1. Les marchés
  2. Live blog
live

Prises de bénéfices en Europe |Wall Street en baisse

Les indices européens ont terminé en ordre dispersé, sur fond de prises de bénéfices. À Bruxelles, argenx est lanterne rouge du Bel 20. Wall Street bascule en baisse.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve mercredi pour une nouvelle séance.

    Au programme: Place aux indicateurs PMI dans le secteur des services. Côté entreprises, la saison des résultats continue en Europe, avec les chiffres de Bekaert, Elia, TINC et Sioen à la Bourse de Bruxelles.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -0,22%

    AEX: -0,2%

    CAC 40: +0,29%

  • La tendance reste hésitante

    Les Bourses américaines évoluent en recul au lendemain de leur forte hausse.

    En Europe, le Bel 20 peine à se maintenir en progression, malgré la bonne tenue d'ING et de Solvay . Aedifica , KBC et argenx pèsent sur l'indice.

  • Le point à Wall Street après l'ouverture

    La Bourse de New York reprend son souffle après avoir nettement progressé la veille sur fond d'apaisement des tensions obligataires.  

    Quelques minutes après l'ouverture, l'indice Dow Jones gagne 32,77 points, soit 0,1%, à 31 568,28 points et le Standard & Poor's 500, plus large, progresse de 0,09% à 3 898,33 points.  Le Nasdaq Composite prenait 0,06% à 13.596,49 points à l'ouverture.  

    Lundi, ces trois principaux indices ont gagné de 2% à 3% et le S&P-500 a signé sa meilleure performance journalière depuis juin à la faveur du recul des rendements obligataires, de l'homologation d'un vaccin anti-COVID supplémentaire aux Etats-Unis et des avancées sur le plan de relance américain. 

    L'action Target progresse, le groupe de distribution ayant publié un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes grâce à ses services de livraison rapide et de collecte en magasin.  

    Zoom Video grimpe de 4,66%, le spécialiste de la visioconférence, qui bénéfice en outre d'un relèvement de recommandation à "surpondérer" par Piper Sandler, ayant dit prévoir pour le trimestre en cours un chiffre d'affaires supérieur aux attentes du marché. 

    NanoViricides s'envole de plus de 80%. La biotech a rendu compte de la forte efficacité  de ses deux candidats-médicaments cliniques  contre le COVID-19 pour lesquels la société prépare une demande d'agrément.

  • Wall Street ouvre en hausse

    Dow Jones +0,10%, Nasdaq +0,06% 

  • Des actionnaires de Melexis vendent des parts

    Xtrion, la société holding de Roland Duchâtelet, Rudi De Winter et Françoise Chombar, vendra 1,79 million d'actions par le biais d'un placement privé auprès d'investisseurs institutionnels. Outre les fondateurs, Melexis participe elle-même à l'opération en vendant 346.141 actions supplémentaires. À la suite de la vente, 4,43% supplémentaire du capital pourra être échangé librement en bourse.

    L'action Melexis   évolue presque à un niveau record. Au rythme actuel, les fondateurs des développeurs de puces encaisseraient 140,5 millions d'euros. Lire le communiqué

  • Wall Street attendue sur une note stable

    Wall Street est attendue sans grand changement à l'ouverture, une partie des investisseurs préférant faire une pause après la forte progression de la veille. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de l'ordre de 0,1% après un bond de 2% à 3% lundi à la faveur du recul des rendements obligataires, de l'homologation d'un vaccin anti-Covid supplémentaire aux États-Unis et des avancées sur le plan de relance américain.

  • Suspension de Melexis...

    ... depuis 13h30, dans l'attente d'un communiqué de presse. L'action gagnait 1,51% à 97,30 euros.

  • Boohoo chute face au risque d'une éventuelle interdiction aux USA

    La chaîne britannique de vente en ligne de vêtements Boohoo chute en bourse après des informations de presse indiquant qu'elle risquait une interdiction aux États-Unis en raison d'accusations de non-respect du droit du travail, ce qu'elle dément.

    Sky News affirme que l'agence des douanes et de la protection des frontières américaine (CBP) avait assez de preuves pour ouvrir une enquête, à la suite de pétitions lancées par l'association britannique Liberty Shared. Selon la chaîne d'informations, Boohoo risque d'être interdite d'exporter ses produits sur le sol américain.

    Dans un communiqué, le groupe dit ne pas avoir "reçu de notification ni être au courant d'une enquête" de la part de la CBP.

  • Les États devraient emprunter 12.600 milliards de dollars cette année

    Les émissions de dettes souveraines devraient représenter 12.600 milliards de dollars (10.480 milliards d'euros) cette année, un montant encore largement supérieur à leur niveau d'avant la pandémie, ce qui risque de fragiliser les notes de certains États, estime S&P Global. Ce montant serait en baisse de 20% par rapport à celui sans précédent des emprunts de 2020, mais dépasserait de 50% sa moyenne de la période d'avant la crise du coronavirus, précise l'agence de notation dans une étude.

    Au total, sur la période 2020-2021, l'endettement supplémentaire des États directement lié à la crise sanitaire et à son impact économique devrait représenter 10.900 milliards de dollars, ajoute-t-elle, soit l'équivalent de plus de 13% du produit intérieur brut (PIB) mondial.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    KBC perd un fan | Une biotech bondit | Target relevé pour Solvay, UCB, Ter Beke et Deceuninck (+Briefing)

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * EBAY et le norvégien Adevinta ont annoncé leur intention de céder trois actifs britanniques pour apaiser les craintes des régulateurs concernant leur projet de rapprochement, une opération à plus de neuf milliards de dollars (7,5 milliards d'euros) qui donnerait naissance au numéro un mondial du secteur des annonces en ligne.

    * BOEING et l'armée de l'air royale australienne (RAAF) ont déclaré avoir bouclé le premier essai en vol d'un avion de chasse sans pilote conçu pour voler en formation de combat aux côtés d'appareils avec équipage.

    * BAKER HUGHES et le norvégion Akastor ont annoncé prévoir de fusionner leurs activités d'équipement de forages pétroliers en mer.

    * ZOOM VIDEO COMMUNICATIONS - Le spécialiste des réunions en ligne a déclaré, lundi, prévoir un chiffre d'affaires supérieur aux attentes du marché pour le trimestre en cours. Le titre gagnait 10% dans les échanges hors séance après la clôture lundi et Piper Sandler a relevé sa recommandation à "surpondérer".

  • Degroof Petercam confiant dans l'avenir de Ter Beke

    Degroof Petercam a relevé son objectif de cours pour Ter Beke   à 120 euros, contre 105 euros auparavant. "Les résultats du deuxième trimestre ont montré une forte reprise. C'est prometteur pour 2021, car nous prévoyons une nouvelle reprise des plats cuisinés et des résultats stables dans la branche transformation de la viande. Nous avons augmenté nos prévisions de bénéfice brut d'exploitation de 15%."

    Selon le broker, les résultats meilleurs que prévu du précédent trimestre sont principalement dus à l'amélioration de l'efficacité. "Parce que ces améliorations sont structurelles, nous attendons beaucoup de 2021. De plus, l'entreprise est en mesure de bien maintenir sa trésorerie."

  • L'euro baisse encore, les cambistes misent sur les États-Unis

    L'euro   entame une troisième séance consécutive de baisse face au dollar, les cambistes misant sur une reprise rapide aux États-Unis par rapport à l'Europe

    "La combinaison du succès des vaccins, des mesures de relance budgétaire et des politiques monétaires" de la banque centrale américaine (Fed) "promet une explosion de l'activité économique (aux États-Unis) au lendemain de la pandémie", commente Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades. Les cambistes estiment que la reprise pourrait atteindre un tel niveau que la Fed devra resserrer sa politique monétaire, ce qui rendrait le dollar plus attractif.

    "Nous atteignons des sommets de pessimisme sur les perspectives de la zone euro", prévient Kit Juckes, analyste chez Société Générale, qui estime que l'euro pourrait reprendre sa hausse à moyen terme.

  • "Sipef a conclu une très bonne affaire"

    KBC Securities revient sur l'annonce selon laquelle le producteur d'huile de palme Sipef   cède ses activités de caoutchouc et de thé. "Nous pensons que la vente s'inscrit parfaitement dans la stratégie de l'entreprise pour devenir un pur acteur de l'huile de palme. De plus, le produit de la vente réduira la dette".

    "Nous évaluions les activités du caoutchouc à 0 dollar et pour le thé, nous comptions sur une valorisation de 15 millions de dollars. Si nous incluons les frais de personnel et les frais de renouvellement des titres fonciers, nous arrivons à un prix de vente de 28 à 30 millions de dollars. Nous pensons donc que Sipef a conclu une très bonne affaire."

  • Degroof Petercam revoit son TP pour Deceuninck

    Degroof Petercam a relevé son objectif de prix pour Deceuninck , passant de 3 à 3,40 euros. "La société a obtenu de très bons résultats, réalisant une marge de 16,5% au second semestre. De plus, la direction est positive pour 2021 maintenant que le groupe peut présenter une croissance à deux chiffres dans toutes les régions au cours des premières semaines de la nouvelle année."

    De plus, l'entreprise a vu sa dette baisser fortement. "D'ici 2022, l'entreprise pourrait même être sans dette, ce qui lui confère un profil de risque beaucoup plus faible. Après des années d'investissement, nous pensons que les dépenses d'investissement se normaliseront entre 30 et 40 millions d'euros."

  • Zone euro: inflation stable en février à 0,9%

    L'inflation dans la zone euro est restée stable en février, à 0,9% en rythme annuel, montre la première estimation d'Eurostat. Cette pause devrait précéder une nette accélération des prix dans les mois à venir. Le chiffre de février est conforme au consensus Reuters, les estimations des économistes interrogés s'échelonnant entre 0,6% et 1,2%.

    Les produits alimentaires, les boissons, l'alcool et le tabac ont été les principaux contributeurs à la hausse générale des prix, freinée, par ailleurs, par la baisse de ceux de l'énergie, précise Eurostat.

    • L'inflation dite de base, qui exclut l'alimentation et l'énergie, a ralenti à 1,2% sur un an, après 1,4% en janvier.
    • Une mesure plus étroite encore de l'inflation, qui exclut aussi le tabac et l'alcool, est revenue à 1,1%, après 1,4%.

    La hausse devrait s'amplifier au cours des prochains mois en raison de facteurs exceptionnels comme le rebond des prix du pétrole et la fin de l'impact de la baisse de la TVA en Allemagne. L'inflation pourrait même dépasser temporairement l'objectif que s'est fixé la Banque centrale européenne (BCE), à savoir une augmentation des prix légèrement inférieure à 2% en rythme annuel.

  • Allemagne: le taux de chômage reste stable à 6,0% en février

    Le taux de chômage allemand est resté stable en février, malgré la prolongation des restrictions imposées pour lutter contre la pandémie de Covid-19 dans le pays, selon des chiffres officiels. En données corrigées des variations saisonnières (CVS), le taux de chômage atteint 6,0%, à un niveau équivalent à celui de janvier.

    Le nombre de chômeurs est toutefois en légère hausse (+9.000), et ce, pour la première fois depuis juin.

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes évoluent en dents de scie en début de séance, l'impact du repli des cours des matières premières atténuant celui du rebond des valeurs cycliques.

    → À Bruxelles, le Bel 20 lâche 0,71%. Ailleurs en Europe, le CAC 40 perd 0,15% alors qu'à Londres, le FTSE 100 gagne 0,35% et qu'à Francfort, le Dax recule de 0,15%. L'indice EuroStoxx 50 est en baisse de 0,3% et le Stoxx 600 de 0,08%.

    Le compartiment du pétrole et du gaz perd 1,41%. À l'opposé, les progressions les plus marquées sont pour les secteurs des médias (+0,40%) et des télécommunications (+0,30%).

    Le marché pétrolier, qui profitait lundi des espoirs de reprise de la demande, s'inquiète désormais de la volonté de l'Opep+ d'augmenter son offre de brut sans attendre une amélioration marquée de la conjoncture mondiale. L'Opep et ses alliés se réunissent jeudi pour débattre d'une augmentation de leur offre qui pourrait atteindre 1,5 million de barils par jour. Le Brent abandonne 1,11%, à 62,98 dollars le baril, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 1,02%, à 60,02 dollars.

  • Lindt s'attend à un rebond des ventes en 2021

    Le chocolatier suisse Lindt & Sprüngli a vu ses bénéfices fondre en 2020 avec la pandémie, mais a dit s'attendre à une progression de ses ventes de l'ordre de 6 à 8% en 2021, suggérant un net rebond. Cet objectif pour l'année en cours est supérieur à son objectif de croissance de moyen à long terme de 5 à 7% (hors effets de changes et acquisitions) que le groupe a également confirmé lors de la publication de ses résultats annuels.

    Le chocolatier suisse a également dit s'attendre à un rebond de sa marge opérationnelle aux environs de 13 à 14% en 2021, qui redevrait ensuite grimper à 15% en 2022, a-t-il indiqué dans un communiqué.

    Avec le choc de la crise sanitaire, en particulier au premier semestre, son bénéfice net s'est contracté de 37,5% par rapport à l'année précédente, à 320,1 millions de francs suisses (290,8 millions d'euros). Sa marge opérationnelle s'est effritée à 10,5%, contre 13,2% un an plus tôt, a-t-il précisé. 

    ©REUTERS

  • De Guindos: "La BCE armée pour contrer la hausse des rendements"

    La Banque centrale européenne (BCE) dispose des outils nécessaires pour contrer toute hausse indésirée des rendements obligataires, selon son vice-président, qui rejoint ainsi d'autres responsables de l'institut d'émission. "Nous devrons déterminer si cette hausse des taux nominaux aura un impact sur les conditions de financement", déclare Luis de Guindos, cité par le quotidien portugais Público.

    "Si nous en arrivons à la conclusion que tel sera le cas, nous sommes totalement ouverts à un recalibrage de notre programme, y compris de l'enveloppe du Programme d'achats d'urgence face à la pandémie", ajoute-t-il. "Nous avons de la marge pour agir et nous avons des munitions."

  • "L'inflation va être la thématique centrale du marché jusqu'à l'été"

    "Il est certain à ce stade que l'inflation va continuer d'être la thématique centrale du marché au moins jusqu'à l'été". A cet égard, "la principale statistique du jour" sera celle de l'inflation en zone euro au mois de février, "qui est attendue stable, avant une probable nouvelle hausse au printemps, notamment en lien avec la progression des matières premières"
    Christopher Dembik
    directeur associé à la banque Berenberg

  • Voici le briefing actions belges

    Conseil d'achat pour une biotech | Target réduit pour AB InBev et Galapagos | Argenx souffre (+Briefing)

  • Emmanuel Faber perd les pleins pouvoirs chez Danone

    Il s'agit d'une défaite pour Emmanuel Faber, qui ne gardera "que" la présidence de Danone  , et ne restera CEO que jusqu'à ce qu'un nouveau directeur général soit trouvé. Le groupe indique dans un communiqué que le conseil d'administration a lancé un processus de sélection pour le poste de directeur général et que la séparation des deux fonctions sera effective dès la nomination d'un nouveau directeur général.

    Emmanuel Faber était directeur général depuis 2014 et PDG depuis 2017. Il faisait face à une fronde d'actionnaires depuis plusieurs semaines. Ceux-ci avaient notamment exigé la dissociation des deux fonctions afin de redonner une nouvelle vigueur au groupe, malmené par la pandémie de Covid-19.

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 -0,25%

    AEX -0,29%

    BEL 20 -0,69%

  • Allemagne: baisse plus forte que prévu des ventes au détail

    Les ventes au détail allemandes ont baissé plus que prévu en janvier, selon les données publiées par l'Office fédéral de la statistique, les mesures de confinement ayant impacté les dépenses des consommateurs dans la plus grande économie d'Europe. Les ventes au détail - un indicateur volatil et souvent sujet à révision - ont baissé de 4,5% en termes réels en janvier, après une chute de 9,1% (chiffre révisé à la hausse) en décembre.

    Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à un recul limité à 0,3%.

    "Cette baisse peut s'expliquer par les mesures de confinement liées au coronavirus, qui ont entraîné la fermeture de nombreux magasins de détail depuis le 16 décembre 2020", a déclaré l'Office fédéral de la statistique.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues en légère baisse à l'ouverture sous le coup de prises de bénéfice après le rebond soutenu enregistré la veille.

    → Les contrats à terme sur indices suggèrent une baisse de 0,24% pour le CAC 40 à Paris, de 0,23% pour le Dax à Francfort, de 0,28% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,24% pour l'EuroStoxx 50.

    Le dollar continue de profiter de la perspective d'une reprise plus rapide et solide aux États-Unis que dans les autres grandes économies et s'apprécie de 0,23% face à un panier de référence, au plus haut depuis le 8 février. L'euro  , notamment, creuse ses pertes et se rapproche de 1,20 dollar au lendemain des déclarations de Christine Lagarde et François Villeroy de Galhau laissant entendre que la BCE pourrait agir pour freiner la hausse des rendements obligataires.

    Sur le marché obligataire, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans poursuit son repli, à 1,4119%, soit 20 points en dessous de son pic de jeudi dernier (1,614%), et celui du Bund allemand de même échéance revient dans les premiers échanges à -0,344%.

  • JPMorgan toujours fan de Solvay

    JPMorgan a réitéré sa recommandation pour Solvay   à "acheter", avec un objectif de cours de 115 euros.

  • Argenx franchit une nouvelle étape importante pour l'efgartigimod

    La biotech argenx   annonce que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a accepté pour examen la demande de licence de produits biologiques (BLA) pour l'utilisation de l'efgartigimod intraveineux (IV) dans le traitement de la myasthénie généralisée (gMG). La FDA a établi un processus d'examen standard de 10 mois.

    Ce qui en fait un revers. Lors du dépôt de la demande en janvier, la société espérait une procédure d'urgence car la MG est une "maladie orpheline", une maladie pour laquelle il n'existe actuellement pas vraiment de traitement adéquat. Avec une procédure d'urgence, Argenx aurait pu lancer la commercialisation de l'efgartigimod sur le marché américain dès le second semestre 2021. 

    Mais il faudra attendre jusqu'au 17 décembre prochain pour savoir si argenx a obtenu son feu vert. "Il s'agit d'une étape importante pour argenx dans notre transition vers une société au stade commercial et nous rapproche de notre mission visant à atteindre les patients atteints de gMG, une maladie neuromusculaire débilitante", a commenté Tim Van Hauwermeiren, CEO d'argenx, dans un communiqué.

  • La banque centrale d'Australie se bat contre la remontée des taux

    La Banque de réserve d’Australie (Reserve Bank of Australia) a indiqué qu’elle était prête pour une bataille prolongée contre les traders en obligations qui parient sur une vague de reflation balayant l’économie mondiale.

    "La banque reste attachée à l'objectif de rendement à 3 ans et a récemment acheté des obligations pour soutenir l'objectif et continuera de le faire si nécessaire", a déclaré le gouverneur Philip Lowe dans un communiqué, après avoir maintenu sa politique monétaire inchangée. "La banque est prête à apporter de nouveaux ajustements à ses achats en fonction des conditions du marché."

    En disant cela, la banque centrale garantit qu'elle achètera beaucoup plus d'obligations si le taux d'intérêt à trois ans passe au-dessus de 0,1%. Elle a récemment acheté pour 4 milliards de dollars d'obligations en un jour, un record. En conséquence, le taux d'intérêt à dix ans a baissé de 27 points de base.

  • Le private equity entame 2021 en force, avec des prix élevés

    Les fonds de private equity ont surfé l'an dernier sur la crise pandémique en faisant preuve d'une belle capacité de résistance. Si le nombre des transactions a chuté de 24% dans le monde, à quelque 3.100 deals (contre 4.100 en 2019), en valeur elles ont augmenté de 8%, à 592 milliards de dollars, ainsi que le révèle le 12ᵉ rapport du bureau de consultance Bain & Company sur l'industrie du private equity. 

    Les prix moyens des opérations ont sensiblement augmenté, ce qui explique la hausse. C'est à la fois un sujet de satisfaction (pour la santé du secteur) et d'inquiétude (pour les valorisations aujourd'hui et demain).

    Lire notre article | Le private equity entame 2021 en force, avec des prix élevés

  • Mithra lance la commercialisation de Myring en Italie

    Mithra  annonce le lancement commercial de son anneau contraceptif vaginal Myring en Italie. C'est le quatrième plus grand marché d’anneaux contraceptifs au monde, tant au niveau de la valeur commerciale que du volume, après les États-Unis, l'Allemagne et l'Espagne. Avec 2 millions d'anneaux vaginaux vendus par an, le marché italien des anneaux contraceptifs représente 22 millions d'euros par an, avec une croissance stable de 3% par an.

    "Après le lancement réussi sur le premier marché européen, l’Allemagne, l’année dernière, nous voici désormais présents sur le troisième marché européen, mais aussi le quatrième au niveau mondial. En plus des sept pays européens déjà couverts, d'autres lancements commerciaux devraient suivre cette année en Europe et dans le reste du monde", a commenté son CEO ad interim, Leon Van Rompay, dans un communiqué.

  • L'Opep+ tentée d'ouvrir les vannes avec le retour en grâce des prix

    Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés se retrouvent cette semaine afin d'ajuster leurs coupes de production d'or noir, dans un contexte de reprise des cours salutaire pour les finances, mais qui représente un piège pour l'entente du groupe. La réussite du deuxième sommet ministériel de l'Opep+ depuis le début de l'année, prévu jeudi, repose essentiellement sur la coordination des deux poids lourds que sont la Russie et l'Arabie saoudite, respectivement deuxième et troisième producteurs mondiaux derrière les États-Unis.

    "Les priorités sont bien connues: la Russie veut revenir à une production normale le plus rapidement possible, tandis que l'Arabie saoudite veut profiter un peu plus longtemps de prix élevés", explique Bjarne Schieldrop, analyste de Seb.

    Il est probable "que la hausse des prix du pétrole entraîne un relâchement plus rapide des coupes", avancent les analystes de Capital Economics, de même que la reprise de la demande d'or noir en Chine et dans le reste du monde à mesure que les campagnes de vaccination font leur œuvre et que le Covid-19 reflue.

    Il est probable "que la hausse des prix du pétrole entraîne un relâchement plus rapide des coupes" parmi les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés.
    Capital Economics

  • La Chine "s'inquiète" des bulles sur des marchés étrangers

    Le principal organisme de réglementation bancaire chinois s’est dit "très préoccupé" par les risques émergeant des bulles sur les marchés financiers mondiaux et le secteur immobilier du pays, suscitant de nouvelles inquiétudes quant à un resserrement monétaire supplémentaire en Chine. Ce qui explique la tendance baissière des actions en Asie.

    Les bulles sur les marchés américain et européen pourraient éclater, parce que leur rally boursier se dirige dans la direction opposée de leurs économies sous-jacentes, et devront faire face à des corrections "tôt ou tard", a prévenu Guo Shuqing, président de la China Banking and Insurance Regulatory Commission.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, où vous pouvez suivre "minute par minute" les grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce mardi 2 mars 2021.

    La Bourse de New York a fini lundi en nette hausse en s'adjugeant 1,95%, les investisseurs saluant l'arrivée du vaccin de Johnson & Johnson contre le Covid-19, le vote de la Chambre des représentants sur le plan de relance américain ainsi que le repli des rendements obligataires. L'indice Dow Jones a gagné 603,14 points, à 31 535,51. Le S&P-500, plus large, a pris 92,71 points, soit 2,43%, à 3.903,86. Le Nasdaq Composite a avancé, de son côté, de 402,81 points (3,05%) à 13.595,15 points.

    Mais la tendance vire au rouge ce matin. À Tokyo, le Nikkei 225 lâche 0,82% quelques minutes avant sa clôture, tandis qu'à Hong Kong, l'indice Hang Seng perd 1,55%.

    ©Bloomberg

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés