1. Les marchés
  2. Live blog

Pourquoi les marchés sont euphoriques

Début de semaine en fanfare sur les marchés financiers. Les chiffres de l'emploi décevants aux Etats-Unis ont encore réduit les chances d'un relèvement des taux d'intérêt avant la fin de l'année. Côté valeurs, K+S a lourdement chuté suite à l'abandon de Potash.
  • Retour sur la séance du jour

    • Les marchés européens ont clôturé en très nette hausse ce lundi. Les indices ont gagné plus de 2%, voire 3% pour la Bourse de Paris.
    • "Bad news are good news": suite aux chiffres mitigés sur l'emploi américain vendredi, les investisseurs tablent à présent sur une hausse des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine en mars 2016 seulement. 
    • Le secteur des matières premières a signé la plus forte hausse sectorielle de la séance. Il a profité de la poursuite du rebond du géant minier Glencore et de la hausse du sidérurgiste ArcelorMittal sur un relèvement de recommandation de Citigroup.
    • Contre la tendance, l'allemand K+S a dévissé de quasiment 25% après le retrait de l'offre de rachat du groupe canadien Potash Corpof Saskatchewan. 
    • Chez nous, Fagron a une nouvelle fois été malmené par les investisseurs. ING a revu à la baisse ses prévisions sur l'EBITDA pour 2015,2016 et 2017.

     

    ©REUTERS

  • Clôture des marchés européens

    CAC 40 +3,54%

    AEX +3,39%

    BEL 20 +2,85%

    STOXX Europe 600 +2,84%

    DAX +2,74%

    FTSE-100 (Londres) +2,57%

  • "Nous avons le malheur de vous annoncer qu'elle est revenue. 'Elle', c'est l'absurdité consistant à se réjouir de mauvaises nouvelles, parce qu'elles signifieraient que la Réserve fédérale ne va pas relever bientôt les taux d'intérêt".
    Patrick O'Hare
    de Briefing

  • La croissance du privé ralentit aux USA

    La croissance de l'activité dans le secteur privé a ralenti en septembre aux Etats-Unis, montre l'enquête mensuelle de l'institut Markit auprès des directeurs d'achat.

    L'indice PMI composite calculé par Markit a reculé le mois dernier à 55,0 en version définitive après 55,7 en août. Ce résultat est inférieur à une première estimation à 55,3.

    Les nouvelles commandes ont toutefois mieux résisté que prévu, à 55,3 contre une première estimation à 55,1. Cela constitue néanmoins un recul par rapport au résultat de 55,6 atteint en août.

    La tendance est la même pour le seul secteur des services, avec un indice PMI à 55,1 en version définitive contre une première estimation à 55,6 et un niveau de 56,1 en août.

     

    Markit U.S. Services Business Activity at 55.1 in Sep (56.1 in Aug). Composite Output at 55.0 (55.7 in Aug) http://t.co/sxGyYmXjG4— Markit Economics (@MarkitEconomics) October 5, 2015

  • USA: chute plus forte que prévu de l'indice ISM services

    ISM Services drops to 56.9, Exp. 57.5, Last 59.0— zerohedge (@zerohedge) October 5, 2015

  • 40 actions US à fort potentiel, selon Goldman Sachs

    40 actions US choisies par Goldman Sachs http://t.co/5K5eT7yaXY pic.twitter.com/sg249Eq4yd— Stéphane Wuille (@stephanewuille) 5 Octobre 2015

  • Statu quo anticipé pour la BoJ, peut-être pas pour longtemps...

    Un statu quo de la politique monétaire nipponne est attendu mercredi à l'issue de la réunion de la Banque du Japon (BoJ) qui préserverait ainsi ses faibles marges de manoeuvre dans l'espoir que l'amélioration du marché du travail soutiendra les salaires et la consommation, compensant les effets négatifs du ralentissement de l'économie chinoise.

    Les pressions en faveur d'un nouvel assouplissement de la politique monétaire ne devraient toutefois pas se relâcher dans la perspective de la réunion du 30 octobre au cours de laquelle il est attendu que la BoJ réduise ses prévisions de croissance et d'inflation à long terme pour tenir compte de la faiblesse des exportations et de la baisse des cours du pétrole.

    Certains intervenants de marché n'excluent pas que le gouverneur de la BoJ,Haruhiko Kuroda, décide d'un assouplissement surprise. Mais la probabilité d'une telle décision est faible, de nombreux responsables monétaires se montrant hésitants à augmenter encore un programme d'achat d'actifs déjà massif, ont dit des sources proches de la banque centrale. La BoJ devrait au contraire maintenir son engagement à augmenter la base monétaire sur un rythme annuel de 80.000 milliards de yens (600 milliards d'euros).

    "Kuroda semble confiant sur l'économie, mettant la faible inflation sur le compte du pétrole. La BoJ n'agira sans doute pas cette semaine pour simplement surprendre les marchés".
    Izuru Kato
    économiste chez Totan Research

    REMANIEMENT ET SIMILITUDES

    Plusieurs facteurs pourraient toutefois pousser la BoJ à agir le 30 octobre, à défaut de cette semaine, estiment toutefois des intervenants de marché.

    Le Premier ministre Shinzo Abe doit remanier son gouvernement cette semaine dans l'espoir d'améliorer sa cote de popularité et Kuroda a dans le passé aligné ses grandes décisions de politique monétaire sur les changements au sein de l'exécutif.

    La situation actuelle n'est pas non plus sans similitudes avec celle qui prévalait l'année dernière à la même époque lorsque la BoJ a surpris les marchés en assouplissant sa politique monétaire en dépit de sa confiance affichée sur la capacité de l'économie japonaise à atteindre l'objectif d'une inflation de 2%. Comme en octobre dernier, la chute des cours du pétrole pèse sur l'inflation. La faiblesse de la production a accentué les risques de voir l'économie replonger en récession au troisième trimestre.

    La BoJ fait valoir que la consommation des ménages est plus soutenue actuellement et que les entreprises restent confiantes.

    Des représentants de la BoJ ont toutefois admis que l'horizon d'atteinte de l'objectif d'inflation pourrait être reporté le 30 octobre, ce qui pourrait accentuer la pression en faveur d'un nouvel assouplissement ce mois-ci.

     

    "Renoncer à un (nouvel) assouplissement pourrait affecter la crédibilité de la BoJ et déclencer une appréciation du yen".
    Masaaki Kano
    économiste en charge du Japon chez JP Morgan Securities

  • | Opening Bell |

    • Dow Jones: +0,60%
    • S&P 500: +0,71%
    • Nasdaq Composite: +0,74%
  • Les huit OPA dans les cartons à Bruxelles (+tableau)

    Huit OPA dans les cartons à Bruxelles [TABLEAU] $ABI, $SOLB, $DELB,...http://t.co/SgjfzHYD2T pic.twitter.com/SB90qpmp6e— Stéphane Wuille (@stephanewuille) 5 Octobre 2015

  • Après Covestro, Schaeffler revoit ses ambitions boursières

    La volatilité boursière ne facilite pas les introductions en Bourse (IPO). Après Bayer, qui a repoussé de vendredi à mardi l'entrée en Bourse de son ancienne division de chimie plastique, désormais baptisée Covestro, c'est au tour de Schaeffler de revoir à la baisse ses ambitions boursières.

    L'équipementier automobile Schaeffler proposera un maximum de 99,4 millions d'actions, soit beaucoup moins que les 166 millions espérés. Le spécialiste de roulement à billes pourrait récolter un maximum de 1,4 milliard milliard contre 2,5 milliards initialement.

    La première cotation de Schaeffler est révue pour le 9 octobre, celle de Covestro mardi.

  • "Les investisseurs ne savent pas sur quel pied danser"

    "La réaction sur les indices actions vendredi dernier traduit l'état d'esprit des investisseurs qui ne savent pas sur quel pied danser. D'un côté, un report de la hausse des taux est jugé favorable, en théorie, aux marchés actions, de l'autre, cela constitue une incertitude de plus sur la solidité du socle de croissance aux Etats-Unis."
    Franklin Pichard
    Directeur de Barclays Bourse

    ©AFP

  • Violences à l'encontre de la direction d'Air France

    Le comité central d'entreprise (CCE) d'Air France a tourné court ce matin au siège de la compagnie, envahi par plus d'une centaine de salariés qui ont manifesté leur opposition au plan "d'attrition" de la direction en s'en prenant à ses cadres.

    Des salariés ont ainsi malmené leur directeur des ressources humaines (DRH) Xavier Broseta, qui présentait le plan de mesures drastiques décidé par la filiale d'Air France-KLM à la suite de l'échec des négociations avec les syndicats.

    Le DRH s'est enfui de la salle de réunion au siège d'Air France, à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, torse nu après s'être fait arracher sa chemise, a constaté Reuters sur place. Pierre Plissonnier, DRH de Roissy et numéro deux du long-courrier chez Air France, a aussi vu sa chemise déchirée.

     

    CCE d'Air France: des dirigeants molestés par des salariés. Photos Kenzo Tribouillard #AFP pic.twitter.com/M6F4qNe8E4— Agence France-Presse (@afpfr) 5 Octobre 2015

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    • GENERAL ELECTRIC. Trian Fund Management, le fonds spéculatif du financier Nelson Peltz, a amassé pour environ 2,5 milliards de dollars d'actions de GE depuis mai, soit une participation d'environ 1% qui en fait l'un des dix premiers actionnaires du conglomérat.
    • GOOGLE est officiellement devenu Alphabet vendredi à la clôture de Wall Street. Les deux classes d'actions Google ont été converties automatiquement en actions Alphabet dont la cotation débutera lundi sur le Nasdaq. Google avait annoncé en août dernier la création de cette nouvelle entité qui devient la maison-mère de l'ensemble des sociétés du groupe.
    • LOCKHEED MARTIN envisage de fusionner certaines de ses activités dans l'informatique et les services avec celles d'un autre acteur du secteur américain de l'armement. Le groupe de défense recherche ainsi à réaliser des économies après le rachat à United Technologies de sa filiale hélicoptères Sikorsky pour neuf milliards de dollars.
    • POTASH CORPORATION OF SASKATCHEWAN. Le groupe canadien, premier producteur mondial d'engrais, a retiré son offre d'achat de 8,9 milliards de dollars ou 7,9 milliards d'euros sur l'allemand K+S en mettant en avant la baisse des marchés mondiaux et le manque d'engagement de sa cible.
    • AMERICAN APPAREL. L'enseigne de prêt-à-porter pour adolescents a demandé  être placée sous la protection du Chapitre 11 de la loi sur les faillites tout en annonçant avoir conclu un accord de restructuration de sa dette avec la plupart de ses bailleurs de fonds. Le titre s'écroule de 24,3% en avant-Bourse après une clôture à 11 cents vendredi.
    • MONSANTO. Dix-neuf des 28 pays membres de l'Union européenne ont informé La Commission européenne qu'ils n'accepteraient pas la culture sur leur territoire du maïs transgénique produit par le premier semencier mondial, a annoncé dimanche la commission.
    • AVAGO TECHNOLOGIES , BROADCOM. La Commission européenne se donne jusqu'au 9 novembre pour décider d'autoriser la fusion entre les deux groupes ou d'ouvrir une enquête approfondie. L'OPA de 37 milliards de dollars d'Avago sur Broadcom, annoncée en mai, est la plus importante opération du genre dans les semi-conducteurs et donnera naissance au numéro trois du secteur aux Etats-Unis.
  • Seulement 8% de chance d'une hausse des taux de la Fed en octobre

    Le marché obligataire estime à 8% les chances pour que la Fed relève ses taux lors de sa réunion le 27 et 28 octobre prochain.

    Fed rate hike odds drop to 8% for October http://t.co/K85ODaUvzz pic.twitter.com/aRJKAhz8fe— Jonathan Ferro (@FerroTV) 5 Octobre 2015

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous dès 12h30 (->13h30)

    Live Blog En direct des marchés (5 oct)
     
  • Ce qu'il faut retenir de la matinée boursière

    Les indices européens progressent nettement  la mi-journée, profitant d'une clôture positive à Wall Street vendredi des mauvais chiffres de l'emploi US. Les gains dépassent 3% à Paris et 2% pour la plupart des autres marchés en Europe.

    Après un rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis en demi-teinte publié vendredi, "le marché spécule à présent sur une hausse des taux de la Réserve fédérale américaine en 2016", ce qui "est un facteur haussier pour les actions pour le dernier trimestre de cette année", remarque Vincent Ganne, un analyste de FXCM.

    Les investisseurs semblent peu s'émouvoir du ralentissement de la croissance de l'activité privée en zone euro en septembre.

    Glencore se distingue positivement, les investisseurs spéculant sur des cessions d'actifs du géant minier pour solutionner son problème d'endettement.

    Arcelormittal, Edenred et Technip profitent de commentaires favorables de brokers.

  • Pourquoi Glencore bondit

    Glencore s'inscrit dans le trio des meilleures progressions de l'indice pan-européen DJ Stoxx 600. L'action a même gagné jusqu'à 72% à Hong Kong.

    Le titre réagit à des informations du Daily Telegraph laissant entendre que le géant des mines et du négoce des matières premières en difficulté financière était ouverte à d’éventuelles offres de rachat. Vendredi, Reuters rapportait que Glencore était en négociations avec le fonds souverain saoudien et l'entreprise publique chinoise COFCO, ainsi qu'avec des fonds de pension canadiens, en vue de leur vendre une part de ses actifs agricoles.

    Sanford Bernstein a par ailleurs publié ce matin une note plutôt rassurante. "Si le niveau d'endettement de Glencore est clairement inquiétant, il est loin de représenter une menace vitale immédiate pour la société, c'est une question qui doit être traitée et c'est exactement ce que fait la société", estime l'intermédiaire qui maintient sa recommandation "surperformance" sur l'action avec un objectif de cours de 450 pence.

    Le titre Glencore bénéficie également aussi de la hausse des cours des prix du cuivre et du pétrole.

    .

  • La Bourse de Paris accroît ses gains et prend plus de 3%

  • Volkswagen poursuit sa descente aux enfers

    L'action Volkswagen poursuit sa descente aux enfers, plus forte baisse de l'indice paneuropéen EuroFirst 300, affectée par une information selon laquelle son nouveau président désigné a évoqué un risque vital.

    Hans Dieter Pötsch estime que le scandale de fraude aux tests des émissions polluantes représente un risque vital pour le premier constructeur européen, a écrit dimanche le journal allemand Welt am Sonntag.

    L'actuel directeur financier devrait être nommé à la présidence du conseil de surveillance lors d'une réunion extraordinaire prévue mercredi, a-t-on appris de deux sources.

  • Glencore s'envole à Hong Kong et à Londres

    L'action Glencore a repris jusqu'à 20% à la Bourse de Londres, après avoir gagné jusqu'à 72% à Hong Kong dans l'espoir que le géant des mines et du négoce de matières premières en difficulté puisse alléger le poids de sa dette en vendant une part de ses actifs agricoles.

    Reuters a rapporté vendredi que Glencore était en négociations avec le fonds souverain saoudien et l'entreprise publique chinoise COFCO, ainsi qu'avec des fonds de pension canadiens, en vue de leur vendre une part de ces actifs.

    Le titre a touché un plus bas historique la semaine dernière, en baisse de 87% par rapport à sa première cotation en 2011.

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions (5 oct) - KBC, Nyrstar, Galapagos, Fagron, Ontex, MDxHealth, Aedifica http://t.co/QfH01P9VlZ pic.twitter.com/kidc1Bq3h3— Stéphane Wuille (@stephanewuille) October 5, 2015

  • La croissance en zone euro fléchit plus que prévu

    La croissance du secteur privé a ralenti dans la zone euro en septembre avec des entrées de commandes plus faibles que prévu et des créations d'emplois à leur plus bas niveau depuis janvier, montrent les résultats définitifs de l'enquête Markit auprès des directeurs d'achat.

    L'indice PMI composite, annoncé à 53,9 en version préliminaire, est finalement revenu à 53,6, son plus bas niveau depuis quatre mois, contre 54,3 en août.

    L'indice qui intègre l'activité dans les services et le secteur manufacturier se maintient depuis la mi-2013 au-dessus du niveau de 50 à partir duquel il rend compte d'une croissance.

    Selon Markit, l'indice composite laisse toujours prévoir une croissance du produit intérieur brut de 0,4% au troisième trimestre mais pose néanmoins question, six mois après le lancement de la politique d'assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne.

    "L'incapacité de l'économie à prendre de l'altitude pendant l'été constituera une déception pour la BCE, surtout avec des créations d'emplois qui retombent à leur plus bas niveau depuis huit mois."
    Chris Williamson
    Chef économiste chez Markit

  • Les cinq faits à retenir de ce début de séance boursière

    • Les principales places boursières européennes ont bondi dès leur ouverture, embrayant sur les bonnes performances de New York vendredi et de Tokyo ce matin.
    • Les mauvais chiffres de l'emploi publiés ont considérés comme une bonne nouvelle par les investisseurs, car éloignant la perspective d'une hausse des taux aux Etats-Unis.
    • K+S dégringole, après l'abandon par Potash Corp. de son offre de rachat.
    • ArcelorMittal, Edenred, Technip profitent de relèvement d'opinion de brokers.
    • Bruxelles s'inscrit dans la tendance positive en Europe, portée par le bond de Bone Therapeutics mais ralentie par la chute de Fagron.
  • BOURSE-L'ACTION VOLKSWAGEN PERD 5% EN DÉBUT DE SÉANCE, À UN NOUVEAU PLUS BAS EN QUATRE ANS

  • Edenred en hausse, Credit suisse relève son conseil

    Edenred entame la séance en nette hausse. Credit suisse a relevé sa recommandation sur le titre de "sous-performance" à "neutre" tout en ramenant son objectif de cours de 20 à 16 euros.

  • Technip dopée par Jefferies

    L'action Technip démarre la séance sur les chapeaux de roue. Jefferies a entamé le suivi de la valeur avec une recommandation à l'"achat" et un objectif de cours de 51 euros.

  • ArcelorMittal bondit avec Citigroup

    L'action ArcelorMittal s'envole dans les premiers échanges, le titre signant la plus forte hausse du CAC 40. Citigroup a relevé son conseil sur la valeur de "vendre" à "acheter" tout en réduisant son objectif de cours de 7,30 à 6,90 euros.

  • Potasse: l'action de l'allemand K+S chute de 23% à Francfort, Potash Corp a retiré son offre

  • | Opening Bell |

    • Amsterdam: +1,87%
    • Bruxelles: +1,35%
    • Francfort: +1,51%
    • Londres: +1,62%
    • Paris: +1,90%
    • Milan: +1,55%
    • Madrid: +1,54%
  • Fagron, KBC, Ontex... quelques valeurs belges à suivre

    Voici quelques valeurs belges à suivre

    • KBC - Santander a démarrer le suivi de KBC à "conserver"
    • ONTEX - Exane entame le suivi à "neutre" avec un objectif de cours de 28 euros.
    • FAGRON - ING a réduit son objectif de cours sur Fagron à 20 euros contre 34 euros avant. Le conseil reste à "conserver"
  • K+S chute en préouverture

    K+S chute en préouverture après l'abandon par Potash Corp. de son offre de rachat

  • "Les marchés sont moins affectés par de mauvaises statistiques, ce qui semble indiquer qu'un point bas a été atteint. Les chiffres de l'emploi ont sévèrement remis en question la possibilité d'une remontée des taux de la Fed en 2015."
    Angus Nicholson
    Analyste d'IG Markets

  • Citigroup achète Arcelor

    Citigroup relève sa recommandation sur Arcelor , passant de "vendre" à "acheter" avec un objectif de cours de 6,90 euros contre 7,30 auparavant.

  • L'Europe devrait bondir à l'ouverture

    La tendance nettement haussière des marchés européens à l'ouverture se confirme. A 08h16, le contrat à terme sur l'indice CAC 40 gagne 1,96% et celui sur la Bourse de Francfort1,97%.

    L'indice Euro Stoxx 50, qui regroupe les principales valeurs de la zone euro, devrait grimper de 2,15% à l'ouverture et la Bourse de Londres de 1,92%.

    Les investisseurs estiment que la Réserve fédérale américaine devrait repousser la date du relèvement de ses taux d'intérêt après les chiffres de l'emploi jugés décevants qui ont été publiés aux Etats-Unis vendredi.

  • Le Nikkei clôture au-dessus des 18.000 points

    La Bourse de Tokyo clôture en hausse de 1,58%  au-dessus des 18.000 points, soutenue par les espoirs de succès des négociations sur le partenariat transpacifique à Atlanta.

    L'indice Nikkei a gagné 280,36 points à 18.005,49 et le Topix, plus large, a pris 19 points (+1,31%) à 1.463,92 points.

  • Potash Corp retire son offre sur K+S

    Potash Corp of Saskatchewan retire son offre de 7,9 milliards d'euros pour l'allemand K+S , évoquant la faiblesse des marchés des matières premières et des actions et le manque d'engagement de sa cible.

  • "L'aversion au risque a diminué après les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis qui soutiennent les anticipations d'un report de la hausse de taux de la Fed."
    Kim Young-jun
    Analyste boursier chez SK Securities

  • A savoir avant l'ouverture des marchés

    Les principales Bourses européennes sont attendues en hausse à l'ouverture, dans le sillage des marchés asiatiques et de Wall Street vendredi.

    D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait gagner jusqu'à 1,8% à l'ouverture après avoir perdu 0,5% la semaine dernière, le Dax à Francfort 1,6% et le FTSE à Londres 1,9%.

    Les chiffres de l'emploi décevants aux Etats-Unis ont encore réduit les chances d'un relèvement des taux d'intérêt américain avant la fin de l'année.

    La Bourse de Lisbonne sera au centre de l'attention, après la victoire de la coalition de centre-droit au pouvoir aux élections législatives de dimanche, qui a toutefois perdu la majorité absolue au Parlement.

    La Bourse de Tokyo gagne plus de 1,5% peu avant la clôture, soutenue par les espoirs de succès des négociations sur le partenariat transpacifique à Atlanta. L'indice MSCI Asie-Pacifique hors Japon, qui a atteint son plus haut niveau en deux semaines, progresse de 1,44%.

  • Bonjour à vous. Si vous cherchiez le "market live" de L'Echo, ne bougez plus vous y êtes et, grâce à lui, vous ne manquerez rien des principaux développements de cette séance de Bourse du lundi 5 octobre.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés