1. Les marchés
  2. Live blog
live

"Surpondérez les actions de la zone euro"

Les bourses européennes ont terminé en hausse, à l'exception de Londres et de Bruxelles. Budweiser bondit pour son IPO. KPN, Nyrstar, PostNL, Proximus, Ter Beke dans l'actu.
  • A l’agenda ce mardi

    C’est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve mardi pour la première séance du mois d’octobre.

    Au menu : l’indice PMI Markit manufacturier en septembre en Allemagne, l’indice ISM manufacturier de septembre et les dépenses de construction en août aux Etats-Unis, l’indice PMI manufacturier en septembre au Royaume-Uni, et pour la zone euro. Les chiffres de l’inflation en zone euro en septembre seront aussi publiés. Les marchés chinois seront fermés pour la fête nationale toute la semaine. Du côté des entreprises, l’offre de reprise de Connect Group par IPTE est relancée pour 1,60 euro par action jusqu’au 18 octobre. Shurgard cote ex-dividende intérimaire de 0,45 euro brut.

  • Clôture des marchés européens

    Les Bourses européennes ont terminé en hausse, soutenues par des indicateurs bien orientés dans une séance par ailleurs calme, les investisseurs digérant les derniers développements sur le front commercial sino-américain avant la fermeture des marchés chinois pour une semaine.

    En Europe, PostNL bondit après sa fusion, et Saint-Gobain grimpe après avoir bouclé son programme de cession

    A Bruxelles, Bpost se distingue, et Proximus recule légèrement, alors que Sofina touche un record

    Bel 20: +0,06%

    AEX: +0,33%

    CAC 40: +0,66%

    DAX: +0,38%

    FTSE 100: -0,03%

    Euro Stoxx 50: +0,63%

  • WeWork fait une demande pour retirer son prospectus d'IPO

    WeWork, qui avait décidé de postposer son introduction en Bourse, vient de faire la demande pour retirer son prospectus d'IPO. Le groupe indique que "il  a décidé de "retarder l'introduction en bourse pour se focaliser sur le coeur de métier et les fondamentaux qui restent solides".

  • Bons résultats pour Moury Construct

    Moury Construct a présenté d’excellents résultats pour les six premiers mois de l’année. Le groupe a publié ses résultats semestriels vendredi soir dans un communiqué de presse.
    Le chiffre d'affaires a augmenté de 16,6% à 64,6 millions d'euros et le résultat opérationnel de 27,5% à 3,6 millions d'euros. En conséquence, la marge bénéficiaire d'exploitation est passée de 5,1% à 5,5%. Le bénéfice net est supérieur d'un tiers à celui du premier semestre 2018 à 2,5 millions d'euros.
    Sur la base d'une "situation financière solide" et d'un carnet de commandes s'élevant à 177,7 millions d'euros fin juillet, Moury Construct s'attend à ce que la marge d'activité et la marge opérationnelle restent au même niveau pour l'ensemble de l'année par rapport aux six premiers mois.

  • Wall Street ouvre en hausse, espérant des progrès sur le front commercial

    Wall Street progresse à l'ouverture, les investisseurs voulant croire à un apaisement des tensions commerciales sino-américaines: le Dow Jones monte de 0,25% et le Nasdaq de 0,31%.

    La cotation new-yorkaise avait reculé vendredi, fragilisée par des informations de l'agence Bloomberg selon lesquelles l'administration américaine réfléchissait à limiter les investissements américains en Chine: sur la semaine, le Dow Jones avait reculé de 0,4%, le Nasdaq de 2,2% et le S&P 500 de 1,0%.

  • AB InBev annonce le remboursement de trois obligations

    AB InBev   annonce le remboursement de trois  obligations, dont deux émises pour 2,97 milliards USD venant à échéance  en 2021 et 2022, et  l'autre de 1,75 milliard EUR venant à échéance en 2020. Le groupe a indiqué que "ses filiales à part entière Anheuser-Busch InBev Worldwide Inc. ("ABIWW") et Anheuser-Busch InBev Finance Inc. ("ABIFI") exercent leurs options respectives pour rembourser les montants en principal indiqués".

  • Nouveau record pour Sofina

    Avec un volume d’échanges relativement important de 7.500 titres, Sofina gagne 1% de plus, pour atteindre 203,5 euros. Le holding de la famille Boël enregistre par la même occasion un nouveau record.

    Tout comme pour la hausse des ces dernières semaines, il ne semble pas y avoir de raison concrète à la progression de l'action.

    La décote offerte par l’action par rapport à la valeur liquidative s’est considérablement réduite. Dans sa dernière mise à jour, KBC Securities a calculé la valeur de l'actif net à 211,4 euros par action.

  • Sabca décolle après des chiffres semestriels prometteurs

    Pour la première fois depuis que Sabca a annoncé ses chiffres semestriels mardi dernier, un cours a été formé. Le fabricant de pièces d’aéronefs, qui entretient et modernise également les avions de combat, augmente de 4,5% à 23 euros lors du premier fixing. C'est le cours le plus élevé depuis le 5 mars.

  • L'inflation allemande plus faible qu'attendu en septembre

    L'inflation en Allemagne a ralenti en septembre pour le troisième mois consécutif, montre la première estimation officielle publiée lundi, qui fournit un nouvel argument aux partisans d'un soutien accru de la politique monétaire afin d'assurer la stabilité des prix dans la zone euro.

    L'indice des prix à la consommation calculé aux normes européennes IPCH a reculé de 0,1% par rapport à août, ce qui ramène sa hausse sur un an à 0,9%, son plus bas niveau depuis novembre 2016.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une stabilité des prix par rapport à août et une hausse de 1,0% en rythme annuel.

  • La filiale d'AB InBev en hausse pour son premier jour de cotation à Hong Kong

    Le groupe brassicole belgo-brésilien AB InBev a réalisé avec succès lundi l'introduction à la Bourse de Hong Kong de ses activités asiatiques. La vente d'une part minoritaire de la filiale Budweiser Brewing Company APAC Ltd. a ainsi permis au groupe brassicole de lever 5 milliards de dollars.

    L'action Budweiser Brewing Company APAC a clôturé sa première journée de cotation en hausse de 4,4%, à 28,20 dollars hong-kongais.

    "Nous avons vu une demande très solide pour notre action."
    Jan Craps
    CEO de Budweiser Brewing APAC

  • Wall Street devrait jouer le rebond

    Wall Street est attendue dans le vert, de 0,2% environ pour le Dow Jones et le Standard & Poor's 500 et de 0,4% pour le Nasdaq Composite, les investisseurs semblant relativiser le risque d'une nouvelle escalade dans les tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

    Le Nasdaq Composite a fini en baisse de plus de 1% vendredi après les informations selon lesquelles Washington envisagerait de restreindre les investissements de portefeuille américains en Chine et d'exclure les entreprises chinoises des marchés boursiers des Etats-Unis.

    De telles décisions marqueraient une nouvelle étape dans le conflit commercial entre les deux pays mais certains investisseurs voient dans leur évocation plus une manoeuvre qu'un projet viable.

    "C'est une stratégie qu'on a déjà connue par le passé: on maintient une pression très élevée avant de conclure un accord, quel qu'il soit."
    Luca Paolini
    Stratège de Pictet Asset Management

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Alibaba, Apple, Boeing...

    * ALIBABA, BAIDU, JD.COM et les autres valeurs chinoises cotées à Wall Street pourraient encore souffrir après avoir subi vendredi des baisses allant de 3,6% à près de 6% en réaction aux informations prêtant à l'administration Trump l'intention de les retirer de la cote aux Etats-Unis.

    * APPLE - JPMorgan a relevé à la hausse ses prévisions de ventes d'iPhone au dernier trimestre 2019 et au premier trimestre 2020 et a dit s'attendre à ce que le titre bénéficie d'un regain d'intérêt de la part des investisseurs.

    * BOEING - Le loueur d'avions Dubai Aerospace Enterprise (DAE) va privilégier l'acquisition d'un concurrent pour étendre sa flotte faute d'être parvenu à un accord avec Airbus et Boeing sur une commande de 400 monocouloirs, a déclaré son directeur général à Reuters.

    * ELI LILLY - Le français Adocia a engagé d'un commun accord avec le laboratoire américain une procédure de jugement par consentement pour mettre un terme à leur litige portant sur des brevets.

  • Les grands instituts allemands réduisent leurs prévisions de PIB

    Les principaux instituts d'études économiques allemands ont revu à la baisse leurs prévisions de croissance de la première économie d'Europe pour cette année, a appris Reuters de deux sources informées de leur décision.

    Cette prévision, qui doit être prise en compte par le gouvernement pour ses propres projections économiques, est abaissée à 0,5%, contre 0,8% prévu en avril, a-t-on précisé de mêmes sources.

    Selon l'une de ces deux sources, les instituts tablent désormais pour 2020 sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 1,1%, contre 1,8% prévu il y a six mois. Pour 2021, ils prédisent une expansion de 1,4%, a ajouté une source.

    Les instituts doivent présenter officiellement leurs prévisions mercredi.

  • L'essentiel de la tendance boursière

    1. Les marchés européens dérivent sans tendance claire pour cette dernière séance du trimestre.
    2. Les investisseurs réagissent avant tout aux nouvelles mesures américaines contre Pékin.
    3. Washington envisagerait de retirer des marchés US les sociétés chinoises qui y sont cotées.
    4. Le secteur manufacturier chinois a continué de se contracter.
    5. Bonne nouvelle venue d'Allemagne: les ventes au détail y ont légèrement progressé.
    6. La construction, meilleure progression sectorielle en Europe (+1%), grâce à Saint-Gobain (+2,4%).
    7. PostNL s'envole de 11%, après le feu vert reçu pour sa fusion avec Sandd.
    8. Les autres valeurs dans l'actu: KPN, Nyrstar, Proximus et Ter Beke.
    9.
    Wall Street attendue en légère hausse, entre 0,3% et 0,5%.

  • Nyrstar: -18%

    Après une interruption de près de trois mois, la cotation du titre Nyrstar a repris à 12h, avec une baisse de 28,27% à 0,1365 euro de l'action représentative dans les premiers échanges. L'action cote 0,156 euro (-18,02%).

  • "Un potentiel de hausse de 9% pour Ter Beke"

    Kepler démarre le suivi de Ter Beke avec une recommandation de "conserver" et un objectif de cours de 136 euros, ce qui laisse un potentiel de hausse de 9% par rapport au dernier cours de clôture. L'action gagne 1,20% à 126,50 euros.

    L'analyste Kris Kippers table sur une croissance annuelle du chiffre d'affaires de 2,4% jusqu'en 2021. La croissance est limitée par la pression sur les prix imposée par les chaînes de supermarchés. Pour l'excédent brut d'exploitation (Ebitda), Kippers le voit progresser de 3,6% chaque année jusqu'en 2021. "Ter Beke a la capacité, la taille et l'expertise pour contrer la pression sur les prix par l'innovation", indique l'analyste.

  • PostNL: +12%

    A Amsterdam, PostNL se distingue par une envolée de 12%. Le groupe a obtenu le feu vert pour fusionner avec son concurrent Sandd. Le feu vert a été accordé plus rapidement que prévu.

    Selon l'analyste Marc Zwartsenburg d'ING, la fusion ajoute 0,32 euro par action PostNL. "La fusion va relever le ratio d'endettement à 2,9 fois l'Ebitda, ce qui exclut le versement d'un dividende pour 2019. Mais pour 2021, nous nous attendons encore à un dividende de 0,26 euro par action, ce qui est bon pour un rendement de dividende brut de 14,1%."

  • "Surpondérez les actions de la zone euro"

    Les stratèges de JPMorgan voient une opportunité à saisir sur les actions de la zone euro, sur lesquelles ils passent à "surpondérer".

    "Nous avons longtemps préféré les actions américaines à celles de la zone euro, mais nous pensons maintenant qu'il y a une opportunité tactique qui s'ouvre pour permettre à la zone euro de refaire son retard", écrit le stratège actions de JPMorgan, Mislav Matejka, dans une note.

    Les actions de la zone euro viennent d'aligner une séquence de sous-performance et ont été délaissées par les fonds avec des sorties significatives, ce qui offre un point d'entrée, argumente-t-il.

    Les actions de la zone euro pourraient être soutenues par la récente décision de la BCE de reprendre ses rachats d'actifs et d'éventuelles anticipations de soutien budgétaire dans l'union monétaire, ajoute-t-il.

    L'opportunité tactique qu'offrent les actions de la zone euro ne doit pas faire oublier les risques, au premier rang desquels le Brexit, selon JPMorgan, qui dégrade dans le même temps sa position sur les actions américaines à "neutre".

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes se cherchent une tendance, dans un climat tendu après des informations selon lesquelles l'administration Trump envisagerait de retirer des marchés boursiers américains les sociétés chinoises qui y sont cotées.

    Amsterdam, Bruxelles et Francfort se tassent de 0,04% tandis que Paris grappille 0,04%. L'indice DJ Stoxx 600 et l'Euro Stoxx 50 sont quasi stable, grignotant de l'ordre de 0,06%.

    L'annonce, une heure avant l'ouverture des places européennes, d'une légère progression des ventes au détail en Allemagne au mois d'août n'a rien fait pour dessiner une tendance.

    L'indice sectoriel de la construction gagne 0,90%, propulsé par Saint Gobain (+2,24%) qui a atteint son objectif de cessions annoncé pour fin 2019 avec plus de 3 milliards d'euros de cessions en chiffre d'affaires réalisées ou signées à ce jour.

    Le compartiment technologique continue de souffrir des prévisions de bénéfice trimestriel inférieures aux attentes annoncées par le géant américain Micron Technology. Infineon perd 1,9% et STMicroelectronics 1,32%.

  • KPN : -2%

    L'action du groupe télécoms néerlandais KPN , qui a renoncé à engager comme CEO Dominique Leroy, l'ancienne patronne de Proximus , perd 2% à 2,82 euros.

    Proximus cède 0,44% dans un marché bruxellois en recul de 0,15%.

  • |Opening bell|

    Les marchés européens démarrent la séance sur une note prudente, lestés par les inquiétudes liées au commerce international et malgré un indicateur manufacturier chinois meilleur qu'attendu.

    • Bruxelles: -0,25%
    • Amsterdam: -0,28%
    • Francfort: -0,20%
    • Paris: -0,13%
    • DJ Stoxx 600: -0,13%


  • "Les indices européens devraient ouvrir en très légère baisse, dans le sillage des inquiétudes concernant les relations commerciales entre Washington et Pékin."
    Les experts de Mirabaud Securitites Genève

  • "La BCE a encore des munitions"

    La Banque centrale européenne (BCE) dispose encore de munitions et pourrait devoir maintenir une politique monétaire très accommodante pendant une période prolongée si la politique budgétaire ne prend pas le relais, déclare son président dans un entretien au Financial Times.

    "Tous les instruments, qu'il s'agisse des taux d'intérêt, des rachats d'actifs ou du pilotage des anticipations, sont prêts à être calibrés", déclare Mario Draghi dans l'interview, que publie la BCE sur son site internet.

     

  • Transactions d'initiés sur AB InBev

    C'est sans doute une des plus grandes transactions d'initiés de l'année. La famille brésilienne autour de Claudio Garcia, Cecilia Sicupira, Marcel Telles et Paulo Lemann ont vendu le 24 septembre 1,29 million d'actions AB InBev pour un montant de 111,6 millions d'euros, à un prix de 86,36 euros l'unité. AB InBev a clôturé vendredi à 87,04 euros (+0,25%).

  • Les tensions USA-Chine et un indicateur décevant pèsent sur Tokyo

    La Bourse de Tokyo clôture en baisse assez nette, pénalisée par les tensions entre les Etats-Unis et la Chine ainsi que par un indicateur japonais moins bon que prévu.

    > L'indice Nikkei a perdu 0,56% à 21.755,84 points
    > Le Topix, plus large, a cédé 1,03% à 1.587,80 points

    Des informations selon lesquelles l'administration Trump envisagerait de retirer des marchés boursiers américains les société chinoises qui y sont cotées ont limité l'appétit des investisseurs japonais pour les actifs risqués.

    Le Topix a creusé ses pertes après l'annonce d'un déclin plus marqué que prévu de la production industrielle au Japon au mois d'août.

  • Quelques valeurs belges à tenir à l'oeil

    Aedifica - Aedifica poursuit l’expansion de son portefeuille d’immobilier de santé en Allemagne avec l'acquisition d’un site d’immobilier de santé à Stemwede. L'investissement s'élève à 10 millions d'euros. Le rendement locatif brut initial est d'environ 6%. Le communiqué.

    Argenx - Wells Fargo a entamé le suivi d'Argenx avec une recommandation de "performance en ligne", le premier conseil "non acheteur" sur la valeur. L'objectif de cours est de 125 dollars.

    Bpost - Bpost a fixé les nouveaux tarifs pour les timbres-poste à partir du 1er janvier 2020. En ligne avec les années précédentes, la hausse tarifaire moyenne de tous les produits de courrier national sera d'environ 5,1%. Le communiqué.

    Care Property Invest - Care Property Invest a annoncé l’acquisition et le redéveloppement de l’église St. Joseph à Hillegom aux Pays-Bas en résidence de soins. La SIR a également bouclé son projet de complexe résidentiel De Nieuwe Ceder pour personnes limitées et personnes atteintes de lésions cérébrales acquises à Deinze. Les communiqués de presse.

    Nyrstar - Nyrstar, dont l'action est toujours suspendue, a reporté la publication de ses résultats arrêtés au 30 juin au 29 novembre. En outre, l'auditeur de Deloitte émet toujours un "jugement avec réserves" sur les résultats de 2018 qui, après une nouvelle dépréciation de la mine de Myra Falls, s'enfoncent dans le rouge.

  • KPN renonce à engager Dominique Leroy comme CEO

    Le groupe télécom néerlandais KPN renonce à engager Dominique Leroy, l'ancienne patronne de Proximus , comme CEO.

    KPN invoque dans un communiqué "la durée des procédures" concernant Mme Leroy en Belgique qui n'est "pas claire et reste imprévisible".

    Le parquet de Bruxelles a ouvert une enquête pour un éventuel délit d'initié et mené des perquisitions au domicile de Dominique Leroy ainsi que dans son bureau chez Proximus. Un mois avant son départ, l'ex-CEO de Proximus avait vendu 10.840 actions Proximus au prix de 26,32 euros l'action, pour un montant total de 285.342,40 euros.

  • Breaking | Dominique Leroy n'ira pas chez KPN

    Dominique Leroy ne va pas chez KPN . Plus d'informations dans quelques minutes.

  • Briefing d'avant bourse

    Les principales bourses européennes sont attendues en léger repli à l'ouverture dans un climat tendu après des informations selon lesquelles l'administration Trump envisagerait de retirer des marchés boursiers américains les sociétés chinoises qui y sont cotées.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien, le Dax à Francfort et le FTSE à Londres pourraient perdre chacun autour de 0,1% en début de séance.

    Les menaces des Etats-Unis à l'encontre des sociétés chinoises cotées à Wall Street s'inscrivent dans une volonté plus large de limiter les investissements américains dans des entreprises chinoises, a appris vendredi Reuters de sources au fait du dossier.

    Si elles étaient confirmées, ces informations pourraient peser sur les discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, qui doivent reprendre le mois prochain à Washington.

    Les craintes d'une aggravation du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine pèsent sur la Bourse de Tokyo, qui perd autour de 1% à l'approche de la clôture. Le CSI 300 des grandes capitalisations boursières chinoises lâche 0,3%.

    Les investisseurs s'intéresseront à l'inflation de septembre en Allemagne, le chômage en zone euro et les chiffres de la croissance britannique au 2e trimestre.

  • Nouvelle contraction de l'activité manufacturière chinoise

    L'activité dans le secteur manufacturier chinois s'est contractée en septembre pour un cinquième mois consécutif, montrent des données officielles publiées lundi, mettant en exergue les pressions prolongées que subit l'économie du pays dans un contexte de conflit commercial avec les Etats-Unis.

    L'indice PMI manufacturier officiel s'est établi à 49,8 en septembre, marquant un rebond par rapport au mois précédent (49,5) mais demeurant sous le seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient un indice identique à celui d'août.

    Des données officielles communiquées séparément lundi montrent que l'activité dans le secteur chinois des services a continué de croître, permettant d'atténuer les effets néfastes des tensions commerciales sur l'économie du pays. L'indice PMI officiel des services s'est établi à 53,7 en septembre après 53,8 en août.

  • Entrée en fanfare de Budweiser (AB InBev) à la Bourse de Hong Kong

    Le groupe brassicole belgo-brésilien AB InBev réalise avec succès l'introduction de ses activités asiatiques à la Bourse de Hong Kong, via une participation minoritaire de Budweiser Brewing Company APAC. L'action bondit de 6,85% à Hong Kong.

    Le prix de l'action à l'ouverture de la bourse asiatique était fixé à 27 dollars hong kongais.

    Il s'agit de la plus importante introduction en Bourse de l'année après celle de l'application de taxi Uber en mai.

    Le groupe brassicole envisage de mettre environ 1,26 million d'actions sur le marché et l'opération pourrait rapporter 4,5 milliards d'euros. L'argent levé servira à réduire la dette du brasseur.

     

    ©doc

Plus sur Les Marchés

Echo Connect