1. Les marchés
  2. Live blog
live

Trump fait chavirer les marchés en ouvrant un nouveau front

Les Bourses européennes terminent en baisse, après un indicateur chinois décevant et l'annonce par les Etats-Unis de taxes douanières concernant cette fois le Mexique. Le marché obligataire profite de l'aversion pour le risque. Le secteur automobile en perte de vitesse.
  • A l’agenda lundi

    C’est la fin du Market Live.  Merci de nous avoir suivis. On se retrouve lundi prochain pour une nouvelle séance.

    Au menu : L’indice PMI Caixin-Markit manufacturier en mai en Chine, l’indice PMI manufacturier en mai en Allemagne et pour la zone euro, et l’indice ISM manufacturier en mai aux Etats-Unis. Les chiffres des dépenses de construction en mai aux Etats-Unis sont aussi attendus. Côté entreprises, Ackermans &Van Haaren cotera ex-dividende brut de 2,32 euros, et Acacia Pharma tiendra son assemblée générale à Londres.

  • Clôture des marchés européens

    Les Bourses européennes ont terminé en nette baisse dans un mouvement de vente généralisé lié à la décision inattendue de Donald Trump de taxer toutes les importations de produits mexicains, ce qui a aussi provoqué une nouvelle chute des rendements obligataires de référence. 

    Le Bel 20 a subi les reculs d'AB InBev et des valeurs bancaires. --> Lire: Kiadis chute, AB InBev et les banques souffrent (Débriefing actions belges)

     

    Bel 20: -0,82%

    AEX: -0,91%

    CAC 40: -0,79%

    DAX: -1,47%

    FTSE 100: -0,78%

    Euro Stoxx 50: -1,14%

  • L'euro monte face au dollar, le peso mexicain dégringole

    L'euro progresse face au dollar tandis que le peso mexicain évolue en forte baisse après l'annonce de Donald Trump d'imposer des droits de douane au Mexique, accusé de laxisme sur le dossier de l'immigration clandestine.

    L'annonce par le président américain de la mise en place de tarifs douaniers sur les produits mexicains a fait chuter la devise du pays. Le peso mexicain est tombé à 19,83 pesos, un plus bas depuis décembre en séance.

  • GM, Ford et Fiat Chrysler souffrent à Wall Street après des menaces de Trump

    Les constructeurs automobiles américains dévissent à Wall Street après que Donald Trump eut menacé d'imposer des tarifs douaniers supplémentaires de 5% sur les biens mexicains comme mesure de rétorsion au problème d'immigration clandestine.

    Le titre General Motors (GM) chute, tout comme Fiat Chrysler et Ford .

    "Les grands constructeurs automobile vont bien évidemment ressentir un impact financier de ces tarifs douaniers et des incertitudes qu'ils génèrent car la plupart d'entre eux importe du Mexique une partie significative des véhicules vendus aux Etats-Unis"
    Les analystes de Deutsche Bank

    Les trois géants de Detroit ont investi des milliards de dollars au Mexique aussi bien dans des sites de production que dans des chaînes de fournisseurs et de sous-traitants. GM et Fiat Chrysler importent du Mexique 29% et 24% respectivement des pièces de leurs voitures et surtout des camionnettes à plateau aux marges importantes, fait valoir Deutsche Bank. Quant à Ford, 17% de ses véhicules vendus aux Etats-Unis ont été produits au Mexique, contre 18% pour Fiat Chrysler et 13% pour GM.

    Les experts de JPMorgan estiment que les constructeurs pourront en théorie faire passer sur les consommateurs ces probables taxes douanières supplémentaires, mais que cela sera peut-être difficile car certains groupes automobiles ne seront pas touchés par ces hausses.

  • Rachats massifs sur les fonds actions,

    Les fonds d'investissement collectifs investis en actions ont subi d'importantes sorties nettes cette semaine, les investisseurs se tournant vers la dette souveraine dans un contexte de regain d'aversion au risque sur les marchés, montrent des données publiée par Bank of America Merrill Lynch Global Research.

    Les fonds actions ont enregistré des rachats à hauteur de10,3 milliards de dollars (9,24 milliards d'euros), alors qu'ils avaient connu la semaine précédente leurs premières entrées nettes en dix semaines. Les sorties concernent principalement les fonds investis en actions américaines (8,4 milliards de dollars) mais touchent aussi les fonds en actions européennes (à hauteur de 1,8 milliard) et ceux investis en actions émergentes (1,9 milliard).Les fonds en actions japonaises ont connu des souscriptions nettes à hauteur de 2,0 milliards de dollars. 

    Les fonds investis en dette souveraine ont enregistré des souscriptions à hauteur de 3,1 milliards de dollars, le niveau le plus élevé en 20 semaines. Un mouvement à mettre en parallèle avec la chute des rendements des emprunts d'Etat de référence,le taux allemand à 10 ans ayant touché un plus bas record.

  • Wall Street ouvre en baisse

     Dow Jones -0,62%, Nasdaq -1,28%

  • L'inflation US remonte, la consommation ralentit

    La hausse des prix à la consommation aux Etats-Unis s'est légèrement accélérée en avril, montrent les statistiques publiées vendredi par le département du Commerce, qui pourraient conforter la Réserve fédérale dans l'opinion que la faiblesse récente de l'inflation n'était que temporaire.

    L'indice des prix à la consommation PCE a augmenté de 0,3% le mois dernier après une progression de 0,2% en mars. En rythme annuel, il ressort en hausse de 1,5% après +1,4%.

    Hors produits alimentaires et énergie, deux composantes volatiles, l'indice PCE est en hausse de 0,2% en avril après +0,1% en mars. Sur un an, cet indice "core PCE", mesure de l'inflation privilégiée par la Fed, affiche une progression de 1,6% en avril après +1,5% en mars.

    L'indice "core PCE" avait atteint l'objectif de 2% fixé par la banque centrale en mars 2018 pour la première fois depuis avril 2012.

    Les chiffres publiés vendredi montrent aussi que les dépenses de consommation des ménages ont augmenté de 0,3% en avril après un bond de 1,1% en mars (révisé de 0,9%), le plus marqué depuis août 2009.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 0,2% en avril.

    Ajustées de l'inflation, les dépenses de consommation sont toutefois restées inchangées en avril après une hausse de 0,9% en mars. La stagnation d'avril pourrait donc peser sur la croissance de l'économie au deuxième trimestre.

    Les revenus des ménages, eux, ont augmenté de 0,5% en avril après +0,1% en mars.

  • Wall Street devrait baisser de plus de 1% à l'ouverture

    Wall Street devrait baisser de plus de 1% à l'ouverture, dans la foulée des Bourses européennes, après le choc provoqué par la décision de Donald trump de taxer tous les produits mexicains, qui entraîne parallèlement une nouvelle chute des rendements obligataires de référence.

    Les contrats à terme sur les principaux new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 1,04% pour l'indice Dow Jones, de 1,08% pour le S&P 500 et de 1,30% pour l'indice composite du Nasdaq.

    En Europe, la tendance reste franchement négative. Francfort lâche 1,76%, Paris 1,29%, Bruxelles 1,19% et Amsterdam 1,13%.

    Le compartiment automobile plonge de près de 3%.

  • AB InBev sous pression

    AB InBev plonge de 2,8%, l'une des plus fortes baisses au sein de l'indice Bel20 (en recul de 1,45%).

    Le géant de la bière est directement concerné par les droits de douane imposé à partir du 10 juin par Trump sur les produits mexicains importés aux Etats-Unis. AB InBev est propriétaire de Grupo Modelo, le brasseur de Corona, depuis 2013. C'est la marque de bière mexicaine la plus populaire au monde, vendue dans plus de 180 pays. Elle est également très populaire aux États-Unis.

    Les analystes de Jefferies voient les choses différemment et pensent qu’une taxe à l’importation sur les bières mexicaines peut être en faveur du géant de la bière.

    Les bières américaines souffrent actuellement de la concurrence des bières importées du Mexique. Si elles deviennent plus chères, AB InBev pourrait gagner des parts de marché avec ses bières brassées aux États-Unis. Si les droits de douane sont également répercutés dans les prix des bières mexicaines, AB InBev peut également offrir une plus grande marge de manœuvre en termes de prix. Les analystes soulignent que les États-Unis représentent toujours un quart du bénéfice d'AB InBev.

  • L'inflation allemande retombe

    La hausse des prix à la consommation en Allemagne est retombée en mai à 1,4% sur un an, s'éloignant de l'objectif "proche de 2%" visé par la BCE, selon des chiffres provisoires publiés vendredi par l'office fédéral des statistiques Destatis.

    Les tarifs de l'énergie ont continué à soutenir l'inflation, laquelle a toutefois fléchi après le rebond d'avril à +2,1%, causé par les vacances de Pâques tardives. Les analystes sondés par Factset tablaient sur une inflation de 1,6% en mai.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Le secteur auto, les FAANG, Uber...

    * AUTOMOBILE - Les actions du secteur accusent le coup en avant-Bourse de la décision de Donald Trump de taxer les importations mexicaines, qui a fait reculer les constructeurs et les équipementiers au Japon et en Europe. GENERAL MOTORS perd 4,5% et FORD MOTOR 3,7%. Les constructeurs de voitures électriques TESLA et NIO cèdent 1,7% et 5,6% respectivement.

    * Les valeurs de hautes technologies regroupées sous l'acronyme "FAANG" sont indiquées en baisse en avant-Bourse, réagissant à l'aggravation des tensions commerciales internationales. AMAZON.COM perd 2,2%, APPLE 2%, NETFLIX 1,6%, ALPHABET 1,5% et FACEBOOK 1,3%.

    * GAP chute de 17% en avant-Bourse, le groupe de prêt-à-porter ayant abaissé jeudi sa prévision de bénéfice annuel après avoir accusé la plus forte baisse de ses ventes trimestrielles à périmètre comparable. Quatre courtiers au moins ont réduit leur objectif de cours après ces annonces.

    * UBER TECHNOLOGIES a fait état jeudi d'une perte trimestrielle d'un milliard de dollars à l'occasion de la première publication de ses résultats depuis son introduction en Bourse le 10 mai, et ce en dépit d'une hausse de 20% de son chiffre d'affaires. L'action du groupe de VTC gagnait 1,8% en avant-Bourse.

    * AMAZON.COM envisage de racheter l'opérateur mobile de services prépayés Boost Mobile à T-Mobile et Sprint, a appris Reuters de deux sources au fait de la situation.

  • L'essentiel de la tendance boursière - Update

    Wall Street attendue en forte baisse | Chute des actions et des rendements obligataires

    Wall Street est attendue en forte baisse à l'ouverture : l'indice Dow Jones devrait perdre 1,21%, le S&P 500 1,3% et l'indice composite du Nasdaq 1,6%.

    En Europe, la tendance reste franchement baissière, lestée par les craintes sur la croissance mondiale, alors que l'activité manufacturière s'essouffle en Chine et que les Etats-Unis ont ouvert un nouveau front contre le Mexique dans la guerre commerciale.

    En tête des des reculs l'indice Dax lâche 1,85%. Paris et Bruxelles abandonnent de l'ordre de 1,5%.

    Le secteur auto s'enfonce pour afficher une perte de  de 3%.

    Le marché obligataire profite de l'aversion pour le risque, comme le reflète la chute des rendements des emprunts d'Etat, allemand notamment.

    Le Bund allemand à 10 ans, référence pour la zone euro, évolue autour de -0,21%, en baisse de 4 points de base, enfonçant son précédente record de -0,204% de juillet 2016.

    Contre la tendance, le taux d'emprunt italien se tend de 6 points de base à 2,71%.

    Sur le marché des changes, l'euro progresse de 0,21% à 1,1152 dollar.

  • "On assiste à une rotation des actions vers les obligations. Ce phénomène de hausse des prix et de baisse des rendements des actions pourrait devenir préoccupant."
    Michael Hewson
    Analyste de CMC Markets

  • Plus bas record pour le rendement du Bund à 10 ans

    Le rendement du Bund à 10 ans, emprunt de référence de la zone euro, évolue à un plus bas record, les craintes d'une récession économique mondiale ayant monté d'un cran après l'annonce par le président américain Donald Trump de nouveaux droits de douane sur les produits mexicains.

    Ce rendement est de -0,214% (3,7 points de base), annulant le précédent record de juillet 2016 (-0,204%) inscrit après la décision de la Grande-Bretagne de quitter l'Union européenne.

  • Kiadis : -15%

    La société néerlandaise cotée à Bruxelles Kiadis annonce qu'elle a récolté 27,6 millions d'euros via l'émission de 3.684.200 actions nouvelles à un prix unitaire de 7,5 euros l'action. Cela représente 15% du capital émis par la biotech avant le placement.

    L'action perd 14,5% à 8,125 euros dans un marché bruxellois en baisse de 1,21%.

  • Mike Manley a vendu des titres FCA, le lendemain de la proposition de fusion avec Renault

    L'administrateur délégué de Fiat Chrysler (FCA) , Mike Manley, a vendu pour 3,46 millions de dollars (3,11 millions d'euros) d'actions du constructeur italo-américain le 28 mai, au lendemain de l'annonce de la proposition de fusion du groupe avec Renault , montre un document boursier.

    Un porte-parole de FCA a déclaré que Mike Manley avait vendu ces titres pour couvrir une dépense personnelle.

    Un document de l'AFM, le régulateur des marcés boursiers néerlandais, montre que le patron de FCA a cédé 250.000 actions au prix de 13,85 dollars par titre.

    L'action FCA lâchait 4,70% à 11,45 euros dans les premiers échanges vendredi à la Bourse de Milan.

    La décision de Manley n'est "pas un bon signe" et accentue le recul de l'action FCA, estime un trader basé à Milan.

  • L'essentiel de la tendance boursière

    Trump et la Chine font chuter les marchés et les rendements obligataires | Le secteur auto déguste

    La tendance est franchement négative sur les marchés, violemment rattrapés par les craintes concernant la croissance mondiale, alors que l'activité manufacturière s'essoufle en Chine et que les Etats-Unis ont ouvert un nouveau front, avec le Mexique, dans la guerre commerciale.

    La baisse forte et inattendue des ventes au détail en Allemagne ajoute au marasme ambiant.

    La Bourse de Francfort perd 1,54%, Bruxelles 0,92%, Paris 0,89%... L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 lâche 0,78%.

    Les tensions commerciales pèsent sur la majorité des valeurs, à commencer par le secteur automobile (-2,14%. Fiat Chrysler chute de 4,2%, Renault de 4%. L'équipement Faurecia dégringole de 7%, lesté toutefois aussi par le détachement d'un coupon.

    Le secteur minier (-1,54%), très sensibles aux risques pesant sur la croissance mondiale, est en perte de vitesse également.

    Le marché obligataire profite de l'aversion pour les actifs risqués, ce qui se traduit par une chute des rendements.

    Le 10 ans américain perd 4 points de base à 2,17%.

    En Europe, le Bund allemand à 10 ans, référence pour la zone euro, est tombé en début de matiéne à -0,194%, au plus depuis près de trois ans.

  • "Les investisseurs reprennent conscience que le conflit commercial ne disparaitra pas rapidement de l'actualité. Une statistique chinoise moins bonne que prévue ajoute de la pression."
    Milan Cutkovic
    Analyste chez AxiTrader

  • -2,6%
    Chute des valeurs automobiles
    Tous les secteurs reculent en Europe, mais le compartiment des valeurs automobiles encaisse le recul le plus net : -2,6%.

  • | Opening Bell |

    Les marchés européens ouvrent en nette baisse, après l'annonce de Donald Trump que les Etats-Unis imposeront des droits de douane sur les produits en provenance du Mexique.

    • Bruxelles: -1,25%
    • Amsterdam: -1%
    • Francfort: -1,34%
    • Paris: -1,10%
    • DJ Stoxx 600: -0,85%

  • Baisse forte et inattendue des ventes au détail en Allemagne

    Les ventes au détail en Allemagne ont nettement baissé en avril et ce contre toute attente, montrent des données publiées vendredi par Destatis, l'office fédéral de la statistique.

    Indicateur volatil souvent sujet à révision, les ventes au détail ont baissé de 2,0% en termes réels, alors qu'elles étaient attendue en hausse de 0,1%.

    Elles ont stagné en mars alors qu'un recul de 0,2% avait été annoncé en première estimation.

    Sur un an, les ventes au détail affichent au contraire une hausse bien plus forte que prévu, de 4,0%, alors que les économistes n'attendaient que 1,1%.

  • Le 10 ans néerlandais en territoire négatif

    Les rendements des emprunts souverains de la zone euro chutent ce matin, et celui du 10 ans néerlandais est passé en territoire négatif pour la première fois depuis 2016 après l'annonce par le président américain Donald Trump de nouveaux droits de douane sur les produits importés mexicains.

    Le mauvais indice PMI manufacturier chinois contribue également à assombrir l'humeur ambiante.

    > Le rendement du Bund à 10 ans, référence de la zone euro, pointe à -0,191%, en baisse de 2,2 points de base.
    > Son équivalent néerlandais évolue étroitement de part et d'autre de 0%.
    > L'OAT à 10 ans perd 1,4 point de base à 0,225%.
    > L'Olo à 10 ans cède 1,3 point de base à -0,301%.
    > Le rendement à 10 ans américain évolue à 2,1766%, en perte de 4,8 points de base.

    Contre la tendance, le rendement italien se tend de 6,6 points de base à 2,718%.

  • Briefing d'avant Bourse

    L'Europe attendue en nette baisse | Les rendements obligataires chutent

    Les Bourses européennes sont attendues en baisse assez nette vendredi à l'ouverture après le double choc provoqué par la décision de Donald Trump de taxer tous les produits mexicains et par l'annonce d'une contraction de l'activité manufacturière en Chine.

    Cette double actualité réveille chez les investisseurs la peur d'une récession et entraîne un climat d'aversion au risque illustré par la chute des rendements obligataires.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien et le Dax à Francfort perdraient chacun autour de 1% à l'ouverture. Le le FTSE à Londres reculerait pour sa part de 0,6%.

    Sur le marché obligataire, l'aversion au risque se traduit par une nette baisse des rendements des emprunts d'Etat. Celui du 10 ans américain évolue à un creux de 20 mois sous 2,18%. Il a perdu plus de 30 points de base depuis le début du mois.

    Le rendement de la dette italienne évolue contre la tendance, en hausse de 7 points de base à 2,73%.

  • Tokyo perd 1,63%, l'automobile pèse

    La Bourse de Tokyo a fini en nette baisse, pénalisée par le secteur automobile après la décision de Donald Trump de taxer toutes les importations mexicaines.

    > L'indice Nikkei a perdu 1,63% à 20.601,19 points
    > Le Topix, plus large, a cédé 1,29% à 1.512,28 points

    Mazda a plongé de près de 7%, Nissan de plus de 5% et Honda de 4%. Toyota a perdu 2,5%.

  • Les conférences de Bone Therapeutics

    La bioech basée à Gosselies Bone Therapeutics participera en juin à trois conférences :

    •    BIO International, du 3 au 6 juin 2019, à Philadelphie (Etats-Unis)
    •    Kepler Cheuvreux Biotech Forum, le 18 juin 2019, à Paris
    •    France Biotech HealthTech Investor Days, du 24 au 25 juin à Paris

  • La bioetch Kiadis cherche 25 millions d'euros

    La biotech Kiadis , spécialisée dans le domaine des greffes de moelle osseuse, lance un placement privé d'actions nouvelles visant à récolter 25 millions d'euros.

  • AB InBev dans les recommandations du jour

    Argus Research Corp. relève son objectif de cours sur l'ADR d'AB InBev à "acheter" contre "conserver". L'objectif de cours est fixé à 92 dollars.

    Ces trois derniers mois, les analystes ont relevé de 12% en moyenne leur objectif de cours à 12 mois sur la valeur. Les prévisions varient entre 72 dollars et 118 dollars.

  • Trump emploie des grands moyens contre le Mexique

    Donald Trump a décidé jeudi d'employer les grands moyens contre le Mexique, accusé de laxisme sur le dossier de l'immigration clandestine: il va imposer dès le 10 juin des droits de douane sur les produits en provenance de son voisin du Sud.

    Le président américain a annoncé que les États-Unis allaient mettre en place "des tarifs douaniers de 5% sur tous les biens en provenance du Mexique" et que ces derniers allaient "progressivement augmenter tant que le problème de l'immigration clandestine n'est pas résolu".

    Les droits de douane pourraient ainsi passer à 10% au 1er juillet et grimper de 5 points de pourcentage chaque mois jusqu'à la limite de 25% en octobre si le Mexique "n'arrête pas considérablement le flux d'étrangers illégaux passant par son territoire", a-t-il précisé dans un communiqué publié par la Maison Blanche.

    Les États-Unis se réservent le droit de retirer ces tarifs à "(leur) seule discrétion", a-t-il ajouté.

  • A l'agenda ce vendredi 31 mai

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    - 8h Ventes au détail / avril
    - 14h Inflation (1re estimation) / mai

    Chine
    - Indices PMI officiels / mai

    Etats-Unis
    - 14h30 Revenus et dépenses des ménages, indice PCE / mars
    - 16h Indice de confiance du consommateur de l'université du Michigan (définitif) / mai

    Japon
    - Production industrielle, ventes au détail/ avril

    → ENTREPRISES

    Belgique
    - Care Property Invest: cotation ex-dividende de 0,72 euro brut

    Danemark
    - Abacus Medicine: première cotation sur la Bourse de Francfort

  • Tokyo lestée par ses valeurs automobiles | L'Europe donnée en baisse

    Bonjour ! Ceci démarre notre Market live du vendredi 31 mai 2019. Merci de nous suivre.

    Si les marchés chinois sont plus bien orientés ce matin, ce n'est pas le cas à Tokyo où l'indice Nikkei perd 1%, lesté par ses valeurs automobiles en réaction à la décision du président américain Donald Trump d'imposer des tarifs douaniers sur l'ensemble des biens venus du Mexique, où les constructeurs automobiles japonais ont des usines.

    L'ensemble du secteur automobile chute: Toyota perd 2,54%, Nissan 5,10%, Honda 4% et Mazda 6,8%.

    En Europe, les contrats à terme laissent entrevoir une ouverture en baisse en Europe, particulièrement à Francfort où le secteur automobile pourrait subir des dégagements. Le contrat à terme sur le Dax lâche 0,70%, celui sur le FTSE londonien 0,41% et celui sur l'indice euro Stoxx 50 0,66%.

    Le 10 ans US profite du mouvement d'aversion pour le risque et perd 4 points de base à 2,17%, à un plus bas de 20 mois.

    L'euro est stable à 1,1131 dollar.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés