1. Les marchés
  2. Live blog
live

Umicore freine le Bel 20 | L'Europe en panne | Suez brille

Les marchés européens ont terminé en ordre dispersé alors que Wall Street est rassurée par de bonnes statistiques américaines. Le Bel 20 finit quasiment inchangé avec des SIR en forme et Umicore à la traîne. L'offre de Veolia sur Suez a animé les échanges.
  • Au menu ce jeudi

    C'est ici que se referme notre Market Live. Merci de nous avoir suivis et à demain. 

    > Le programme du jeudi 1er octobre 

    Les investisseurs prendront connaissance des chiffres hebdomadaires des inscriptions au chômage aux Etats-Unis, à la veille du rapport mensuel sur l'emploi. Les marchés sont fermés en Chine. Indice Tankan au Japon. Résultats de H&M et Pepsico.

  • Timide hausse pour le Bel 20

    Le Bel 20 a enregistré un léger rebond de 0,02% à 3.235,44 points. Sur les 20 actions qui le composent, 13 étaient en hausse et 7 en baisse.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Barco17,9+2,99%
    • Aedifica104,2+1,96%
    • Cofinimmo128,2+1,58%
    • WDP31,06+1,44%
    • Aperam24,04+1,43%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Umicore35,55-2,5%
    • Solvay73,46-0,97%
    • UCB97,0-0,66%
    • Sofina233,0-0,64%
    • Galapagos121,2-0,62%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
    Rédigé par Quotebot le 30/09/2020 à 17h45
  • L'Europe en recul, Wall Street au rebond

    Les Bourses européennes ont fini en baisse mercredi, de bons indicateurs et les espoirs de relance budgétaire aux Etats-Unis n'ayant pas suffi à rassurer pleinement les investisseurs dont un climat toujours dominé par les incertitudes sur le plan politique et sanitaire.

    À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,59% à 4.803,44 points. Le Footsie britannique a cédé 0,53% et le Dax allemand a perdu 0,51%. L'indice EuroStoxx 50 a abandonné 0,64% et le Stoxx 600 de 0,11%.

    Les indices phares de Wall Street étaient en territoire positif au moment de la clôture européennes: le S&P 500, le Nasdaq Composite et le Dow Jones gagnaient de 1,31% à 1,57%. 

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,02%
    CAC 40: -0,59%
    AEX: -0,22%
    DAX: -0,11%
    FTSE 100: -0,18%
    Stoxx 600 Europe: +0,17%

  • Nikola prend subitement 13%

    Le titre du constructeur de camions électriques  a, peu avant 17 heures, bondi de 13% alors qu'il évoluait jusqu'ici en très légère hausse. Cette hausse surprenante est due à des rumeurs relayées par les médias américains et qui annoncent une montée encore plus importante de General Motors dans le capital de Nikola. 

    Avant la descente aux enfers de la start-up, General Motos General Motors avait pris 11% du capital du constructeur de camions électriques pour 2 milliards de dollars.

  • Baisse surprise des stocks de brut américain

    Les stocks commerciaux de pétrole brut aux États-Unis ont reculé pour la troisième semaine consécutive, déjouant les attentes, dans un marché pourtant toujours déprimé par la faiblesse de la demande.

    Selon le rapport hebdomadaire publié par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), les réserves américaines de brut ont baissé de 2 millions de barils (MB) au 25 septembre, à 492,4 MB, là où les analystes avaient prévu une hausse de 1 million de barils.  

  • L'action Palantir fixée à 7,25 dollars

    La cotation directe de Palantir à Wall Street n’a pas encore débuté mais on connaît déjà le prix de départ de son action. Celui-ci a finalement été fixé par le New York Stock Exchange à 7,25 dollars, ce qui devrait valoriser la société technologique à quelque 16 milliards de dollars. C’est beaucoup moins que les 20 à 28 milliards de dollars jusqu’ici avancés par certains analystes, qui pariaient sur un prix d’au moins 10 dollars par action.

  • Wall Street portée par des indicateurs rassurants

    La Bourse de New York évolue en hausse, des statistiques supérieures aux attentes prenant le pas sur la propagation du coronavirus et le premier débat houleux entre Donald Trump et Joe Biden.

    Vers 16 heures, heure belge, le Dow Jones gagnait plus de 1% alors que le S&P 500 et le Nasdaq avançaient respectivement de 0,86% et de 0,73%. 

    Les contrats à terme sur les indices de référence de Wall Street sont progressivement passés dans le vert après la publication d'une augmentation plus importante qu'attendu des créations d'emplois dans le secteur privé américain en septembre. Selon l'enquête mensuelle ADP, publiée à 48 heures du rapport officiel du département du Travail, 749.000 emplois ont été créés alors que le consensus en prévoyait 650.000.

    Publié plus tôt que prévu, l'indice PMI de Chicago a également surpris positivement les investisseurs en ressortant à 62,4 en septembre, un plus haut depuis décembre 2018, alors que le consensus le donnait à 52,0.

    L'économie américaine s'est contractée de 31,4% au deuxième trimestre en rythme annualisé, montrent les chiffres définitifs du département du Commerce, un chiffre inférieur à -31,7% annoncé en deuxième estimation mais qui reste le plus important jamais enregistré depuis 1947.

  • L'activité manufacturière de la région de Chicago au plus haut depuis décembre 2018

    Encore une bonne nouvelle à Wall Street, l'activité manufacturière de la région de Chicago a bondi en septembre à son niveau le plus élevé depuis décembre 2018. 

  • Google dans le viseur du gendarme chinois de la concurrence

    La Chine s'apprête à lancer une enquête anti-concurrentielle visant Google, filiale d'Alphabet, soupçonnée de profiter de la position dominante de son système d'exploitation Android pour limiter la concurrence de sociétés chinoises, dont Huawei , ont déclaré à l'agence Reuters deux personnes proches du dossier.

    Saisi l'an dernier d'une plainte du géant des télécommunications Huawei, le principal régulateur du marché chinois a demandé au Conseil d'État d'ouvrir une enquête, selon les mêmes sources. La décision d'ouvrir une enquête officielle pourrait intervenir dès octobre. Cette affaire s'inscrit dans le contexte des vives tensions commerciales entre Pékin et les Etats-Unis. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,63%
    S&P 500: +0,46% 
    Nasdaq Composite: +0,35%  

  • Colruyt étend son concept de livraison de plats préparés

    Rose Mary avait été lancée début du mois par Colruyt. Seules 9 communes bruxelloises pouvaient alors bénéficier du service de livraison de plats préparés. Elles sont désormais 19.

  • Le Bel 20 reprend le sens de la marche

    L'indice bruxellois évolue en territoire positif, gagnant 0,22% peu avant l'ouverture des marchés américains alors que les places boursières européennes retournent vers l'équilibre.

    Les chiffres des créations d'emploi dans le secteur privé américain, plus élevés qu'attendu, ont permis aux principaux indices européens de remonter la pente.

    Un autre chiffre très suivi par les investisseurs a redonné de l'espoir aux investisseurs. Le Produit intérieur brut américain s'est contracté de 31,4% au deuxième trimestre, soit un peu moins qu'estimé fin août, grâce à des dépenses de consommation finalement plus importantes qu'annoncé le mois dernier

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    À Wall Street, les contrats à terme indiquent une ouverture des indices de référence en légère baisse. 

    ALPHABET - Le département américain de la Justice devrait engager dès la semaine prochaine une procédure contre Google pour des accusations de pratiques anticoncurrentielles et cherche à convaincre les parquets des Etats à se joindre à la plainte, a-t-on appris mardi de trois sources informées. La Chine devrait également lancer une procédure contre Google sur les allégations de concurrence déloyale au détriment des sociétés chinoises dont Huawei, ont fait savoir deux sources à Reuters. Dans les échanges en avant-Bourse, Alphabet, APPLE, AMAZON et FACEBOOK perdent près de 1%. 

    LE SECTEUR AÉRIEN - Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, a exhorté le Congrès à adopter mercredi un nouveau plan d'aide à l'emploi de 25 milliards de dollars (21,3 milliards d'euros) pour les compagnies aériennes frappées par la crise du coronavirus.

    BOEING - L'administrateur de l'autorité de l'aviation civile américaine (FAA) effectuera mercredi un vol d'évaluation de deux heures du Boeing 737 MAX, une étape clé pour que ce modèle obtienne une autorisation de remise en service après deux accidents mortels.

    WALT DISNEY a fait savoir mardi qu'il allait licencier environ 28.000 employés de sa division en charge des parcs d'attractions aux Etats-Unis, alors que la crise sanitaire du coronavirus a contraint à limiter le nombre de visiteurs et à maintenir fermé le parc Disneyland en Californie. Le titre perd 2% dans les échanges en avant-Bourse. 

    MICRON TECHNOLOGY recule de 4,3% en avant-Bourse après avoir fait état mardi soir d'une prévision de chiffre d'affaires pour le premier trimestre de son exercice décalé inférieure aux attentes en raison notamment des restrictions empêchent les entreprises américaines de traiter librement avec Huawei. Dans son sillage, Western Digital perd 2,7%.

    MODERNA - Les résultats d'une étude de sécurité de stade préliminaire sur le candidat vaccin de Moderna contre le coronavirus ont montré qu'il produisait chez les personnes âgées des anticorps neutralisant le virus à des niveaux similaires à ceux observés chez les jeunes adultes, ont déclaré les chercheurs mardi. Dans les transactions avant l'ouverture des marchés américains, l'action Moderna prend 3,8%.

    REGENERON a fait savoir mardi qu'un traitement contre le coronavirus combinant deux anticorps avant montré des résultats encourageants au cours d'un essai clinique. En avant-Bourse, le titre prend 3,4%

  • Total accélère dans le renouvelable

    Total passe à la vitesse supérieure dans son mouvement de transition vers l'électricité et les énergies renouvelables. Le groupe pétrolier français a revu à la hausse ses ambitions en la matière, anticipant une baisse de ses ventes de produits pétroliers de près de 30% au cours de la prochaine décennie.

    À cet horizon, les ventes de Total seront composées de 30% de produits pétroliers, 5% de biocarburants, 50% de gaz et 15% d'électricité, essentiellement renouvelables, a précisé Total dans un communiqué diffusé à l'occasion d'une présentation de sa stratégie aux investisseurs.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street est attendue en baisse tandis que les bourses européennes évoluent en ordre dispersé après le premier débat houleux entre les deux principaux candidats à la présidence des Etats-Unis qui n'a fait que mettre en lumière le risque politique à l'approche du scrutin.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse d'environ 0,2% pour le Dow Jones et le Nasdaq et de 0,10% pour le S&P 500.

    En Europe, Francfort perd 0,29%. Bruxelles et Paris sont à l'équilibre tandis qu'Amsterdam gagne 0,12%.

    Le président républicain Donald Trump et son rival démocrate Joe Biden se sont vivement opposés mardi sur la gestion de l'épidémie de coronavirus et l'intégrité de l'élection présidentielle américaine du 3 novembre, lors d'un premier débat marqué par les attaques personnelles et les interruptions.

     "C'était un échange houleux mais peu de choses en sont ressorties qui pourraient faire changer d'avis les investisseurs dans un sens ou dans l'autre", a déclaré Simona Gambarini, économiste de marché chez Capital Economics, ajoutant que la progression du coronavirus était l'autre facteur affectant les marchés.

  • La contraction du PIB US revue en baisse

    La contraction du PIB US a été un peu moins mauvaise que prévu finalement. Elle a été révisé à -31,4% en rythme annualisé au deuxième trimestre, sur base des chiffres définitifs, après -31,7% en deuxième estimation. Le consensus tablait sur -31,7%.

  • L'emploi US dépasse les attentes

    Le secteur privé a ajouté 749.000 emplois en septembre, selon le cabinet ADP. C'est plus que les 650.000 créations anticipées et les 428.000 du mois précédent.

    S'il n'y a pas de corrélation parfaite entre ce rapport et les chiffres officiels de l'emploi publiés par le gouvernement, cela permet d'espérer un bon rapport sur l'emploi mensuel vendredi. A noter que ce sera le dernier bulletin mensuel avant les élections américaines.

  • Moody's commente la formation d'un gouvernement en Belgique

    Première réaction de Moody's à la formation d'un gouvernement en Belgique.

    "La formation d'un gouvernement au terme d’un processus long et difficile va rétablir la capacité de l’exécutif à gouverner avec les pleins pouvoirs, même si l'absence de la N-VA, premier parti de Flandre, limite sa représentativité", déclare Olivier Chemla, analyste senior en charge du suivi de la notation de la Belgique chez Moody’s.

    "Le nouvel exécutif arrive au pouvoir dans un contexte très difficile, la pandémie de coronavirus exacerbant les défis budgétaires structurels de la Belgique", précise-t-il.

    Le rating accordé par Moody's à la Belgique est "Aa3" (perspective stable; catégorie "Investment grade").

  • Année noire pour le secteur du voyage

    Quelque 46 millions d'emplois dans le secteur du voyage sont menacés au niveau mondial par la crise du coronavirus, a déclaré l'organisme professionnel Air Transport Action Group (Atag). L'épidémie due au coronavirus a contraint - à partir de la mi-mars - nombre de compagnies aériennes à clouer au sol la quasi intégralité de leurs flottes. Depuis la levée du confinement en mai, le trafic n'a repris que très lentement.

    "Notre analyse montre que jusqu'à 4,8 millions d'emplois dans l'aviation pourraient être perdus d'ici le début de l'année prochaine, soit une réduction de 43% par rapport aux niveaux d'avant le COVID-19. Lorsqu'on étend cet impact à tous les emplois que l'aviation prendrait normalement en charge, 46 millions d'emplois sont menacés."
    L'Atag
    Dans un communiqué

  • Suez ne veut toujours pas des avances de Veolia

    Suez a appelé le conseil et les actionnaires d'Engie à rejeter l'offre améliorée de Veolia sur l'essentiel de la participation d'Engie à son capital. "Le conseil de Suez en appelle au conseil d’Engie et à ses actionnaires pour ne pas décider de l’avenir de Suez dans les conditions et le calendrier dictés par Veolia", a déclaré Suez dans un communiqué, jugeant que les nouvelles propositions de Veolia "restent floues" et "ne garantissent pas l’intérêt des actionnaires et parties-prenantes".

    Veolia a proposé mercredi 18 euros par action pour le rachat de la majeure partie de la part détenue par Engie dans Suez (29,9% sur 32% au total).  

  • Umicore et Solvay enfoncent le Bel 20

    Etat des lieux à la bourse de Bruxelles.

    L'indice Bel 20 perd 0,18% à 3.229,12 points, lesté par Umicore ou encore Solvay.

    Umicore cède 2,47% à 35,56 euros, après l'annonce d'une restructuration dans sa division cobal, un signal que tout ne va pas bien dans la division "Energy & Surface Technologies".

    KBC cède 1% à 42,52 euros, en réaction à des commentaires défavorables de Kepler Cheuvreux sur l'action du bancassureur.

    Hors Bel 20, Kiadis et Crescent perdent plus de 4% après leurs résultats semestriels.

  • Lagarde (BCE) évoque un objectif d'inflation plus flexible

    La Banque centrale européenne (BCE) pourrait, à l'image de ce que vient d'annoncer la Réserve fédérale (Fed), envisager d'opter pour davantage de flexibilité dans son objectif d'inflation en la laissant notamment monter temporairement au-dessus de sa cible, a déclaré mercredi Christine Lagarde.

    L'institution de Francfort manque depuis des années son objectif d'une hausse des prix "inférieure à mais proche" de 2% sur an, en dépit d'une politique monétaire de plus en plus accommodante.

    La présidente de la BCE a ouvert quelques portes vers une évolution de cet objectif, à l'occasion d'un discours faisant un premier point sur la revue stratégique en cours au sein de la banque centrale.

    Lors de la même conférence, intitulée "la BCE et ses observateurs", le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, a mis en garde contre les risques d'une revue stratégique trop ambitieuse.

    "Nous devons également être très attentifs à la manière dont nous interprétons notre mandat", a-t-il dit.

    "Plus nous interprétons notre mandat de manière large, plus grand est le risque de nous empêtrer dans la politique et de nous surcharger de trop de tâches".

    Jens Weidmann est considéré comme l'un des chefs de file des partisans d'une stricte orthodoxie monétaire. Ce camp des "faucons" est de plus en plus critique vis-à-vis de la réponse monétaire apportée par la BCE à la crise du coronavirus.

  • Bernstein enfonce Galapagos

    Galapagos cède 1,6% à 119,95 euros sur Euronext Bruxelles.

    Bernstein a réduit son objectif de cours sur la biotech à 115 euros contre 170 euros. La recommandation reste à "performance en ligne".

    "Après la décision de la FDA, la réalité commerciale reste faible pour le filgotinib", justifie l'analyste Wimal Kapadia qui voit le pic annuel des ventes pour le filgotinib atteindre un maximum de 1,5 milliard de dollars.

    Galapagos qui espérait commercialiser prochainement le filgotinib aux Etats-Unis pour le traitement de l’arthrite rhumatoïde va devoir patienter. En effet, après examen du dossier de demande de mise sur le marché, la principale autorité sanitaire américaine, la FDA, a souhaité obtenir davantage d’informations de la part de Gilead et Galapagos, partenaires pour la commercialisation aux USA.

    Avant de se prononcer, la FDA entend d’abord se pencher sur les données des essais cliniques Manta et Manta-Ray qui portent sur les effets éventuels du filgotinib sur les paramètres du sperme. Les résultats de ces essais ne sont attendus qu'au cours du premier semestre 2021.

  • La Vivaldi veut "stimuler l'investissement privé"

    L'accord du prochain gouvernement fédéral contient un point détaillant la volonté de "stimuler l’investissement privé". Le gouvernement De Croo s’appuiera sur la Société fédérale de participation et d’investissements (SFPI) qui sera soutenue, dans le cadre d’un mission déléguée, par un fonds de transformation auquel les investisseurs privés et les fonds d’investissements régionaux sont invités à participer.

    "L’objectif est de soutenir les entreprises essentielles, de renforcer leur solvabilité et de les aider à se réorienter en fonction des défis à long terme", dit l’accord. Le déploiement de la 5G et de la fibre optique est mentionné.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent sur la réserve, les investisseurs réagissant avec prudence à un premier débat volcanique entre Donald Trump et Joe Biden en vue de l'élection présidentielle américaine du 3 novembre.

    Les replis varient entre 0,10% à Bruxelles et 0,49% à Francfort. L'Euro Stoxx 50 cède 0,56% et le Stoxx 600 0,23%.

    Un indicateur chinois encourageant contribue à soutenir les indices. La croissance de l'activité du secteur des services de la deuxième économie du monde s'est en effet poursuivie de manière solide en septembre grâce à une flambée de la demande venue de l'étranger. Son indice PMI calculé par Caixin/Markit est resté quasiment stable en septembre, s'établissant à 53,0 contre 53,1 le mois précédent.

    Mais le choc qui a opposé Donald Trump à Joe Biden pèse sur la tendance, le risque politique aux Etats-Unis limitant la prise de risque.

    Le Président républicain et son rival démocrate se sont vivement opposés mardi sur la gestion de l'épidémie de coronavirus et l'intégrité du scrutin qui approche, lors d'une première confrontation marquée par les attaques personnelles et les interruptions.

    "Ce débat ne fut qu'un match entre deux personnalités, Donald Trump voulant prouver que personne ne lui résiste et Joe Biden s'employant à montrer qu'il sait faire face à toutes les situations", commente Hervé Goulletquer, stratégiste de La Banque Postale Asset Management.

    Les investisseurs pourraient réagir à la publication à 14h15 de l'enquête ADP sur l'emploi privé aux Etats-Unis puis à celle à 14h30 du PIB américain pour le deuxième trimestre.

  • Kepler ajuste le tir sur Kinepolis

    Kepler Cheuvreux ajuste le tir sur Kinepolis sur la base de l'offre de films et des résultats semestriels. "À notre avis, le secteur du cinéma ne se rétablira pleinement que lorsqu'un vaccin sera disponible", indiquent les analystes. "Nous continuons de croire que Kinepolis est bien positionné pour faire face à la pandémie et que le cinéma continuera à avoir sa place dans la chaîne de distribution de films", poursuivent-ils.

    La volatilité à court terme pourrait rester élevée pour le titre Kinepolis, selon Kepler Cheuvreux.

    L'objectif de cours sur Kinepolis passe à 39 euros contre 46 euros. La recommandation d'acheter est maintenue.

  • "Réduisez vos positions sur KBC"

    Dans un nouveau rapport publié aujourd'hui, Kepler Cheuvreux analyse le compte de résultats et le bilan de KBC en essayant d'évaluer si la prime de valorisation de KBC par rapport au secteur est justifiée. Et la réponse est négative.

    "En termes de catalyseur à court terme, nous pensons que le bénéfice net avant provisions sera décevant au second semestre, en baisse de 12%, ce qui pourrait accélérer la sous-performance de KBC par rapport à ING", indique Kepler Cheuvreux.

    La recommandation sur KBC passe à "réduire" contre "conserver" et l'objectif de cours passe à 41,40 euros contre 49,30 euros.

    KBC perd 0,4% à 42,79 euros.

  • KBCS vise un peu plus haut pour Ageas

    L'analyste de KBC Securities Jason Kalamboussis relève son objectif de cours sur Ageas de 48 euros à 48,50 euros. La recommandation d'achat est maintenue.

    Ce léger ajustement résulte d'un ajustement du régulateur britannique. La Financial Conduct Authority (FCA) a publié un rapport la semaine dernière sur l'harmonisation des politiques de tarification entre les anciens et les nouveaux clients d'assurance non-vie (habitation et automobile). Le régulateur veut mettre fin à la pratique selon laquelle les nouveaux clients obtiennent de meilleurs tarifs d'assurance que les clients existants qui renouvellent leur contrat.

    La nouvelle réglementation n'entrera peut-être pas en vigueur avant le deuxième trimestre 2021, mais Kalamboussis s'attend à un impact sur la rentabilité du secteur. Le profit réalisé par Ageas au Royaume-Uni pourrait en pâtir. D'un autre côté, Ageas devra concéder moins de rabais pour gagner de nouveaux clients.

    Les estimations pour le Royaume-Uni pour 2021 et 2022 sont revues à la baisse.

    L'objectif de hausse de prix est motivé par des attentes légèrement meilleures pour le second semestre, sur base de l'impact favorable des nouvelles mesures "Covid-19" sur l'industrie de l'assurance automobile au Royaume-Uni.

  • Réorganisation chez Umicore

    L'entreprise a annoncé d'ici 2023 la suppression de 165 emplois dans son "activité cobalt" à Olen (province d'Anvers). Les départs se feront sur base naturelle.

    Umicore va en effet déménager une partie de ses activités en Finlande, où le groupe a acquis, l'an dernier, une raffinerie pour 203 millions d'euros.

    En bourse, l'action perd 0,8% à 36,17 euros.

  • Galapagos plombe le Bel 20 | Kiadis et Crescent délaissées

    L'indice Bel 20 perd 0,18% à 3.228,93 points, lesté par le net recul de Galapagos (-2,6%) mais soutenu par la bonne tenue des valeurs télécoms. Telenet et Proximus gagnent en effet de l'ordre de 1,25%. Barco progresse de son côté de 1,3%.

    Umicore qui a annoncé le transfert en Finlande d'une partie de son activité cobalt gagne 0,14% à 36,51 euros.

    Biocartis qui a reçu une subvention de 1,2 million d'euros progresse de 0,9%.

    Hors Bel 20, Kiadis recule de 3,46% à 1,59 euro et Crescent 1,6%, sur fond de résultats semestriels mal accueillis.

  • Suez: +7%

    Suez bondit de 6,9% à 15,96 euros.

    Veolia a dévoilé ce matin une offre améliorée pour racheter à Engie ses 29,9% de parts dans son concurrent Suez, proposant désormais 18 euros par action, soit près de 3,4 milliards, contre 2,9 milliards auparavant, et a indiqué chercher un compromis.

    Le géant de l'eau et de l'environnement propose en effet à Suez une période de discussions de six mois "pour rechercher les bases communes d'un accord" et s'engage pendant cette période à ne déposer "une offre publique portant sur 70,1% du capital de Suez qu'à la condition qu'elle soit amicale", a-t-il indiqué dans un communiqué.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -0,49%
    Bruxelles: -0,49%
    Paris: -0,88%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,80%
    DJ Stoxx 600: -0,59%

    Kiadis: -3%
    Galapagos: -1,48%
    Crescent: +4,3%

  • Shurgard s'étend au Royaume-Uni

    La société spécialisée dans les espaces de stockage, Shurgard  annonce l'ouverture d'un nouveau centre à Croydon Purley Way, à Londres.  "La construction de ce centre fait partie des projets d'expansion de la société à Londres."

    Ce centre deviendra l'un des plus grands de Shurgard avec 1.200 unités de stockages, réparties sur 4 étages et sur plus de 6.500 m²

    Désormais Shurgard gère plus de 240 centres de stockage sur quelque 1,2 million de m² dans sept pays. 

    > Retrouvez ici le communiqué

  • Crescent | Galapagos | Intervest

    Crescent - L'entreprise technologique Crescent, l'ancienne option, a réussi à stabiliser ses ventes au premier semestre malgré la crise du coronavirus. Le chiffre d'affaires s'est élevé à 9 millions d'euros, contre 8,9 millions d'euros l'an dernier. Bien que les ventes se soient stabilisées, l'ebitda est passé de 525.000 euros à 100.000 euros. Au second semestre, la société s'attend, sur la base de "déclarations d'intention pour des transactions commerciales", à une augmentation du chiffre d'affaires et des bénéfices.

    Galapagos annonce le dosage pour le premier patient de son étude sur le psoriasis. Ce programme fait partie de trois études sur des patients, actuellement en phase de recrutement, examinant l'efficacité et l'innocuité du composé GLPG3970. Galapagos prévoit également de partager les données GLPG3970 Phase 1 lors de sa première table ronde qui se déroulera virtuellement le 27 octobre 2020.

    Intervest Offices & Warehouse et Inge Tas ont décidé d’un commun accord de mettre fin au mandat de cette dernière en tant que CFO et membre du conseil de direction. Inge Tas restera en fonction jusqu’à la publication des chiffres annuels de l’année 2020, prévue le 11 février 2021.

  • Toujours pas de date pour l'AG de Nyrstar

    Nyrstar , la coquille vide qui détient toujours 2% de l'ancienne activité zinc (Trafigura détient les 98% restants de NN2), publie ses résultats semestriels. Ils montrent que Nyrstar a subi une perte de 5,76 millions d'euros, à peu près le même montant qu'au second semestre 2019 (5,73 millions).

    En soi, les résultats semestriels ne sont pas si importants. On attend surtout avec impatience l'assemblée générale pour savoir si Nyrstar continuera ou non d'exister. Elle était prévue pour le 30 juin et devait se prononcer sur la dissolution de la société, mais elle a été reportée par décision de justice.

    Nyrstar informe que si la nomination d'un liquidateur est encore retardée ou si les coûts sont plus élevés que prévu actuellement, elle devra peut-être rechercher des ressources financières supplémentaires. Cependant, cela ne sera pas facile.

    Dans l'hypothèse où Nyrstar n'obtient pas un financement à un coût acceptable, la société pourrait envisager d'exercer l'option de vente sur sa participation de 2% dans NN2 pour 20 millions d'euros. Trafigura deviendrait alors propriétaire de la totalité de NN2.

  • Dr. Doom met en garde contre l'éclatement de la bulle boursière

    La flambée de dettes inédite au niveau des banques centrales a créé des bulles spéculatives dans presque tous les coins du marché, prévient le très influent économiste Marc Faber, surnommé Dr. Doom. Le Suisse, connu pour ses prévisions boursières pessimistes, conseille de chercher refuge sur les marchés émergents, dans les métaux précieux et les matières premières agricoles.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en baisse à l'ouverture, une bonne statistique sur l'activité des services en Chine ne suffisant pas à contrebalancer les craintes liées à la perspective de la prochaine élection présidentielle américaine après le premier débat chaotique entre les deux candidats, Donald Trump et Joe Biden.

    Les contrats à terme signalent un repli de 0,56% pour l'EuroStoxx 50, de 0,5% pour le Cac 40 à Paris, de 0,46% pour le FTSE à Londres et de 0,4% pour le Dax à Francfort.

    Le président républicain Donald Trump et son rival démocrate Joe Biden se sont vivement opposés mardi sur la gestion de l'épidémie de coronavirus et l'intégrité de l'élection présidentielle américaine du 3 novembre, lors d'un premier débat marqué par les attaques personnelles et les interruptions.

    "Pour l'instant, il semble que Trump et Biden ne se soient pas départagés, il est donc difficile pour les marchés de réagir", a déclaré Ayako Sera, stratège chez Sumitomo Mitsui Trust Bank à Tokyo.

    "Ce qui préoccupe le plus les gens, c'est l'équité de l'élection et la façon dont elle se déroulera (...), dans des circonstances normales, les données économiques positives de la Chine que nous avons vues favoriseraient les prises de risques, mais cette fois-ci, c'est différent".

    Par ailleurs, les investisseurs pourraient réagir à la publication à 14h15 de l'enquête ADP sur l'emploi privé aux Etats-Unis puis à celle à 14h30 du PIB américain pour le deuxième trimestre.

  • Subvention de 1,2 million d'euros pour Biocartis

    Biocartis remplit ses caisses. La biotech spécialisée dans le diagnostic moléculaire annonce avoir reçu une subvention de 1,2 million d'euros de VLAIO, l'organisation flamande pour l'innovation et l'entrepreneuriat. Cet argent permettra la poursuite du développement de son test "GeneFusion Assay "sur sa plateforme de diagnostic moléculaire Idylla.

  • Palantir fait ses débuts à la bourse de New York

    Palantir entre en bourse ce mercredi. La société technologique spécialisée dans le traitement des données qui a choisi d'emprunter la voie de la cotation directe serait valorisée à quelque 22 milliards de dollars (19 milliards d'euros), soit environ 10 dollars l'action pour ses débuts à la bourse de New York.

  • A suivre: Colruyt

    Colruyt tient son assemblée générale annuelle cet après-midi. Le PDG Jef Colruyt exposera les perspectives de l'exercice jusqu'au 31 mars.

  • L'Asie en ordre dispersé malgré de bons indicateurs

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du mercredi 30 septembre.

    Les marchés asiatiques pointent en ordre dispersé ce matin. La bourse de Tokyo perd 1,2% mais celle de Hong Kong gagne 1,3% et celle de Shanghai 0,4%.

    Les marchés chinois progressent sur fond de bons indicateurs économiques.

    L'activité du secteur manufacturier en Chine s'est accélérée en septembre grâce au rebond des exportations après plusieurs mois de déclin des ventes, une croissance qui confirme le rétablissement solide de la deuxième économie mondiale.

    L'indice PMI manufacturier officiel s'est établi à 51,5 contre 51,0 en août, selon les données publiées mercredi par le Bureau national de la statistique (BNS). Les analystes anticipaient une progression moins marquée, avec un indice de 51,2.

    De son côté, la croissance de l'activité du secteur des services en Chine s'est poursuivie de manière solide en septembre, grâce à une flambée de la demande venue de l'étranger, montrent les résultats de l'enquête Caixin/Markit publiés mercredi.

    L'indice PMI des services calculé par Caixin/Markit est resté quasiment stable en septembre, s'établissant à 53,0 contre 53,1 le mois précédent, restant pour un cinquième mois consécutif au-dessus du seuil de 50 qui sépare contraction et expansion de l'activité.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés