1. Les marchés
  2. Live blog

Retour du spectre grec sur les marchés

Les marchés européens ont clôturé en baisse alors que la Grèce pourrait ne pas rembourser le FMI en juin. La Bourse d'Athènes a perdu plus de 3%. Par ailleurs, la séance a été calme en l'absence de nombreux investisseurs. Les places de Londres, Francfort et Wall Street sont restées fermées.
  • Nette baisse à Madrid après les élections

    La Bourse de Madrid a clôturé en recul de 2,01% à 11.322,3 points, plombée notamment par le résultat des élections locales espagnoles.

    ©EPA

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -0,52% à 3.746,30 points

    AEX: -0,15% à 501,14 points

    Cac 40: -0,50% à 5.117,17 points

    Dax: marché fermé (11.815,01 points)

    Footsie: marché fermé (7.031,72 points)

  • La Bourse d'Athènes perd plus de 3%

    En cédant 3,11% à 814,06 points ce lundi, la Bourse d'Athènes est passée en territoire négatif à partir du début de l'année: -1,5% depuis le 1er janvier.

    ©REUTERS

  • Les 5 actions préférées d'Anne-Marie Eckart (AXA IM)

    Les 5 actions préférées d'Anne-Marie Eckart (AXA IM) http://t.co/GQKyNLigdp— L'Echo (@lecho) 25 Mai 2015

  • L'Europe dans le rouge à un quart d'heure de la clôture

    Dans des volumes réduits à cause de la fermeture des places boursières de Londres, Francfort et Wall Street, les indices boursiers européens sont en baisse ce lundi, les investisseurs digérant les nouvelles en provenance de Grèce et d'Espagne. A Bruxelles, le Bel 20 perd plus d'un demi-pour-cent.

  • A la Bourse de New York, on observe le congé du Memorial Day

    #Remembered pic.twitter.com/LPm8cfxLOC— NYSE (@nyse) 25 Mai 2015

  • Krugman évoque les risques de l'après-Grexit

    I very much agree with Paul Krugman's latest: http://t.co/jrvDExqqUT— Hans Bevers (@petercam_econ) 25 Mai 2015

  • ECB data shows it slowed purchases last week, despite indicating pace increase http://t.co/iEOou4kXx0 pic.twitter.com/Or9ZN9h3Zc— Bloomberg Markets (@markets) May 25, 2015

  • La Bourse de Madrid plombée par les élections locales

    La Bourse de Madrid est en forte baisse, plombée en partie par le résultat des élections locales espagnoles mais surtout par la Grèce.  L'Ibex-35 accuse un recul de 2,4% à 11.276 points.

    Le Parti populaire (droite) et le Parti socialiste, alternant au pouvoir depuis plus de 30 ans en Espagne, ont subi une sévère correction lors des élections régionales et municipales, les "indignés" et la gauche radicale confirmant leur entrée en force sur l'échiquer politique.

    "Il est vrai qu'il peut y avoir de l'incertitude à court terme en Espagne, au moment où doivent se former les gouvernements de chaque région, sur les politiques adoptées" notamment dans des régions clefs comme Madrid et Barcelone où la gauche et la gauche radicale pourraient s'allier pour diriger. Mais "la baisse d'aujourd'hui est surtout due à la situation en Grèce qui ne pourra peut-être pas faire face au paiement au FMI, ce qui rend le marché un peu nerveux".
    Angel Perez
    analyse chez Renta 4

    "L'Ibex-35 recule plus parce que la pondération des banques est supérieure dans l'Ibex à celle des autres indices européens" et qu'elles risqueraient de souffrir en cas de défaut de paiement de la Grèce, ajoute-t-il.

    Les valeurs bancaires chutent le plus: Banco Santander, première banque de la zone euro par capitalisation, perd 3,09% à 6,55 euros. BBVA recule aussi de 2,52% à 9,06 euros et Caixabank de 2,97% à 4,35 euros.

  • With All Major Markets Closed For Holiday, These Are The Main News http://t.co/OWpvbUWKvR— zerohedge (@zerohedge) May 25, 2015

  • La Grèce "paiera tant qu'elle le pourra"

    La Grèce, confrontée à d'impérieux problèmes de liquidités, honorera "toutes ses obligations financières", "dans la mesure où elle sera en situation de payer", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Gabriel Sakellaridis.

    "Dans la mesure où nous serons en situation de payer, nous paierons toutes les obligations" financières. "C'est la responsabilité du gouvernement d'être en capacité de rembourser toutes ses obligations". "C'était aussi de la responsabilité des créanciers d'être respectueux de leurs engagements de prêts".
    Gabriel Sakellaridis
    porte-parole du gouvernement grec

    Le porte-parole a également fermement démenti tout scénario d'instauration d'un contrôle des capitaux pour stopper le flux des retraits de dépôts bancaires qui affiche un rythme soutenu depuis cinq mois, même si "les problèmes de liquidité sont connus" et créent "des conditions d'asphyxie de l'économie grecque".

    Il a également réitéré l'objectif du gouvernement d'aboutir à un accord "fin mai, début juin" avec les créanciers du pays sur le versement de tout ou partie de 7,2 milliards de prêts entrant dans le cadre du deuxième plan d'assistance internationale au pays en cours depuis 2012. Lien vers notre article

  • "La combinaison d'un jour férié et d'un calendrier économique vide risque de rendre cette journée très morne. Les volumes devraient être anémiques, ce qui favorisera la consolidation"
    Christopher Dembik
    économiste de Saxo Banque

  • Retour à une croissance d'avant la crise en Afrique

    Les pays africains connaîtront une croissance de 4,5% cette année et de 5% en 2016 grâce au dynamisme de la demande extérieure, soit les pourcentages les plus élevés depuis la crise financière amorcée en 2007, estime la Banque africaine de développement (Bad).

    Les flux financiers vers le continent africain augmenteront de près de 7% à 193 milliards de dollars (176 milliards d'euros), grâce à une hausse de l'investissement étranger direct et à une forte progression des investissements de portefeuille, explique la banque dans son rapport de perspectives économiques annuelles publié à l'ouverture de son assemblée générale annuelle.

  • bij #ontex zullen ze wel in de handjes wrijven: China verlaagt importtaksen op luiers http://t.co/VTL32sIg6z— Gert De Mesure (@gertdemesure) May 25, 2015

  • Le point sur la séance

    Journée calme sur les marchés boursiers. La plupart des places sont fermées, comme Franckfort, Londres, ou Wall Street. À Milan, Fiat pèse sur la tendance alors qu'une alliance est évoquée avec General Motors. 

    De son côté, la Bourse de Madrid (-1,90%) accuse le coup après les élections municipales en Espagne. Si le Parti Populaire arrive en tête du scrutin, juste devant les socialistes du PSOE, il réalise cependant son pire score depuis 1991 et est en passe de perdre la majorité dans la plupart des régions. Les portes de Barcelone et de Madrid s'entrouvent aux "indignés".

    Par ailleurs, la Grèce menace à nouveau de ne pas rembourser le Fonds monétaire international (FMI) en juin. Le ministre grec de l'Intérieur a affirmé que le pays était à court d'argent.

    "Les remboursements au FMI en juin sont de 1,6 milliard d'euros, ils ne seront pas faits et d'ailleurs il n'y a pas d'argent pour le faire".
    Nikos Voutsis
    ministre grec de l'Intérieur


    À Bruxelles, le BEL 20  s'enfonce. Delta Lloyd  est lanterne rouge, cotant ex-dividende. Engie/GDF Suez  recule également. Selon son PDG, le groupe français pourrait prendre une participation dans Areva.

    Sur le marché élargi, Care Property Invest  a présenté vendredi soir ses résultats trimestriels. Care Property Invest confirme également son intention de réaliser une augmentation de capital. 

  • Les Bourses de Shanghai et Shenzhen ont poursuivi lundi leur progression, gagnant respectivement 3,35% et 1,61% à la clôture, soutenues par les actions vedettes et une importante liquidité.

    L'indice composite shanghaïen a pris 156,20 points à 4.813,80 points -- son plus haut niveau depuis le 21 janvier 2008 -- dans un volume d'échanges de 1.100 milliards de yuans (163,86 milliards d'euros).

    L'indice composite de la Bourse de Shenzhen a gagné 44,15 points à 2.785,07 points, dans un volume d'échanges de 912,1 milliards de yuans (134,06 milliards d'euros).

  • Derichebourg  est en tête des hausses de l'indice CAC Mid&Small à la Bourse de Paris après l'annonce vendredi par la société de services à l'environnement d'une hausse de 34% de son Ebitda courant et d'un résultat net positif au premier semestre.

  • L'euro sous pression

    L'euro  évolue en baisse, alors que la Grèce affirme être à court d'argent pour rembourser le Fonds monétaire international (FMI) en juin. La monnaie unique est d'ailleurs passée sous 1,10 dollar.

  • Niemand, ik zeg niemand, heeft gemerkt dat #Carepropertyinvest kapitaalverhoging doet van 4 tot 17 juni. Waarschijnlijk 1 nieuw voor 4 oude— Gert De Mesure (@gertdemesure) May 25, 2015

  • Plus d'argent en Grèce

    Le ministre de l'Intérieur grec a déclaré dimanche que la Grèce n'avait pas d'argent pour payer le FMI en juin, un risque brandi à plusieurs reprises récemment par des officiels grecs dans le cadre des négociations avec les créanciers du pays. Lire notre article

    "Les remboursements au FMI en juin sont de 1,6 milliard d'euros, ils ne seront pas faits et d'ailleurs il n'y a pas d'argent pour le faire"
    Nikos Voutsis
    ministre grec de l'Intérieur

  • La séance "devrait être relativement calme en raison de la fermeture de plusieurs places boursières et notamment les marchés américains". "Le dossier grec devrait rester au coeur de l'actualité alors que les remboursements prévus pour le mois de Juin s'annoncent compliqués"
    analystes de Saxo Banque

  • Madrid digère mal les résultats des élections municipales

    #Spain's stocks open down 1.5% after regional elections as Spain's political landscape is now more fragmented. pic.twitter.com/aN7qGWf0eE— Holger Zschaepitz (@Schuldensuehner) May 25, 2015

  • Alliance Fiat-General Motors ?

    L'action Fiat Chrysler  évolue en nette baisse en ouverture de la Bourse de Milan, après des informations suivant lesquelles le constructeur automobile italien a proposé une alliance à General Motors  .

    L'administrateur délégué Sergio Marchionne a contacté en mars les dirigeants de General Motors pour leur proposer une fusion mais son offre a été repoussée, écrivait samedi le New York Times.

    Le patron de Fiat Chrysler est en quête d'une nouvelle alliance stratégique qui permettrait de pallier les faiblesses opérationnelles du groupe et d'en parachever la transformation avant son départ prévu pour le début 2019, expliquaient mi-avril à l'agence Reuters plusieurs sources proches du dossier.

     

    ©AFP

  • Amazon modifie ses pratiques fiscales en Europe

    Amazon.com  commence à comptabiliser les revenus tirés des ventes dans chaque pays européen plutôt que canaliser l'ensemble des ventes via le Luxembourg, pays à la fiscalité très avantageuse, écrit le Wall Street Journal.

    Le changement est intervenu le 1er mai, a confirmé un porte-parole du distributeur en ligne au quotidien financier.

  • Prise de participation d'Engie dans Areva ?

    Le groupe Engie (anciennement GDF Suez)  pourrait prendre une participation dans Areva  pour créer un grand groupe international dans le domaine des services de maintenance nucléaire, a déclaré samedi le PDG d'Engie.

    Gérard Mestrallet a rappelé sur Europe 1 que les deux groupes étaient déjà partenaires, Engie possédant notamment sept centrales nucléaires en Belgique.

    "Il y a une partie des activités d'Areva, notamment dans le domaine des services de maintenance nucléaire à l'international, qui feraient un beau rapprochement avec les nôtres et ceci pourrait peut-être se faire", a-t-il déclaré.

    "Cela pourrait être une prise de participation mais nous souhaitons qu'Areva reste impliqué dans ces activités-là". "Nous pourrions les combiner avec les nôtres et avoir un beau projet de développement international, créer un grand groupe international dans le domaine des services de maintenance nucléaire."
    Gérard Mestrallet
    PDG d'Engie

  • OPENING BELL

    AEX +0,14%

    STOXX Europe 600 +0,08%

    BEL 20 -0,08%

    CAC 40 -0,11%

    Pour mémoire, les Bourses de Francfort, Londres, Hong Kong et Wall Street sont fermées en ce lundi de Pentecôte.

  • Forte volatilité en vue à Wall Street

    Les boursiers américains ont joui d'une période prolongée de faible volatilité et de gains réguliers mais avec la perspective d'une remontée des taux directeurs de la Réserve fédérale cette année et compte tenu d'indices qui tutoient des records, Wall Street risque d'être un peu plus instable dans les semaines qui viennent.

    Le présidente de la Fed Janet Yellen a affirmé vendredi qu'il y aurait sans doute un relèvement des taux d'intérêt cette année, la banque centrale amorçant ainsi un cycle de durcissement monétaire par étapes avec une première hausse des taux dépendant du panorama économique révélé par les statistiques.

    La plupart des économistes voient une remontée des taux en septembre, et ce n'est pas le discours de Yellen qui risque de les détromper, mais les traders des marchés de futures s'en tiennent eux à décembre au vu d'indicateurs économiques mitigés ces derniers temps.

    "A mon avis, le message est celui-ci: 'Si les choses restent en l'état encore quelques mois, les taux seront remontés'; c'est sans doute la manière correcte de voir les choses".
    Stephen Massocca
    Wedbush Equity Management

    Selon Bespoke Investment Group, dans les trois mois suivant un relèvement des taux par la Fed à la suite d'une année de taux inchangés, l'indice Standard & Poor's 500 reculait en moyenne de 2,27%.

    Cette fois-ci, la réaction de la Bourse risque d'être plus intense, compte tenu des interrogations sur les valorisations. Le PER de l'indice S&P est de 17,5, bien supérieur à la moyenne à long terme qui est de 14,8, montrent des données de Thomson Reuters.

    "Nous sommes un peu surévalués, même avec des taux d'intérêt bas". "Il risque d'y avoir des remous à l'avenir, surtout si les cours pétroliers restent bas et si le dollar demeure fort".
    Donald Selkin
    National Securities

     

    Janet Yellen, présidente de la Fed ©REUTERS


  • Qui sera le super banquier de l'Afrique ?

    C'est le poste le plus convoité du moment en Afrique: sept candidats et une candidate briguent jeudi la présidence de la très stratégique Banque africaine de développement, institution cinquantenaire confrontée à un continent en pleine mutation économique.

    Difficile à quelques jours du scrutin de dire qui succèdera au Rwandais Donald Kaberuka, arrivé à la tête de la "BAD" en 2005 et qui achève son deuxième mandat. Lire notre article

  • La BoE étudie le scénario d'un "Brexit"

    La Banque d'Angleterre (BoE) a déclaré dimanche qu'elle comptait faire le point des répercussions d'une éventuelle sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne (UE), confirmant ainsi un courriel envoyé par inadvertance au Guardian et concernant ce projet de recherche censé être confidentiel.

    "Il n'y a rien d'étonnant à ce que la Banque entreprenne un tel examen au sujet d'une prise de position publique du gouvernement". "Il y a toute une variété de questions économiques et financières qui surgissent dans le contexte de la renégociation et du référendum national. C'est l'une des responsabilités de la Banque d'examiner celles liées à ses prérogatives"
    Banque d'Angleterre (BoE)

    Beaucoup de chefs d'entreprise britanniques craignent de ne plus avoir accès à leurs grands marchés à l'exportation et les répercussions sur le secteur financier britannique font également souci dans le cas d'un "Brexit".

     

  • Bernanke says currency mismatch a risk for China policy makers http://t.co/GnLE25DFKp pic.twitter.com/kpe9RGxa4Z— Bloomberg Business (@business) May 25, 2015

  • Tendance haussière toujours à Tokyo

    La Bourse de Tokyo a fini en hausse pour la septième séance consécutive grâce à des chiffres du commerce extérieur nippon meilleurs que prévu et un net affaiblissement du yen face au dollar après un discours de la dirigeante de la banque centrale américaine.

    A l'issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes, qui évolue à des niveaux inédits depuis avril 2000, a gagné 0,74% (+149,36 points) à 20.413,77 points.

    L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pour sa part progressé de 0,69% (+11,30 points) à 1.659,15 points.

    La séance a été moyennement active avec un peu plus de deux milliards de titres échangés sur le premier marché.

  • Japon: des exportations en hausse

    Seule statistique macroéconomique du jour: les exportations japonaises ont augmenté en avril mais le rythme de leur croissance a fléchi par rapport à mars, ce qui n'est pas de bon augure pour la demande extérieure dans un contexte de ralentissement des économies chinoise et américaine.

    Les exportations ont augmenté de 8,0% par rapport à avril 2014, alors que les économistes interrogés par Reuters anticipaient une progression de 6,4%, après une hausse de 8,5% en mars, suivant les données publiées lundi par le ministère des Finances. Par rapport à mars 2015, les exportations ont fléchi de 1,5%.

    "Les chiffres ne sont pas aussi mauvais qu'on le pensait mais les exportations vers la Chine et l'Asie se sont révélées faibles, ce qui est préoccupant pour les perspectives de demande externe du Japon"
    Hidenobu Tokuda
    économiste de l'institut d'études Mizuho

  • Good Morning !

    Bonjour à toutes et tous ! Et bienvenue sur ce "Market Live" proposé par L'Echo, l'endroit idéal pour vous informer "minute par minute" des grandes tendances de l'actualité boursière et financière de ce lundi 25 mai 2015.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés