1. Les marchés
  2. Live blog
live

"Une très forte correction est possible en mai"

Les marchés européens ont terminé la première séance de la semaine en forte baisse, les investisseurs optant pour des prises de bénéfices après un rally durant le mois d'avril. Le regain de tensions entre Washington et Pékin pèse également sur la tendance.
  • Clôture du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve mardi pour une nouvelle séance.

    Au menu: les investisseurs feront une pause en termes d'indicateurs macroéconomiques. Côté entreprises, on attend, par contre, de nombreux résultats, dont ceux de BNP Paribas, Infineon, Fiat et Unicredit.

  • Résumé de la séance

    Les Bourses européennes ont  nettement reculé ce  lundi, alors que les nouveaux échanges tendus entre les Etats-Unis et la Chine sur l'origine de la pandémie decoronavirus, qui menacent de raviver la guerre commerciale  entre les deux pays, ont alimenté l'aversion au risque sur fond de récession historique de l'économie mondiale.

    À Paris, le CAC 40 a perdu  4,24%. A Londres, le FTSE 100 a cédé 0,16% et à Francfort, le Dax a reculé de 3,64%.

    L'indice EuroStoxx 50 s'est  replié de 3,81% et le Stoxx 600 de 2,65%. A l'exception de Londres, les grandes places boursières européennes étaient fermées le 1er mai et ont donc rattrapé le retard pris sur les marchés anglo-saxons (le Footsie a perdu 2,34% vendredi et le S&P 500 2,81%). Le Stoxx 600 a ainsi effacé près de la moitié de son rebond d'avril (+6,24%).

    Aucun compartiment de la cote européenne n'a échappé au repli et parmi les baisses les plus marquées ont figuré les secteurs les plus sensibles aux tensions commerciales: celui du pétrole et du gaz a perdu 5,01%, celui de l'automobile 4,38%, celui des hautes technologies 3,18%.

    Le Bel 20 s'est lui replié de 4,74%, affecté également par des détachements de coupons.  Il s’agit de ceux de Telenet (-4,95%), d’UCB (-0,29%) et de WDP(-4,84%). 

    FNG s'est effondré de 22,32%. Le propriétaire de l'enseigne Brantano, entre autres, a annoncé un changement de CEO dimanche soir.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -4,74%

    AEX: -3,24%

    CAC 40:-4,24%

    Stoxx 600: -2,58%

  • Les cours du pétrole se reprennent

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet  est remonté à 26,98 dollars à Londres, en hausse de 2,04% par rapport à la clôture de vendredi.  

    A New York, le baril américain de WTI pour juin a augmenté à 20,24 dollars, après avoir touché un minimum de 18,05 dollars plus tôt dans la journée. 

     "La situation s'améliore car la demande est un petit peu plus élevée et l'offre en baisse", estime Bjarne Schieldrop, analyste de SEB, dans une note.  

    Depuis vendredi, l'accord de réduction conjointe des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs principaux partenaires, réunis au sein de l'Opep+, est entré en vigueur pour permettre le retrait du marché de 9,7 millions de barils par jour (mbj) sur deux mois afin de contribuer à une stabilisation des prix.  De plus, les chiffres de la production américaine de brut sont en baisse et la Norvège, plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest, a annoncé la semaine passée une réduction de sa production jusqu'à la fin de l'année.  

    Mais les prix du pétrole "restent sous pression en raison des inquiétudes concernant la demande et les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine", faisait remarquer plus tôt dans la journée Al Stanton, de RBC. 

  • Les compagnies aériennes vendues par Buffett chutent fortement

    Delta Air Lines , American Airlines  , Southwest Airlines  et United Airlines perdent  entre 7 et 11%  après que  le président de Berkshire Hathaway, Warren Buffett a déclaré avoir vendu les compagnies aériennes dans son portefeuille, affirmant que "le monde a changé" pour l'industrie. 

    Les commentaires et la chute des compagnies aériennes ont pesé sur le titre du constructeur d'avions Boeing .  

    Berkshire Hathaway  a lui-même enregistré une perte record de près de 50 milliards de dollars et Randy Frederick, vice-président du commerce et des produits dérivés de Charles Schwab à Austin, a déclaré que la relativement mauvaise lecture du marché par Buffett avait frappé les investisseurs.

    Berkshire Hathaway détenait 11% du capital de Delta, 10% de American Airlines, 10% de Southwest Airlines et 9% de United Airlines fin 2019, selon son rapport annuel.

  • Wall Street ouvre en baisse

     Dow Jones -0,91%, Nasdaq -0,58%

  • Les négociations commerciales américano-britanniques débuteront mardi

    Les négociations en vue de la conclusion d'un "accord de libre-échange ambitieux" entre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis débuteront mardi par visioconférence, a annoncé le porte-parole du Premier ministre Boris Johnson. "Les deux parties ont exprimé leur volonté de progresser le plus rapidement possible. Nous sommes donc impatients d'entamer deux semaines de pourparlers constructifs. Nous voulons conclure un accord de libre-échange ambitieux avec notre principal partenaire commercial", a-t-il déclaré.

  • Ferrari revoit à la baisse ses prévisions annuelles

    Le constructeur de voitures de luxe Ferrari a revu à la baisse ses prévisions financières 2020, précisant que l'impact de la pandémie de coronavirus devrait se faire sentir principalement au deuxième trimestre. Il prévoit désormais un chiffre d’affaires compris entre 3,4 et 3,6 milliards d’euros cette année, contre plus de 4,1 milliards d’euros précédemment. Lien vers le communiqué

  • Grosse acquisition en vue pour Intel

    Intel   est en discussions avancées en vue du rachat du développeur d'applications spécialisées dans les transports publics Moovit pour un milliard de dollars, a rapporté dimanche le site d'informations financières Calcalist.

  • Optimisme exacerbé en avril?

    "Les investisseurs se rendent compte que le rallye d'avril pourrait avoir été construit sur un optimisme exacerbé quant à la fin de la crise, et même si aucun moteur baissier ne semble assez puissant pour envoyer les prix en dessous des plus bas enregistrés en mars de cette année, il est toujours possible qu'il y ait une très forte correction en mai."
    Pierre Veyret
    analyste technique chez ActivTrades

  • Wall Street est attendue en baisse

    Wall Street est attendue dans le rouge et les bourses européennes reculent nettement à mi-séance ce lundi, les nouveaux échanges tendus entre les États-Unis et la Chine sur l'origine de la pandémie de coronavirus, qui menacent de raviver la guerre commerciale entre les deux pays, alimentant l'aversion au risque sur fond de récession historique de l'économie mondiale.

    → Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse d'environ 1%.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * BERKSHIRE HATHAWAY  , fondée et dirigée par l'homme d'affaires Warren Buffett, a fait état, samedi, d'une perte nette trimestrielle record de près de 50 milliards de dollars (44,6 milliards d'euros) en raison de la pandémie de coronavirus. KBW a néanmoins relevé son objectif de cours, à 325.000 dollars contre 310.000 dollars.

    * TESLA   - Le constructeur américain de voitures électriques a demandé une licence pour pouvoir fournir de l'électricité au Royaume-Uni, a rapporté le Telegraph samedi.

    * GILEAD SCIENCES   - La Food and Drug Administration (FDA), l'autorité fédérale du médicament aux États-Unis, a accordé en urgence au groupe pharmaceutique Gilead Sciences une autorisation de prescription de son antiviral expérimental remdesivir pour le traitement des patients atteints du Covid-19. Le titre gagne 2,1% en avant-bourse.

    * COMCAST   - NBC Universal, filiale de Comcast, étudie une "réduction significative" de ses effectifs dans le cadre d'un plan d'économies, a rapporté vendredi soir le Wall Street Journal en citant des sources proches du dossier.

    * LIBERTY GLOBAL   - Telefonica, numéro un des télécommunications en Espagne, a confirmé, ce lundi, avoir engagé des discussions en vue d'une fusion de sa filiale britannique de téléphonie mobile O2 avec Virgin Media, câblo-opérateur contrôlé par le groupe américain Liberty Global.

  • UPDATE | Briefing actions belges

  • Solvac réduit son dividende pour alimenter le Fonds de solidarité de Solvay

    Le conseil d'administration de Solvac  , actionnaire de référence de Solvay  , a décidé d'apporter un soutien financier au Fonds de solidarité du groupe chimique. Ce fonds vient en aide aux salariés de Solvay et à leurs familles lorsqu'ils sont confrontés à des problèmes financiers majeurs dus à la crise sanitaire.

    Solvac versera 24 millions d'euros, ou 1,14 euro par action, au fonds de solidarité. En conséquence, le dividende brut à verser en août ne sera que de 2,12 euros au lieu de 3,26 euros. Lien vers le communiqué

  • Le pétrole sous pression, le spectre des tensions commerciales de retour

    Les prix du pétrole évoluent toujours en baisse, les investisseurs étant préoccupés par la résurgence de tensions entre Washington et Pékin préjudiciables à la demande en or noir déjà plombée par les conséquences économiques de la pandémie.

    "Une éventuelle reprise des hostilités commerciales" entre Pékin et Washington "est la dernière chose dont les marchés du pétrole ont besoin en ce moment."
    Jeffrey Halley
    Oanda

    "La perspective d'une guerre commerciale étranglerait l'économie mondiale, ce qui réduirait encore la demande de pétrole et viendrait s'ajouter aux préoccupations sur l'offre excédentaire et le stockage saturé", explique Fiona Cincotta, de Gain Capital.

    De plus, l'optimisme quant à des réductions massives de la production d'or noir qui avait soutenu les cours des deux barils de référence en fin de semaine dernière "semble prématuré", selon Eugen Weinberg, analyste de Commerzbank.

  • Care Property Invest un "refuge sûr" face à la pandémie

  • Thyssenkrupp craint de nouvelles difficultés financières

    Thyssenkrupp   accuse la plus forte baisse du Stoxx 600, le groupe allemand ayant dit, dans une lettre à ses employés, s'attendre à de nouvelles difficultés financières à cause de la crise du coronavirus malgré la vente de son activité d'ascenseurs.

  • "La récession devrait être relativement contenue"

    La contraction de l'économie de la zone euro sera moins forte que ne le laissent penser certaines projections mais la reprise sera lente, montre l'enquête trimestrielle de la Banque centrale européenne (BCE) auprès des prévisionnistes professionnels. Elle conclut que le produit intérieur brut (PIB) des 19 pays ayant adopté la monnaie unique devrait se contracter de 5,5% cette année, puis rebondir de 4,1% l'an prochain, dans l'hypothèse d'une levée en mai et juin des restrictions liées à la pandémie de coronavirus.

    "La description la plus appropriée du profil de prévisions du niveau global du PIB est probablement celle d'une 'encoche', c'est à dire une baisse brutale à la fin du premier trimestre et au début du deuxième, puis d'une reprise plate et étirée, qui nécessiterait un délai assez important pour revenir aux niveaux pré-virus", explique l'enquête, menée entre le 31 mars et le 7 avril.

  • Les actionnaires de Norwegian approuvent le plan de secours

    Les actionnaires de Norwegian Air ont approuvé le plan de secours destiné à éviter à la compagnie aérienne de faire faillite, rapporte le quotidien financier Dagens Naeringsliv. Norwegian Air, qui a cloué au sol 95% de sa flotte, est sous la menace d'une pénurie totale de liquidités d'ici la mi-mai.

    Ce plan permettrait à la société de bénéficier de garanties gouvernementales. Au passage, son capital changerait presque intégralement de main, 5% seulement restant la propriété de ses actionnaires actuels.

  • L'activité manufacturière s'effondre en zone euro

    L'activité manufacturière dans la zone euro s'est effondrée le mois dernier alors que les mesures imposées par les gouvernements pour arrêter la propagation du nouveau coronavirus ont forcé les usines à fermer et les consommateurs à rester à l'intérieur. L'indice PMI manufacturier est tombé à 33,4 en avril, contre 44,5 en mars.

  • Ces facteurs qui poussent à la prudence

    "Les menaces de sanctions des États-Unis à l'encontre de la Chine, les publications et/ou les discours et prévisions en demi-teinte de certains groupes technologiques, les craintes que le déconfinement soit très laborieux et que l'économie reste durablement sous pression même sans seconde vague épidémique (...) sont autant d'éléments qui invitent à la prudence en ce début de semaine."
    Tangi Le Liboux
    stratégiste d'Aurel BGC

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes sont dans le rouge ce lundi dans les premiers échanges, pénalisées par les menaces de sanctions commerciales de Donald Trump contre la Chine qu'il tient pour responsable de la propagation de l'épidémie de coronavirus.

    À Bruxelles, l'indice Bel 20 lâche 4,26%. À Paris, le CAC 40 perd 3,53%. À Francfort, le Dax cède 3,09%. À Londres, le FTSE abandonne 0,56% après avoir lâché 2,3% vendredi quand les autres grandes places européennes étaient fermées pour la fête du travail. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 3,48%, le FTSEurofirst 300 de 2,27% et le Stoxx 600 de 2,35%.

    → L'ensemble des secteurs européens sont dans le rouge dans les premiers échanges à commencer par celui du pétrole et du gaz, dont l'indice Stoxx perd 4,5%, devant celui de l'automobile (-4,48%) et des banques (-3,54%).

    → Sur le marché obligataire, le Bund allemand remonte légèrement autour de -0,556%, après un plus bas depuis la mi-mars à -0,593% dans les tout premiers échanges.

    → Les cours du brut reculent, pénalisés par les craintes sur la surabondance de l'offre et par le risque d'intensification des tensions entre la Chine et les États-Unis. Le Brent perd 1,29%, à 26,1 dollars le baril, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) recule de 6,12%, à 18,57 dollars.

    Le président américain Donald Trump a déclaré, jeudi, envisager des représailles commerciales contre Pékin en affirmant que le coronavirus émanait d'un institut de virologie chinois. Le secrétaire d'État Mike Pompeo a dit dimanche avoir "une quantité importante de preuves" mais n'a pas contesté la conclusion des services de renseignement américains selon laquelle le nouveau coronavirus n'était pas d'origine humaine.

  • Voici le briefing actions belges

  • Telefonica confirme discuter d'une fusion entre O2 et Virgin Media

    Telefonica, numéro un des télécommunications en Espagne, a confirmé avoir engagé des discussions en vue d'une fusion de sa filiale britannique de téléphonie mobile O2 avec Virgin Media, câblo-opérateur contrôlé par le groupe américain Liberty Global (voir post de 09h01).

    Les discussions sont à un stade préliminaire. "Le processus entamé entre les deux parties est dans la phase de négociation, sans aucune garantie, à ce stade, sur ses modalités précises ou sa probabilité de réussite", a déclaré Telefonica, dans un avis auprès de l'autorité espagnole de régulation du marché.

  • Exmar, rare valeur en hausse à Bruxelles

    La société de transport maritime Exmar   a fait état, jeudi soir, d'un bon premier trimestre 2020. Son chiffre d'affaires s'élève à 69,3 millions de dollars, contre 52,3 millions un an auparavant. Le bénéfice d'exploitation (Ebit) a atteint 16,3 millions de dollars, contre 0,3 million de dollars pour les trois premiers mois de 2019. Lien vers le communiqué

    "Des résultats meilleurs que prévu, avec une nette amélioration par rapport à l'an dernier", a réagi ce lundi KBC Securities.

  • Les principales baisses/hausses en Europe

  • KBCS revoit sa note sur Quest for Growth

    KBC Securities a réduit son objectif de cours pour Quest for Growth  à 5,90 euros contre 6,60 euros auparavant. La recommandation reste à "accumuler".

  • | OPENING BELL |

    BEL 20 -3,09%

    CAC 40 -3,45%

    AEX -3,87%

  • Vers un partenariat Liberty et Telefonica

    Selon Bloomberg, Liberty, le principal actionnaire de Telenet  , et Telefonica sont sur le point d'annoncer un partenariat au Royaume-Uni. La fusion d'O2 (Telefonica) et de Virgin Media (Liberty) créerait le plus grand acteur des télécommunications au Royaume-Uni avec une valeur d'entreprise estimée à 27 milliards d'euros. Ce serait également le plus gros accord annoncé depuis l'éclatement de la pandémie.

  • PostNL enregistre une hausse de son chiffre d'affaires au T1

    Le chiffre d'affaires de PostNL   a atteint 701 millions d'euros au premier trimestre, contre 684 millions un an plus tôt. Selon l'entreprise, le volume de colis a progressé de plus de 11% au mois de mars et de 2,8% sur l'ensemble du premier trimestre de l'année. Le bénéfice normalisé de PostNL s'est, lui, élevé à 15 millions d'euros, contre 30 millions il y a un an.

    La société vise un bénéfice sous-jacent de 110 millions à 130 millions d'euros pour l'année 2020, malgré les incertitudes liées à la crise.

    L'opérateur postal néerlandais annonce, par ailleurs, la construction, en région anversoise, d'un 6e centre de tri chargé de traiter jusqu'à 120.000 colis par jour. Sur une superficie de quelque 8.400 m², PostNL ambitionne de traiter 120.000 colis quotidiennement. La société néerlandaise emploiera 400 travailleurs dans ce nouveau centre.

  • Revoilà le spectre de la guerre commerciale

    La crainte, dans les salles de marché, est d'avoir une intensification de la guerre commerciale qui vienne s'ajouter à la crise économique et sanitaire, ce qui viendrait hypothéquer toute perspective de reprise de l'activité rapide. Elle pourrait, en outre, réduire à néant les efforts des banques centrales qui ont réussi, avec brio, en l'espace de quelques semaines à éviter que la crise économique ne se transforme en crise financière."
    Christopher Dembik
    responsable de l'analyse macroéconomique chez Saxo Bank

  • La Commission européenne approuve l'aide de 7 milliards d'euros à Air France

    Sans surprise, la Commission européenne a approuvé l'octroi, par l'État français, d'une garantie pour des prêts et d'un prêt d'actionnaire en faveur d'Air France  pour un montant total de 7 milliards d'euros, afin d'atténuer l'impact économique de l'épidémie de coronavirus. Cette aide fournira à la compagnie "les liquidités dont elle a un urgent besoin pour résister aux répercussions de la pandémie", observe Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive chargée de la politique de concurrence, dans un communiqué.

    Qualifiée d'"historique" par le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire, cette aide se décompose en un prêt de 4 milliards octroyé par un syndicat de six banques, garanti par l'État français à hauteur de 90%, et par un prêt direct de 3 milliards de l'État français.

  • "L'or reste attractif dans cet environnement d'incertitude"

    Le cours de l'or   pourrait retrouver ses plus hauts de l'année, selon UBS Investment Bank, qui table sur une once à 1.790 dollars à court terme.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues en baisse ce lundi à l'ouverture, affectées par un regain de tensions géopolitiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis, qui mettent en cause Pékin dans la propagation du coronavirus.

    → D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre 4% à l'ouverture et le Dax à Francfort reculerait de 3,4%. Le FTSE à Londres devrait céder 0,7% après avoir perdu 2,3% vendredi alors que les autres places européennes étaient fermées pour la fête du travail.

    → L'aversion pour les actifs risqués favorise les obligations et pèse sur leurs rendements: celui des Treasuries à 10 ans perd plus de deux points de base à 0,6181%.

    → Les tensions profitent au dollar, qui s'inscrit en hausse de 0,3% face à un panier de devises de référence dont l'euro, qui retombe autour de 1,093.

    Outre les développements sur le dossier sino-américain, les investisseurs seront attentifs à la publication, dans la matinée, des indices PMI définitifs dans le secteur manufacturier en avril qui devraient confirmer l'effet dévastateur de la pandémie sur l'activité dans la zone euro.

  • Berenberg démarre le suivi de Care Property

    Berenberg entame le suivi du spécialiste de l'immobilier de santé Care Property   avec une recommandation à "acheter" et un objectif de cours à 31,50 euros.

    "L'action bénéficie d'une excellente visibilité avec des loyers en moyenne de 17 ans et liés à l'inflation, et une maturité moyenne de la dette de 7 ans et demi", soulignent les analystes Alexander Makar et Kai Klose. S'ils reconnaissent que la crise de Covid-19 peut temporairement exercer une pression sur les taux d'occupation, ils estiment que les tendances à long terme sont intactes.

  • Berkshire Hathaway accuse une perte de près de 50 milliards de dollars au T1

    La société d'investissement Berkshire Hathaway, fondée et dirigée par l'homme d'affaires Warren Buffet, a fait état, samedi, d'une perte nette trimestrielle record de près de 50 milliards de dollars (44,6 milliards d'euros) en raison de la pandémie de coronavirus.

    Le conglomérat a vendu la totalité de ses participations dans les quatre plus grandes compagnies aériennes américaines. Selon son rapport annuel, il détenait une participation de 11% dans Delta Air Lines , 10% dans American Airlines Co, environ 10% dans Southwest Airlines Co et 9% dans United Airlines à la fin de 2019.

  • FNG change de CEO

    Le groupe d'habillement FNG  , maison mère de Brantano, a changé de CEO. Manu Bracke a succédé, le 1er mai, à Dieter Penninckx, qui a démissionné pour des raisons médicales, a indiqué l'entreprise dimanche soir. Le nouveau patron de FNG est l'un de ses trois fondateurs, avec Dieter Penninckx et Anja Maes. Début avril, Nathasja van Bael est devenue, par ailleurs, CFO du groupe.

    "J'aurais préféré rester à bord plus longtemps mais un contexte médical m'oblige à quitter l'entreprise. Je souhaite tout le succès à Manu: c'est l'homme parfait pour reprendre ma fonction", a réagi Dieter Penninckx. Lien vers le communiqué

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce lundi 4 mai 2020.

    Dans le sillage de Wall Street, où le Dow Jones a reculé de 2,55% vendredi, la majorité des bourses asiatiques voient rouge ce lundi. À Hong Kong, l'indice Hang Seng dégringole de 3,5%.

    Le changement de rhétorique des Américains vis-à-vis de la Chine est mal accueilli par les investisseurs. Donald Trump a déclaré jeudi soir que son administration préparait des mesures de rétorsion commerciales contre Pékin, expliquant être convaincu que le nouveau coronavirus provenait d'un institut de virologie chinois.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés