1. Les marchés
  2. Live blog
live

Trump tweete, les marchés décrochent | Le FMI inquiet pour la zone euro

Les marchés européens ont perdu des plumes à la suite de la volonté des Etats-Unis de vouloir taxer des produits européens bénéficiant d'aides d'Etat. Le FMI revoit ses prévisions à la baisse. J-1 avant la BCE. Barco investit dans la chirurgie digitale.
  • A l'agenda ce mercredi: Brexit et BCE

    C'est la fin du MarketLive pour ce mardi. Merci de nous avoir suivis et rendez-vous ce mercredi pour une nouvelle séance qui s'annonce chargée. 

    → A l'agenda: 

    Economie / Finance

     Allemagne
    - Conseil des gouverneurs de la BCE, réunion sur les taux à 13h45, conférence de presse à 14h30

    Autriche
    - Rapport mensuel de l’Opep

    Etats-Unis
    - 14h30 Prix à la consommation / mars
    20h Budget fédéral / mars
    20h Compte rendu de la réunion du FOMC des 19 et 20 mars

    Royaume-Uni
    - 10h30 Production industrielle, estimation du PIB / février
    - 10h30 Balance commerciale

    Zone euro
     Conseil européen extraordinaire

    Entreprises

    Belgique
    Wereldhave Belgium / assemblée générale

    France
    - Airbus / assemblée générale
    LVMH / CA du T1(après Bourse)

    Pays-Bas
    Ahold Delhaize / assemblée générale
    Binck Bank / offre de reprise par Saxo Bank au prix de 6,35 euros par action. Jusqu’au 22 mai.

    Royaume-Uni
    - Tesco/ résultats annuels 2018-2019 (8h00)

  • La clôture en Europe

    Parmi les plus fortes baisses du CAC 40 parisien (-0,65%), Airbus a décroché de 1,86%. En cause: la publication par le bureau du représentant américain au Commerce d'une liste de produits européens qui pourraient faire l'objet de droits de douane. En cours de séance, le président Trump a confirmé la menace avec un tweet rageur dont il a le secret. Les Américains visent à présent 11 milliards de dollars de produits européens bénéficiant de subvention.

    Le secteur aéronautique est particulièrement ciblé par l'administration Trump. La liste américaine comprend notamment les avions gros porteurs commerciaux européens ainsi que leurs pièces détachées. La sentence a donc été identique pour l'équipementier aéronautique Safran (-1,34%). Une tuile de plus pour un groupe déjà pénalisé par les déboires de Boeing sur son 737 MAX équipé en moteur par le Français. 

    Avant l'intervention du président US, les indices évoluaient prudemment dans le vert. Une fois le tweet envoyé, ils se sont rapidement repliés en territoire négatif. Quelques instants plus tard, le FMI confirmait ses sombres prévisions pour l'économie mondiale, et en particulier pour les pays de la zone euro, l'Allemagne en tête, ce qui a eu pour conséquence d'enfoncer un peu plus les marchés dans le rouge. 

    La Bourse de Francfort est la place européenne qui a eu le plus de mal à encaisser le coup, le Dax terminant sur un recul de 0,94% avec seulement 5 de ses 30 valeurs dans le vert. Le secteur auto était parmi les plus affectés avec notamment la marche arrière de Daimler (-1,32%). 

    A Bruxelles, après une ouverture dans le rouge, le Bel 20 est rapidement remonté en territoire positif pour s'installer au-dessus des 3.800 points avant de retomber dans le rouge en raison de la mollesse des prévisions du FMI pour la zone euro. Au final, le Bel 20 a eu les ressources suffisantes pour revenir dans la course, mais il termine un cheveu sous l'équilibre (-0,08%).

    A Londres, les cours du pétrole et le rebond de la livre à la veille d'un sommet européen sur le Brexit ont pesé sur le FTSE 100 (-0,35%). Parmi les titres sensibles aux mouvements de la livre, le géant de la restauration collective Compass a perdu 0,77% à 1.793 pence et le cigarettier Imperial Brands 0,43% à 2.543 pence. 

    A l'échelle du continent, les valeurs bancaires ont signé la meilleure progression sectorielle en Europe (+013%), les investisseurs attendent des détails sur de possibles mesures de soutien au secteur bancaire par la BCE qui se réunit ce mercredi.

  • Cofinimmo fait des emplettes aux Pays-Bas

    La société immobilière réglementée Cofinimmo  a mis la main sur un site d'immobilier de santé situé à Dokkum, dans la province de Frise aux Pays-Bas, pour un montant d'environ 8 millions d'euros. 

  • La clôture en Europe

    Bel 20: -0,08%

    DAX: -0,81% 

    CAC 40:  -0,44% 

    FTSE 100:  -0,28%

    EuroStoxx 50: -0,39% 

    DJ Stoxx 600: -0,36% 

  • Chute des livraisons de Boeing après les accidents des 737 MAX

    Boeing  annonce une forte baisse de ses livraisons d'avions au premier trimestre, le constructeur américain ayant stoppé celles du 737 MAX à la suite de l'interdiction de vol frappant cet appareil à travers le monde après deux accidents meurtriers en cinq mois impliquant ce modèle. 

    → Le groupe a livré 89 appareils 737 au premier trimestre, contre 132 un an auparavant. Le nombre total de commandes s'est élevé à 91 sur cette période, contre 180 il y a un an.

    Boeing n'a enregistré aucune nouvelle commande pour le MAX en mars.

  • Les craintes sur le commerce et la croissance mondiale pèsent à Wall Street

    La Bourse de New York a débuté franchement dans le rouge. En cause: le regain de tensions sur le commerce entre Washington et l'Europe et la baisse des prévisions de croissance du Fonds monétaire international, avant le début des résultats de grandes banques américaines en fin de semaine.

    > Le Dow Jones recule d'environ 0,80% à 16 heures, heure belge, et le S&P 500 de 0,55%. Le Nasdaq (-0,27%) limite la casse.  

    Boeing, en baisse de 4,44% lundi, perd encore 1,56% en début de séance. Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans cède plus de trois points de base à 2,488% et celui du 10 ans allemand est retombé en territoire négatif à -0,012%.  

    American Airlines a abaissé sa prévision de revenu avec la mise au sol de ses nombreux 737 MAX. Le titre perd 2,66% dans la première heure d'échanges. 

  • WALL STREET | Opening bell

    Dow Jones: -0,68%

    S&P 500: -0,47%

    Nasdaq: -0,41% 

  • Le FMI abaisse encore ses prévisions de croissance 2019

    Le FMI a de nouveau abaissé sa prévision de croissance pour l'économie mondiale cette année après sa fin 2018 difficile sur fond de ralentissement en Chine et de tensions commerciales, le tout s'accompagnant d'une moindre confiance des acteurs économiques.

    Le Fonds monétaire international, qui avait déjà révisé à la baisse à deux reprises ses anticipations les trimestres précédents, n'attend plus que 3,3% de croissance cette année dans le monde, soit 0,2 point de moins par rapport à sa prévision de janvier et 0,4 de moins par rapport à celle d'octobre 2018. Il la voit rebondir en 2020 pour retrouver son rythme de 3,6% (prévision inchangée) constaté l'an passé, tout en avertissant que, dans l'environnement actuel, elle ne devrait pas accélérer plus à moyen terme.

  • Le point sur les marchés - Update 2

    La tendance en Europe se retourne à la baisse | La BCE en ligne de mire

    1. Les marchés européens, qui avançaient timidement à la mi-séance, se sont retournés à la baisse à la suite d'un tweet du président Trump indiquant son désir de taxer pour 11 milliards de dollars les produits européens ayant reçu des subventions publiques.  

    2. Le Dax perd 0,24% à Francfort. Paris, Amsterdam et Bruxelles de retour dans le rouge 

    3. Wall Street se dirige aussi vers une ouverture proche de l'équilibre. Le contrat à terme sur l'indice Dow Jones reflue de 0,04%, celui sur le S&P de 0,06% et celui sur le Nasdaq de 0,09%.

    4. Les valeurs bancaires progressent de 0,78%, meilleure progression sectorielle en Europe, les investisseurs attendent des détails sur de possibles mesures de soutien au secteur bancaire par la BCE.

    5. Airbus lâche 1,61%, après que Washington a haussé le ton face à l'UE lundi en menaçant de lui imposer des hausses de taxes douanières si Bruxelles ne met pas un terme à certaines subventions au constructeur aéronautique.

    6. Prysmian recule de 4% après avoir averti qu'il avait rencontré un problème sur son câble à haute tension WesternLink. Les déboires du groupe italien profitent à son concurrent français Nexans (+6%).

  • Trump veut taxer 11 milliards de dollars de produits européens

    Le président américain, Donald Trump, met ses menaces à exécution. Son pays va imposer des droits de douane sur 11 milliards de dollars (9,8 milliards d'euros) de produits de l'Union européenne, au lendemain de la publication par son représentant au Commerce d'une liste de cibles potentielles de représailles américaines contre des aides publiques de l'UE.

    "L'Organisation mondiale du commerce a conclu que les subventions de l'Union européenne à Airbus avaient nui aux Etats-Unis qui vont maintenant appliquer des droits sur 11 milliards de dollars de produits de l'UE! L'UE a profité des USA sur le commerce pendant de nombreuses années. Ce sera bientôt fini!", a écrit Donald Trump dans un message publié sur Twitter.

    Les marchés européens ont mal encaissé la missive. L'indice Dax de la Bourse de Francfort est tombé dans le rouge après la publication de ce message et cédait 0,5% peu avant à 16 heures, entraînant l'ensemble des places européennes dans son repli. De son côté, la Commission européenne prépare d'éventuelles représailles contre les subventions américaines accordées à Boeing tout en disant rester prête à la discussion. 

  • Cinq questions pour la BCE avant la réunion de ce mercredi

    Plus d'un mois après l'annonce d'un coup de frein à la normalisation de sa politique monétaire et du report à 2020 au plus tôt de sa première hausse de taux, la Banque centrale européenne ne devrait pas faire d'annonce fracassante à l'issue de sa réunion de mercredi. Le BCE ne touchera donc pas aux taux, mais elle pourrait donner quelques précieuses informations sur les conditions des futures opérations ciblées de refinancement à long terme.

     

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Boeing, Phasebio, Zogenix...

    * BOEING - La Commission européenne a annoncé mardi avoir commencé à préparer des représailles concernant les subventions dont bénéficie l'avionneur, au lendemain de la publication par Washington d'une liste de produits européens pouvant être soumis à des droits de douane en raison de subventions accordées à Airbus.

    * WYNN RESORTS - L'opérateur australien de casinos Crown Resorts a annoncé a reçu une offre de rachat de 10 milliards de dollars australiens (6,3 milliards d'euros) de la part du groupe américain. Wynn, qui cherche à étendre sa présence au-delà des Etats-Unis et de Macao, a reconnu l'existence de discussions préliminaires, sans plus de précision.

    * APOLLO - La société de capital-investissement américaine prépare le fabricant de bouteilles français Verallia à ce qui pourrait être l'une des plus importantes introductions en Bourse en France cette année, ont dit mardi à Reuters des sources proches du dossier.

    * ZOGENIX - L'action du laboratoire chute de 33% à 35,39 dollars en avant-Bourse à la suite de l'annonce du refus de la FDA, l'autorité sanitaire américaine, d'étudier en l'état la demande de commercialisation de son traitement des convulsions liées au syndrome de Dravet, une maladie génétique rare de l'enfant.

    * PHASEBIO - L'action du laboratoire grimpait de 35,6% en après-Bourse et était en passe de toucher son plus haut niveau depuis son introduction en Bourse d'octobre dernier, après la décision de la FDA d'accorder le statut de "traitement novateur" à son médicament PB2452, censé prévenir les effets secondaires du traitement cardiaque ticagrelor.

    * UNITED STATES STEEL perd 4,2% en avant-Bourse après un abaissement de recommandation de Credit Suisse, passé de"neutre" à "sous performance" avec un objectif de cours ramené de 21 à 13 dollars.

  • "Les marchés boursiers européens sont atones et bloqués dans un mode de faible volatilité. Toutefois, l'humeur des investisseurs en Europe continentale résiste bien compte tenu des tensions croissantes entre Washington et Bruxelles concernant la menace d'imposer des droits de douane de 11 milliards de dollars sur les importations européennes."
    David Madden
    Analyste de CMC Markets

  • L'administration Trump fait mal au secteur aéronautique européen

    Lanterne rouge du CAC 40, Airbus décroche   de 1,83%. En cause: la publication par le bureau du représentant américain au Commerce d'une liste de produits européens qui pourraient faire l'objet de droits de douane. La menace est en quelque sorte une réponse aux subventions accordées par l'Union au groupe d'aéronautique et de défense. Cette liste comprend notamment les avions gros porteurs commerciaux européens ainsi que leurs pièces détachées.

    Même sentence pour l'équipementier aéronautique Safran qui a également perdu du terrain sur le marché parisien. Une tuile de plus pour un groupe déjà pénalisé par les déboires de Boeing sur son 737 MAX équipé en moteur par le Français. 

  • Barco, l'action surprise de 2019, a-t-elle encore du potentiel?

  • Le point sur les marchés

    L'attentisme prévaut sur les marchés européens

    * L'attentisme prévaut sur les marchés avant des rendez-vous importants
    * Les gains varient entre 0,12% à Francfort et 0,28% à Bruxelles
    * La BCE, la Fed et le Brexit figure au programme de ce mercredi
    * Coup d'envoi de la saison des résultats aux USA vendredi
    * Prysmian (-2,6%) plus forte baisse du Stoxx 600 après un problème sur son câble Westerlink
    * Prévisions de croissance mondiale du FMI à 15h

  • L'action Alcon explose pour son IPO à Zurich

    Alcon , le spécialiste des soins de la vue - qui possède un important site de production à Puurs en Belgique - fait ses premiers pas boursiers à la Bourse de Zurich ce mardi, à l'occasion de sa scission de Novartis.

    Les actionnaires du groupe pharmaceutique Novartis reçoivent 1 action Alcon pour 5 actions Novartis.

    Comme il ne s’agissait pas d’une introduction en bourse "classique" avec une période de souscription et une fourchette de prix, les attentes concernant le premier prix variaient entre 40 et 48 francs suisses environ. Au final, les estimations s'avèrent trop prudentes: Alcon a fait ses débuts à 55 francs de suisses ou encore une valorisation de près de 27 milliards de francs suisses (24 milliards d'euros), ce qui en fait la plus grosse IPO du marché suisse de ces dix dernières années.

    Et Alcon poursuit sa progression : +5% à 57,74 francs suisses.

  • Elia confirme son augmentation de capital et sa réorganisation

    Elia a confirmé lundi son projet de réorganisation interne visant à isoler et à cantonner ses activités régulées en Belgique de ses autres activités non régulées. Le gestionnaire du réseau à haute tension belge prévoit de mettre en œuvre cette possible nouvelle structure pour fin 2020 au plus tard.

    En parallèle, le conseil d'administration d’Elia a décidé à l’unanimité qu’une assemblée générale extraordinaire sera convoquée le 21 mai 2019, afin de demander l’autorisation de procéder à une augmentation de capital. Le montant exact visé n'a pas été communiqué. Des sources évoquent la somme de 350 millions à 450 millions d'euros.

    Les analystes confirment leurs recommandations et objectifs de cours.

    KBC Securities affirme que le communiqué d'Elia n'a pas d'impact sur son objectif de cours de 70 euros, le conseil est d'accumuler. ING reste à "conserver" avec un target price de 66,2 euros. Kepler considère que la séparation des activités réglementées et non réglementées est une bonne chose et maintient l'avis d'achat avec un prix cible de 69 euros.

  • Premier cours à 55 francs suisses pour Alcon

    Alcon débute ses premiers pas boursiers avec un cours d'ouverture de 55 francs suisses. Dans les premiers échanges, l'action bondit de 2,33% à 56,28 francs suisses.

    A l'opposé, Novartis , désormais amputé d'Alcon, plonge de 10% à 85,61 francs suisses.

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: -0,08%
    • Amsterdam: -0,31%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: -0,37%
    • DJ Stoxx 600: -0,17%

  • Obligations Aramco : pour plus de 80 milliards d'ordres

    La demande qui se porte sur le premier emprunt international de Saudi Aramco, considérée comme un bon étalon de l'engouement que pourrait susciter l'éventuelle introduction en Bourse (IPO) du géant pétrolier saoudien, représente plus de huit fois des 10 milliards de dollars qui seraient en principe levés.

    Au point que le premier groupe pétrolier mondial propose cette émission en six tranches, mise à prix mardi, avec une prime plus faible que prévu par rapport au gisement souverain saoudien.

    Des sources ont dit à Reuters que les énormes bénéfices d'Aramco, presque le triple de ceux d'Apple, font que les investisseurs sont prêts à investir dans son emprunt au prix même de rendements inférieurs à ceux de la dette saoudienne.

     

  • KBCS vise plus haut pour Barco

    KBC Securities relève son objectif de cours sur Barco à 155 euros contre 135 euros. La recommandation est maintenue à "accumuler".

  • Barco investit 10 millions dans la chirurgie digitale

    Barco entre dans le capital de Caresyntax, le spécialiste germano-américain des salles d'opération numériques, en y injectant 10 millions de dollars. Par la même occasion, Barco obtient un siège au conseil d'administration.

    L’objectif est d’intégrer les produits Caresyntax dans Nexxis, la plate-forme Barco, qui permet de partager la vidéo et l’audio haute résolution dans et entre les salles d’opération.

    L'argent n'est pas un problème pour le groupe d'imagerie. Le groupe disposait d’une trésorerie nette de 332 millions d’euros, plus de 25 euros par action, à la fin du mois de décembre, date de clôture de ses comptes annuels.

  • "Je suis innocent"

    Carlos Ghosn a clamé son "innocence" dans une vidéo diffusée mardi et enregistrée avant son arrestation le 4 avril sur de nouveaux soupçons de malversations financières, accusant des dirigeants de Nissan de "trahison".

    Son principal avocat, Junichiro Hironaka, a par ailleurs annoncé son intention de déposer mercredi un recours devant le Cour suprême pour obtenir la remise en liberté de son client.

    "Ce n'est pas une histoire de cupidité, de dictature d'un homme. C'est une histoire de complot, de conspiration, de trahison", déclare en anglais l'ancien PDG de Renault-Nissan dans ce message. Les noms des responsables désignés par M. Ghosn ont été coupés au montage, sur demande de ses avocats.

     

  • SocGen s'intéresse à Aedifica

    SocGen démarre le suivi d'Aedifica avec une recommandation de "conserver" et un objectif de cours de 85 euros.

  • Tokyo légèrement positive, le bond de Sony aidant

    La Bourse de Tokyo a fini sur de faibles variations mardi, dans un marché marqué par l'attentisme avant le démarrage de la saison des résultats annuels au Japon.

    L'indice Nikkei a gagné 0,19% à 21.802,59 points et le Topix, plus large, a cédé 0,09% à 1.618,76 points.

    Aux valeurs, Sony a bondi de près de 9%, dopé par une information de Reuters selon laquelle le fonds activiste Third Point est en train de se constituer une participation au capital du groupe pour tenter de le faire évoluer.

  • Briefing d'avant Bourse

    Léger repli attendu | Les prévisions du FMI au menu du jour

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en légère baisse en l'absence de catalyseurs sur le marché.

    2.  D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,14% à l'ouverture, le Dax à Francfort reculerait de 0,25% et le FTSE à Londres abandonnerait 0,1%.

    3. Si aucun indicateur économique n'est attendu ce mardi, le Fonds monétaire international publiera à 15h ses nouvelles prévisions de croissance mondiale.

    4. La journée de mercredi qui s'annonce particulièrement fournie, avec, entres autres, la réunion de politique monétaire de la BCE, le sommet européen extraordinaire sur le Brexit et la publication du compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale (Fed).

    5. Vendredi, les banques américaines lanceront le coup d'envoi du bal des publications trimestrielles aux Etats-Unis, où les profits des sociétés de S&P 500 sont attendus en baisse pour la première fois depuis 2016.

  • Première cotation pour Alcon à Zurich

    Alcon est coté pour la première fois ce mardi sur le marché suisse après sa scission de Novartis . Ce dernier a précisé à cette occasion prévoir une hausse de son dividende et vouloir boucler cette année le plan de rachats d'actions de cinq milliards de dollars annoncé en juin 2018.

    Alcon, spécialisé dans les produits ophtalmiques et les lentilles de contact, est scindé dans le cadre d'un accord annoncé en juin dernier par Novartis.

    Novartis a estimé la valeur d'Alcon à environ 25 milliards de francs (22,3 milliards d'euros). Certains analystes tablent sur une capitalisation boursière initiale de 21 milliards à 23 milliards de francs, ce qui implique une action Alcon entre 43 et 47 francs.

    La scission d'Alcon par Novartis , prévue le 9 avril, est la plus grande opération boursière de ces dernières années en Suisse et entraîne une recomposition de l'indice de référence de Zurich, le Swiss Market Index (SMI) dont la banque privée Julius Baer sera évincée.

  • A suivre ce mardi 9 avril

    → ECONOMIE / FINANCE

    Etats-Unis
    • 15h Perspectives économiques mondiales du FMI

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • VGP : publication du rapport annuel

    Pays-Bas
    • Binck Bank: offre de reprise par Saxo bank au prix de 6,35 euros par action. Jusq’au 22 mai.

    Suisse
    • Novartis : séparation d’Alcon. Cinq actions Novartis donnnet droit à 1 action Alcon

  • Good morning!

    Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Merci de nous suivre pour vous tenir informé des principaux événements qui animeront cette séance de Bourse.

Plus sur Les Marchés

Echo Connect