1. Les marchés
  2. Live blog
live

Prudence sur les marchés en Europe | Colruyt profite des spéculations sur Carrefour | IBA à la fête

Les marchés européens ont terminé en ordre dispersé ce mercredi, l'attentisme prédominant toujours à la veille de la nouvelle saison de résultats. OPA canadienne à l'étude sur Carrefour. Wall Street salue le départ du patron d'Intel.
  • À suivre ce jeudi 14 janvier

    C'est ici que se referme le Market Live. Merci de l'avoir suivi et rendez-vous ce jeudi au même endroit! 

  • Tesla: bulle ou réelle mine d’or?

    Une "bulle épique" constituée de "surévaluations extrêmes", des "investisseurs au comportement hystérique"… Voilà comment le célèbre investisseur boursier Jeremy Grantham qualifie l’évolution actuelle du marché des actions américaines, avec plus particulièrement dans son viseur l’action du constructeur automobile Tesla TSLA-1,66% .

    Le cofondateur de GMO avoue posséder une voiture Tesla, mais cela ne l’empêche pas de considérer que son action fait l’objet d’une véritable "mania". 

  • Hausse prudente en Europe, Bruxelles et Londres dans le rouge

    Bruxelles et Londres exceptées, les Bourses européennes ont clôturé dans le vert mercredi une séance hésitante, une actualité riche dans le domaine des fusions-acquisitions ayant compensé le regain d'inquiétude pour la reprise économique lié à la résurgence de la pandémie de coronavirus dans plusieurs pays.

    Le Bel 20 a lâché 0,11% malgré la bonne tenue de Colruyt et des deux valeurs télécoms de l'indice. 

    À Paris, le CAC 40, qui a passé une partie de la journée en territoire négatif, affiche en clôture une hausse de 0,21% (11,7 points) à 5.662,67 points et à Francfort, le Dax a progressé de 0,11% alors qu'à Londres, le FTSE 100, pénalisé par l'appréciation de la livre sterling, abandonnait 0,07%. L'indice EuroStoxx 50 a pris 0,12%, le FTSEurofirst 300 0,18% et le Stoxx 600 0,11%.

    Vedette du jour sur les marchés européens, Carrefour a vu son cours s'envoler de 13,39% à 17,54 euros, au plus haut depuis juillet 2019, après avoir été approché par le canadien Alimentation Couche-Tard avec une offre préliminaire à 20 euros par action.

    Autre hausse spectaculaire, celle de l'opérateur espagnol Telefonica , qui a pris 9,67% après l'annonce d'un accord de cession des tours de sa filiale Telxius Telecom en Europe et en Amérique latine à American Tower Corporation pour 7,7 milliards d'euros.

    Euronext (+3,91%) et London Stock Exchange Group (+1,85%) ont quant à eux bénéficié du feu vert de la Commission européenne au rachat de Refinitiv par le britannique, qui prévoit la cession de la Bourse de Milan à Euronext.

    A la baisse, Renault a cédé 2,93% à la veille de la présentation de son nouveau plan stratégique et les valeurs bancaires (-1,13%) ont souffert à la fois du repli des rendements obligataires et des doutes sur les perspectives de reprise.

    Au moment de la clôture en Europe, Wall Street restait hésitante, le Dow Jones étant pratiquement inchangé tandis que le Standard & Poor's 500 gagnait 0,22% et le Nasdaq Composite 0,5%.

    Intel se distingue avec un bond de 7,55% après l'annonce de la nomination d'un nouveau directeur général. Le groupe, dont la stratégie est contestée par le fonds activiste Third Point depuis plusieurs semaines, a précisé que ses résultats du quatrième trimestre seraient supérieurs aux prévisions.

  • Bruxelles dans le rouge

    Le Bel 20 s'est délesté de 0,11% à 3.725,66 points. Sur les 20 actions qui le composent, 10 étaient en hausse et 10 en baisse.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Colruyt51,74+5,08%
    • UCB87,78+2,26%
    • Telenet34,78+1,46%
    • Proximus17,05+1,13%
    • Argenx223,4+0,36%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Barco18,22-2,59%
    • Aperam36,47-2,33%
    • ING Groep7,89-1,83%
    • Sofina268,0-1,29%
    • Galapagos83,76-1,25%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
    Rédigé par Quotebot le 13/01/2021 à 17h42
  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: -0,11% 
    AEX: +0,12%  
    CAC 40: +0,21% 
    DAX 30: +0,24% 
    FTSE 100: -0,06% 
    Stoxx 600 Europe: +0,20% 

    Résultats provisoires 

  • Geely ( Volvo) s'allie à Foxconn, fabricant des iPhones

    Le groupe automobile chinois Geely (maison mère de Volvo Cars) a annoncé mercredi qu'il s'alliait avec le géant taïwanais de la fabrication de produits électroniques Foxconn (sous-traitant d'Apple et fabricant des iPhones) dans les véhicules électriques.  

    Les deux compagnies vont créer une co-entreprise qui entend devenir un équipementier et un conseiller au service des constructeurs mondiaux. La structure ambitionne de révolutionner le secteur, notamment grâce aux synergies et aux nouvelles technologies. 

  • Le secteur de la distribution remplit ses caisses grâce à Carrefour

    L'envol de Carrefour suite à l'approche du groupe canadien Couche-Tard en vue d'un rapprochement amical a porté les autres valeurs du secteur de la distribution en bourseColruyt a tout particulièrement profité de l'engouement des investisseurs pour le compartiment. Le titre bondit de plus de 5,77% à 17 heures, signant au passage la plus forte progression du Bel 20. 

    Lire | Le secteur de la distribution porté par Carrefour

  • Airbnb annule et bloque les réservations à Washington pour l'investiture de Biden

    Le spécialiste de la location de logements de particuliers Airbnb a annoncé l'annulation et le blocage des réservations sur sa plateforme à Washington pendant la semaine de l'investiture du futur président américain Joe Biden, qui prendra ses fonctions le 20 janvier.

    "Airbnb annulera les réservations dans Washington et sa banlieue lors de la semaine de l'investiture", a indiqué l'entreprise dans un communiqué. "En outre, nous empêcherons toute nouvelle réservation dans Washington et sa banlieue pendant cette période en bloquant de telles réservations". 

    À Wall Street, l'action du loueur de logements gagne plus de 5,5% vers 16h45, heure belge. 

  • Nouvelle baisse des stocks de pétrole brut américains

    Les réserves de pétrole brut aux Etats-Unis ont baissé pour la cinquième semaine d'affilée, dans des proportions proches des attentes des analystes, selon le rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).  

    Les stocks commerciaux de brut dans le pays se sont réduits de 3,2 millions de barils (MB) la semaine close le 8 janvier 2021, par rapport à la semaine précédente. La prévision médiane des analystes tablait sur un recul de 3 millions de barils.  Les cours du brut orientés à la baisse en début de séance regagnaient un peu le terrain perdu après la publication du rapport.  

  • Global Graphics boucle le rachat d'Hybrid Software

    Global Graphics, le spécialiste britannique des logiciels coté sur Euronext Bruxelles, a annoncé dans un communiqué que l’acquisition d’Hybrid Software Group était finalisée. L'opération est chiffrée à 80 millions d’euros et entièrement financée par de nouvelles actions de Global Graphics, 21.074.030 pour être précis.

  • Ubisoft grimpe grâce à Star Wars

    L'action de l'éditeur français de jeux vidéo Ubisoft gagne plus de 5% après l'annonce d'un projet commun avec Lucas Film pour un nouveau jeu inspiré de Star Wars. 

  • La Bourse de New York hésite

    Wall Street reste proche de l'équilibre en début de séance mercredi, le début de la nouvelle procédure en destitution visant Donald Trump et l'approche de la saison des publications de résultats incitant les investisseurs à la prudence après les récents records.

    20 minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones (-0,08%) est pratiquement stable, tout comme le Standard & Poor's 500 (+0,03%). Le Nasdaq Composite avance de son côté de 0,27%. 

    Les marchés attendent par ailleurs le coup d'envoi de la saison des résultats trimestriels, qui sera donné vendredi par plusieurs grandes banques et mettra à l'épreuve les valorisations élevées atteintes par les actions. Les investisseurs surveillent par ailleurs l'évolution des rendements obligataires après le repli entamé mardi, qui a mis fin à une hausse de plus de 20 points de base pour celui des Treasuries à dix ans.

    Aux valeurs, Intel bondit de 8,94% après l'annonce de la nomination d'un nouveau directeur général, Pat Gelsinger, venu de VMWare.

    Le laboratoire pharmaceutique Regeneron gagne 2,29% après une commande par l'administration américaine de 1,25 million de doses supplémentaires de son traitement du Covid-19 pour environ 2,63 milliards de dollars (2,16 milliards d'euros).

    A la baisse, Boeing, lanterne rouge du Dow, perd 1,11%. J.P. Morgan, dans une étude publiée ce mercredi, estime que la cadence de production du 787 reste susceptible d'être réduite.  

  • Le patron d'Intel démissionne, l'action grimpe

    Le titre Intel a retrouvé dans les échanges avant-bourse son niveau d'avant-crise. La raison? Le départ du CEO Bob Swan qui sera remplacé le mois prochain par le patron de VMware, Pat Gelsinger

    Quinze minutes après l'ouverture des marchés US, l'action Intel est signalée en hausse de 9% à 58,09 dollars. Elle avait démarré en trombe avec une pointe au-dessus des 60 dollars.  

  • Carrefour: +16,55%

    Le distributeur français amplifient ses gains après les précisions apportées par Couche-Tard, l'enseigne canadienne qui veut reprendre Carrefour  au prix de 20 euros par action. L'opération serait réalisée majoritairement en numéraire. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,08% 
    S&P 500: +0,10% 
    Nasdaq Composite: +0,12%  

  • Un Tesla en devenir sur le point d'entrer en bourse

    Les actions de la Spac Churchill Capital IV montent en flèche depuis le début de la semaine à Wall Street. Cette société est en pourparlers pour mettre la main sur le constructeur de voitures électriques Lucid Motors, ce qui permettrait à cette dernière d'accéder directement à la Bourse de New York. 

    Churchill Capital IV est gérée par un vétéran de Wall Street, Michael Klein, connu pour lancer des IPO via des Spacs, ces sociétés cotées dites "coquilles vides" et qui attendent la bonne occasion pour racheter un futur champion des marchés.  

    Lucid Motors est déjà bien implanté de la niche haut de gamme des voitures électriques. Selon l'agence Bloomberg, Lucid pourrait être valorisé à 15 milliards de dollars. 

  • Demande record pour la nouvelle obligation belge à 10 ans

    La demande des investisseurs a dépassé 50 milliards d'euros, du jamais vu. L'État belge a pu offrir un rendement de -0,22% sur dix ans, un plus bas record. 

    Lire | Demande record pour la nouvelle obligation belge à 10 ans

  • USA: accélération de la hausse des prix en décembre

    La hausse des prix à la consommation aux Etats-Unis s'est accélérée en décembre, notamment avec l'augmentation des prix à la pompe, montrent les statistiques publiées par le département du Travail. L'indice des prix à la consommation (CPI) a progressé de 0,4% sur un mois, soit deux fois plus qu'en novembre, et de 1,4% sur un an après 1,2% le mois précédent.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,4% sur un mois et de 1,3% sur un an.

  • La Commission européenne autorise le rachat de Refinitiv par LSE

    La Commission européenne a autorisé sous conditions mercredi le rachat de Refinitiv, fournisseur de données financières, par London Stock Exchange  pour un montant de 27 milliards de dollars (22,2 milliards d'euros). Parmi les engagements pris par l'opérateur de la Bourse de Londres figure la vente à Euronext de Borsa Italiana, qui gère la Bourse de Milan, pour 4,325 milliards d'euros. LSE a également proposé en novembre de fournir à tous ses concurrents un accès à ses données et ses activités de compensation.

    Thomson Reuters, maison mère de Reuters News, possède 45% de Refinitiv, contrôlé par Blackstone.

  • "Le marché semble fragile dans sa capacité à encaisser des nouvelles qui iraient à l'encontre de l'optimisme déjà inscrit dans le prix"

    "Les marchés semblent bien plus hésitants dans leur marche vers les sommets. Compte tenu de la progression rapide des indices sur les derniers mois, le marché semble fragile dans sa capacité à encaisser des nouvelles qu'iraient à l'encontre de l'optimisme déjà inscrit dans le prix"
    Sebastian Paris Horvitz
    stratégiste chez LBPAM

  • L'euro numérique, une réalité espérée "d'ici 5 ans"

    L'euro numérique devrait devenir réalité d'ici 5 ans, a déclaré la présidente de la Banque centrale européenne Christine Lagarde, tandis qu'une enquête de l'institution place la confidentialité de ce moyen de paiement en tête des attentes des citoyens. "Je pense que l'on aura un euro numérique" et "dans pas plus de cinq ans j'espère", a déclaré mercredi la présidente de la BCE, Christine Lagarde, lors d'une conférence économique virtuelle organisée par l'agence Reuters.

    Au total, 8.221 citoyens, entreprises et associations professionnelles ont répondu à ce questionnaire en ligne lancé en octobre dernier et qui a pris fin mardi, un "record" parmi les consultations publiques lancées à ce jour par la BCE, est-il indiqué. "Le nombre élevé de réponses" montre le "grand intérêt" du public pour "façonner la vision d'un euro numérique", a déclaré Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE et président du groupe de travail sur le sujet.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Effet Carrefour sur Colruyt | Conseil d'achat pour Xior et Shurgard | Target relevé sur Solvay, ING | Hamon et par vaux (+Briefing)

  • Fiat Chrysler va verser près de 3 milliards d'euros de dividende

    Fiat Chrysler a annoncé que le versement d'un dividende exceptionnel de 2,9 milliards d'euros à ses actionnaires prévu par son projet de fusion avec PSA était "devenu inconditionnel". Ce dividende exceptionnel, qui représente 1,84 euro par action, sera versé le 29 janvier, a précisé FCA dans un communiqué.

    Seuls les actionnaires de FCA possédant des titres du constructeur italo-américain à la date de vendredi, veille de cette finalisation, pourront obtenir le dividende exceptionnel. Le premier actionnaire de FCA est Exor, holding de la famille Agnelli, avec une participation de près de 29%.

  • Un tweet d'Elon Musk fait grimper cette action japonaise

    Le message est énigmatique: "Et toi, Yeah, toi la Reine ... Tu vas le faire". Il a été posté mardi soir sur le compte twitter d'Elon Musk avec l'image d'un personnage d'Idolmaster, un jeu vidéo vieux de 16 ans et décliné en manga.

    Le mystérieux tweet a eu un impact à la Bourse de Tokyo. Le titre du spécialiste des jouets et des jeux vidéo Bandai Namco a grimpé de 4,4%, sans autre explication. Le volume d'échanges sur le titre japonais était 90,49% plus élevé que la moyenne des 3 derniers mois.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * ALPHABET - YouTube, filiale du groupe, a annoncé mardi avoir suspendu la chaîne de Donald Trump pour violation de ses conditions d'utilisation en raison d'incitations à la violence, une décision qui survient après l'assaut de partisans du président sortant contre le Capitole à Washington la semaine dernière.

    * JOHNSON & JOHNSON subit des retards dans la production de son vaccin contre le coronavirus et pourrait ne pas être en mesure de fournir les doses commandées par les Etats-Unis d'ici le printemps, a rapporté mercredi le New York Times.

    * ALIBABA gagne 2% dans les échanges en avant-Bourse après que le président de Primavera, actionnaire d'Ant Group, a dit croire que Jack Ma était "sain et sauf" alors que l'absence prolongée de la scène publique du fondateur du groupe chinois, critique envers Pékin, continue d'inquiéter.

    * VISA a annoncé mardi renoncer au projet de fusion avec le groupe de technologie financière Plaid pour 5,3 milliards de dollars (4,35 milliards d'euros) en raison de l'opposition du Département de la justice américain, qui juge l'opération anticoncurrentielle.

    * FORD MOTOR a annoncé mercredi une augmentation de 6% de ses ventes en Chine l'année dernière, sa première croissance annuelle sur le premier marché automobile mondial depuis 2017.

    * COMPAGNIES AÉRIENNES - Presque tous les passagers souhaitant entrer aux Etats-Unis devront présenter un test négatif de dépistage du coronavirus, ont annoncé mardi les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC), dans le cadre de mesures sanitaires élargies pour les voyageurs.

  • "Cette fusion ne serait pas dans le meilleur intérêt de Carrefour"

    Avec 12.225 magasins répartis dans 30 pays, Carrefour a dégagé un chiffre d’affaires de 75 milliards d’euros en 2019 et un bénéfice de 1,3 milliard. Quelque 50% de ses revenus sont issus de l’hexagone. De son côté, Couche-Tard a généré un chiffre d’affaires de 49 milliards d’euros pour son dernier exerice, au sein duquel les ventes de carburant occupent une place prépondérante. Le bénéfice s’est élevé à 2,1 milliards d’euros.

  • Le pétrole souffle après avoir de nouveau tutoyé les sommets

    Les prix du pétrole évoluent en légère hausse après avoir touché de nouveaux records en dix mois et demi quelques heures auparavant, dans un marché optimiste et attentif aux données de l'EIA attendues dans la journée. Pour Chris Beauchamp, analyste d'IG, la hausse des prix du brut "ne montre aucun signe de faiblesse", soutenue par "l'amélioration attendue de la demande et le contrôle étroit exercé sur les niveaux actuels de l'offre."

    Côté demande, l'optimisme du marché s'appuie sur les campagnes de vaccination massives contre le Covid-19 qui ont débuté à travers le monde ; côté offre, c'est la coupe volontaire saoudienne d'un million de barils par jour en février et mars que retiennent les observateurs de marché.

  • La livre grimpe face au dollar, la BoE adopte un ton prudent

    La livre britannique grimpe encore face au dollar et frôle son plus haut niveau en deux ans et demi ce mercredi. 

    Alors que l'économie britannique est à la fois plombée par la pandémie de Covid-19 et par la sortie du marché unique européen, les investisseurs se demandent si la BoE pourrait adopter un taux directeur négatif pour tenter de doper les prêts aux particuliers et aux entreprises. Mais mardi, "le gouverneur Andrew Bailey a mis un frein à ces spéculations en disant qu'il voyait de nombreux problèmes à l'application d'un taux négatif" lors d'une intervention devant la Chambre du commerce écossaise, a commenté l'analyste de Commerzbank You-Na Park-Heger, citant des informations de presse.

    "Les marchés, qui misaient hier sur un passage aux taux négatifs en mai au plus tard, repoussent désormais cette possibilité à la fin de l'année", ont détaillé les analystes de Sucden. La prochaine réunion de politique monétaire de la BoE aura lieu début février.

  • Lagarde (BCE): "Le rebond reste possible si les restrictions sont levées avant avril"

    La Banque centrale européenne prévoit toujours un rebond économique malgré les nouvelles restrictions à l'activité dans plusieurs pays de la zone euro à condition que ces mesures soient levées d'ici la fin du mois de mars, a déclaré la présidente de la BCE, Christine Lagarde.

    "Je pense que nos dernières projections de décembre sont encore très clairement plausibles", a annoncé Christine Lagarde lors de la conférence Reuters Next. "Nos prévisions sont fondées sur des mesures de confinement jusqu'à la fin du premier trimestre". Un maintien des restrictions de l'activité économique au deuxième trimestre serait "une préoccupation".

    Christine Lagarde a ajouté que la BCE ajusterait le montant de l'enveloppe du programme d'achats d'urgence face la pandémie (PEPP) si une augmentation de celui-ci s'avérait nécessaire.

  • La production industrielle de la zone euro en novembre est bien meilleure que prévu

    La production industrielle de la zone euro a été bien supérieure aux attentes en novembre, grâce à un fort rebond de la production de biens intermédiaires et d'équipement. Le bureau des statistiques de l'Union européenne, Eurostat, a déclaré que la production industrielle dans les 19 pays partageant l'euro avait augmenté de 2,5% en novembre par rapport à octobre, soit une baisse de 0,6% d'une année sur l'autre.

    Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une modeste hausse mensuelle de 0,2% et à une baisse annuelle de 3,3%.

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes évoluent peu dans la matinée, les inquiétudes sur la situation sanitaire et le climat politique aux Etats-Unis incitant les investisseurs à rester sur leurs gardes.

    → À Bruxelles, le Bel 20 cède 0,18%. Ailleurs en Europe, le CAC 40 gagne 0,24%, le Dax prend 0,03% et à Londres, le FTSE s'octroie 0,08%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro est en hausse de 0,08%, le FTSEurofirst 300 de 0,02% et le Stoxx 600 de 0,12%.

    Plus forte progression du Stoxx 600, Carrefour   bondit après avoir confirmé avoir été approché par le géant canadien Alimentation Couche-Tard en vue d'une acquisition du groupe français qui a qualifié la démarche d'"amicale". Dans son sillage, Casino   signe la deuxième plus forte hausse du SBF 120.

    Sur le marché obligataire américain, la forte demande suscitée par une adjudication de titres à 10 ans a favorisé la baisse des rendements. Celui des Treasuries à dix ans cède deux points de base à 1,117% après un pic depuis mars la veille à 1,187%. En Europe, le rendement du Bund à dix ans est aussi en baisse dans les premiers échanges, à -0,496%.

    L'"indice dollar", qui mesure les variations de la monnaie américaine face à un panier de référence, est quasiment stable (+0,04%) et l'euro est en repli sous 1,22 dollar.

    Les cours du pétrole ont réduit leurs gains mais restent proches de leurs plus hauts depuis près d'un an, l'annonce par l'American Petroleum Institute d'une baisse plus forte que prévu des stocks de brut la semaine dernière aux Etats-Unis supplantant les craintes autour de la demande. Le baril de Brent cote à 56,79 dollars (+0,35%) et le brut léger américain se traite à 53,4 dollars (+0,32%).

  • "Les matières premières alimentent le thème de la reflation"

    Les anticipations d'inflation se sont redressées de 0,7% à 1,3% entre mars et janvier en Europe et de 1,2% à 2,4% sur la même période aux Etats-Unis. Cette remontée des anticipations d'inflation qui agite les marchés financiers s'explique notamment par la hausse, appelée à se poursuivre, des cours des matières premières.

    "Alors que le thème de la reflation commence à monter en puissance avec le début des campagnes de vaccination et les espoirs d'un rebond économique marqué au second semestre, notamment aux Etats-Unis et en Europe, l'évolution des matières premières depuis plusieurs mois participe pleinement à ce sentiment", écrit Alexandre Baradez, responsable de l'analyse marché chez IG France, dans une note publiée ce mercredi.

    Le rebond des ressources de base s'explique par les espoirs d'une forte reprise économique dans les trimestres à venir grâce à l'effet des vaccinations contre le coronavirus mais également par la faiblesse du dollar.  

    "Dans un contexte de reprise économique, poussif pour le moment mais qui prendra du momentum dans les trimestres et années à venir, il est difficile d'anticiper autre chose qu'une poursuite de la hausse des matières premières, notamment avec une base de rebond aussi basse d'un point de vue historique".
    Alexandre Baradez
    responsable de l'analyse marché chez IG France

  • Villeroy de Galhau (BdF): "La BCE surveille l'évolution de l'euro"

    La Banque centrale européenne maintiendra aussi longtemps que nécessaire des conditions monétaires favorables dans la zone euro et elle surveille les effets négatifs de l'appréciation actuelle de l'euro  face aux autres grandes monnaies, a déclaré François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France et membre du conseil des gouverneurs de la BCE, lors d'une audition par la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

  • Degroof Petercam ajuste le tir sur Unifiedpost et Deceuninck

    Degroof Petercam a relevé son objectif de cours pour Unifiedpost   à 28 euros contre 26 euros précédemment. La fintech avait annoncé fin décembre l'acquisition de trois sociétés, dont le groupe suédois 21 Grams. "Cela nous a incité à augmenter nos prévisions de ventes et de bénéfices", résume l'analyste Michael Roeg. Son conseil reste à "acheter".

    Le broker a également augmenté son objectif de cours pour Deceuninck   à 2,55 euros contre 2 euros avant. "Après quelques années difficiles, Deceuninck est de nouveau sur la bonne voie pour produire de solides résultats dans un avenir prévisible. Cela s'explique par l'amélioration des conditions de marché, certainement aux États-Unis et en Turquie, alors que la rationalisation des coûts commence à porter ses fruits en Europe", souligne l'analyste Kris Kippers. La recommandation reste à "acheter".

  • Voici le briefing actions belges

    KBC conseille un achat d'une SIR | Target relevé sur Solvay et ING | Hamon chute encore (+Briefing)

  • Kepler Cheuvreux passe à l'achat sur Shurgard

    Kepler Cheuvreux a relevé sa recommandation pour Shurgard   à "acheter" contre "conserver" auparavant. "Le cours de l'action Shurgard a montré des faiblesses relatives ces derniers temps avec des mesures de confinement plus strictes annoncées dans les pays où la société est active. Pourtant, en ces temps troublés, les métriques opérationnelles ont montré une forte résilience si l'on considère les loyers en place (+ 1,4% sur un an) et les taux d'occupation moyens (88,8%, +100 pb sur un an)", souligne le broker.

    "Nous pensons que les fondamentaux du secteur sont intacts. Au milieu de la prise de conscience croissante, nous pourrions facilement voir le segment doubler ou tripler de taille dans les dix prochaines années." Son objectif de cours passe de 38 à 40 euros.

  • Carrefour: +10%

    Le titre Carrefour   s'envole à la Bourse de Paris. Le Français a confirmé avoir été contacté par son homologue canadien Alimentation Couche-Tard en vue d'un rapprochement "amical". Des discussions préliminaires ont été engagées, mais les conditions de cette possible acquisition ne sont pas encore arrêtées.

  • Telefonica vend des tours de télécommunication pour €7 milliards

    American Tower Corp. va racheter environ 30.7000 tours de télécommunication en Europe et en Amérique latine à Telefonica pour 7,7 milliards d'euros. Lire le communiqué

    Selon Bloomberg, cet accord représente un changement de stratégie pour American Tower, qui, avec l'opérateur américain Crown Castle International Corp., était en grande partie resté à l'écart de l'Europe, où les compagnies de téléphone tentent de lever des fonds pour réduire leur dette et financer les déploiements coûteux de la 5G.

  • | OPENING BELL |

    AEX +0,08%

    BEL 20 -0,31%

  • KBCS réagit à une éventuelle restructuration chez Solvay

    La rumeur d'un conseil d'entreprise extraordinaire chez Solvay   circule depuis quelques temps. Entre les lignes, il apparaît toutefois évident qu'il s'agirait ici d'une restructuration des activités de support (ressources humaines, communication, etc.) à l'échelle du groupe, dont une partie conséquente est logée en Belgique.

    "Si cela est confirmé, cela s'ajouterait aux autres initiatives d'économies déjà annoncées et qui devraient permettre d'économiser 410 millions d'euros au total d'ici 2024", réagit Wim Hoste, analyste chez KBC Securities. "Un peu indépendamment de ce qui pourrait être annoncé comme des objectifs de restructurations/économies supplémentaires, nous continuons à voir de la valeur dans Solvay, et nous avons décidé de relever notre objectif de cours à 110 euros (contre 100 euros avant)".

  • Les investisseurs parient sur un retour de l'inflation

    Le retour de l'inflation s'invite désormais dans les pensées des investisseurs. Aux États-Unis, l'obligation gouvernementale à dix ans a touché 1,865%, un plus haut depuis mars 2020. Les perspectives de la fin d'un confinement grâce aux campagnes de vaccination contre le Covid-19 et le plan de relance espéré sous la présidence de Joe Biden font penser aux investisseurs que les consommateurs vont dépenser beaucoup, dans un futur proche.

    "Si le Covid-19 reste au cœur de l'équation, avec d'éventuels problèmes, comme des retards dans les campagnes de vaccination, qui pourraient remettre en cause les anticipations des marchés, les prix seront également à surveiller de près avec un rebond mécanique à attendre", a indiqué John Plassard, spécialiste en investissement pour Mirabaud.

  • Jefferies relève son TP pour ING

    La banque d'investissement américaine Jefferies a relevé son objectif de cours pour ING   à 9,80 euros contre 8,50 euros précédemment. Soit un potentiel haussier de 22%. La recommandation reste par conséquent à "acheter".

  • KBCS reprend le suivi d'Xior

    KBC Securities a repris le suivi de l'action Xior   avec une recommandation à "acheter" et un objectif de cours à 59 euros.

    "Xior est la SIR à la croissance la plus rapide parmi les sociétés immobilières suivies par KBC Securities, avec une multiplication par sept du portefeuille depuis son entrée en bourse en 2015. Nous ne prévoyons qu'un impact limité et temporaire de la pandémie", estiment ses analystes Wido Jongman et Joachim Vansanten.

  • La Bourse de Tokyo en hausse pour la 5e séance consécutive

    La Bourse de Tokyo a fini en nette hausse, soutenue par l'optimisme sur les publications de résultats d'entreprises après la révision à la hausse des objectifs de l'équipementier électrique Yaskawa Electric . L'indice Nikkei a gagné 1,04% à 28.456,59 points et le Topix, plus large, a pris 0,35% à 1.864,40 points.

    Le secteur des semi-conducteurs a mené la tendance, Tokyo Electron progressant de 5,3% et Advantest de 5,5%, grâce à de fortes hausses chez leurs pairs américains tels que Lam Research et Applied Materials. Selon Norihiro Fujito, chief investment strategist chez Mitsubishi UFJ Morgan Stanley, ce secteur surfe actuellement sur la demande de puces pour les voitures. "Les investisseurs achètent des actions de fabrication de puces dans le monde entier en raison d'une reprise inattendue de la demande de voitures".

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues sans grand changement à l'ouverture, la dégradation de la situation sanitaire, le climat politique agité aux Etats-Unis et l'approche de la saison des publications de résultats incitant les investisseurs à la prudence.

    → D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait ouvrir en hausse de 0,13% à l'ouverture. Les contrats à terme signalent un repli de 0,09% pour le Dax à Francfort, une hausse de 0,07% pour le FTSE à Londres et une baisse de 0,11% pour l'EuroStoxx 50.

    Le rendement des Treasuries à dix ans cède du terrain après avoir grimpé depuis le début de l'année dans la perspective d'un creusement des déficits budgétaire et commercial aux Etats-Unis dans les mois à venir. Le taux des Treasuries à dix ans perd près de deux points de base, à 1,1206% après un pic à 1,187% la veille, au plus haut depuis mars dernier. Il évoluait autour de 0,91% le 4 janvier.

    La baisse des rendements américains met un coup d'arrêt au rebond du dollar, qui cède 0,1% face à un panier de devises de référence. L'euro   est pratiquement inchangé, à 1,2212 dollar.

    Les cours du pétrole évoluent en hausse de plus de 1%, et à leurs plus hauts depuis février, l'annonce par l'American Petroleum Institute d'une baisse plus forte que prévu des stocks de brut la semaine dernière aux Etats-Unis supplantant les craintes autour de la demande. Le baril de Brent cote à 57,27 dollars et le brut léger américain se traite à 53,84 dollars.

  • Un ancien régulateur financier pressenti à la tête du gendarme boursier américain

    Le président élu américain Joe Biden devrait nommer Gary Gensler, ancien régulateur de produits dérivés sous l'administration Obama, pour diriger le gendarme boursier américain, la SEC, selon des informations publiées par des médias américains. L'homme de 63 ans a dirigé l'autorité de régulation des marchés à terme et des produits dérivés, la CFTC, entre 2009 et 2014, se faisant l'avocat d'une régulation financière plus stricte dans le sillage de la crise financière de 2008.

    Si sa nomination à la tête de la SEC est confirmée, Gary Gensler remplacera Jay Clayton, nommé par Donald Trump en 2017, qui a quitté ses fonctions le 23 décembre 2020, alors que son mandat devait s'achever en même temps que celui de Donald Trump, le 20 janvier.

    ©REUTERS

  • Euronext Bruxelles sur la touche à mi-séance

     

    Barco (-2,03%), Galapagos (-1,86%) ou encore ING Groep (-1,85%) font décliner le Bel 20, qui laisse 0,31% à 3.718,25 points. Parmi les valeurs mieux orientées, on peut citer: Colruyt (+5,32%), Proximus (+1,28%) et Solvay (+0,98%). Sur les 20 actions qui le composent, 8 sont en hausse et 11 en baisse. Une seule valeur reste inchangée.
    Hors Bel 20, IBA (+6,09%), Xior (+3,78%) et Deceuninck (+2,86%) pointent en tête, alors que Balta (-3,14%), Iep Invest (-2,6%) ou encore Oxurion (-2,29%) signent les plus fortes baisses.

     

     

    Euronext Bruxelles

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • FNG12,2+248,57%
    • IBA14,24+5,79%
    • Colruyt51,86+5,32%
    • Xior52,1+3,78%
    • Deceuninck2,16+2,86%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Hamon3,12-15,68%
    • HYLORIS11,94-5,24%
    • Akka Technologies24,6-3,91%
    • ABO-Group3,86-3,5%
    • Balta2,16-3,14%

     

     

    Rédigé par Quotebot le 13/01/2021 à 12h02

  • Carrefour approché par le groupe canadien Alimentation Couche-Tard

    Le distributeur canadien Alimentation Couche-Tard  a annoncé avoir engagé des discussions préliminaires avec Carrefour   en vue d'une éventuelle acquisition du groupe français. Les conditions de cette possible opération font toujours l'objet de discussions, a déclaré Alimentation Couche-Tard dans un communiqué, évoquant une potentielle transition amicale.

    Alimentation Couche-Tard est déjà actif en Scandinavie, en Irlande, en Pologne, dans les pays baltes et en Russie à travers dix entités. Le groupe est également entré sur le marché asiatique en novembre dernier grâce à un accord portant sur l'acquisition de l'unité hongkongaise de Convenience Retail Asia pour 2,79 milliards de dollars HK (294 millions d'euros environ).

  • L'économie française s'est contractée de 4% au T4

    L'économie française s'est contractée de 4% au quatrième trimestre, estime la Banque de France, malgré un rebond partiel de l'activité constaté en décembre après la levée du confinement destiné à lutter contre la crise sanitaire due au coronavirus. Au regard de ces données pour la fin de l'année, la banque centrale maintient sa prévision d'un recul de 9% du Produit intérieur brut (PIB) de la France sur l'ensemble de 2020.

    L'économie française évolue ce mois-ci à un niveau inférieur de 7% à celui qui était le sien avant l'épidémie de coronavirus, estime encore la Banque de France en se basant sur l'enquête qu'elle a menée entre le 21 décembre et le 7 janvier auprès de 8.500 entreprises. Il s'agit d'un niveau identique à décembre et d'une situation moins dégradée qu'en novembre (-11% par rapport au niveau pré-crise sanitaire) lorsque le pays était placé pour la deuxième fois en confinement pour enrayer la propagation du coronavirus.

  • UCB investit dans la plateforme numérique Nile AI

    UCB  investit 25 millions d'euros dans la plateforme numérique Nile AI. Il s'agit d'une plate-forme numérique pour les patients épileptiques qui utilise des données sur les crises d'épilepsie passées pour essayer de prédire les attaques futures. Avec cet investissement, UCB deviendra l'actionnaire majoritaire de la start-up américaine et sera également membre du conseil d'administration. Lire le communiqué

    UCB a une longue tradition dans le domaine des médicaments contre l'épilepsie, représentant près de la moitié de ses ventes. L'an dernier, les fonds Keppra (770 millions d'euros), Vimpat (1,3 milliard d'euros) et Briviact (222 millions d'euros) représentaient ensemble environ 2,3 milliards d'euros sur un chiffre d'affaires de 4,9 milliards d'euros.

  • 900 emplois sur la sellette chez Solvay

    Un léger vent de panique souffle dans les bureaux belges du chimiste Solvay   depuis mardi. La rumeur d'un conseil d'entreprise extraordinaire circulait en effet depuis quelques temps jusqu'à la confirmation par la direction aux syndicats dans la courant de la journée de mardi.

    À 6h30, ce mercredi donc, syndicats et direction se sont retrouvés dans une atmosphère sans doute électrique, alors que la société avait annoncé reprendre le chemin de l'investissement à la clôture du trimestre dernier. Notons que cette période s'était terminée par un chiffre d'affaires de 2,1 milliards d'euro, soit un recul de 14,3% par rapport à 2019.

  • Les Belges plus riches que jamais malgré la crise sanitaire

    Même si la crise du coronavirus a plongé de nombreux ménages dans de graves difficultés financières, elle n’a pas appauvri le Belge moyen. Au contraire, les ménages sont plus riches que jamais, comme le révèlent les derniers chiffres sur les prix immobiliers et le patrimoine financier. Le Belge moyen détient à présent un patrimoine record de quelque 237.000 euros, a calculé notre rédaction sur la base de nouveaux chiffres officiels.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo.

    La Bourse de New York a fini mardi en hausse de 0,19%, alors que les investisseurs attendent la période des résultats et surveillent les conséquences politiques des violences commises la semaine dernière au Capitole par des partisans de Donald Trump. L'indice Dow Jones a gagné 60 points à 31.068,69. Le S&P 500, plus large, a pris 1,58 point, soit 0,04%, à 3.801,19. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 36 points (0,28%) à 13.072 points.

    Les matières premières évoluent en nette hausse, la tendance portée par l'or noir. Le pétrole brut américain a atteint 54 dollars le baril, soit environ le niveau le plus élevé en un an. Le pétrole de la mer du Nord continue également de se renforcer à plus de 57 dollars le baril.

    Pour Shawn Cruz de TD Ameritrade, ces gains correspondent à des réajustements de portefeuille de la part des investisseurs, qui anticipent une reprise de l'activité courant 2021. "Il va y avoir une rotation: ce qui a fonctionné l'an dernier avec les valeurs fortes pendant le confinement ne va pas fonctionner cette année", prédit l'expert. "Il y a des prises de profit ou des rotations depuis les grands vainqueurs de la pandémie, notamment les géants de la tech, vers des secteurs plus cycliques liés à l'économie réelle."

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés