1. Les marchés
  2. Live blog
live

Remontée "euphorique" des marchés européens

Les indices européens ont nettement progressé ce vendredi, alors qu'une issue semble se profiler dans le dossier grec après les propositions d'Athènes. Kinepolis rachète les cinémas Utopolis. La Bourse de Shanghai a confirmé son rebond.
  • Clôture des marchés européens

    CAC 40 +3,07%

    DAX +2,90%

    AEX +2,43%

    BEL 20 +2,38%

    STOXX Europe 600 +2,14%

  • Résumé de l'intervention des autorités chinoises

    China's plunge prevention measures: summary pic.twitter.com/5dPilEc6Pv— zerohedge (@zerohedge) July 10, 2015

  • USA : Hausse plus forte que prévu des stocks des grossistes en mai

    Les stocks des grossistes ont progressé en mai à leur rythme le plus élevé depuis six mois, signe supplémentaire suggérant que l'économie américaine devrait avoir rebondi au deuxième trimestre après la contraction observée en début d'année.

    Selon les données publiées vendredi par le département du Commerce, les stocks des grossistes ont augmenté de 0,8% en mai (après une hausse de 0,4% en avril), alors que les économistes interrogés par Reuters tablaient sur une progression de 0,3%.

    Les hausses les plus significatives concernent les produits pétroliers, les équipements informatiques et les médicaments.

    Les stocks hors automobile, composante prise en compte pour le calcul du produit intérieur brut (PIB), ont augmenté de 0,8% ce qui signifie qu'ils constituent un facteur positif pour l'économie américaine au deuxième trimestre.

    Après avoir bondi de 1,7% en avril (révisé en légère hausse), les ventes des grossistes n'ont progressé que de 0,3% en mai, un chiffre inférieur aux attentes des économistes qui escomptaient une hausse de 0,6%.

    Au rythme des ventes de mai, il faudrait 1,29 mois pour écouler les stocks existants, comme en avril.

  • Flux records sur les ETFs sur les actions chinoises

    Les fonds obligataires ont subi de nouveaux dégagements sur la semaine au 8 juillet tandis que les fonds actions ont enregistré leur plus forte collecte hebdomadaire depuis décembre 2014, dont plus de la moitié sur les fonds indiciels cotés (ETFs) spécialisés sur les valeurs chinoises, montre une étude de Bank of America Merrill Lynch Global Research publiée vendredi.

    Les fonds obligataires ont subi une cinquième semaine consécutive de rachats nets pour un montant de 1,8 milliard qui le porte à 28 milliards en cumulé, soit le montant le plus élevé en deux ans, selon cette étude qui reprend des données d'EPFR Global, une société de recherches spécialisée dans le suivi des flux de souscription des grandes sociétés de gestion internationales.

    En revanche, les fonds actions ont collecté 25,4 milliards de dollars dont 13 milliards pour les ceux spécialisés sur les actions chinoises, principalement les ETFs sur les actions A, réservées aux investisseurs résidents, comme Huatai-Pinebridge CSI 300, China SSE 50, Shanghai SSE 180 et China Southern CSI 500.

    Ces flux records "peuvent refléter des mesures de soutien au marché plus qu'une demande des investisseurs privés".
    analystes de BofA Merrill Lynch

    Les autorités chinoises ont multiplié les mesures de soutien au marché boursier qui a perdu autour de 30%de sa valeur en trois semaines mais a rebondi vendredi pour la deuxième séance d'affilée.

    "L'afflux contre-intuitif de liquidités (sur les ETFs) à un moment d'affaiblissement de la Bourse de Shanghai pourrait aussi s'expliquer par des émissions de parts afin de vendre à découvert les actifs sous-jacents".
    analystes de BofA

    La police chinoise enquêtera sur les ventes à découvert d'actions chinoises considérées comme "malveillantes", a annoncé jeudi l'agence de presse Chine nouvelle.

    Les fonds spécialisés sur les actions américaines ont collecté 10,7 milliards de dollars sur la période, leurs plus fortes entrées nettes depuis mars 2015.

    Ceux dédiés aux actions japonaises ont engrangé 2,3 milliards, enregistrant des entrées nettes sur 19 des vingt dernières semaines.

    Les fonds spécialisés sur les actions européennes ont connu une cinquième semaine consécutive d'entrées nettes avec 1,4 milliard de collecte.

     

    Per BofA, Chinese equity funds just had their largest inflows of all time. http://t.co/s7a8lw74sl vie @julieverhage pic.twitter.com/NTdIh7o9hJ— Joseph Weisenthal (@TheStalwart) July 10, 2015

  • "La probabilité d'un accord entre la Grèce et ses créanciers vient d'augmenter sensiblement. C'est précisément ce que semble +jouer+ les investisseurs".
    gérants chez Barclays Bourse

  • Paris: focus sur Ubisoft

    Le titre de l'éditeur français de jeux vidéos Ubisoft  bondissait à la Bourse de Paris grâce à des ventes meilleures que prévu au premier trimestre.

    Le groupe a publié un chiffre d'affaires de 96,6 millions d'euros au premier trimestre de son exercice décalé 2015/16, soit près de quatre fois moins qu'un an plus tôt (360 millions d'euros).

    "La performance du premier trimestre ressort toutefois au-dessus de l'objectif de la société (80 millions d'euros) et de nos attentes (90 millions d'euros)", en raison de la bonne résistance du catalogue de jeux (91,6 millions d'euros) "et d'Assassin's Creed Unity en particulier".
    Gilbert Dupont
    courtier

    Les perspectives sont en outre plutôt encourageantes.

    Le groupe table sur un chiffre d'affaires de 90 millions d'euros pour le deuxième trimestre "ce qui, compte tenu d'une période estivale traditionnellement moins dynamique, constitue une bonne nouvelle", selon le courtier.

    Gilbert Dupont a même relevé son opinion sur la valeur à "accumuler" contre "alléger", misant sur un potentiel d'appréciation du titre après un début d'année décevant.

    Il estime "que les niveaux actuels offrent des premières opportunités d'entrée et ne laissent plus de place à des baisses massives alors que le programme de rachat d'actions de 100 millions d'euros devrait continuer (réalisé à 12,3% aujourd'hui)".

  • Londres: focus sur Lonmin

    Le titre Lonmin  a cédé jusqu'à 10,3%, à 82,70 pence, son plus bas niveau depuis son entrée en Bourse en 1982.

    Le groupe est fragilisé par une combinaison de facteurs, dont la baisse actuelle des cours du platine.

    Le prix spot du platine a touché un plus bas de près de six ans et demi mercredi, à 1.005,75 dollars l'once, tout près du seuil de 1.000 dollars en deçà duquel la majorité des acteurs du secteur deviennent déficitaires.

    Vers 12h00 GMT vendredi, le platine s'échangeait à 1.028 dollars l'once.

    Le fait que Glencore  procède à une scission de sa participation de 23,9% dans Lonmin en distribuant les titres à ses propres actionnaires alimente également la baisse, selon des analystes.

    "De nombreux actionnaires de Glencore (...) n'auraient jamais souhaité détenir des titres Lonmin" et cèdent donc ces titres qu'ils ne souhaitent pas voir figurer dans leur portefeuille.
    Marc Elliot
    analyste chez Investec

    Enfin UBS a abaissé sa recommandation sur le titre de"neutre" à "vendre", l'objectif de cours étant ramené de 130 pence à 75 pence. 

     

    ©REUTERS

  • You wouldn’t know it given China and Greece, but the world economy is picking up steam http://t.co/ez2biEdEqX pic.twitter.com/mjuBy458LM— Bloomberg Business (@business) July 10, 2015

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * MORGAN STANLEY - Royal Dutch Shell a annoncé vendredi racheter à la banque américaine son activité de négoce dans le gaz et l'électricité en Europe.

    * FORD. Le constructeur a annoncé jeudi soir que les futures versions de ses voitures compactes Focus et hybrides C-Max ne seraient pas assemblées à son usine Michigan Assembly Plant près de Detroit, faisant craindre pour l'avenir de ce site qui est l'un des plus importants du groupe aux Etats-Unis.

    * AMERICAN AIRLINES. La compagnie aérienne a abaissé ses prévisions de croissance de ses capacités aux Etats-Unis, conformément aux recommandations des investisseurs l'appelant à ralentir son expansion en raison d'une demande plus faible que prévu. Elle prévoit désormais une croissance de ses capacités de 1% à 2% aux Etats-Unis en 2015, contre 2% à 3% précédemment.

    * UNITED AIRLINES. La compagnie aérienne a resserré vers le bas sa prévision de marge bénéficiaire, en mettant en avant la vigueur du dollar qui a pesé sur la demande de voyageurs étrangers.

    * CABLEVISION SYSTEMS. Dans une interview de Patrick Drahi accordée au Wall Street Journal, le propriétaire du groupe ALTICE confirme vouloir réaliser de nouvelles acquisitions sur le marché du câble aux Etats-Unis.

    * EBAY. La firme de capital-investissement Thomas H. Lee est en discussions avancées avec le site d'enchères en vue d'acquérir sa division eBay Enterprise (ex-GSI Commerce) pour un montant de près d'un milliard de dollars, ont indiqué des sources proches des tractations.

    * GAP. Le groupe de prêt-à-porter a annoncé jeudi soir une baisse de 1% de ses ventes à périmètre comparable en juin, alors que les analystes prévoyaient en moyenne un recul de 0,5% selon les données ThomsonReuters. Le chiffre d'affaires mensuel est ressorti à 1,54 milliard de dollars, stable sur un an.

    * GANNETT CO. Dans un avis financier, l'investisseur activiste Carl Icahn annonce détenir 6,51% du capital de l'éditeur d'USA Today, à la date du 29 juin.

    * ZILLOW GROUP. Le groupe a annoncé le départ du directeur financier Chad Cohen, qui quittera ses fonctions le 7 août pour poursuivre d'autres opportunités.

  • Wall Street | Opening Bell |

    • Dow Jones: +0,70%
    • S&P 500: +0,73%
    • Nasdaq Composite: +1,25%
  • |Le point sur les marchés|

    Les Bourses européennes continuaient, vendredi après-midi, de saluer -- tout comme l'euro et les obligations du Sud de l'Europe -- les signes d'accélération des tractations entre la Grèce et ses créanciers et l'espoir d'une sortie de crise.

    Les principaux indices boursiers gagnent plus de 3%. Les Bourses de Madrid, Milan et Lisbonne gagnent entre 2,4% et 2,7% tandis que les rendements des obligations d'Etat dans ces pays se détendent nettement, perdant entre neuf et 16 points de base.

    L'euro reprend plus d'1% face au dollar et près de 2% face au yen, qui perd son attrait au titre de son statut de "valeur refuge".

    Les Bourses européennes se redressent depuis mercredi après un début de semaine difficile à la suite de la victoire massive du "non" au référendum en Grèce sur les propositions des créanciers, dans la crainte d'un "Grexit".

    L'accord n'est pas bouclé et le projet du gouvernement grec doit encore obtenir le soutien de son parlement mais, après les nombreuses déclarations encourageantes des dirigeants européens, les investisseurs reviennent prudemment aux achats et la volatilité est retombée à son plus bas niveau en deux semaines.

    "Le 'non' au référendum semble se transformer en un "oui" du Premier ministre grec Alexis Tsipras."
    Markus Koch
    Analyste de Commerzbank



    En Europe, tous les secteurs sont en hausse sensible et les financiers affichent les plus vives progressions, avec un gain de 2,8% pour les banques et de 252% pour les assurances.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de l'ordre de 1%.

  • "Les marchés financiers se positionnent depuis mercredi en vue d'un accord entre la Grèce et ses créanciers."
    Les stratégistes de Crédit Mutuel-CIC

  • What's coming next for Greece? http://t.co/7GVT2xjukK pic.twitter.com/kUOwkzZf84— Bloomberg Business (@business) 10 Juillet 2015

  • Commentez l'actualité boursière avec nous (de 12h30 à 13h30)

     

    Live Blog En direct des marchés (10 juillet)
     
  • Euphorie sur les marchés, fiesta sur Kinepolis

    Les marchés sont euphoriques. Les investisseurs espèrent voir aboutir les négociations entre la Grèce et ses créanciers. Bruxelles suit la tendance et se distingue par une nette hausse. Kinepolis figure parmi les meilleures hausses de la matinée, suite à l'annonce de l'acquisition d'Utopolis, un opérateur de salles de cinéma.

     

    ©Doc

  • "Une décision majeure vendredi"

    Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, déclare qu'une "décision majeure" pourrait être prise par les ministres des Finances de la zone euro lors d'une réunion d'urgence samedi. La Grèce a soumis de nouvelles propositions pour pouvoir bénéficier d'une aide d'urgence.

    S'exprimant avant un conseil des ministres du gouvernement néerlandais, Dijsselbloem n'a pas été plus précis mais il a dit que le dernier document fourni par la Grèce était un "texte des plus approfondis".

  • Les investisseurs anticipent un accord sur la Grèce

    Les taux d'emprunt des pays du Sud de l'Europe se détendent nettement vendredi matin sur le marché de la dette en zone euro, Grèce en tête. Les investisseurs tablant sur un accord avec les créanciers du pays. Le Parlement grec et les dirigeants de la zone euro vont étudier dès vendredi matin les propositions de réformes soumises in extremis la veille au soir par Athènes à ses créanciers, qui reprennent dans les grandes lignes ce que ces derniers demandaient avant le référendum.

    Après avoir ouvert en hausse, le taux à 10 ans de la Grèce inscrivait une baisse spectactulaire à 14,164% contre 18,797% la veille sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.

     

    "Les actions ont été tirées vers le haut et les taux d'emprunt des pays périphériques orientés en baisse ces derniers jours, soutenus par l'idée que la Grèce et ses créanciers puissent trouver un accord."
    Jasper Lawler
    Analyste de CMC Markets

     

    Peu après l'ouverture du marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise, le taux d'emprunt à 10 ans de l'Italie reculait à 2,091% contre 2,176% la veille, celui de l'Espagne s'inscrivant à 2,070% contre 2,173%, le taux du Portugal baissant pour sa part à 2,776% contre 2,923%.

    En revanche, la France et l'Allemagne voyaient leur taux remonter respectivement à 1,208% contre 1,156% la veille et 0,812% contre 0,719%. Leurs titres de dette qui font habituellement office de valeur refuge étaient moins plébiscités par les investisseurs qui étaient plus enclins à prendre des risques.

  • "Verdict sur la Grèce sans doute aujourd'hui."
    Jeroen Dijsselbloem
    Président de l'Eurogroupe

  • Le graphique du jour

    Le rendement grec à deux ans en chute libre alors que François Hollande juge le programme présenté par Athènes comme "sérieux" et "crédible".

    Chart of the day: #Greece's 2y yields in free fall as France's Hollande calls Greek proposals serious and credible . pic.twitter.com/mkUfchyPbH— Holger Zschaepitz (@Schuldensuehner) 10 Juillet 2015

  • United Internet en forte hausse sur une possible IPO

    L'action United Internet bondit vendredi matin en Bourse de Francfort, soit la plus forte hausse de l'indice FTSEurofirst 300. Le fournisseur d'accès allemand a déclaré qu'il pourrait introduire en Bourse sa division Business Applications afin de financer de futures acquisitions. Cette division propose l'hébergement de sites et d'autres services en ligne aux entreprises.

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Breifing actions (10 juillet): AB InBev, Kinepolis, IBA, Celyad, Aedifica, Immobel http://t.co/bzQnARGurT— Stéphane Wuille (@stephanewuille) July 10, 2015

  • -767 points de base
    Le marché obligataire progresse fortement. Le rendement grec à dix ans dégringole de 187 points de base (1,87%) à 15%, celui à deux ans plonge de 767 points (7,67%) de base à 43,46%.

  • | Opening Bell |

    • Amsterdam: +2,25%
    • Bruxelles: +1,71%
    • Londres: +1,08%
    • Paris: +2,46%
    • Milan: +1,61%
    • Madrid: +2,49%
  • ©Indices européens

  • Fast Retailing enfonce le Nikkei

    La Bourse de Tokyo clôture la dernière séance de la asemaine en recul, de 0,38%, malgré la poursuite du rebond des actions chinoises. La chute de Fast Retailing, qui a publié des perspectives de ventes décevantes pour le trimestre en cours, a pesé.

    L'indice Nikkei a perdu 75,67 points à 19.779,83 mais le Topix, plus large, a pris 3,66 points (+0,23%) à 1.583,55 points.

  • Les investisseurs attendent une intervention de Yellen

    L'intervention de la présidente de la Réserve fédérale américaine Janet Yellen sur les perspectives de l'économie américaine, prévue après la clôture en Europe, à 16h30 GMT, est très attendue par les investisseurs.

    ©Bloomberg

  • "L'ouverture en Europe s'annonce très positive"

    Les Bourses européennes sont attendues en nette progression vendredi à l'ouverture, pour leur troisième séance de hausse d'affilée -- et l'euro regagne du terrain -- portées par la poursuite du rebond des marchés d'actions en Chine, alors que les négociations sur la dette grecque semblent enfin avancer.

    L'euro reprend 1,2% face au yen et 0,65% face au dollar après qu'Athènes a transmis, jeudi en fin de soirée, des nouvelles propositions qui se plient aux exigences de ses créanciers de la zone euro.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien  pourrait gagner jusqu'à 1,8% à l'ouverture, après avoir déjà pris 3,31% en deux jours, le Dax à Francfort 2,1% et le FTSE à Londres 0,8%.

     

    "Les nouvelles propositions qui ont été annoncées (par la Grèce) ont entraîné une forte hausse des futures sur indices américains cette nuit et l'ouverture en Europe s'annonce très positive aussi,qui note toutefois que les propositions d'Athènes, très proches de celles qui viennent d'être rejetées par référendum, pourraient créer de la confusion parmi les parlementaires grecs, qui doivent se prononcer sur ces mesures ce vendredi."
    Chris Weston d'IG

  • La Bourse de Shanghai s'envole et confirme son rebond

    La Bourse de Shanghai grimpe de plus de 5% vendredi en milieu de séance, confirmant son rebond spectaculaire de la veille, revigorée par les nouvelles mesures choc des autorités pour endiguer la longue débâcle des marchés.

    Après avoir ouvert quasiment à l'équilibre, l'indice composite shanghaïen montait de 5,16%, soit 191,56 points, vers 05H00 GMT, à 3.900,89 points. La place shanghaïenne s'était déjà envolée jeudi de 5,76%.

    La Bourse de Shenzhen grimpait elle de 4%, soit 78,26 points, à 2.033,61 points, accélérant sa hausse.

    C'est un vigoureux sursaut après trois semaines et demie de dégringolade qui ont vu les Bourses chinoises s'effondrer d'environ 30%.

     

    "Le marché n'est certes pas entièrement tiré d'affaire. Mais de manière générale, le rebond est engagé, les valeurs vedettes résistent mieux que les actions des petites entreprises, et cela aidera à stabiliser le marché."
    Zhang Qi
    Analyste du courtier Haitong Securities

  • Kinepolis rachète les cinémas Utopolis

    Le groupe Kinepolis a conclu un accord de principe pour le rachat des cinémas de la société Utopolis, qui dispose de treize complexes dans quatre pays.

    Utopia SA exploite trois complexes au Grand-Duché de Luxembourg, cinq aux Pays-Bas, quatre en Belgique (Malines, Turnhout, Aarschot et Lommel) et un en France. Le groupe a accueilli 3,4 millions de visiteurs l'année passée pour un chiffre d'affaires de 41 millions d'euros et un ebitda de 7,5 millions d'euros.

    La reprise est encore conditionnée par l'achèvement d'une enquête diligente. En ce qui concerne le rachat des complexes sis en Belgique, Kinepolis demandera l'autorisation de l'Autorité belge de la concurrence.

    ©Bram Budel / Hollandse Hoogte...

  • Good morning

    Bonjour à toutes et tous et bienvenue sur le "market live" de L'Echo qui vous permet de suivre minute par minute les grands moments de cette séance de Bourse.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés