1. Les marchés
  2. Live blog
live

Umicore, Bekaert et Solvay à la fête en 2016, Engie et AB InBev pleurent

Les indices actions européens clôturent la dernière séance de l'année sur une note modestment positive. Progression annuelle à deux chiffres pour la Bourse de Londres. Les cotations ont repris en Sapec. Une acquisition pour KBC. L'euro est brièvement monté à plus de 1,065 dollar.
  • Ceci clôture cette édition du 30 décembre 2016 du Market Live de Lecho.be.

    Merci de nous avoir suivis tout au long de l'année.

    A l'année prochaine!

  • KBC parmi les valeurs belges à suivre lundi

    Communiqué de KBC . L'institution financière annonce l'acquisition d'United Bulgarian Bank et Interlease et devient le premier groupe de bancassurance de Bulgarie.

    Le groupe belge KBC (KBC) et la Banque nationale de Grèce (NBG), société mère d'United Bulgarian Bank (UBB), ont conclu ce jour un accord en vertu duquel KBC acquiert la propriété de:

    • UBB (à 99,9%), quatrième banque de Bulgarie en termes d'actifs et détenant une part de marché de 8% à fin septembre 2016 (part de marché de 11% sur le segment retail et 8% sur le segment corporate)
    • et d'Interlease (à hauteur de 100%), le troisième fournisseur de services de leasing de Bulgarie avec une part de marché de 13% pour un montant global de 610 millions d'euros. KBC engagera ses liquidités disponibles pour payer le prix de l'acquisition cash.

    Cette acquisition aura une incidence très limitée sur la robuste position de capital de KBC (-54 points de base), le ratio CET1 (3Tr2016: 15,3%) demeurant nettement supérieur aux exigences minimales réglementaires en matière de capital.  

  • Le point sur (la dernière séance de) l'année boursière

    Les principale Bourses européennes ont terminé la dernière séance de 2016 en hausse, clôturant une année dans l'ensemble positive mais qui aura vu Madrid, Zurich et surtout Milan rester à la traîne.

    Sur l'ensemble de 2016, le CAC a gagné 4,86%. Le Dax s'est octroyé 6,9% et le Footsie a pris 14%, la meilleure performance en Europe, en profitant de ses nombreuses composantes minières ou internationales, aidées les unes par le rebond des prix des matières premières, les autres par la dépréciation de la livre.

    A l'inverse le FTMib de Milan a chuté de 10,2% sur l'année, plombé par son secteur bancaire dont l'indice a cédé 38%.

    L'indice suisse SMI a perdu 6,8% en 12 mois, freiné par le franc fort et la baisse de ses deux poids lourds pharmaceutiques Roche et Novartis.

    L'Ibex madrilène a cédé 1,6%.

    Reflétant ces disparités, l'EuroStoxx 50 a gagné 0,7% sur l'année mais le FTSEurofirst 300 a cédé 0,6% et le Stoxx 600 1,3%.

    Par secteurs, les ressources de base ont affiché la plus forte progression de l'année avec un gain de 62%, emmené par des valeurs comme Anglo American (+285%), Glencore (+205%) ou ArcelorMittal, en tête du CAC avec une hausse de 133%.

    Le secteur du gaz et du pétrole a pris 22,7%.

    L'indice sectoriel des banques a cédé en revanche près de 7% et celui des télécoms pas loin de 16%, la plus mauvaise performance européenne cette année.

    "Sous pression à plusieurs reprises (Brexit, élections US et référendum italien), les indices ont montré une forte résilience au risque, soutenus par des banques centrales toujours très actives notamment en Europe et au Japon", résume Nicolas Cheron, stratégiste chez CMC Markets.

    Sur le marché des changes, le dollar a continué de subir des prises de bénéfice, cédant autour de 0,6% face à l'euro et 0,2% contre le yen, mais il termine l'année sur des gains respectifs de 2,8% et 3,1%. L'indice dollar , qui mesure la valeur du billet vert face à un panier de grandes devises, a progressé de quelque 3,6% en 2016.

    Les cours du brut sont eux aussi restés orientés à la baisse, d'environ 0,5%, tout en conservant un gain de plus de 50% en 2016, leur plus forte progression annuelle depuis 2009, en grande partie grâce à l'accord de réduction de la production initié par l'Opep et qui doit entrer en application le 1er janvier.

    L'or, en petite baisse de 0,2% vendredi, affiche pour sa part un gain de 9% en 2016 après trois années de recul.

  • Umicore, Bekaert et Solvay à la fête en 2016, Engie et AB InBev pleurent

    Le  Bel20 clôture l'année à 3606.36 points, soit une perte 2,5% sur l'année . C'est le premier exercice annuel négatif de l'indice bruxellois de référence depuis 2011.

    La baisse de l'indice est principalement due à la faible performance des poids lourds comme Engie (-26%) et AB InBev (-12%). A l'opposé, les géants industriles Umicore (+ 40%), Bekaert (+ 36%) et Solvay (13%) signent un exercice boursier remarquable. Ils n'ont cependant pas réussi à maintenir le Bel20 la tête hors de l'eau, ces trois valeurs ne pesant que 15% du Bel20.  

     

  • Une acquisition pour Care Property Invest

    Care Property Invest annonce l’acquisition de 100% des actions de la société VSP Lanaken Centrum WZC SA. Le "closing" a eu lieu le 30 décembre 2016, après la réalisation de toutes les conditions suspensives. Cette société est propriétaire du centre de services de soins et de logement "Drie Eiken" à Lanaken, qui sera exploité par l’ASBL Foyer De Lork, qui, à son tour, fait partie du Senior Living Group.

    La valeur conventionnelle de ce projet s’élève à environ 19 millions d’euros.

  • | Closing Bell |

    • Amsterdam: +0,15%
    • Bruxelles: +0,15%
    • Francfort: +0,26%
    • Londres: +0,32%
    • Paris: +0,49%
  • EUROPE/BOURSES-L'INDICE FTBMIB DE LA BOURSE DE MILAN A PERDU 10,2% EN 2016, L'IBEX DE MADRID A CÉDÉ 1,6%

  • EUROPE/SECTEURS-LES RESSOURCES DE BASE ONT PRIS 61,7% EN 2016, MEILLEURE PERFORMANCE, LES TÉLÉCOMS (-15,9%) EN QUEUE DE CLASSEMENT

  • EUROPE/BOURSES-LE STOXX 600 GAGNE 0,3% EN CLÔTURE PROVISOIRE, PERTE DE 1,3% EN 2016

  • L'or gagne 9% en 2016 après trois années de baisse

    L'or, remonté vendredi à un plus haut de deux semaines grâce au repli du dollar, s'apprête à terminer 2016 sur un gain total de plus de 9% après trois années de baisse.

    L'once d'or a atteint dans la matinée un plus haut depuis le 14 décembre à 1.163,14 dollars avant de refluer légèrement, s'échangeant autour de 1.159,00 vers 15h00 GMT, en hausse de 0,1% sur la séance.

    Les futures sur l'or progressent de 1,30 dollar à 1.159,40 dollars l'once.

    Le métal fin avait atteint un plus haut de deux ans en juillet, profitant de son statut de valeur refuge après les brèves turbulences sur les marchés qui ont suivi le vote britannique en faveur d'une sortie de l'Union européenne.

    En novembre toutefois les cours ont chuté de plus de 8%, conséquence de l'envolée des taux longs américains après la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle du 8 novembre.

    "En 2017, les cours de l'or pourraient à nouveau faiblir à cause des trois hausses de taux prévues par la Fed, qui pourraient conduire à un renforcement du dollar. D'un autre côté, les incertitudes sur les alliances politiques entre le président élu Trump et d'autres acteurs internationaux pourraient créer des fractures géopolitiques, ce qui serait positif pour l'or."
    Peter Fertig
    Responsable de Quantitative Commodity Research

  • L'activité économique dans la région de Chicago déçoit les analystes

    L'activité économique dans la région de Chicago a cru moins rapidement en décembre, décevant les attentes des analystes, selon l'indice local des directeurs d'achats de l'association ISM publié vendredi.

    L'indicateur a perdu 3 points à 54,6 contre 57,6 le mois d'avant.

    Les analystes s'attendaient à ce qu'il recule plus modérément à 55,2 points.

  • Wall Street en très légère hausse pour la dernière séance de l'année

    Wall Street a ouvert en très légère hausse vendredi pour une dernière séance de l'année qui s'annonçait particulièrement calme: le Dow Jones prenait 0,08% et le Nasdaq 0,15%.

    Jeudi, la Bourse de New York avait terminé en très faible baisse, victime de mouvements techniques sur un marché au ralenti pendant la période des fêtes: l'indice vedette Dow Jones Industrial Average avait perdu 0,07% et le Nasdaq, à dominante technologique, 0,12%.

  • Wall Street| Opening Bell |

    • Dow Jones: +0,08%
    • S&P 500: +0,11%
    • Nasdaq Composite: +0,15%
  • Adidas, meilleur élève du Dax en 2016

    Star de 2016 du Dax, Adidas a fini en haut de l'indice pour la séance de vendredi (+1,49% à 150,15 euros), mais a aussi inscrit la meilleure performance annuelle avec un bond de 67% sur douze mois. Mauvais élève notoire en 2014, l'équipementier sportif, qui s'est doté d'un nouveau patron, avait déjà brillé en 2015.

    Les autres bons élèves de l'année ont été industriels, à l'instar de Siemens (+29,95% sur l'année), BASF (+24,87%), Thyssenkrupp (+23,45%) ou encore Infineon (+22,25%).

     

    ©Bloomberg

  • Wall Street attendue en légère hausse

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en petite progression, de 0,14% pour le Dow Jones et 0,16% pour le S&P-500.

    L'indice vedette de Wall Street le Dow Jones devrait gagner plus de 13% sur l'année grâce notamment à l'élection de Donald Trump.

  • Le Dax termine 2016 sur une progression timide

    La Bourse de Francfort a terminé la séance écourtée de vendredi sur une petite hausse, son indice vedette Dax enregistrant sur l'ensemble de 2016 une progression de presque 7%.

    Le Dax, qui regroupe les trente valeurs vedettes allemandes, a grignoté vendredi 0,26% à 11.481,06 points, portant à 6,87% son avancée en 2016.

     

  • +285% sur un an
    Les valeurs minières se sont particulièrement distinguées à la Bourse de Londres en 2016. Le titre Anglo American s'est envolé de 285% en 2016, suivi par Glencore (+205%) et BHP Billiton (+71%).

  • La Bourse de Londres atteint un record et gagne 14% sur l'année

    L'indice londonien FTSE a terminé à 12h30 GMT sur un gain de 0,35% pour sa dernière séance, écourtée, de l'année, à 7.142,83 points, un plus haut niveau historique qui améliore celui de 7.129,83 points inscrit en octobre 2016.

    La Bourse de Londres a bouclé l'année sur un gain de 14%, après deux années de baisse, en 2014 (-2,7%) et 2015 (-4,9%).

    L'indice, dominé par des entreprises mondiales, a été dopé par la forte baisse de la livre à la suite du "Brexit" et par la bonne résistance de l'économie britannique à ce choc.

    Selon des analystes, la progression du FTSE est aussi due au rally des valeurs minières, dont l'indice a bondi de 101,5% en 2016 dans le sillage des cours des métaux et dans l'anticipation d'une hausse des dépenses d'infrastructure aux Etats-Unis.

    Le titre Anglo American s'est envolé de 285% en 2016, Glencore de 205% et BHP Billiton de 71%.

     

  • Le point sur les marchés en début d'après-midi

    1. Les Bourses européennes évoluent sans grand changement à la mi-séance, dernier jour de cotation de 2016

    2. A Londres, la Boursea terminé la séance sur un gain de 0,32% à 7.142,83 points, son record historique et gagné 14% sur l'année.

    3. Les variations des indices sectoriels sont limitées.

    4. En Italie, l'action Banca Monte dei Paschi di Siena est toujours suspendue, dans l'attente des modalités de son plan de sauvetage.

    5. A Bruxelles, les cotations ont repris sur le titre Sapec, qui bondit de plus de 5%. Mithra est bien orientée, avec un gain d'un peu plus de 1%. L'action est un des titres préférés de l'homme d'affaires Marc Coucke pour 2017.

  • En twittant ses cinq actions favorites, Marc Coucke n'a pas enfreint les règles de la FSMA

    En publiant jeudi soir sur Twitter ses actions préférées pour 2017, l'homme d'affaires néerlandophone Marc Coucke n'a pas enfreint les règles de la FSMA, l'autorité de surveillance financière et boursière.

    Pour rappel, les valeurs cinq valeurs recommandées par Marc Coucke sont:

    - 1: Mithra : "l'entreprise la plus sous-estimée de Belgique"
    - 2: Smartphoto : "la capitalisation boursière de 55 millions peut encore grimper"
    - 3: Ter Beke : "investissements et perspectives brillantes à l'horizon 2018"
    - 4: Lotus Bakeries : "super produits, super management, ambitieux mais discipliné"
    - 5: Fagron : "une entreprise stabilisée peut relancer une politique de dividendes et d'acquisitions"

     

     

    "Dans un an, nous verrons l'évolution de ces actions. Je n'ai une boule de cristal, mais un return de 10%, dividendes inclus (si les marchés boursiers ne se crashent pas, bien sûr) me semble réalisable avec cette sélection, et ce, sans prendre des risques extrêmes."
    Marc Coucke

     

    Or, il apparaît que Marc Coucke a lui même un intérêt dans chacune de ces cinq sociétés.

    Dès lors, selon nos confrères du Tijd, les conseils Coucke "ouvrent la porte à d'importantes variations de prix".

    La FSMA, qui ne veut pas commenter le cas précis de Coucke, a réagit vendredi, précisant qu'il n'y avait pas d'interdiction formelle à pareilles recommandations, sous certaines conditions:

    • l'information ne doit pas être trompeuse;
    • les conflits d'intérêts doivent être énumérés;
    • et si l'information est basée sur une analyse financière, elle doit être bien expliqué. 

    Coucke respecte les conditions énoncés, chaque tweet étant assorti d'un avertissement (disclaimer). Il explique ainsi que les actions représentent toujours un risque et qu'il est un actionnaire de la société citée.

    "Pour être clair: ce n'est pas un appel à acheter des actions, et je ne suis pas responsable des pertes, ni merci d'attente pour les gains," écrit Coucke.

    Les tweets de l'homme d'affaires sont, pour l'instant en tout cas, loin de provoquer l'onde de choc tant redoutée sur les marchés.

    Mithra affiche actuellement la variation la plus importante des cinq valeurs visées, avec un gain de 1,4%. Ter Beke suit avec une progression 0,8%.

    Smartphoto est stable.

    Lotus Bakeries et Fagron perdent respectivement 0,32% et 0,04%.


  • LA BOURSE DE LONDRES A GAGNÉ 14% SUR L'ENSEMBLE DE L'ANNÉE

  • Les métaux industriels ont étincelé en 2016

    Les prix des métaux de base échangés sur le London Metal Exchange (LME) se sont envolés cette année, atteignant des sommets en novembre grâce à la promesse d'investissements massifs dans les infrastructures en Chine et aux Etats-Unis.

     

    "Un alignement parfait de facteurs encourageants a dopé les prix des métaux de base depuis la fin du mois d'octobre."
    Robindranath Bhar
    Analyste chez Société Générale

     

    Ils ont au final tous affiché de solides progressions sur l'ensemble de l'année, d'autour 10% pour l'aluminium et le plomb à 45% pour l'étain et même 55% pour le zinc, en passant par 15% pour le nickel et 16% pour le cuivre.

    Sur le LME,à 11h15 GMT,

    • La tonne de cuivre pour livraison dans trois mois terminait l'année en s'échangeant à 5.518 dollars. Il avait même atteint fin novembre 6.045,50 dollars la tonne, son plus haut niveau depuis juin 2015.
    • L'aluminium valait 1.700 dollars la tonne, après avoir atteint 1.794,50 dollars par tonne mi-novembre, à son plus haut depuis mai 2015.
    • Le plomb valait 2.007,50 dollars la tonne, ayant atteint jusqu'à 2.576,50 dollars la tonne mi-novembre, à son plus haut depuis août 2011.
    • L'étain valait 20.830 dollars la tonne, après avoir culminé à 22.000 dollars la tonne début novembre, à son plus haut niveau depuis août 2014.
    • Le nickel valait 10.125 dollars la tonne, après avoir grimpé jusqu'à 12.145 dollars la tonne mi-novembre, à son plus haut niveau depuis juillet 2015.
    • Le zinc valait 2.560 dollars la tonne, après avoir atteint 2.985 dollars la tonne fin-novembre, à son plus haut niveau depuis novembre 2007.
  • 15 milliards EUR
    La banque italienne en difficulté Banca Monte dei Paschi di Siena prévoit d'émettre 15 milliards d'euros d'obligations l'an prochain pour améliorer ses finances et rétablir la confiance des investisseurs, rapportent plusieurs journaux vendredi. Ces nouvelles émissions seraient soutenues par Rome.

  • "La Bourse est l'option la moins rentable en Chine pour un placement"

    Après les montagnes russes de 2015, l'année du Singe a fait boire la tasse aux Bourses chinoises, Shanghai enregistrant l'une des pires performances mondiales --dans un marché boudé des investisseurs face à l'essoufflement de l'économie et aux interventions imprévisibles des autorités.

    L'indice composite de la Bourse de Shanghai a essuyé sur l'ensemble de 2016 un plongeon de 12,3%, contre des hausses annuelles de 0,4% à Hong Kong comme à Tokyo. Shenzhen, deuxième place de Chine continentale, a lâché 14,7%.

    Jeudi, la Chine figurait au dernier rang du classement du Wall Street Journal recensant les performances boursières de quarante pays.

    "Les Bourses chinoises se sont effondrées, et elles ne se sont encore qu'à moitié reprises, avec un rétablissement très lent", résume pour l'AFP Shen Zhengyang, analyste du courtier Northeast Securities.

    Les places chinoises restent de fait suspendues à l'interventionnisme du gouvernement, qui avait supervisé en 2015 des achats colossaux d'actions sur fonds publics pour renflouer les marchés.Résultat, nombre de cours sont déconnectés de l'activité et de la santé réelles des entreprises.

    "Dans un environnement pareil, il devient difficile pour un investisseur d'appliquer des stratégies gagnantes!", s'agace Zhang Qun, un analyste du courtier Citic Securities. Pour lui, la Bourse est désormais "l'option la moins rentable" en Chine pour un placement.

  • Les places boursières de Chine continentale chutent de plus de 12% sur l'année

    La Bourse de Hong Kong a fini en hausse de 0,96% vendredi et les places de Chine continentale ont progressé plus modestement dans un marché calme au dernier jour de cotation de l'année.

    A Hong Kong, l'indice composite Hang Seng a gagné 209,65 points, à 22.000,56 points. A Shanghai, l'indice composite a gagné 0,24%, soit 7,54 points, à 3.103,64 points, dans un volume d'échanges de 151,7 milliards de yuans (20,85 milliards d'euros). Il a perdu 0,21% sur la semaine.

    La Bourse de Shenzhen, deuxième place de Chine continentale, a progressé de 0,15% (2,87 points), à 1.969,11 points, dans un volume d'échanges de 191,5 milliards de yuans (26,33 milliards d'euros). L'indice composite a cédé 0,10% cette semaine.

    Sur l'ensemble de l'année, les places de Chine continentale accusent un fort repli:

    • Shanghai a chuté de 12,31%
    • et Shenzhen de 14,72%.


    "La faiblesse de la monnaie a provoqué une pression psychologique chez les investisseurs et le marché a manqué de mouvement à la hausse cette année", a souligné à l'AFP Zhang Fayu, directeur de recherche à la société d'investissement privée Million Tons Capital.

  • +14%
    Recylex bondit de 13,82% à 4,20 euros, soutenu par l'obtention d'un financement de 67 millions d'euros, indispensable pour assurer le maintien de l'activité de ses filiales allemandes, après six mois de tractations.

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    1. Les indices actions européens évoluent en repli.

    2. L'humeur des investisseurs est affectée par la séance négative aux Etats-Unis, des séances mitigées en Asie et une nouvelle émotion géopolitique avec la dernière tentative d'Obama de frapper la Russie avant de quitter le pouvoir.

    3. Sur le marché des changes, l'euro poursuit sa remontée face au dollar.

    4. Parmi les valeurs en vue, Recylex et Sapec bondissent

    5. Les publications du jour sont de nouveau très clairsemées avec le commerce extérieur allemand en novembre et l'activité économique dans la région de Chicago en décembre.

  • L'euro bondit brièvement à 1,0653 dollar

    L'euro monte face à un dollar victime de quelques prises de bénéfices, après avoir beaucoup progressé à l'automne, sur un marché peu animé pour les derniers échanges de l'année.

    Vers 9h30, l'euro valait 1,0530 dollar contre 1,0490 dollar jeudi soir. Il a poussé brièvement une pointe jusqu'à 1,0653 dollar en début de journée dans un marché très étroit.

     

    "Les marchés sont extrêmement minces et il a pu se produire un ajustement des positions. Aucune nouvelle particulière n'a provoqué cette hausse de l'euro."
    Shigeki Yoshitoshi
    Responsable des changes chez Australia and New Zealand Bank Group

     

  • "L'année boursière 2017 s'annonce d'ores et déjà riche en rebondissements tant les promesses faites ont soutenu les marchés financiers. Parmi les sujets qui animeront le début d'année, la mise en oeuvre des promesses du futur président Trump arrive en tête de liste. La Chine restera aussi un sujet d'incertitude."
    Les économistes de Crédit Mutuel CIC

  • Feu vert à la reprise des cotations en Sapec

    Les cotations du titre Sapec ont repris ce vendredi matin, l'action bondissant de 6,30% à 171,20 euros. Le titre était suspendu depuis mercredi fin de matinée, alors que se tenait une assemblée générale extraordinaire liée à la prolongation de trois mois de l'exercice comtable. Une opération destinée à permettre aux actionnaires de bénéficier plus rapidement du produit de la vente de la division AgroBusiness.

    Dans ce cadre, Sapec va redistribuer 200 à 220 millions d'euros à ses actionnaires. Cela représente environ 150 euros par action. La société holding, qui opère principalement dans la péninsule ibérique, a cédé en novembre sa division Agrobusiness, pour 318,4 millions d'euros, à la société d'investissement Bridgepoint. Le closing de l'opération est prévu pour le 12 janvier. Sapec avait d'emblée promis de reverser une part importante du produit de la vente à ses actionnaires.

    Les modalités pratiques de la redistribution n'ont pas encore été décidées.

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: -0,11%
    • Amsterdam: -0,03%
    • Francfort: -0,08%
    • Paris: -0,09%
    • DJ Stoxx 600: -0,08%
  • Tokyo finit la séance en repli, mais en légère hausse sur 2016

    La Bourse de Tokyo clôture en légère baisse, à son plus bas niveau en trois semaines, victime de quelques prises de profits au cours de cette dernière séance de 2016, une année qui se solde par une petite hausse malgré le raffermissement du yen.

    L'indice Nikkei a perdu 0,16% à 19.114,37 points, son plus bas niveau depuis le 9 décembre, et le Topix, plus large, a pris 0,01% à 1.518,61 points.

    Le Nikkei est passé un temps dans le vert sur des rumeurs d'achats d'ETF par la Banque du Japon pour soutenir le marché.

    Sur l'année, l'indice a progressé de 0,42%, sa cinquième hausse annuelle d'affilée, mais aussi sa plus faible en raison d'une appréciation de 3,5% du yen. La devise japonaise affichait un gain de 22% à son pic de l'année après le vote des Britanniques pour une sortie de l'Union européenne le 23 juin, avant de retomber de plus de 15% depuis.

    Aux valeurs, Takata a encore eu le vent en poupe avec un gain de plus de 21% à la suite d'une information de presse selon laquelle le groupe est sur le point de conclure un
    accord avec le ministère américain de la Justice et pourrait débourser jusqu'à un milliard de dollars (963 millions d'euros) pour mettre un terme à l'enquête pénale ouverte dans le dossier impliquant des airbags défectueux.

    Toshiba a repris 9,43% sur des rachats de positions à découvert avant le fin de 2016, après avoir chuté d'environ 40% en trois jours en réaction à l'annonce par le conglomérat d'un risque de dépréciations comptables massives.

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous et bienvenue sur le "market live" de L'Echo qui vous permet de suivre minute par minute les grands moments de cette dernière séance de Bourse de l'année.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés