1. Les marchés
  2. Live blog
live

Le pétrole grimpe | OPA people à Wall Street | Argenx plombe le Bel 20

Excepté à Paris, les marchés européens ont vu rouge, la remontée des taux d'intérêt poussant les investisseurs à la prudence. Le Bel 20 a été ralenti par Argenx. Nervosité à Wall Street avant un discours de Powell. Square met la main sur Tidal. L'Opep maintient ses coupes.
  • Au programme ce vendredi

    On finit la semaine en beauté, avec le très attendu rapport sur l'emploi aux États-Unis. Côté entreprises, Roularta va publier ses résultats annuels. Hamon était également au programme, mais la publication de son bulletin annuel a été postposée au 27 mars prochain, jour où son rapport annuel 2020 sera disponible pour le public. 

    > Le menu du vendredi 5 mars  

    C'est ici que se referme le Market Live. Merci de l'avoir suivi et rendez-vous demain au même endroit. 

  • Retour dans le rouge pour les bourses européennes, sauf à Paris

    A l'exception de Paris, les principales Bourses européennes ont fini en baisse jeudi dans l'attente du discours que doit prononcer le président la Réserve fédérale, Jerome Powell, et dont les investisseurs attendent des commentaires sur l'évolution sur l'inflation et du marché obligataire.

    À Paris, le CAC 40 a gagné juste 0,01% à 5.830,65 points. Le Footsie britannique a perdu 0,37% et le Dax allemand a cédé 0,17%. L'indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,21% et le Stoxx 600 de 0,37%.

    Comme à New York, les valeurs technologiques figurent en Europe parmi les compartiments les plus affectés par la hausse des rendements obligataires. L'indice Stoxx européen du secteur a lâché 3,31%. Le secteur des ressources de base a perdu 4,27% avec le recul des cours des métaux industriels: ArcelorMittal, Glencore, BHP , Eramet et Rio Tinto a reculé de 3,25% à 7,71%.

    Dans des marchés très volatils, les principaux indices de Wall Street font le yo-yo depuis l'ouverture. Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones gagnait 0,34%, le S&P 500 prenait 0,31% et le Nasdaq Composite reculait de 0,4%.

    Les prix du pétrole sont en forte hausse à la perspective d'un prolongement par l'Arabie saoudite de la réduction volontaire de sa production de pétrole d'un million de barils par jour. Le baril de Brent gagne 5,06% à 67,31 dollars et le brut léger américain 5,08% à 64,39 dollars, au plus haut depuis janvier 2020.

  • 6 sociétaires du Bel 20 à la traîne en 2021

    Performance depuis le début de l'année

    • IndicesVar.%
    • ING +28,32%
    • Umicore+20,64%
    • Barco+18,41%
    • Ageas+14,43%
    • Solvay+9,0%
    • Ackermans & van Haaren+7,07%
    • Argenx+4,55%
    • Proximus+2,84%
    • Aperam+2,81%
    • KBC Groep+2,58%
    • GBL+2,11%
    • Colruyt+1,51%
    • Cofinimmo+0,99%
    • Aedifica+0,2%
    • Sofina-0,18%
    • WDP-1,98%
    • UCB-4,71%
    • Telenet-7,75%
    • AB InBev-10,84%
    • Galapagos-11,31%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.

     

    Rédigé par Quotebot le 04/03/2021 à 17h51

  • Les deux biotechs de l'indice aux extrémités du Bel 20

    L'indice Bel 20 s'est replié de 0,63% pour se fixer à 3.807,87 points. Sur les 20 actions qui le composent, 7 étaient en hausse et 13 en baisse. 

    > Le débriefing de la séance à la Bourse de Bruxelles 

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Galapagos71,38+3,9%
    • AB InBev50,83+2,82%
    • Proximus16,67+2,65%
    • Colruyt49,2+1,21%
    • GBL84,26+0,57%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Argenx253,0-5,95%
    • Umicore47,4-2,79%
    • Cofinimmo123,0-2,69%
    • Aperam35,1-2,28%
    • Barco21,1-1,63%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
    Rédigé par Quotebot le 04/03/2021 à 17h42
  • Europe | Closing bell

    BEL 20: -0,63% 
    CAC 40: +0,01%
    AEX: -0,84%
    DAX 30: -0,13% 
    FTSE 100: -0,34% 
    Stoxx 600 Europe: -0,36% 

  • Le pétrole gagne 5%, rumeurs de maintien des coupes par l'Opep+

    Les prix du pétrole grimpent de près de 5% jeudi alors que plusieurs sources confirment une extension des réductions volontaires de la production par l’Arabie saoudite en avril, alors que les ministres de l’Opep et leurs alliés sont en pleine réunion pour décider de l'approvisionnement en pétrole.

    "Il y a quelques jours, le marché s'attendait à une augmentation de 1,5 million de baril, c'est donc un virage qui, au moins à court terme, se traduira par un rebond des prix."
    Ole Hansen
    Stratégiste - Saxo Bank

    L'Arabie Saoudite envisagerait donc de prolonger d'un mois, jusqu'en avril, la limitation volontaire de sa production de pétrole d'un million de barils par jour. 

    Sur les marchés, le cours du Brent a accéléré sa progression et gagnait près de 5,07% vers 17h10 à 67,32 dollars le baril.

  • Plus forte baisse de la productivité US depuis 1981 au 4T

    Le recul de la productivité aux Etats-Unis au quatrième trimestre 2020 a été moins fort que précédemment estimé, mais la chute reste la plus forte depuis 1981, selon la seconde estimation publiée jeudi par le département du Travail.  

    D'octobre à décembre, la productivité (hors secteur agricole) a baissé de 4,2% par rapport au trimestre précédent, en rythme annualisé. Une première estimation faisait état d'une baisse de 4,8%.  En effet, la production a augmenté de 5,5%, mais le nombre d'heures travaillées a augmenté presque deux fois plus, de 10,1%.  Par rapport au quatrième trimestre 2019, en revanche, la productivité augmente de 2,4%, reflétant une baisse de la production de 2,6% et une baisse du nombre d'heures travaillées de 4,9%.  

    La hausse de la productivité au quatrième trimestre 2019 avait été la plus forte en 9 ans, après un troisième trimestre au cours duquel elle était en repli pour la première fois depuis 2015.   

  • Tesla: -4%

    Illustration du décrochage des valeurs technologiques, Tesla est particulièrement sensible à l'évolution des coûts de financement du fait de son importante valorisation. L'action est ainsi chahutée dès qu'il y a une tension sur le marché obligataire. Elle lâche en début de séance près de 4% et a fondu de 29% depuis son pic atteint début janvier.  

  • Forte volatilité à New York, l'Europe remonte

    Après une ouverture hésitante, les indices américains ont repris leur marche en avant à l'unisson. 15 minutes après les premiers échanges, le Dow Jones et le S&P 500 consolidaient leurs gains initiaux en avançant de 0,37% et 0,23%. Le Nasdaq (+0,09%) a changé de direction pour pointer au même instant timidement son nez dans le vert. Mais dans le quart d'heure suivant, le Nasdaq et le S&P 500 sont violemment retombés en territoire négatif, plombé par les valeurs technologiques présentes dans les deux indices. 

    En Europe, les indices ont remonté vers l'équilibre, le CAC 40 s’octroyant même un bref passage en territoire positif. Il gagne vers 16 heures 0,10%. 

  • Boeing poursuit sa remontée

    Boeing gagne 1,47% après que le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont annoncé un accord suspendant pour quatre mois les surtaxes douanières américaines instaurées dans le cadre du différend sur les aides au groupe américain et Airbus. L'avionneur est dans une phase ascendante, son titre a grossi de 10% ce dernier mois et de plus de 66% depuis le 1er novembre. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,13% 
    S&P 500: +0,09% 
    Nasdaq Composite: -0,07% 

  • Le point sur la tendance

    Peu avant l'ouverture des marchés américains, les marchés européens restaient sous pression, surveillant comme le lait sur le feu le marché obligataire, alors que Wall Street se préparait à reculer à l'ouverture, après une nouvelle débâcle des valeurs technologiques la veille.  

    Vers 15h30, les grands indices européens perdaient moins de 0,5%. Le Bel 20 reculait de 0,67% avec argenx (-4,5%) en fond de classement. 

    "Si l'on peut comprendre pourquoi les investisseurs sont préoccupés concernant les valorisations aux États-Unis, en particulier autour du secteur de la technologie (...), sur fond de hausse des rendements, on ne peut pas en dire autant en Europe, où les valorisations sont beaucoup plus faibles", relève Michael Hewson, analyste en chef chez CMC markets UK.  "Cela limitera probablement tout mouvement baissier pour les marchés européens, même si les taux continuent de monter aux États-Unis", complète-t-il.  

  • Le patron de Twitter prend le contrôle de Tidal, la plateforme musicale de Jay-Z

    Le groupe de paiement numérique Square va prendre le contrôle de la plateforme de musique en streaming Tidal, dirigée par la star du rap Jay-Z. Cette prise de participation majoritaire du groupe dirigé par Jack Dorsey, également patron de Twitter, s'évalue à 297 millions de dollars en numéraire et en actions.

    "Cette acquisition étend la stratégie verticale de Square vers un nouvel objectif: les musiciens", a écrit Jack Dorsey sur son compte Twitter. 

  • USA: les inscriptions au chômage augmentent moins que prévu

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté aux États-Unis la semaine dernière, probablement en raison de la vague de froid qui a frappé le pays à la mi-février, en particulier dans les États du sud. En faisant abstraction de ces grands froids, les perspectives pour le marché du travail s'améliorent, en effet, avec la diminution des nouveaux cas de Covid-19. Il y a eu 745.000 inscriptions hebdomadaires lors de la semaine au 27 février, contre 736.000 la semaine précédente, montrent les données publiées par le département du Travail.

    Les économistes attendaient en moyenne 750.000 inscriptions au chômage.

  • Londres et Washington suspendent les taxes liées au conflit aéronautique

    Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont convenu de suspendre pendant quatre mois les droits de douane américains imposés sur plusieurs produits, dont le whisky écossais, dans le cadre du litige sur les subventions à Airbus  et Boeing  , afin de mettre à profit cette période pour résoudre leur différend. Ces droits de douane avait été instaurés par l'ancien président Donald Trump sur plusieurs produits agro-alimentaires européens comme le vin et les spiritueux.

    Cette suspension de quatre mois doit permettre de progresser "vers le règlement des litiges les plus anciens auprès de l'Organisation mondiale du commerce", indique un communiqué commun des deux pays. "Cela laissera le temps de se concentrer sur la négociation d'un règlement équilibré des différends et de commencer à s'attaquer sérieusement aux défis posés par les nouveaux venus sur le marché de l'aviation civile en provenance d'économies non marchandes, comme la Chine."

  • Wall Street attendue en baisse

    Wall Street devrait ouvrir dans le rouge après le rebond des rendements obligataires de mercredi avec le retour des inquiétudes sur l'inflation dont les marchés redoutent une accélération avec le redémarrage de l'économie. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 0,1% pour le Dow Jones, de 0,3% pour le Standard and Poor's et de 0,4% pour le Nasdaq.

  • Le dollar monte un peu avant une intervention du président de la Fed

    Le dollar poursuit sa hausse face à l'euro   et à un panier d'autres monnaies, les investisseurs attendant de voir comment le président de la Banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell allait réagir aux mouvements du marché obligataire.

    "Le marché des changes réagit pour l'instant avec calme par rapport aux Bourses, même si le dollar reste renforcé", a commenté Jeffrey Halley, analyste chez Oanda. Le dollar profite de l'affolement des marchés en tant que valeur refuge. De plus, la monnaie américaine serait rendue plus attractive par une politique monétaire plus stricte.

  • UPDATE | Le briefing actions belges

    Target relevé pour Bekaert et EVS | Un "shorteur" vise Colruyt | Bonne nouvelle pour Galapagos (+Briefing)

  • GM prêt à construire une deuxième usine de batteries aux États-Unis

    General Motors   envisage de construire une deuxième usine de batteries aux États-Unis avec LG Chem, rapporte le Wall Street Journal, citant des personnes informées du projet. D'après le quotidien, le premier constructeur automobile américain et son partenaire, filiale du conglomérat sud-coréen LG, devraient décider prochainement d'implanter leur usine dans le Tennessee.

    Les deux entreprises se sont déjà associées l'an dernier pour créer une usine de batteries pour véhicules électriques de 2,3 milliards de dollars (1,91 milliard d'euros) dans le nord-est de l'Ohio. Celle-ci devrait ouvrir en 2022.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * APPLE - L'autorité britannique de la concurrence (CMA) a annoncé avoir ouvert une enquête sur Apple afin de déterminer s'il détient une position dominante sur le marché national des applications pour ses produits, après avoir reçu des plaintes visant les conditions commerciales imposées par le groupe aux développeurs.

    * WALT DISNEY a annoncé mercredi qu'il allait fermer cette année au moins 60 magasins Disney en Amérique du Nord, soit environ 20% du nombre total de ses boutiques à travers le monde, dans le cadre de sa stratégie de recentrage sur la vente en ligne.

    * EXXON MOBIL a saisi la justice texane afin d'échapper au paiement d'une indemnité de 11,7 millions de dollars (9,7 millions d'euros) au groupe australien Macquarie Energy pour non-respect de ses engagements en matière de livraisons de gaz lors de la vague de froid qui a sévi dans le centre des États-Unis en février.

    * AMAZON a ouvert, dans le quartier d'Ealing, dans l'ouest de Londres, son tout premier magasin physique en dehors des États-Unis.

    * WALMART - La société indienne de commerce en ligne Flipkart, contrôlée par le numéro un mondial de la grande distribution, envisage une entrée en bourse à New York en fusionnant avec un SPAC, un véhicule d'investissement sans activité commerciale, a rapporté l'agence Bloomberg.

    * OKTA, spécialisé dans la gestion et la protection de l'identité en ligne, a annoncé, mercredi, le rachat de son concurrent Auth0 dans le cadre d'une opération de 6,5 milliards de dollars (5,4 milliards d'euros) entièrement en actions.

    * MARVELL TECHNOLOGY - Le concepteur de semi-conducteurs a annoncé mercredi soir que les chaînes d'approvisionnement devraient rester sous tension cette année, ce qui faisait reculer le titre de 3,4% dans les transactions hors séance après la clôture malgré des prévisions de résultats en ligne avec le consensus de marché.

    * AMERICAN EAGLE OUTFITTERS - La chaîne de magasins d'habillement a annoncé, mercredi, tabler sur des ventes et un bénéfice d'exploitation au plus haut depuis trois ans pour le trimestre en cours. Le titre gagnait plus de 5% dans les transactions hors séance.

  • Knot (BCE) voit des raisons positives à la hausse des rendements

    La hausse récente des coûts du crédit dans la zone euro pourrait refléter l'amélioration des perspectives de croissance et d'inflation, a déclaré Klaas Knot, l'un des membres du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE) et président de la banque centrale des Pays-Bas.

    Certains jugent ce mouvement injustifié mais d'autres y voient la conséquence des perspectives de reprise économique, qui devraient favoriser une accélération de la hausse des prix. "Je crois que le point de départ doit être le fait que la hausse des taux reflète l'amélioration des perspectives de croissance et le relèvement des anticipations d'inflation, ce qui, en soi, est positif", a dit Klaas Knot.

  • Zone euro: les ventes au détail plongent en janvier

    Les ventes au détail dans la zone euro ont reculé beaucoup plus violemment que prévu en janvier alors que les dépenses de consommation ont été pénalisées par la fermeture des magasins et le report des soldes d'hiver dans le cadre de la crise sanitaire, montrent les données publiées par Eurostat.

    L'agence statistique européenne a indiqué qu'au mois de janvier, les ventes au détail dans les 19 pays qui partagent l'euro avaient reculé de 5,9% en glissement mensuel et de 6,4% d'une année sur l'autre, là où les analystes interrogés par Refinitiv tablaient sur des baisses respectives de 1,1% et 1,2%.

    • Les ventes d'aliments, de boissons et de tabac ont augmenté de 1,1% sur le mois, mais chuté de 12,0% pour l'ensemble des produits non alimentaires, hors carburant. 
    • Les ventes en ligne ont affiché, quant à elles, une hausse de 7,1%.
    • Les baisses les plus marquées, à hauteur de plus de 10%, ont été signalées en Autriche, en Irlande et en Slovaquie.

  • Exxon attaque Macquarie

    Exxon Mobil Corp   a saisi la justice texane afin d'échapper au versement d'une indemnité de 11,7 millions de dollars (9,7 millions d'euros) au groupe australien Macquarie Energy, faute d'avoir pu respecter ses engagements en matière de livraisons de gaz lors de la tempête de neige qui a sévi dans le centre des États-Unis le mois dernier. L'action en justice intentée par le pétrolier américain vise à démontrer que la tempête et l'état d'urgence déclaré par l'État l'ont empêché de respecter son engagement d'approvisionnement envers Macquarie Energy, le deuxième distributeur de gaz des États-Unis.

    Exxon demande ainsi que le tribunal accorde à cette tempête, déclenchée par une masse d'air arctique qui a balayé le centre des États-Unis, le statut de catastrophe naturelle.

  • Nouvelle mise en garde de la FSMA

    L’Autorité des services et marchés Financiers (FSMA) met le public en garde contre les activités irrégulières de la société Antares. Cette société fournit des services d’investissement en Belgique sans respecter la réglementation financière belge. Antares n’est pas agréée en tant qu’entreprise d’investissement en Belgique et n’est donc pas autorisée à fournir des services d’investissement dans notre pays.

  • Zone euro: le chômage stagne à 8,1% en janvier, léger repli pour les jeunes

    Le chômage dans la zone euro a stagné en janvier par rapport à décembre, touchant 8,1% de la population active, a indiqué l'office européen des statistiques. Il a amorcé un très léger reflux chez les jeunes, toujours les plus touchés par les conséquences de la pandémie.

    Parmi les moins de 25 ans, le taux de chômage a atteint 17,1%, en repli de 0,1 point par rapport à décembre (chiffre révisé), a indiqué Eurostat. En janvier 2020, le chômage s'établissait à 7,4% pour l'ensemble de la population en zone euro, et à 15,6% chez les jeunes.

  • Majorelle monte au capital de Maisons du monde

    Majorelle Investments, qui était entré en août au tour de table de l'enseigne de magasins d'ameublement et de décoration Maisons du monde  , a annoncé avoir doublé sa participation pour la porter à 10% et envisager de demander un ou plusieurs sièges au conseil d'administration. Lire le communiqué

    Pour Bryan Garnier, "l'aspect spéculatif de Maisons du mondes (MdM) pourrait être revigoré par une telle annonce étant donné le passé des dirigeants de Majorelle Investments". "Un tel renforcement dans MdM, de 5% à 10%, alors que M. Kretinsky est en train de réduire sa participation dans Casino de 10% à 7% n'est peut-être pas une coïncidence", ajoute l'intermédiaire. "Un arbitrage pourrait être en train de s'opérer de Casino à MdM dans l'esprit de M. Kretinsky."

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes cèdent du terrain en début de séance, ce jeudi, les préoccupations liées à l'inflation et à la remontée des rendements obligataires pesant une nouvelle fois sur la tendance, avec pour conséquence une désaffection marquée pour les valeurs technologiques.

    → À Bruxelles, le Bel 20 lâche 1,09%. Ailleurs en Europe, le CAC 40 perd 0,16%, le FTSE 100 abandonne 0,6% et, à Francfort, le Dax recule de 0,44%. L'indice EuroStoxx 50 est en baisse de 0,37%, le FTSEurofirst 300 de 0,39% et le Stoxx 600 de 0,53%.

    Les reculs sectoriels les plus marqués du début de séance affectent les matières premières, dont l'indice Stoxx se replie de 3,39%, et les hautes technologies (-2,03%). Parmi les grands noms de la "tech" européenne, STMicroelectronics perd 2,76%, Infineon 3,7%, ASML 3,24%.

    Les minières comme Rio Tinto (-5,97%) ou BHP Group (-4,95%) souffrent, quant à elles, de la chute des prix des métaux de base (le cuivre perd près de 3%, le nickel près de 6%).

    Les rendements de référence de la zone euro reculent un peu, profitant de l'accalmie relative sur l'obligataire américain. Celui du Bund allemand à dix ans, à -0,318%, baisse de plus de deux points de base et son équivalent américain retombe à 1,4533%, après avoir atteint 1,498% en séance mercredi.

  • Un nouveau rival pour Fagron?

    Dans sa note matinale, ING revient sur l'article publié mercredi dans Het Financieele Dagblad, selon lequel il existe un nouveau rival potentiellement fort pour le spécialiste des préparations pharmaceutiques Fagron  aux Pays-Bas.

    Il y avait déjà Ceban, dirigé par l'ancien CEO de Fagron, Hans Stols. Et maintenant, il y a aussi Ace Pharmaceuticals, également dirigé par deux vétérans de Fagron (Jan Verwaal et Jan Willem Popma). Alors que Ceban appartient au groupe de capital-investissement Bencis, Ace bénéficie du soutien de la société d'investissement Gilde.

    ING souligne les rumeurs selon lesquelles Ceban serait à vendre. "Nous ne pouvons pas exclure une fusion de Ceban et Ace, même si nous pensons que cela est peu probable. Cela serait, en tout cas, désavantageux pour Fagron à court terme, mais à plus long terme, cela pourrait conduire à une tarification plus rationnelle sur le marché. Une prise de contrôle de Ceban par Fagron n'obtiendrait probablement pas le feu vert des autorités".

  • Jefferies: "Ce rapport pourrait apaiser les inquiétudes sur Galapagos"

    L'étude relativement rassurante (cf. post de 8h07) sur les effets secondaires du filgotinib (Jyseleca) est une bonne nouvelle pour le cours de l'action malmené de Galapagos , estime Jefferies. "Cela peut nourrir l'espoir qu'il existe encore un potentiel aux États-Unis pour le filgotinib en tant que médicament anti-inflammatoire de l'intestin (MICI)."

    Dans le même temps, le courtier prévient que des résultats définitifs sont encore nécessaires et qu'une demande auprès de la FDA n'est donc pas attendue avant le début de 2022. Mais quand même: "Après la série de revers, cette mise à jour peut apporter un certain soulagement, car l'action se négocie en dessous de 79 euros nets par action."

  • "Les mouvements sur les taux obligataires vont continuer d'être le moteur principal d'évolution des marchés actions"

    "Les mouvements sur les taux obligataires vont continuer d'être le moteur principal d'évolution des marchés actions dans les séances et les semaines à venir, poussant en arrière-plan les statistiques économiques. Ce qui va compter, c'est ce qui va se passer sur le taux à 10 ans américain et aussi sur les taux des pays périphériques de la zone euro."
    Christopher Dembik
    Directeur associé chez Berenberg

  • Voici le briefing actions belges

    Un "shorteur" vise Colruyt | Objectif de cours relevé pour EVS | Bonne nouvelle pour Galapagos (+Briefing)

  • Deliveroo va s'introduire à la Bourse de Londres

    La plateforme britannique de livraison de repas Deliveroo a annoncé son intention de s'introduire à la Bourse de Londres, ouvrant la voie à ce qui pourrait être la plus importante IPO de la place londonienne en trois ans.

    Deliveroo va émettre deux catégories d'actions qui seront cotées durant les trois premières années avant de passer à une catégorie unique, et ce, afin de donner au fondateur et directeur général Will Shu davantage de contrôle sur les activités du groupe.

    ©Tim Dirven

  • Merck KGaA vise une hausse de ses résultats en 2021

    L'entreprise allemande Merck KGaA   a annoncé que l'ebitda ajusté de sa division "Life Science Tools" (équipements de laboratoire) avait bondi de 25,5% à 653 millions d'euros au quatrième trimestre, bien au-dessus du consensus du marché qui tablait sur un ebitda de 619 millions d'euros. L'ebitda ajusté du groupe a augmenté de 18,6%, à 5,2 milliards d'euros, l'an dernier, en ligne avec le consensus.

    Le groupe, qui fabrique notamment des produits pharmaceutiques et des produits chimiques de spécialité, s'attend à ce que son bénéfice avant impôts, intérêts, dépréciation et amortissement (ebitda), ajusté des éléments exceptionnels, augmente d'environ 10% ("high single-digit to low teens percentage range") en 2021. "Merck s'attend à des contributions très positives en raison de la pandémie de Covid-19", a-t-il expliqué dans un communiqué.

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 -0,40%

    AEX -0,76%

    BEL 20 -0,95%

  • "La pression à la vente se poursuit sur les actions technologiques"

    "La pression à la vente se poursuit sur les actions technologiques. La hausse des rendements (obligataires) pourrait entraîner des coûts d'emprunt plus élevés de sorte que les entreprises qui ont beaucoup de dette sont susceptibles de souffrir". Dans ce contexte, "les marchés européens sont partis pour ouvrir dans le rouge, après trois jours de gains."
    David Madden
    Analyste chez CMC Markets

  • Reprise de la cotation de Cofinimmo...

    ... à l'ouverture des marchés européens, à 9h00. La société immobilière a levé 180 millions d'euros via un placement privé auprès d'investisseurs institutionnels.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues en baisse à l'ouverture dans le sillage du Nasdaq américain, le mouvement de rotation sectorielle au détriment des valeurs technologiques semblant loin de s'interrompre tandis que la remontée des rendements obligataires continue d'alimenter la nervosité des investisseurs.

    → Les contrats à terme sur indices suggèrent un recul de 0,55% pour le CAC 40 à Paris, de 0,58% pour le Dax à Francfort, de 0,35% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,65% pour l'EuroStoxx 50.

    La journée sera animée par les chiffres hebdomadaires des demandes d'allocations de chômage aux États-Unis à 14h30 (heure belge) et, surtout, par une nouvelle intervention publique de Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale, qui doit s'exprimer à partir de 18h05 (heure belge) dans un débat organisé par le Wall Street Journal. Ses propos sont très attendus après les mouvements des derniers jours sur les marchés obligataires et à moins de deux semaines des prochaines décisions de politique monétaire de la Fed.

    À 1,4653%, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans conserve l'essentiel de ses gains des trois dernières séances. En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans recule légèrement à -0,302% dans les premiers échanges.

  • Smartphoto accroît son dividende de 9%

    Résultats en hausse en 2020 pour Smartphoto . La société fait état d'un bon de plus de 19% de son chiffre d'affaires à 61,4 millions d'euros. L'ebit est passé en un an de 5,1 millions à 8,3 millions d'euros pour un ebitda de près de 12 millions d'euros. Le résultat net, attribuable aux actionnaires, progresse de plus de 21%, à 8,4 millions d'euros.

    Fort de ces résultats, le conseil d'administration propose la distribution d'un dividende en hausse de 9% à 0,06 euro.

    Pour 2021, Smartphoto vise encore la croissance avec notamment de nouveaux produits. "Nous avons à nouveau évalué l'impact des mesures Covid-19, mais pour l'instant nous ne nous attendons à aucun impact négatif sur nos prévisions 2021", lit-on dans un communiqué.

  • Les nouvelles actions favorites de KBC Securities

    KBC Securities a ajouté trois valeurs à sa liste d'actions favorites: Elia  , EVS   et Melexis  . Ses autres actions chouchous sont AB InBev, Aegon, Ageas, Ahold Delhaize, bpost, Care Property, D'Ieteren, ING, Intertrust, Inventiva, Ontex, Sipef, Telenet, Tubize et VGP.

  • Galapagos dévoile les résultats intermédiaires des études Manta

    Galapagos a publié, ce matin, les résultats intermédiaires de deux études, Manta et Manta-Ray, testant l’effet du filgotinib sur les paramètres du sperme chez des patients atteints de maladie inflammatoire de l’intestin et de rhumatismes.

    On se souviendra que le régulateur américain FDA avait demandé les résultats de ces études avant de se prononcer sur la commercialisation du filgatonib aux USA pour le traitement de l’arthrite rhumatoïde. Gilead, le partenaire de Galapagos avait préféré jeter l'éponge.

    De ces résultats intérimaires, il apparaît que 8,3% des patients ayant reçu le placebo et 6,7% soignés au filgotinib ont présenté un déclin de 50% ou plus de la concentration de sperme à la 13e semaine.

  • Placement privé réussi pour Cofinimmo

    La société immobilière Cofinimmo   a annoncé avoir clôturé avec succès son placement privé. Quelque 1.487.603 nouvelles actions, correspondant à environ 5,5% du capital existant avant l'opération, ont été placées auprès d’investisseurs institutionnels à un prix d’émission de 121 euros par action. Ce qui représente une décote de 4,3% par rapport au cours de Cofinimmo avant sa suspension (126,40 euros).

    Les 180 millions d'euros levés financeront la croissance en immobilier de santé de Cofinimmo en Europe, par le refinancement des investissements réalisés au cours des derniers mois et par le financement de nouveaux investissements sous forme d'acquisitions ou de projets de développement. La société a des projets de développement en cours dans le secteur de la santé en Europe d’un montant de 447 millions d'euros, dont 358 millions restant à financer sur la période de 2021 et 2023. Lire le communiqué

  • Banimmo dans le rouge pour la 8e année consécutive

    La société immobilière Banimmo   a enregistré une perte nette de 1,5 million d'euros l'an dernier. Ses revenus locatifs nets (c'est-à-dire les revenus locatifs diminués des charges locatives) sont tombés à 3,3 millions d'euros en 2020, contre 3,8 millions en 2019. À noter que son résultat opérationnel est passé en territoire positif, à 2 millions d'euros contre -1,8 million l'année précédente.

    "Banimmo poursuit avec succès sa reprise depuis 2018. Nous sommes donc heureux d'avoir pu limiter le résultat net à une perte de 1,5 million d'euros compte tenu de l'année 2020 particulièrement difficile", a commenté son CEO Laurent Calonne dans un communiqué.

  • Lufthansa enregistre une perte nette moins lourde que prévu

    La perte nette du groupe de transport aérien Lufthansa   ressort à 1,14 milliard d'euros, à comparer à un consensus de 1,24 milliard d'euros établi par l'entreprise pour la période d'octobre à décembre 2020. Le bénéfice ajusté avant intérêts et impôts (ebit) pour les trois derniers mois de 2020 s'est élevé à 1,29 milliard d'euros, également au-dessus des prévisions des analystes.

    La compagnie aérienne, qui a bénéficié en 2020 d'un plan de sauvetage de 9 milliards d'euros de l'État allemand, table pour 2021 sur une capacité de vol représentant 40 à 50% de ses niveaux de 2019. Elle prévoit une consommation de trésorerie d'environ 300 millions d'euros en moyenne par mois au premier trimestre 2021.

    "2021 sera pour nous une année de redimensionnement et de modernisation. Le focus restera sur la durabilité: nous examinons si tous les aéronefs de plus de 25 ans resteront au sol en permanence. À partir de l'été, nous prévoyons une reprise de la demande dès que les limites de voyage seront réduites par un nouveau déploiement de tests et de vaccins", explique son CEO Carsten Spohr dans un communiqué.

  • Dépenses presque doublées chez argenx

    Au cours de l’année 2020, argenx a vu ses dépenses opérationnelles presque doubler passant de 262,2 millions à 474,8 millions d’euros. Celles concernant plus précisément la recherche et le développement se sont élevées à 325,5 millions d’euros, en hausse de 127,8 millions d’euros. Au final, la perte est multipliée par trois, à 528,9 millions d’euros contre 163 millions en 2019.

    Fin de l’année, la biotech affichait une position en cash de 1,63 milliard d’euros, contre 1,34 milliard un an plus tôt. Rappelons que le mois dernier, argenx a levé 1,15 milliard de dollars via une offre globale.

    Pour 2021, la société s’attend à voir ses dépenses s’accroître significativement pour quasiment doubler par rapport à 2020. Elles serviront à soutenir sa transformation en une société d’immunologie intégrée.

  • L'Opep+ face à une équation à plusieurs inconnues

    Les membres de l'Opep+ se retrouvent ce jeudi pour décider des prochaines coupes de production d'or noir alors que l'entente entre la Russie et l'Arabie saoudite est incertaine et que la reprise de la demande reste fragile et difficile à anticiper. Ce sommet, qui rassemble les vingt-trois membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés, réunis sous la bannière Opep+, est le deuxième de l'année.

    "Il existe, au sein de l'alliance, une divergence d'opinions majeure sur la capacité du marché pétrolier à absorber de nouveaux volumes" de brut, résume Bjarne Schieldrop, analyste de Seb. Ryad "penche pour la prudence" quand Moscou "défend l'augmentation de l'offre".

    Cette différence d'approche avait été largement gommée depuis près d'un an tant les cours étaient bas, mais le retour des prix à un niveau comparable à la période précédant la pandémie, soit autour de 65 dollars le baril pour les deux références européenne et américaine, a de quoi accentuer les tensions.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour suivre en direct les principales tendances de l'actualité économique et financière de ce jeudi 4 mars 2021.

    La Bourse de New York a fini en baisse de 0,39% mercredi, après que les investisseurs ont délaissé les valeurs technologiques et se sont tournés vers des secteurs considérés comme plus susceptibles de bénéficier d'une reprise économique grâce aux mesures de relance budgétaire et aux programmes de vaccination.

    L'indice Dow Jones a cédé 121,43 points, à 31 270,09. Le S&P-500, plus large, a perdu 50,57 points, soit -1,31%, à 3 819,72. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 361,04 points (-2,70%), à 12 997,75 points.

    Ce matin, les places asiatiques évoluent en forte baisse: à Tokyo, le Nikkei 225 lâche 2,10%, tandis qu'à Hong Kong, l'indice Hang Seng perd 2,31%.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés