1. Les marchés
  2. Live blog
live

L'inquiétude pour le commerce a pesé sur les actions européennes

Les marchés européens ont fini en baisse, les investisseurs s'inquiétant de l'absence d'avancées dans le dossier des relations commerciales internationales. Asit Biotech a été suspendue. Plusieurs sociétés belges ont publié leurs résultats, dont Biocartis, EVS, IBA, KBC Group et Kinepolis.
  • Vos rendez-vous de vendredi

    Notre Market Live du jour se termine mais rassurez-vous, il reste une séance boursière demain avant le week-end et notre salon Finance Avenue!

    N'oubliez pas de consulter l'agenda des investisseurs de vendredi, qui annonce notamment la publication des chiffres trimestriels de Bekaert:

    Merci de nous avoir suivis et à demain pour une nouvelle couverture en direct de l'actualité boursière.

  • Jensen Group prévoit une année 2019 difficile

    Le producteur de machines à laver industrielles Jensen Group  note au troisième trimestre un chiffre d'affaires de 74,2 millions d'euros, en baisse de 4,1% par rapport à la même période en 2018. Depuis le début de l'année, le chiffre d'affaires s'élève à 251,8 millions d'euros contre 258,4 millions en 2018.

    Depuis le début de l'année, Jensen Group a reçu 227,3 millions d'euros de commandes, soit une hausse de 1,1% par rapport à la même période il y a un an.

    Côté perspectives, la société s'attend à une baisse de son chiffre d'affaires et de sa rentabilité en 2019 par rapport à 2018.

  • Chiffre d'affaires stable pour Sioen

    Le groupe textile Sioen Industries  affiche au troisième trimestre un chiffre d'affaires stable à 120,9 millions d'euros. Il était de 119,9 millions il y a un an.

    Le carnet de commandes est lui aussi resté stable dans toutes les activités et en ligne avec les trimestres précédents.

  • Atenor confirme son cru 2019

    La société de promotion immobilière Atenor a fait le point après bourse sur son bilan pour les trois premiers trimestres de 2019. Atenor continue de tisser sa toile en Belgique et à l’international comme à Luxembourg, Budapest, Bucarest, Lisbonne, Paris ou Dusseldorf.

    En 2019, Atenor s’attend à réaliser un résultat supérieur à 2018, sans communiquer de chiffres précis.

    Depuis la publication de ses résultats annuels 2018, Atenor poursuit le développement de ses activités tous azimuts. Elle compte désormais 29 projets en portefeuille pour un potentiel de développement de 1.200.000 m², dont 23% demeurent ancrés en Région bruxelloise, avec le quartier européen pour épicentre et ses deux projets The One et Realex.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -0,21% à 3.870,27 points

    AEX: -0,38% à 595,26 points

    Cac 40: -0,10% à 5.901,08 points

    Dax: -0,38% à 13.180,23 points

    FTSE 100: -0,80% à 7.292,76 points

  • Les stocks pétroliers américains augmentent plus que prévu

    Les stocks de pétrole brut ont augmenté un peu plus que prévu la semaine dernière aux Etats-Unis, selon un rapport de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

    Lors de la semaine achevée le 8 novembre, les réserves commerciales de brut ont progressé de 2,2 millions de barils pour s'établir à 449 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient une hausse de 1,5 million de barils.

  • Jerome Powell répète qu'il s'attend à une expansion durable de l'économie aux USA

  • Walmart bondit, Cisco chute

    Les deux actions les plus en vue à Wall Street, ce jeudi, sont Cisco  et Walmart .

    L'équipementier de réseaux chute de plus de 7%, ce qui constitue la plus forte baisse au sein du Dow Jones, après avoir annoncé des prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfices trimestriels inférieures aux attentes en raison des incertitudes sur l'économie mondiale.

    A l'opposé, Walmart (+2%) enregistre la plus forte hausse du Dow Jones. Le numéro un mondial de la grande distribution a annoncé une hausse plus marquée que prévu de ses ventes à magasins comparables aux Etats-Unis et relevé sa prévision de bénéfice annuel.

  • Wall Street recule à l'ouverture

    La Bourse de New York recule en ce début de séance, marquant une pause après avoir atteint de nouveaux records la veille et face aux incertitudes persistantes sur le front commercial: le Dow Jones  cède 0,08% et le Nasdaq  baisse de 0,25%.

  • S&P dégrade Titan Cement à "BB"

    Standard & Poor's Global Ratings vient d'annoncer qu'elle réduisait sa note sur Titan Cement  à "BB", contre "BB+" auparavant. La perspective de cette note est "stable", précise l'agence d'évaluation financière.

    Titan Cement est le plus important cimentier grec et est coté en Bourse de Bruxelles.

    Une note "BB" situe l'entreprise dans la catégorie des investissements spéculatifs ("non investment grade"), deux crans sous la catégorie "investment grade". Cela correspond à une cote de 8/20, contre 9/20 pour la note "BB+" (qui se situe juste sous la catégorie des investissements de qualité).

    S&P justifie sa décision par un redressement plus lent que prévu des paramètres du groupe. L'agence de notation pointe notamment une plus faible rentabilité des activités aux Etats-Unis et des conditions plus concurrentielles en Egypte et en Turquie, le tout ayant réduit l'amélioration du résultat opérationnel du cimentier.

  • La croissance allemande, une victoire en trompe-l'oeil

    La bonne surprise macroéconomique du jour nous vient de l'Allemagne, qui a enregistré au troisième trimestre une croissance inattendue de 0,1% de son produit intérieur brut, échappant ainsi à une récession technique. Une bonne surprise ? Pas nécessairement, estime Michael Hewson chez CMC Markets.

    "C'est évidemment mieux que prévu mais, en réalité, je dirais que c'est une victoire en trompe-l'oeil parce que dans les faits, cela réduit les chances d'une intervention budgétaire. Je pense que si l'Allemagne était entrée en récession technique, la pression pour desserrer les cordons de la bourse aurait augmenté", explique l'analyste.

  • Le point sur la tendance bousière - Update 2

    Les marchés européens peinent à accrocher un cap, l'optimisme des dernières séances retombant alors que les négociations commerciales sino-américaines paraissent au point mort.

    L'indice Bel20 est stable (+0,3%) tandis que Paris recule de 0,19%, Amsterdam de 0,33% et Londres de 0,40%.

    De son côté, Wall Street s'orientait vers une ouverture en léger retrait. Le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average s'effrite de 0,21%, celui sur l'indice élargi S&P 500 de 0,25% et celui sur le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,31%.

    "Il y a eu un battage médiatique autour des progrès réalisés dans les discussions commerciales sino-américaines, mais il semble maintenant que les pourparlers aient ralenti leur course. Les USA aimeraient obtenir des concessions supplémentaires concernant les droits de propriété intellectuelle avant d'envisager de réduire leurs taxes. Or, il est peu probable que la Chine agisse de la sorte puisque Donald Trump ne sera pas à la Maison-Blanche éternellement."
    David Madden
    Analyste de CMC Markets

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Cisco Systems, Thermo Fischer Scientific, Walmart...

    * Cisco Systems - L'équipementier de réseaux recule de 5% dans les échanges en avant-Bourse après avoir annoncé mercredi soir des prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfice trimestriels inférieures aux attentes en raison des incertitudes sur l'économie mondiale.

    * HP/Xerox - L'investisseur activiste Carl Icahn a acquis pour 1,2 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros) une participation de 4,24% du capital de HP et veut pousser le groupe informatique à fusionner avec Xerox, dont il est également actionnaire, a rapporté mercredi le Wall Street Journal.

    * Walmart - Le numéro un mondial de la grande distribution prend plus de 3% dans les échanges en avant-Bourse après avoir annoncé une hausse plus marquée que prévu de son chiffre d'affaires à magasins comparables aux Etats-Unis et relevé sa prévision de bénéfice annuel.

    * Viacom prend 3,5% en avant-Bourse, le groupe de télévision et de médias ayant publié un bénéfice trimestriel meilleur que prévu grâce à une hausse de ses recettes publicitaires.

    * Thermo Fischer Scientific - Le fabricants d'équipements de laboratoire scientifiques a approché le spécialiste des tests génétiques Qiagen en vue d'un possible rachat, a rapporté mercredi Bloomberg en citant des sources proches du dossier.

    * Boeing a annoncé jeudi avoir abandonné le système d'automatisation de la construction de sections de fuselage de son 777 après des informations mettant en cause sa fiabilité.

    * American Outdoor Brands a dévoilé mercredi un projet visant à scinder en entité cotée sa marque d'armes à feu Smith & Wesson de son activité de produits de plein air. Le titre prend 1% en après-Bourse.

  • Kinepolis se renforce un peu plus au Pays-Bas

    Kinepolis annonce la reprise du patrimoine immobilier et l’exploitation du cinéma Arcaplex situé à Spijkenisse aux Pays-Bas. Le cinéma, précédemment appartenant à et exploité par les frères Rump, comporte 9 salles et 951 places et a accueilli plus de 200 000 visiteurs en 2018.

    Cette nouvelle acquisition s’inscrit dans la stratégie d’expansion de Kinepolis. Il s’agit du dix-huitième complexe Kinepolis aux Pays-Bas et du quatrième dans la province de Hollande-Méridionale. Kinepolis a fait son entrée sur le marché néerlandais en 2014 et possède désormais 130 salles d’une capacité totale de plus de 22 000 places aux Pays-Bas.

  • Walmart dopé par les ventes en ligne

    L'enseigne Walmart annonce une flambée de son bénéfice net de l'ordre de 92,3% à 3,3 milliards de dollars au troisième trimestre de son exercice décalé 2019/20, tirant profit à la fois de l'explosion de ses ventes en ligne et de l'intégration du groupe indien Flipkart.

    Le chiffre d'affaires a pour sa part augmenté de 2,5% à 127,99 milliards de dollars, a détaillé, dans un communiqué, le numéro un mondial de la distribution, ajoutant s'attendre désormais à une "légère" hausse de ses bénéfices pour l'ensemble de l'année fiscale.

    Le titre grimpe de l'ordre de 3% en avant bourse.

  • Le point sur la tendance boursière - Update

    1. Les marchés européens sont partagés sur la tendance à suivre.
    2. Bruxelles (+0,23%) et Paris (+0,11%) grimpent, Amsterdam est stable (-0,01%) tandis que Londres recule (-0,32%).
    3. Les indicateurs décevants en Chine et au Japon pèsent sur la tendance.
    4. Nouvelles interrogations sur les discussions USA-Chine.
    5. L'économie allemande a échappé à la récession.
    6. Quelques résultats animent la tendance, notamment à Bruxelles où EVS chute mais Kinepolis rit.
    7. Proximus lanterne rouge du Bel20, après une note de KBC Securities passé à "vendre" sur le titre.
    8. Cisco chute de 5% en avant bourse.
    9. Wall Street attendue en baisse, de l'ordre de 0,10%.

  • Cisco Systems: -5% en avant bourse

    L'équipementier de réseaux Cisco Systems recule de 5% dans les échanges hors séance, après avoir annoncé mercredi soir des prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfice trimestriels inférieures aux attentes en raison des incertitudes sur l'économie mondiale.

  • Daimler pâtit des règles anti-pollution, le titre plonge

    Le titre Daimler plonge de 2,52% en bourse. Le constructeur allemand a indiqué en début de matinée que le durcissement de la réglementation en matière d'émissions polluantes aurait des conséquences directes sur ses profits en 2020 et 2021 et le contraindrait à viser des suppressions de postes chez Mercedes-Benz pour l'équivalent de plus d'un milliard d'euros.

    Le groupe a dit s'attendre à une rentabilité d'exploitation chez Mercedes-Benz (voitures et utilitaires) d'au moins 4% en 2020 et d'au moins 6% en 2022.

    Auparavant, le groupe avait dit espérer une rentabilité d'exploitation comprise entre 3% et 5% au sein de la division voitures de Mercedes-Benz.

  • Posez vos questions... au gouverneur Pierre Wunsch

    Qu'impliquent les taux bas pour mes investissements ? La Belgique sera-t-elle bientôt aux prises avec une récession? La banque va-t-elle bientôt me donner un prêt immobilier moins rapidement ? Pierre Wunsch, le gouverneur de la Banque nationale, répondra à toutes vos questions lors de Finance Avenue à Tour & Taxis à Bruxelles ce samedi 16 novembre à midi.

    Vous pouvez poser une question vous-même via notre formulaire en ligne.

  • La croissance en zone euro reste stable à un bas niveau

    La croissance économique dans la zone euro est restée stable à un bas niveau au troisième trimestre, montre la deuxième estimation publiée par Eurostat.

    Le produit intérieur brut (PIB) des 19 pays ayant adopté la monnaie unique a augmenté de 0,2% sur la période juillet-septembre, et de 1,2% en rythme annuel.

    L'évolution par rapport au deuxième trimestre est conforme à l'estimation préliminaire publiée au début du mois et au consensus des estimations d'économistes recueillies par Reuters.

  • Le CFO d'Hamon passe chez Fluxys Belgium

    Christian Leclercq devient le nouveau directeur financier (CFO) du gestionnaire de réseau de gaz Fluxys et de la filiale cotée en bourse   . Leclerq vient de la société d'ingénierie wallonne Hamon.

    Leclercq est CFO du spécialiste des tours de refroidissement et des filtres à fumée depuis 2013 et il a connu une période mouvementée caractérisée par une importante fraude comptable et des augmentations de capital urgentes. Quentin Biart, actuel Trésorier du groupe, lui succédera à partir du 1er décembre prochain.

    Fluxys recherchait un nouveau CFO après le départ de Paul Tummers vers Parkwind.

  • Les tops et les flops en Europe

    > Daimler cède 3,3%, la plus forte baisse de l'EuroStoxx 50, après l'annonce d'un plan d'économies visant à améliorer sa rentabilité mais dont le coût pèsera sur ses résultats financiers en 2020 et 2021. Le propriétaire de Mercedes plombe le secteur automobile européen, dont l'indice Stoxx recule de 1,17%.

    > À Paris, les résultats de Bouygues sont salués par une hausse de 1,45% de l'action représentative, la meilleure performance du CAC 40, après avoir battu le consensus au troisième trimestre.

    > EDF prend 1,3%; le groupe a confirmé ses objectifs 2019 malgré une révision à la baisse de sa prévision de production d'électricité nucléaire.

    > À Londres, Burberry bondit de 6%; les ventes du groupe de luxe ont progressé au troisième trimestre, malgré les tensions à Hong Kong.

    > À Francfort, la société de test génétique Qiagen s'envole de 12,6% après des informations Bloomberg selon lesquelles le fabricant d'instruments scientifiques Thermo Fisher Scientific a approché l'entreprise en vue d'un deal potentiel.

  • Le point sur la tendance boursière

    De mauvais indicateurs chinois mettent les marchés sous pression

    Les principales bourses européennes évoluent en baisse, après une nouvelle salve d'indicateurs économiques chinois inférieurs aux attentes venue s'ajouter au regain d'inquiétude sur l'issue des discussions commerciales entre Pékin et Washington.

    Londres et Paris cèdent 0,14%. Amsterdam se tasse de 0,07% et Bruxelles de 0,06%. L'indice Stoxx 600 et l'Euro Stoxx 50 se délestent de 0,2%.

    La production industrielle en Chine a fortement ralenti en octobre, sa croissance tombant à 4,7% sur un an alors qu'elle était attendue à 5,4%. Les ventes au détail ont, elles aussi, déçu et la croissance de l'investissement est revenue à son plus bas niveau depuis le début de son suivi, en 1996.

    Parallèlement, le Wall Street Journal a rapporté que les discussions commerciales entre Pékin et Washington achoppaient sur la question des achats de produits agricoles.

    Au Japon, les chiffres du produit intérieur brut (PIB) sont ressortis inférieurs aux attentes, la croissance n'ayant pas dépassé 0,2% en rythme annualisé sur le trimestre juillet-septembre.

    En Europe, la journée a débuté par une bonne surprise économique, l'Allemagne ayant échappé de justesse à la récession avec une croissance de 0,1% du produit intérieur brut (PIB) au troisième trimestre.

    On attend à 11h la deuxième estimation du PIB de l'ensemble de la zone euro.

  • Suspension d'Asit Biotech...

    ... à la demande de la société et dans l'attente d'un communiqué de presse relatif à une assemblée extraordinaire.

    L'action Asit Biotech gagnait 2,63% à 1,95 euro au moment de sa suspension.

    En raison des pertes successives, les fonds propres d'Asit Biotech sont tombés sous la moitié du capital social initial. Et dès lors, l'article 633 de la loi belge sur les sociétés entre en vigueur, ce qui oblige les actionnaires à dire s'ils souhaitent toujours continuer avec une entreprise qui a entre-temps perdu la moitié de l’investissement initial.

  • Le KBC Securities du jour

    KBC Securities passe à "réduire" contre "conserver" sur Proximus avec un objectif de cours de 22 euros (contre 25).

    Pour Qrf , le broker recommande désormais de "conserver" la valeur, contre "accumuler" jusqu'ici. Le prix cible est de 18 euros.

  • Kinepolis: +3,8%

    Kinepolis bondit de 4%. L’exploitant de salles de cinéma a vu le nombre de visiteurs atteindre les 10 millions, à l’issue du troisième trimestre 2019, soit une croissance de 21,7% par rapport à la même période de l'année précédente. Pour les neuf premiers mois de l’année, le taux de fréquentation a progressé de 9,5% pour atteindre 27,7 millions de visiteurs.

    Pour expliquer cette spectaculaire croissance, Kinepolis évoque notamment le succès du "Roi Lion".

  • | Opening Bell |

    Les marchés européens ouvrent sur une note hésitante, après un discours sans surprise du président de la Fed la veille, les investisseurs restant en outre focalisés sur d'éventuels développements en matière commerciale.

    • Bruxelles: +0,06%
    • Amsterdam: -0,18%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: -0,01%
    • DJ Stoxx 600: 0,03%

    • Biocartis: 0,79%
    • CFE: +0,80%
    • Curetis: -1,50%
    • EVS: -2,92%
    • IBA: +2,44%
    • KBC: +1,07%
    • VGP: +0,95%

  • Berenberg entame le suivi de CFE

    Le broker Berenberg entame le suivi des "constructeurs en mer" Boskalis et CFE .

    Pour commencer, Boskalis reçoit un conseil d'achat avec un objectif de cours de 28 euros. Chez CFE, la recommandation est de "conserver", bien que l'objectif de cours soit de 97,5 euros environ 10% plus élevé que le niveau actuel.

    Si Berenberg apprécie le positionnement à long terme des CFE, il estime que les attentes du marché sont trop élevées. Mieux vaut donc attendre un meilleur point d’entrée, indique l'analyste Christophe Greulich.

  • RWE: +3% en avant bourse

    RWE , le premier producteur d'électricité d'Allemagne a relevé ses prévisions 2019 pour la deuxième fois en trois mois. Le titre gagne 2,9% dans les échanges en avant-Bourse selon le courtier Lang & Schwarz.

  • Il reste 3 millions d'euros dans les caisses de Curetis

    Curetis , qui poursuit son processus de rapprochement avec OpGen, signale que, fin du 3e trimestre, le nombre de ses mini-labos de diagnostic installés atteignait 165 unités, contre 166 un an plus tôt.

    Ses revenus ont progressé de 16% à 1,38 million d’euros, contre 1,19 million pour la même période de 2018.

    Fin septembre, les liquidités de la biotech n’atteignaient plus que 3,1 millions d’euros, contre 10,3 millions fin 2018. Les dépenses en cash pour les 9 premiers mois de l'année ont donc atteint 7,2 millions d’euros.

  • Résultat net très légèrement au-dessus des attentes pour KBC

    KBC a réalisé un bénéfice net de 612 millions d'euros au cours du troisième trimestre. Le bancassureur fait légèrement mieux que les prévisions des analystes qui tablaient, en moyenne, sur un résultat net de 605 millions d'euros.

    Les activités belges représentent 368 millions d'euros de ce résultat, tandis que 159 millions d'euros ont été gagnés sur le marché tchèque.

    Sur les neuf premiers mois de l'année, KBC enregistre ainsi un résultat net "solide" de 1.787 millions d'euros.

  • -4,7%
    Repli plus limité qu'anticipé du bénéfice des sociétés
    Selon le dernier recensement d'I/B/E/S Refinitiv, les profits des sociétés composant l'indice Stoxx 600 devraient avoir reculé de 4,7% sur juillet-septembre par rapport à la même période de 2018, un repli nettement plus limité qu'anticipé initialement puisque le consensus tablait fin octobre sur une chute de 8,6%.

  • L'Allemagne échappe à la récession

    La bonne tenue de la consommation a permis à l'économie allemande d'enregistrer au troisième trimestre une croissance inattendue et donc d'échapper à une récession technique, montre jeudi la première estimation du produit intérieur brut.

    Le PIB a augmenté de 0,1% sur la période juillet-septembre par rapport aux trois mois précédents, alors que les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une contraction de 0,1%.

    Sur un an, le PIB affiche en données brutes, c'est-à-dire hors ajustement lié aux effets de calendrier, une expansion de 0,5%, conforme au consensus.

    Une récession technique se définit par deux trimestres consécutifs de baisse du PIB.

     

  • "Performance robuste" pour VGP

    La société immobilière VGP fait état, pour les 10 premiers mois de son exercice en cours, d’une "performance opérationnelle robuste tirée par un record de nouvelles locations".

    VGP a constaté une forte croissance du leasing engendrant un record de 39,3 millions d’euros de contrats signés et renouvelés. Le revenu locatif annualisé grimpe ainsi de 38% à 143,6 millions d’euros.

    VGP signale également que 34 projets sont actuellement en construction représentant 705.000 m² et 37,3 millions d’euros de loyer complémentaires une fois qu'ils seront achevés et loués.

    Le spécialiste de l’immobilier logistique et semi-industriel s’attend à une sixième clôture de sa coentreprise VGP European Logistics fin novembre avec, à la clé, des liquidités brutes de 130 millions d’euros.

  • Briefing d'avant bourse

    Repli en vue en Europe | Des stats décevantes en Chine et au Japon | Le PIB allemand au menu

    Les principales bourses européennes sont attendues en baisse à l'ouverture après la publication d'indicateurs économiques décevants au Japon et surtout en Chine, auxquels s'ajoutent de nouveaux doutes sur la capacité des États-Unis et de la Chine à conclure un accord commercial même partiel.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre environ 0,1% à l'ouverture, comme le Dax à Francfort, tandis que le FTSE à Londres céderait autour de 0,2%.

    Par ailleurs, la production industrielle chinoise a fortement ralenti en octobre, sa croissance tombant à 4,7% sur un an alors qu'elle était attendue à 5,4%. Les ventes au détail en Chine ont, elles aussi, déçu et la croissance de l'investissement y est revenue à son plus bas niveau depuis le début de son suivi, en 1996.

    Au Japon, les chiffres du produit intérieur brut (PIB) sont également ressortis inférieurs aux attentes, la croissance n'ayant pas dépassé 0,2% en rythme annualisé sur le trimestre juillet-septembre, quatre fois moins qu'attendu.

    La séance sera animée, entre autres, par les premiers chiffres de la croissance au troisième trimestre en Allemagne et par la poursuite des publications de résultats en Europe.

  • La conversion du carnet de commandes d'IBA s'est accélérée

    Comme prévu, la conversion du carnet de commandes d’IBA s’est accélérée dans la seconde moitié de l’année 2019, avec 21 projets de protonthérapie en cours de construction, indique ce jeudi le numéro un mondial de la protonthérapie dans une déclaration intermédiaire pour le troisième trimestre de l’année. La protonthérapie est une technique consistant à injecter des protons en les accélérant directement sur les cellules cancéreuses.

    La société de Louvain-La-Neuve ne publie plus de résultats financiers trimestriels et se contente de maintenir ses prévisions d’un Rebit positif pour 2019. Elle souligne qu’elle a vendu un total de 7 salles à travers le monde cette année, dont un système Proteus PLUS à cinq salles à Shenzhen, le cinquième du genre en Chine, qui est un marché particulièrement important pour la croissance future de l’entreprise.

  • EVS réduit ses prévisions

    Dans une brève mise à jour trimestrielle, le spécialiste liégeois des serveurs d'images pour le reportage en direct EVS réduit ses prévisions de ventes pour l'ensemble de 2019 à une fourchette de 100 à 110 millions, contre 100 à 120 millions d’euros jusqu'ici.

    Le bénéfice ne diminuera pas nécessairement d'autant, car EVS continue de prêter une attention particulière aux coûts. Le directeur financier Yvan Absil compte désormais sur une diminution de 3% des coûts d'exploitation pour l'ensemble de 2019. En août, EVS anticipait une stabilisation. En mai, Absil s'attendait à une augmentation de 2%.

    Conformément à la politique de dividende stable annoncée de 1,00 EUR par action, le conseil d’administration a décidé de payer un dividende intérimaire brut de 0,50 EUR par action (ou 0,35 EUR net par action après déduction de la retenue à la source de 30%). Le coupon 29 sera détaché le 19 novembre 2019 et la date de paiement est fixée deux jours plus tard, le 21 novembre.

  • Biocartis confirme ses prévisions

    À l’issue du troisième trimestre, Biocartis , une biotech spécialisée dans le diagnostic, a poursuivi l’expansion de l’installation de son mini-labo Idylla à travers le monde. Elle ne donne pas de chiffres, mais précise que les États-Unis représentent 40% des nouveaux appareils installés.

    De son côté, le volume des cartouches de diagnostic a grimpé de 27% au 3e trimestre d’une année à l’autre.

    Biocartis signale, par ailleurs, que Nichirei Biosciences, son partenaire japonais, a achevé, en octobre dernier, l’enregistrement de l’Idylla auprès des autorités sanitaires nippones.

    La biotech cotée à Bruxelles, et dont la trésorerie s’élevait à 197 millions d’euros fin septembre, a confirmé ses prévisions antérieures pour 2019. Elle table sur entre 325 et 350 Idylla installés, sur une croissance du volume des cartouches comprise entre 30% et 35% et une position en cash fin de l’année entre 170 et 175 millions d’euros.

    Biocartis signale, par ailleurs, que l’obligation convertible de 150 millions d’euros à échéance 2024 portant intérêt de 4% a été admise à la cote sur Euronext Bruxelles.  

  • Salve de résultats belges à l'agenda

    Bonjour! Ceci démarre notre Market live jeudi 14 novembre. Au menu de la journée: une salve de résultats en Belgique avec les chiffres de Biocartis, EVS, IBA, KBC Group, Kinepolis... Les investisseurs attendent les chiffres de la croissance allemande, l'occasion de savoir si la première économie européenne est tombée ou pas en récession cet été.

    Par ailleurs, les marchés asiatiques évoluent en ordre dispersé, après des indicateurs économiques chinois et japonais décevants, et dans un contexte d'interrogations sur les négociations commerciales entre Washington et Pékin.

    Le Wall Street Journal évoque un blocage des discussions entre Washington et Pékin sur la question des produits agricoles. Par ailleurs, les indicateurs chinois du jour, à commencer par la production industrielle, sont ressortis inférieurs aux attentes tandis qu'au Japon, la croissance économique a nettement ralenti sur le trimestre juillet-septembre.

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,76%, selon l'indice Nikkei 225 de référence tandis que la Bourse de Hong Kong cède 0,8%. Le CSI 300 des grandes capitalisations boursières chinoises gagne 0,32%.

    ©BELGA

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés