1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les actions pharma freinées par l'annonce des Etats-Unis sur les vaccins anti-Covid

Les Etats-Unis se sont dit ce mercredi favorables à la levée des protections de propriété intellectuelle pour les vaccins contre le Covid-19, afin d'accélérer la production et la distribution des précieux sérums dans le monde. Les actions pharma ont accusé le coup.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Uber reprend petit à petit du service

    Uber a indiqué ce mercredi que les courses de passagers avec chauffeurs avaient commencé à reprendre au premier trimestre grâce à la sortie progressive de la pandémie dans certains pays, même si les réservations brutes restent en baisse de 38% sur ce segment sur un an.

  • Wall Street finit en ordre dispersé, le Dow porté par la tech

    La Bourse de New York a fini en ordre dispersé ce mercredi, le Dow Jones atteignant un record de clôture mais le Nasdaq effaçant ses gains initiaux pour terminer dans le rouge, alors les valeurs technologiques se sont relevées des importantes prises de bénéfice effectuées la veille à leur détriment. Le Dow Jones a gagné 0,29% à 34.230,34 points. Le S&P 500 a pris 0,07% à 4.167,59 points. Le Nasdaq a reculé de son côté de 0,37% à 13.582,42 points.

    Parmi les secteurs du S&P 500 en vue, l'énergie et les matériaux sont restés sur la dynamique positive constatée cette semaine. A l'image des commodités et de l'immobilier, les secteurs dits défensifs ont eux marqué un recul. Si des indicateurs économiques solides et les résultats trimestriels avaient porté le S&P 500 et le Nasdaq vers des records la semaine dernière, le marché a vacillé face aux craintes d'une hausse de l'inflation et d'une possible hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis. Après avoir évoqué mardi la possibilité qu'une hausse des taux d'intérêt soit nécessaire à l'économie, amplifiant la tendance du marché à la prise de profits, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a clarifié ses propos, déclarant qu'elle ne prédisait ni ne recommandait une hausse à court terme des taux d'intérêt.

    Le titre Peloton Interactive a dégringolé à un plus bas en sept mois après que le fabricant d'appareils d'exercice a annoncé un rappel de produits consécutif à des informations faisant état de blessures et du décès d'un enfant lors d'un accident. Boeing s'est replié après que des responsables de la sécurité aérienne américaine ont demandé à l'entreprise de fournir une nouvelle analyse et une nouvelle documentation montrent que les problèmes d'alimentation électrique affectant le 737 MAX étaient réglés.

  • Les actions pharma freinées par l'annonce des Etats-Unis sur les vaccins anti-Covid

    Les Etats-Unis sont favorables à la levée des protections de propriété intellectuelle pour les vaccins contre le Covid-19, afin d'accélérer la production et la distribution des précieux sérums dans le monde, a annoncé ce mercredi l'administration Biden. "Il s'agit d'une crise sanitaire mondiale, et les circonstances extraordinaires de la pandémie du Covid-19 appellent à des mesures extraordinaires", a indiqué la représentante américaine au Commerce Katherine Tai dans un communiqué.

    "L'administration croit fermement aux protections de la propriété intellectuelle, mais pour mettre fin à cette pandémie, elle soutient la levée de ces protections pour les vaccins contre le Covid-19", a-t-elle ajouté, précisant que Washington participait "activement" aux négociations menées à l'OMC pour permettre la levée de ces brevets.

    Les actions pharma ont bu la tasse suite à cette annonce. Moderna a perdu 6,19%, BioNTech 3,45%, Johnson & Johnson 0,42%, tandis que Pfizer a réduit ses gains (+0,05%).

  • Les marchés US terminent sans direction

    Le Dow Jones a pris 0,29% à 34.230,34 points.

    Le Nasdaq a cédé 0,37% à 13.582,42 points.

    Le S&P 500 a gagné 0,07% à 4.167,59 points.

  • Le pétrole fait du surplace malgré la baisse des stocks américains

    Les cours du brut ont renversé leur trajectoire ce mercredi, perdant du terrain à la mi-séance pour terminer proches de l'équilibre après avoir été soutenus par l'annonce d'un recul des stocks américains de brut. Un tel recul est généralement un signe positif pour l'activité et la demande de pétrole.  

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a conclu à 68,96 dollars, soit 8 cents ou 0,11% de plus que le cours de mardi à Londres.  Le contrat de référence du brut européen s'était arrêté plus tôt dans la séance à quelques cents de la barre des 70 dollars, à 69,89 dollars, une première depuis le 15 mars.  A New York, le baril américain de WTI pour le mois de juin est est monté en séance jusqu'à 66,62 dollars, un prix plus vu depuis le 8 mars, mais a fini en très léger retrait, perdant 6 cents ou 0,09% à 65,63 dollars. 

  • À suivre ce jeudi 6 mai

    La journée de ce jeudi sera marquée par une déferlante de résultats d'entreprises. Des données sur l'emploi US et les commandes à l'industrie allemande figurent aussi à l'agenda.  

  • Revenus locatifs et résultat EPRA en hausse pour Intervest

    La société immobilière Intervest Offices & Warehouses vient de publier un update trimestriel. Le résultat de l'EPRA est passé de 0,36 à 0,38 euro et les revenus locatifs ont augmenté de 5% de manière organique. Le taux d'occupation est resté stable à 93%, les bureaux à 88% et l'immobilier logistique à 95%. Pour l'immobilier logistique aux Pays-Bas, ce pourcentage a augmenté de 2 points de pourcentage pour s'établir à 100%.

    Le taux d'endettement était de 41,5% et l'objectif de dividende brut par action pour 2021 est de 1,53 euro (comme en 2020).

  • L'Europe boursière efface ses pertes grâce à la reprise

    Les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi, effaçant leurs pertes de la veille grâce à l'optimisme concernant la reprise économique, alimentée notamment par de solides résultats d'entreprises et les signes d'accélération de la croissance de l'activité en zone euro.

    Chez nous, le Bel 20 a retrouvé les 4.000 points grâce à un rebond de 1,50% et à la bonne tenue de Solvay et KBC.

    À Paris, le CAC 40 a gagné 1,4% à 6.339,47 points. Le Footsie britannique a pris 1,68% et le Dax allemand a avancé de 2,12%. L'indice EuroStoxx 50 affiche un gain de 1,99%, le FTSEurofirst 300 de 1,9% et le Stoxx 600 de 1,82%.

    Sur les marchés US, au moment de la clôture des marchés en Europe, Wall Street était en hausse de 0,4% à 0,6% et le Dow Jones avait inscrit un record à 34.293,43 points.

    General Motors affichait une progression de 4,50% après avoir publié un bénéfice trimestriel largement supérieur aux attentes malgré l'impact de la pénurie de semi-conducteurs.  

  • Bpost rend une super copie pour le T1

    Contrastant avec les résultats de l’an dernier, les performances financières de bpost au premier trimestre ont été excellentes grâce à la croissance des activités Colis et Logistique. Le chiffre d’affaires du groupe a progressé de 9,1% sur un an à 1,019 milliard d’euros, soit 15 millions de mieux que les prévisions des analystes (consensus). Mieux encore, le résultat d’exploitation ajusté a bondi de 52,8% à 115,5 millions, là où les analystes tablaient sur 82,3 millions.

    Du coup, bpost revoit à la hausse ses perspectives pour l’année entière. Il table désormais sur un Ebit ajusté supérieur à 310 millions.

  • Bpost a une nouvelle présidente, Audrey Hanard

    On connaît le nom du nouveau président de bpost , ou plutôt de sa nouvelle présidente. Le conseil d’administration de l'entreprise postale belge proposera en effet la semaine prochaine à l’assemblée générale des actionnaires du groupe de nommer Audrey Hanard à ce poste où elle succédera à François Cornelis, démissionnaire.

    Audrey Hanard est partenaire associé au cabinet chez Dalberg Global Advisors. Elle préside par ailleurs Be education. Auparavant, elle a aussi présidé le Groupe du Vendredi et opéré comme manager chez Telos Impact. Pour autant bien sûr que sa candidature soit approuvée par les actionnaires en assemblée, Audrey Hanard sera nommée administratrice sur proposition de l’Etat, puis présidente.

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +1,50% 
    CAC 40: +1,40% 
    AEX: +2,46% 
    DAX 30: +2,01% 
    FTSE 100: +1,73% 
    STOXX 600: +1,78% 

    Résultats provisoires

  • On se bouscule pour reprendre Reebok à Adidas

    Selon l'agence Reuters, Adidas aurait reçu au moins 8 offres pour la reprise de la marque Reebok. Parmi les candidats, on retrouve le concurrent Fila, mais aussi des fonds d'investissements comme Sycamore, TPG, Cerberus ou encore Apollo. 

    Adidas avait racheté la marque américaine Reebok en 2006 pour 3,8 milliards de dollars avec l'idée de concurrencer Nike sur son propre territoire. Mais la sauce n'a jamais pris et Reebok est à présent évaluée à 1,2 milliard de dollars, selon les spécialistes du secteur. 

    Le titre Adidas évolue en hausse de 2,5% à la Bourse de Francfort dans la dernière heure d'échanges. 

  • À quoi s'attendre pour bpost ce soir ?

    Bpost publie ses résultats après la clôture ce mercredi. Pour mémoire: son rival PostNL avait déjà annoncé en début de semaine dernière une performance trimestrielle bien au-delà des attentes.

    Les analystses n'en attendent pas autant pour l'entreprise postale belge. Un groupe qui est, par ailleurs, après un exercice 2020 carrément décevant, en recherche à la fois d'un nouveau CEO et d'un nouveau président.

    Le consensus des analystes prévoit une moyenne d'un peu plus d'un milliard d'euros pour le chiffre d'affaires trimestriel, soit près de 8% de plus que les 935 millions du premier trimestre 2020. La branche "Mail & Retail", en grande partie la distribution classique de courrier et les activités (en difficultés) de vente au détail, pourrait limiter la contraction à 4%. Il y aurait une croissance de 29% pour l'activité des colis en Europe, de 14% en Amérique du Nord.

    Les analystes prévoient une légère reprise du bénéfice d'exploitation, de 76 à 82 millions d'euros. Pour l'ensemble de 2021, ils tablent sur 291 millions d'euros pour le résultat opérationnel, contre 281 millions en 2020. 

    Verdict après la clôture européenne.  

  • Archegos cherche à devenir insolvable, selon le FT

    Le fonds d'investissement Archegos va-t-il être liquidé? Selon le Financial Times, le fonds se prépare à devenir insolvable après que les banques ont tenté de récupérer une partie des 10 milliards de dollars de pertes dues à son effondrement en mars dernier. 

    Via des produits dérivés, Archegos avait fait acheter par ses intermédiaires des actions en Bourse à sa place. Le rendement net de la détention de ces titres revenait au fonds, tandis que ses courtiers touchaient une prime déterminée à l'avance.  Mais comme Archegos avait multiplié secrètement de tels accords, ses courtiers ignoraient l'exposition totale du fonds.

    Fin mars, quand la valeur d'actions auxquelles Archegos était exposé a fortement baissé, ses différents intermédiaires lui ont demandé d'éponger les pertes via des appels de marge. Mais le fonds en était incapable, déclenchant des ventes en catastrophe par ses courtiers pour tenter de limiter leurs pertes.  

  • Repli des stocks de pétrole US, les prix montent

    Les stocks de pétrole américains reculent de 8 millions de barils, ce qui est plus qu'attendu par le marché. Les chiffres de l'Agence américaine de l'énergie ont donné un coup de fouet au cours de l'or noir, déjà en positif depuis l'ouverture. 

  • Peloton déraille à Wall Street

    L'action du groupe Peloton  , grande gagnante de la crise du coronavirus grâce à ses équipements d'exercices et de sport en ligne, chute de 6% à Wall Street. En cause, le rappel de tous ses tapis roulants après que les organismes de réglementation de la sécurité aux États-Unis ont averti les utilisateurs des dangers de tels appareils. Il est question d'au moins 125.000 machines. 

    Un septantaine d'incidents, dont un mortel, ont été répertoriés ces derniers mois aux États-Unis, remettant en question la sécurité de certains produits de Peloton.  



  • La croissance des services US ralentit (ISM)

    La croissance de l'activité du secteur des services aux Etats-Unis a ralenti en avril, montre l'enquête mensuelle ISM publiée en cours de séance.

    L'indice ISM des services est ressorti en baisse à 62,7 contre 63,7 le mois précédent alors que les analystes attendaient en moyenne une amélioration à 64,3. Le sous-indice des nouveaux contrats a reculé lui aussi, à 63,2 après 67,2 en mars.

    Le sous-indice de l'emploi s'affiche pour sa part à 58,8 en avril, un plus haut depuis septembre 2018, après 57,2 en mars. Celui des prix payés s'est également légèrement amélioré pour atteindre un plus haut depuis juillet 2018, à 76,8 contre 74,0.

  • La pénurie de puces n'affecte pas l'action Stellantis

    FOCUS | Les problèmes d'approvisionnement se sont déjà fait ressentir au premier trimestre. Mais le constructeur automobile aux 14 marques, né de la fusion entre Peugeot-Citroën et Fiat Chrysler, s'attend à ce que l'impact soit plus important à court terme. 

    En bourse, son titre monte toutefois de plus de 5% après la publication d'un solide bulletin trimestriel. 

    > Focus sur l'action Stellantis


  • Le Nasdaq reprend ses esprits

    La Bourse de New York évolue en hausse dans les premiers échanges, portée par le léger rebond des grandes valeurs technologiques et de solides données sur l'emploi dans le privé.

    Peu avant 16 heures, le Dow Jones , l'indice Dow Jones prenait 0,13%, le S&P 500 0,4% et le Nasdaq 0,6%. 

    "L'optimisme de la reprise est de nouveau le moteur des marchés aujourd'hui, les investisseurs réalisant que le courant vendeur d'hier était probablement un peu exagéré."
    Fiona Cincotta
    Analyste - City Index

    La tendance était globalement à la baisse mardi, le Nasdaq (-1,88%) affichant un repli plus important en raison des prises de bénéfice sur les valeurs technologiques, alimentées par les commentaires de Janet Yellen.

    Aux valeurs, Apple avance de 1,53%, parmi les plus fortes progressions du Dow Jones. Tesla, Alphabet et Amazon gagnent de 0,26% à 0,59%.

    General Motors gagne 3,87% après avoir publié un bénéfice trimestriel largement supérieur aux attentes malgré l'impact de la pénurie de semi-conducteurs.

    En baisse, Lyft et Uber cèdent 0,21% et 0,64% respectivement après l'abandon par le ministère du Travail d'un projet de l'ancien président Donald Trump qui aurait permis aux entreprises de qualifier plus facilement leurs travailleurs en indépendants au lieu d'employés.  

  • Le dogecoin gonfle encore

    Nouvelle journée de fièvre pour le dogecoin, la cryptomonnaie "blague" au coeur de l'attention des "Reddit-traders", ces investisseurs particuliers qui se fédèrent sur les réseaux sociaux pour investir en masse dans certains produits financiers. Leur challenge du moment: faire monter le dogecoin à 1 dollar. 

    Peu après l'ouverture de Wall Street le dogecoin gonflait de 13% pour se rapprocher des 0,67 dollar. Depuis le début de l'année, il a grossi de plus de 10000%, devenant cette semaine la quatrième plus grosse cryptomonnaie en termes de capitalisation. 

    Sa capitalisation dépasse à présent les 87 milliards de dollars, soit plus que 408 sociétés du S&P 500, selon le décompte de gestionnaire de fonds Charlie Bilello. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,09% 
    S&P 500: +0,44% 
    Nasdaq Composite: +0,84%  

  • L'épargne des Belges se rapproche encore des 300 milliards d'euros

    Selon les derniers chiffres de la Banque nationale de Belgique, le montant total des comptes d'épargne a atteint 298,8 milliards d’euros à la fin mars, contre 297,9 milliards le mois précédent.

    Au premier trimestre, 3,4 milliards d'euros d'argent frais ont afflué vers les livrets.

    Il s'agit du deuxième meilleur début d'année des comptes réglementés depuis 2013, après le premier trimestre 2019 qui avait vu 3,8 milliards d'euros être mis de côté par les Belges.

    Si le cap symbolique des 300 milliards d'euros n'a pas déjà été atteint fin avril, il est très probable qu'il le sera ce mois-ci. En mai, beaucoup de salariés perçoivent un pécule de vacances qu'ils placent généralement sur leur compte d'épargne dans une position d'attente. Cela se traduit généralement par une augmentation de l'encours bien supérieure à 1 milliard d'euros.

  • Le Bel 20 joue avec les 4.000 points

    L'indice vedette de la Bourse de Bruxelles s'approche à nouveau des 4.000 points, peu avant l'ouverture des marchés US. Il avait brièvement repointé son nez au-dessus de cap symbolique en début de séance. Le Bel 20 avait franchi les 4.000 points à la fin du mois d'avril dernier, retrouvant ainsi son niveau du mois de février 2020. 

  • Facebook confirme la suspension des comptes de Donald Trump

    Le conseil de surveillance de Facebook a confirmé l'interdiction des comptes de l'ancien président américain Donald Trump.  

    Le plus grand réseau social de la planète avait, en début d'année, bloqué l'accès de Donald Trump à ses comptes Facebook et Instagram, craignant de nouvelles violences après la prise d'assaut du Capitole le 6 janvier par des partisans de l'ancien président.  

    Dans son avis rendu avant l'ouverture de la séance à Wall Street, le comité, qui regroupe des universitaires, des juristes et des défenseurs des droits humains, estime que Facebook doit aboutir à "une réponse proportionnée" conforme aux règles en vigueur pour les autres utilisateurs du réseau social. Le comité précise aussi que cette réévaluation doit aboutir dans un délai de six mois.

    Pour rappel, Donald Trump est également exclu de son réseau social favori, Twitter. 

  • USA: bond des créations d'emplois dans le secteur privé

    Les créations d'emplois dans le secteur privé ont bondi en avril de 742.000 unités, selon les données de l'enquête ADP. C'est moins élevé cependant que le consensus Reuters de 800.00 mais en amélioration par rapport aux 517.000 du mois passé.

    L'enquête ADP est publiée deux jours avant le rapport mensuel du département du Travail, qui devrait, selon le consensus, montrer une nouvelle augmentation des créations d'emplois non agricoles, à 978.000 contre 916.000 en mars.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * General Motors gagne près de 3% en avant-bourse après avoir fait d'un bénéfice trimestriel largement supérieur aux attentes et dit viser un bénéfice avant impôts dans le haut de sa fourchette pour l'exercice 2021, malgré l'impact de la pénurie de semi-conducteurs.

    * Boeing - Les responsables américains de la sécurité aérienne ont demandé à Boeing de fournir une nouvelle analyse et une nouvelle documentation montrant que les problèmes d'alimentation électrique affectant le 737 MAX sont réglés, ont déclaré à Reuters deux personnes au fait du dossier.

    * L'opérateur télécoms T-Mobile US gagne 2,4% en avant-bourse après avoir revu à la hausse son objectif d'abonnés sur l'année et publié des résultats du premier trimestre supérieurs aux attentes.

    * Lyft, spécialiste des véhicules de transport avec chauffeur, a fait état mardi de pertes trimestrielles nettement moins importantes que prévu et dit qu'il s'attendait à renouer avec un bénéfice ajusté au troisième trimestre grâce à des réductions de coûts. Son action prend 6% dans les échanges avant l'ouverture. Le concurrent Uber publiera ses résultats après la clôture.

    * Le groupe hôtelier Hilton Worldwide Holdings a annoncé mercredi une perte au premier trimestre en restriction sur les voyages. Pour la même raison, son rival HYATT a vu ses pertes se creuser au premier trimestre sur un an. En avant-Bourse, Hilton cède 5,6%.

    * Activision Blizzard a relevé sa prévision de ventes annuelles alors que l'augmentation de la demande pour ses jeux vidéo, notamment "Call of Duty" et "Candy Crush", lui a permis de dégager un chiffre d'affaires au-dessus des attentes au T1. Le titre gagne 6% en avant-bourse.

    * Match Group table sur un chiffre d'affaires supérieur aux attentes pour le trimestre en cours, misant sur le succès de ses applications de rencontres en ligne, comme Tinder et Hinge, avec l'assouplissement des restrictions liées à la pandémie. Le titre gagne 5,7% avant l'ouverture.

  • Wall Street est attendue en hausse

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,2% à 0,5%, après avoir fini mardi en ordre dispersé sur fond de prise de profits sur les valeurs technologiques.

  • Tracker #2 | L'ascension folle des cryptomonnaies

    PODCAST | Dans ce second épisode de notre podcast Tracker, nous tentons de comprendre ce que cache l'impressionnante envolée du bitcoin et des autres cryptomonnaies. 

    Nous nous sommes rendus au siège de la plateforme belge d'échange de cryptomonnaies Bit4You pour mesurer le succès du phénomène avec son cofondateur Marc Toledo. Nous nous sommes entretenus sur les raisons de ce succès avec Bruno Colmant au sein de la banque Degroof Petercam qu'il dirige.

  • Le géant du logiciel Linux, Suse valorisée jusqu'à 5,7 milliards d'euros pour son IPO

    L'introduction en bourse du fournisseur de logiciels Linux basé à Nuremberg, Suse, devrait rapporter environ un milliard d'euros. La société a fixé mercredi la fourchette de prix de l'émission entre 29 et 34 euros. Cela porterait Suse à une valeur de marché de 4,9 à 5,7 milliards d'euros.

    Suse devrait empocher entre 500 et 600 millions d'euros elle-même, tandis que 400 à 500 millions iront à l'investisseur financier suédois EQT, actionnaire de l'entrepris depuis 2018.

    Deux actionnaires de référence se sont déjà inscrits et souhaitent souscrire à des actions jusqu'à 360 millions d'euros: l'investisseur américain Capital Research et le fonds souverain de Singapour GIC.

    Jusqu'à 26,5% des actions devraient être cotées après la cotation initiale à la Bourse de Francfort le 19 mai.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    JP Morgan pèse sur Proximus | Target relevé pour Solvay et KBC (+Briefing)

  • Le pétrole monte encore

    Les cours du brut poursuivent leur progression après l'annonce par American Petroleum Institute (API) d'une baisse plus forte que prévu des stocks de brut la semaine dernière aux États-Unis.

    > Vers 12h30, le baril de Brent avançait de 1,44% à 69,87 dollars et le brut léger américain gagne 1,35% à 66,57 dollars. 


  • Update | Le point sur la tendance

    Les marchés boursiers européens progressent nettement en milieu de séance, après leur fort recul de la veille où les investisseurs ont préféré prendre leurs bénéfices en l'absence de catalyseurs.

    Paris grimpe de 0,90% et Bruxelles de 1%. Amsterdam et Francfort font mieux encore avec des gains de 1,76% et 1,26%. L'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 affichent des progressions de l'ordre de 1,34%.

    "Il est clair que les investisseurs sont très optimistes à l'heure actuelle", assure Neil Wilson, analyste chez Markets.com, citant une étude du groupe Bank of America qui note que l'optimisme de Wall Street est à son plus haut niveau depuis la crise financière.

    Convaincus que la reprise économique sera forte, et qu'elle a déjà commencé, les investisseurs ont poussé les marchés vers de très hauts niveaux, ce qui explique des mouvements de consolidation certaines séances.

    Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote s'attend à ce que "la relance soit le principal enjeu pour le reste de la semaine, car outre les inquiétudes liées à l'inflation, l'attente d'un nouveau mois solide en termes de données sur l'emploi aux États-Unis devrait éloigner les investisseurs des valeurs technologiques volatiles".

    Sur le plan des indicateurs, l'activité dans le secteur privé en zone euro s'est accélérée en avril, selon le cabinet IHS Markit mercredi.

    Aux Etats-Unis les créations d'emplois dans le secteur privé en avril sont attendues en début d'après-midi. Les investisseurs suivront aussi la présentation par la Commission européenne en milieu de journée de sa stratégie industrielle pour l'Europe.

  • Intervest communique les conditions de son dividende optionnel

    L’assemblée générale annuelle d’Intervest Offices & Warehouses a décidé, le 28 avril 2021, de distribuer pour l’exercice 2020 un dividende brut de 1,53 euro par action. Le conseil de surveillance a ensuite décidé le 5 mai 2021 de présenter aux actionnaires un dividende optionnel pour l’exercice 2020.

    En conséquence, les actionnaires ont désormais le choix de recevoir le dividende en espèces ou de l’apporter en échange d’actions.

    Intervest précise aujourd'hui qu'il peut être souscrit à une nouvelle action par l’apport de 18 coupons no. 24 (chacun à hauteur du dividende net de 1,071 euros). Le prix de la souscription par un actionnaire s’élève donc à 19,28 euros par une nouvelle action.

    Le prix d’émission des nouvelles actions signifie une ristourne de 6,5% par rapport à la moyenne des cours d’ouverture des 10 jours boursiers précédant la décision du conseil de surveillance et de 7,6%, par rapport au cours d’ouverture de l’action Intervest du mardi 4 mai 2021, chaque fois après déduction du dividende brut pour l’exercice 2020.

    L'action Intervest est stable à 22,55 euros.

  • AS Roma: +11%

    Depuis que le club de football italien AS Roma a annoncé mardi que José Mourinho serait le nouvel entraîneur, l'action grimpe en flèche. L'entraîneur qui, avec l'Inter Milan, a guidé un autre club italien vers une victoire en Ligue des champions ou encore au championnat et à la coupe il y a plus de dix ans a déjà eu un effet positif sur l'aspect économique du club de foot italien.

    L'action de l'AS Roma bondit de 11,11% à 0,36 euro.

  • "La zone euro sortira de sa récession à double creux au deuxième trimestre"

    L'activité du secteur privé dans la zone euro a accéléré le mois dernier, aidée par le retour à la croissance des services en dépit des mesures de restrictions sanitaires encore en vigueur en raison de la pandémie de Covid-19.

    L'indice PMI composite calculé par IHS Markit auprès des directeurs d'achat a progressé à 53,8 dans sa version définitive contre 53,2 en mars et une estimation "flash" de 53,7.

    "Les données de l'enquête d'avril apportent des preuves encourageantes que la zone euro sortira de sa récession 'à double creux' au deuxième trimestre", a déclaré Chris Williamson, économiste en chef chez IHS Markit.

    Les données de l'enquête d'avril apportent des preuves encourageantes que la zone euro sortira de sa récession à double creux au deuxième trimestre.
    Chris Williamson
    Economiste en chef chez IHS Markit



    "L'essor du secteur manufacturier, alimenté par une forte demande tant sur le marché intérieur que sur les marchés à l'export, alors que de nombreuses économies sortent des confinements, s'accompagne de signes indiquant que le secteur des services a, lui aussi, renoué avec la croissance."

    L'indice PMI pour le secteur des services a progressé à 50,5 contre 49,6 en mars et 50,3 donné en estimation "flash".

     

  • Des plateformes frauduleuses de trading en ligne actives en Belgique

    Au cours de ces dernières semaines, le gendarme des marchés financiers belges, la FSMA, a reçu des plaintes de consommateurs au sujet de nouvelles plateformes frauduleuses de trading en ligne actives sur le marché belge.

    "Ces plateformes de trading tentent d’éveiller la curiosité de victimes potentielles en publiant de fausses publicités sur les réseaux sociaux", explique la FSMA. "On y voit souvent une personne connue présenter une méthode permettant de s’enrichir rapidement", précise encore l'autorité des marchés financiers qui vient de mettre à jour sa liste des plateformes frauduleuses. 

    La FSMA note aussi que plusieurs plateformes frauduleuses de trading proposent aux consommateurs un soi-disant "programme d'affiliation". "Ces programmes présentent les caractéristiques d’une fraude pyramidale ou, à tout le moins, d’un montage Ponzi", estime la FSMA.

     

  • ING: "Albert Heijn et Jumbo mettent la pression sur Colruyt"

    ING revient aujourd'hui sur la dernière enquête sur les supermarchés réalisée par Test-Achats / Test-Aankoop. Si Colruyt reste le supermarché le moins cher de Belgique, la différence avec Albert Heijn est cependant marginale. Le fossé avec Delhaize, Makro, Carrefour Market, Intermarché et Match est aussi devenu plus important que lors du sondage 2019.

    Mais le résultat le plus frappant est qu'il existe de grandes différences de prix entre la Flandre et la partie francophone du pays (Bruxelles et Wallonie), souligne ING. TestAankoop remarque non seulement que la concurrence entre les supermarchés est beaucoup plus difficile en Flandre qu'en Wallonie mais s'attend également à un impact des nouvelles habitudes d'achat: les consommateurs achètent plus souvent leur nourriture en ligne et, avec le temps, le modèle traditionnel pourrait être secoué.

    Enfin, les magasins Colruyt les moins chers sont situés en Flandre. C'est le résultat logique de la pression qu'Albert Heijn et Jumbo exercent sur les prix en Flandre, souligne ING. "Il faut noter aussi que les consommateurs paient en moyenne 7% de plus pour leurs achats dans un Colruyt à Bruxelles ou en Wallonie", ajoute l'analyste Hans D'Haese.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes progressent et les contrats à terme laissent entrevoir une ouverture en hausse de l'ordre de 0,25% à Wall Street, alors que l'attention des investisseurs se focalisent sur le signe de reprise de la croissance économique au lendemain d'une forte baisse du Nasdaq.

    L'indice DJ Stoxx 600 gagne 1,19% et l'Euro Stoxx 50 avance de 1,24%. Les gains varient entre 0,92% à Paris et 1,31% à Amsterdam.

    Les valeurs minières (+2,47%) s'inscrivent en tête des progressions sur fond de cours record pour le cuivre à 10.000 dollars la tonne. Les bancaires et les technologiques suivent avec des gains de respectivement 2,2% et 1,85%.

    Aux valeurs, les actions Hugo Boss bondissent de 3,7% après que les ventes du premier trimestre aient dépassé les estimations des analystes.

    Stellantis progresse de 1%, après avoir fait état d'une hausse de 14% de son chiffre d'affaires pro forma au premier trimestre, la demande pour ses modèles les plus rentables en Europe et sur le continent américain ayant éclipsé l'impact de la pénurie de puces et de l'épidémie de coronavirus.

    Solvay grimpe de 2,7% après des résultats trimestriels supérieurs aux attentes.

    Shurgard gagne 1% après une progression de son chiffre d'affaires et de son bénéfice et sa première prévision annuelle.

    Befimmo perd 0,84%. L'action est cotée ex-dividende de 0,57 euro brut.

    Bpost qui publie ses résultats trimestriels après bourse gagne 0,6%.

  • Voici le briefing actions belges

    Target relevé pour Solvay et KBC | JP Morgan réduit le sien sur Proximus (+Briefing)

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,96%
    Bruxelles: +0,84%
    Paris: +0,55%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,67%
    DJ Stoxx 600: +0,81%

    Solvay: +3%
    Solvac: +3%
    Befimmo: +0,85%
    Bpost: +0,79%

  • Yellen clarifie ses déclarations sur les taux d'intérêt

    Yellen a provoqué des troubles sur les marchés hier en disant qu'une hausse des taux d'intérêt pourrait être nécessaire. C'était dans une interview avec The Altantic. Quelques heures plus tard, Yellen a jugé nécessaire de nuancer ses déclarations lors d'un entretien avec le Wall Street Journal. "Une hausse des taux d'intérêt n'est pas quelque chose que je prédis ou recommande. Si quelqu'un apprécie l'indépendance de la Réserve fédérale, c'est moi."

    Les valeurs technologiques en particulier sont sensibles aux hausses de taux d'intérêt.

    Les contrats à terme signalent pour l'instant une ouverture en très légère hausse du Nasdaq (+0,03%).

    En Europe, l'indice Euro Stoxx 50 est indiqué en progression de 0,88%. Londres et Paris grimperaient de 0,6%, Francfort de 0,8% et Amsterdam de 0,9%.

  • KBC Securities plus optimiste pour Solvac

    L'analyste Michiel Declercq de KBC Securities passe à "accumuler" sur Solvac contre "conserver" jusqu'ici. L'objectif de cours est fixé à 135 euros, 14% de plus que le dernier cours de clôture (118 euros). Declercq est un peu plus optimiste que la moyenne de 133 euros fixée par le consensus.

  • "Un potentiel de hausse de 70% pour l'action RTL"

    JPMorgan reprend la couverture du titre RTL avec une recommandation de "surpondérer". L'objectif de cours est de 80 euros, impliquant une hausse de 70% par rapport au dernier cours. RTL a clôturé mardi à 47,08 euros

  • Le bénéfice record de Maersk dopé par la surchauffe du transport maritime

    Le géant danois du transport maritime AP Møller-Maersk a enregistré un bénéfice net record au premier trimestre, multiplié par treize, grâce la surchauffe du secteur liée à la crise du coronavirus, qui s'est traduite par une envolée de la demande et des prix du fret.

    Pour les seuls trois premiers mois de l'année, le premier transporteur mondial de conteneurs a réalisé un bénéfice net de 2,72 milliards de dollars (environ 2,3 milliards d'euros), soit pratiquement autant que pour l'ensemble de l'année 2020, déjà marquée par un bond des bénéfices, indique le groupe dans son rapport financier.

  • Stellantis: "Le manque de puces va perdurer et avoir un impact supérieur au deuxième trimestre"

    La pénurie mondiale de semi-conducteurs a empêché le groupe automobile Stellantis , issu de la fusion de Peugeot-Citroën et de Fiat-Chrysler, de produire 190.000 véhicules au premier trimestre, a annoncé le deuxième constructeur européen, qui a été contraint comme ses concurrents d'arrêter temporairement des usines.

    Le groupe prévient que le manque de puces électroniques, fabriquées principalement en Asie et sujettes à une demande mondiale exceptionnelle, va perdurer et avoir un "impact supérieur" au deuxième trimestre, avant une amélioration au deuxième semestre.

  • Befimmo ex-dividende

    La SIR spécialisée dans l'immobilier de bureau, Befimmo cote ex-dividende final de 0,57 euro brut ce jour.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes devraient rebondir après leur repli de la veille, encouragées par la
    progression des futures de Wall Street qui signalent un rebond pour l'indice Nasdaq.

    Selon Bloomberg, les contrats à terme signalent une hausse de 0,60% pour le Dax à Francfort et de 0,55% à Londres. L'Euro Stoxx 50 progresserait de 0,75%.

    Mardi, les Bourses européennes ont subi, à l'instar de Wall Street, des prises de bénéfices en l'absence de nouveaux catalyseurs alimentant la hausse des marchés d'actions ces dernières semaines.

    Les grandes valeurs technologiques américaines ont été particulièrement concernées par ces prises de profits, mais les futures sur les indices américains signalent un rebond ce mercredi, de l'ordre de 0,15%.

    Les investisseurs seront attentifs au cours de la séance à la publication des indices PMI et ISM définitifs en Europe et aux États-Unis pour le mois d'avril, ainsi qu'à l'enquête ADP sur l'emploi privé américain, qui devancera la publication, vendredi, du rapport mensuel officiel. 

  • Shurgard optimiste pour son exercice 2021

    L'année 2021 est attendue en mode croissance pour les revenus de Shurgard . Une hausse comprise entre 4 à 6% est prévue dans tous les magasins. "Nous serons dans la fourchette supérieure de nos prévisions", lit-on dans un communiqué. Rappelons que lors de la publication des résultats annuels en février dernier, l'entreprise d'entreposage se refusait à toute prévision par manque de visibilité.

    La croissance se marquera aussi par sept nouvelles ouvertures.

    Pour le premier trimestre de l'année, Marc Ourson, CEO, fait état d'une belle performance avec un taux d'occupation en progression dans tous les marchés à l'exception de l'Allemagne.

    Le chiffre d'affaires dépasse les 71 millions  d'euros (+7,8%). Le groupe affiche un résultat EPRA ajusté en progression à 25,4 millions d'euros, soit 0,29 euro par action.

    L'Ebitda passe de 34,5 millions à 36 millions d'euros.

  • Solvay plus rentable que prévu

    Grâce à son programme de réduction de coûts et à la cession de cinq lignes d'activités, le groupe chimique Solvay est parvenu à battre les attentes des analystes. Aussi, malgré un chiffre d'affaires en baisse à 2,37 milliards d'euros, l'ebitda du groupe a grimpé de 2,5% pour atteindre 583 millions d'euros au premier trimestre.

    Ces résultats dépassent le consensus des analystes communiqué par l'entreprise, le chiffre d'affaires étant attendu à 2,32 milliards d'euros et l'ebitda à 535 millions d'euros.

    En plus des économies réalisées, le groupe constate "une reprise économique sur certains de ses secteurs", dont l'automobile, l'électronique, la chimie minière et le bâtiment.

    Pour l'année entière, l'entreprise vise un résultat brut d'exploitation de 2 à 2,2 milliards d'euros.

    Le free cash flow est attendu autour de 650 millions d'euros, en hausse par rapport à l’indication précédente d’une fourchette comprise entre 600 et 650 millions d'euros.

  • Yellen enfonce le Nasdaq

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du 5 mai 2021. Merci de nous suivre.

    Wall Street a fini globalement en baisse mardi, plombée par le repli des valeurs technologiques, sensibles aux craintes qu'une surchauffe de l'économie américaine ne conduise à une hausse des taux d'intérêt.

    Les taux d'intérêt aux États-Unis devront sans doute être un peu relevés pour éviter une surchauffe de l'économie liée aux plans d'investissements présentés par Joe Biden, a estimé mardi la secrétaire au Trésor Janet Yellen.

    Il est possible "qu'il faille augmenter quelque peu les taux d'intérêt pour s'assurer que notre économie ne surchauffe pas, même si les dépenses supplémentaires (liées aux plans d'investissements) sont relativement faibles par rapport à la taille de l'économie", a-t-elle souligné lors d'un événement organisé par le média The Atlantic.

    Le Nasdaq, où se concentrent les grands noms américains de la tech, a abandonné 1,88% à 13.633,50 points, enregistrant sa pire séance depuis fin mars. Le S&P 500, plus représentatif du marché américain, a lâché 0,67%, à 4.164,66 points, tandis que l'indice des valeurs vedettes, le Dow Jones, a stagné (+0,06%) à 34.133,03 points.

    Par ailleurs, Solvay publie ses résultats trimestriels avant l'ouverture des marchés. Befimmo cote ex-dividende et bpost publie ses résultats après la clôture des marchés.

     

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés