1. Les marchés
  2. Live blog
live

Prudence en Europe et à Wall Street | Les télécoms recherchées | Balta redescend sur terre

Les Bourses européennes se sont redressées en fin de séance pour terminer sur de faibles gains. Bruxelles rate le coche. Wall Street en ordre dispersé. Telenet en tête du Bel 20. Spéculations sur les dividendes des banques.
  • Au menu ce jeudi

    C'est ici que se referme notre market live. Merci de l'avoir suivi et à demain 

    À suivre ce jeudi 26 novembre

    La journée est balisée par la publication du baromètre GfK des consommateurs allemands (à 8h), de la masse monétaire M3 en zone euro (à 10h) et des "Minutes" de la BCE (à 13h30). Les marchés américains sont fermés en raison de Thanksgiving. 

  • L'Europe termine en ordre dispersé

    Les Bourses européennes ont fini dans le désordre mercredi, les investisseurs reprenant leur souffle après plusieurs indicateurs mitigés au lendemain d'une séance de hausse portée par la diminution des craintes sur la transition à la Maison blanche et les espoirs de vaccins.

    Le Bel 20 a perdu 0,57% alors qu'à Paris, le CAC 40 a gagné 0,23%. Le Footsie britannique a cédé 0,64% et le Dax allemand a terminé quasiment stable (-0,02%). L'indice EuroStoxx 50 a avancé de 0,11%, le FTSEurofirst 300 de 0,02% et le Stoxx 600 a perdu 0,08%.

    Si les séances précédentes ont été marquées par le rebond des valeurs cycliques, ce sont les défensives qui ont affiché les meilleures performances ce mercredi, l'indice Stoxx des télécoms gagnant 1,04% et celui des services aux collectivités ("utilities") 0,84%.

    A la baisse, le compartiment de l'énergie a perdu 1,21%, celui de l'automobile 0,91% et celui des banques 0,5%.

    Dans l'actualité des entreprises, Plastic Omnium a gagné 7,05% après avoir revu ses prévisions à la hausse et Elior a reculé de 4,74% après avoir publié un chiffre d'affaires annuel amputé d'un milliard d'euros par la crise sanitaire. Accor a abandonné 2,59%, le groupe hôtelier anticipant une perte nette supérieure à un milliard d'euros en 2020 et un recul de son chiffre d'affaires de plus de 70%.

    A l'heure de la clôture européenne, Wall Street évolue en ordre dispersé, la fermeture des marchés américains jeudi pour Thanksgiving, avant une séance écourtée vendredi, étant peu propice à la prise de risque. Le S&P-500 recule de 0,32% et le Dow Jones de 0,56%, ce dernier retombant sous les 30.000 points, un seuil franchi la veille pour la première fois de son histoire. Le Nasdaq Composite évolue de son côté en légère hausse (+0,11%).

  • Bruxelles rate le coche

     

    Le Bel 20 a cédé du terrain, à hauteur de 0,57% pour se fixer à 3.702,84 points. Sur les 20 actions qui le composent, 10 étaient en hausse et 10 en baisse.

     

     

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Telenet34,64+2,36%
    • Argenx222,6+1,74%
    • KBC Groep61,54+1,52%
    • Proximus17,63+1,38%
    • Colruyt48,96+1,14%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Galapagos101,65-3,01%
    • Umicore37,54-2,97%
    • ING Groep8,37-2,67%
    • Aperam33,0-1,52%
    • AB InBev56,96-1,32%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.

     

     

    Rédigé par Quotebot le 25/11/2020 à 17h43

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: -0,57% 
    CAC 40: +0,23% 
    AEX: -0,18%  
    FTSE 100: -0,70% 
    DAX 30: +0,12% 
    Stoxx 600 Europe: -0,05% 

  • Nouvelle claque pour Nikola

    Le fabricant de camions électriques et à hydrogène Nikola chute de 12% vers 17h20. Lors d'un passage sur la chaîne CNBC mardi soir, le patron du groupe, Mark Russell, n'a pas rassuré les investisseurs sur le fait que le partenariat annoncé en septembre avec General Motors (GM) était toujours d'actualité.

    Cette alliance prévoit que GM aide Nikola à produire son pick-up Badget en échange d'une participation de 11% dans la start-up. Mark Russell a également refusé de faire des commentaires sur ce que le fondateur et patron déchu de Nikola, Trevor Milton, ferait des millions d'actions qu'il détient.  

  • Rechute de la confiance des consommateurs américains

    La confiance des consommateurs américains a fortement diminué en novembre, affectée notamment par la résurgence du Covid-19 qui met de nouveau à mal l'économie, selon l'estimation finale de l'enquête de l'Université du Michigan. L'indice est tombé à 76,9 points, un peu plus bas que l'estimation préliminaire qui tablait sur 77 points. Il était de 81,8 en octobre. Cela représente une baisse de plus de 20% par rapport à novembre 2019.

    Dans le détail, les consommateurs jugent de façon un peu plus positive les conditions économiques actuelles, et cet indice remonte à 87 points contre 85,9 le mois dernier. En revanche, ils sont beaucoup plus inquiets quant aux perspectives économiques pour les prochains mois, et l'indice chute à 70,5 points, contre 79,2.

    Un autre indice mesurant la confiance des consommateurs américains, celui calculé par le Conference Board, qui a été publié mardi, avait aussi fait état d'une dégringolade de ce sentiment en novembre. 

  • Nouvelle baisse surprise de stocks de brut US

    Les stocks commerciaux de pétrole brut américain s'affiche en baisse de 800.000 barils au 20 novembre. Le marché s'attendait à une hausse de l'ordre de 225.000 barils.

  • "L'urgence économique ne fait que commencer" au Royaume-Uni

    Le gouvernement britannique prévoit un emprunt record en 2020/2021. Le Royaume-Uni empruntera près de 400 milliards de livres (448 milliards d'euros) lors de l'exercice fiscal annuel en cours afin de faire face à l'épidémie de coronavirus, indique le ministre des Finances Rishi Sunak, alors que le déficit budgétaire atteindra un niveau record depuis la Seconde Guerre mondiale.

    "Notre urgence sanitaire n'est pas encore terminée. Et notre urgence économique ne fait que commencer."
    Rishi Sunak
    Ministre britannique des Finances

    Le PIB de la sixième puissance économique mondiale devrait reculer cette année de 11,3%, a précisé le ministre, du jamais vu depuis le début du XVIIIe siècle. Un rebond de 5,5% est toutefois attendu en 2021. "Notre urgence sanitaire n'est pas encore terminée. Et notre urgence économique ne fait que commencer", a prévenu Rishi Sunak lors de la présentation devant la Chambre des communes de sa feuille de route budgétaire.

  • Hausse des dépenses et baisse des revenus pour les Américains

    Les dépenses de consommation aux États-Unis ont fortement augmenté en octobre, mais la dynamique devrait ralentir en raison de la nouvelle flambée des infections au Covid-19 sur le sol américain et de la fin de la subvention hebdomadaire de chômage accordée à des millions d’Américains. 

     Les dépenses de consommation, qui représentent plus des deux tiers de l’activité économique aux États-Unis, ont augmenté de 0,5 % le mois dernier, après avoir augmenté de 1,2% en septembre.

    Le revenu des Américains recule quant à lui de 0,7% en octobre. Un mois plus tôt il affichait un gain de 0,7 %. Les analystes prévoyaient une hausse des dépenses de consommation de 0,4% et un revenu inchangé en octobre. 

  • Clariant se prépare-t-il pour de nouvelles noces?

    Le groupe suisse de chimie Clariant a annoncé la suppression de 1.000 postes, soit un peu plus de 5% de ses effectifs après la vague de cessions et de réorganisation de ses activités, relançant les spéculations autour du devenir de la participation de son actionnaire saoudien.

    Dans un commentaire boursier, Markus Mayer, analyste chez Baader Helvea, a estimé que ces nouvelles suppressions de postes devraient réduire ses coûts annuels d'environ 55 millions de francs suisses dans les activités conservées et d'au moins 25 millions au niveau des services qui doivent être vendus. Mais elles ouvrent aussi une autre question, a souligné l'analyste qui se demande si elles vont aider à "renforcer l'indépendance" de Clariant ou s'il s'agit plutôt de "préparatifs" en vue d'une fusion. "Est-ce une fin ou juste un nouveau chapitre dans l'interminable saga des fusions & acquisitions pour Clariant", a-t-il soupesé, s'interrogeant quant à la participation de 31,5% que détient le groupe saoudien Sabic.

    Vers 16 heures, l'action cotée à Zurich se repliait de 1,09% à 18,22 francs suisses alors que le SPI, l'indice élargi de la Bourse suisse, s'appréciait de 0,06%.

  • Wall Street dans le désordre à la veille de Thanksgiving

    La Bourse de New York a ouvert dans le désordre après le record du Dow Jones lors de la séance précédente, la journée s'annonçant calme à la veille de Thanksgiving.

    Peu après le début des échanges, l'indice Dow Jones perd 123,71 points, soit 0,41%, à 29.922,53 points et le S&P 500 recule de 0,2% à 3.628,09 points. Le Nasdaq Composite prenait 0,18% à 12.058,77 points à l'ouverture.

    Les investisseurs ont pris connaissance dans le calme d'une nouvelle augmentation des inscriptions hebdomadaires au chômage sur fond de résurgence de l'épidémie, d'une hausse plus forte que prévu des commandes de biens durables en octobre et du rebond de 33,1% de produit intérieur brut au troisième trimestre, un chiffre conforme à la première estimation.

    Le marché suivra la publication des chiffres mensuels des revenus et dépenses des ménages puis les "minutes" de la Réserve fédérale.

    Aux valeurs, Gap chute de 17,25% et Dell perd 2,19% après la publication de leurs résultats tandis que HP avance de 3,78% après l'annonce d'un chiffre d'affaires meilleur que prévu et d'une augmentation de son dividende.

    ViacomCBS cède 1,59% après avoir conclu la vente de l'éditeur Simon & Schuster à l'allemand Bertelsmann pour 2,175 milliards de dollars (1,825 milliard d'euros).

  • L'éditeur de Stephen King vendu pour 2,17 milliards de dollars

    Le groupe allemand de médias Bertelsmann a conclu le rachat de l'éditeur américain Simon & Schuster à ViacomCBS pour 2,175 milliards de dollars (1,825 milliard d'euros) en numéraire, une acquisition qui renforcera sa position aux Etats-Unis, son deuxième marché.

    Bertelsmann, qui possède entre autres le groupe de télévision RTL, l'a emporté sur News Corp, le conglomérat créé par Rupert Murdoch, pour la reprise de Simon & Schuster, que Viacom avait mis en vente en mars dans le cadre du recentrage de ses activités.

    Le rachat de Simon & Schuster, qui édite entre autres les livres de Dan Brown, Hillary Clinton et Stephen King, constitue la deuxième opération d'envergure pilotée par le président du directoire du groupe allemand, Thomas Rabe, pour en faire le numéro un mondial du livre, après la prise de contrôle de Penguin Random House il y a moins d'un an.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,32% 
    S&P 500: -0,13% 
    Nasdaq Composite: +0,20%  

  • Le coup de pouce de l'armée US pour les commandes de biens durables

    Les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont augmenté bien plus que prévu en octobre (+1,3%) largement tirées par le secteur de la défense, selon les données publiées par le département du Commerce qui a également révisé en hausse les chiffres de septembre. Ces commandes représentaient 240,8 milliards de dollars, en données corrigées des variations saisonnières, contre 237,8 milliards en septembre. En septembre, la hausse était de 2,1% contre 1,9% estimé initialement.

    Pour octobre, les analystes tablaient sur une hausse de 0,8%. Sans le secteur de la défense, la hausse des commandes n'est plus que de 0,2% en octobre.  

  • Du mouvement et des arrêts chez Renault en France

    Renault a confirmé son intention d'arrêter l'assemblage de véhicules neufs dans son usine de Flins (Yvelines) d'où sort le best-seller électrique du groupe, la Zoé, et de fermer son site de recyclage d'organes mécaniques de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), créant à la place la première usine européenne d'économie circulaire dédiée à la mobilité.

    Le nouveau site, dénommé "Re-Factory", accueillera progressivement à Flins entre 2021 et 2024 les activités de Choisy ainsi que des activités de démantèlement de voitures et de reconditionnement de batteries électriques. Il pourrait employer plus de 3.000 personnes d'ici 2030.

    Cet effectif traduirait une hausse si l'on se base sur le nombre actuel de postes en CDI - 2.400 à Flins et environ 260 à Choisy - mais une forte baisse si l'on ajoute les 1.400 intérimaires actuellement employés à Flins, d'où sort le best-seller électrique du groupe, la Zoé.

    Cette transformation s'inscrit dans le plan de restructuration drastique engagé par le nouveau directeur général Luca de Meo afin d'endiguer les lourdes pertes qu'accuse le constructeur au losange. La dernière fermeture d'une usine d'assemblage en France remontait à fin 2013 avec l'arrêt de la production dans l'usine PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). 

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Voici les principales valeurs à suivre ce mercredi à Wall Street, où les contrats à terme indiquent une ouverture en ordre dispersé, en légère baisse pour le Dow Jones et le Standard & Poor's 500 mais en hausse pour le Nasdaq:

    TESLA rappelle près de 9.500 véhicules, essentiellement des Model X de 2016, à cause d'un défaut de fixation d'un composant du toit et de boulons, a annoncé mercredi l'organisme de sécurité routière aux Etats-Unis. 

    VIACOM - CBS s'apprête à vendre l'éditeur Simon & Schuster au groupe allemand Bertelsmann pour plus de deux milliards de dollars (1,68 milliard d'euros), a-t-on appris de source proche du dossier. 

    FACEBOOK s'est vu infliger une amende de 6,7 milliards de won (5,1 millions d'euros) par les autorités sud-coréennes de la protection des données pour le partage d'informations personnelles sur ses utilisateurs sans leur consentement.

    IBM prévoit de supprimer près de 10.000 emplois en Europe, soit 20% de ses effectifs dans la région, dans le cadre d'une restructuration de ses activités, rapporte mercredi Bloomberg.   

    DELL TECHNOLOGIES a annoncé une hausse inattendue de son chiffre d'affaires au troisième trimestre et prévoit pour le trimestre en cours un chiffre d'affaires supérieur aux attentes, l'essor du télétravail ces derniers mois ayant dopé la demande pour ses ordinateurs de bureau et portables.

    HP - Le fabricant américain de matériel informatique gagnait 6% mardi soir dans les échanges en après Bourse après avoir publié un chiffre d'affaires meilleur que prévu pour le deuxième trimestre consécutif, relevé son dividende de 10% et prévu pour le premier trimestre de son exercice décalé un chiffre d'affaires supérieur aux attentes du marché.

    MODERNA prend 1% en avant-Bourse après avoir annoncé un accord avec la Commission européenne pour la fourniture de 80 millions de doses supplémentaires de son vaccin 

    DEERE & CO a fait état d'une hausse surprise de son bénéfice trimestriel grâce à une augmentation de la demande de machines agricoles avec la hausse des prix des récoltes et le versement de subventions gouvernementales. Le groupe gagne 2% en avant-Bourse.

  • Nouvelle hausse surprise des inscriptions hebdomadaires au chômage US

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont enregistré une augmentation inattendue aux Etats-Unis pour la deuxième semaine d'affilée, ce qui suggère que la flambée de l'épidémie de Covid-19 et les restrictions visant à la freiner accélèrent les licenciements et sapent la reprise du marché du travail.

    Les inscriptions ont progressé à 778.000 lors de la semaine au 21 novembre contre 748.000 (chiffre révisé) la semaine précédente, a annoncé mercredi le département du Travail. Les économistes attendaient en moyenne un recul des inscriptions à 730.000.

    Les inscriptions de la semaine au 14 novembre ont été révisées en légère hausse par rapport à une estimation initiale de 742.000.

    Le nombre de personnes percevant régulièrement des indemnités a diminué à 6,071 millions lors de la semaine au 14 novembre (dernière semaine pour laquelle ces chiffres sont disponibles) contre 6,370 millions la semaine précédente.

  • La croissance du PIB US confirmée à 33,1%

    La croissance du PIB US confirmée à 33,1% en rythme annualisé au troisième trimestre aux Etats-Unis. Le consensus l'attendait à 33,2%.

  • Les valeurs défensives ont la cote

    Si les séances précédentes ont été marquées par le rebond des valeurs cycliques, ce sont les défensives qui affichent les meilleures performances ce mercredi matin: l'indice Stoxx des télécoms gagne 0,92% et celui des services aux collectivités ("utilities") 0,86%.

    A la baisse, le compartiment automobile abandonne 1,45% après avoir pris près de 27% depuis le début du mois et celui des banques perd 1,14% après une ouverture en nette hausse en réaction à un article du Financial Times évoquant une possible reprise des dividendes début 2021.

  • L'indice Dow Jones donné en baisse

    Les contrats à terme sur les principaux indices américains préfigurent pour l'instant une ouverture en baisse de 0,2% pour l'indice Dow Jones, au lendemain de sa première clôture au-dessus du seuil symbolique des 30.000 points.

    Le S&P 500 ouvrirait stable et le Nasdaq progresserait de 0,25%.

    La tendance de la dernière séance complète de la semaine (Wall Street sera fermée jeudi pour Thanksgiving et ne reprendra que pour une séance écourtée vendredi) pourrait bien être influencée par la série d'indicateurs du jour.

    Les investisseurs attendent à 14h30 les données du PIB (2e estimation), les revenus et dépenses des ménages (octobre) et les inscriptions au chômage (semaine arrêtée au 21 novembre). A 16h, ils prendront connaissance de l'indice de confiance du Michigan du mois de novembre. Un peu plus tard, à 20h, la Fed publie le compte rendu de la réunion de politique monétaire de novembre.

    Mardi, le Dow a gagné 1,54% pour clôturer à un plus haut historique de 30.046,24 points, le S&P-500 a pris 1,62%, à 3.635,41 et le Nasdaq Composite a avancé de 1,31% à 12.036,79.

  • UPDATE | Le briefing actions belges

    Target baissé sur UCB | Avis de brokers sur Ontex, Aperam et Ter Beke | Un "shorteur" se renforce en Telenet (+Briefing)

  • HSBC se retire de la cote sur Euronext Paris

    Le géant bancaire HSBC annonce la radiation de ses titres sur le marché d'Euronext à Paris après examen du volume de transactions, des coûts et des contraintes administratives liées à cette cotation.

    La "radiation a été approuvée par le conseil d'administration d'Euronext Paris" et interviendra le 22 décembre, selon un communiqué de la banque établie à Londres.

  • "Encore au moins six mois de hausse pour les actions"

    Les Bourses mondiales devraient continuer de monter pendant au moins six mois encore, mais à un rythme moins soutenu, en profitant des liquidités bon marché fournies par les banques centrales et du déploiement de vaccins contre le coronavirus, deux facteurs déterminants pour la reprise économique et les résultats des entreprises, montre une série d'enquêtes de Reuters.

    Les trois quarts des 170 stratèges en investissement interrogés entre le 12 et le 24 novembre estiment que la phase de hausse qui a déjà porté Wall Street à des niveaux sans précédent devrait se poursuivre au moins un semestre, et plus de la moitié tablent sur un rally d'au moins un an.

    "Le rebond des actions entre mars et octobre a constitué la première phase d''espoir' d'un nouveau marché haussier, tirée principalement par l'expansion des valorisations alors que les profits chutaient; nous entrons maintenant dans une phase plus longue de 'croissance' avec le début de l'amélioration des profits", expliquent les analystes de Goldman Sachs.

    "Les taux d'intérêt négatifs devraient continuer de soutenir le marché haussier en 2021", ajoutent-ils.

    Le S&P-500 devant gagner autour de 9% d'ici la fin 2021 pour atteindre 3.900 points et le Stoxx 600 est attendu à 430 points fin 2021, soit une hausse de 10% par rapport à ses niveaux actuels.

  • La BCE met en garde contre l'arrêt prématuré des mesures de soutien

    Après les milliards d'euros débloqués en urgence par les gouvernements pour soutenir l'économie, une "fin brutale (...) pourrait entraîner (...) une contraction économique plus sévère que pendant la première vague de la pandémie", prévient la BCE dans son dernier rapport semestriel sur la stabilité financière.

    Si ces soutiens devaient subitement s'arrêter, les entreprises les plus affectées par les restrictions, comme dans le secteur de la gastronomie, "pourraient faire face à de graves problèmes de solvabilité ou à un déséquilibre plus durable de leurs modèles économiques (...) alors même que le reste de l'économie se rétablirait", ajoute l'institution.

    L'exposition des banques à la dette privée et publique fait qu'elles ont davantage provisionné en 2020 le risque de prêts non remboursés mais en restant "optimistes dans certains cas". Au final la rentabilité des banques "devrait rester faible", estime Luis de Guindos, vice-président de la BCE, cité dans un communiqué.

  • Kepler Cheuvreux sur Mithra

    Mithra progresse de 5% à 20,85 euros après l'annonce de ce matin sur l'Estetrol (voir post de 7h43).

    "C'est une bonne nouvelle, car elle montre officiellement l'aspect innovant d'Estetrol et confirme que l'EMA progresse sur le dossier réglementaire de Mithra", indiquent les analystes de Kepler Cheuvreux.

    "Si c'est une bonne nouvelle, cela ne représente pas un progrès majeur en la matière, nous ne modifions donc pas notre modèle de valorisation", précisent-ils.

    La recommandation d'achat est maintenue avec un objectif de cours de 20,85 euros.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens partent à la baisse, l'élan qui a porté Wall Street à des niveaux sans précédent la veille se faisant plus prudent avant une série d'indicateurs américains et avant la pause de Thanksgiving sur les marchés américains.

    Amsterdam perd 0,45% et Bruxelles cède 0,60%. Francfort est stable. Paris grappille 0,07%.

    L'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 abandonnent 0,2%.

  • "L'action Elia reste attrayante"

    La réaction des analystes aux résultats d'Elia .


    > KBC Securities. "La valorisation de l'action a encore augmenté mais, à notre avis, elle reste clairement attrayante compte tenu du scénario à long terme de cet acteur central du secteur de l'énergie dans l'Union européenne", explique Bart Cuypers, analyste chez KBC Securities. La recommandation d'acheter est maintenue, tout comme l'objectif de cours de 102 euros.

    > Degroof Petercam maintient son conseil de "conserver" et son prix cible de 102 euros, après des résultats trimestriels "sans grande surprise".

    L'action Elia gagne 2,06% à 96 euros dans un marché bruxellois en baisse de 0,18%.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les indices d'actions européens poursuivent leur progression, dans un contexte de marché toujours porté par les nouvelles jugées rassurantes sur la transition présidentielle aux Etats-Unis, venues s'ajouter aux espoirs sur un vaccin prochain contre le coronavirus.

    Les gains varient entre 0,07% à Bruxelles et 0,37% à Paris.

    L'Euro Stoxx 50 gagne et le Stoxx 600 gagnent un peu plus de 0,10%.

    HSBC grimpe de 2,2%, meilleure progression de l'indice Euro Stoxx 50. Goldman Sachs recommandait mardi d'acheter l'action. HSBC Holdings a par ailleurs publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et avertit qu'il pourrait reprendre sous peu le versement d'un dividende.

    Unibail-Rodamco-Westfield gagne 1,9% et Fnac 6,25% après les annonces de déconfinement partiel en France.

    A Bruxelles, Balta engrange encore 6%, confortant sa nette progression observée durant le mois de novembre.

    Ter Beke suit de près et bonifie de 6%, aidée par un relèvement d'objectif de cours chez KBC Securities.

    Mithra gagne 5%. L'Agence européenne des médicaments (EMA) a qualifié l’Estetrol monohydrate de Mithra de "Nouvelle Substance Active" (NSA).

    Les trimestriels d'Elia permettent à l'action représentative d'avancer de 2,4%.

    CFE engrange 1,8%. Un contrat d’une valeur de 198 millions d’euros pour la construction du projet "Port Hub Ravenne", en Italie, vient d’être attribué à un consortium rassemblant notamment Dredging International, filiale de DEME elle-même une division de CFE.

  • Voici le briefing actions belges

    Mithra en forme | Avis de brokers sur Aperam et Ter Beke | Un "shorteur" se renforce en Telenet (+Briefing)

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,09%
    Bruxelles: +0,61%
    Paris: +0,43%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,32%
    DJ Stoxx 600: +0,25%

  • "Un potentiel de hausse de 29% pour Ter Beke"

    KBC Securities vise bien plus haut pour Ter Beke , puisque l'objectif de cours passe de 125 euros à 140 euros. Le conseil passe par la même occasion à "accumuler" contre "conserver".

    Ter Beke a clôturé mardi à 108,50 euros, ce qui donne un potentiel de hausse de 29%.

  • Credit Suisse sur Ontex

    Credit Suisse relève son conseil sur Ontex à "neutre" contre "sous performance". Le prix cible reste à 9,70 euros.

    Ontex a clôturé mardi à 10,10 euros.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes devraient ouvrir en légère hausse dans un contexte de marché toujours porté par les nouvelles jugées rassurantes sur la transition présidentielle aux Etats-Unis, venues s'ajouter aux espoirs sur un vaccin prochain contre le coronavirus.

    Les contrats à terme signalent une hausse de 0,39% pour le CAC 40 parisien, un gain de 0,18% pour le Dax à Francfort et une progression de 0,41% pour le FTSE à Londres. L'Euro Stoxx 50 est donné en hausse de 0,2%.

    Les futures avaient d'abord signalé une pause en Europe mais l'orientation positive des contrats à terme sur les indices de Wall Street leur a permis de gagner du terrain.

  • Elia confirme ses prévisions 2020

    Elia , le gestionnaire du réseau de transport d’électricité en Belgique, confirme ses prévisions pour 2020. Malgré la crise sanitaire qui se poursuit, il reste en effet confiant quant à la réalisation d’un rendement ajusté des capitaux propres  autour du point médian de sa fourchette cible annuelle de 6,5% et 7,5%.

  • Les banques pourraient reprendre en 2021 le versement d'un dividende

    Les banques de la zone euro pourraient être autorisées à verser à nouveau des dividendes l'année prochaine. C'est ce qu'écrit le Financial Times ce mercredi, sur la base des commentaires d'Yves Mersch, membre du directoire de la BCE.

    La décision officielle à ce sujet suivra le 10 décembre, lors des nouvelles prévisions économiques de la Banque centrale européenne.

  • Départ du CEO de Wereldhave Belgium

    Wereldhave Belgium annonce dans un communiqué le départ de son CEO, Kasper Deforche, en date du 31 décembre 2020.

    Le Conseil d'administration précise que la décision a été prise "d'un commun accord".

    La Société immobilière réglementée est désormais à la recherche d'un nouveau CEO.

  • Tokyo progresse, Shanghai recule

    La Bourse de Tokyo a terminé en hausse de 0,5%, dans le sillage de la clôture positive de Wall Street.

    Les Bourses de Chine continentale sont pour leur part orientées en baisse, pénalisées par le repli du secteur des voitures électriques alors que Pékin a demandé aux autorités locales d'enquêter sur les projets de véhicules à énergies propres, selon un document confirmé par deux sources proches du dossier.

    L'indice composite de la Bourse de Shanghai abandonne 1,1%.

  • L'Estetrol de Mithra reconnu comme "nouvelle substance active" par l'EMA

    Mithra , une société dédiée à la santé féminine, annonce que l’Agence européenne des Médicaments (EMA) a qualifié l’Estetrol monohydrate (E4) de "Nouvelle Substance Active" (NSA) dans son rapport "Day 180" clôturant la deuxième phase de l’évaluation de la pilule contraceptive Estelle en vue de sa mise sur le marché européen.

    "Le potentiel lié à l’exploitation des vertus sanitaires de l’Estetrol n’en est que plus important", indique François Fornieri, Chief Executive Officer de Mithra.

  • "Les ventes de Cimzia d'UCB ont chuté de 5,9%"

    Selon la société de données Symphony Health Solutions, les ventes de Cimzia d'UCB - un médicament utilisé, entre autres, pour la maladie de Crohn - ont diminué de 5,9% en octobre par rapport à une moyenne mobile de ces quatre derniers mois.

    Le traitement représente un tiers du chiffre d'affaires trimestriel du groupe pharmaceutique.

  • L'Europe boursière devrait marquer une pause

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du mercredi 25 novembre.

    Les marchés européens devraient marquer une pause ce matin, en tout cas dans les premiers échanges, au lendemain du record signé par l'indice Dow Jones.

    L'Euro Stoxx 50 devrait ouvrir en légère hausse (+0,03%). La bourse de Francfort de son côté est attendue en baisse de 0,40%.

    La Bourse de New York a fini en nette hausse mardi, le Dow Jones atteignant pour la première fois de son histoire les 30.000 points alors que les investisseurs anticipent une reprise économique en 2021 portée par les espoirs de vaccins contre le coronavirus et le lancement formel du processus de transition gouvernementale aux Etats-Unis.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés