1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street termine en hausse après deux jours de déclin

La Bourse US a fini en hausse ce mercredi, marquant un rebond après deux jours de déclin, alors qu'une rotation vers des valeurs attendues comme les principales bénéficiaires du rétablissement de l'économie a compensé le recul de Netflix, qui a publié des résultats trimestriels décevants.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Wall Street termine en hausse après deux jours de déclin

    La Bourse de New York a fini en hausse ce mercredi, marquant un rebond après deux jours de déclin, alors qu'une rotation vers des valeurs attendues comme les principales bénéficiaires du rétablissement de l'économie a compensé le recul de Netflix, qui a publié des résultats trimestriels décevants. Le Dow Jones a gagné 0,93% à 34.137,31 points. Le S&P 500 a pris 0,93% à 4.173,42 points. Le Nasdaq a avancé de son côté de 1,19% à 13.950,22 points. Le titre Netflix a chuté de 7,4% après que le géant de la vidéo en ligne a fait état mardi d'un nombre décevant de nouveaux abonnés au premier trimestre, alors que la pandémie de coronavirus a perturbé les productions télévisuelles et cinématographiques.

    Mais les actions ont globalement rebondi et enregistré des gains au fil de la séance, le Nasdaq dépassant le S&P 500 en pourcentage de progression juste avant la clôture. Une grande majorité des secteurs du S&P 500 ont enregistré des gains, le secteur des services de communication affichant en revanche des pertes car plombé notamment par Netflix. "Si vous enlevez Netflix de l'équation du jour, c'est tout simplement un rebond très large", a déclaré JJ Kinahan, stratégiste en chef chez TD Ameritrade, ajoutant que les valeurs technologiques pouvaient encore progresser.

    Des analystes s'attendent à ce que les entreprises du S&P 500 publient des résultats trimestriels en hausse de plus de 30% sur un an, selon des données IBES de Refinitiv. Les résultats de Netflix ont un peu atténué ces attentes, mais le secteur de la "tech" reste porteur. "Les investisseurs se sentent davantage confiants sur les perspectives de croissance des résultats de la technologie", a noté Sam Stovall, stratégiste en chef chez CFRA Research, à New York. "Ils préfèrent graviter autour de quelque chose de sûr, et à l'heure actuelle ce sont les valeurs technologiques". L'opérateur télécoms Verizon a reculé de 0,4% après avoir annoncé mercredi avoir perdu plus d'abonnés mobiles que prévu au cours du premier trimestre, pénalisé par la concurrence des ses rivaux T-Mobile et AT&T dont les titres ont progressé. CSX a progressé de plus de 4% alors même que l'opérateur ferroviaire américain a fait état d'un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes, en raison notamment de la vague de froid de février et des perturbations liées à la crise sanitaire du coronavirus.

  • Les marchés US terminent dans le vert

    Le Dow Jones a gagné 0,93% à 34.137,31 points.

    Le Nasdaq a avancé de 1,19% à 13.950,22 points.

    Le S&P 500 a pris 0,93% à 4.173,42 points.

  • Échec de la Super Ligue: la Juventus s'écroule en Bourse

    Le titre de la Juventus de Turin s'est écroulé ce mercredi à la Bourse de Milan, chutant de plus de 13% à la clôture, après la défection successive de la plupart des clubs impliqués dans le projet de Super Ligue, dont le club italien était l'un des instigateurs. L'action de la Juventus, qui avait atteint lundi son plus haut niveau (0,911 euro) depuis septembre 2020 après l'annonce de la création de cette Super Ligue, a déjà reculé mardi (-4,23%) et a clôturé mercredi en baisse de 13,70% à 0,753 euro.

    Après les six clubs anglais, les trois clubs italiens impliqués dans la Super Ligue avaient renoncé à leur tour au projet mercredi, même si la Juventus, l'AC Milan et l'Inter Milan continuent de prôner une évolution du football mondial. La Juventus, présidée par Andrea Agnelli, l'un des principaux instigateurs de ce projet avec le patron du Real Madrid Florentino Perez, a reconnu que cette compétition avait désormais "peu de chances" de voir le jour "dans la forme sous laquelle elle a été initialement conçue" après le retrait de la quasi-totalité des douze clubs impliqués. Seuls le FC Barcelone et le Real Madrid restent pour le moment officiellement porteurs de ce projet annoncé dans la nuit de dimanche à lundi, avec l'objectif de supplanter la Ligue des champions.

  • À suivre ce jeudi 22 avril

    Déferlante de résultats en Europe et aux États-Unis. Assemblée chez Veolia. Décision de politique monétaire de la BCE. 

    > L'agenda du jeudi 22 avril 

  • Rebond technique en Europe, Wall Street se reprend

    Les grands indices européens sont repartis à la hausse, ce mercredi. Les solides résultats présentés ce mercredi par quelques grands noms de la cote, comme Carrefour et Heineken, ont soutenu la tendance, malgré une situation sanitaire qui reste problématique.

    À la cloche, le Bel 20 bruxellois a rebondi de 0,93%. Le CAC 40 de Paris (+0,74%) et le FTSE 100 de Londres (+0,52%) ont également gagné des points. Le Dax de Francfort (+0,44%), freiné par les constructeurs automobiles, a passé une bonne partie de la séance en terrain négatif avant de relever la tête en fin de journée.

    À la clôture des marchés européens, Wall Street gagnait du terrain malgré un démarrage dans le rouge. 

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,93% 
    AEX: +1,31% 
    CAC 40: +0,74% 
    DAX 30: +0,42% 
    FTSE 100: +0,57% 
    Stoxx 600 Europe: +0,68% 

    Résultats provisoires 

  • Les marchés US remontent dans le vert

    Changement de physionomie à Wall Street. Les grands indices qui avaient démarré en territoire négatif sont repassés dans le vert. Peu avant la clôture en Europe, le Dow Jones avançait de 0,5% tout comme le S&P 500. Le Nasdaq prenait 0,54% au même moment.  

    "Le Nasdaq est sous pression après les résultats décevants de Netflix. Les autres indices essayent d'attirer des acheteurs après deux jours de baisse Aujourd'hui, le moral du marché va être testé."
    JJ Kinahan
    Analyste - TD Ameritrade

      

     

  • Record pour le palladium

    Le palladium évolue à un niveau record, ragaillardi par la forte demande du secteur auto. 

  • Les stocks US de pétrole remontent pour la première fois en un mois

    Les réserves commerciales de pétrole brut aux Etats-Unis ont légèrement rebondi après trois semaines de baisse consécutives, déjouant les attentes des analystes qui anticipaient un nouveau repli.

    Selon le rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), les stocks américains de brut ont progressé de 600.000 barils, à 493,0 millions de barils, au 16 avril.  

  • L'action Coinbase va être suspendue du négoce à Francfort

    Coinbase, la plateforme américaine d'échanges de cryptomonnaies récemment introduite au Nasdaq, va être suspendu à la Bourse de Francfort en raison d'un problème technique, a indiqué l'opérateur Deutsche Börse.

    Les échanges sur le titre Coinbase sur la plate-forme électronique francfortoise Xetra cesseront après la séance de vendredi. La raison est technique: chaque entreprise cotée doit fournir à la Bourse un code individuel d'identification "LEI" (Legal Entity Identifier) long de 20 chiffres.

    Or, l'opérateur allemand s'est aperçu que le titre Coinbase a commencé à être négocié avec un code LEI appartenant à une ancienne entité du groupe, différente de celle finalement admise sur le Nasdaq depuis le 14 avril. La seule manière pour Coinbase de faire reprendre le négoce de ses actions à Francfort est de demander un nouveau code "LEI" à n'importe quelle autorité publique dans le monde.

  • Statu quo à la Banque du Canada

    La Banque du Canada maintient son taux directeur à 0,25%. 

  • Verizon perd plus d'abonnés que prévu

    L'opérateur de télécommunications américain Verizon Communications a perdu plus d'abonnés mobiles que prévu au cours du premier trimestre, alors qu'il a dû faire face à une concurrence intense de la part des opérateurs T-Mobile US et AT&T. À mesure que la technologie 5G gagne en popularité, les clients comparent les différentes options proposées par chacun des trois grands opérateurs de télécommunications, qui sont en train de réaliser d'importants investissements pour moderniser leurs réseaux. 

    Verizon a perdu 178.000 abonnés sur le mobile au premier trimestre, soit plus que les 121.700 estimés par FactSet. Le revenu d'exploitation du groupe a augmenté d'environ 4% pour atteindre 32,9 milliards de dollars, mais il ressort au-dessus de l'estimation des analystes, à 32,46 milliards de dollars.

  • Note salée pour le secteur aérien

    Selon l'organisation sectorielle Iata, les compagnies aériennes s'attendent à perdre 47,7 milliards de dollars en 2021. 

    L'Association internationale du transport aérien prévoit pour l'année en cours un trafic aérien mondial à 43% de son niveau d'avant la crise sanitaire, contre 51% prévu en décembre.

  • Netflix: -7% à l'ouverture

    Les principaux indices de Wall Street ont ouvert en baisse, Netflix plombant l'ambiance avec une chute de 7% après des résultats trimestriels décevants.

    Quelques minutes après le début des échanges, le Dow Jones  et le S&P 500  évoluaient proches de l'équilibre, mais dans le rouge. Le Nasdaq Composite avait plus de mal et abandonnait 0,37% vers 15h35. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,05% 
    S&P 500: -0,09% 
    Nasdaq Composite: -0,30%  

  • L'AG de Proximus nomme Ibrahim Ouassari (Molengeek) au CA | Le dividende approuvé

    Proximus avait rendez-vous avec ses actionnaires ce matin à l'occasion de son assemblée générale annuelle. L'occasion de refaire le point sur les projets réalisés durant 2020 et officialiser une série de  points habituels comme les comptes, revenus et autres rémunérations.

    Le petit évènement vint toutefois de la nomination d'Ibrahim Ouassari qui rejoint également le conseil d'administration. L'entrepreneur est une figure bien connue de Bruxelles. Il est l'un des cofondateurs de Molengeek, devenu en moins de dix ans une référence dans le monde de la tech belge.

    L'assemblée a par ailleurs approuvé le versement d'un dividende de 1,20 euro brut, dont un acompte sur dividende de 0,50 euro par action a déjà été versée le 11 décembre 2020. Cela signifie qu'un dividende brut de 0,70 euro par action sera payé le 30 avril 2021. La date ex-dividende est fixée au 28 avril 2021, la date d'enregistrement est le 29 avril 2021.

  • Coinbase, Baker Hughes, Netflix... Les valeurs à suivre à Wall Street

    * Netflix a attiré nettement moins de nouveaux abonnés que prévu au premier trimestre, alors que l'augmentation de la taille de son catalogue a souffert de retards de production dus au Covid-19. Dans les échanges en avant-Bourse, le titre perd environ 8%.

    * L'opérateur télécoms Verizon a annoncé mercredi avoir perdu plus d'abonnés mobiles que prévu au cours du premier trimestre, pénalisé par la concurrence de T-Moblie US et AT&T.

    * Facebook - Instagram, propriété de Facebook, a lancé une fonctionnalité destinée à empêcher grâce à des filtres ses utilisateurs de visualiser des messages insultants ou haineux.

    * Amazon a annoncé le lancement d'une technologie biométrique permettant aux clients de ses magasins Whole Foods dans la région de Seattle de payer avec la paume de leur main.

    * Coinbase - Deutsche Börse a annoncé mercredi qu'il retirerait Coinbase de la plate-forme allemande de transactions électroniques Xetra et de la Bourse de Francfort après la séance de vendredi en raison de l'absence d'une donnée de référence pour ces actions.

    * Anthem gagne 2% en avant-Bourse après avoir relevé son objectif de bénéfice pour l'année, la vigueur de son activité de gestion des prestations pharmaceutiques ayant permis à l'assureur santé de dépasser les attentes en matière de bénéfice au premier trimestre.

    * Baker Hughes a fait état d'une chute de 40% de son bénéfice trimestriel, la vague de froid qui s'est abattue sur certaines régions des États-Unis en février ayant affecté ses activités de forage et la demande d'équipements et de services pour les gisements pétroliers.

    * Halliburton a fait état mercredi d'une hausse de 6% de son bénéfice ajusté au premier trimestre, soutenu par le rebond des cours du brut.

    * Nasdaq a dégagé un bénéfice meilleur que prévu au premier trimestre dans un contexte de forte volatilité des marchés et de multiplication des introductions en Bourse.

  • "5,1 millions d'euros de bénéfices exceptionnels chez Orange Belgium"

    Pour l'analyste de KBC Securities, Ruben Devos, si le résultat brut d'exploitation (EBITDAal) d'Orange Belgium est beaucoup plus élevé que prévu par le consensus, cela résulte principalement d'éléments ponctuels.

    "Le bénéfice meilleur que prévu est le fruit de 5,1 millions d'euros de bénéfices exceptionnels", explique Ruben Devos. "Par exemple, 3,5 millions de coûts de moins ont été enregistrés au premier trimestre, qui reviendront probablement plus tard dans l'année. Pensez aux frais de publicité et de promotion. De plus, Orange a bénéficié d'un revenu exceptionnel grâce aux revenus d'itinérance."


  • UPDATE | Le briefing actions belges

    "Achetez Barco" | Avis de brokers sur KBC et Aperam | Effet Heineken pour AB InBev (+Briefing)

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes tentent de repartir de l'avant, progressant légèrement au lendemain d'une séance où elles ont toutes enregistré des pertes et alors que l'Asie est restée dans le rouge.

    Bruxelles, Paris et Amsterdam affichent des gains compris entre 0,49% et 1,05%. Francfort est à l'équilibre.

    Les places asiatiques de leur côté ont encore perdu du terrain, inquiète du regain de l'épidémie au Japon et en Inde. Tokyo a lâché 2,03%, Hong Kong 1,76%, tandis que Shanghai a fini stable.

    Au Japon, le département d'Osaka a demandé mardi au gouvernement central de déclarer un état d'urgence sur son territoire pour tenter d'endiguer la recrudescence du Covid-19, et d'autres départements dont Tokyo envisagent la même mesure.

    Wall Street s'apprête à ouvrir sur une note stable, hormis pour le Nasdaq, attendu en recul de 0,2%.

    "Il n'y a pas de consensus universel quant aux raisons de la récente baisse des marchés en Europe, mais étant donné les gains récents, les marchés auraient dû subir une sorte de correction tôt ou tard, et la prise de bénéfices est probablement une raison aussi bonne qu'une autre", explique Michael Hewson, analyste en chef chez CMC Markets UK.

  • Le fonds souverain de la Norvège a gagné 38 milliards d'euros au 1er trimestre

    Le fonds souverain de la Norvège, le plus gros au monde, a gagné quelque 38 milliards d'euros au premier trimestre, tiré par des placements boursiers eux-mêmes aiguillonnés par les avancées de la vaccination contre le Covid-19.

    L'énorme bas de laine abondé depuis les années 1990 par les revenus pétroliers de l'État a vu sa valeur atteindre 11.034 milliards de couronnes à la fin mars, soit 1.100 milliards d'euros.

  • Recapitalisation à hauteur de 15 millions d'euros pour Hamon

    Dans un communiqué, la société Hamon , spécialiste des tours de refroidissement, annonce qu'un accord de principe a été signé aujourd'hui avec son actionnaire majoritaire, la Sogepa et ses principaux partenaires bancaires sur la recapitalisation du groupe, via un apport de liquidités à hauteur de 15 millions d'euros.

    L'opération devrait permettre à Hamon de reconstituer ses capitaux propres de -18,8 millions d'euros au 31 décembre 2020 à environ 23,2 millions d'euros (pro forma sur la base des chiffres arrêtés à fin décembre 2020).

    A cet apport de liquidités s'ajoutera un prêt subordonné long-terme de 26,8 millions d'euros octroyé à 100% par l'actionnaire majoritaire, la Sogepa.

    La mise en œuvre effective de ce plan de refinancement est toutefois conditionnée à l’accord des créanciers obligataires de prolonger la maturité de l’emprunt obligataire de 2025 à 2035.

    La situation reste délicate pour Hamon: "La trésorerie à court terme et la continuité d’exploitation du groupe sont dépendantes de la mise en œuvre effective du plan de recapitalisation", lit-on dans le communiqué.

    Hamon dont l'action est suspendue en bourse a en parallèle publié ses résultats préliminaires consolidés 2020, des résultats plusieurs fois reportés alors qu'ils devaient être initialement publiés le 5 mars dernier.

    Les prises de commandes ont reculé de 15% pour atteindre 294 millions d'euros à fin 2020. Le chiffre d'affaires a reculé à 259,5 millions d'euros (306 millions d'euros en 2019), sous le double effet du Covid-19, notamment dans l’activité Customer Service et le retard pris sur l’exécution de certains projets. Le résultat net plonge dans le rouge: -42,7 millions d'euros contre -0,2 million un an avant.

    Hamon ne donne pas de guidance sur ses résultats futurs.

  • L'action Heineken mousse en bourse

    Heineken , deuxième brasseur mondial, a écoulé au premier trimestre 50,3 millions d'hectolitres de bière, un volume inchangé par rapport à la même période il y a un an, mais meilleur que le consensus qui tablait en moyenne sur une baisse de 5,0%. Une hausse de la demande en Afrique et en Asie a compensé un net recul en Europe.

    Le bénéfice net au premier trimestre s'est établi à 168 millions d'euros, en hausse de près de 80% par rapport à la même période il y a un an. Il reste toutefois toujours inférieur de plus de 40% au montant dégagé en 2019.

    Le fabricant de la bière blonde la plus vendue en Europe et des marques Tiger et Sol, affecté comme d'autres par la pandémie due au nouveau coronavirus, a confirmé tabler sur une amélioration progressive de ses marchés au second semestre, à la faveur du déploiement des vaccins contre le Covid-19.

    Il a aussi mis en place un plan sur trois ans pour ramener sa marge d'exploitation au niveau d'avant-crise.

    À la Bourse d'Amsterdam, l'action du groupe prend 4%, signant l'une des meilleures performances de l'indice Stoxx 600.

    La hausse du titre Heineken entraîne dans son sillage l'action AB InBev (+2,4%).

  • "Une offre supérieure sur Orange Belgium n'est pas exclue'

    Le courtier Kempen réagit avec enthousiasme aux chiffres trimestriels d'Orange Belgium (voir post de 7h35). Tant la croissance du nombre d'abonnés que le bénéfice brut d'exploitation, que l'opérateur appelle ebitdaal (1), est nettement supérieur au consensus. "Mais ces chiffres ne se reflètent pas dans l'offre actuelle de 22 euros par action", précise l'analyste Emmanuel Carlier.

    "Nous ne voyons pas la forte croissance des abonnés et l'augmentation des bénéfices reflétée dans l'offre actuelle d'Orange Belgium", écrit Emmanuel Carlier, analyste chez Kempen.

    Nous ne voyons pas la forte croissance des abonnés et l'augmentation des bénéfices reflétée dans l'offre actuelle d'Orange Belgium.
    Emmanuel Carlier
    Analyste chez Kempen

    Même si la maison mère française qualifie son offre pour Orange Belgium de "finale", l'analyste n'exclut pas un "édulcorant supplémentaire" dans les semaines à venir. Surtout après la protestation des actionnaires. "Une offre entièrement nouvelle et plus élevée (12 mois après la finalisation de l'offre actuelle) est également possible", ajoute-t-il.

    Kempen maintient son objectif de cours pour Orange Belgium de 27 euros par action.

    Orange Belgium gagne 0,23% à 22,05 euros dans un marché bruxellois en hausse de 0,64%.

    (1) Orange Belgium a présenté la notion d'ebitdaaL en 2019. Il concerne toujours le bénéfice avant charges d'intérêts, impôts et amortissements. Mais après les frais de location. Cela résulte de la nouvelle règle comptable (IFRS16), qui oblige les entreprises à enregistrer leurs dettes de location au bilan.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les actions européennes rebondissent, après avoir connu hier leur pire séance de l'année, l'optimisme quant à une solide saison des résultats l'emportant sur les inquiétudes concernant une augmentation rapide des cas de Covid-19 dans certains pays.

    Les valeurs technologiques sont les principales gagnantes de ce début de séance, en hausse de près de 2%, emmenées par le gain de 4,8% d'ASML . Le fabricant d'équipements semi-conducteurs a relevé ses prévisions de ventes pour l'année complète, invoquant une forte demande dans un contexte de pénurie mondiale de puces informatiques.

    Le rival, plus petit, ASM International augmente de 0,72% sur la prévision d'une hausse des commandes au deuxième trimestre.

    Le deuxième plus grand brasseur au monde, Heineken , progressé de 4% après avoir annoncé des ventes trimestrielles meilleures que prévu.

    Le club de football italien de la Juventus chute de 10% alors que le projet de Super Ligue est mis à mal par le retrait des clubs anglais.

    L'indice paneuropéen Stoxx 600 augmente de 0,5% en début de séance après un rallye fulgurant de sept semaines qui s'est soldé par des prises de bénéfices mardi.

    Amsterdam bonifie de 1%, Bruxelles engrange 0,54%, Paris progresse de 0,42% et Francfort gagne 0,15%.

  • Effet Heineken sur AB InBev | Targets relevés pour KBC et Aperam | Barco dopée (+Briefing)

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,89%
    Bruxelles: +0,59%
    Paris: +0,28%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,65%
    DJ Stoxx 600: +0,46%

    Barco : +9,3%
    Orange Belgium : =
    WDP : +0,26%

    Carrefour : +2,5%
    Heineken : +2,5%
    Kering : +2%
    Zalando : +4,1%

  • L'Euro Stoxx 50 s'apprête à ouvrir en hausse

    L'Euro Stoxx 50 est indiqué en hausse de 0,6%, la vague de résultats publiés ce matin reléguant au second plan le risque sanitaire.

  • Heineken compte sur les vaccins pour atteindre ses objectifs

    Le brasseur néerlandais Heineken a fait état d'un bénéfice net en hausse de 78,7% pour le premier trimestre, à 168 millions d'euros, grâce notamment à une hausse des volumes ailleurs qu'en Europe, impactée par les confinements nationaux.

    L'activité du groupe continue d'être "fortement impactée" par les conséquences de la pandémie mais compte sur le déploiement des vaccins pour atteindre ses objectifs, qui restent inchangés, déclare Heineken dans un communiqué.

     

  • Gueule de bois pour Netflix

    Les Bridgerton et les Lupin n'ont pas sauvé la mise à Netflix , qui a vu la croissance de sa base d'abonnés payants ralentir au premier trimestre, un signe que la période propice de la pandémie s'achève peut-être pour certaines plateformes numériques.

    Netflix a fini le premier trimestre 2021 avec près de 208 millions d'abonnés payants dans le monde (+14%), soit 2 millions de moins que ce que le géant du streaming vidéo avait promis aux investisseurs.

    La sanction a été immédiate: son titre a perdu plus de 10% lors des échanges électroniques après la clôture de la Bourse.

  • ASML, Akzo Nobel, Kering, Zalando... Les valeurs à suivre en Europe

    * ASML a fait état d'un bénéfice net au premier trimestre supérieur aux attentes et a relevé sa prévision de chiffre d'affaires annuel.

    * Akzo Nobel a annoncé mercredi un bénéfice courant au premier trimestre en hausse de 43% grâce à une reprise de la demande en Asie.

    * Carrefour a annoncé mercredi un programme de rachat de ses propres actions pour un montant de 500 millions d'euros cette année qui témoigne de sa confiance dans le succès de son plan de redressement après un solide premier trimestre.

    * Ericsson a fait état mercredi d'un bénéfice courant au T1 supérieur aux attentes grâce aux ventes d'équipements pour la 5G.

    * Kering a fait état mardi d'une hausse de 26% de son chiffre d'affaires au premier trimestre, à 3,9 milliards d'euros, grâce au rebond prononcé des ventes de Gucci, sa marque vedette, et au dynamisme de son activité en Asie et aux États-Unis, qui a éclipsé l'effet des nouveaux confinements dus au coronavirus en Europe.

    * Roche a maintenu mercredi sa prévision de croissance du chiffre d'affaires en 2021 après des résultats au T1 soutenus par les ventes de diagnostics du Covid-19.

    * Wordline a publié mercredi un chiffre d'affaires au premier trimestre en légère baisse à 1,08 milliard d'euros et a confirmé ses objectifs.

    * Zalando a annoncé mardi un chiffre d'affaires en hausse de 46% à 48% au premier trimestre, les mesures de confinement ayant favorisé les ventes en ligne.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues prudentes à l'ouverture après le net repli de la veille, la persistance du risque sanitaire atténuant l'espoir d'un rebond économique vigoureux.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait prendre autour de 0,1% à l'ouverture, le Dax à Francfort débuterait la séance sans grand changement et le FTSE à Londres reculerait pour sa part de 0,1%.

    La crainte de nouvelles mesures de confinement, notamment en Asie, a pesé mardi sur la tendance, favorisant un mouvement de prises de bénéfices.

    Le CAC, qui avait franchi lundi en séance la barre des 6.300 points pour la première fois depuis novembre 2000, a perdu 2,09%, pénalisé en outre des publications jugées décevantes, notamment de la part d'Atos et Danone. Il a subi sa plus forte baisse de l'année et perdu plus de 2% pour la deuxième fois en 2021, après un repli de 2,02% le 29 janvier.

    Les investisseurs réagiront à de nombreux résultats d'entreprises.

  • Après un trimestre en berne, Barco croit en la reprise

    Signe de reprise chez Barco . Le carnet de commandes s'est rempli au premier trimestre. Il affiche une hausse de 25% à 351,5 millions d'euros. 

    "Par rapport à la même période l’an dernier, avant que les confinements n’entrent en vigueur dans l’ensemble des régions, les commandes sont en baisse de 10 % à 228,9 millions et les ventes accusent un recul de 27%. Le carnet de commandes a augmenté cependant de 10 millions d’euros par rapport au premier trimestre de l'an dernier."

    Le chiffre d'affaires ressort donc à 171,7 millions d'euros. Dans un communiqué, l'entreprise explique ce recul par "l'impact des confinements liés à la pandémie sur les conversions des commandes en ventes dans la plupart des régions".

    Dans le chef des analystes, un revenu de 171 millions était attendu.

    Barco confirme par ailleurs ses perspectives pour le premier semestre. Les revenus devraient s’approcher de ceux du premier semestre 2020 et une marge ebitda qui devrait être supérieure à 5 %.

  • Le risque sanitaire prend le dessus en Asie

    La Bourse de Tokyo perd près de 2% à l'approche de la clôture, pénalisée par la crainte qu'une recrudescence des contaminations par le coronavirus n'entraîne le rétablissement de mesures de confinement dansplusieurs grandes villes du pays.

    L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon)  cède 0,6%.

  • WDP voit son bénéfice augmenter de près de 12%

    L'acteur de l'immobilier logistique WDP vient de publier ses chiffres trimestriels. Le résultat EPRA a augmenté en rythme annuel de 11,9% à 42,6 millions d'euros au premier trimestre. Par action, cela se traduit par une progression de 7,9% à 0,24 euro (0,22 euro fin mars 2020).

    Le taux d'occupation a légèrement grimpé pour atteindre 98,8%.

    WDP confirme également ses prévisions de bénéfice EPRA en 2021. Selon la société, celui-ci augmentera de 7% à 1,07 euro par action. "Sur la base de ces attentes, nous prévoyons une augmentation comparable du dividende brut à 0,86 euro par action", a déclaré la société.

    En tant qu'acteur de l'immobilier logistique, WDP bénéficie de l'essor du e-commerce provoqué par la pandémie coronavirus. Avec ses entrepôts, WDP est un maillon important dans la manière dont les produits voyagent de l'usine au consommateur diligent des achats en ligne.

  • L'ebitda d'Orange dopé par des effets saisonniers

    La semaine s'annonce cruciale pour Orange Belgique . Ce vendredi signera la fin de l'offre de rachat de la maison mère à 22 euros par action. En attendant l'échéance, le groupe publie ce mercredi ses résultats du premier trimestre de l'année.

    Orange Belgique enregistre pour ce début d'année un revenu à 330,4 millions d'euros, en légère baisse de 1% sur base annuelle, mais qui reste bien installé dans le consensus des analystes.

    L'ebita est en revanche en forte hausse par rapport à l'année dernière. Celui-ci grimpe de 12,8% et se situe dans la partie haute des estimations. Le très bon résultat s'explique toutefois par deux effets saisonniers importants. Le premier trimestre de 2020 avait été marqué par une importante campagne de publicité pour le lancement d'Orange GO. L'opérateur constate également une importante différence du côté de l'itinérance à 1,5 million d'euros. "Si l’on exclut ces effets, la croissance de l’ebitda aurait atteint +4,6 % sur un an à 65,0 millions d’euros", précise le groupe.

    Du côté opérationnel, Orange Belgique continue à attirer les nouveaux clients avec une croissance des abonnés mobiles de 3% par rapport à l'année précédente. Le nombre d'abonnés au câble est également en hausse avec 23.000 nouveaux clients supplémentaires.

  • MDxHealth se félicite de son rétablissement

    La société MDxHealth spécialisée dans le diagnostic du cancer de la prostate a vu ses recettes totales se contracter de 14% au premier trimestre à 5,1 millions de dollars. Elles sont toutefois en hausse de 23% par rapport au 4e trimestre 2020.

    Les volumes de vente de ses deux principaux tests, le ConfirmMDx et le SelectMDx, affichent des replis respectifs de 14% et 26%. Mais, pour le premier, ils ont en progression de 6% par rapport au dernier trimestre 2020.

    "Notre croissance séquentielle exprimée en volume unitaire pour ConfirmMDx pour le troisième trimestre consécutif, associé à une croissance séquentielle de 23 % des recettes, est une preuve nette de notre rétablissement", s’est félicité Michael McGarrity, le CEO de MDxHealth évoquant l'impact de la pandémie. "Comme prévu, les résultats de ConfirmMDx traduisent une reprise du flux de patients et nous nous attendons à une évolution similaire pour SelectMDx" a-t-il ajouté.

    Au 31 mars, la trésorerie de la biotech s’élevait à 38,2 millions de dollars. Rappelons, qu’en début d’année, elle a levé 30,4 millions de dollars via une augmentation de capital.

  • Plus de bénéfices que prévu pour Orange Belgium

    Orange Belgium vient de publier ses chiffres du premier trimestre.

    Le chiffre d'affaires a baissé de 1% à 330,4 millions d'euros, légèrement moins que les prévisions des analystes de 331,9 millions.

    Le bénéfice brut d'exploitation a augmenté de 12,8% à 70,1 millions d'euros. C'était bien mieux que ce qu'attendait le consensus (64,4 millions).

  • Wall Street s'éloigne de ses records

    La Bourse de New York a fini en baisse mardi, sa deuxième séance consécutive dans le rouge après ses records de la semaine dernière, la prudence l'emportant face à la persistance de l'épidémie de Covid-19 et avant les résultats trimestriels des géants du secteur technologique.

    > L'indice Dow Jones a cédé 0,75%, ou 256,33 points, à 33.821,3 points.
    > Le S&P-500, plus large, a perdu 28,32 points, soit 0,68%, à 4.134,94 points.
    > Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 128,5 points (-0,92%) à 13.786,27 points.

    Les investisseurs se sont détournés des valeurs cycliques, notamment les plus exposées à la crise du coronavirus, qui perdure voire s'aggrave dans plusieurs régions du monde, tandis que les résultats et les prévisions des géants de la "tech" vont devoir justifier des valorisations extrêmement tendues.

  • Barco, Orange Belgium et WDP

    Bonjour! Ce post démarre notre "Market live" du mercredi 21 avril.

    Barco , Orange Belgium et WDP publient leurs résultats trimestriels avant l'ouverture des marchés.

    Lire aussi | À suivre ce mercredi 21 avril

    La majorité des marchés asiatiques évolue dans le rouge alors que les actions américaines ont encore reculé après les records de la semaine dernière. Tokyo perd 2% et Hong Kong 1,6%. L'indice CSI 300 des grandes capitalisations chinoises grimpe par contre de 0,3%.

    L'Euro Stoxx 50 signalée en hausse, de l'ordre de 0,18%.

    ©Photo News

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés