1. Les marchés
  2. Live blog
live

Record pour le S&P 500 | Clôture hésitante en Europe | Le Bel 20 en forme

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé alors que Wall Street a fini en hausse, les investisseurs américains relativisant l'impact de l'accélération de l'inflation US sur la stratégie de Fed tandis que les européens cherchaient en vain du nouveau dans les annonces de la BCE.
  • Au menu ce vendredi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. C'est un agenda plutôt léger pour terminer la semaine. On attend notamment l'indice de confiance du Michigan. À noter l'entrée en bourse de NX Filtration à Amsterdam.

  • Wall Street termine en hausse, le S&P 500 à un record

    La Bourse de New York a terminé en légère hausse ce jeudi malgré la forte inflation américaine en mai, l'indice S&P 500 terminant à un niveau inédit. Le Dow Jones a grappillé 0,06% à 34.466,24 points. Le Nasdaq a passé le cap des 14.000 points pour la première fois depuis début mai, à 14.020,33 points, grimpant de 0,78%. Quant au S&P 500, il a dépassé de presque sept points son record du 7 mai, à 4.239,18 points avançant de 0,47%. "Voilà encore un cas où on a une grosse nouvelle sur l'inflation et tout le monde s'en moque, le marché a regardé ailleurs", a ironisé Karl Haeling de LBBW.

    La hausse des prix à la consommation en mai aux Etats-Unis a accéléré à 5% sur un an, au plus haut depuis 13 ans, selon l'indice CPI publié jeudi. Sur le mois, elle s'est établie à +0,6%, un peu plus que les prévisions de +0,4% des analystes mais moins que le mois précédent (+0,8%). Malgré cette accélération des prix à la consommation, qui d'ordinaire provoque une vente des obligations ce qui fait monter leurs taux, les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans se sont repliés au plus bas depuis début mars, à 1,4385% vers 20H30 GMT. Et les actions se sont redressées. Les investisseurs estiment en effet que le mois de mai devrait représenter le "pic de l'inflation", affirme Karl Haeling alors que la Banque centrale (Fed) ne cesse de répéter que l'accélération de l'inflation devrait être temporaire.

    Les valeurs technologiques du Nasdaq ont tiré la modeste hausse des indices avec les valeurs du secteur de la santé. Tesla, qui lance jeudi une version de luxe de sa berline Model S, baptisée Plaid, a progressé de 1,89%. Le titre Amazon a gagné 2% à 3.349 dollars. Le fabricant de vaccins anti-Covid 19 Pfizer est resté sur la dynamique de la veille, engrangeant 2,19%. Pour la deuxième séance consécutive, les actions favorites des boursicoteurs en ligne ont flanché comme les magasins de jeux vidéo GameStop (-27,16%), la chaîne de cinémas AMC (-13,23%) ou le prestataire en ligne de services de santé Clover Health (-15,25%).

  • Les marchés US terminent dans le rouge

    Le Dow Jones a pris 0,06% à 34.467,16 points.

    Le Nasdaq a gagné 0,78% à 14.020,33 points.

    Le S&P 500 a avancé de 0,47% à 4.239,28 points.

  • Clôture hésitante en Europe, Wall Street ignore l'inflation

    Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé jeudi alors que Wall Street progressait, les investisseurs américains relativisant l'impact de l'accélération de l'inflation aux Etats-Unis sur la stratégie de la Réserve fédérale tandis que les européens cherchaient en vain du nouveau dans les annonces de la Banque centrale européenne (BCE).

    Le Bel 20 se rapproche du pic atteint en février 2020 grâce à un gain de 0,44% ce jeudi. À Paris, le CAC 40 a perdu 0,26%  alors que le FTSE 100 de Londres a progressé de 0,1%. À Francfort, le Dax a abandonné 0,06%. L'indice EuroStoxx 50 et le Stoxx 600 ont terminé pratiquement inchangés, le FTSEurofirst 300 en hausse de 0,17%.

  • Argenx domine le Bel 20

    L'indice Bel 20 s'est octroyé 0,44% à 4.168,36 points. Sur les 20 actions qui le composent, 6 étaient en hausse et 12 en baisse. 2 valeurs sont restées stables.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Argenx245,4+3,81%
    • UCB82,12+2,73%
    • Galapagos66,11+0,82%
    • KBC Groep67,78+0,56%
    • Solvay112,95+0,44%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Aedifica106,6-1,3%
    • Ageas48,37-1,25%
    • Telenet32,56-0,61%
    • Sofina354,4-0,39%
    • Melexis89,1-0,34%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.

     

     

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,44% 
    AEX: +0,38% 
    CAC 40: -0,26% 
    DAX 30: +0,01% 
    FTSE 100: +0,08% 
    Stoxx 600 Europe: +0,04% 

  • Nouvelle amende salée en vue pour Amazon

    Le régulateur de la protection de la vie privée de l'Union européenne a proposé une amende de plus de 425 millions de dollars à l'encontre d'Amazon, apprend le Wall Street Journal. L'amende est infligée le cadre d'un processus qui pourrait déboucher sur la plus grosse sanction jamais imposée en vertu de la loi européenne sur la protection de la vie privée. 

    La commission luxembourgeoise de protection des données, la CNPD, (le siège européen d'Amazon se trouvant sur le territoire luxembourgeois) a fait circuler un projet de décision sanctionnant les pratiques d'Amazon en matière de protection de la vie privée et proposant une amende aux 26 autres autorités nationales de protection des données de l'Union européenne, explique le WSJ sans donner l'identité de ses sources.

    L'affaire luxembourgeoise concerne des violations présumées du règlement général européen sur la protection des données (RGPD), liées à la collecte et à l'utilisation par Amazon de données personnelles. 

  • Wall Street dans le vert après les chiffres de l'inflation

    La Bourse de New York a ouvert en hausse jeudi, les investisseurs digérant dans le calme l'annonce d'une accélération plus forte que prévu de l'inflation en mai, un scénario qui était plus ou moins attendu.

    Dans les premiers échanges, l'indice Dow Jones gagne 0,8% et le S&P 500 progresse de 0,63%. Le Nasdaq Composite prenait 0,19% à l'ouverture et monte peu avant 16 heures de 0,76%.

    Selon les données du département du Travail publiées jeudi, l'indice des prix "Core CPI", qui mesure l'évolution des prix hors alimentation et énergie, est ressorti en hausse de 0,7% le mois dernier par rapport à avril et de 3,8% sur un an. Les économistes interrogés par Reuters tablaient sur une hausse de 0,4% sur le mois et de 3,4% sur un an.

    "Les chiffres sont légèrement supérieurs aux attentes, mais pas très en dehors de la fourchette (de prévisions). Je ne pense pas que cela va changer la vision de la Fed sur le maintien de taux d'intérêt très bas."
    Mark Grant
    Stratégiste chez B. Riley Financial

    Les investisseurs ont également pris connaissance des inscriptions hebdomadaires au chômage, qui ont confirmé que le marché du travail aux Etats-Unis restait sous tension. Les inscriptions ont touché un creux de près de 15 mois la semaine dernière, à 376.000 contre 385.000 la semaine précédente, soit le niveau le plus bas depuis mars 2020, au tout début des effets de la crise sanitaire sur le marché du travail.

  • Dieselgate: Citroën mis en examen

    Citroën, la filiale du constructeur automobile Stellantis a été mis en examen par la justice française dans le cadre d'une enquête sur des tricheries constatées sur les mécanismes anti-pollution qui équipaient les véhicules diesel de la marque aux chevrons. 

    Citroën a été condamné au versement d'une astreinte de 8 millions d'euros. La fourniture d'une garantie bancaire de 25 millions d'euros pour indemniser les éventuels préjudices a été requise par la justice. 

    Les soupçons contre Citroën portent sur la vente de véhicules diesel Euro 5 intervenue en France entre 2009 et 2015, précise le groupe dans un communiqué. Peugeot, autre marque de Stellantis, a déjà été mis en examen mercredi dans le cadre de cette enquête

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,60% 
    S&P 500: +0,38% 
    Nasdaq Composite: +0,09%  

  • Fin de la conférence de presse de Christine Lagarde

  • Lagarde (BCE): "Il y a eu débat sur le rythme du PEPP"

    La présidente de la Banque centrale européenne (BCE) indique que les décisions prises ce jeudi "ont été unanimes", tout en reconnaissant qu'"il y a eu débat sur le rythme du PEPP" (le programme d'achats d'urgence face à la pandémie).

  • Lagarde (BCE): "toute discussion de sortie du PEPP serait prématurée"

    À la question de savoir ce qu'il adviendra du programme d'achats d'urgence face à la pandémie (PEPP), la présidente de la BCE répond que "toute discussion de sortie du PEPP serait prématurée".

    "Les sujets à plus long terme n'ont pas été débattus" durant la réunion de ce jeudi. "Les achats [dans le cadre de ce programme] se feront en fonction des conditions de marché, en prenant en compte les facteurs saisonniers."

  • L'Opep maintient sa prévision d'une forte demande de brut au S2

    L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a confirmé sa prévision d'une forte reprise de la demande de brut au second semestre, soutenue notamment par les Etats-Unis et la Chine. La demande d'or noir augmentera cette année de 5,95 millions de barils par jour (bp/j), soit une hausse de 6,6%. C'est le deuxième mois consécutif que l'organisation laisse inchangées ses prévisions, malgré une reprise plus lente que prévu au premier semestre.

    L'Opep met toutefois en garde contre des "incertitudes importantes" liées à la pandémie, notamment l'émergence de nouveaux variants. "La reprise économique mondiale a été retardée en raison de la résurgence du COVID-19 et de nouveaux confinements dans les principales économies, notamment dans la zone euro, au Japon et en Inde". Lire le rapport

  • Lagarde (BCE): "Une politique monétaire accommodante reste nécessaire"

    La présidente de la Banque centrale européenne (BCE) réitère la position accommodante de la BCE. "En résumé, un recoupement des résultats de l'analyse économique avec les signaux issus de l'analyse monétaire a confirmé qu'un large degré d'accommodation monétaire est nécessaire pour soutenir l'activité économique et la convergence robuste de l'inflation vers des niveaux inférieurs, mais près de 2 % à moyen terme."

  • Lagarde (BCE): "L'inflation devrait refluer début 2022"

    Outre les nouvelles prévisions de croissance, la Banque centrale européenne (BCE) a également revu ses prévisions en matière d'inflation. Elle table désormais sur une inflation à 1,9% cette année contre 1,5% lors de sa précédente projection en mars.

    "Cette hausse s'explique principalement par une forte augmentation de la hausse des prix de l'énergie, reflétant à la fois des effets de base haussiers importants ainsi que des hausses mensuelles, et, dans une moindre mesure, une légère augmentation de la hausse des prix des produits manufacturés hors énergie. L'inflation globale devrait encore augmenter vers l'automne, reflétant principalement l'annulation de la réduction temporaire de la TVA en Allemagne. L'inflation devrait à nouveau baisser au début de l'année prochaine, les facteurs temporaires s'estompant et les prix mondiaux de l'énergie se modérant", indique sa présidente Christine Lagarde.

  • Nouvelles prévisions de croissance de la BCE

    La Banque centrale européenne (BCE) anticipe désormais une croissance de 4.6% cette année en zone euro contre 4.0% lors de la dernière projection de mars.

    "Dans l'ensemble, nous considérons que les risques entourant les perspectives de croissance de la zone euro sont globalement équilibrés. D'une part, une reprise encore plus forte pourrait être tributaire de perspectives plus favorables pour la demande mondiale et d'une réduction plus rapide que prévu de l'épargne des ménages une fois que les restrictions sociales et de voyage auront été levées. D'un autre côté, la pandémie en cours, y compris la propagation de mutations virales, et ses implications pour les conditions économiques et financières continuent d'être des sources de risque à la baisse", explique sa présidente Christine Lagarde.

  • Lagarde (BCE): "La BCE surveille l'EUR/USD"

    La présidente de la BCE pointe également la récente des rendements obligataires et met en garde: "La hausse des taux pourrait conduire à un resserrement des conditions de financement. Un tel resserrement serait prématuré et poserait un risque pour la reprise économique en cours et les perspectives d'inflation."

    Et ajoute que l'institution monétaire surveille l'évolution du taux de change euro-dollar  . "Nous continuerons également de surveiller l'évolution du taux de change au regard de leurs éventuelles implications sur les perspectives d'inflation à moyen terme. Nous sommes prêts à ajuster tous nos instruments, le cas échéant, pour garantir que l'inflation se rapproche de notre objectif de manière soutenue, conformément à notre engagement en faveur de la symétrie."

  • Lagarde (BCE): "L'infiation restera sous l'objectif de la BCE"

    La présidente de la BCE évoque dans son discours d'introduction la récente hausse des prix en zone euro. "La hausse de l'inflation est liée à des effets de base et des facteurs temporaires comme l'augmentation des prix de l'énergie". Selon elle, l'inflation devrait encore monter durant le 2e semestre avant de refluer en raison de la dissipation des facteurs temporaires.

  • L'inflation US accélère

    L'indice US des prix à la consommation s'affiche en rythme mensuel à +0,6% au mois de mai. Il était attendu à +0,5%. 

    En rythme annuel, l'inflation CPI américaine est de 5,0%, contre un consensus à 4,7%, soit son rythme le plus rapide en près de 13 ans.  

    Cette poussée de l'inflation pourrait raviver les craintes d'une montée durable des prix à la consommation aux Etats-Unis susceptible d'obliger la Réserve fédérale à réduire prématurément son programme de soutien aux entreprises américaines. 

  • Lagarde (BCE): "Nous tablons sur une accélération du rebond au 2e semestre"

    La conférence de presse de Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE). Dès le début de son discours d'introduction, elle souligne l'amélioration de la situation économique grâce à la campagne de vaccination dans la zone euro. "Nous attendons une accélération économique au second semestre", indique-t-elle.

  • Revoir la conférence de presse de Christine Lagarde

    La conférence de presse Christine Lagarde à suivre à partir de 14h30

  • Politique monétaire et soutien à l'économie inchangés à la BCE

    La Banque centrale européenne a laissé sa politique monétaire inchangée, ce jeudi à l'issue d'une réunion de son Conseil des gouverneurs, un statu quo auquel s'attendaient les marchés financiers dans un contexte pourtant marqué par des signes d'accélération de la reprise et de hausse des prix.

    Le montant de l'enveloppe de 1.850 milliards d'euros allouée aux achats de titres dans le cadre du "programme d'achats d'urgence face à la pandémie" (PEPP) n'est pas modifié.

    "Sur la base d'une évaluation conjointe des conditions de financement et des perspectives d'inflation, le Conseil des gouverneurs prévoit que les achats nets au titre du PEPP se poursuivront à un rythme nettement plus élevé au cours du trimestre à venir que pendant les premiers mois de l'année", précise le communiqué.

    Le taux de refinancement reste, quant à lui, fixé à zéro et le taux de la facilité de dépôt à -0,5%, leur plus bas niveau historique.

    La présidente de l'institution, Christine Lagarde, commentera ces choix à partir de 14h30, lors d'une conférence de presse au cours de laquelle elle dévoilera de nouvelles prévisions économiques.

  • Intervest tape dans l'œil de KBC Securities

    La SIR cotée à Bruxelles Intervest a trouvé un deuxième locataire pour l'ancien site Ford à Genk. Il s'agit de P&O Ferrymasters, pour qui Intervest fera construire un bâtiment de plus de 10.000 m². P&O Ferrymasters occupera déjà le nouvel entrepôt à la fin de cette année.

    Le premier locataire qu'Intervest a réussi à attirer pour le projet Genk Green Logistics était Eddie Stobart Logistics Europe.

    Avec l'arrivée de P&O Ferrymasters, près de 15% de l'espace total disponible est déjà loué. C'est "une bonne nouvelle, car chaque nouvelle prélocation réduit le profil de risque de l'entreprise", indiquent les analystes immobiliers de KBC Securities. Ces derniers placent d'ailleurs Intervest sur leur liste d'achat avec un prix cible de 33 euros. L'action monte de 1,4%, à 24,85 euros, à mi-séance. 

  • La Banque de France et la Banque nationale suisse vont tester des monnaies numériques

    La Banque de France (BdF) et la Banque nationale suisse (BNS) vont tester les premiers paiements transfrontaliers en Europe en monnaie numérique de banques centrales, ce qui constituera une première pour deux des principales devises au monde.

    L'expérience concernera uniquement le marché des prêts interbancaires mais ce sera la première fois qu'un euro et un franc suisse numériques seront testés.

    Les banques UBS, Credit Suisse et Natixis sont associées au projet, tout comme l'opérateur boursier suisse SIX Digital Exchange, la société "fintech" R3 et la branche innovation de la Banque des règlements internationaux (BRI).

  • Les bancaires dans le bon wagon

    Le secteur bancaire européen, en hausse de 0,79%, profite de la remontée des rendements obligataires. À Bruxelles, KBC évolue dans le haut du tableau avec un gain de 0,77% à mi-séance. Depuis le début de l'année, le compartiment bancaire du Stoxx 600 a gonflé de plus de 29%. Il s'agit de la plus forte hausse sectorielle en Europe, devant les constructeurs automobiles (+28%). 

    À l'échelle du Bel 20, la progression depuis le début de l'année du titre KBC est de 18,6%, contre un peu plus de 14% pour l'indice vedette du marché bruxellois. 

  • La livre sterling en repli

    L'euro recule un peu avant les annonces de la BCE, à 1,2165 dollar, mais son repli est limité par la faiblesse persistante du billet vert, qui s'éloigne à peine de son plus bas niveau depuis cinq mois contre un panier de devises de référence (+0,05%).

    Parallèlement, la livre sterling est tombée à son plus bas niveau depuis près d'un mois face au dollar (-0,16%), affaiblie par les tensions persistantes entre le Royaume-Uni et l'Union européenne sur leurs différends commerciaux liés au Brexit.

    Face à l'euro, la devise britannique est au plus bas depuis dix jours. La volatilité reste très faible sur le marché des devises: l'indice Deutsche Bank a touché un nouveau plus bas de plus de quatre mois. 

  • Le point sur la tendance

    Wall Street est attendue proche de l'équilibre et les Bourses européennes évoluent dans le désordre et sur de faibles écarts à mi-séance jeudi dans l'attente des annonces de la Banque centrale européenne et des chiffres de l'inflation aux Etats-Unis, deux enjeux décisifs pour l'évolution des marchés dans les semaines à venir.

    Vers 13 heures à Bruxelles, le Bel 20 (+0,07%) reste proche de l'équilibre avec UCB en tête des hausses et Aedifica au fond de la classe. À Paris, le CAC 40 perd 0,17%  alors qu'à Londres, le FTSE 100 prend 0,38% et qu'à Francfort, le Dax avance de 0,08%.

    L'indice EuroStoxx 50 gagne 0,03% et le FTSEurofirst 300 0,08% tandis que le Stoxx 600 cède 0,06%. La prise de risque est donc très limitée sur les actions avant le communiqué de politique monétaire de la BCE à 13h45 et la conférence de presse de sa présidente, Christine Lagarde, qui doit débuter à 14h30, heure à laquelle seront publiées les statistiques des prix à la consommation américains.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Ça chauffe pour des biotechs | Target relevé sur Bekaert | UBS "neutre" sur Cofinimmo (+Briefing)

  • La pénurie de puces pourrait durer "deux ans" selon Volkswagen

    L'actuelle pénurie mondiale de puces électroniques qui plombe l'industrie automobile pourrait durer "jusqu'à deux ans" en raison d'un manque structurel de capacités de production, a affirmé un responsable du constructeur allemand Volkswagen  . "Il y a un écart considérable entre l'offre et la demande", a affirmé le directeur des achats du groupe, Murat Aksel, au quotidien économique Handelsblatt. "Il faudra jusqu'à deux ans avant que de nouvelles capacités de production puissent être mises en place".

    Selon les calculs du Handelsblatt, le groupe allemand pourrait renoncer à construire "100.000 voitures" dans les prochaines semaines en raison de cette pénurie. La situation devrait s'améliorer à partir du "troisième trimestre", selon Volkswagen, mais "restera tendue" par la suite, a affirmé le directeur des achats.

  • Inflation: les banquiers centraux sur la corde raide

    La question à 1 million pour les banquiers centraux est de savoir si l’augmentation de l’inflation est temporaire ou durable. Si elle est temporaire, les banquiers centraux pourront ignorer les chiffres élevés de l’inflation et poursuivre leur politique monétaire souple. Si l’inflation élevée est durable, les banques centrales devront réduire leurs mesures de relance.

    La BCE doit se réunir ce jeudi et décidera si elle doit modifier sa politique. Sa présidente Christine Lagarde et plusieurs administrateurs ont déjà laissé entendre qu’ils souhaitaient maintenir le rythme élevé de rachat d’obligations. En mars, Francfort a décidé d’accélérer le programme de rachat pour mettre fin à la hausse des taux à long terme et soutenir la reprise économique.

  • "De nouvelles opportunités sur le radar d'Aedifica?"

  • La Bourse suisse ouvre une enquête à l'encontre de Relief Therapeutics

    La Bourse suisse, par l'entremise de son organe de régulation SIX Exchange Regulation (SER), ouvre une enquête à l'encontre de Relief Therapeutics. Les investigations portent sur une possible violation des règles de publicité ad hoc liées à la divulgation d'informations en mesure d'influencer l'évolution du cours du titre.

    Une enquête préliminaire a livré des indices suffisants d'une possible violation des règlements par la société pharmaceutique genevoise, précise la Bourse suisse. Les investigations ouvertes ce jour visent à confirmer les faits reprochés. Le SER fournira de plus amples informations à l'issue de la procédure.

  • L'euro recule face au dollar avant l'inflation américaine et la BCE

    L'euro   baisse légèrement face au dollar dans un marché hésitant avant la décision de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) et les données sur l'inflation américaine.

    Aux États-Unis, l'indice des prix à la consommation (CPI) permettra aux investisseurs de jauger l'inflation dans le pays, même si la Banque centrale américaine (Fed) utilise d'autres chiffres. Une hausse plus marquée que prévu de l'inflation pourrait signaler que la Fed va devoir durcir sa politique monétaire plus rapidement qu'elle ne le souhaite.

    Le même dilemme, entre inflation et soutien à la reprise, sera au cœur des débats de la BCE. Lors de la conférence de presse, les cambistes guetteront tout signal d'un possible durcissement de la politique monétaire. "Ce sera probablement subtil, pas un changement direct de la politique, mais un message un peu altéré sur le programme de rachat d'actifs", estime Connor Campbell, analyste chez SpreadEx.

  • United pourrait répartir une énorme commande entre Boeing et Airbus

    La compagnie aérienne américaine United Airlines   est en discussions au sujet d'une commande de monocouloirs de plusieurs milliards de dollars susceptible d'être répartie entre l'avionneur américain Boeing   et son concurrent européen Airbus  , selon des sources du secteur aéronautique citées par l'agence Reuters.

    Si cette commande se concrétise, elle pourrait porter sur plus de 100 Boeing 737 MAX 8 et plusieurs dizaines d'exemplaires de l'A321neo, légèrement plus grand.

  • Les sociétés belges cotées ont amélioré leur communication non-financière

    Les informations non financières publiées par les sociétés belges cotées ont gagné en qualité au cours des deux dernières années. Des points d’attention et une marge d’amélioration n’en subsistent pas moins. Telles sont les conclusions d’une vaste étude réalisée par l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA).

    "Les déclarations NFI se sont considérablement améliorées dans des domaines clés, en matière de rapport sur la politique environnementale et du personnel par exemple. Les déclarations non financières ont gagné en qualité et elles sont davantage centrées sur des points essentiels pour les émetteurs. Les sociétés se fixent, plus qu’auparavant, des objectifs non financiers chiffrés", explique le gendarme belge dans un communiqué.

  • Selon JP Morgan, le bitcoin va repartir à la baisse

    Le bitcoin a bondi de 10% en deux jours et s'échangeait à près de 37.000 dollars jeudi à l'ouverture des marchés européens.

    Bien que ce rebond puisse encourager les investisseurs optimistes, JP Morgan appelle à la prudence. "Nous pensons que le retour au "backwardation" [c'est-à-dire lorsque la courbe des prix à termes est descendante] ces dernières semaines a été un signal négatif", écrivent ses stratégistes dans une note. Selon eux, la part relativement décroissante du bitcoin dans la valeur totale du marché des cryptomonnaies est une autre tendance préoccupante.

  • France: la production industrielle en léger repli en avril

    La production industrielle en France s'est repliée de 0,1% au mois d'avril, par rapport à mars, et reste 5,5% en deçà de son niveau d'avant-crise, a rapporté l'Insee ce jeudi. La production manufacturière affiche, pour sa part, un recul de 0,3% sur le mois, atteignant un niveau inférieur de 6,6% à celui de février 2020, soit juste avant le début de l'épidémie de Covid-19 en France.

    Le seul secteur pour lequel la production est supérieure à celle d'avant-crise est celui de l'énergie, des industries extractives et de l'eau, avec une hausse de 1% par rapport à février 2020.

  • Voici le briefing actions belges

    Cofinimmo suivie par UBS | Aedifica limite son repli | Des biotechs en forme (+Briefing)

  • Altice UK prend 12,1% de BT Group

    Altice Group a annoncé avoir pris une participation de 12,1% dans BT Group   via Altice UK, devenant ainsi le premier actionnaire de l'opérateur télécoms britannique. Sur la base du cours de clôture de l'action BT mercredi, cette participation est valorisée environ 2,2 milliards de livres (2,5 milliards d'euros).

    Le groupe fondé par Patrick Drahi, maison mère de SFR en France, a précisé avoir informé le conseil de BT qu'il n'avait pas l'intention de faire une offre d'achat sur ce dernier. "Altice tient le conseil d'administration et l'équipe de direction de BT en haute estime et soutient leur stratégie", écrit Altice UK, une société fondée pour entrer dans le capital de BT. "Altice UK a informé le conseil d'administration de BT qu'il n'avait pas l'intention de faire une offre publique d'achat sur BT".

  • Mauvais départ pour Believe en bourse

    L'action Believe lâche environ 10% pour ses premiers pas à la Bourse de Paris.

    Pour mémoire, le spécialiste français dans l'accompagnement numérique d'artistes et de labels musicaux indépendants a annoncé mercredi soir qu'il s'introduirait en Bourse au prix de 19,50 euros, dans le bas de la fourchette qui avait été fixée entre 19,50 euros et 22,50 euros.

  • | OPENING BELL |

    BEL 20 +0,13%

    AEX +0,11%

    CAC 40 +0,08%

  • Intervest trouve un deuxième locataire pour le site de Ford

    Intervest Offices & Warehouses  a attiré un deuxième locataire pour l'ancien site Ford à Genk. Il s'agit de P&O Ferrymasters, pour qui Intervest fera construire un bâtiment de plus de 10.000 m². La construction sera réalisée par MG Real Estate, qui, en tant que partenaire d'Intervest et du Groupe Machiels, est responsable de la réalisation du complexe logistique et semi-industriel sur les anciens sites Ford.

    P&O Ferrymasters commencera à utiliser le nouvel entrepôt à la fin de cette année. Le premier locataire qu'Intervest a réussi à obtenir était Eddie Stobart Logistics Europe. Avec P&O Ferrymasters à bord, près de 15% de l'espace total disponible a déjà été loué, selon la société immobilière. Lire le communiqué

  • Reprise de la cotation d'Aedifica

    La FSMA annonce que le cours de l'action Aedifica   va reprendre à 9h, à l'ouverture des marchés européens. Pour mémoire, la société immobilière a lancé, mercredi, une augmentation de capital via un placement privé qui lui a permis de lever 285,6 millions d'euros. Le prix de l'action a été fixé à 102 euros.

  • Materialise lance, à son tour, une augmentation de capital

    Materialise , le spécialiste de l'impression 3D basé à Leuven mais coté au Nasdaq, lance une augmentation de capital. L'entreprise propose au minimum 4 millions d'American Depository Share (ADS). Chaque ADS représente une action ordinaire de Materialise. Lire le communiqué

    L'action Materialise a clôturé, mercredi, à 28 dollars sur le Nasdaq. Ces opérations offrant généralement une décote, le produit de l'augmentation de capital pourrait être de l'ordre de 100 millions de dollars, voire légèrement supérieur si l'option supplémentaire est également exercée.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues sur une note prudente à l'ouverture avant les décisions monétaires de la Banque centrale européenne (BCE) et les chiffres mensuels de l'inflation aux États-Unis.

    → Les contrats à terme signalent une hausse de 0,18% pour le CAC 40 parisien, une quasi-stabilité (-0,03%) pour le Dax à Francfort et un gain de 0,12% pour le FTSE à Londres.

    La plupart des observateurs s'attendent à ce que la BCE, dont le communiqué tombera à 13h45, heure belge, ne modifie pas sa politique monétaire et réaffirme sa volonté d'accélérer ses achats de titres au troisième trimestre. Les marchés étudieront avec attention ses nouvelles prévisions économiques, dont le probable relèvement pourrait fournir des arguments aux partisans d'un débat sur la réduction à venir des achats.

    L'autre événement du jour sur le plan macroéconomique sera la publication, à 14h30, de l'indice des prix à la consommation (CPI) américain, attendu en hausse de 3,4% en rythme annuel en mai par le consensus Reuters. Il pourrait alimenter le débat sur le caractère transitoire de la poussée inflationniste en cours.

  • Vaste coup de filet en Chine contre le "blanchiment d'argent" en crypto

    Plus d'un millier de personnes ont été arrêtées en Chine lors d'un vaste coup de filet contre un réseau accusé "d'activités frauduleuses" en lien avec les cryptomonnaies qui était dans le collimateur du pouvoir communiste, a annoncé le ministère de la Sécurité publique. Les montants incriminés n'ont pas été précisés ni quelles cryptomonnaies avaient été utilisées.

    Pékin s'inquiète des risques spéculatifs que font peser les cryptomonnaies - anonymes et intraçables - sur son système financier ainsi que sur la stabilité sociale. La détention de monnaie virtuelle est toutefois tolérée. La Chine a durci, ces dernières semaines, les restrictions à l'encontre des activités de minage de bitcoin, le processus énergivore permettant de créer de la crytomonnaie.

  • Le géant mondial de la viande JBS a payé une rançon de 11 millions de dollars

    Le géant mondial de la viande JBS, victime d'une cyberattaque fin mai, a indiqué mercredi avoir payé une rançon de 11 millions de dollars aux hackeurs. "Ce fut une décision très difficile à prendre pour notre entreprise et pour moi personnellement", a déclaré Andre Nogueira, patron de la filiale américaine du groupe brésilien, dans un communiqué. "Nous avons toutefois pensé que cette décision devait être prise pour prévenir tout risque potentiel pour nos clients".

    Aussi le groupe a-t-il payé "l'équivalent de 11 millions de dollars en rançon en réponse au piratage criminel de ses opérations", selon JBS. M. Nogueira a précisé au Wall Street Journal que ce paiement avait été effectué en bitcoins.

  • Amazon dans le viseur de l'autorité britannique de la concurrence

    L'autorité britannique de la concurrence prévoit d'ouvrir une enquête formelle sur l'entreprise de ventes en ligne Amazon.com  , rapporte le Financial Times qui cite trois sources au fait du dossier. Elle viserait à déterminer si la société favorise les vendeurs qui utilisent également ses services de logistique et de livraison lorsqu'il s'agit de décider qui a accès à la "boîte d'achat" et aux clients Prime. Le calendrier et la portée de l'enquête sont encore en cours d'élaboration.

    Le régulateur décortique les pratiques d'Amazon depuis plusieurs mois, indique le journal, ajoutant qu'il se concentre sur la manière dont le site d'e-commerce utilise les données qu'il collecte sur sa plateforme.

  • Augmentation de capital réussie pour Aedifica

    La société immobilière Aedifica   annonce avoir réalisé avec succès l'émission de 2.800.000 nouvelles actions - soit 8,5% du capital avant l'opération - par placement privé exonéré dans le cadre d'une procédure accélérée de constitution d’un livre d’ordres auprès d'investisseurs institutionnels internationaux. Lire le communiqué.

    Ces nouvelles actions ont été placées à 102 euros par unité. Ce qui représente une décote de 3,87% par rapport au cours de mardi soir. Le cours de l'action Aedifica - suspendu depuis mercredi 12h55 - devrait reprendre à l'ouverture des marchés européens ce matin.

  • Oxurion va pouvoir lancer la phase 2 avec le THR-687

    La biotech Oxurion  , dédiée au développement de médicaments pour les problèmes oculaires chez les diabétiques, a reçu le feu vert de l'Institutional Review Board des États-Unis pour lancer son essai de phase 2 du THR-687 - intitulé "INTEGRAL" - chez les patients atteints d'œdème maculaire diabétique.

    "Avec la précédente soumission aux autorités sanitaires américaines (FDA) du protocole final pour le dépôt d'un nouveau médicament expérimental (IND), il s'agit d'un pas en avant important pour Oxurion", a réagi son CEO Tom Graney dans un communiqué.

  • Le résultat du dividende optionnel de Montea est connu

    Le résultat du dividende optionnel proposé aux actionnaires de Montea  a été publié mercredi soir. Au total, 52% des coupons, qui représentent le dividende de l'exercice 2020, ont été échangés contre de nouvelles actions.

    De ce fait, 191.762 nouvelles actions seront émises ce jeudi, pour un prix d'émission total de 16,33 millions d'euros. Le renforcement des fonds propres servira à financer la poursuite de la croissance du portefeuille immobilier, précise la société immobilière dans un communiqué.

  • Leasinvest loue un étage supplémentaire du Mercator

    Leasinvest   a annoncé mercredi soir avoir conclu un contrat de location pour la totalité du troisième étage de l'immeuble Mercator-High 5! au Luxembourg. Le locataire est le Centre Hospitalier de Luxembourg (CHL), qui occupe déjà un étage depuis l'année dernière.

    Le bail a débuté le 1er juin et contribuera donc, cette année, pendant sept mois aux revenus locatifs. Le loyer annuel s'élève à 0,5 million d'euros. Ce bail supplémentaire fera passer le taux d'occupation de Mercator de 55 à 78%. Lire le communiqué

  • Changements dans les grands indices belges

    L'opérateur boursier Euronext - qui gère notamment la Bourse de Bruxelles - a annoncé, mercredi soir, des changements au sein de plusieurs indices actions belges:

    • Le Bel Mid va accueillir Orange Belgium  tandis que la Banque Nationale de Belgique (BNB)  et Leasinvest   en sortent;
    • Le Bel Small va accueillir Ekopak   et Leasinvest, tandis qu'IEP Invest   en sort.

    Ces changements de composition seront effectifs à partir du lundi 21 juin prochain. Lire le communiqué

  • La Chine et les USA coopéreront pour régler les différends commerciaux

    Les hauts responsables du commerce américain et chinois se sont entretenus par téléphone et sont convenus de promouvoir un commerce sain et de coopérer pour régler les différends, a déclaré le ministère chinois du Commerce. Les deux parties reconnaissent l'importance des échanges commerciaux et garderont leurs lignes de communication ouvertes, a déclaré Wang Wentao après s'être entretenu avec la secrétaire américaine au Commerce Gina Raimondo.

    Pour mémoire, les deux plus grandes économies du monde sont à couteaux tirés sur de nombreux fronts. Dernier épisode en date: le Sénat américain a approuvé, cette semaine, un vaste ensemble de lois visant à renforcer la capacité du pays à concurrencer la technologie chinoise. Ce qui a suscité de vives critiques de la part de Pékin.

    Le président Joe Biden a cependant retiré une série de décrets pris sous l'administration Trump qui visaient à interdire les nouveaux téléchargements des applications populaires WeChat et TikTok, appartenant à la Chine, et a ordonné un examen, par le département du Commerce, des problèmes de sécurité posés par ces applications et d'autres.

  • Vers une inflation inférieure à 2% cette année en Chine?

    Le gouverneur de la banque centrale chinoise Yi Gang a déclaré qu'il s'attendait à ce que l'inflation annuelle moyenne chinoise soit inférieure à 2% cette année, tout en mettant en garde contre les pressions inflationnistes et déflationnistes dans un contexte d'incertitude économique et macroéconomique.

    La Chine continuera à mettre en œuvre une politique monétaire normale et se concentrera sur l'impact des changements structurels sur les prix, a-t-il déclaré lors d'un forum financier à Shanghai. La Chine utilisera aussi activement les outils de politique monétaire structurelle pour soutenir la transformation verte de l'économie.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce jeudi 10 juin 2021.

    La Bourse de New York a fini en baisse mercredi, malgré des gains au cours de la séance, alors que les investisseurs ont privilégié la patience avant la publication de données sur l'inflation et un possible resserrement de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed). L'indice Dow Jones a cédé 0,44%, ou 152,68 points, à 34.447,14 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 7,71 points, soit 0,18%, à 4.219,55 points. Le Nasdaq Composite a reculé, de son côté, de 13,16 points (0,09%), à 13.911,75 points.

    La tendance s'est toutefois améliorée ce matin sur les places asiatiques: le Nikkei 225 gagne 0,37% à Tokyo, le Hang Seng prend 0,30% à Hong Kong et l'indice composite de la Bourse de Shanghai grimpe de 0,82%.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés