1. Les marchés
  2. Live blog
live

Theresa May apaise les craintes des marchés

Les marchés européens ont clôturé en légère baisse ce mardi, réduisant une partie de leurs pertes en début d'après-midi après le discours du Premier ministre britannique sur le Brexit. Côté valeurs, Bekaert bondit en tête grâce à un changement de recommandation.
  • Clôture des marchés européens

    DAX -0,13%

    BEL 20 -0,17%

    CAC 40 -0,46%

    AEX -0,49%

  • "Lufthansa ne discute pas d'un rapprochement avec Etihad"

    Lufthansa  n'est pas en négociations avec Etihad au sujet d'une éventuelle entrée de la compagnie aérienne d'Abou Dhabi à son capital, a affirmé une source proche de la compagnie allemande, démentant une information de la presse italienne. "Une participation financière est hors de question pour le moment", a-t-elle expliqué à l'agence Reuters.

  • Elis salué pour ses acquisitions, rebond en vue en France

    Elis  gagne plus de 2% dans des volumes étoffés à la Bourse de Paris à la suite de commentaires positifs de Kepler Cheuvreux évoquant un "profil attractif" du spécialiste des services de location-entretien de linge et d'équipements d'hygiène.

    Kepler Cheuvreux pense qu'il est possible de parier sur un rebond des activités françaises du groupe après deux années difficiles tandis que de nouvelles acquisitions pourraient être créatrices de valeur supplémentaire. Elis a annoncé en décembre deux acquisitions, l'une au Brésil et l'autre en Espagne, pour un total de 510 millions d'euros, afin de se renforcer sur deux marchés qui ont soutenu sa croissance organique depuis deux ans.

    "Dans notre modèle, la récente activité de fusions-acquisitions a un impact de 6% sur notre estimation du bénéfice par action à partir de 2018", écrit Kepler Cheuvreux, qui a relevé son objectif de cours de 20 à 21 euros tout en restant à l'achat sur la valeur.

    "Au-delà de la création de valeur, les dernières opérations sont positives car elles continuent de diversifier Elis en réduisant son exposition à la France". "En conséquence, le groupe améliore son profil de croissance car d'autres pays offrent un potentiel organique supérieur." "Dans un secteur en proie à une consolidation accélérée, Elis est l'un des acteurs les plus dynamiques et conserve des opportunités de nouvelles fusions-acquisitions structurantes."
    Kepler Cheuvreux

    Kepler Cheuvreux s'attend en outre à une poursuite du redressement des activités en France, qui ont souffert de la faiblesse du tourisme en raison des attentats. Il prédit un rebond des ventes de 2% à périmètre constant en 2017 en France après 0,4% en 2016.

  • |Wall Street: opening bell|

    Dow Jones: - 0,19%

    S&P 500: -0,30%

    Nasdaq Composite: -0,35%

  • Wall Street attendue en baisse

    Si l'on en croit les contrats à terme sur les principaux indices américains, Wall Street devrait reculer entre 0,2% et 03% à l'ouverture.

  • New York: la croissance de l'activité ralentit en janvier

    L'activité manufacturière dans la région de New York a continué de progresser en janvier mais cette croissance a ralenti plus que prévu, selon l'indice Empire State.L'indice s'est établi à 6,5 points, contre 9 points en décembre. Les analystes s'attendaient à une progression de 8,3 points.

  • Boskalis et K+S ne sont plus dans les favoris de L'Investisseur

    L'entreprise de dragage Boskalis qui a connu "un beau parcours boursier" quitte la sélection "valeurs de base" de L'Investisseur. L’action reste intéressante à suivre, mais attendez désormais de préférence un repli significatif du cours, conseille le périodique boursier.

    Même décision pour le groupe allemand de sel et d'engrais K+S qui tend depuis quelques semaines vers des sommets élevés. "Ici aussi, mieux vaut attendre un affaiblissement du cours" écrit L'Investisseur.

  • >MORGAN STANLEY a publié mardi un bénéfice trimestriel multiplié par deux et supérieur aux attentes, dopé par une forte hausse du trading obligataire après la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle américaine du 8 novembre. Dans des échanges d'avant-Bourse, le titre Morgan Stanley prend 1,6%.

    >REYNOLDS AMERICAN. British American Tobacco (BAT) va débourser 49,4 milliards de dollars (46,4 milliards d'euros) pour racheter le solde du groupe, créant ainsi le premier groupe de tabac coté. En avant-Bourse, le titre Reynolds avançait de 3,4%.

    >UNITEDHEALTH a fait état mardi de résultats trimestriels supérieurs aux attentes, une annonce qui se traduit par une progression de 0,7% de l'action du premier assureur-santé aux Etats-Unis en avant-Bourse.

    >TIFFANY & CO a annoncé mardi une baisse de 4% de ses ventes comparables dans les Amériques sur les mois de novembre et de décembre, un recul que le joaillier explique par une baisse des dépenses de consommateurs et une chute de l'activité commerciale de son magasin phare à New York.

    >MOODY'S. L'agence de notation a accepté de payer près de 864 millions de dollars (812 millions d'euros) pour mettre un terme à l'enquête ouverte sur ses notations de titres hypothécaires à haut risque avant la crise financière de 2008, a annoncé vendredi soir le département de la Justice.

    >WAL-MART STORES, soucieux de se renforcer dans le commerce en ligne, a élargi les missions d'un certain nombre de responsables du groupe pour leur donner des responsabilités à la fois dans ses magasins et sur ses activités internet.

    >TWITTER voit son action reculer de 1,6% en avant-Bourse après qu'UBS a abaissé sa recommandation sur la valeur. 

  • Les marchés se redressent, la livre bondit

    Les indices européens qui étaient teintés de rouge toute la matinée de ce mardi ont, pour la plupart, réduit une grande partie de leurs pertes dans la foulée du discours de Theresa May sur le Brexit.

    De son côté, la livre sterling a bondi de plus de 2,5% mardi, une hausse sans précédent depuis la crise financière de 2008, après la promesse de la Première ministre Theresa May de soumettre l'accord final sur le Brexit à un vote du Parlement.

    Lors d'un discours très attendu, la chef du gouvernement a ajouté que Londres chercherait à rester un partenaire clé de l'UE même en ne faisant plus partie du marché unique.

    La devise britannique, en baisse de près de 20% depuis le référendum du 23 juin, avait touché lundi un creux de 1,1983 dans la crainte d'un "Brexit dur". Face à la monnaie unique, elle s'apprécie de plus de 1% à 86,93 pence pour un euro, reflétant un recul général du dollar sur fond d'inquiétudes concernant la politique du futur président américain Donald Trump.

     

  • Theresa May parle

    Suivez notre live ici.

  • Zalando, le numéro un européen de la vente en ligne, a fait état mardi d'une croissance moins prononcée que prévu de ses ventes au quatrième trimestre, une annonce qui fait reculer de plus de 4% l'action du groupe allemand à la Bourse de Francfort. En fin de matinée, le titre Zalando cédait 4,48% à 37,86 euros, accusant la plus forte baisse de l'indice Stoxx 600 et pesant sur l'indice regroupant les valeurs européennes liées à la distribution (-0,44%).

    Ce recul ramène à 4,5% la hausse de la valeur depuis le début de l'année, après un repli de 0,3% sur 2016 et une hausse de 42,8% en 2015. Le titre Zalando avait fortement augmenté ces derniers jours après que ses rivaux ASOS et Boohoo ont faitétat la semaine dernière de très bonnes performances commerciales pendant la période des fêtes.

    Sur les trois derniers mois de l'année 2016, les ventes ont augmenté de 25% à 26% pour atteindre 1,086 à 1,094 milliard d'euros, a dit Zalando. La croissance des ventes s'est ainsi accélérée par rapport à celle, de 17%, du troisième trimestre, mais pas autant que ce qu'avaient escompté les analystes financiers, qui avaient tablé sur des ventes de 1,12 milliard.

    Le groupe, qui publiera ses résultats complets le 1er mars ajoute qu'il devrait dégager sur la période un bénéfice opérationnel compris entre 81 et 104 millions d'euros. RubinRitter, co-président du directoire de Zalando a confirmé l'objectif à moyen terme d'une croissance de son chiffre d'affaires comprise entre 20% et 25%.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous dès 12h30 (->13h30)

  • La baisse du dollar en un coup d'oeil

    Dollar drops on Trump comment that the currency is "too strong" https://t.co/kHcbiWE32F via @markets pic.twitter.com/ViWgMlv9tO— Natasha Doff (@natashadoff) 17 janvier 2017

  • Les marchés à mi-séance en 5 points

    1. Les indices européens sont restés dans le rouge toute la matinée dans l’attente du discours du Premier ministre britannique sur le Brexit. Peu avant midi le Bel 20 cédait 0,31% et l’Euro Stoxx 50 0,7%.
    2. L’indice Zew mesurant le sentiment des investisseurs en Allemagne est en hausse par rapport au mois dernier mais est inférieur aux attentes.
    3. Goldman Sachs a relevé son objectif de cours sur Galapagos et KBC, respectivement à 81 euros et 75 euros.
    4. Degroof Petercam est passé à l’achat sur Bekaert contre conserver avant. L’objectif de cours est fixé à 46 euros.
    5. L’once d’or est en hausse. Elle gagnait 1,1% peu avant midi.
  • L'inflation au plus haut niveau depuis mi-2014 au Royaume-Uni

    L'inflation a atteint son plus haut niveau depuis mi-2014 en décembre au Royaume-Uni, portée par une hausse du tarif des transports aériens et l'impact négatif du "Brexit" sur la livre. Les prix à la consommation ont augmenté de 1,6% le mois dernier sur un an, soit leur progression la plus marquée depuis juillet 2014. Les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé une hausse de 1,4%. En novembre, l'inflation avait été de 1,2% sur un an.

    La Banque d'Angleterre a dit il y a deux mois anticiper un bond de l'inflation supérieure à 2,7% d'ici la fin de cette année, la chute de la livre sterling suite au vote des Britanniques de quitter l'Union européenne augmentant le coût des importations.

    Depuis, la livre a encore reculé, étant passée sous la barre des 1,20 dollar lundi, un plus bas de plus de 30 ans, et les cours du pétrole ont rebondi. De nombreux économistes du secteur privé prévoient une inflation à 3%, peut-être dès cet été.

  • Lufthansa décolle sur des rumeurs de fusion

    ©Philip Pvanbastelaere

    L'action Lufthansa  gagnait plus de 5% mardi matin à la Bourse de Francfort, portée par un article du journal italien Il Messaggero disant, sans citer de sources, que la compagnie aérienne allemande discutait fusion avec Etihad Airways.

    En matinée le titre prenait 5,12% à 11,90 euros, affichant l'une des plus fortes hausses de l'indice Stoxx 600 alors que l'indice regroupant les valeurs européennes liées au tourisme et au transport aérien perdait 0,11%.

    Selon le quotidien, cela fait plusieurs semaines que des dirigeants des deux groupes étudient la possibilité d'une prise de participation de 30% à 40% par Etihad dans Lufthansa et ce via une augmentation de capital réservée à la compagnie aérienne détenue par l'émirat d'Abou Dhabi.

    Dans un deuxième temps, les deux compagnies chercheraient à fusionner leurs activités en vue de créer un géant du secteur transportant 97 millions de passagers par an, poursuit Il Messagero, qui ajoute qu'une réunion est prévue bientôt pour accélérer les discussions.


    Le mois dernier, Lufthansa a conclu un accord de partage de codes avec Etihad et les deux groupes avaient alors dit qu'ils voulaient accroître leur coopération depuis qu'Air Berlin, la deuxième compagnie aérienne allemande partiellement détenue par Etihad, a transféré, via un accord de location, 38 de ses avions à Lufthansa.

  • Le moral des investisseurs allemands en hausse

    Le moral des investisseurs allemands s'est légèrement amélioré en janvier, à la faveur d'une embellie des perspectives économiques en zone euro, selon le baromètre ZEW publié mardi.

    L'indicateur a progressé à 16,6 points en janvier, après avoir stagné à 13,8 points en décembre. Les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset tablaient toutefois sur une hausse plus soutenue, à 18,8 points.

  • Nouvelle usine en Thaïlande pour Umicore

    Umicore a inauguré aujourd'hui à Rayong en Thaïlande son nouveau site de production de catalyseurs de réduction des émissions. L'usine produit des catalyseurs automobiles pour les véhicules légers diesel et essence et sert les clients en Asie du Sud-Est. L'usine, qui fonctionne grâce à une équipe de plus de 40 personnes, est située dans une zone économique spéciale près de Rayong, à proximité des principales usines automobiles du pays, précise le groupe spécialisé dans la technologie des matériaux.

    Cette usine permet à Umicore de répondre à la demande grandissante en catalyseurs de réduction des émissions sur le marché d'Asie du Sud-Est. 

     

  • Degroof Petercam à l'achat sur Bekaert

    Degroof Petercam a relevé sa recommandation sur Bekaert à "acheter" contre "conserver" avant. L'objectif de cours est fixé à 46 euros. Le broker estime que l'action est relativement bon marché au regard de son ratio valeur d'entreprise/ebitda qui s'élève à 7. Par rapport au cours actuel, l'action offre un rendement de free cash flow autour de 8% pour les prochaines années, ajoute-t-il. 

  • Voici le briefing actions belges du jour

    Briefing actions (17/1) - AB InBev, KBC, UCB, Galapagos, Solvay, Ahold, Ablynx, Thrombo, Bone, Econocom, Hamon https://t.co/aXJat4xZne pic.twitter.com/NOsOpRXGmy— Stéphane Wuille (@stephanewuille) January 17, 2017

  • Goldman Sachs voit plus haut pour Galapagos et pour KBC

    Goldman Sachs a relevé son objectif de cours pour Galapagos à 81 euros contre 75 euros avant. La recommandation reste à "acheter". Idem pour KBC dont l'objectif de cours atteint désormais 75 euros contre 68 euros avant. La recommandation reste à "acheter".

  • Le début de la séance en 5 points

    1. Les indices européens ont ouvert en retrait ce mardi matin dans l’attente du discours que doit prononcer Theresa May sur le Brexit à 12h45. Dans les premières minutes de transactions, le Bel 20 cédait 0,24% et l’Euro Stoxx 50 0,45%.
    2. A Bruxelles, la cotation de Hamon est suspendue le temps du placement des droits de préférence non-exercés lors de son augmentation de capital. Thrombogenics prend plus de 4% grâce à sa filiale Oncurious.
    3. L’euro est en hausse (+0,66%) face au dollar.
    4. Aux Etats-Unis, British American Tobacco va acheter le solde de 57,8% de son concurrent Reynolds pour 49,4 milliards de dollars.
    5. La Bourse de Tokyo a fini en forte baisse mardi. Le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 1,48% (-281,71 points) à la clôture, à 18.813,53 points.
  • |Opening bell|

    Bel 20: - 0,08%

    CAC 40: -0,32%

    Euro Stoxx 50: -0,29%

  • L'action Hamon suspendue à Bruxelles

    L'action de Hamon a été suspendue à la Bourse de Bruxelles en attendant le résultat du placement des scrips qui suit l'augmentation de capital lancée, il y a peu, par le groupe industriel. Lors de celle-ci qui s'est clôturée le 13 janvier, 84,14% des actions offertes au prix unitaire de 3,615 euros ont trouvé preneur. Avec cette opération, Hamon souhaitait lever 49 millions d'euros.

  • Avancée pour une filiale de Thrombogenics

    Oncurious, une filiale de Thrombogenics spécialisée dans le développement de traitements orphelins pour des tumeurs chez les enfants signale que la Commission européenne a confirmé la désignation du TB-403 comme médicament orphelin pour le médulloblastome. 

  • BAT va racheter Reynolds pour 49 milliards de dollars

    Le cigarettier britannique British American Tobacco (BAT) va prendre le contrôle de l'américain Reynolds pour près de 50 milliards de dollars, afin de devenir un leader aux Etats-Unis et dans l'e-cigarette.

    Le propriétaire des marques Dunhill, Lucky Strike, Kent et Rothmans va débourser précisément 49,4 milliards de dollars (46,5 milliards d'euros) pour acquérir les 57,8% du capital qu'il ne possède pas encore chez Reynolds, fabricant des Camel et Newport.

     

  • Les marchés européens attendus en baisse

    •Les principales Bourses européennes devraient ouvrir en baisse mardi, dans l'attente du discours que doit prononcer la Première ministre britannique Theresa May sur les douze priorités des négociations sur le "Brexit". Selon la presse britannique, la sortie du marché unique européen ainsi que le contrôle de sfrontières figureront au nombre de ces 12 objectifs, suggérant que Londres s'oriente vers un"Brexit dur". "

    •D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu'à 0,90% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,68%. Le FTSE à Londres est attendu stable à -0,01%, le repli de ce dernier devant être limité par la chute de la livre, la devise britannique étant pénalisée depuis des jours par la crainte d'un "Brexit dur".

    La livre , qui a perdu près de 20% par rapport au dollar et près de 14% par rapport à l'euro depuis le vote en faveur du Brexit en juin dernier, reste à des plus bas de trois mois. Elle se traite à 1,2118 dollar.

    •La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 1,48%, à son plus bas niveau de clôture depuis début décembre, dans un contexte de raffermissement du yen et de prises de bénéfices. L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) avance de 0,39%. 

    Wall Street, qui était fermée lundi en raison du Martin Luther King's Day, évoluera au gré des résultats d'entreprises du quatrième trimestre, en attendant le discours d'investiture de Donald Trump vendredi à Washington. Morgan Stanley publie les siens avant l'ouverture.

  • Vinci dégradée par RBC

    RBC a abaissé sa recommandation sur Vinci à "neutre" contre "surperformer" avant.

    ©L'Echo

  • Chiffres retraités pour Solvay

    Solvay a publié des informations financières consolidées retraitées pour 2015 et pour les neufs premiers mois de 2016. Les retraitements reflètent la requalification d’Acetow et de Vinythai en activités abandonnées suite aux récentes annonces de la cession de ces activités. Le groupe publiera ses résultats du 4e trimestre et de l’exercice 2016 le 24 février.

  • La Bourse de Tokyo finit en net repli

    La Bourse de Tokyo a fini en forte baisse mardi, la prudence dominant les échanges à quelques heures d'un discours très attendu de la Première ministre britannique Theresa May sur le Brexit. Le Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 1,48% (-281,71 points) à la clôture, à 18.813,53 points. Il avait déjà perdu 1% lundi. L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a pour sa part reculé de 1,41% (-21,54 points) à 1.509,10 points.

    Sur le volet des monnaies, le dollar a poursuivi sa descente entamée il y a quelques jours, tombant à 113,38 yens, contre 114 yens la veille. L'euro déclinait aussi légèrement, à 120,90 yens, contre 121,08 yens lundi à la fermeture de la place tokyoïte. 

    Theresa May ©EPA

  • 20 millions de cash chez Bone Therapeutics

    Dans son "trading update" du 4e trimeste, Bone Therapeutics signale que, fin 2016, ses liquidités s'élevaient à 20,3 millions d'euros en ligne avec les prévisions. L'an dernier, la biotech a "brûlé" pour 13,3 millions d'euros contre 15 millions en 2015.

  • Bienvenue dans le "market live" de L'Echo!

    Bonjour à toutes et tous et bienvenue dans le "market live" de l'Echo, l'observatoire idéal pour ne rien rater de cette séance de Bourse du 17 janvier.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés