Unis.

    "Nos perspectives pour le premier semestre de l'exercice 2021 se sont améliorées depuis la fin du précédent exercice, reflétant le bon début de l'année, en particulier pour nos activités aux États-Unis", a déclaré le PDG du groupe propriétaire du whisky Johnnie Walker et de la vodka Smirnoff, Ivan Menezes.

  • Début boursier mitigé pour Siemens Energy

    Siemens Energy est cotée pour la première fois aujourd'hui à la bourse de Francfort.

    Le titre a débuté sa journée de cotation à 22,01 euros par action. Le cours de l'action est très volatil toutefois. Peu de temps après l'ouverture, l'action est ainsi brièvement tombée en dessous de 20 euros, à 19,21 euros. Elle a atteint un plus haut à 22,98 euros.

    Les actionnaires de Siemens ont reçu une action Siemens Energy pour 2 action Siemens détenues. Siemens, lui-même, conserve une participation de 35,1% avec l'intention de la céder au cours des 12 à 18 prochains mois.

    Siemens Energy produit de l'électricité à partir de turbines à gaz et à charbon (Gas & Power) d'une part. D'autre part, Siemens Energy détient une participation majoritaire dans Siemens Gamesa (énergie renouvelable). Les deux activités valent à peu près la même valeur.

    Siemens Energy produit pas moins d'un sixième de l'électricité mondiale.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes rebondissent fortement au sortir d'une semaine compliquée pour les marchés d'actions dans un climat plombé par la persistance du risque sanitaire et les incertitudes politiques avec l'approche de l'élection présidentielle américaine.

    L'annonce d'un quatrième mois consécutif de croissance des profits des sociétés industrielles chinoises porte la tendance, de même que le réveil des valeurs technologiques à Wall Street, qui a fini vendredi en nette hausse.

    Les gains varient entre 1,32% à Amsterdam et 2,31% à Francfort.

    L'Euro Stoxx 50 gagne 1,91% et le Stoxx 600 1,70%.

    Les contrats US laissent entrevoir une ouverture en hausse de 1% à Wall Street.

  • Les tops et les flops en Europe

    > Tous les indices sectoriels européens sont dans le vert, à commencer par les compartiments les plus touchés par la crise sanitaire comme les banques (+3,81%), l'automobile (+2,7%) et les services financiers (+2,38%).

    > HSBC bondit de 9% après l'annonce d'un renforcement de l'assureur chinois Ping An dans l'institution bancaire (voir post de 9h18).

    > ArcelorMittal gagne 8,4%, la plus forte hausse d'un CAC 40 intégralement dans le vert, après l'annonce d'un accord de fusion de ses activités américaines avec Cleveland-Cliffs, le plus grand producteur américain de pellets de minerai de fer.

    > À la baisse, William Hill chute de 12,65% dans les premiers échanges à Londres. L'opérateur américain de casinos Caesars Entertainment a annoncé, ce lundi, être en négociations avec le bookmaker britannique en vue de son rachat pour 2,9 milliards de livre sterling (3,18milliards d'euros).

    > La cote est animée aussi par l'actualité des entreprises. Veolia (+0,7%) a ainsi annoncé, ce lundi, qu'il remettrait son offre améliorée à Engie (+1,7%) pour le rachat de la majeure partie de sa participation dans Suez (+0,3%) mercredi au plus tard.

  • La FSMA met en garde contre des fraudes de type "recovery room"

    La FSMA met le public belge en garde contre des fraudes de type "recovery room".

    Il s'agit d'arnaques dans lesquelles des escrocs proposent aux victimes de fraude à l’investissement de les aider à recouvrer leurs pertes ou à récupérer les avoirs qu’elles ont perdus.

  • KBC Securities sur Galapagos

    Galapagos star du Bel 20. L'action gagne 4,27%, à 123,35 euros, après un gain de près de 8%.

    Le titre réagit logiquement à l'annonce du feu vert européen à la commercialisation du Jyseleca (filgotinib) en Europe.

    "Nous estimons que les marchés européens et japonais représentent environ 25% du marché total de l'arthrite rhumatoïde, ce qui se traduit par une opportunité commerciale de 6,5 milliards d'euros", indique l'analyste Lenny Van Steenhuyse de KBC Securities.

    Van Steenhuyse relève son objectif de cours à 145 euros par action, contre 144 euros. En effet, dans le modèle de valorisation, la probabilité des ventes hors US passe de 95% à 100%.

    Les chances de succès pour le Jyseleca aux États-Unis restent à 75%.

    "Nous maintenons notre recommandation d'achat, car nous estimons que le marché est devenu trop conservateur sur les chances de succès du filgotinib 200 mg aux États-Unis", ajoute l'analyste.

  • HSBC: +11%

    HSBC signe la meilleure progression en Europe après que Ping An ait renforcé sa participation dans l'institution bancaire à 8%.

    "Nous croyons dans les perspectives à long terme de HSBC", a déclaré un porte-parole de Ping An. "Nous estimons, par ailleurs, que la suspension du dividende est un problème qui sera réglé à court terme", a ajouté l'assureur chinois.

  • Galapagos: +6%

    L'action Galapagos bondit de 6% dans les premiers échanges, après le feu vert européen à la mise sur le marché du Jyseleca (filgotinib).

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +1,23%
    Bruxelles: +2,06%
    Paris: +1,57%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +1,03%
    DJ Stoxx 600: +1,16%

  • Commerzbank trouve son nouveau CEO chez Deutsche Bank

    La Commerzbank a trouvé son nouvel homme fort chez sa principale rivale: la Deutsche Bank . Manfred Knof, qui dirige la succursale de vente au détail de la Deutsche Bank, prendra la tête de la Commerzbank à partir de l'année prochaine, rapporte l'agence Bloomberg.

    L'Allemand de 55 ans est connu pour savoir bien réduire les coûts, et c'est ce dont la Commerzbank a besoin.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes devraient tenter un rebond au sortir d'une semaine compliquée pour les marchés d'actions dans un climat plombé par la persistance du risque sanitaire et les incertitudes politiques avec l'approche de l'élection présidentielle américaine.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien, le Dax à Francfort et le FTSE à Londres devraient gagner chacun un peu plus de 1% en début de séance.

    Une embellie se dessine ainsi sur les actions après la clôture positive de vendredi à Wall Street, grâce au réveil des géants de la technologie.

    La propagation du coronavirus inquiète toutefois toujours en Europe, notamment en France, où le nombre total de contaminations a franchi vendredi la barre des 500.000 alors que le gouvernement multiplie les nouvelles mesures de restrictions.

    La prudence sur les marchés est alimentée, en outre, par l'imminence du premier débat, mardi, entre Donald Trump et Joe Biden, son rival démocrate à la présidentielle de novembre.

    "Les nuages commencent à s'accumuler au-dessus du monde développé avec la montée des incertitudes politiques aux États-Unis et alors que l'Europe est confrontée à la résurgence des cas de Covid-19."
    Kerry Craig
    Stratégiste "Marchés" pour J.P. Morgan Asset Management

    Dans ce contexte, les investisseurs attendent l'audition de Christine Lagarde, présidente de la Banque centrale européenne (BCE), par la commission des Affaires économiques et monétaires du Parlement européen (13h45).

  • L'offre améliorée de Veolia sur Suez "pour mercredi au plus tard"

    Dans un communiqué, Veolia annonce qu'il remettra son offre améliorée à Engie pour le rachat de la majeure partie de sa participation dans Suez mercredi au plus tard.

  • Bekaert fusionne ses activités en Colombie

    Bekaert a conclu un accord avec Almasa sur la fusion de Proalco (filiale de Bekaert) avec les activités de fil d'acier d'Almasa, toutes deux situées en Colombie.

    Bekaert Ideal Holding (dont Bekaert détient 80% des parts) et Almasa détiendraient chacune 50% de Proalco après la fusion.

    La transaction, qui est soumise aux conditions de clôture en vigueur, devrait être conclue avant la fin de l'année 2020.

    Elle ajoutera environ 20 millions d'euros au chiffre d’affaires de Proalco SAS, qui a généré un chiffre d’affaires de 65 millions d'euros en 2019.

    À titre de comparaison, Bekaert a réalisé un chiffre d'affaires de 5 milliards d'euros l'année dernière.

  • Feu vert européen à la mise sur le marché du Jyseleca (filgotinib) de Galapagos

    Les autorités sanitaires européennes ont validé la demande de mise sur le marché du Jyseleca (filgotinib), un traitement visant les personnes atteintes d'arthrite rhumatoïde modérée à sévère, ont indiqué vendredi soir Gilead et Galapagos.

    Le feu vert européen se traduit par un paiement d'étapes de 75 millions d'euros de Gilead en faveur de Galapagos.

    Le Jyseleca est le nom commercial du filgotinib, le produit phare de Galapagos, utilisé pour le traitement de personnes atteintes d’arthrite rhumatoïde et qui ne présentent pas de réponse adéquate aux thérapies conventionnelles.

    Le feu vert européen intervient quelques heures après une décision similaire au Japon. Gilead (le partenaire de Galapagos) et le groupe Eisai ont ainsi obtenu une approbation pour la commercialisation du Jyseleca au Japon auprès du ministère japonais de la Santé.

    En août dernier, pour le même produit visant la même maladie, la FDA américaine avait souhaité obtenir davantage d’informations.

  • À la recherche d'actions refuges pour vos liquidités

    A partir du 1er octobre, la banque d’investissement BinckBank facturera des intérêts de pénalité aux clients détenant beaucoup de cash sur leur compte. La bourse offre-t-elle des solutions alternatives pour éviter ce taux négatif ?

    La réponse ici

  • À surveiller sur les marchés cette semaine

    Outre l'évolution de la pandémie et son impact sur les marchés, ce sont à nouveaux des indicateurs qui seront très surveillé cette semaine, selon Vincent Juvyns, stratégiste chez JPMorgan AM. "En Europe, je soulignerais la première évaluation de l'inflation" pour le mois de septembre, après son incursion en territoire négatif au mois d'août. "On aura aussi des données sur l'emploi en Europe, qui a bien tenu jusqu'ici".

    Aux États-Unis, outre l'ISM manufacturier ou les commandes de biens durables, l'emploi sera aussi très scruté vendredi avec les chiffres mensuels "dont on sait qu'ils peuvent influencer les bourses de manière assez importante", indique-t-il.

     

    À surveiller sur les marchés la semaine prochaine

  • L'Asie boursière progresse | Tensions sur les fabricants de puces | L'Europe donnée en hausse

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, où vous pourrez suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce lundi 28 septembre.

    Les marchés asiatiques progressent, malgré la dernière escalade dans la guerre commerciale et technologique opposant la Chine et les États-Unis.

    Les gains varient entre 1% à Hong Kong et 0,7% à Tokyo. La bourse de Shanghai est stable.

    Les investisseurs ne semblent donc pas contrariés par la chute de 8% du fabricant de puces chinois SMIC. Le gouvernement américain a imposé des restrictions sur les exportations vers le plus grand fabricant chinois de puces en silicium après avoir conclu qu'il existait un "risque inacceptable" que les équipements fournis à la société puissent être utilisé à des fins militaires.

    SMIC devient la deuxième société technologique chinoise à faire face aux restrictions commerciales américaines après le géant des télécommunications Huawei Technologies, dont l'accès aux puces haut de gamme a été restreint par son ajout à une liste noire.

    En Europe, les contrats à terme laissent entrevoir une ouverture en hausse des marchés. L'Euro Stoxx 50 progresserait de 0,7%, Francfort et Londres de 0,6%.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés