1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le coronavirus grippe à nouveau les marchés

Les bourses européennes terminent en baisse, les investisseurs gardant un oeil sur le coronavirus et ses conséquences alors que le bilan humain s'accentue hors de Chine. Les PMI manufacturiers rassurent. Proximus chute. IBA progresse. Un broker "vend" Galapagos.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve lundi prochain pour une nouvelle séance.

    Au programme: les investisseurs devraient s'intéresser aux résultats de PostNL. Accentis et Iep Invest à l'agenda belge. Niveau macroéconomique, l'indice Ifo sera publié à 10h.

  • Résumé de la séance en Europe

    Le regain d'inquiétude suscité par la propagation du coronavirus en Chine et ailleurs a pesé de nouveau sur les marchés d’actions européens, même si l'activité des entreprises de la zone euro a montré des signes rassurants.

    À Paris, le CAC 40 a perdu 0,54% après avoir lâché jusqu'à 0,86% en tout début de séance. À Londres, le FTSE 100 a  lâché 0,44% et à Francfort, le Dax a reculé de 0,62%.

    L'indice EuroStoxx 50 a terminé en baisse de 0,68% et le FTSEurofirst 300 de 0,64% alors que le Stoxx 600 a baissé de 0,58%, à 0,9% de son record établi mercredi dernier.

    À Paris, ArcelorMittal (-2,18%), TechnipFMC (-2,41%) et Renault (-2,99%) ont figuré parmi les plus fortes baisses du CAC 40. 

    À Francfort, Daimler a cédé 2,63% après avoir déclaré que l'épidémie aurait des "conséquences néfastes importantes" sur sa production. 

    Pearson a chuté de 3,87%, Covestro de 2,86% et Valeo de 4,75%. Les investisseurs n'ont pas apprécié les résultats publiés par ces sociétés. Pearson a notamment prévu une année 2020 difficile en raison de pressions aux Etats-Unis sur ses ventes de livres. Covestro a abaissé de 5% ses prévisions de bénéfices pour 2020 et 2021. Valeo a publié des chiffres sous les attentes des analystes. 

    Les investisseurs ont privilégié les valeurs défensives. À Francfort, l'opérateur de marché Deutsche Börse a pris 0,55% et le groupe immobilier Vonovia 0,56%.

    Sopra Steria a grimpé de 12,22 %, la meilleure performance du Stoxx 600, après l'annonce de résultats annuels solides et d'un projet de rachat de Sodifrance (-6,45%), qui va lui permettre de se renforcer dans le secteur de l'assurance et de la protection sociale. 

    Allianz a progressé de 1,18% après la publication de ses résultats. Le groupe d'assurances table pour 2020 sur une performance de 12 milliards d'euros, à plus ou moins 500 millions d'euros près, sauf événements imprévus.  Il a indiqué lancer un programme de rachat d'actions à hauteur de 1,5 milliard d'euros qui s'étalera des mois de mars à décembre. Axa a perdu 1,45%.

  • Résumé de la séance à Bruxelles

    La Bourse de Bruxelles a de nouveau reculé, dans un marché de nouveau en proie aux inquiétudes liées au coronavirus alors que l'épidémie se propage en dehors de Chine. Le Bel 20 a perdu 0,99% à 4078,44 points.

    Proximus a perdu 6,04%, soit la plus forte baisse de l'indice. Ses résultats sont ressortis conformes aux attentes, mais les investisseurs s'inquiètent de la pérennité du dividende. L'action subit aussi l'impact négatif de l'annonce jeudi dernier de l'IBPT qui indique qu'à la demande d'une entreprise belge (CityMesh), il a mis le spectre libre encore disponible dans la bande de fréquences 4G 2,6 GHz à disposition par le biais d'une nouvelle mise aux enchères. Telenet a reculé de 1,97%. Sur le marché élargi, Orange Belgium  a glissé de 1,61%.

    ING  a lâché 1,73% alors que la quête d'un remplaçant pour le CEO Ralph Hamers, sur le départ, est lancée.

    Galapagos a par contre bondit de 2,8% grâce à ses résultats. La biotech a annoncé disposer de 5,8 milliards d'euros de trésorerie et que le Filgotinib, son traitement contre le rhumatisme, est prêt à être commercialisé. Mais elle a aussi indiqué qu'elle dépensera entre 420 et 450 millions d'euros cette année. Chez KBC Securities, les analystes notent que sans l'aide financière de Gilead, ce montant pourrait grimper entre 500 et 530 millions d'euros, "une forte hausse par rapport aux 334 millions d'euros de trésorerie consommée en 2019".

    WDP a gagné +0,84%. La SIR a été privilégiée dans la recherche de valeurs défensives, comme Cofinimmo (+0,61%).

    Sur le marché élargi, IBA a progressé de 3,4%. Le groupe  a annoncé qu’il a signé un contrat pour installer une solution compacte de protonthérapie ProteusONE à l’hôpital présidentiel Rumah Sakit Pusat Angkatan Darat (RSPAD) Gatot Soebroto à Jakarta, en Indonésie. David Vagman, analyste chez ING, indique que IBA a vendu 9 installations de protonthérapie en 2019.

    Home Invest a pris 2,16% au lendemain de ses résultats.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -0,99%

    CAC 40: -0,54%

    AEX: -0,77%

    DAX:-0,71%

    Stoxx 600: -0,58%

  • Des valeurs défensives privilégiées

    Les valeurs défensives résistent à la tempête sur les marchés européennes.

    A Bruxelles, les SIR WDP et Cofinimmo sont privilégiées.

    A Francfort, le groupe immobilier Vonovia et l'opérateur de marché Deutsche Börse sont préférés.

    A Amsterdam, on notera que la firme de trading à haute fréquence Flow Traders est recherchée (le titre profite décidement de chaque nouvel épisode de volatilité sur les marchés).

  • Etats-Unis: les PMI en baisse en février

    L'indice PMI composite d'IHS Markit pour les États-Unis ressort à 49,6 en estimation flash pour février 2020, à comparer à 53,3 en janvier, traduisant ainsi une brusque dégradation des conditions opérationnelles dans le secteur privé américain d'un mois sur l'autre.

    Pour rappel, le seuil des 50 marque pour cet indice la limite entre expansion et repli de l'activité du secteur privé américain : plus il est bas en dessous de ce niveau, plus le rythme de la décroissance sectorielle est soutenu.

  • Le hard seltzer, un moteur ou un frein pour AB InBev?

    L'analyste Celine Pannuti de JPMorgan a réduit jeudi sa recommandation sur AB InBev à "sous pondérer" contre "neutre". On sait désormais pourquoi: l'analyste estime que l'intensification de la concurrence sur le hard seltzer (boissons gazeuse peu alcoolisée) aux Etats-Unis et l'impact du coronavirus va peser sur le groupe.

    Voilà un avis bien différent des analystes de Kepler Cheuvreux qui estiment au contraire qu'AB InBev va tirer parti de la croissance de la tendance de hard seltzers

    Celine Pannuti estime que 2020 va rester difficile pour AB Inbev et que la société se trouve à la croisée des chemins en essayant de générer du volume en augmentant les prix à une croissance moindre que celle de l'inflation. 

  • Le taux à trente ans américain tombe à un plus bas historique

    Le taux américain à trente ans a reculé à 1,93%, son plus faible niveau historique, en raison de l'augmentation des cas de coronavirus hors de Chine.

  • Wall Street ouvre en baisse

    Dow Jones: -0,38%

    S&P500: -0,43%

  • Kepler Cheuvreux relève de 6 euros le prix cible d'UCB

    Après les bons résultats publiés par UCB jeudi, Kepler Cheuvreux relève son objectif de cours sur le groupe de biopharmacie de 93 à 99 euros. La recommandation d'achat reste de mise, compte tenu d'une amélioration de la génération de bénéfice ou encore du potentiel dans le pipeline.

  • Le point sur la tendance boursière - Update

    Les bourses européennes pointent en légère baisse, voire proche de l'équilibre, une heure avant l'ouverture de Wall Street, les investisseurs privilégiant la prudence face aux risques liés au coronavirus alors que de nouveaux cas de contaminations ont été enregistrés en dehors de Chine.

    L'indice DJ Stoxx 600 grappille 0,05% tandis que l'Euro Stoxx 50 se tasse de 0,04%.

    L'indice Bel 20 s'inscrit en baisse plus marquée de 0,69%, pénalisé par le plongeon de 5% de Proximus. Telenet et Umicore suivent avec des reculs de l'ordre de 2%. A l'opposé, Galapagos est bien orientée (+2,18%). Hors Bel20, IBA profite de l'annonce d'un contrat en Indonésie pour avance de 3,6%.

    De son côté, Wall Street s'oriente vers une ouverture en territoire négatif. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average se repliait de 0,44%, celui de l'indice élargi S&P 500 de 0,38% et celui du Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,67%.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Les principales valeurs à suivre vendredi à Wall Street où les contrats à terme indiquent une ouverture en baisse entre 0,3% à 0,4% :

    Sprint, T-Mobile, Dropbox...

    * SPRINT et T-MOBILE - Les deux opérateurs mobiles américains ont annoncé jeudi soir une modification des modalités de leur projet de fusion qui verrait la participation de Softbank, actionnaire majoritaire de Sprint, réduite à 24% dans le nouveau groupe contre 27% prévu initialement, tandis que celle de Deutsche Telekom, maison mère de T-Mobile, serait revue à 43% contre 42%. Dans les échanges en avant-Bourse, le titre Sprint gagne 5,2% alors que T-Mobile recule de 1,5%.

    * WELLS FARGO est sur le point de conclure un accord avec la Securities and Exchange Commission (SEC), l'autorité boursière américaine, et le département américain de la Justice pour mettre un terme aux enquêtes sur ses pratiques commerciales, a rapporté jeudi le New York Times.

    * HP a dévoilé jeudi un projet de "pilule empoisonnée", quelques jours après le relèvement par XEROX de sa proposition de rachat, rejetée à plusieurs reprises.

    * DROPBOX - Le spécialiste du stockage de données en ligne a publié jeudi soir des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et a relevé son objectif de marge d'exploitation pour 2024, ce qui se traduit dans les transactions avant l'ouverture par une hausse de l'action de 12,6%.

    * AUTOLIV, premier fabricant mondial d'airbags et de ceintures de sécurité, a confirmé vendredi ses prévisions annuelles malgré les fortes perturbations de ses activités en raison du coronavirus.

  • Les investisseurs inquiets pour la pérennité du dividende de Proximus

    Malgré la baisse de son bénéfice annuel, Proximus maintient son dividende inchangé, ce qui porte le ratio de distribution aux actionnaires à 130% du bénéfice. De quoi inquiéter le marché.

  • Résultats supérieurs aux attentes pour Hoivatilat (Aedifica)

    Hoivatilat, le filiale finlandaise du groupe immobilier spécialisé dans les soins de santé Aedifica , a bouclé 2019 sur des résultats 2019 supérieurs aux attentes. Le bénéfice EPRA a bondi de 16% à 8,9 millions d'euros ou 0,35 euro par action. Le chiffre d'affaires a progressé de 35% à 23,3 millions d'euros.

    Pour 2020, Hoivatilat prévoit une hausse de son chiffre d'affaires d'au moins 20%, avec une marge opérationnelle de 40%.

    Aedifica progresse de 1,05% à 134,80 euros dans un marché bruxellois en baisse de 0,65%.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les Bourses européennes évoluent en baisse, les craintes concernant la propagation du coronavirus et ses répercussions sur la sphère économique suscitant toujours une aversion pour le risque.

    La publication d'indices PMI manufacturiers flash supérieurs aux attentes en Allemagne et en zone euro a néanmoins permis d'apaiser une partie des craintes et de limiter le repli en Europe.

    Les replis tournent entre 0,70% à Londres et 0,13% à Francfort. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 se déleste de 0,16%.

    La première estimation flash du PMI manufacturier allemand a montré une amélioration inattendue en février de l'activité dans le secteur, avec un indice à 47,8 après 44,8 en janvier et alors que le consensus le donnait en baisse à 45,3.

    Ce chiffre était suivi de près par les investisseurs compte tenu de l'exposition de l'Allemagne à l'économie chinoise.

  • Fraudes aux cryptomonnaies : la FSMA met à jour sa liste de sites web suspects

    Au cours de ces dernières semaines, la FSMA a continué de recevoir de nouvelles plaintes de consommateurs ayant donné suite à des offres frauduleuses d’investissement dans les cryptomonnaies. Les arnaques aux cryptomonnaies continuent donc de faire des victimes en Belgique. La FSMA met dès lors à nouveau le public en garde ; elle met également à jour sa liste des plateformes de trading de cryptomonnaies à l’égard desquelles elle a pu constater des indices de fraude. Cette liste reprend à présent un total de 141 sites web.

  • "Le contrat d'IBA est positif pour le sentiment"

    Pour l'analyste David Vagman d'ING, le contrat signé par IBA en Indonésie (voir post de 8h06) est positif pour le sentiment. "Cela va aider IBA à atteindre ses objectifs 2019 et cela montre qu'IBA continue de remporter des contrats malgré la concurrence agressive de Varian. Il reste malgré tout des questions importantes au niveau des prix et de la rentabilité dans le contexte très compétitif actuel."

    IBA progresse de 4,9% à 11,12 euros dans un marché en baisse de 0,54%.

  • Troisième mois consécutif d'accélération pour l'inflation en zone euro

    L'inflation dans la zone euro a avancé en janvier grâce au rebond des prix de l'énergie, a annoncé vendredi Eurostat, confirmant sa première estimation.

    Les prix à la consommation dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique ont augmenté de 1,4% sur un an en janvier. Il s'agit du troisième mois consécutif d'accélération.

    Les statistiques officielles confirment également que l'inflation dite de base, c'est-à-dire en excluant les prix des produits alimentaires non transformés et de l'énergie, a ralenti en janvier à 1,3% alors que le Banque centrale européenne vise une inflation à 2%.

    Une mesure encore plus étroite, qui exclut également l'alcool et les produits du tabac, est ressortie à 1,1% en janvier, conformément à la première estimation, contre 1,3% en décembre, toujours en rythme annuel.

  • Proximus: -7%

    Proximus s'enfonce en matinée. Le titre creuse ses pertes pour dégringoler de 6,61% à 24,43 euros. L'opérateur télécom a publié ce matin, avant l'ouverture des marchés, des résultats annuels (voir post de 07h40) qui peinent visiblement à séduire les investisseurs.

    Voici les premières réactions des analystes:

    > Jefferies - La baisse du chiffre d'affaires de 3,9% des abonnements en téléphonie mobile est étrange, étant donné la base de comparaison facile, indique l'analyste Ulrich Rathe.

    > KBC Securities - L'analyste Ruben Devos de KBC Securities déclare que les résultats de Proximus contiennent "peu de surprises". Devos ajoute que l'opérateur télécom n'est pas très clair sur le plan de restructuration. Proximus a clairement indiqué combien d'argent la société va dépenser pour le plan, sans donner d'indications sur ses économies potentielles". Devos ajoute que le montant de 151 millions d'euros pour le plan en 2020, ira de pair avec des coûts élevés pour le développement de l'internet rapide de Proximus.

  • "L'économie de la zone euro a réussi à reprendre de l'élan en février"

    L'activité du secteur privé de la zone euro s'est accélérée plus qu'attendu en février, montrent vendredi les premiers résultats des enquêtes d'IHS Markit auprès des directeurs d'achat.

    L'indice PMI composite est remonté à 51,6 en version "flash", après 51,3 en janvier, dépassant les estimations les plus optimistes des économistes interrogés par Reuters et dont la médiane ressortait à 51,0.

    L'indice PMI "flash" des services a, lui aussi, dépassé le consensus à 52,8, après 52,5 le mois dernier.

    Celui du secteur manufacturier continue de traduire une contraction de l'activité, mais moins marquée qu'au cours des derniers mois: il remonte à 49,1, après 47,9, au plus haut depuis un an et au-dessus de toutes les estimations du consensus.

    "L'économie de la zone euro a réussi à reprendre de l'élan en février malgré le fait que beaucoup d'entreprises ont été perturbées de multiples manières par le coronavirus, à l'origine de problèmes d'approvisionnement."
    Chris Williamson
    Chef économiste d'ISH Markit

  • Degroof Petercam ajuste le tir sur UCB

    Le broker relève son objectif de cours sur UCB à 103 euros contre 90 euros. La recommandation d'achat est maintenue.

  • "Un signal positif envoyé par la nouvelle direction de Home Invest"

    Kepler Cheuvreux passe à "conserver" contre "réduire" sur Home Invest Belgium , avec un nouvel objectif de cours. Celui-ci est désormais fixé à 114 euros contre 91 euros.

    Le commentaire de l'analyste:

    "Home Invest Belgium, seul acteur immobilier résidentiel coté, affiche de bons résultats annuels avec des revenus locatifs en hausse de 4% à 25,2 millions d'euros. Le résultat EPRA par action est en hausse de 8% par rapport à ce qui était attendu à 3,85 euros par action (+ 20% en glissement annuel) en raison d'une contribution plus élevée que prévu du Sun park De Haan, acquis l'an dernier.  Le signal positif provient du dividende, qui a augmenté de 2% à 4,85 euros, cassant la hausse de 0,25 euro en place depuis 2010, ce qui confirme que la trajectoire du dividende n'était pas durable. Le payout devrait baisser grâce à un flux régulier de livraisons de beaux projets. La société devrait continuer à bénéficier de la résilience du marché résidentiel à Bruxelles et d'une revalorisation positive de son portefeuille."

    Home Invest gagne 1,72% à 118 euros dans un marché en baisse de 0,91%.

  • "Galapagos va rapidement brûler du cash en 2020"

    KBC Securities revient sur les résultats annuels de Galapagos .

    Pour Lenny Van Steenhuyse et Sandra Cauwenberghs, "avec Galapagos fonçant dans son programme de R&D, tout en préparant, en parallèle, le lancement commercial du Filgotinib, la biotech va rapidement consommer de la trésorerie en 2020". Les deux analystes confirment leur conseil de "conserver" avec un objectif de cours de 189 euros. 

  • Genfit: -8%

    Genfit chute de 8%, après avoir annoncé le report de la publication de données très attendues sur l'essai final de sa molécule sur la NASH.

  • Les bourses européennes accusent le coup

    Les bourses européennes accusent le coup en début de séance, dans un marché de nouveau en proie aux inquiétudes liées au coronavirus alors que l'épidémie se propage en dehors de Chine, notamment au Japon et en Corée du Sud.

    Les indices européens perdent entre 0,9% à Londres et 0,45% Amsterdam.

    L'indice DJ Stoxx 600 et l'Euro Stoxx 50 cèdent 0,45%.

    Les minières (-1,24%), les bancaires (-0,86%) et le secteur auto (-0,82%) signent les reculs sectoriels les plus marqués.

  • Elia, bientôt de retour dans l'indice Bel 20

    Plus qu’une poignée de semaines à patienter avant d’assister au retour de l’action Elia dans la composition de l’indice Bel 20. Le doute n’est en effet quasi plus permis, alors que l’action du gestionnaire du réseau de transport d’électricité en Belgique vient d’effectuer un spectaculaire parcours à la Bourse de Bruxelles.

    Cette action, qui avait été introduite en bourse au prix de 26,50 euros en mai 2005, a franchi le seuil symbolique des 100 euros. Il avait fallu attendre 12 ans pour la voir sauter la barre des 50 euros. Et à peine 2 ans et quelques semaines pour qu'elle franchisse celle des 100 euros.

  • Renault: -3%

    Renault perd plus de 3% dans les premiers échanges, son partenaire Nissan ayant reporté la réouverture de deux usines en Chine en raison du coronavirus.

  • |Opening bell|

    • Amsterdam: -0,58%
    • Bruxelles:  -0,77%
    • Francfort: n.c.%
    • Paris: 0,64%

    • Euro Stoxx 50: -0,52%
    • Stoxx 600: - 0,52%

    • Galapagos : -1,4%
    • IBA : +2,45%
    • Proximus : -1,8%
    • WDP : -0,10%

  • De l'impact du coronavirus sur les transporteurs aériens

    Les effets de l'épidémie se font aussi sentir sur les entreprises mondiales qui, à l'occasion de la saison de publication de leurs résultats annuels, avertissent sur un impact plus ou moins important sur leurs activités, à l'instar d'Apple ou en France, d'Air France-KLM .

    L'IATA, l'association internationale des transporteurs aériens, a estimé vendredi que les pertes pour les seules compagnies asiatiques pourraient s'élever à près de 28 milliards de dollars cette année.

  • Briefing d'avant bourse

    Les principales bourses européennes devraient ouvrir en baisse alors que les craintes entourant l'épidémie de coronavirus reprennent le dessus auprès des investisseurs qui se réfugient sur les actifs jugés les plus sûrs, comme le dollar et l'or.

    Le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,14% à l'ouverture, le Dax à Francfort reculerait de 0,7% tandis que le FTSE à Londres céderait 0,51%.

    Les autorités chinoises ont fait état vendredi de 889 nouveaux cas de contamination en Chine continentale, soit un nombre de cas supplémentaires bien supérieur à celui rapporté la veille (394).

    Par ailleurs, le ministre chinois du Commerce a prévenu ce vendredi que les exportations et les importations du pays connaîtraient une baisse significative en janvier et février en raison de l'impact de l'épidémie sur l'activité de la deuxième puissance économique mondiale.

    La Corée du Sud a, pour sa part, annoncé que ses exportations vers la Chine avaient chuté lors des 20 premiers jours de février.

    En Europe, la publication des indices PMI flash pour le mois de février, prévue dans la matinée, pourrait donner de premiers éléments sur l'impact de la crise liée au coronavirus sur l'activité des pays de la région.

  • Gimv rachète un gestionnaire d'immeubles allemand

    La société d'investissement Gimv a acquis une participation majoritaire dans Köberl, une société allemande spécialisée dans la gestion d'immeubles résidentiels et commerciaux (Facility Management dans le jargon).

    Köberl se compose de trois sociétés: FINK Gebäudetechnik, GEMA Gebäudemanagement et Süddeutsche Gebäudemanagement. Le groupe emploie plus de 350 personnes et réalise un chiffre d'affaires de 60 millions d'euros.

  • IBA décroche un contrat en Indonésie

    IBA , fournisseur mondial de solutions de protonthérapie pour le traitement du cancer, annonce qu’il a signé un contrat pour installer une solution compacte de protonthérapie ProteusONE à l’Hôpital Présidentiel Rumah Sakit Pusat Angkatan Darat (RSPAD) Gatot Soebroto à Jakarta, en Indonésie.

    Le contrat comprend un accord d’exploitation et de maintenance à court-terme et le projet est intégralement financé.

    IBA a déjà repris les premiers revenus de ce contrat sur son année fiscale 2019. En incluant cette commande, IBA a vendu neuf salles de protonthérapie en 2019.

    Ce 24ième contrat ProteusONE renforce davantage la position d’IBA en tant que leader des systèmes compacts de protonthérapie avec plus de 40% de part de marché sur ce segment.

  • Nouvelle année record pour Allianz

    Le géant allemand de l'assurance Allianz a dégagé en 2019 un bénéfice net en hausse de 6% sur un an, à 7,9 milliards d'euros, malgré un recul de la performance dans l'assurance dommage, a-t-il annoncé vendredi.

    Le bénéfice d'exploitation de 11,9 milliards d'euros est, lui, supérieur aux attentes.

    Pour l'exercice 2019, le groupe propose de verser à ses actionnaires un dividende de 9,60 euros par titre, en hausse pour la septième année consécutive.

    Le groupe a, par ailleurs, annoncé qu'il allait lancer cette année un nouveau programme de rachat d'actions à hauteur d'1,5 milliard d'euros qui s'étalera de mars à décembre.

  • Orange Belgium attaque la vente de VOO en justice

    L'opérateur téléphonique Orange Belgium va introduire une action en référé devant le tribunal de l'entreprise de Liège contre Nethys et OTP Luxco – qui représente les intérêts du fonds d'investissement Providence au Luxembourg – pour demander la suspension de la vente de VOO à Providence.

    Une autre action sera introduite au fond pour obtenir l'annulation de la vente.

  • Proximus en ligne avec les attentes

    Les résultats de Proximus sont là. Pour le quatrième trimestre, l'opérateur télécom affiche une performance conforme au consensus des analystes et à ses propres prévisions: le chiffre d'affaires baisse de 1,6% à 1,45 milliard d'euros, le résultat brut d'exploitation (Ebitda) baisse de 0,3% à 453 millions d'euros. Au niveau du bénéfice net, Proximus est passé dans le rouge en raison des coûts du plan de restructuration.

    Pour l'ensemble de 2019, le résultat net est passé de 508 millions à 373 millions d'euros.

    Cependant, le dividende reste à 1,50 euro brut par action. Cela signifie que l'opérateur verse 486 millions d'euros à l'actionnariat. C'est 30% de plus que le bénéfice net et 98% du cash-flow libre (498 millions d'euros).

  • "Vendez Galapagos"

    Galapagos a publié jeudi soir ses résultats annuels. L'essentiel de l'information réside dans la mise à jour du pipeline de recherche. Il y a maintenant 30 programmes en cours et, surtout, le filgotinib, un traitement contre le rhumatisme, est prêt à être commercialisé.

    Le financement de la recherche et le lancement du filgotinib sur le marché américain crucial ne posent aucun problème: après l'accord d'un milliard de dollars avec le géant Gilead, Galapagos dispose de 5,8 milliards d'euros en espèces. Confortable.

    Après la performance boursière spectaculaire en 2019, qui a été suivie cette année d'une hausse de 35% de l'action, Galapagos n'est plus une bonne affaire, selon RBC Capital Markets. Le broker réduit sa recommandation sur l'ADR de Galapagos à 175 dollars. Le titre a clôturé jeudi à Wall Street à 260 dollars.

    Galapagos dispose désormais d'un conseil de vente à Wall Street, contre 7 conseils d'achat et 5 avis neutres.

  • Changement de régime fiscal pour la filiale néerlandaise de WDP

    Dans un courrier adressé à WDP , l'administration fiscale néerlandaise a indiqué qu'elle supprimait, dès le 1 janvier 2021, le ruling fiscal accordé à la filiale néerlandaise de WDP, WDP NL. À partir de ce moment "WDP NL devra répondre à toutes les exigences en vigueur aux Pays-Bas pour le statut de FBI (de fiscale beleggingsinstelling), dont les exigences en matière d'actionnariat".

    WDP évalue la différence entre le statut fiscal FBI et l’imposition normale (proforma) à maximum 3% du résultat EPRA par action attendu (1,00 euro pour 2020).

    Dans le cadre du plan de croissance 2019-23, WDP a l'ambition de réaliser un résultat EPRA par action d'au moins 1,15 euro pour 2023, sur la base de la poursuite de la croissance du portefeuille à un taux de 10% par an, pour atteindre plus de 5 milliards d'euros en 2023.

  • Le coronavirus et ses conséquences sur l'économie

    Bonjour! Bienvenue sur notre Market live.

    Les marchés asiatiques restent sous pression, dans la foulée de Wall Street où les investisseurs gardent un œil sur le coronavirus et ses conséquences économiques, le bilan humain s'accentuant hors de Chine.

    De nouveaux cas de contamination au coronavirus sont apparus en Corée du Sud, en Iran, ainsi que dans des hôpitaux et prisons chinoises.

    En Europe, les investisseurs auront une indication de l'impact de l'épidémie sur la confiance des entrepreneurs à travers la publication du baromètre PMI IHS Markit flash pour la zone euro. L'indicateur sera publié à 10h. Il est attendu en léger repli à 51 points, contre 51,3.

    À l'agenda également: les données de l'inflation en zone euro (11h), le baromètre de conjoncture de la BNB (15h) et les reventes de logements en janvier aux États-Unis.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés