1. Les marchés
  2. Live blog
live

Proximus et Colruyt portent le Bel 20 dans une Europe boursière indécise

Les marchés européens ont clôturé sans direction claire, les investisseurs étant partagés entre les espoirs d'une reprise économique liée au déconfinement et les craintes d'une nouvelle vague de contaminations au Covid-19. A Bruxelles, Sequana a bondi après l'échec d'un essai clinique de Genfit.
  • Vos rendez-vous de mercredi

    Nous allons clôturer ce Market Live, merci de l'avoir suivi.

    Voici les grands rendez-vous de demain pour les investisseurs, avec notamment les résultats trimestriels d'Ageas, Kinepolis et Bekaert à tenir à l'oeil:

    Merci pour votre fidélité et à demain dès 7h30 pour un nouveau suivi en direct de l'actualité boursière.

  • Voici les débriefings du jour

    Séance boursière indécise ce mardi, entre espoirs de reprise économique grâce au déconfinement et craintes de deuxième vague de contaminations.

    En Bourse de Bruxelles, Proximus et Colruyt ont tiré le Bel 20 à la hausse, malgré une rechute de KBC.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,26% à 3.067,80 points

    AEX: +0,02% à 520,44 points

    Cac 40: -0,39% à 4.472,50 points

    Dax: -0,05% à 10.819,50 points

    FTSE 100: +0,93% à 5.994,77 points

  • Offre d'Uber sur Grubhub

    Ubert Technologies  propose d'acquérir la société de livraison de repas Grubhub , selon des sources citées par l'agence Bloomberg. A Wall Street, le titre Grubhub bondit de plus de 20% et l'action Uber prend 5%.

  • Trump veut des taux négatifs aux Etats-Unis aussi

  • Engie freine le Cac 40

    Alors que la plupart des indices boursiers européens sont en légère hausse, dans l'espoir d'une reprise de l'économie grâce à la levée progressive des mesures de confinement, la Bourse de Paris reste à la traîne.

    Le Cac 40  perd 0,40%, pénalisé par la chute de 5,75% d'Engie . Le groupe énergétique a publié des résultats trimestriels qui montrent les premières conséquences de la crise sur ses activités de solutions pour les clients (services destinés à améliorer l'efficacité énergétique).

  • Wall Street ouvre en hausse

    La Bourse de New York débute la séance en territoire positif, dans l'espoir d'une reprise progressive de l'économie à mesure que les dispositifs de confinement seront levés. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  gagne 0,29%. Le Nasdaq  progresse de 0,36%. Le S&P 500  prend 0,31%.

  • L'inflation US ralentit, comme anticipé

    L'inflation américaine a ralenti à -0,8% en avril par rapport à mars (-0,4%), conformément aux attentes. Il s'agit de la plus forte baisse depuis 2008. Sur un an, l'inflation a été ramenée à +0,3% contre +1,5%.

    L'inflation "core", qui ne tient pas compte des éléments les plus volatils comme l'énergie, a ralenti à -0,4%, contre des prévisions de -0,2% et -0,1% en mars. C'est le recul le plus net depuis 1957. En base annuelle, elle s'est établie à +1,4% contre +1,7% attendu et +2,1% en mars.

  • Une primeur pour Melexis

    Le fabricant de puces Melexis a déclaré à l'assemblée des actionnaires qu'il était la première entreprise au monde à introduire un capteur de pression des pneus fonctionnant via Bluetooth. L'entreprise fournira l'appareil à "un constructeur de voitures électriques à croissance très rapide", dont l'entreprise ne veut pas dire le nom.

  • Wall Street s'apprête à ouvrir en hausse

    Les contrats à terme sur les principaux indices américains sont bien orientés: +0,4% pour le Dow Jones et le Nasdaq et +0,3% pour le S&P500.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * Boeing - Le trafic mondial de passagers ne devrait même pas atteindre 25% de son niveau d'avant la crise au mois de septembre, a estimé lundi le PDG du groupe aéronautique, David Calhoun, qui juge très probable la disparition d'une grande compagnie aérienne américaine en raison de la crise majeure subie par le secteur avec la pandémie de coronavirus.

    * Tesla - Le directeur général du constructeur de voitures électriques, Elon Musk, a annoncé lundi sur Twitter qu'il était prêt à être arrêté après la reprise de la production de l'usine de Fremont, en Californie, malgré l'interdiction du comté d'Alameda.

    * Tencent Music Entertainment a annoncé un chiffre d'affaires du premier trimestre légèrement inférieur aux attentes en raison de l'impact de la pandémie de coronavirus sur ses services interactifs de divertissement, faisant chuter son action de 4,5% dans les échanges en après-bourse.

    * United Airlines a annoncé lundi la nomination de Brett Hart au poste de président, succédant à Scott Kirby, qui va prendre les fonctions de directeur général de la compagnie aérienne la semaine prochaine.

    * Hertz Global Holdings a émis des doutes lundi quant à la poursuite de son activité alors que la société de location de voitures tente de réduire ses coûts et d'éviter le défaut de paiement avec le choc provoqué par la pandémie de coronavirus.

  • Le fonds souverain norvégien va vendre des actifs pour la somme record de 37 milliards de dollars

    La Norvège prévoit de retirer un montant record de 382 milliards de couronnes suédoises (37 milliards de dollars) de son fonds souverain, ce qui obligera ce dernier à céder des actifs pour obtenir des liquidités.

    Ce retrait "historique" est plus de quatre fois supérieur au précédent retrait record établit par le gouvernement norvégien en 2016.

    Il témoigne de l'ampleur des dégâts économiques causés par la pandémie de Covid-19 et par l'effondrement des prix du pétrole.

  • UPDATE | Briefing actions belges

  • Sofina et Elia testent leurs niveaux records

    > Sofina perd 0,44% à 226,50 euros après un plus haut jamais atteint à 229 euros en début de matinée.

    > Elia a de son côté culminé à 108,6 euros, également un plus haut jamais atteint, avant de ralentir à 107,80 euros (+1,13%).

  • Assis sur un milliard d'euros, Agfa fait de la résistance

  • Le point sur la tendance boursière

    Les indices européens évoluent en ordre dispersé et à des niveaux proches de l'équilibre, reflet d'un marché coincé entre les inquiétudes sur l'évolution sanitaire de la pandémie, son impact sur la reprise de l'activité économique et plusieurs résultats d'entreprises.

    Francfort gagne 0,18%mais Paris perd 0,34% et Bruxelles 0,16%. Amsterdam est à l'équilibre.

    Les investisseurs restent très nerveux face au risque d'une deuxième vague de contamination dans plusieurs pays entrepris leur déconfinement.

    "Tant qu’il n’y aura pas plus de visibilité sur les conséquences économiques à long terme de la crise et sur l’évolution de la situation sanitaire, le marché boursier n’est pas à l’abri d’une forte dégringolade comme ce fut le cas hier. On reste donc dans un schéma où la prudence doit encore être le maître-mot car le point bas du marché n’a certainement pas encore été atteint."
    Saxo Bank

  • Genfit: -70%

    L'action Genfit chute de 70%, à 6,09 euros, après l'échec d'un essai clinique de phase 3 sur l'elifibranor dans le traitement de la NASH, une pathologie du foie appelée aussi "maladie du soda".

    Le broker Portzamparc a abaissé sa recommandation à "vendre", contre "acheter", et réduit son objectif de cours à 12,2 euros contre... 54,7 euros!

  • Kepler voit le cours de l'action Sequana Medical doubler

    GenFit a annoncé des données de phase III décevantes pour son médicament clé Elafibranor pour traiter la NASH et la fibrose, constatent les analystes de Kepler Cheuvreux.

    Ils rappellent que, dans leur note d'initiation de couverture sur Sequana Medical , ils signalaient que:

    > les thérapies médicamenteuses pour traiter la NASH et la fibrose en cours de développement pourraient potentiellement réduire la population cible pour la pompe lymphatique de Sequana Medical;

    > les résultats de phase III de l'Elafibranor de Genfit seraient un point déterminant à cet égard.

    Kepler Cheuvreux estime donc que les résultats décevants annoncés par GenFit sont une bonne nouvelle pour Sequana. La recommandation d'achat est maintenue avec un objectif de cours de 12,10 euros.

    Sequana gagne 7,14%, à 6 euros, dans un marché en léger repli de 0,10%.

  • Voici le briefing actions belges

  • Alstom, ArcelorMittal, Engie... Les tops et les flops en Europe

    Alstom gagne 2,7%, profitant de la confirmation de ses objectifs de rentabilité 2022/23, alors qu'il table sur un "rebond rapide" du marché en dépit d'un probable impact négatif à court terme.

    ArcelorMittal perd plus de 7%. Le géant de l'acier a émis pour 750 millions de dollars de nouvelles actions au prix de 9,27 dollars (8,57 euros) pièce, un prix plancher.

    Engie se tasse de 0,14%. Le géant de l'énergie a annoncé des résultats en léger recul au premier trimestre, souffrant des premiers effets de la pandémie et une accélération de sa stratégie pour se concentrer sur certains pays et activités. Le fournisseur d'énergie a précisé que la crise de Covid-19 aurait un impact significatif sur certaines de ses activités et sur ses clients, sans pouvoir les quantifier.

    Thyssenkrupp chute de 7%. Le groupe sidérurgique s'est enfoncé dans le rouge et a enregistré, sur les six premiers mois de l'année, une perte nette de 1,31 milliard d'euros, en partie liée à la crise du coronavirus.

    Vodafone bondit de 4%. L'opérateur de téléphonie mobile a enregistré une croissance supérieure aux attentes de son chiffre d'affaires organique au quatrième trimestre. Il a également rencontré les attentes au niveau de son bénéfice annuel et enregistré une hausse significative de la consommation de données de la part de ses clients.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -0,44%
    Bruxelles: -0,10%
    Francfort: n.c.
    Paris: -0,43%

    Euro Stoxx 50: -0,25%
    Stoxx 600: -0,26%

    Agfa-Gevaert : -0,91%
    Engie : +0,37%
    Euronav : +0,27%


  • Chute de 25% des bénéfices d'Aramco au 1er trimestre

    Le géant pétrolier saoudien Aramco annonce une baisse de 25% de son bénéfice net au premier trimestre en raison de la faiblesse des prix du pétrole, et affirme que la crise du coronavirus freinera la demande et les profits sur toute l'année.

    Aramco a enregistré un bénéfice net de 62,5 milliards de riyals, soit 16,66 milliards de dollars, au cours des trois premiers mois de 2020, contre 22,2 milliards de dollars au premier trimestre de l'année dernière.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues sur une note légèrement négative à l'ouverture, les craintes sur une possible deuxième "vague" de contaminations au coronavirus tempérant l'optimisme né de la levée progressive des mesures de confinement dans plusieurs pays.

    Les contrats à terme signalent une ouverture en baisse de 0,49% pour l'EuroStoxx50, de 0,42% à Paris, de 0,57% à Francfort et de 0,51% à Amsterdam.

    "Le spectre qui commence à se confirmer d'une deuxième vague de la pandémie et les craintes liées aux nouvelles mesures de confinement qui pourraient être prises continuent d'alimenter la peur des investisseurs et souligne la fragilité du bear rally."
    Christopher Dembik
    Responsable de l'analyse macroéconomique chez Saxo Bank

  • Agfa attend un impact significatif sur l'industrie de l'imprimerie

    À l’issue du premier trimestre, Agfa-Gevaert a vu ses revenus se contracter de 4,4% à 501 millions d’euros, contre 524 millions un an plus tôt. De son côté, l’Ebitda ajusté chute de près de 10% à 39 millions d’euros, la marge atteignant 7,8% contre 8,2%. Le groupe spécialisé dans les technologies de l’image souligne que, hors impact de l’extinction des effets de l’alliance avec Siegwerk, son Ebitda ajusté serait resté au même niveau que celui du premier trimestre 2019.

    L’Ebit ajusté, pour sa part, passe de 20 millions d’euros à 18 millions (-11,1%).

    Agfa signale que, grâce à des améliorations de la marge brute et des mesures d’économies, il a été capable de dégager des "résultats solides".

    Rappelons que, début mai, Agfa a bouclé la cession de ses activités "Healthcare" à Dedalus pour 975 millions d’euros.

    Bien qu’il s’attende, dans les prochains trimestres, à un impact significatif de la pandémie sur l’industrie de l’imprimerie, le groupe n’est pas en mesure de donner des prévisions pour 2020. Il donnera davantage de guidance lors de la publication de ses résultats du 2e trimestre en août.

  • "Euronav ferait mieux de quitter la cote"

    Euronav devrait envisager un delisting dès lors que "les marchés n'accorderont probablement jamais la crédibilité que l'entreprise mérite", indique l'analyste de Deutsche Bank, Amit Mehrotra, dans une note rédigée comme une lettre ouverte adressée à l'armateur.

    Mehrotra note que la valeur actuelle d'Euronav est de 20% inférieure à sa valeur d'IPO il y a 5 ans et que l'action est décotée d'autant par rapport à sa valeur nette d'inventaire. De plus, Euronav distribue un dividende représentant 10% de la valeur actuelle de l'action (pour 3 mois de cash flow).

    Mehrotra conseille à Euronav de ne plus verser de dividendes et de racheter ses propres actions, via, par exemple, une offre.

    Mais l'analyste préférerait voir l'entreprise garder le cash au sein de l'entreprise et réduire ainsi son endettement à zéro.

    Euronav n'a pas fait de commentaires.

  • Ontex envisage la production de masques chirurgicaux

    Ontex envisage la production de masques chirurgicaux de Type IIR (de haute filtration) dans son usine d'Eeklo en Belgique. L'entreprise s'attend à en produire de l'ordre de 80 millions d'unités par an.

  • La pandémie a coûté 210 millions d'euros à Deutsche Post

    Le groupe logistique Deutsche Post a réalisé un bénéfice net de 301 millions d'euros au premier trimestre, contre 746 millions d'euros à la même période un an plus tôt. Les ventes ont augmenté de 0,9%, pour atteindre 15,49 milliards.

    Le résultat brut d'exploitation (Ebitda) s'élève à 592 millions d'euros, la moitié moins qu'un an avant. La pandémie a amputé l'Ebitda de l'entreprise de 210 millions d'euros.

    Deutsche Post est également active dans la production de camionnettes électriques et de vélos de transport électriques, via sa filiale Streetscooter. Ce département a contribué négativement aux résultats.

  • FNG restera suspendue au moins jusqu'à la semaine prochaine

    L'action FNG , suspendue depuis lundi, ne reprendra pas sa cotation avant la semaine prochaine. Dans un communiqué, le groupe signale que la FSMA lui a demandé des éclaircissements concernant des transactions qui ont eu lieu en 2018.

    La société doit réunir les documents et les informations nécessaires, ce qui prendra un certain temps.

    Le groupe précise aussi qu'il "mène une analyse approfondie de ses chiffres et de ses activités afin d'élaborer sur cette base un plan réaliste pour l'avenir".

    FNG prévoit de fournir plus de détails "dans la semaine du 18 mai". Entre-temps, l'action restera suspendue.

    Lire aussi | FNG (Brantano) a le couteau sous la gorge

  • L'Asie sous pression | Prudence en vue en Europe | Agfa-Gevaert et Engie à suivre

    Bonjour! Les marchés asiatiques battent en retraite ce matin, les investisseurs s'inquiétant d'une deuxième vague d'infections au coronavirus. Shanghai perd 0,64% et la bourse de Hong Kong 1,63%. Au Japon, l'indice Nikkei pointe à l'équilibre.

    En Europe, le début de séance s'annonce morose. Le Dax à Francfort est attendu en repli de 0,35%, mais l'Euro Stoxx 50 devrait ouvrir proche de l'équilibre.

    Au programme de ce mardi: les résultats d'Agfa-Gevaert et d'Engie . Home Invest et Orange Belgium cotent ex-dividende.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés