1. Les marchés
  2. Live blog
live

La BCE attentive au taux de change | L'euro grimpe

La BCE ne touche pas à ses taux, comme attendu. Elle a débattu de l'appréciation de la monnaie unique, mais ne fixe aucun objectif de taux de change. L'euro accélère sa progression face au dollar. Sur le marché "actions", les banques ont fini en tête, mais la prudence était de mise.
  • ANALYSE | Optimiste, la BCE laisse l'euro repartir à la hausse

    Comme prévu, la Banque centrale européenne n'a fait aucune grande annonce, se permettant même de relever certaines prévisions économiques à court terme. Elle a laissé entendre que l'ascension de l'euro ne l'inquiétait que très peu. 

    ANALYSE | Optimiste, la BCE laisse l'euro repartir à la hausse 

  • Euronext Bruxelles sur la touche

    Le Bel 20 a reculé de 0,19% pour se fixer à 3.355,85 points. Des 20 actions qui le composent, 7 étaient en hausse et 12 en baisse. Une seule valeur est restée inchangée. 

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • KBC Groep47,98+1,16%
    • ING Groep7,11+0,81%
    • Aedifica102,0+0,79%
    • AB InBev48,62+0,63%
    • Colruyt53,94+0,6%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Argenx187,4-3%
    • Solvay78,6-1,26%
    • UCB97,6-1,11%
    • Proximus16,66-1,01%
    • GBL79,1-1%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
    Rédigé par Quotebot le 10/09/2020 à 17h42
  • "Les marchés vont tester la volonté de la BCE de contrôler le taux de change"

    Pour Bernard Keppenne, l'économiste en chef de la banque CBC, "le message que fait passer Christine Lagarde c’est qu’il y a un rebond de l’économie mais que les incertitudes sont encore fortes aujourd’hui".

    Que retenir de la réunion de la BCE?

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: -0,19%
    CAC 40: -0,38% 
    AEX: -0,28% 
    DAX:-0,19% 
    FTSE 100: -0,05% 
    Stoxx 600 Europe: -0,58% 

    Résultats provisoires

  • Euronext vise la Bourse de Milan

    L'opérateur des Bourses de Bruxelles, Paris, Amsterdam, Lisbonne, Dublin et Oslo veut acquérir Borsa Italiana. Rome est étroitement associée à l'opération.  

    Lire | Euronext vise la Bourse de Milan

  • Brexit: L'Europe hausse le ton

    La Commission européenne demande au gouvernement britannique de retirer avant la fin du mois son projet de loi mettant en cause certains aspects du traité de sortie de l'UE. L'exécutif européen avertit qu'il n'hésitera pas à utiliser les mécanismes juridiques prévus par l'accord de retrait en cas de violation de ses obligations. 

  • Nikola: -7%

    Le fabricant de camions électriques Nikola a plongé de plus de 7% peu après 16 heures. Des allégations de fraude émises par le vendeur à découvert Hindenburg Research ont rendu les investisseurs méfiants sur la valeur après son bond de 40% signé il y a quelques jours après un accord conclu avec General Motors. 

  • Ce qu'il faut retenir de la réunion de la BCE

    APPRÉCIATION DE L'EURO

    "Le Conseil des gouverneurs a discuté de l'appréciation de l'euro. Notre mandat est la stabilité des prix et, clairement, dans le cas où l'appréciation de l'euro exerce une pression négative sur les prix, nous devons surveiller attentivement un tel élément. Mais, comme vous le savez, nous ne fixons pas d'objectif de taux de change."

    PEPP

    "Dans les circonstances actuelles, il est certainement très probable que l'enveloppe du PEPP (le plan d'urgence de la BCE, NDLR) sera utilisée intégralement dans le but de mettre en oeuvre ces politiques."

    REBOND

    "Les données parvenues depuis notre précédente réunion monétaire en juillet suggèrent un fort rebond de l'activité conformément à nos prévisions précédentes."

    INCERTITUDE ÉLEVÉE

    "L'incertitude élevée concernant les perspectives économiques continue de peser sur les dépenses des consommateurs et les investissements des entreprises. (...) La vigueur de la reprise demeure entourée d'une incertitude significative et continue de dépendre étroitement de l'évolution de la pandémie et du succès des politiques sanitaires."

    PRESSION SUR LES PRIX

    "L'inflation de base est comprimée par la faiblesse des prix de l'énergie et le peu de pression sur les prix dans le contexte d'une demande contenue et du ralentissement du marché de l'emploi."

    STIMULATION MONÉTAIRE

    "Une stimulation monétaire significative demeure nécessaire afin de soutenir la reprise de l'économie et de garantir la stabilité des prix à moyen terme."

  • Rebond confirmé pour les techs à Wall Street

    La Bourse de New York évolue en hausse en début de séance, soutenue par la poursuite du rebond des grandes valeurs technologiques, qui l'emporte sur le chiffre toujours élevé des inscriptions au chômage.

    Quelques minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones gagne 0,72% à 28.140,76 points et le S&P 500 progresse de 0,61% à 3.419,61 points. Le Nasdaq Composite prend 1,08% à 11.261,94 points. Ce dernier ramène ainsi à moins de 8% son repli par rapport à son record du 2 septembre.

    Parmi les plus fortes progressions du Dow Jones, Apple s'adjuge 1,21%, Salesforce 1,95% et Microsoft 0,7%. Tesla, l'une des principales victimes du début de correction observé en fin de semaine dernière et mardi, reprend 5,44%. 

    Le marché suivra avec attention le vote prévu dans la journée au Sénat à Washington sur le nouveau projet de plan de soutien à l'économie élaboré par les élus républicains, revu en forte baisse par rapport aux annonces initiales.

    L'indice de volatilité du CBOE poursuit son recul à 27,64, après avoir atteint vendredi dernier un plus haut de près de trois mois à 38,28. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,55% 
    S&P 500: +0,50% 
    Nasdaq: +0,92% 

  • Fin de la conférence de presse de Christine Lagarde

  • Revoir la conférence de presse de Christine Lagarde

    Le point-presse de la BCE



     

  • Statu quo à la BCE

    Le Conseil des gouverneurs a, sans surprise, maintenu le taux de la facilité de dépôt à -0,5%, le taux de refinancement à zéro et le taux de la facilité de prêt marginal à 0,25%.  



  • Jane Fraser, première femme à diriger une grande banque US

    Le patron de Citi a annoncé son départ à la retraite au mois de février prochain. Il sera remplacé par Jane Fraser. Présente dans les effectifs de Citigroup depuis 2004, elle a notamment dirigé les activités de la banque en Amérique latine.

    En prenant les commandes de Citigroup, Jane Fraser devient la première femme à diriger une grande banque américaine. 

  • "Une récession un peu moins forte en 2020"

    La Banque centrale européenne s'attend désormais à une récession un peu moins violente qu'anticipé dans la zone euro cette année.

    Elle s'attend désormais à une contraction de 8,0% du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro cette année, contre -8,7% prévu en juin, avant un rebond de 5,0% l'année prochaine et une croissance de 3,2% en 2022.

  • Christine Lagarde évoque le taux de change | L'euro accélère

    L'euro accélère sa progression face au dollar, passant brièvement au-dessus de 1,19 dollar à 1,1903, pour retomber à 1,1893 (+0,73%).

    Le conseil a débattu de l'appréciation de l'euro mais n'a pas d'objectif de taux de change, indique Christine Lagarde.

  • L'historique de l'inflation européenne

    La BCE maintient sa prévision d'inflation 2022 à 1,3%.

  • "La BCE étudiera avec attention l'évolution du taux de change"

    "La BCE étudiera avec attention l'évolution du taux de change", indique Christine Lagarde, la présidente de la BCE, durant sa conférence de presse.

    L'euro s'apprécie à 1,1876 dollar, en hausse de 0,62% par rapport à mercredi.

  • Plus d'inscriptions hebdomadaires au chômage US que prévu

    Les inscriptions au chômage US pour la semaine arrêtée au 5 septembre ont atteint 884.000 unités, un chiffre supérieur aux 850.000 inscriptions prévues par les analystes consultés par Dow Jones.

    Les inscriptions au chômage aux Etats-Unis n'ont pas varié par rapport à la semaine dernière, se maintenant à un niveau élevé, ce qui confirme le manque de vigueur de la reprise du marché travail après le choc provoqué par la crise du coronavirus.

     

  • Réaction modérée des marchés et de l'euro au communiqué de la BCE

    Les marchés européens réagissent de manière limitée au communiqué de la BCE, avec des indices actions qui remontent légèrement. Amsterdam et Paris ont ainsi réduit leurs pertes de moitié. Francfort et Bruxelles maintiennent leurs avances à respectivement 0,10% et 0,08%.

    L'euro progresse un peu face au dollar à 1,1849 (+0,39%), contre 1,1840 USD avant les annonces de la banque centrale.

  • Statu quo tous azimuts de la BCE | Pas de mention du taux de change

    Comme attendu, la BCE laisse ses taux directeurs inchangés, tout comme ses programmes de rachats d'actifs.

    Elle confirme que les taux directeurs resteront "aux niveaux actuels ou inférieurs" jusqu'à ce que les perspectives d'inflation convergent "fortement" vers l'objectif "juste en dessous de 2%".

    Le PEPP (Pandemic Emergency Purchase Programme) reste à 1.350 milliards d'euros.

    Le texte du communiqué est quasi identique à celui de la réunion précédente. Et il n'évoque pas la question du taux de change.

  • L'essentiel de la tendance boursière

    1. Les marchés européens reculent, les investisseurs jouant la prudence avant les annonces de la BCE.
    2. L'indice Stoxx 600 perd 0,41% et l'Euro Stoxx 50 0,22%. Amsterdam cède 0,30%, Paris 0,28%, Francfort 0,11% et Bruxelles 0,09%.
    3. L'euro progresse de 0,31% à 1,1840 dollar.
    4. Wall Street est donnée en repli de 0,5% pour le Dow Jones et le S&P 500, et de 0,2% pour le Nasdaq.
    5. La plus forte baisse sectorielle est pour le compte des minières (-1,37%). À l'inverse, le secteur auto gagne 1%.
    6. Le secteur bancaire perd 0,39% avant les annonces de la BCE.
    7. Bpost (+2,67%) et Biocartis (+2,27%) signent les meilleures progressions du marché bruxellois.

  • Le baril de pétrole poursuit sa glissade

    Le marché pétrolier est de nouveau dans le rouge après l'annonce par l'American petroleum institute (API) d'une augmentation des stocks de brut aux États-Unis la semaine dernière (+3 millions de barils) et la révision à la baisse de la prévision de demande mondiale de l'Energy information administration (EIA).

    > Le Brent abandonne 1%, à 40,39 dollars le baril, après un plus bas à 40,15 dollars.
    > Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 1,31% à 37,55 dollars, après un plus bas à 37,30.

  • Repli en vue à Wall Street

    Wall Street est attendue en légère baisse, avec en toile de fond les annonces de la Banque centrale européenne, qui pourrait ouvrir la voie à un nouvel assouplissement de sa politique monétaire d'ici la fin de l'année, tandis que les investisseurs continuent de s'interroger sur les valorisations dans le secteur technologique.

    Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de l'ordre de 0,5% après le rebond de la veille (le Standard & Poor's 500 a pris 2%, le Nasdaq Composite 2,71%).

  • Euronext prépare une offre sur la Bourse de Milan

    Euronext s'apprête à soumettre, dès cette semaine, une offre sur l'opérateur de la Bourse de Milan, Borsa Italiana, qui serait valorisé entre 3,5 et 4 milliards d'euros, rapporte l'agence Bloomberg, en citant des sources proches du dossier.

    L'opérateur de la Bourse de Bruxelles, Paris, Amsterdam ou encore Lisbonne s'est associé pour ce projet à l'organisme public italien Cassa depositi e prestiti (CDP), qui obtiendrait une participation d'environ 8% au capital d'Euronext si la transaction aboutit.

    Deutsche Börse prépare aussi une offre sur Borsa Italiana, qui appartient à London Stock Exchange, dit Bloomberg, selon qui aucun de ces prétendants n'a encore pris de décision définitive. 

  • Warning de la FSMA

    L’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) met le public en garde contre les activités de plusieurs sociétés qui agissent irrégulièrement sur le territoire belge.

    Il s’agit des sociétés suivantes:

    La FSMA déconseille dès lors fortement de donner suite à leurs offres de services financiers et d’effectuer tout versement sur un compte bancaire qu’elles communiqueraient.

    En outre, selon les informations dont la FSMA dispose, ces sociétés pourraient être des "boiler rooms".

  • Suez ferme la porte au projet "hostile et opportuniste" de Veolia

    Le conseil d'administration de Suez, réuni mercredi, considère que le prix proposé par Veolia sur la quasi-totalité de la participation d'Engie, en vue d'une offre ultérieure sur l'ensemble du capital, est inférieur à la valeur du groupe. 

  • "Parler d'une rotation sectorielle violente vers les valeurs cycliques est prématuré"

    Le plongeon récent des géants de la technologie américaine en bourse ne signifie pas que la fin est proche pour Apple, Microsoft, Google et les autres, dit-on chez Mirabaud.

    La séance de mardi a fait entrer le Nasdaq Composite en territoire de correction avec, notamment, une chute de 21% pour Tesla.

    "Il n'en fallait pas plus pour que certains analystes annoncent la fin des marchés haussiers après la disparition de plusieurs centaines de milliards de dollars de capitalisation boursière", écrit John Plassard, spécialiste en investissement chez Mirabaud, dans une note publiée jeudi.

    S'il dit considérer comme "assez saine" la récente baisse de ces valeurs au vu de leurs performances, il ne faut pas y voir, selon lui, le prologue à l'éclatement d'une "bulle".

    Si le prix relatif des ces valeurs est proche des sommets atteints au début de l'année 2000, leurs valorisations sont moins tendues et soutenues par des bénéfices solides, fait-il valoir.

    "En plus d'une forte croissance des bénéfices, le secteur de la technologie dispose de bilans sains et d'une forte génération de cash-flow, ce qui contraste une fois de plus avec l'épisode de 2000", écrit-il en faisant référence à l'éclatement de la bulle internet cette année-là.

    Épargnées, voire favorisées par la crise sanitaire, ces valeurs disposent de relais de croissance multiples dans l'intelligence artificielle, la robotique, les véhicules électriques ou encore la 5G, argumente-t-il.

    "Si je suis d'accord pour affirmer que le secteur technologique a été très haut, trop vite, parler d'une rotation sectorielle violente vers les valeurs cycliques est prématuré", écrit-il. "Il faudrait aujourd'hui plutôt parler d'un rééquilibrage que d'une rotation."

    "Si je suis d'accord pour affirmer que le secteur technologique a été très haut, trop vite, parler d'une rotation sectorielle violente vers les valeurs cycliques est prématuré. Il faudrait aujourd'hui plutôt parler d'un rééquilibrage que d'une rotation."
    John Plassard
    Spécialiste en investissement chez Mirabaud

  • Ça chauffe pour l'IPO de la biotech Nyxoah

    Selon des premières indications, les investisseurs institutionnels ont déjà manifesté un intérêt qui couvre l’ensemble des titres offerts, options d'augmentation et de surallocation comprises.

  • Akzo Nobel: +3,5%

    Akzo Nobel prend 3,5% à la bourse d'Amsterdam, alors que le groupe néerlandais de peintures et de revêtements a déclaré que ses ventes s'étaient redressées au troisième trimestre, après une forte chute en début d'année en raison de la pandémie de coronavirus.

    L'entreprise a dit qu'elle s'attendait à ce que son chiffre d'affaires total pour la période comprise entre juillet et septembre soit proche de celui de l'année précédente, à taux de change constant.

    "Bien que les tendances diffèrent selon les régions et les segments, la demande du marché final pour les peintures décoratives est forte en Europe ainsi qu'en Amérique du Sud et continue à s'améliorer pour les revêtements de qualité", a ajouté la société.

    ©ANP XTRA

  • KBC Securities sur Econocom

    Econocom a publié une mise à jour de ses prévisions 2020 et 2021 avant l'ouverture des marchés, dans l'anticipation de son "Capital Markets Day" (CMD) qui a lieu aujourd'hui.

    Pour l'analyste Thomas Couvreur de KBC Securities, "il est clair qu'Econocom, avec ces nouvelles prévisions et les deux acquisitions de ces dix derniers jours, est en train de passer à une autre vitesse, se focalisant à nouveau sur la croissance".

    L'analyste, qui participe au CMD aujourd'hui, est "curieux de recevoir plus de détails sur le processus de restructuration en cours et les futurs plans de croissance". Entre-temps, la recommandation reste à "acheter" avec un objectif de cours de 2,70 euros.

    Econocom perd 2% à 2,46 euros.

  • "Pour les assurances groupe, le rendement garanti est intenable"

    Pour de nombreuses assurances groupe, il est devenu impossible d’obtenir un rendement minimum de 1,75%. La faute aux taux négatifs. C’est du moins l’avis d’Alexandre De Groote, ancien "Head of Fixed Income" chez Degroof Petercam, à la retraite depuis quelques jours à peine. 

    L'homme est un des spécialistes en obligations les plus connus de Belgique. Il vient de prendre sa retraite après une carrière de 34 ans à des postes clés dans le segment obligataire, successivement pour la maison de bourse Remy Frère, Petercam et Degroof Petercam.

    Interview | "Pour les assurances groupe, le rendement garanti est intenable"

    "Chaque investisseur doit évaluer le risque qu’il est prêt à prendre. Il y a parfois des accidents sur le marché obligataire, c’est vrai."
    Alexandre De Groote
    Ancien Head of Fixed Income chez Degroof Petercam

  • Le point sur la tendance boursière

    Les indices actions européens évoluent sur la défensive, dans un marché attendant avec prudence la réunion du jour de la Banque centrale européenne, qui pourrait envisager de nouvelles mesures de soutien à l'économie.

    Un peu moins d'une heure après les premiers échanges, l'indice Euro Stoxx 50 perd 2% et le Stoxx 600 0,3%. Ailleurs en Europe, les replis varient entre 0,4% à Bruxelles et 0,04% à Francfort.

    Les investisseurs "espèrent que la Banque centrale européenne soutiendra les marchés boursiers aujourd'hui, tout comme la Réserve fédérale américaine l'a fait il y a deux semaines", indique Milan Cutkovic, analyste chez AxiTrader. Si les gardiens de l'euro ne devraient pas toucher aux taux d'intérêt, ils sont "susceptibles d'entretenir la perspective de nouvelles injections de liquidités en raison de la faible inflation et d'une économie en difficulté" en zone euro, ajoute-t-il.

    La vigueur de l'euro, notamment face au dollar, pourrait également être débattue. Aussi, "une intervention verbale" de la présidente de la BCE Christine Lagarde "est susceptible de ralentir l'essor de la monnaie unique, du moins à court terme, ce qui serait positif pour les marchés boursiers européens".

    L'euro progresse pour l'instant de 0,13% face au dollar à 1,1816.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,15%
    Bruxelles: +0,09%
    Paris: +0,02%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,07%
    DJ Stoxx 600: +0,07%

    Biocartis: +2,7%
    Econocom: +0,20%
    Kinepolis: +0,27%

  • Econocom met à jour ses prévisions

    Après une activité globalement impactée au 1er semestre 2020 par la crise sanitaire (chiffre d'affaires consolidé en baisse de 12,5%, à 1,24 milliard d'euros), Econocom observe, à l'occasion de cette rentrée de septembre, une amélioration de tendance pour l'ensemble de ses métiers.

    Dans ce contexte, le groupe prévoit une baisse plus limitée de son chiffre d'affaires pour l'ensemble de l'année 2020, de maximum -6% par rapport à 2019.

    L'amélioration de la rentabilité opérationnelle, déjà constatée au 1er semestre en dépit de ce contexte, devrait se prolonger au second semestre du fait de la poursuite du déploiement du plan d'économies en cours et du retour progressif anticipé à un meilleur niveau d'activité. En conséquence, pour l'ensemble de l'exercice 2020, le résultat opérationnel courant est attendu au moins égal à celui de 2019.

    Enfin, le groupe poursuivra en 2020 ses actions de désendettement visant à ramener sa dette nette comptable à zéro.

    Pour l'exercice 2021, Econocom prévoit une hausse de son chiffre d'affaires de 5 à 10%.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues prudentes à l'ouverture, avant les décisions de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE), dont les investisseurs espèrent un signal accommodant.

    L'Euro Stoxx 50 progresserait de 0,27%. Le Cac 40 et le Dax gagneraient de l'ordre de 0,3%.

    Le communiqué de la BCE tombera à 13h45 et sera suivi, à 14h30, par la conférence de presse de sa présidente Christine Lagarde.

    Les marchés n'attendent pas d'annonce fracassante mais pensent que l'institut d'émission, dont ils surveilleront les prévisions économiques, laissera la porte ouverte à des mesures de stimulation supplémentaires plus tard dans l'année.    

  • Berenberg relève son prix cible sur Biocartis

    Berenberg relève son objectif de cours sur Biocartis  à 7 euros, contre 6,60 euros.

    "Biocartis ose parler à nouveau de sa prévision annuelle qu'elle avait suspendue en avril. C'est un signe clair que la direction a repris confiance dans ses perspectives. Cet optimisme se traduisent par un relèvement de l'objectif de cours".

    Le broker recommande d'acheter l'action.

    Biocartis a clôturé mercredi à 4,63 euros.

  • "Un point d'entrée attractif pour l'action Kinepolis"

    Le groupe de cinéma Kinepolis reçoit des commentaires positifs de Berenberg. Le broker estime que le niveau actuel du cours de l'action constitue un point d'entrée intéressant.

    "Kinepolis a été durement touchée par la crise du coronavirus, mais nous pensons que le marché est trop négatif quant à l'impact à court et à long terme de la pandémie sur l'industrie cinématographique. L'action a perdu plus de 60% depuis le début de l'année. C'est un bon point d'entrée à ces niveaux".

    Berenberg a une recommandation d'achat et un objectif de cours de 42 euros, contre 45 euros.

    Kinepolis a clôturé mercredi soir à 36,45 euros.

  • La pression monte d'un cran pour le patron de bpost

    La pression monte encore d'un cran pour Jean-Paul Van Avermaet, CEO de bpost et ancien patron de l'entreprise de sécurité et de gardiennage G4S pour la Belgique.

    Après l'Autorité de la concurrence, c'est au tour des Américains et du Parquet d'enquêter sur les précédentes activités de Jean-Paul Van Avermaet dans le gardiennage et la sécurité.

  • Le CA de Suez rejette le projet "hostile" de Veolia

    Sans grande surprise, le conseil d’administration de Suez rejette le projet "hostile et opportuniste" de Veolia et soutient la direction dans la mise en oeuvre de son plan stratégique et la recherche de solutions alternatives au rapprochement proposé par son concurrent, a-t-il déclaré ce jeudi.

    Le conseil d'administration de Suez, réuni mercredi, considère que le prix proposé par Veolia sur la quasi-totalité de la participation d'Engie, en vue d'une offre ultérieure sur l'ensemble du capital, est inférieur à la valeur du groupe.

  • Aedifica | Floridienne

    Aedifica - Aedifica a annoncé, mercredi soir après la clôture des marchés, l'acquisition d'un centre de soins de santé mentale aux Pays-Bas. L'investissement de 10 millions d'euros porte sur un bâtiment moderne qui peut accueillir 59 patients. Le rendement locatif net initial est d'environ 6%.

    Floridienne - Floridienne annonce la cession de sa filiale allemande IKA Innovation Kunststoffaufbereitung GmbH & Co (stabilisants et additifs pour l'industrie du PVC) à un groupement d’experts de l’industrie et d’investisseurs professionnels emmenés par Invest Equity. La cession de l’ensemble des titres IKA se traduit par une perte de l’ordre de 1,5 million d'euros pour l’exercice en cours.

  • L'euro dans l'attente de la BCE

    L'euro monte légèrement face au dollar (+0,16% à 1,182 dollar) après des informations de Bloomberg selon lesquelles les prévisions économiques que présentera la BCE ne différeront pas beaucoup de celles de juin.

  • New York au rebond

    La bourse de New York a fini en forte hausse mercredi, portée par un rebond des valeurs technologiques après plusieurs séances de baisse et au lendemain du passage du Nasdaq en zone de correction.

    > L'indice Dow Jones a gagné 1,6%.
    > Le S&P-500, plus large, a pris 2,02%.
    > Le Nasdaq Composite a avancé de 2,71%.

    Le Dow a signé sa plus forte hausse quotidienne en pourcentage depuis le 29 avril, le S&P depuis le 5 juin et le Nasdaq depuis le 14 juillet.

    Tesla, particulièrement malmenée ces derniers jours, a grimpé de 11%, Apple, Microsoft et Amazon - les trois premières entreprises américaines par la capitalisation boursière - gagnant, pour leur part, de l'ordre de 4%.

  • L'Euro Stoxx 50 signalé en hausse | La BCE dans le viseur

    Les marchés européens sont signalés en petite hausse dans les premiers échanges.

    L'Euro Stoxx 50 est attendu en hausse de 0,10% et Francfort de 0,21%.

    Les investisseurs devraient limiter les prises de position avant la conférence de presse de la BCE programmée en début d'après-midi.

    Le communiqué de la BCE tombera à 13h45 et sera suivi, trois quarts d'heure plus tard, par la conférence de presse de sa présidente Christine Lagarde.

    Les dirigeants de la Banque centrale européenne (BCE) ne manqueront pas de sujets de discussion lors de leur réunion jeudi, entre la hausse récente de l'euro, le retour d'une inflation négative pour la première fois depuis 2016 et l'incertitude sur l'évolution de l'épidémie.

    Ils ne devraient toutefois pas annoncer de modification de la politique monétaire après les mesures spectaculaires mises en oeuvre depuis mars, même si la pression monte en faveur de nouvelles initiatives.

    Christine Lagarde, présidente de la BCE. ©Frank Rumpenhorst/dpa

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés