1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street clôture dans le vert | Le bitcoin à un doigt de son record historique

Wall Street a terminé en hausse, confiant avant de nouvelles publications de comptes trimestriels. Hormis Paris, les bourses européennes ont gagné du terrain ce mardi malgré le contexte toujours incertain en raison de l'inflation et du prix des matières premières. Le bitcoin proche de son sommet.
  • United Airlines affiche une perte trimestrielle moins importante grâce à la reprise des voyages

    United Airlines Holdings a annoncé mardi une perte moins importante que prévu au troisième trimestre, grâce à une reprise de la demande de voyages.  

    Sur une base ajustée, le transporteur basé à Chicago a enregistré une perte de 1,02 dollar par action, contre une perte de 8,16 dollars par action l'année dernière. Les analystes interrogés par Refinitiv s'attendaient en moyenne à ce que la compagnie aérienne enregistre une perte trimestrielle de 1,67 dollar par action.  

    Avec l'aide gouvernementale intervenue pendant la pandémie, la compagnie aérienne a déclaré un bénéfice net de 1,44 dollar par action pour le trimestre. Le chiffre d'affaires du troisième trimestre s'est élevé à 7,75 milliards de dollars, contre 2,49 milliards de dollars un an plus tôt, et a dépassé les estimations de Wall Street, qui tablait sur 7,64 milliards de dollars. 

  • A suivre ce mercredi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis! Une volée de résultats est également attendue ce mercredi: Barco, Nestlé, Tesla et Carrefour seront au menu.

    Belle soirée!

    A suivre ce mercredi 20 décembre.

  • "Squid Game" dope les perspectives d'abonnés de Netflix

    Netflix  s'attend, pour le quatrième trimestre de cette année, à un nombre d'abonnés supplémentaires payants supérieurs aux estimations de Wall Street, misant notamment sur le succès de la série sud-coréenne "Squid Game".

    La société a déclaré qu'elle prévoyait d'ajouter 8,5 millions d'abonnés payants au cours du trimestre, contre une estimation des analystes de 8,33 millions, selon les données IBES de Refinitiv.

    Le géant du streaming a également dépassé les attentes au troisième trimestre tant en matière de revenus que de bénéfices, et a engrangé 4,4 millions d'abonnés supplémentaires en net, également mieux qu'attendu. Il compte désormais 213,5 millions d'abonnements payants dans le monde et table sur 222 millions en fin d'année, selon un communiqué publié mardi. 

  • Wall Street termine en hausse, gonflée par les résultats de sociétés

    La Bourse de New York a conclu en hausse à l'issue d'une séance gonflée par les solides résultats d'entreprises au troisième trimestre.  

    Selon des résultats provisoires à la clôture, l'indice Dow Jones a terminé en hausse de 0,57% à 35.458,37 points. Le Nasdaq, à forte concentration technologique, a grimpé de 0,71% à 15.129,09 points. Le S&P 500 a avancé de 0,74% à 4.519,76 points, se rapprochant de son record de début septembre. 

  • Wall Street termine en hausse

    Wall Street finit dans le vert:

    Dow Jones: +0,57%.

    S&P 500: +0,74%.

    Nasdaq Composite: +0,71%.

  • Le pétrole ne lâche rien, orienté par les spéculateurs

    Les cours du pétrole ont encore pris de la hauteur, soutenus par les spéculateurs qui ont fait fi des signes de ralentissement de l'économie un peu partout dans le monde.  

    À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI, variété américaine standard) pour livraison en novembre a enchaîné sa quatrième séance de hausse consécutive pour clôturer à son plus haut niveau depuis le 13 octobre 2014, il y a sept ans, à 82,96 dollars, en hausse de 0,63% ou 52 cents.  

    Quant au baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre, coté à Londres, il a gagné 0,88% ou 75 cents, pour terminer à 85,08 dollars. 

  • Wall Street évolue toujours en hausse

    Wall Street continuait d’évoluer dans le vert deux heures avant la clôture, les solides résultats des entreprises ayant contribué à contrer les inquiétudes liées à l'inflation. 

    Vers 20h10, le Dow Jones progresse de 0,48%, le S&P, plus large, de 0,71% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, prend 0,77%.

  • Le Pixel 6, la nouvelle tentative de Google d'émerger sur le marché des smartphones

    Google, filiale d'Alphabet  , a présenté le Pixel 6, sa nouvelle gamme de smartphones, un marché sur lequel le géant des technologies n'a paradoxalement jamais réussi à percer.  

    La star du nouveau combiné, c'est son processeur, baptisé "Tensor", le premier conçu par Google, et "la plus importante innovation mobile dans l'histoire de notre entreprise", d'après Peter Prunuske, directeur des produits Pixel. "C'est le point culminant d'années d'investissement dans l'intelligence artificielle", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.  

    Le groupe californien domine largement la recherche en ligne et l'économie mobile, avec son système d'exploitation Android, utilisé sur 80% des smartphones et tablettes dans le monde.   

    Il a également une longueur d'avance dans les voitures autonomes, talonne Amazon et Microsoft dans le cloud (informatique à distance) et son application Google Maps est devenue un synonyme de GPS. Mais, du côté des smartphones, les Pixel n'ont réalisé que de "médiocres performances" en termes de pénétration du marché, note Brad Akyuz, du NPD Group. En cause, selon l'analyste, des imperfections techniques, mais aussi le duopole Apple-Samsung, solidement installé. 

  • Atea s'éffondre à Wall Street

    C'est l'un des mouvements les plus impressionnants de la journée. Atea Pharmaceuticals, partenaire du groupe suisse Roche, chute de plus de 60% sur la Bourse de New York. La société biopharmaceutique américaine a essuyé un revers lors d'essais cliniques sur un comprimé anti-Covid pour les patients soignés en dehors de l'hôpital pour une forme légère à modérée de l'infection. 

    De son côté, le laboratoire pharmaceutique Merck & Co , qui a déjà déposé une demande d'autorisation aux États-Unis pour sa pilule contre le coronavirus, gagne 2,7 %, en réaction à l'annonce d'Atea

  • Vinci voit son chiffre d'affaires dépasser son niveau pré-covid

    Le chiffre d'affaires de Vinci  pour le troisième trimestre 2021 est supérieur à celui réalisé sur la même période en 2019, avant la crise du COVID-19, soutenu par la montée en puissance des projets de construction et le retour du trafic autoroutier. 

    L’entreprise des métiers des concessions et de la construction a affiché un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 7,8% sur un an, à 13,24 milliards d'euros. Ce chiffre est en ligne avec les attentes des analystes et dépasse les 13,13 milliards d'euros générés au troisième trimestre 2019.

    Le numéro un européen de son secteur a bénéficié d'une accélération de plusieurs grands projets de construction et d'un trafic autoroutier "tonique dépassant son niveau d’avant crise sanitaire". 

    Le groupe français a également confirmé ses perspectives: les résultats 2021 de Vinci devraient ainsi être en nette amélioration par rapport à 2020, tout en restant inférieurs à leur niveau de 2019.

  • Net ralentissement de la croissance de Gucci

    Le groupe français Kering a publié des chiffres trimestriels décevants à la clôture des marchés. Il fait état d'une hausse de 3,8% en données comparables des ventes de sa marque phare Gucci au troisième trimestre, marqué par un ralentissement de la reprise après le rebond marqué des trois mois précédents. Le marché en attendait plus pour Gucci. 

    Toutefois, à 4,19 milliards d'euros, le chiffre d'affaires général du spécialiste français du luxe a progressé de 12,2% sur un an en données comparables (hors effets de change et variations de périmètre), alors que le consensus des estimations d'analystes le donnait en hausse de 11%. 

  • Le Bel 20 termine dans le vert

    Le Bel 20 a clôturé sur une hausse de 0,53%. Sofina , Galapagos  et Solvay  mènent la danse, Proximus , KBC  et Telenet  ferment la marche. 

  • 3 nouvelles maisons de repos pour Aedifica en Irlande

    La société immobilière réglementée Aedifica poursuit l’expansion de son portefeuille d’immobilier de santé en Irlande en investissant environ 43,5 millions d'euros dans la construction de trois maisons de repos pouvant accueillir 273 personnes âgées nécessitant une assistance permanente. 

    "Conformément à nos engagements en matière de durabilité, les trois maisons de repos seront des bâtiments à consommation énergétique quasi nulle", précise Stefaan Gielens, le CEO d’Aedifica qui précise que "cette transaction portera le portefeuille immobilier d'Aedifica en Irlande à plus de 180 millions d'euros une fois tous les projets de développement achevés". 

  • L'optimisme des investisseurs au plus bas depuis un an

    Coup de froid dans les rangs des investisseurs. Parmi les gestionnaires d'actifs financiers sondés chaque mois par Bank of America Merrill Lynch, la proportion de ceux qui craignent une stagflation augmente

     Les attentes pour la croissance deviennent négatives, une première depuis avril 2020. Les liquidités des portefeuilles sont à leur plus haut niveau en un an.  

    Lire | L'optimisme des investisseurs au plus bas depuis un an 


  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,53%

    AEX: +0,72%

    CAC 40: -0,05%

     

    Résultats provisoires

  • Hyloris fait des étincelles

    L'action Hyloris monte de près de 8% à l'approche de la clôture des marchés européens. Spécialisée dans la reformulation de médicaments, Hyloris a grimpé de plus de 40 depuis son IPO. Elle a annoncé ce matin une nouvelle approbation pour l'un de ses traitements.

  • La Hongrie augmente son taux d'intérêt

    La banque centrale hongroise a relevé son taux de référence de 15 points de base, pour le porter à 1,8%, une décision qui était prévue. Elle s’est également engagée à agir "de la manière la plus décisive" contre les risques croissants d’inflation.

    Le gouverneur adjoint, Barnabas Virag, a indiqué que l'étroitesse du marché du travail hongrois, la hausse des salaires et les chocs sur les coûts constituaient un mélange dangereux. Il a ajouté que la banque continuerait à relever les taux d’intérêt tous les mois, aussi longtemps que cela serait nécessaire, et que le resserrement se poursuivrait également en 2022.

    Le forint a chuté après l'annonce. 

  • L'euro se renforce

    Sur le marché des changes, l'euro reprenait de la vigueur face au billet vert, s'inscrivant en hausse de 0,38% à 1,1654 dollar, au plus haut depuis le début du mois. 

  • Le pétrole en pause

    Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre était stable (-0,06%) à 84,25 dollars tout comme le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le mois de novembre (-0,15% à 82,33 dollars) vers 16h20.

    Le groupe parapétrolier américain Halliburton  a annoncé avoir dégagé un profit au 3e trimestre. Cependant, son chiffre d'affaires est légèrement inférieur aux anticipations du marché. L'action perdait 1,54% à 25,61 dollars. 

  • Les marchés boursiers au ralenti avant les résultats d'entreprises

    Les marchés boursiers patientaient sans grand mouvement, avant une nouvelle salve de résultats d'entreprises, les premières publications positives leur ayant permis de mettre de côté leurs craintes liées à l'inflation.  

    La Bourse de New York évoluait en petite hausse: vers 16h25, l'indice vedette Dow Jones progressait de 0,35%, l'indice élargi S&P500 de 0,49% et le Nasdaq, à forte coloration technologique, de 0,40%.  

    L'Europe suivait le mouvement à moitié: Francfort montait de 0,26%, Milan de 0,22% et Bruxelles de 0,50%. En revanche, Paris (-0,24%) et Londres (+0,05%) restaient plus en retrait. 

    Après des premiers résultats de bonne facture, les publications d'entreprises pour le troisième trimestre vont aller à un rythme croissant, avec encore Vinci, Kering ou Netflix attendu plus tard dans la journée. Le premier poids lourd technologique pourrait donner le la pour les géants américains de l'informatique et d'internet.  

    "Jusqu'à présent, nous avons vu les entreprises afficher des résultats assez satisfaisants sur le front des bénéfices (...) La plupart d'entre elles ont fait part de leurs inquiétudes quant à la hausse des coûts et aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement, mais nous n'avons pas encore vu de baisses significatives des bénéfices", résume Michael Hewson, analyste de CMC Markets. 

  • Le bitcoin se retourne soudainement

    La cryptomonnaie, qui dépassait les 63.000 dollars en cours de séance, s'est brutalement retournée à la baisse pour évoluer sous les 62.000 dollars vers 16h45.   

  • Alibaba: +3%

    Alibaba Group Holding  prend 3,3% dans les premiers échanges à Wall Street.

    Le géant chinois du commerce en ligne a annoncé avoir développé une puce destinée à faire fonctionner les serveurs de ses centres de données d'informatique dématérialisée ("cloud"), dernière avancée en date du géant chinois des technologies dans le domaine des semi-conducteurs, une priorité érigée par Pékin.

  • Le prix d'entrée en bourse d'Onward Medical est connu

    Onward Medical devrait débarquer ce jeudi à la Bourse de Bruxelles au prix de 12,75 euros, dans le bas de la fourchette annoncée lundi de 12,75 à 13,75 euros. La société aurait levé environ 86,5 millions d'euros contre 103,8 millions visés.

  • Johnson & Johnson: +2,3%

    Johnson & Johnson  grimpe de plus de 2%, peu après l'ouverture de Wall Street. L'entreprise pharmaceutique américaine a relevé sa prévision de bénéfice ajusté pour 2021, tout en confirmant tabler sur 2,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires généré par les vaccins contre le Covid-19 cette année. (Voir post de 13h18)

  • Procter & Gamble : -2%

    Procter & Gamble  abandonne plus de 2% à l'ouverture de Wall Street.

    La société, qui distribue les marques Ariel, Mr Propre, Gillette, Oral-B, Pampers ou encore Vicks, a notamment averti sur la hausse des coûts des matières premières et du fret qui pourrait se traduire par un impact d'environ 2,3 milliards de dollars sur l'exercice fiscal 2022, contre une prévision précédente d'un impact de 1,9 milliard de dollars. (Voir post de 14h07)

    L'entreprise enregistre la plus forte baisse du Dow Jones. 

  • L'ETF de ProShares sur le bitcoin ouvre en hausse à Wall Street

    ProShares, qui préparait depuis quelques semaines le lancement d'un ETF Bitcoin, a mis ce mardi sur le marché le premier fonds négocié en bourse basé sur des contrats à terme sur le bitcoin. Son cours grimpait de 3,5% peu après l’ouverture de Wall Street. Plus de 3 millions de transactions ont été effectuées dans les premières minutes. 

    Cette nouvelle a également un effet positif sur le bitcoin, qui a bondi au-dessus des 63.000 dollars à l'ouverture de Wall Street. Il faut remonter au mois d'avril dernier pour trouver un bitcoin en aussi bonne forme. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,30% 
    S&P 500: +0,34% 
    Nasdaq Composite: +0,27% 

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * APPLE - D.A. Davidson a relevé l'objectif de cours du géant américain des technologies de 167 à 175 dollars au lendemain de la présentation par le groupe de nouveaux ordinateurs portables équipés de puissantes puces développées en interne et de nouveaux Airpods. Le titre est en hausse de 0,5% en avant bourse.

    * ALIBABA GROUP HOLDING a annoncé mardi avoir développé une puce destinée à faire fonctionner les serveurs de ses centres de données d'informatique dématérialisée ("cloud"), dernière avancée en date du géant chinois des technologies dans le domaine des semi-conducteurs, une priorité érigée par Pékin.

    * JOHNSON & JOHNSON a relevé sa prévision de bénéfice ajusté pour 2021 tout en confirmant tabler sur 2,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires généré par les vaccins contre le Covid-19 cette année. Le titre gagnait 1,4% en avant-Bourse après ces annonces.

    * HALLIBURTON publie ses comptes financiers avant l'ouverture de la Bourse de New York.

    * NETFLIX et UNITED AIRLINES HOLDINGS publient leurs résultats du troisième trimestre après la clôture de Wall Street.

    * Les valeurs liées au cuivre, comme FREEPORT-MCMORAN, RIO TINTO, SOUTHERN COPPER et TECK RESOURCES, gagnent entre 1,3% et 2% en avant-Bourse dans le sillage de la hausse des cours à terme du métal, à 10.351 dollars la tonne.

    * AMAZON, ALPHABET - Une dizaine de sénateurs démocrates et républicains américains ont formellement présenté lundi soir un projet de loi pour interdire aux grandes plates-formes comme Amazon ou Google, filiale d'Alphabet, de privilégier leurs produits et services.

  • Update 2 | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street est attendue en hausse et les bourses européennes évoluent sans grand changement, les investisseurs restant prudents face à plusieurs facteurs de risques alors que es résultats de sociétés s'enchaînent.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,45% environ pour le Dow Jones, le S&P-500 et le Nasdaq.

    En Europe, les gains varient entre 0,42% à Amsterdam et un recul de 0,09% à Paris. L'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 progressent de l'ordre de 0,2%.

    Les marchés européens tentent de repartir de l'avant en s'appuyant sur l'optimisme concernant la saison des résultats mais les craintes persistantes liées à l'inflation et la perspective de resserrement monétaire par les banques centrales limitent le rebond.

    Les investisseurs suivent avec beaucoup d'attention les publications trimestrielles qui se multiplient aussi bien en Europe qu'aux Etats-Unis pour tenter de déterminer l'impact de la hausse des prix et des tensions sur l'offre sur les entreprises.

     

    Jusqu'à présent, nous avons vu les entreprises afficher des résultats plutôt corrects sur le front des bénéfices et bien que la plupart d'entre elles aient fait état de préoccupations sur la hausse des coûts, les perturbations de la chaîne d'approvisionnement, nous n'avons pas encore vu beaucoup d'importantes révisions à la baisse des bénéfices.
    Michael Hewson
    Analyste de CMC Markets

  • Procter & Gamble avertit, lui aussi, de l'inflation

    Les résultats trimestriels de Procter & Gamble (P&G) dépassent les attentes mais, comme Danone un peu plus tôt ce matin, le groupe américain de produits de grande consommation a prévenu que les coûts des matières premières et des transports pesaient sur son activité.

    Le chiffre d'affaires de la société, qui distribue les marques Ariel, Mr Propre, Gillette, Oral-B, Pampers ou encore Vicks, a progressé de 5% à 20,3 milliards de dollars entre juillet et septembre, qui correspond à son premier trimestre comptable, détaille un communiqué. Les analystes anticipaient 19,91 milliards de dollars.

    Il a été tiré par une hausse des volumes de ventes de 2%, des effets de change à hauteur de 1% et des augmentations de prix à hauteur de 1% également.

    Sur le trimestre, le bénéfice net a reculé de 4% pour atteindre 4,11 milliards de dollars.

    La hausse des ventes "a été plus qu'entamée par une réduction des marges en raison des coûts de matières premières et de transports de marchandises plus élevés qu'anticipé", souligne l'entreprise.

    Le coût des produits vendus a augmenté au total de 13%.

    Le titre est indiqué en baisse de 1,8% en avant-bourse.

  • Johnson & Johnson relève ses prévisions

    Johnson & Johnson relevé sa prévision de bénéfice ajusté pour 2021, tout en confirmant tabler sur 2,5 milliards de dollars de chiffre d'affaires généré par les vaccins contre le Covid-19 cette année. Le titre gagne 1,4% en avant-bourse après ces annonces.

  • Evergrande paye les intérêts dus sur une obligation en yuan

    La principale unité onshore du groupe immobilier China Evergrande a payé les intérêts dus mardi sur une obligation en yuan, rapporte Reuters, citant quatre personnes ayant connaissance du dossier.

    Le coupon de 5,8% de l'obligation 2025 en devise locale de Hengda Real Estate Group est de 121,8 millions de yuans (19 millions de dollars), selon les données compilées par Bloomberg. Hengda a remis des fonds pour payer le coupon, selon le rapport.

    Evergrande n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

    La décision annoncée intervient après qu'Evergrande a raté les échéances de paiements des intérêts sur plusieurs obligations en dollars depuis le mois dernier. Certaines de ces obigations bénéficient d'un délai de grâce de 30 jours avant qu'un défaut de paiement du coupon ne constitue un défaut.

    Par ailleurs, les négociations entre Evergrande et Hopson Development concernant le rachat de la branche immobilière du groupe en difficulté ont été suspendues.

    Plus tôt ce mois-ci, il a été annoncé que Hopson Development a déposé une offre de 4,3 milliards d'euros pour une participation majoritaire de 51% dans la division immobilière d'Evergrande. Cela aurait permis au groupe défaillant de rassembler rapidement les liquidités dont il avait tant besoin pour faire face à l'énorme montagne de dettes de 300 milliards de dollars.

  • "Les investisseurs sont maintenant très surpondérés sur les actifs liés à l'inflation" (BofA)

    La part des actifs obligataires dans les portefeuilles a chuté à un plus bas record, montre mardi le sondage mensuel réalisé par BofA auprès de gérants, le pessimisme concernant l'inflation et la Chine ayant obscurci les perspectives sur l'économie mondiale.

    "Les investisseurs sont maintenant très surpondérés sur les actifs liés à l'inflation (par exemple les matières premières, les banques) par rapport au niveau historique, tout en étant très sous-pondérés sur les actifs vulnérables aux hausses de taux (les obligations, les marchés émergents, les services aux collectivités)", a indiqué BofA.

    Les allocations obligataires ont atteint leur plus bas niveau historique, les anticipations de hausse des taux ayant continué à augmenter face aux craintes d'inflation.

    Parallèlement, les investisseurs ont augmenté leurs flux vers les fonds de liquidités ("cash") à leur plus haut niveau depuis 12 mois, ce qui a fait dire à la banque américaine qu'il s'agit de l'enquête mensuelle la moins optimiste depuis octobre 2020.

    Les investisseurs tablent sur une hausse des taux de la Réserve fédérale américaine en 2022 tandis que les estimations concernant l'ampleur des mesures de relance budgétaire américaines ont été revues en baisse, à 1.700 milliards de dollars contre 1.900 milliards, précise l'enquête.

    La part des investisseurs misant sur une appréciation du dollar est au plus haut depuis juin 2018.

    Pour le cinquième mois consécutif, la remontée de l'inflation est considérée comme le premier risque de perte extrême ('tail risk') sur les marchés par les gérants de fonds.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Umicore au crible de trois brokers| Target relevé sur KBC | Deux biotechs grimpent (+Briefing)

  • Cette biopharma belge cotée a le vent en poupe

  • Suspension de l'action Choice

    L'action Choice est suspendue, à la demande la FSMA. Choice est cotée sur Euronext Access, l'ancien marché libre.

    Choice est un guide de télévision numérique fondé par l'entrepreneur en série José Zurstrassen. La société est cotée depuis le 26 février dernier. Depuis lors, l'action a perdu environ la moitié de sa valeur.

  • Hyloris au record

    Hyloris bondit de 6,16% à 14,65 euros, après avoir atteint en matinée 14,75 euros (+6,88%), un record. La société biopharmaceutique a été introduite en bourse le 17 juin à 10,75 euros.

    Ce matin, la société biopharmaceutique a annoncé l'extension de l'empreinte européenne de Maxigesic IV, un médicament pour le traitement de la douleur post-opératoire, au Royaume-Uni et en Irlande (voir post de 7h18).

  • Danone | Ericsson | IAG | Iberdrola & Endesa

    Voici les valeurs en vue de cette matinée boursière.

    Danone - Après avoir ouvert en hausse et gagné jusqu'à 1,52%, le groupe agro-alimentaire Danone perd 1% malgré un chiffre d'affaires trimestriel légèrement supérieur aux attentes et la confirmation de ses objectifs annuels.

    Ericsson - Parmi les plus fortes baisses du Stoxx 600, Ericsson cède 2,2%, le fabricant suédois d'équipements de télécommunications ayant averti d'un repli de son activité en Chine et de perturbations de la chaîne d'approvisionnement qui ont impacté ses ventes au troisième trimestre. L'indice européen du secteur des télécoms accuse un repli de 0,45%.

    IAG - La maison-mère de la compagnie British Airways, recule de 2,8% après l'abaissement de conseil de Berenberg à "conserver". Les analystes restent à "vendre" sur Air-France , qui cède 2%.

    Iberdrola & Endesa - A Madrid, Iberdrola et Endesa gagnent respectivement 3% et 2% après une information de presse selon laquelle le gouvernement espagnol envisage de réduire la retenue des bénéfices imposée aux compagnies d'électricité qui facturent des prix "raisonnables" aux consommateurs.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Après un début de séance hésitant, les indices actions européens ont pris le chemin de la hausse. La tendance reste toutefois fragile avec des investisseurs qui se montrent peu disposés à prendre des initiatives face aux nombreux facteurs de risques.

    Les gains varient entre 0,08% à Paris et 0,48% à Amsterdam. L'indice Stoxx 600 et l'Euro Stoxx 50 progressent de l'ordre de 0,23%.

    Les marchés peinent à repartir de l'avant après la déception lundi sur la croissance chinoise. Les investisseurs restent en effet inquiets face aux incertitudes économiques, la remontée de l'inflation et la perspective de resserrement monétaire par les banques centrales.

    "'Stagflation', Evergrande, 'tapering', les pénuries, la hausse des coûts: il y a de quoi s'inquiéter. La combinaison d'un ralentissement de la croissance et d'une montée en flèche de l'inflation fait ressurgir le spectre de la 'stagflation'", commente Olivier Marciot, chez UniGestion.

    "Cette situation apparaît à un moment inopportun, où les banques centrales s'apprêtent à réduire leur soutien monétaire. La question qui empêche les investisseurs de dormir est de savoir si ces risques se matérialiseront pleinement et comment se positionner dans un tel environnement", ajoute-t-il.

    Le marché suit par ailleurs avec beaucoup d'attention les publications d'entreprises pour tenter de déterminer notamment comment elles ont fait face à la pandémie et à l'impact de la hausse des prix.

  • Les analystes placent la barre assez bas pour AB InBev

    Tout juste sorti de presse: le consensus des analystes pour le rapport du troisième trimestre d'AB InBev .

    Les analystes placent la barre assez bas pour le géant de la bière après un rapport peu impressionnant au deuxième trimestre, un important paquet d'actions "débloquées" du géant du tabac Altria qui plane comme une ombre sur l'action et les inquiétudes concernant l'inflation des coûts.

    En moyenne, les analystes s'attendent à des volumes de bière quasiment stables (-0,1%). Le chiffre d'affaires augmenterait de 4%, mais en raison de l'inflation des coûts, le résultat d'exploitation avant amortissements (Ebitda) diminuerait de 2%.

    AB InBev publie ses résultats trimestriels le 28 octobre avant l'ouverture des marchés.

  • Voici le briefing actions belges

    Les biotechs tirent le Bel 20 | Deux brokers visent plus bas pour Umicore | Target relevé sur KBC (+Briefing)

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens évoluent dans des marges étroites autour de l'équiibre en début de matinée, les investisseurs analysant les résultats d'entreprises sur fond de tensions sur la croissance et l'inflation.

    L'indice DJ Stoxx 600 grappille 0,08%. L'Euro Stoxx 50 est stable.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,30%
    Bruxelles: +0,15%
    Paris: +0,13%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,14%
    DJ Stoxx 600: +0,17%

    Ericsson:+1%
    Danone:+1,5%

  • Un premier ETF sur le bitcoin à Wall Street

    Un nouveau vent d'optimisme souffle sur la star des cryptomonnaies. Le bitcoin profite en effet de la perspective de voir débarquer le premier ETF lié au bitcoin à la Bourse de New York. Le bitcoin gagne ce matin 1,17% à 62.162 dollars. Le record d'avril de 64.870 dollars est en vue.

    Selon le New York Times, ProShares, qui préparait depuis quelques semaines le lancement d'un ETF Bitcoin, va mettre ce mardi sur le marché le premier fonds négocié en bourse basé sur des contrats à terme sur le bitcoin. Il sera accessible aux investisseurs américains.

  • La flambée des prix de l'huile de palme réveille les actions du secteur

    La hausse des prix de l'huile de palme ne semble pas avoir de fin pour le moment. Les contrats à terme sur l'huile de palme négociés à la Bourse de Kuala Lumpur sont 33% plus élevés qu'en début d'année.

    "Les 1.300 dollars la tonne que nous voyons actuellement sont trop extrêmes", a déclaré à De Tijd le PDG de Sipef, François Van Hoydonck. "Nous estimons que 900 dollars la tonne en 2022 reste un bon prix. Nous sommes structurellement positifs pour les 3 à 4 ans à venir, même si dans notre secteur, beaucoup dépend du climat. La demande ne cesse de croître en raison de l'augmentation de la population, surtout en Asie et en Afrique."

    La hausse des prix de l'huile de palme pousse les investisseurs à s'intéresser aux actions des producteurs comme le belge Sipef, les luxembourgeois Socfinasia et Socfinaf, ou MP Evans et Anglo-Eastern Plantations à la Bourse de Londres.

  • Dernier jour pour souscrire à l'IPO d'Onward

    Ce mardi est le dernier jour pour souscrire à l'IPO d'Onward. La première cotation du spécialiste de la technologie médicale focalisé sur les lésions de la moelle épinière est prévue jeudi 21 octobre.

    La fourchette du prix des actions offertes par Onward Medical a été resserrée ce lundi entre 12,75 et 13,75 euros, contre 11,75 et 13,75 euros jusqu'ici.

  • Melexis ex-dividende

    Melexis cote aujourd'hui sans droit à l'acompte sur dividende de 1,30 euro. C'est la septième année consécutive que Melexis verse un acompte sur dividende en automne. L'argent sera sur les comptes bancaires jeudi.

  • Ericsson: le benéfice net progresse mais les ventes souffrent en Chine

    L'équipementier télécoms suédois Ericsson annonce une hausse de son bénéfice net trimestriel malgré des ventes en baisse, notamment en Chine où le groupe subit les répercussions du bannissement de son grand concurrent chinois Huawei de l'appel d'offres pour la 5G en Suède.

    Au troisième trimestre, le bénéfice net a progressé à un peu plus de 5,7 milliards de couronnes (environ 573 millions d'euros), pour un chiffre d'affaires de 56,3 milliards (-2%). En Chine, deuxième marché national d'Ericsson avant le bannissement de Huawei, les ventes n'ont représenté que 5% du chiffre d'affaires, contre 10% au troisième trimestre 2020.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues sans grand changement à l'ouverture, la prudence devant modérer la prise de risque alors que les préoccupations liées à la croissance économique et à l'inflation restent de mise.

    Les contrats à terme signalent un gain de 0,1% pour le DAX à Francfort et le CAC 40 à Paris, de 0,03% pour le FTSE à Londres et de 0,06% pour l'EuroStoxx 50.

    Les nombreux résultats d'entreprise attendus dans la semaine, avec notamment ce mardi Danone, Johnson & Johnson ou en après-Bourse Kering et Netflix, devraient bien occuper les investisseurs qui chercheront à avoir une meilleure idée de la façon dont les entreprises ont fait face à la pandémie et à l'impact de la hausse des prix le trimestre dernier.

  • Danone confirme ses objectifs malgré l'inflation

    Danone confirme ses objectifs financiers pour 2021 en dépit d'une accélération de l'inflation et des pressions sur la chaîne d'approvisionnement.

    Le géant agroalimentaire, propriétaire des eaux Evian et Badoit et des yaourts Activia, vise toujours un retour à une croissance rentable au second semestre et une marge opérationnelle courante globalement en ligne avec celle de 2020.

    "À l’image de l’ensemble de notre secteur, et même au-delà, nous sommes touchés par l’accélération de l’inflation", a commenté le directeur général finances, Juergen Esser, cité dans un communiqué. "Si au départ, celle-ci concernait surtout le coût des matières premières, elle s’est généralisée et affecte désormais l’ensemble de notre chaîne d’approvisionnement, dans de nombreuses régions du monde. Dans ce contexte, nous redoublons nos efforts en matière de productivité et d’initiatives prix afin d’atténuer l’impact de cette inflation sur notre performance", a-t-il ajouté.

    Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires de Danone a progressé de 3,8% en données comparables, à 6,158 milliards d'euros.

    Les revenus des trois divisions du groupe ont progressé avec une hausse de 4,1% pour les produits laitiers et d'origine végétale (EDP), de 2,9% pour la nutrition spécialisée et de 4,6% pour les eaux.

  • Du côté des marchés asiatiques

    Les places boursières asiatiques évoluent en légère hausse, profitant de la bonne tenue de Wall Street au lendemain des chiffres décevants de la croissance en Chine.

    À Hong Kong, l'indice composite Hang Seng gagne 1,26%. En Chine continentale, la Bourse de Shanghai gagne 0,72%.

    À Tokyo, l'indice vedette Nikkei gagne 0,37%, aidé aussi par un certain optimisme sur la croissance économique.

    "L'économie japonaise se prépare à un retour à la normale", explique Okasan Online Securities, évoquant les informations parues dans la presse nippone au sujet d'une possible levée totale en novembre des dernières mesures de restriction mises en place face à la pandémie. Le moral des investisseurs était également soutenu par la perspective d'un nouveau plan de relance économique, ajoute Okasan dans une note.

  • Le Maxigesic IV d'Hyloris approuvé au Royaume-Uni et en Irlande

    Hyloris Pharmaceuticals annonce l'extension de l'empreinte européenne de Maxigesic IV, une combinaison unique de 1.000 mg de paracétamol et 300 mg d'ibuprofène en solution pour perfusion, pour le traitement de la douleur post-opératoire.

    Maxigesic IV a maintenant obtenu les approbations réglementaires au Royaume-Uni et en Irlande, augmentant ainsi à 27 le nombre de pays dans lesquels le partenaire d'Hyloris, AFT Pharmaceuticals, a obtenu l'approbation réglementaire pour Maxigesic IV.

    Les ventes débuteront au premier trimestre 2022.

  • Cofinimmo s'offre deux maisons de repos et de soins aux Pays-Bas

    Cofinimmo a indiqué lundi soir après bourse l’acquisition de deux maisons de repos et de soins aux Pays-Bas pour environ 23 millions d’euros. Les sites se situent à Hellendoorn et Nijverdal, à l’est des Pays-Bas.

    Le rendement locatif brut de cette transaction est supérieur à 6%, souligne également la société dans son communiqué. Elle fait également savoir que les immeubles sont déjà loués à des prestataires de soins de premier plan aux Pays-Bas.

  • Wall Street soutenue par la "tech" malgré la Chine | Walt Disney en bas de tableau

    La Bourse de New York a fini lundi en ordre dispersé, soutenue par les grandes valeurs de la "tech" mais freinée par les inquiétudes liées au ralentissement de l'économie chinoise.

    Les chiffres du produit intérieur brut de la Chine publiés lundi ont montré un ralentissement plus prononcé que prévu de l'économie chinoise au troisième trimestre, avec une croissance au plus bas depuis un an. Ces données alimentent l'incertitude autour de la vigueur de la reprise économique mondiale.

    Walt Disney a pesé sur le Dow Jones avec un recul de 3,02%. Le géant du divertissement a subi un abaissement de recommandation de Barclays et a annoncé le report de la sortie de plusieurs films des studios Marvel et de celle du prochain "Indiana Jones".

    Au final, l'indice Dow Jones a cédé 0,1%, ou 36,15 points, à 35.258,61 points. Le S&P-500, plus large, a pris 15,09 points, soit 0,34%, à 4.486,46 points. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 124,47 points (0,84%) à 15.021,81 points.

  • La saison des résultats prend son envol

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du mardi 19 octobre. Les résultats d'entreprises devraient rester au cœur de l'actualité des marchés aujourd'hui. Ericsson, Danone, Kering, Johnson & Johnson ou encore Procter & Gamble dévoilent leurs chiffres ce jour.

    C'est aussi le dernier jour pour souscrire à l'IPO d'Onward.

    ©EPA

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés