1. Les marchés
  2. Live blog
live

Prises de bénéfice à la Bourse de New York

Wall Street a fini la séance de ce mercredi en baisse, les investisseurs ayant préféré rester en coulisses dans l'attente de nouvelles sur le front commercial et prendre leurs bénéfices à la suite des gains copieux engrangés depuis le début de l'année.
  • A suivre ce jeudi 7 mars

    ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • Conseil des gouverneurs de la BCE, décision sur les taux à 13h45, conférérence de presse à 14h30

    Zone euro
    •  11h PIB /T4

    → ENTREPRISES

    Allemagne

    Résultats 2018

    •  Continental
    •  Deutsche Post
    •  Merck KGaA

    Belgique

    Résultats 2018
    • Oxurion
    • Resilux

    Etats-Unis
    • Kroger: résultats du quatrième 2018/2019, avant Bourse

    France
    • LafargeHolcim: résultats T4

    Pays-Bas
    • Boskalis: résultats 2018
    • ING: publication du rapport annuel

  • Prises de bénéfice à la Bourse de New York

    Wall Street a clôturé en baisse, les courtiers se plaçant en retrait faute d'indicateurs significatifs ou d'avancées concrètes dans les négociations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Le Dow a perdu 0,52% à 25.673,46 points. Le Nasdaq a cédé 0,93% à 7.505,92 points. Le S&P 500 a reculé de 0,65% à 2.771,45 points. 

     Après un petit mouvement d'euphorie lundi dans le sillage d'informations de presse évoquant la conclusion imminente d'un accord commercial entre Washington et Pékin, les marchés se sont rapidement engourdis faute d'éléments significatifs. Les statistiques diffusées aux Etats-Unis mercredi n'ont pas suffi pour agiter les courtiers.

    Le groupe Johnson & Johnson a pris 0,23%. Le laboratoire Janssen, qui regroupe ses activités pharmaceutiques, a reçu le feu vert de l'agence américaine du médicament pour la vente d'un médicament pour lutter contre la dépression. General Electric, qui avait déjà perdu 4,7% mardi, a encore reculé mercredi de 7,89%. Son PDG a prévenu que les flux de trésorerie issus des activités industrielles de l'entreprise seraient négatifs en 2019.

  • Wall Street termine en baisse

    • Le Dow Jones a perdu 0,51% à 25.673,93 points.
    • Le Nasdaq a cédé 0,93% à 7.505,92 points.
    • Le S&P 500 a reculé de 0,65% à 2.771,47 points.
  • Le pétrole termine en ordre dispersé à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé sur le marché new-yorkais Nymex, comme ils l'avaient fait la veille, le brut texan ayant été affecté par une accumulation des stocks de brut américains bien plus importante que prévu, tandis que le Brent est parvenu à se ménager une petite hausse.

    L'Energy Information Administration (EIA) a fait savoir que les stocks de brut américains avaient augmenté de 7,1 millions de barils dans la semaine au 1er mars, alors que les analystes n'attendaient qu'une hausse de 1,2 million. Le taux d'utilisation des capacités de raffinage a augmenté de 0,4 point à 87,5% durant cette semaine.

    En revanche, les stocks d'essence ont diminué plus que prévu, de 4,2 millions de barils au lieu des 2,1 millions prévus, tandis que ceux de produits distillés ont diminué de 2,4 millions de barils, plus que les 1,4 million projetés. Le marché pâtit du gonflement de la production américaine qui a atteint la semaine dernière un record de 12,1 millions de barils par jour (bpj), a précisé l'EIA.

    • Le contrat de mars sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 34 cents, soit 0,60%, à 56,22 dollars le baril.
    • L'échéance d'avril sur le Brent a gagné 13 cents, soit 0,20%, à 65,99 dollars le baril.
  • La demande mondiale plus faible pèse sur l'activité manufacturière aux USA

    Le ralentissement de la demande mondiale, l'augmentation des coûts à cause des tarifs douaniers et les inquiétudes autour du commerce ont pesé sur l'activité manufacturière au début de l'année. C'est ce qu'a indiqué la Fed dans le Livre beige.

    Une large majorité de régions (10 sur 12) ont continué de voir leur activité économique progresser "de façon légère à modérée" tandis que deux régions (Philadelphie et Saint Louis, Missouri) ont stagné, indique ce rapport de conjoncture qui couvre l'activité de mi-janvier à fin février.

    Les employeurs se plaignent de la difficulté de pourvoir des postes, ce qui "restreint la croissance de l'emploi", notamment dans les secteurs des technologies de l'information, de l'industrie manufacturière, des transports, des restaurants et du bâtiment.

  • Banimmo fait une croix sur son dividende

    "Eu égard au résultat négatif de l’exercice, le Conseil proposera à l’Assemblée Générale de ne pas distribuer un dividende", a indiqué Banimmo dans son communiqué.

  • Clôture en baisse des marchés européens

    Bel 20 : -0,97%

    AEX: -0,4%

    CAC 40: -0,16%

    Dax: -0,34%

    FTSE 100: +0,35%

    Stoxx 50: -0,14%

  • Des sociétés productrices d'opioïdes sous pression en Bourse

    Endo International et Insys Therapeutics chutent suite à la possible mise en faillite de Purdue Pharma, le producteur de l'OxyContin, pour échapper aux poursuites judiciaires.

  • La réunion de la BCE en cinq points

    Les membres de la Banque centrale européenne se réunissent ce jeudi pour faire le point sur sa politique monétaire. Les économistes évoquent plusieurs questions encore en suspens, comme le lancement de TLTRO.

  • KBC et ING touchés par l'affaire de blanchiment d'argent en lien avec la Russie

    KBC et ING chutent alors que les banques sont citées parmi les banques européennes impliquées dans du blanchiment d'argent en lien avec la Russie.  La banque ING, par l'intermédiaire d'une succursale en Russie, a laissé passer des millions d'euros d'entreprises impliquées dans ce blanchiment, rapportent le journal néerlandais Trouw, la plateforme pour l'investigation journalistique Investico et le magazine De Groene Amsterdammer.

  • Wall Street en manque de catalyseurs

    Wall Street a ouvert sur une note stable faute de nouvelle avancée sur le commerce, les investisseurs marquant une pause après les bonnes performances depuis le début de l'année.


    L'indice Dow Jones gagne 10,79 points, soit 0,04%, à 25.817,42 points. Le Standard & Poor's 500, plus large ,recule de son côté de 0,1% à 2.786,99 points et le Nasdaq Composite a débuté quasi-inchangé à 7.575,38 points.
    Après avoir pris 11% depuis le début de l'année dans l'espoir d'un accord sur le commerce entre Washington et Pékin et face à la position de prudence adoptée par la Réserve fédérale américaine en matière de hausse des taux, le S&P-500 teste désormais le seuil de résistance des 2.800 points.


    General Electric recule , prolongeant son recul de la veille après avoir annoncé qu'il anticipait un cash flow tiré de son pôle industriel négatif cette année.


    Dans le secteur de la consommation, Abercrombie & Fitch grimpe  après avoir dégagé une croissance de son chiffre d'affaires annuel supérieure aux attentes et Dollar Tree avance  après des ventes à magasins comparables meilleures que prévu lors du trimestre des fêtes de fin d'année.


    L'assureur AON , spécialiste de la gestion des risques, progresse après l'abandon d'un projet de fusion avec son rival Willis Towers Watson .

  • Le retour des LTRO de la BCE?

    La Banque centrale européenne (BCE) devrait annoncer officiellement lors de sa réunion de jeudi qu'elle procèdera à de nouvelles opérations de prêts à long terme destinées au système bancaire (LTRO), selon Eric Bourguignon, directeur général délégué de Swiss Life Asset Management France.

    Les opérations de refinancement ciblées à très long terme permettent aux banques de se refinancer auprès de la BCE à des conditions avantageuses en contrepartie d'un engagement sur des enveloppes de prêts spécifiques.


    L'indice des valeurs bancaires de la zone euro a atteint un plus haut en séance à 144,28, en hausse de 0,50%.


    Les rendements des emprunts d'Etat italiens ont brièvement reculé après ces annonces, tombant à un plus bas d'un peu plus d'un mois à 2,661% sur les échéances à 10 ans.

  • Wall Street ouvre à l'équilibre

    Dow Jones +0,04%, Nasdaq -0,01%

  • Le secteur privé US a créé moins d'emplois que prévu

    Le secteur privé aux Etats-Unis a créé 183.000 emplois en février, un chiffre légèrement inférieur aux attentes de 189.000 unités, selon l'enquête mensuelle publiée mercredi par ADP.

    Le nombre de créations d'emplois du mois de janvier a été révisé en nette hausse à 300.000 au lieu de 213.000 initialement annoncé.

    Pour l'économiste de Moody's Analytics, Mark Zandi, qui compile les données d'ADP, "l'économie a marqué le pas et la croissance des emplois a fait pareil". "La décrue des embauches est très claire dans les secteurs de la distribution et des voyages et au sein des petites entreprises", a-t-il relevé. Selon lui, "les gains d'emplois sont encore forts mais ils ont sans doute passé leur pic pour ce cycle d'expansion".

  • Le déficit commercial US au plus haut depuis dix ans

    Le déficit commercial des Etats-Unis a bondi à son plus haut niveau depuis dix ans en 2018, en dépit des efforts du président Donald Trump, annonce le département du Commerce.

    Les Etats-Unis ont enregistré des records d'importations de marchandises en provenance de Chine, du Mexique et de l'Union européenne.

    Le déficit des biens et services s'est établi à 621 milliards de dollars (+12,5%) avec des exportations record à 2.500 milliards de dollars (+6,3%) et des importations également record à 3.121 milliards de dollars (+7,5%), selon les données détaillées par l'administration Trump publiées avec un mois de retard en raison de la fermeture partielle des administrations ("shutdown").

     

  • Wall Street signalée en baisse

    Les Bourses européenes restent sur la réserve en début d'après-midi, les investisseurs préférant temporiser en l'absence de nouveaux éléments sur les négociations commerciales entre Pékin et Washington, et à la veille d'une réunion de la BCE jeudi.

    Wall Street s'apprêtait de son côté à débuter en territoire négatif.

    Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perd 0,18%, l'indice élargi S&P recule également de 0,18% et le Nasdaq, à dominante technologique, cède 0,17%.

  • Credit Suisse s'intéresse à nouveau à Ahold Delhaize

    Credit Suisse reprend la couverture du titre Ahold Delhaize avec une recommandation 'neutre'.

    L'objectif de cours est de 24 euros.

  • Crédit Agricole rattrapé par la "Troika Laundromat"

    Après ING, ABN Amro et Raiffeisen Bank, c'est au tout de l'action Crédit agricole de céder du terrain à la suite d'informations de presse citant le nom de la banque française dans une affaire de blanchiment d'argent appelée "Troika Laundromat".

    Selon le collectif de journalistes appelé Projet de reportage sur le crime organisé et la corruption (OCCRP), cité notamment par Les Echos, le Crédit agricole, via sa filiale de banque privée Indosuez, ferait partie des banques européennes au sein desquelles auraient été ouverts des comptes détenus par des Russes en Europe de l'Ouest.

    Ces comptes auraient reçu des fonds provenant de la banque d'investissement russe Troika Dialog soupçonnée de blanchiment d'argent pour plusieurs milliards de dollars, d'après l'OCCRP.

  • Sabca et les lois de la gravité

    Hier, sur le marché du fixing, quelqu'un a acheté 217 actions Sabca à 23 euros chacune. Un peu étonnant, car la transaction a eu lieu après l'annonce de la vente par l'actionnaire majoritaire Fokker de ses actions à l'autre actionnaire principal, Dassault, à un prix de 7,17 euros l'unité. Une réduction de plus des deux tiers par rapport au cours.

    Même si Fokker était disposé à accepter du seul acheteur possible un prix avec une décote, la transaction peut aussi être vue comme un retour à la réalité pour les quelques petits investisseurs qui effectuent des transactions sur Sabca, dont le flottant est de seulement de 3%, ce qui en fait l'une des actions les plus obscures de la cote bruxelloise.

    Ce matin, le fournisseur pour l'industrie aéronautique a chuté de 8,7% à 21 euros, dans un volume de 75 titres.

  • L'OCDE abaisse fortement saprévision de croissance de la zone euro

    L'OCDE a revu en baisse de 0,8 point de pourcentage sa prévision de croissance pour la zone euro en 2019, en raison d'un ralentissement plus prononcé pour l'Allemagne (-0,9 point) et l'Italie (-1,1 point) que pour la France (-0,3 point).

    "La croissance a été revue très fortement en baisse en Allemagne et en Italie, reflétant des expositions relativement élevées au ralentissement du commerce mondial comparées à celle de la France", selon le document publié par l'Organisation de coopération et de développement économiques.

    "La croissance dans la zone euro a brutalement ralenti en 2018 et devrait rester faible, à environ 1% en 2019 et 1,2% en 2020", ce qui représente une révision à la baisse de 0,4 point de pourcentage pour cette année-là, selon l'organisation internationale.

  • Schaeffler, DBV technologies, Dialog Semiconductor... les valeurs en vue en Europe

    → L'indice Stoxx 600 de l'automobile (-0,56%) accuse de loin la plus mauvaise performance sectorielle en Europe, pénalisé par la baisse de plus de 8% de l'équipementier allemand Schaeffler qui a annoncé une baisse de son bénéfice annuel et un programme de restructuration, soulignant les difficultés du marché automobile.

    → A Paris, la société biotech DBV Technologies chute de 9,86% après avoir creusé ses pertes nettes à 166,1 millions d'euros en 2018.

    Prysmian , premier fabricant mondial de câbles, cède 5,54% à Milan après avoir fait état de résultats annuels inférieurs aux attentes.

    Dialog Semiconductor se distingue avec un gain de 6,96% à Francfort, à un plus haut de plus d'un an, après avoir annoncé une légère augmentation de son bénéfice d'exploitation trimestriel et réduit son exposition à Apple.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés en manque de catalyseurs | Schaeffler enfonce le secteur auto | L'enquête ADP et Livre beige au programme

    1. Les principales Bourses européennes évoluent en légère baisse, les marchés actions semblant en manque de catalyseurs, notamment sur le commerce, à la veille de la réunion de la BCE.

    2. La tendance baissière du marché est alimentée également par le repli du secteur automobile après des annonces décevantes de l'équipement allemand Schaeffler.

    3. Bruxelles perd 0,91%, Amsterdam 0,61%, Paris 0,17% et Francfort 0,16%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 se tasse de 0,04%.

    4. L'agenda macroéconomique est maigre ce mercredi avec la publication avant l'ouverture de Wall Street de l'enquête mensuelle ADP sur l'emploi dans le secteur privé aux Etats-Unis, ainsi que des chiffres du commerce extérieur américain de décembre.

    5. Les investisseurs prendront connaissance du Livre beige de la Réserve fédérale à 20h, un état des lieux de la situation conjoncturelle, à deux semaines de la prochaine réunion de politique monétaire.

  • ING: -3,7%

    ING perd 3,7% à 10,82 euros, ABN Amro 0,19% et Raiffeisen International Bank 1,15%.

    Les banques néerlandaises ING et ABN Amro ainsi que l'autrichienne Raiffeisen Bank International (RBI) sont à leur tour pointées du doigt par des informations de presse disant qu'elles avaient fait partie d'un réseau de blanchiment d'argent lié à la Russie.

  • L'Ajax Asmterdam brille en Bourse

    Le titre de l'Ajax Asmterdam brille en Bourse, le seul club de football coté aux Pays-Bas ayant atteint les quarts de finale de la lucrative Ligue des champions, après sa victoire contre le Real Madrid.

    Roi incontesté de la Ligue des champions depuis trois ans, le Real Madrid a été guillotiné mardi à domicile par l'Ajax Amsterdam (4-1) en huitièmes retour, malgré un succès 2-1 à l'aller.

    L'action du club de football gagne 7,82%, après avoir gagné jusqu'à 10,75% à 17 euros en début de matinée, un record historique.

    Les actions ont augmenté de plus de 50% au cours des douze derniers mois.

    Seule une partie limitée des actions Ajax peut être négociée librement, de sorte que le prix peut varier considérablement avec un volume de transaction limité.Près des trois quarts des actions sont en effet en possession de l’Ajax Association.

  • "Le départ du président d'AB InBev pourrait signaler la fin de la période des rendements démesurés"

    Le départ du président d’AB InBev, Oivier Goudet, pourrait potentiellement ouvrir la voie à une "nouvelle réflexion sur la croissance" de la société, selon Jefferies.

    Ce changement pourrait également signaler que la "période de rendements démesurés tirés de la dynamique des acquisitions et de la réduction des coûts touche à sa fin", précise Edward Mundy, analyste chez Jefferies.

    "Tous les yeux seront rivés sur son successeur et les autres changements au conseil d'administration".

    Olivier Goudet, le président d'AB InBev, sera remplacé lors de l'assemblée générale annuelle du géant de la bière le 24 avril.

    La recommandation reste à "sous performance" avec un objectif de cours de 54 euros.

    AB InBev perd 0,48% dans un marché en repli de 0,48%.

  • Dialog Semiconductor : +4%

    Dialog Semiconductor gagne plus de 4% après ses résultats trimestriels.

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: -0,13%
    • Amsterdam: -0,17%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: -0,08%
    • DJ Stoxx 600: =

  • Dialog Semiconductor : +2%

    Le concepteur anglo-allemand de semi-conducteurs Dialog Semiconductor a annoncé une hausse de 2% de son bénéfice opérationnel au quatrième trimestre mais prévenu que son chiffre d'affaires allait reculer cette année en raison du transfert à Apple d'une partie de ses activités pour 600 millions de dollars (531 millions d'euros).

    Le titre est indiqué en hausse de 1,9% à Francfort.

  • Briefing d'avant Bourse

    Calme en vue en Europe | Enquête ADP et Livre beige de la Fed à l'agenda

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues sans tendance marquée à l'ouverture en l'absence de catalyseur sur les marchés d'actions, notamment dans le dossier commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,14% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,11% et le FTSE à Londres 0,17%.

    3. L'agenda macroéconomique sera maigre ce mercredi avec la publication avant l'ouverture de Wall Street de l'enquête mensuelle ADP sur l'emploi dans le secteur privé aux Etats-Unis, ainsi que les chiffres du commerce extérieur américain de décembre.

    4. Les investisseurs prendront connaissance du Livre beige de la Réserve fédérale à 20h, état des lieux de la situation conjoncturelle, à deux semaines de la prochaine réunion de politique monétaire.

    5. L'euro évolue sous 1,13 dollar, proche d'un plus bas de deux semaines, à la veille de la réunion de la BCE. Elle pourrait suggérer un report sa première hausse de taux de l'après-crise et donner des précisions sur une nouvelle opération ciblée de refinancement de long terme à destination du secteur bancaire.

  • Tinc vise un dividende stable

    Tinc , une société spécialisée dans les investissements d’infrastructures, a dégagé, à l’issue du premier semestre de son exercice décalé un résultat net de 8,7 millions d’euros, en chute de 27,5% par rapport au semestre correspondant de l’exercice précédent. Par action, il passe de 0,59 euro à 0,32 euro.

    Il faut remonter tout en haut du compte de résultats pour expliquer ce repli. Les revenus issus du portefeuille sont en effet passés de 13,4 millions d’euros à 10,7 millions. Les revenus du premier semestre de l’exercice 2017-2018 avaient été positivement impactés par des changements dans le système de taxation des entreprises en Belgique, explique Tinc dans un communiqué.

    La valeur d’actif net du portefeuille s’élève à 320 millions d’euros (11,73 euros par action) contre 311,7 millions (11,43 euros) au 30 juin 2018.

    Tinc confirme sa politique de distribution de dividendes et vise un coupon brut de 0,50 euro par action pour son exercice actuel. Son dernier dividende s'élevait à 0,49 euro.

  • A suivre ce mercredi 6 mars

    → ECONOMIE / FINANCE

    Etats-Unis
    • 14h15 Enquête ADP sur l'emploi privé / février
    • 14h30 Balance commerciale / décembre
    • 16h Commandes à l'industrie / janvier
    • 20h Livre beige de la Fed

    Canada
    • 16h Décision de politique monétaire

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Tinc

    France

    Résultats 2018 de :
    • Somfy
    • manitoun

    Pays-Bas

    Résultats 2018 :
    • Basic-Fit
    • Corbion

  • Le nouvel Bel20 est arrivé

    Le comité des indices d'Euronext Bruxelles s'est réuni ce mardi pour la révision annuelle des trois principaux indices belges. Il a annoncé après la clôture des marchés le nom des heureux élus. Exit donc bpost (présent depuis mars 2014) et Engie (depuis novembre 2005 suite au rachat d'Electrabel) au profit du spécialiste de la technologie de l'image Barco et de la société immobilière réglementée (SIR) WDP .

    À noter que ces changements seront effectifs le lundi 18 mars à l'ouverture des marchés européens.

  • Tokyo en panne de catalyseur

    La Bourse de Tokyo a fini en territoire négatif, sur des prises de bénéfice en l'absence de nouveau catalyseur notamment sur le front du commerce entre les Etats-Unis et la Chine.

    → L'indice Nikkei a perdu 0,60% à 21.596,81 points après avoir touché en début de semaine un plus haut de trois mois à 21.860,39.
    → Le Topix, plus large, a cédé 0,25% à 1.615,25 points.

    "Les marchés ont évolué au gré des négociations commerciales mais la plupart des investisseurs sont fatigués de courir après les gros titres. Les actions japonaises ont progressé dernièrement dans le sillage de Wall Street et grâce à la faiblesse du yen mais le marché pourrait faire une pause pour le moment."
    Yutaka Miura
    Analyste technique principal chez Mizuho Securities

  • Good morning!

    Bienvenue sur le "market live" de L'Echo. Ne bougez plus, vous êtes au bon endroit pour assister, aux premières loges, à cette séance de Bourse du mercredi 6 mars.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés