1. Les marchés
  2. Live blog
live

L'emploi US a ralenti en octobre | Prises de bénéfices en Europe | Wall Street à l'équilibre

Les marchés européens terminent pour la plupart en baisse, sous l'effet de prises de bénéfices après les fortes progressions de la semaine. Galapagos sous pression. L'emploi US au programme de la journée. Wall Street à l'équilibre.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve lundi pour une nouvelle séance.

    Au programme: La balance commerciale allemande pour débuter la semaine. Niveau entreprises, les trimestriels d'Intervest, de McDonald's et de Softbank viendront égayer la séance.

  • Résumé de la séance en Europe

    Londres exceptée, les principales Bourses européennes ont terminé en baisse vendredi mais au-dessus de leurs plus bas du jour, les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis et les derniers développements du feuilleton de l'élection présidentielle américaine ayant atténué le repli lié à des prises de profit logiques après cinq séances consécutives de hausse.

    À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,46% (23,11 points) à 4.960,88 points et à Francfort, le Dax a reculé de 0,7%. L'indice EuroStoxx 50 a cédé 0,36%, le FTSEurofirst 300 0,2% et le Stoxx 600 0,2%. A Londres, le FTSE 100 a grappillé 0,07%, grâce entre autres aux valeurs minières. 

    Les plus fortes baisses sectorielles en Europe ont touché le compartiment automobile, dont l'indice Stoxx a cédé 1,71% sur la journée, et celui des banques (-0,96%), alors que celui des matières premières gagnait 1,99%, la faiblesse du dollar profitant aux cours des métaux de base comme le cuivre et l'aluminium. Parmi les plus fortes baisses du Stoxx 600, Natixis a chuté de 8,39% après des résultats trimestriels jugés décevants, tandis que le groupe suisse de luxe Richemont gagnait 8,9% après avoir battu le consensus et annoncé un investissement avec le géant chinois Alibaba dans le site de vente en ligne Farfetch. Le réassureur Scor (+5,25%) et l'assureur Allianz (+0,67%) ont eux aussi vu leurs résultats salués. Lufthansa (-6,91%) a souffert des informations du Spiegel selon lesquelles la compagnie pourrait avoir de nouveau besoin d'une aide financière publique en 2021. 

    A Bruxelles, le Bel 20 a lâché 0,55%. Galapagos a perdu 6,52%. Solvay a gagné 1,43%.

    Sur le marché élargi, Acacia Pharma a bondi de 6,44%. Recticel a lâché 5,32%.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -0,55%

    AEX: +0,23%

    CAC: -0,46%

  • Aurora Cannabis: +65%

    Les perspectives d'une victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine portent les valeurs liées au cannabis. Aurora Cannabis bondit encore. Tilray , Cronos et Aphria aussi. 

  • Les cours du pétrole chutent

    Les cours du pétrole se replient alors que le candidat démocrate Joe Biden prend l’avantage dans la course incertaine à la présidence des Etats-Unis. Le baril de Brent perd 2% à 40,11 dollars.

    Pourtant, le Brent se dirige vers un gain hebdomadaire de 7%, après avoir chuté au cours des deux semaines précédentes.

    "Alors que les acteurs du marché réclament la clarté des élections, la nervosité de la demande pèse à nouveau sur le segment de l'énergie", a déclaré Stephen Brennock du courtier PVM.

  • Tesla recule malgré une vente express de ... tequila

    Le titre Tesla chute à Wall Street malgré des ventes express de tequila. Le constructeur automobile a lancé jeudi la "Tesla Tequila" au prix de 250 dollars la bouteille. Le produit est déjà sold-out, indique vendredi CNN. Cela n'a pas convaincu les investisseurs...

  • Wall Street ouvre en légère baisse

    Dow Jones -0,10%, Nasdaq -0,16% 

  • Nouveau recul des créations d'emploi aux Etats-Unis

    L'économie américaine a créé moins d'emplois en octobre qu'en septembre, montrent les statistiques officielles publiées ce vendredi, qui confirment la tendance au ralentissement de la reprise aux Etats-Unis avec la fin des mesures de relance et la nouvelle vague de l'épidémie de coronavirus.

    Le département du Travail a recensé 638.000 créations d'emplois non-agricoles le mois dernier après 672.000 (révisé) en septembre et alors que les économistes et analystes interrogés par Reuters en attendaient en moyenne 600.000.

    Le chiffre d'octobre est le plus faible enregistré depuis le début de la reprise en mai.

    Le taux de chômage a reculé à 6,9% là où le consensus tablait sur une baisse du taux de chômage à 7,7% après 7,9% le mois précédent. Cet indicateur est considéré cependant comme peu représentatif de l'évolution du marché du travail.

  • Le concours boursier de L'Echo et Du Tijd dans les startings blocks

    Plus de 7.700 participants se sont déjà inscrits pour le départ du Rallye Boursier, un concours destiné aux investisseurs organisé par De Tijd et L'Echo. Et vous? Il est encore temps de vous inscrire!

    Ceux qui s'inscrivent peuvent immédiatement s'exercer. Le lundi 16 novembre au matin, les compteurs seront remis à zéro et le concours débutera pour de vrai.

    Les participants démarrent avec un capital de départ fictif de 50.000 euros, ce qui leur permet d'investir dans une large sélection d'actions sur les bourses de Bruxelles, Paris, Amsterdam et Wall Street. De plus, ils reçoivent un capital bonus de 2.000 euros avec lequel ils ne peuvent investir que dans des fonds.

    Durant le concours, vous pouvez gagner 100 euros supplémentaires en argent fictif chaque jour en répondant correctement à un quiz boursier. Les participants au salon Finance Avenue du samedi 14 novembre recevront un capital fictif supplémentaire.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street est attendue en baisse et les bourses européennes reculent sous le coup de prises de bénéfices assez logiques après la forte hausse des cinq dernières séances, en attendant les chiffres de l'emploi américain et le verdict de la présidentielle aux Etats-Unis.

    Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli d'environ 0,5% pour le Dow Jones, 0,7%pour le Standard & Poor's 500 et 1% pour le Nasdaq.

    En Europe, les pertes varient entre 0,36% à Amsterdam et 0,90% à Paris. L'Euro Stoxx 50 lâche 0,85% et le Stoxx 600 0,58%.

    "La forte hausse des actions cette semaine (...) donne l'occasion aux investisseurs de réévaluer et de rééquilibrer leurs portefeuilles pour se préparer à une présidence Biden avec un Congrès divisé, sans parler de la très faible mais encore possible éventualité d'un Président Trump avec un Congrès démocrate", explique Mark Haefele, directeur des investissements d'UBS Global Wealth Management, qui reste positif sur les actions à moyen terme, en tablant notamment sur de nouvelles mesures de relance, au plus tard en janvier.

    Sur le front macroéconomique, les investisseurs attendent, à 14h30, les chiffres mensuels de l'emploi américain, qui pourraient confirmer la tendance au ralentissement de la reprise évoquée jeudi par la Réserve fédérale.

  • Uber Technologies: -3,4% en avant-bourse

    Uber Technologies perd 3,4% dans les échanges en avant-bourse en réaction à la publication de résultats trimestriels marqués par une forte hausse des activités de livraisons de repas, mais aussi par une chute des revenus des VTC, notamment aux Etats-Unis, ainsi que par une perte opérationnelle plus lourde qu'anticipé.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Targets revus sur Aperam et ING | Galapagos fait grise mine | Balta en forme (+Briefing)

  • L'Europe boursière s'enfonce

    Les marchés européens s'enfoncent, pour perdre entre 0,8% et 1% après des informations de CNN.

    Selon la chaîne de télévision, le candidat démocrate Joe Biden devance désormais l'actuel président Donald Trump de 917 voix en Géorgie, l'un des Etats clef où le dépouillement est encore en cours.

    Cette annonce ouvre potentiellement la porte à une majorité démocrate au Sénat. Jusqu'à présent, les marchés pariaient sur une combinaison composée de Biden à la Maison Blanche et un Sénat contrôlé par les républicains.

    La Géorgie comprend 16 grands électeurs.

  • Richemont prend la tête du Stoxx 600

    La cote européenne est animée par plusieurs publications de résultats, parmi lesquelles celle du groupe de luxe suisse Richemont qui grimpe de 7,4%, en tête du Stoxx 600, après avoir fait état d'un redressement de ses ventes au troisième trimestre.

    Le réassureur Scor (+6%) est aussi plébiscité après ses résultats à fin septembre.

    A contrario, Natixis (-7,4%) souffre de résultats trimestriels inférieurs aux attentes et JCDecaux (-4,3) est pénalisé par l'annonce d'un nouveau repli organique de son chiffre d'affaires au troisième trimestre.

  • KBC Securities sur Balta

    KBC Securities comment les résultats trimestriels de Balta (voir post de 7h24).

    La progression de 26,3% de l'ebitda ajusté de Balta au troisième trimestre est supérieure à notre prévision d'une hausse de 10%, constate KBC Securities.

    L'analyste Wim Hoste reste prudent en raison du niveau d'endettement du fabricant de tapis et moquette, "malgré la dynamique positive des bénéfices, soutenue par des économies de coûts mais aussi par une baisse des coûts des matières premières".

    La recommandation reste à "conserver" avec un objectif de cours de 1,40 euros.

    Balta gagne 4,38% à 1,31 euro.

  • Le point sur la tendance

    Les marchés d'actions européens marquent le pas, sous l'effet de prises de bénéfices après avoir aligné de fortes progressions tout au long de la semaine.

    Amsterdam recule de 0,39% et Paris de 0,36% tandis que Francfort et Bruxelles pointent à l'équilibre. L'Euro Stoxx 50 cède 0,39% et le Stoxx 600 0,35%.

    Les investisseurs craignent également que les chiffres de l'emploi américain d'octobre montrent une nouvelle détérioration et s'inquiètent des effets de la deuxième vague de coronavirus.

    Le monde attend toujours le résultat de l'élection présidentielle américaine que semble pouvoir emporter le candidat démocrate Joe Biden.

    La communication jeudi de la Réserve fédérale américaine a peu d'impact sur les marchés, focalisés sur l'issue du scrutin présidentiel. La Fed s'est de nouveau posée en bouée de sauvetage face aux risques "considérables" que fait peser la pandémie sur l'économie.

  • Avis de brokers sur ING et Aperam | Galapagos sous pression | Balta en forme (+Briefing)

  • Les tops et les flops en Europe

    > Natixis chute de 6,2% après avoir a publié jeudi soir des résultats trimestriels inférieurs aux attentes et annoncé son intention de  se désengager du capital de la société de gestion H2O.
              
    > JCDecaux, qui a fait état d'une chute de 38% de son chiffre d'affaires en données organiques au troisième trimestre, perd 2,8%.

    > Euronext se déleste de 2%. L'opérateur boursier a annoncé jeudi une hausse de 10,6% sur un an de son bénéfice net au troisième trimestre, à 70,2 millions d'euros, et une hausse de 13,8% de son bénéfice net ajusté par action, à 1,12 euro. 

  • |Opening bell|

    Les marchés européens marquent le pas vendredi sous l'effet de prises de bénéfices après avoir aligné de fortes progressions tout au long de la semaine.

    Amsterdam: -0,38%
    Bruxelles: -0,26%
    Paris: -0,28%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,39%
    DJ Stoxx 600: -0,11%

    Les investisseurs réagissent par ailleurs à nouvelle fournée de résultats trimestriels:

    > Galapagos: -4%
    > Balta: -0,4%

    > Euronext: -2%
    > JCDecaux: -2,75%
    > Natixis: -6,2%

  • Le bitcoin flirte avec les 16.000 dollars

    En parallèle des marchés boursiers, des obligations américaines et de l'euro, le prix du bitcoin réagit lui aussi positivement aux élections présidentielles américaines. La monnaie numérique se négociée ce matin juste en dessous de 16.000 dollars, le plus haut niveau depuis janvier 2018. Au début de cette semaine, le bitcoin s'échangeait juste en dessous de 14.000 dollars.

  • La production industrielle allemande déçoit

    La production industrielle en Allemagne a augmenté moins que prévu en septembre, la crise du coronavirus pesant sur l'activité et menaçant la reprise de la première économie d'Europe.

    La production industrielle allemande a progressé de 1,6% en septembre par rapport au mois précédent, montrent les données publiées vendredi par Destatis, l'office fédéral de la statistique. Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une croissance de 2,7%.

    L'économie allemande a enregistré une croissance record de 8,2% au troisième trimestre mais la deuxième vague de la pandémie de coronavirus et le retour à un confinement partiel risquent de peser sur les perspectives au quatrième trimestre et au-delà.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes devraient ouvrir en baisse, sous le coup de prises de bénéfices après cinq séances de hausse d'affilée au cours desquelles les investisseurs sont parvenus à digérer les incertitudes sur l'élection présidentielle américaine et ont fait fi de la dégradation continue de la situation sanitaire.

    Les contrats à terme signalent un repli de 0,75% pour l'EuroStoxx 50, de 0,76% pour le DAX à Francfort, de 0,68% à Paris et de 0,24% pour le FTSE à Londres.

    Si l'issue de la présidentielle américaine dépend désormais d'une poignée d'États dans lesquels les écarts sont extrêmement minces et le dépouillement se prolonge en raison du nombre inhabituellement élevé de votes par correspondance, Joe Biden paraît tout de même se diriger vers la victoire malgré la bataille juridique tous azimuts engagée par Donald Trump.

    Mais les investisseurs retiennent surtout que les républicains conserveront très probablement le contrôle du Sénat. Selon eux, une majorité républicaine à la chambre haute permettrait d'entraver en partie les projets du candidat démocrate en matière de fiscalité, susceptibles de peser sur les bénéfices des entreprises.

    Ce scénario éloigne aussi la probabilité de l'adoption prochaine d'un vaste plan de relance économique, attendu depuis plusieurs mois par les investisseurs. Ces derniers tablent donc en contrepartie sur un soutien accru de la Réserve fédérale américaine (Fed), ce qui favorise les actifs risqués et pèse sur le dollar.

  • Accord de collaboration entre Galapagos et OncoArendi Therapeutics

    Galapagos a annoncé jeudi soir, en marge ses résultats trimestriels (voir post de 7h52), un accord exclusif de collaboration et de licence avec OncoArendi Therapeutics.

    Cet accord porte sur le développement mondial et les droits de commercialisation de l’OATD-01, détenu par OncoArendi Therapeutics.

    OATD-01 est un inhibiteur pour le traitement de la fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) et d'autres maladies à composante fibreuse. Cette molécule est prête pour la phase de démarrage 2.

  • Galapagos au rapport

    Hier soir, après la clôture de Wall Street, Galapagos a publié ses résultats trimestriels.

    Le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 368,6 millions d'euros sur les neuf premiers mois de l'année. La perte opérationnelle atteint 163,2 millions d'euros et la perte nette 247,6 millions.

    Galapagos s'attend toujours à brûler environ un demi-milliard d'euros en espèces d'ici 2020 pour financer les recherches en cours. La biotech dispose toutefois d'une trésorerie solide de 5,3 milliards d'euros.

  • L'emploi US au programme du jour

    Les statistiques mensuelles du marché du travail aux Etats-Unis, toujours très suivies par les marchés, devraient confirmer que la reprise de l'emploi continue de ralentir. Le consensus Reuters table sur 600.000 créations de postes non-agricoles le mois dernier, alors que la moyenne de cet indicateur sur la période mai-septembre est de 2,2 millions.

  • Extrême prudence de Powell (Fed)

    La Réserve fédérale (Fed) a opté pour le statu quo jeudi. La banque centrale des États-Unis n'a modifié ni ses taux d'intérêt directeurs, ni son programme d'achats d'actifs, comme attendu par la grande majorité des économistes. Le communiqué du comité de politique monétaire de la Fed, dévoilé ce jeudi soir, est quasiment la copie conforme de celui qui avait été publié à la mi-septembre après sa précédente réunion.

    Les observateurs s'attendent à voir la Fed augmenter son soutien à l'économie en décembre. Soulignant le ralentissement en cours, le patron de la banque centrale a accrédité cette hypothèse. D'autant plus que "le chemin à parcourir reste hautement incertain", a précisé Jerome Powell, qui s'est ensuite montré plus direct en déclarant: "Je pense qu'il est probable qu'il faille un soutien supplémentaire de la politique monétaire et de la politique budgétaire."

  • Vers une petite baisse à l'ouverture en Europe

    Les marchés européens s'acheminent vers une ouverture en baisse, alors que le dépouillement des votes se poursuit aux Etats-Unis. Joe Biden est pour l'instant en tête grâce à deux victoires précieuses dans des swing states. Mais plusieurs États n'ont pas encore livré leur verdict et tout peut encore changer, alors que Donald Trump, paniqué, se lance dans une offensive judiciaire.

    L'Euro Stoxx 50 devrait reculer de 0,53% et Francfort de 0,5%.

    L'Asie boursière évolue en ordre dispersé. Si la Bourse de Tokyo a terminé en forte hausse vendredi (+0,91% à 24.325,23 points), pour clôturer à son plus haut niveau depuis novembre 1991, Hong Kong et Shanghai reculent de respectivement 0,3% et 0,8%.

    ©EPA

  • "Le 3e trimestre a été solide pour Balta"

    A l’issue du 3e trimestre, Balta a dégagé des revenus de 144,4 millions d’euros en baisse de 7%. L’ebitda ajusté, par contre, grimpe de 26% à 21,8 millions d’euros tandis que la marge passe, d’une année sur l’autre de 11,1% à 15,1%. L’ebitda est supérieur aux estimations de KBC Securities (19,1 millions)

    De son côté, la dette nette a été réduite de 38,8 millions d’euros par rapport au 2e trimestre 2020. Le ratio d’endettement a baissé à un multiple de 4,7 contre 5,9 à la fin du trimestre précédent.

    "Le 3e trimestre a été solide pour Balta", a commenté Cyrille Ragoucy, le CEO du groupe. "Nous avons entièrement récupéré les revenus dans les divisions rugs et residential alors que le segment commercial prendra un peu plus de temps pour revenir à des niveaux plus normaux."

    "La tendance du 3e trimestre s'est poursuivie en octobre", a-t-il ajouté.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés