1. Les marchés
  2. Live blog
live

Séance mitigée à Wall Street | L'Europe termine dans le rouge

La Bourse de New York a terminé de façon mitigée jeudi quoique sur des records, la technologie devançant les actions de l'économie traditionnelle. L'Europe a mal terminé la semaine, les marchés boursiers s'inquiétant des conséquences de la pandémie.
  • A l'agenda la semaine prochaine

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. Au programme de la semaine prochaine, il y aura notamment les résultats d'Ackermans & van Haaren, Elia et CFE.

    Excellent week-end!

  • Chute du pétrole sous la pression de nouveaux confinements en Europe

    Les cours du pétrole ont chuté vendredi à leur plus bas niveau depuis un mois et demi sous la pression de nouvelles restrictions sanitaires en Europe contre l'épidémie de Covid-19, qui font craindre pour la demande en or noir.  

    Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier a cédé 2,35 dollars ou 2,89% à 78,89 dollars.  À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le mois de décembre, dont c'est le dernier jour de cotation, a perdu 2,91 dollars ou 3,68% à 76,10 dollars. 

  • Wall Street, troisième baisse d'affilée pour le Dow Jones, record pour le Nasdaq

    La Bourse de New York a terminé divisée vendredi, le Nasdaq à dominante technologique grimpant à de nouveaux records, tandis le Dow Jones, ébranlé par les confinements en Europe, a accusé sa troisième séance de perte.

    Selon des résultats provisoires à la fermeture, l'indice des valeurs vedettes a lâché 0,75% à 35.602,18 points et le S&P 500 a reculé de 0,14% à 4.697,98 points. Le Nasdaq, où sont concentrées les valeurs technologiques dites de "croissance", a affiché un deuxième record quotidien de suite à 16.057,44 points (+0,40%). 

  • Le Bel 20 clôture dans le rouge

    À Bruxelles, le Bel 20 termine en baisse de 1,09%. Galapagos , WDP  et Sofina  mènent la danse, tandis que KBC , Argenx  et Solvay  ferment la marche.

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: -1,09%

    AEX: -0,40%

    CAC 40: -0,42%

     

    Résultats provisoires

  • L'EMA approuve l'utilisation en cas d'urgence des comprimés anti-Covid de Merck

    Le régulateur européen a approuvé l'utilisation en cas d'urgence, avant son autorisation formelle au sein de l'Union européenne, de la pilule anti-Covid de Merck, et entamé un examen de la pilule anti-Covid de Pfizer, alors que le continent affronte une nouvelle vague de l'épidémie.  

    Les deux traitements des géants pharmaceutiques américains sont très attendus, et les études indiquent qu'ils réduisent le risque d'hospitalisation et de décès chez les patients à risques. L'EMA a déclaré que bien que le comprimé de Merck n'ait pas encore été approuvé, elle avait "émis des recommandations" afin que les pays de l'Union européenne puissent individuellement décider de l'utiliser en cas de pic d'infections.  

    Les États membres peuvent donc désormais l'utiliser "pour traiter les adultes atteints de Covid-19 qui n'ont pas besoin d'oxygène supplémentaire et qui présentent un risque accru de développer une forme sévère" de la maladie, a annoncé l'EMA dans un communiqué. "L'EMA a émis cet avis pour soutenir les autorités nationales qui peuvent décider d'une éventuelle utilisation anticipée du médicament avant l'autorisation de mise sur le marché, par exemple dans les situations d'urgence", observant "des taux croissants d'infection et de décès dus au Covid-19 au sein de l'UE", a souligné le régulateur européen dans un communiqué.  

    La pilule Merck ne doit pas être utilisée par les femmes enceintes ou les femmes qui n'utilisent pas de contraception et pourraient tomber enceintes, a précisé l'EMA. "Ces recommandations sont données, car des études de laboratoire sur des animaux ont montré que des doses élevées de (la pilule Merck) peuvent avoir un impact sur la croissance et le développement du fœtus", a-t-il ajouté. Le régulateur, basé à Amsterdam, dit espérer se prononcer sur l'autorisation formelle de la pilule Merck, également connue sous le nom de molnupiravir, d'ici à la fin de l'année. 

  • Du côté du pétrole, de l'euro et du bitcoin

    Les nouvelles sur le front de l'épidémie font chuter les cours du pétrole: vers 15h55 le cours du baril américain de WTI pour livraison décembre reculait de 2,57% à 79,15 dollars et celui de Brent de la mer du Nord pour livraison en janvier cédait 2,37% à 77,14 dollars.  

    L'euro chutait de 0,54% face au billet vert à 1,1309 dollar.  

    Le bitcoin grappillait 0,69% à 58.000 dollars, à près de 10.000 dollars de son niveau du début de semaine. 

  • Les inquiétudes liées Covid-19 ressurgissent sur les marchés boursiers

    Les marchés boursiers s'inquiétaient de nouveau des conséquences de l'épidémie de Covid-19, alors que les cas augmentent en Europe et aux États-Unis, obligeant l'Autriche et l'Allemagne à prendre des mesures.  

    À Wall Street, vers 16h05, le Dow Jones cédait 0,67%, le S&P 500 0,06%, tandis que le Nasdaq (+0,48%) continuait de battre des records.  

    En Europe, Paris perdait 0,41%, Londres 0,44% et Francfort 0,31%. À Bruxelles, le Bel 20 abandonne plus de 1%. 

  • Pfizer et Moderna boostés par le feu vert de la FDA

    Les titres des fabricants de vaccins Pfizer  (+0,8%) et Moderna  (+5,6%) étaient salués après l'annonce par les autorités sanitaires américaines du feu vert à une troisième dose de vaccin anti-Covid pour tous les adultes entièrement vaccinés il y a au moins six mois. 

  • Intuit s'envole, Foot Locker s'écroule

    L'éditeur de logiciels de comptabilité Intuit  bondit de plus de 11% à la faveur de ses prévisions pour 2022, tandis que Foot Locker , l'un des tout derniers distributeurs à publier ses comptes financiers, abandonne 13,8%, se dirigeant vers sa pire séance depuis septembre, après ses prévisions du quatrième trimestre. 

  • Les compagnies petrolières reculent

    Les géants du pétrole comme Exxon Mobil (-4,6%) et Chevron  (-2,2%) baissent pour leur part dans le sillage de repli des cours du brut. 

  • Le covid plombe le secteur du transport et des loisirs

    Les groupes rattachés au secteur du transport et des loisirs, comme les compagnies aériennes American Airlines, Southwest Airlines, Delta Air Lines ou United Airlines, refluent de 2% à 5%, alors que la menace d'un reconfinement en Europe s'accentue.

    Les opérateurs de croisière et les sites de réservation de voyages sont également délaissés. 

  • La tech monte, les banques baissent

    Le regain d'inquiétude sur le front sanitaire incite les investisseurs à se réfugier sur les actifs les plus sûrs, notamment les valeurs technologiques. Les géants du numérique, comme Meta Platforms, maison mère de Facebook, Amazon, Netflix gagnent plus de 1%. Nvidia (+3,2%) soutient également le Nasdaq. 

    La baisse des rendements obligataires pèse en revanche sur les groupes bancaires comme JP Morgan Chase & Co, Citigroup, Goldman Sachs, Morgan Stanley, Well Fargo & Co et Bank of America, qui reculent de 1% à 4%. 

  • Wall Street ouvre dans le désordre, le coronavirus inquiète de nouveau

    La Bourse de New York a ouvert en ordre dispersé avec un Dow Jones en repli, la menace d'un reconfinement de la population dans plusieurs pays au regard de l'évolution de la pandémie de COVID-19 pesant sur le moral des investisseurs.  

    Dans les premiers échanges, l'indice Dow Jones perd 173,95 points, soit 0,48%, à 35.69 points et le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,09% à 4.700,34 points. Le Nasdaq Composite prend 0,19%, soit 29,99 points, à 16.023,70.

    L'aversion au risque sur les marchés d'actions est alimentée par la décision de l'Autriche, confrontée à une nouvelle flambée épidémique de COVID-19, de réinstaurer un confinement national à compter de lundi - une première en Europe occidentale depuis le printemps dernier - et d'imposer l'obligation vaccinale. En Allemagne, première puissance économique du Vieux continent, Jens Spahn, le ministre de la Santé, a déclaré vendredi qu'un confinement général dans le pays n'était pas exclu.  

    Les États-Unis de leur côté ont enregistré jeudi au moins 107.743 nouveaux cas de contamination liée au coronavirus et 1.218 décès supplémentaires. Parallèlement, la Food and Drug Administration, l'autorité sanitaire aux États-Unis, a autorisé ce vendredi une dose de rappel pour tous les adultes déjà vaccinés. 

  • Applied Materials sous pression

    Applied Materials   cède 4,8%, quelques minutes après l'ouverture de Wall Street.

    Pour rappel, Applied Materials a annoncé, jeudi, prévoir un chiffre d'affaires et un bénéfice pour le premier trimestre de son exercice fiscal en dessous des attentes du marché en raison des tensions sur les chaînes d'approvisionnement.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,34%

    S&P 500: +0,02%

    Nasdaq Composite: +0,28%

  • Lagarde (BCE): "Les attentes d'inflation vont dans la bonne direction"

    La présidente de la BCE, Christine Lagarde, voit les attentes d'inflation se rapprocher de l'objectif visé de 2%, au moment où le caractère temporaire de la poussée des prix dans le contexte pandémique fait débat entre banquiers centraux.

    "Les mesures de l'inflation sous-jacente", c'est à dire hors des prix volatils de l'énergie et de matières premières, "évoluent dans la bonne direction", a affirmé vendredi Mme Lagarde lors d'un congrès sur la finance à Francfort.

    La croissance des salaires, un élément clé de cette inflation sous-jacente, "devrait commencer à se renforcer progressivement" l'an prochain, a-t-elle ajouté, se basant sur les contacts pris par l'institut "avec de grandes entreprises européennes".

    La Banque centrale européenne définit sa politique monétaire en fonction d'une inflation (y compris prix d'énergie et de matières premières) dont elle souhaite quelle se stabilise à 2% à moyen terme.

     Or l'inflation du moment en zone euro, supérieure à 4% sur un an, au plus haut depuis l'introduction de la monnaie unique en 1999, est "largement poussée à la hausse par les circonstances exceptionnelles créées par la pandémie", a martelé l'ancienne ministre française.

    Ces "moteurs" de l'inflation sont "susceptibles de ralentir à moyen terme", a ajouté Mme Lagarde.

  • Les pays nordiques et Euroclear, prochaines cibles d'Euronext

    Euronext qui dispose d'un trésor de guerre de 1 milliard d'euros (1,13 milliard de dollars) en cash pour des acquisitions envisage la région nordique et le géant des règlements Euroclear pour renforcer son empreinte européenne, a déclaré le directeur général de l'opérateur boursier, Stéphane Boujnah à Bloomberg.

    L'entreprise est également disposée à rechercher des ressources supplémentaires des actionnaires si un dossier se présente, a-t-il déclaré dans un entretien téléphonique vendredi. Les priorités à court terme restent toutefois de  continuer à réduire la dette et à intégrer Borsa Italiana, a ajouté Boujnah.

  • "Achetez AB InBev"

    L'analyste Tristan Van Strien de Redburn relève sa recommandation sur AB InBev à "acheter" contre "neutre". L'objectif de cours reste à 52,04 euros.

  • #FinanceAvenue, c'est demain!

    #FinanceAvenue, c'est demain samedi! Ne manquez pas notre grand salon de l'argent, ce samedi à Bruxelles => Inscrivez-vous gratuitement

  • Commerce, voyage et bancaires affectés par les restrictions sanitaires

    Les secteurs les plus touchés par les conséquences économiques des restrictions sanitaires s'affichent nettement en baisse après la décision autrichienne.

    A Paris, Unibail-Rodamco-Wesfield cède 4,8% et Airbus 3,4%. A Londres, IAG (British Airways et Iberia) recule de 5,75% et Easyjet de 5,12%. A Dublin, Ryanair lâchait 2,8% et a annoncé par ailleurs le retrait en décembre son titre de la Bourse de Londres.

    A l'inverse, les valeurs refuges de la pandémie s'en sortent mieux: à Paris, le géant français des laboratoires d'analyses, Eurofins Scientific, dont la croissance a été portée par l'explosion des tests anti-Covid prend 4,5%. La tech, comme Teleperformance (+2,6%) est aussi en hausse.

    Le luxe est également privilégié, avec Hermès, propulsé aussi par la perspective de voir le titre accéder l'indice boursier de référence de la zone euro, l'Euro Stoxx 50, le mois prochain (+3%).

    En Allemagne, les entreprises de livraison ou de vente en ligne montent en tête du Dax, notamment Hello Fresh (+5,8%), Zalando (+4,5%) ou Delivery Hero (+1,1%).

  • Update 3 | Le point sur la tendance boursière

    Les marchés boursiers s'inquiètent de nouveau des conséquences de l'épidémie de Covid-19, alors que l'Autriche a annoncé un confinement de sa population, y compris des vaccinés, à partir de lundi.

    L'Europe, qui avait ouvert en timide hausse, s'est brusquement retournée à la suite de l'annonce du chancelier autrichien dans la matinée: Paris perdait désormais 0,91%, Londres 0,74% et Francfort 0,57%. A Bruxelles, l'indice Bel 20 perd 1,23%.

    A Wall Street, les contrats à terme ont aussi changé de tendance: celui du Dow Jones perd 0,7%, celui du S&P 500 0,29%. Seul celui du Nasdaq, à dominante technologique, progresse de 0,45%.

    L'Autriche va confiner dès lundi l'ensemble de sa population, quelques jours après avoir pris une mesure similaire pour les personnes non vaccinées, devenant ainsi le premier pays de l'UE à prendre une telle mesure face à la résurgence des cas de Covid-19.

    L'augmentation des contaminations a aussi poussé jeudi les responsables allemands à imposer de sévères restrictions aux non-vaccinés, qui ne pourront plus accéder à des lieux publics comme des restaurants ou salles de concert sur l'ensemble du territoire.

    La volatilité de la séance est aussi exacerbée par les "trois sorcières", à savoir l'arrivée à échéance de plusieurs contrats et options sur les indices et qui génère par conséquent des volumes d'échanges plus étoffés, des cours plus volatiles avec moins de prises de risques.

  • Le fonds Elliott porte sa participation dans Hella à plus de 10%

    Le fonds activiste Elliott Management de l'investisseur Paul Singer a porté sa participation à plus de 10% au capital du groupe allemand Hella , en cours de rachat par l'équipementier automobile français Faurecia , montrent des documents boursiers.

    La participation du fonds de Paul Singer, assortie de droits de vote, s'élève désormais à 10,75%.

    Faurecia a annoncé mardi qu'il n'envisageait pas à ce stade de faire une nouvelle offre sur le solde des actions du spécialiste allemand de l'éclairage automobile après l'annonce, déjà, d'une montée d'Elliott à 6,6%.

    Le groupe français détiendra 79,5% des actions Hella à l'issue de son offre publique d'achat sur les actions en circulation le 11 novembre, soit en dessous du seuil de 90% du capital nécessaire pour enclencher un retrait en Bourse.

  • Une ouverture en ordre dispersé se profile à Wall Street

    L'indice Dow Jones est indiqué au stade actuel en baisse de 0,57%. Le S&P reculerait de 0,3% mais le Nasdaq ouvrirait en hausse de 0,3%.

  • Tesla: qui dit mieux ?

    La récente vente d'actions Tesla , alimentée par le PDG et fondateur Elon Musk lui-même, n'a certainement pas rendu moins nombreux les fans à l'égard du pionnier des voitures électriques.

    Le broker Wedbush Securities relève l'objectif de cours de Tesla à 1.400 euros (contre 1.100 euros) et est désormais, avec Jefferies (1.400 euros), le courtier qui vise le plus haut sur Tesla, rapporte l'agence de presse Bloomberg.

     

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * APPLE redouble d'efforts pour lancer un véhicule électrique dès 2025 et a recentré le projet autour de fonctions permettant une conduite entièrement autonome, a rapporté, jeudi soir, l'agence Bloomberg en citant des sources proches du dossier. L'action a terminé en hausse de près de 3% après la publication de cette information.

    * PFIZER a annoncé jeudi que l'administration américaine débourserait 4,29 milliards de dollars pour 10 millions de doses de son traitement antiviral expérimental contre le Covid-19. L'hebdomadaire allemand Wirtschaftswoche, citant des sources proches du dossier, a rapporté par ailleurs que le laboratoire américain allait soumettre aux autorités européennes une demande d'homologation du même traitement ce vendredi.

    * PAYPAL avance de 1% en avant-bourse après l'annonce par le groupe de paiement que les cryptomonnaies, notamment le bitcoin, seraient désormais acceptées pour effectuer des achats sur des sites de son réseau.

    * ACTIVISION BLIZZARD , MICROSOFT - Phil Spencer, le directeur de la division Xbox, la console de jeu vidéo de Microsoft, a déclaré jeudi que son groupe était en train de revoir ses relations avec Activision, visé par des accusations d'abus sexuels parmi ses salariés.

    * BLACKSTONE GROUP - Le groupe de capital-investissement américain a soumis une offre d'achat de 6,2 milliards de dollars (5,4 milliards d'euros) au groupe australien de casinos Crown Resorts après le retrait de la proposition de 6,6 milliards de dollars de Star Entertainment Group.

    * DELTA AIR LINES envisage de prendre une participation dans la compagnie aérienne italienne Italia Trasporto Aereo (ITA), l'ex-Alitalia, afin de renforcer sa présence sur le marché européen, rapporte vendredi le quotidien La Repubblica, qui cite des sources gouvernementales.

    * APPLIED MATERIALS a annoncé jeudi prévoir un chiffre d'affaires et un bénéfice pour le premier trimestre de son exercice fiscal en dessous des attentes du marché en raison des tensions sur les chaînes d'approvisionnement. Le titre perd 5,7% dans les échanges d'avant-bourse.

  • L'euro en baisse marquée

    L'euro chute par rapport aux devises refuge, les cambistes s'inquiétant de la politique accommodante de la BCE et de la reprise des contaminations au Covid-19 en Europe.

    La monnaie unique européenne, qui perd 1%, à 128,63 yens, est également en baisse marquée face au dollar américain (-0,60%), à la livre britannique (-0,12%) et au franc suisse (-0,50%), des pays où les banques centrales agissent plus directement pour contrer l'inflation.

    Plusieurs banques centrales, dont la Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque d'Angleterre (BoE), ont fait part de leur inquiétude face à l'inflation. Les marchés estiment qu'elles vont resserrer leur politique monétaire à courte échéance.

    Au contraire, la Banque centrale européenne "reste réticente à fixer un calendrier ferme pour commencer à relever les taux, tandis que les investisseurs observent avec appréhension la quatrième vague de covid qui menace de déferler sur le continent", explique Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades.

    La présidente de la BCE Christine Lagarde a encore répété ce vendredi qu'elle estimait que les pressions inflationnistes allaient reculer au fil du temps.

    Et l'Autriche a annoncé, ce vendredi, un nouveau confinement de l'ensemble de sa population dès lundi face à la résurgence du virus.

    "Avec des cas de Covid-19 en hausse en Allemagne, en France ou au Portugal, par exemple, il y a des craintes que cette annonce soit un présage de ce qui va se passer à travers l'Europe dans les prochaines semaines", explique Josh Mahony, analyste chez IG.

  • Update 2 | Le point sur la tendance boursière

    Les marchés actions européennes s'enfoncent après l'annonce d'un confinement généralisé en Autriche, une mesure que le gouvernement allemand dit ne pas pouvoir exclure pour l'instant face à la résurgence de l'épidémie de Covid-19.

    L'indice large Stoxx 600, qui progressait jusqu'alors, cède 0,08%. À Francfort, le Dax recule de 0,3% et, à Paris, le CAC 40, qui avait inscrit un record en début de séance, abandonne 0,27%.

    L'euro cède 0,7% face au dollar, à 1,1297, et les rendements des emprunts d'État reculent nettement: celui du Bund allemand à dix ans perd plus de quatre points de base à -0,318%.

  • Dégagements sur Bekaert et Unifiedpost, VGP à la fête

    Bekaert est lanterne rouge de la cote bruxelloise, aux côtés d'Unifiedpost. Les deux entreprises ont publié leurs résultats ce matin. Pour Bekaert cela se traduit par une baisse de l'action représentative de 6,8%, à 35,80 euros. De son côté, Unifiedpost s'enfonce de 5,37%, à 17,28 euros.

    Scénario opposé pour VGP dont la performance trimestrielle est saluée par les investisseurs et les analystes. L'action prend 6,2%, à 247,50 euros.

    Au même moment, l'indice Bel 20 corrige de l'ordre de 1%. L'indice bruxellois est poussé à la faute par KBC (-4%), Argenx (-2,11%) et Ageas (-2,07%) notamment.

  • Kinepolis sort de la "Benelux Top Picks" de Kepler Cheuvreux

    Kepler Cheuvreux retire Kinepolis de sa "Benelux Top Picks", "en raison des incertitudes à court terme liées au taux d'infection du covid".

    Cette liste est composée d'AB InBev, Accell, Arcadis, Deceuninck, ING Group, JDE Peet's, OCI, UCB et VGP. Son potentiel de hausse est de 23%, selon Kepler Cheuvreux.

  • ING plus optimiste pour EVS

    Les analystes d'ING relèvent leurs estimations de bénéfice par action pour EVS  de respectivement 16%, 4% et 9% pour 2021, 2022 et 2023. L'objectif de cours passe de 25 à 27 euros, après les résultats du troisième trimestre et une nouvelle révision à la hausse du chiffre d'affaires. Celui-ci est désormais attendu à 135 millions d'euros, contre 120 à 130 millions jusqu'à présent.

    "Il s'agit, à notre avis, d'une confirmation claire du fait qu'EVS profite du cycle de remplacement en cours, en plus de la reprise post-covid", indique ING.

    EVS progresse de 4,06%, à 21,80 euros, dans un marché en recul de 0,7%.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes progressent, les nouveaux records inscrits par Wall Street et le rebond des cours des matières premières leur permettant d'effacer la majeure partie du repli subi jeudi.

    L'Euro Stoxx 50 gagne 0,35% et le Stoxx 600 0,39%. Paris progresse de 0,49%, Francfort de 0,27% et Amsterdam de 0,26%. L'indice Bel 20, de son côté, évolue contre la tendance et perd 0,25% dans le sillage du repli d'Argenx (-2,5%) notamment.

    La tendance est soutenue par les valeurs des matières premières, dont l'indice Stoxx s'adjuge 1,7%.

    Hermès (+3,4%) est une nouvelle fois en tête du Cac 40, toujours porté par les spéculations sur une possible intégration dans l'EuroStoxx 50.

    En baisse, le groupe britannique de magasins de bricolage Kingfisher perd 5% à Londres malgré des résultats en hausse que certains analystes jugent sans surprise.

  • Christine Lagarde: "La BCE ne doit pas réagir à la poussée d'inflation actuelle"

    L'inflation va se dissiper et la Banque centrale européenne (BCE) ne doit pas resserrer sa politique monétaire, car elle risquerait de compromettre la reprise économique, a déclaré Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), ce vendredi.

    "Lorsque l'on s'attend à ce que la pression inflationniste se dissipe, comme c'est le cas aujourd'hui, cela n'a pas de sens de réagir en resserrant la politique monétaire", a-t-elle dit. "Le resserrement n'affecterait l'économie qu'une fois le choc passé."

    Un resserrement monétaire aujourd'hui pèserait sur les revenus des ménages, déjà confrontés au choc lié à la hausse des prix de l'énergie, ce qui freinerait probablement la croissance, a-t-elle ajouté. Et la présidente de la BCE de conclure que "dans cette situation, une politique monétaire resserrée ne ferait qu'exacerber l'effet de contraction sur l'économie".

  • Hermès bondit, une entrée dans l'Eurostoxx 50 en ligne de mire

    Le groupe de luxe français Hermès bondit de 3,8% suite aux discussions selon lesquelles il pourrait être ajouté à l'indice Eurostoxx 50 lors d'une revue de décembre.

  • KBCS vise 30% plus haut pour VGP

    Première réaction d'analystes aux résultats de VGP . KBC Securities relève son objectif de cours à 250 euros, contre 192 euros. Le conseil passe de "conserver" à "accumuler".

    "VGP capitalise sur une combinaison de taux d'intérêt bas, de commerce électronique et de réglementation environnementale qui modifie fondamentalement les chaînes logistiques européennes. Nous avons sous-estimé la demande structurelle et la vitesse à laquelle VGP peut répondre à cette demande", déclarent les analystes Wim Lewi et Wido Jongman.

    VGP progresse de 4,7%, à 244 euros, dans un marché bruxellois stable (-0,02% pour l'indice Bel 20).

  • Le point sur la tendance boursière

    Les indices actions européens repartent à la hausse, la dynamique de marché résistant aux craintes sur l'inflation ou à la reprise de l'épidémie de Covid-19 en Europe. Les gains varient entre +0,05% à Amsterdam et +0,42% à Paris. L'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 progressent chacun de 0,27%.

  • Unifiedpost creuse ses pertes

    Unifiedpost creuse ses pertes et chute de 2,85% en début de séance, après l'annonce de résultats trimestriels qui passent visiblement mal chez certains investisseurs (voir post de 7h15).

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,06%
    Bruxelles: +0,09%
    Paris: +0,45%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,29%
    DJ Stoxx 600: +0,29%

    VGP: +4,5%
    Bekaert: +1,56%
    UCB: +1,22%
    Unifiedpost: -1,54%

  • Solvay investit dans la startup Sepion spécialisée dans les batteries

    Via Solvay Ventures, Solvay annonce un investissement dans Sepion, une start-up californienne spécialisée dans le développement de batteries avec anodes Li-métal et électrolytes liquides.

    Le tour de table de 16 millions de dollars a été mené par Fine Structure Ventures. Il comprend également d'autres investisseurs sensibles aux technologies liées au climat.

    "En tant que leader des additifs électrolytiques Li-ion, Solvay propose une expertise complémentaire à la technologie de Sepion, a expliqué Nicolas Cudré-Mauroux, chief technology officer chez Solvay.

  • Ryanair officialise sa demande de radiation de la Bourse de Londres

    La compagnie aérienne irlandaise à bas prix Ryanair a déposé une demande auprès de l'organisme de surveillance financier britannique pour se retirer de la Bourse de Londres, comme elle l'avait laissé entendre un peu plus tôt ce mois-ci. Sa décision est motivée par une baisse des volumes d'échanges.

  • "Le marché pétrolier reste fondamentalement tendu"

    Le marché pétrolier est en hausse, les investisseurs restant sceptiques quant à l'impact potentiel d'une action coordonnée de grands pays consommateurs pour puiser dans leurs réserves stratégiques.

    Pour les analystes spécialisés de Fitch Solutions, "le marché reste fondamentalement tendu et tous les volumes débloqués ne devraient pas modifier substantiellement l'équilibre général".

    Le Brent gagne 1%, à 82,04 dollars le baril, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,84%, à 79,67 dollars. Tous deux s'acheminent néanmoins vers une quatrième semaine consécutive de repli.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues en hausse après les records inscrits jeudi à Wall Street, et plusieurs grands indices s'acheminent ainsi vers une septième semaine consécutive de progression.

    Les contrats à terme sur indices suggèrent une progression de 0,42% pour le Dax à Francfort, de 0,48% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,42% pour l'EuroStoxx 50. Quant au CAC 40 à Paris, il pourrait prendre autour de 0,35%, selon les premières indications disponibles.

    La séance s'annonce calme en l'absence d'indicateurs et de résultats de premier plan, mais les investisseurs suivront les interventions publiques de Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne, à 9h30 au Congrès bancaire européen de Francfort, puis de Huw Pill, l'économiste en chef de la Banque d'Angleterre, à 13h, et de deux dirigeants de la Réserve fédérale américaine, Christopher Waller et Richard Clarida, à 16h45 et 18h15 respectivement.

  • Carton plein pour le médicament d'UCB contre le psoriasis dans une étude de phase 3

    Dans l'étude de phase 3 BE OPTIMAL, le candidat médicament d'UCB , le bimekizumab, a obtenu de bons résultats dans le traitement du psoriasis. L'objectif principal et tous les objectifs secondaires ont été atteints.

    Le médicament a été testé chez des adultes atteints de rhumatisme psoriasique. L'étude a révélé qu'un nombre significativement plus élevé de patients traités avec du bimekizumab présentaient une amélioration des symptômes d'au moins 50% que ceux ayant reçu un médicament placebo. De plus, après 16 semaines de traitement par bimekizumab, il y avait une amélioration significative de la fonction physique. Le rhumatisme psoriasique provoque une inflammation douloureuse des articulations et de la peau.

    Il s'agit d'une analyse intermédiaire de l'étude BE OPTIMAL, la première de deux études de phase 3 sur le "bime" pour le traitement du rhumatisme psoriasique actif. Les résultats complets seront étaillés lors d'une conférence médicale et publiés dans une revue médicale reconnue.

  • Atenor & Home Invest

    Atenor et Home Invest à tenir à l'œil ce vendredi matin, puisqu'elles ont publié des communiqués depuis la clôture hier.

    Atenor - Malgré l’évolution exponentielle des contaminations au coronavirus, qui pourrait entraîner désordres et perturbations dans l’activité économique et sociale, Atenor confirme prévoir pour 2021 des résultats supérieurs à ceux de 2020. Le groupe maintient également sa politique de dividendes. À ce jour, le portefeuille du groupe immobilier compte 33 projets répartis dans 16 villes et 10 pays. La société précise, par ailleurs, ne pas prévoir de nouvelles acquisitions majeures d'ici à la fin de l’année, bien que "plusieurs dossiers soient en discussion".

    Home Invest - Le résultat EPRA de Home Invest Belgium a augmenté de 15,8% pour atteindre 11,5 millions d’euros durant les 9 premiers mois de 2021, contre 9,94 millions durant la même période l’année dernière. La marge opérationnelle du groupe a également bondi à 69,2% lors de cette période (contre 62,0% pour les premiers 9 mois de 2020), tandis que son résultat distribuable a fortement augmenté pour se porter à 16,74 millions d’euros. En décembre, le conseil d'administration de Home Invest Belgium va verser un acompte sur dividende de 4,25 euros par action.

  • Bekaert confirme ses attentes

    Dans un environnement macroéconomique mondial qualifié d'instable, Bekaert enregistre au 3e trimestre un chiffre d'affaires "record" de  1,25 milliard d'euros (+26,1%). Le tréfileur affirme avoir pu bénéficier du rebond post-covid dans de nombreuses régions, à l'exception de la Chine. Il reste toutefois affecté par la pénurie de matières premières qui perturbe la chaîne d'approvisionnement. Enfin, il cite aussi une inflation des coûts liés notamment aux matières premières, à l'énergie et au transport.

    L'endettement net ressort à 538 millions d'euros, contre 834 millions au 30 septembre 2020 et 604 millions fin 2020.

    Si Bekaert anticipait un affaiblissement de la demande le poussant à la prudence, le groupe prévoit désormais pour le reste de l'année un chiffre d’affaires "solide" dans la plupart de ses secteurs d'activités. Il confirme donc ses perspectives d'une marge ebit sous-jacente sur chiffre d’affaires de 10% ou plus et d'un chiffre d'affaires d'environ  4,6 milliards d'euros.

    > Retrouvez ici l'intégralité du communiqué

    En parallèle de ses résultats, Bekaert a annoncé la conclusion d'un contrat de liquidité avec Kepler Cheuvreux. Ce dernier a acheté 15.644 actions pour le compte de Bekaert durant la période comprise entre le 11 novembre 2021 et le 17 novembre 2021 sur Euronext Bruxelles. Au cours de la même période, Kepler Cheuvreux a vendu, par ailleurs, 14.800 actions.

  • Année record en vue pour VGP

    VGP  évoque pour son troisième trimestre "une performance opérationnelle record". Le groupe actif dans l'immobilier logistique enregistre un total de revenus locatifs annualisés de 240,5 millions d'euros (+29,8% depuis le début de l'année).

    "L'année 2021 est en train de devenir une année record à de nombreux égards, car la demande de commerce électronique continue de subir un changement structurel et les ajustements des chaînes d'approvisionnement des entreprises augmentent la demande d'espace d'entreposage. Nous avons atteint nos meilleurs résultats en termes de nouveaux baux signés et mètres carrés en construction tout en maintenant un niveau élevé de prélocation de 80,7%", explique Jan Van Geet, CEO dans un communiqué.

    Le groupe dispose, en effet, de 1.619.000 m2 en construction, soit 100 millions d'euros de loyer annuel supplémentaire une fois la construction achevée. Par ailleurs, 427.000 m2 ont déjà été ajoutés au portefeuille qui atteint désormais 2,87 millions de m2 (98,8% loués).

    Autant de nouvelles qui permettent au groupe d'entrevoir l'avenir avec optimisme.

    VGP annonce également un accord de principe avec Allianz Real Estate pour la constitution d'une quatrième joint-venture d'une capacité d'investissement de 2,8 milliards d'euros.


  • Un contrat pour IBA en Italie

    IBA , spécialiste des accélérateurs de particules et premier fournisseur mondial de solutions de protonthérapie pour le traitement du cancer, a signé un contrat pour l'installation d'une solution clé en main de protonthérapie ProteusONE avec le Centre de référence en oncologie (CRO) d'Aviano, en Italie.

    IBA s'attend à recevoir un acompte dans les semaines à venir, précise la société dans son communiqué.

    Aucun autre détail financier n'est communiqué.

  • Alibaba déguste

    L'action d'Alibaba, le géant chinois du e-commerce, plonge de 10% (à 140,60 dollars de Hong Kong) en bourse de Hong Kong au lendemain de l'annonce d'une forte baisse de ses résultats trimestriels sur fond de tour de vis de Pékin contre le secteur de la tech.

    Jeudi, Alibaba a publié ses résultats, en net recul à 5,37 milliards de yuans (741,3 millions d'euros), contre 28,7 milliards de yuans un an plus tôt, soit un repli de 81%. Son chiffre d'affaires, en revanche, est en hausse de 29% sur un an, à 155 milliards de yuans (21,4 milliards d'euros).

    L'entreprise dit s'attendre à une progression de ses ventes de l'ordre de 20 à 23% cette année, tout en avertissant de "risques et incertitudes" qui pourraient pénaliser ses activités.

    Le bénéfice du géant chinois est plombé par le durcissement réglementaire en Chine qui ébranle les géants de la tech.

  • Prévisions confirmées pour Unifiedpost

    Unifiedpost Group  , spécialiste  des services Cloud pour les PME, affiche au 3e trimestre un chiffre d’affaires en croissance de 131,9%, à 38,8 millions d'euros. Pour les 9 premiers mois, une hausse de 137,9% est enregistrée; hausse en grande partie due aux acquisitions réalisées cette année.

    Le groupe indique, par ailleurs, avoir reçu l'autorisation de la Banque nationale de Belgique (BNB) pour exploiter des comptes de paiement locaux dans 16 pays supplémentaires. Unifiedpost Payments a désormais le droit d’émettre des comptes IBAN nationaux dans 18 pays et d’offrir des services de paiement avec des comptes de paiement locaux en complément de ses autres services de base.

    Sur la base de ses résultats sur les neuf premiers mois de l'exercice 2021, Unifiedpost réitère ses prévisions. Le groupe vise une croissance organique du revenu du traitement numérique pour l’exercice 2021 d’au moins 15% (+12,1% sur les neuf premiers mois). Le revenu du quatrième trimestre 2021 devrait bénéficier de la mise en service réussie de deux importants contrats d’externalisation à la fin du troisième trimestre et au début du quatrième trimestre 2021.

    > Retrouvez ici l'intégralité du communiqué.

  • Les marchés asiatiques en ordre dispersé

    Les marchés asiatiques en ordre dispersé ce matin.

    > La bourse de Tokyo est en hausse de 0,5%, alors que les investisseurs attendaient l'annonce, dans la journée, d'un massif plan de relance économique du gouvernement nippon.

    > En Chine, les mauvais résultats trimestriels du géant de l'e-commerce Alibaba, sur fond de tour de vis en Chine contre le secteur de la tech, plombent dans une certaine mesure l'ambiance. À Hong Kong, l'indice Hang Seng cède 1,2% tandis que l'action Alibaba perd de l'ordre de 10%. L'indice CSI 300 des grandes capitalisations boursières chinoises avance de 1%.

  • Records pour le S&P 500 et le Nasdaq | L'inflation en toile de fond

    La Bourse de New York a terminé de façon mitigée jeudi quoique sur des records, la technologie devançant les actions de l'économie traditionnelle, dans un marché qui reste aux prises avec des pressions inflationnistes et une remontée des cas de Covid-19.

    > L'indice Dow Jones a perdu 0,17%, à 35.870,95 points.
    > Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a avancé de 0,45%, à 15.993,71 points, un nouveau record.
    > L'indice élargi S&P 500 a terminé en hausse de 0,34%, à 4.704,54 points, un nouveau record également.

    Les échanges ont été volatils "alors que les marchés réagissent aux pressions inflationnistes, ainsi qu'aux défis de la chaîne d'approvisionnement et de main-d'œuvre", ont indiqué les analystes de Schwab. "Sans compter les inquiétudes qui semblent refaire surface concernant la récente augmentation des infections au Covid-19 dans le monde", ont-ils ajouté.

    Les investisseurs se demandent aussi si la Fed ne va pas être forcée d'accélérer le calendrier de sa première hausse des taux d'intérêt.

    Le président de la Fed de New York John Williams a reconnu jeudi que l'inflation était "répandue", ont également souligné les analystes de Wells Fargo.

  • Bekaert, Unifiedpost et VGP

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du vendredi 19 novembre. Les investisseurs ont rendez-vous aujourd'hui avec Bekaert , Unifiedpost et VGP qui publient leurs résultats trimestriels. Christine Lagarde intervient lors du 31e Congrès bancaire européen de Francfort.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés