1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street incertaine à cause de la géopolitique

La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé ce vendredi, les incertitudes géopolitiques pesant sur l'humeur des courtiers avant un week-end de trois jours. L'endettement de CFE inquiète le marché. Orange Belgium et Bone Therapeutics recherchées.
  • A suivre ce lundi 29 mai

    Les principaux événements à l'agenda du lundi 29 mai: Ageas ex-dividende, AG chez AvH et Fountain, Wall Street est fermée.

    → ECONOMIE / FINANCE

    Etats-Unis
    • Marchés fermés (Memorial Day)

    France
    • Douzième séquence de grève de deux jours sur cinq à la SNCF (28 et 29 mai) contre la réforme ferroviaire

    Royaume-Uni
    •  Marchés fermés (Spring Bank Holiday) 

    → ENTREPRISES

    Belgique
    Assemblée générale
    • Ackermans & van Haaren ACKB0,53% 
    • Ageas AGS0,75% : cotation ex-dividende de 2,10 euros bruts
    • Fountain FOU0,00% : assemblée générale

    • Ablynx/offre de rachat à 45 euros par action par Sanofi. Jusqu’au 12 juin.
    • RealDolmen/offre de reprise à 37 euros par action par GFI. Jusqu’au 31 mai.
    • Sapec/offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin inclus.
    • Tigenix/offre de reprise par Takeda au prix de 1,78 euro. Jusqu’au 31 mai.
    • Vastned Retail Belgium/trading update T1. Premier jour de l’offre de reprise par Vastned à 57,5 euros par action. Jusqu’au 1er juin.

  • Wall Street incertaine à cause de la géopolitique

    La Bourse de New York a clôturé sans direction ce vendredi, toujours affectée par les craintes géopolitiques liées à la Corée du Nord. Le Dow Jones a perdu 0,24% à 24.753,09 points. Le Nasdaq a pris 0,13% à 7.433,85 points. Le S&P 500 a abandonné 0,24% à 2.721,15 points. 

     Moins de 24 heures après avoir annulé son sommet avec Kim Jong-un, le président américain a affirmé vendredi que des discussions étaient en cours avec Pyongyang et que la rencontre pourrait malgré tout avoir lieu le 12 juin, comme initialement prévu. 

     Notons aussi une légère érosion de la confiance des consommateurs en mai.

    Fiat Chrysler a reculé de 0,06% après avoir annoncé le rappel de 4,8 millions de véhicules aux USA pour un problème affectant le logiciel de contrôle du régulateur de vitesse. Apple a pris 0,23% au lendemain d'une décision de justice en sa faveur. Samsung a bien copié le design de l'iPhone et devra s'acquitter d'une amende de 533 millions de dollars.

    Gap a chuté de 14,62%, alors que Foot Locker a bondi de 20,16% après l'annonce de leurs résultats trimestriels, respectivement inférieurs et supérieurs aux attentes.

  • Wall Street termine sans direction

    • Le Dow Jones a perdu 0,25% à 24.750,92 points.
    • Le Nasdaq a pris 0,13% à 7.433,85 points.
    • Le S&P 500 a abandonné 0,32% à 2.719,05 points.
  • Le pétrole termine en nette baisse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse ce vendredi sur le marché new-yorkais Nymex, l'Arabie saoudite et la Russie s'étant dites prêtes à assouplir un accord d'encadrement de la production qui a tiré les prix pétroliers à leurs niveaux les plus élevés depuis 2014.

    "La barre des 80 dollars sera sans doute un obstacle difficile à franchir parce qu'elle relèverait nettement la probabilité d'une hausse de la production", disent des analystes de Commerzbank. Les traders doivent toutefois se garder de sur-interpréter les dégagements de ce vendredi, intervenus dans des volumes ténus avant le week-end rallongé du Memorial Day aux Etats-Unis, fait valoir Derek Rollingson (ICON Energy Fund).

    • Le contrat de juillet sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 2,83 dollars, soit 4,0%, à 67,88 dollars le baril.
    • La même échéance sur le Brent de Mer du Nord a cédé 2,35 dollars (2,98%) à 76,44 dollars le baril.
  • La clôture sur les marchés européens

    Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé ce vendredi. Le Dax est remonté de 0,65% après deux séances en nette baisse, alors que la Corée du Nord reste prête à dialoguer avec les Etats-Unis et qu'un indice conjoncturel allemand a mieux résisté que prévu. Le CAC40 a fini en léger recul (-0,11%).  Le FTSE100 a terminé en légère hausse (+0,18%).

    La Bourse de Milan a chuté de 1,54%. Les valeurs bancaires italiennes ont fort reculé    en raison de l'incertitude sur la formation du nouveau gouvernement et le nom du prochain ministre de l'Economie.Banco BPM a perdu 7,34% à 2,41 euros, Finecobank 4,31% à 8,78 euros, Mediobanca 4,01% à 8,52 euros, Unicredit 3,92% à 15,39 euros et Intesa Sanpaolo 3,17% à 2,638 euros.Le spread, l'écart entre les taux d'emprunt à dix ans allemand et italien, a atteint dans l'après midi 217 points, son maximum depuis décembre 2013, avant de clôturer à 206 points, au-dessus de la barre des 200 points pour la première fois depuis juin 2017.

    L'indice Ibex du marché madrilène a cédé 1,7%. Le Parti socialiste espagnol (PSOE) et la formation centriste Ciudadanos ont lancé vendredi une offensive politique pour obtenir des élections législatives anticipées, au lendemain de la condamnation pour corruption du Parti populaire (PP) du chef du gouvernement Mariano Rajoy.

    Sur le front des valeurs, les titres liés au secteur pétrolier ont souffert du recul du prix du baril, à l'image de Vallourec (-4,92% à 5,41 euros), TechnipFMC (-3,06% à 26,30 euros).Total a perdu de son côté 1,45% à 51,06 euros. Le groupe français compte investir 2,5 milliards de dollars pour prendre 10% d'un nouveau projet géant de gaz naturel liquéfié dans l'Arctique russe de Novatek. A Londres,B P s'est enfoncée de 2,01% à 555,10 pence et Royal Dutch Shell (action "B") a perdu 1,40% à 2.639,50 pence.

    A Francfort, Bayer a progressé de 0,77% à 102,74 euros. Le géant allemand de la chimie et de la pharmacie a déclaré vendredi que les économies réalisées grâce à la reprise de Monsanto, son concurrent américain spécialisé dans les semences et des pesticides, seraient moins importantes que prévu.

  • Dividende intérimaire de 2,61 euros brut par action pour KBC Ancora

    KBC Ancora distribuera le 7 juin 2018 un dividende intérimaire brut de 2,61 euros par action.

    Le coupon net, après déduction du précompte mobilier de 30%, s'élève à 1,827 euro par action. Il n'y aura pas de distribution d'un dividende final.

    KBC Ancora est une société cotée en Bourse, qui détient 18,5% des actions de KBC Groupe.

  • Des marchés européens en ordre dispersé

    Dax 12.938,01 +0,7 %

    EuroStoxx50 3.514,36 -0,2 %

  • Les craintes géopolitiques pèsent sur les marchés

    Wall Street reculait vendredi à l'ouverture, toujours affectée par les craintes géopolitiques liées à la Corée du Nord et à la veille d'un week-end prolongé.Vers 16h30, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,20% à 24.761,95 points.Le Nasdaq, à forte composante technologique, lâchait 0,04% à 7.421,36 points.L'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,22% à 2.721,70 points.La Bourse de New York avait terminé en baisse jeudi, le président américain Donald Trump suscitant surprise et inquiétudes en annulant son sommet avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et en menaçant de durcir les droits de douane sur les importations de véhicules: le Dow Jones avait perdu 0,30% et le Nasdaq 0,02%.

    "Les tensions géopolitiques persistent bien que la Corée du Nord a indiqué être toujours prête à discuter malgré l'annulation par les Etats-Unis d'une rencontre très attendue", ont affirmé les analystes de Charles Schwab.Après avoir dénoncé jeudi le "profond manque de bonne foi" du régime de Pyongyang, Donald Trump a salué vendredi sur Twitter la réaction "productive" et "chaleureuse" de la Corée du Nord.Dans la foulée, le président américain a affirmé vendredi que des discussions étaient en cours avec Pyongyang et que la rencontre pourrait malgré tout "avoir lieu le 12" juin, comme initialement prévu.

    La séance s'annonçait par ailleurs calme à la veille d'un week-end de trois jours, les marchés étant fermés lundi en raison du "Memorial Day" aux Etats-Unis."Un week-end prolongé est exactement ce dont a besoin le marché pour se reposer après une semaine épuisante de nouvelles liées au commerce et à la Corée du Nord", a noté quant à lui Patrick O'Hare de Briefing.De plus, "à partir d'aujourd'hui, les investisseurs passent sur un mode vacances et fin du mois. Les volumes risquent d'être très limités jusqu'au début de la semaine suivante", a affirmé Karl Haeling de LBBW.Le marché obligataire se détendait: le taux de rendement des bons du Trésor américains à 10 ans reculait à 2,930%, contre 2,977% la veille, et celui à 30 ans baissait à 3,087%, contre 3,125% à la précédente clôture.

    Parmi les indicateurs du jour, les commandes industrielles aux Etats-Unis ont baissé plus que prévu en avril sous l'effet d'un recul marqué des commandes du secteur aéronautique civil, selon les chiffres du département du Commerce publiés vendredi.

    En Europe, les marchés d'actions ont effacé leur gains de la matinée (à l'exception du Dax) et la Bourse de Madrid est tombée à un plus bas de plus d'un mois en raison de la motion de censure déposée contre le président du gouvernement Mariano Rajoy.
    Ce dernier refuse d'organiser des élections législatives anticipées, comme le réclamaient le Parti socialiste espagnol(PSOE) et la formation centriste Ciudadanos au lendemain de la condamnation pour corruption de son Parti populaire (PP).
    L'Ibex perd 2,42%, l'EuroStoxx 50 0,71% et le Stoxx 600 0,16%.
    L'écart de rendement entre les titres espagnols et allemands a dépassé 106 points de base, son plus haut niveau depuis janvier.

  • Fiat Chrysler rappelle 4,8 millions de véhicules aux USA

    L'action de Fiat Chrysler Automobiles est sous pression à Wall Street  après l'annonce du rappel de 4,8 millions de véhicules aux Etats-Unis. La raison: un problème susceptible d'empêcher la désactivation du régulateur de vitesse. Les automobilistes ont été priés de ne pas utiliser cette fonction. Le constructeur automobile italo-américain n'a déploré pour le moment aucune blessure ou accident en lien avec ce défaut, mais il dit avoir été informé du cas d'un conducteur incapable de désactiver le régulateur de vitesse de sa Dodge Journey 2017.

    Fiat Chrysler, qui a subi en 2015 175 millions de dollars (150 millions d'euros) de pénalités des autorités américaines pour des manquements à la sécurité, n'a pas précisé le coût de ce nouveau rappel, lié à ce qu'il qualifie de "séquence improbable d'événements". 

  • Wall Street ouvre en baisse

    Dow Jones -0,22%, Nasdaq -0,04%

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * APPLE - Après quasiment cinq ans de procédure, un tribunal américain a condamné Samsung Electronics à verser 539 millions de dollars (460 millions d'euros) à Apple pour violation de brevets sur ses smartphones.

    * GAP - Le groupe de prêt-à-porter a publié jeudi soir des résultats trimestriels inférieurs aux attentes, sous le coup d'une baisse des ventes pour sa marque éponyme . Le titre chute de 7,7% dans les échanges avant-Bourse.

    * MONSANTO - Bayer a déclaré vendredi que les synergies liées au rachat en cours du groupe américain serait inférieures d'environ 300 millions de dollars à l'estimation initiale (1,5 milliard) en raison des cessions d'actifs destinées à faciliter l'obtention des autorisations réglementaires.

    * UNITED CONTINENTAL HOLDINGS a choisi Jane Garvey, ancienne directrice générale de l'Administration fédérale de l'aviation (FAA), pour présider son conseil d'administration, la première femme à occuper ce poste à la compagnie.

    * AUTODESK - Le groupe de logiciels et de services informatiques recule d'environ 5% en avant-Bourse après avoir publié une prévision de bénéfice pour le trimestre en cours inférieur aux attentes du marché.

    * FOOT LOCKER avance d'environ 12% dans les transactions en avant-Bourse après avoir fait état de résultats trimestriels supérieurs aux attentes.  L'action NIKE prend environ 1%.

  • L'IPO de Saudi Aramco probablement en 2019

    L'Arabie saoudite procédera plus probablement en 2019 à l'introduction en Bourse de sa compagnie pétrolière Saudi Aramco, a déclaré vendredi le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al Falih.

    Le calendrier initialement avancé par Ryad prévoyait une IPO en 2018 mais l'hypothèse d'un report n'a cessé de grandir depuis plusieurs mois.

  • Regain de tension en Europe avec la motion de censure en Espagne

    La Bourse de Madrid perdait plus de 2% et les autres marchés européens réduisaient nettement leur progression vendredi en réaction à l'annonce du dépôt d'une motion de censure contre le gouvernement espagnol.

    L'indice Ibex du marché madrilène cédait 2,28% à 14h alors que l'EuroStoxx 50 évoluait proche de l'équilibre après une brève incursion dans le rouge, alors qu'il gagnait 0,85% au plus haut en matinée.

    Le Parti socialiste espagnol (PSOE) et la formation centriste Ciudadanos ont lancé vendredi une offensive politique pour obtenir des élections législatives anticipées, au lendemain de la condamnation pour corruption du Parti populaire (PP) du chef du gouvernement Mariano Rajoy.

    Le dirigeant du PSOE, Pedro Sanchez, a expliqué vouloir provoquer la chute du cabinet Rajoy, former son propre gouvernement et convoquer au plus tôt des élections anticipées.

    La perspective d'une nouvelle crise politique dans la périphérie de la zone euro après celle déclenchées par les législatives italiennes de mars inquiète aussi le marché obligataire: à 1,47%, le rendement des emprunts d'Etat espagnols à dix ans prenait plus de neuf points de base, sa plus forte hausse sur une séance depuis trois mois.

    L'écart de rendement entre les titres espagnols et allemands a dépassé 106 points de base, son plus haut niveau depuis janvier.

    Les banques espagnoles étaient attaquées: Caixabank perdait 4,60%, Santander 3,90% et Banco de sabadell 3,24%.

    Le rendement italien progressait de 8 points de base à 2,47% et celui du Portugal de 6 points de base à 1,94%.

     

  • Objectif de cours plus élevé pour Ahold Delhaize

    Bernstein relève son objectif cours pour le distributeur belgo-néerlandais Ahold Delhaize de 20,50 à 23,50 euros. La recommandation est d'acheter la valeur.

    L'analyste Bruno Monteyne anticipe une croissance bénéficaire de 15% sur base annuelle, grâce à la fusion et à des rachats d'actions. Le rendement du dividende est d'environ 4%.

    Sur le plan opérationnel, l'analyste estime qu'Ahold Delhaize évolue de manière "excellente", avec des marges bénéficiaires en hausse.

    Ahold Delhaize gagnait 0,26% à 19,79 euros dans un marché amstelllodamois en hausse de 0,29%.

  • Wall Street signalée en hausse

    Wall Street est attendue en hausse à l'ouverture, le ton conciliant adopté par la Corée du Nord après la décision de Donald Trump d'annuler sa rencontre avec Kim Jong-un favorisant un regain d'appétit pour le risque.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,2% à 0,4%.

  • Daimler risque un rappel de 600.000 véhicules diesel

    Daimler risque un rappel de plus de 600.000 véhicules diesel, dont des modèles Mercedes Classe C et Classe G, en raison de soupçons de manipulation des émissions polluantes, rapporte Der Spiegel vendredi.

    L'action Daimler était stable à 13h alors que l'indice Dax gagnait plus de 1,02% et que l'indice du secteur automobile européen prenait 0,48% au même moment.

  • Le point sur les marchés en milieu de séance

    La Corée du Nord alimente l'appétit pour le risque, le Brent chute, l'Italie et l'Espagne sources de tensions

    1. Les indices actions européens évoluaient en hausse en milieu de séance vendredi, le ton conciliant adopté par la Corée du Nord après la décision de Donald Trump d'annuler sa rencontre avec Kim Jong-un favorisant un regain d'appétit pour le risque, déjà perceptible en Asie.

    2. A 12h30, Francfort gagnait 1,03%, Amsterdam 0,55%, bruxelles 0,36%, Paris 0,27%, Londres 0,19%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 engrangeait 0,41%.

    3. La tendance en Europe a été soutenue par l'annonce d'une stabilisation du climat des affaires en mai en Allemagne après cinq mois consécutifs de détérioration, selon l'enquête mensuelle de l'institut Ifo.

    5. Si le dossier nord-coréen inquiète moins que jeudi, les tensions politiques pèsent toujours en Italie, où la Bourse de Milan cède 0,24%, et en Espagne, où celle de Madrid perd 0,59% après l'annonce par le Parti socialiste espagnol du dépôt d'une motion de censure contre Mariano Rajoy au lendemain de la condamnation du Parti populaire (PP), le parti du chef du gouvernement, dans une affaire de corruption.

    6. Côté actions, le rebond profite à la quasi-totalité des secteurs, y compris à l'automobile, qui reprend 0,53% après la forte baisse provoquée jeudi par les menaces de taxes à l'importation aux Etats-Unis.

    7. Le compartiment du pétrole et du gaz (-0,43%) et celui des matières premières (-0,47%) sont à la traîne, pénalisés par la baisse des cours. Le prix du baril de Brent recule en effet de 2% pour repasser sous 77 dollars, après les déclarations russes sur la possibilité d'une augmentation de la production dès le mois prochain et les informations de Reuters selon lesquelles l'Opep et plusieurs pays extérieurs à l'organisation discutent d'une hausse d'environ un million de barils par jour de leurs pompages.

  • Brent: -2%

    Les prix du pétrole reculaient nettement vendredi en cours d'échanges européens alors que la Russie et l'Arabie saoudite envisagent désormais d'augmenter les seuils de production de l'accord qui les engage, selon des déclarations des ministres de l'Energie des deux pays.

    Vers 12h à Paris, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 77,19 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,60 dollar par rapport à la clôture de jeudi.

    Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 1,35 dollar à 69,36 dollars.

  • ING reste négatif à propos de CFE

    L'analyste Tijs Hollestelle d'ING a confirmé sa recommandation de "vendre" l'action CFE avec un objectif de cours de 110 euros après les résultats trimestriels publiés ce matin.

    Hollestelle retient de la publication de ces chiffres trimestriels l'augmentation massive de la dette nette de 352 millions d'euros fin 2017 à 622 millions fin mars. C'est pas une surprise, explique l'analyste: les gigantesques contrats EPCI (pour la construction de parcs éoliens offshore) impliquent d'importantes avances.

    "L'un des facteurs clés de notre point de vue négatif sur l'action est la hausse de la volatilité des principaux indicateurs de DEME: le chiffre d'affaires, le carnet de commandes et l'augmentation de la dette nette à la suite de la signature de grands contrats éoliens offshore."

    CFE perdait 3,72% à 103,60 euros aux alentours de 11h30.

  • Degroof Petercam abaisse son conseil sur AvH

    L'analyste Thijs Hoste n'a pas remarqué de surprise dans le trading update d'Ackermans & van Haaren .

    L'opérationnel se déroule comme prévu chez CFE et la performance commerciale des banques privés reste solide.

    Sur base de la somme des parties, Host atteint un objectif de cours de 160 euros, inchangé. Mais comme, il n'y a plus que 5% de potentiel de hausse, le conseil passe d'acheter à conserver.

    AvH gagnait 0,66% à 153,10 euros aux alentours de 11h15.

  • Une donnée inquiétante pour la croissance du Royaume-Uni

    La croissance économique du Royaume-Uni a brutalement freiné au premier trimestre, à 0,1% d'un trimestre sur l'autre, a annoncé vendredi l'Office des statistiques nationales dans une deuxième estimation confirmant la première.

    Dans sa première estimation fin avril, l'ONS avait annoncé que la croissance du pays avait ralenti à son plus faible niveau depuis cinq ans. En confirmant cette donnée vendredi, l'institut fournit une donnée inquiétante pour le pays à dix mois d'un Brexit aux contours encore incertains.

  • Le moral des entrepreneurs allemands stagne en mai

    Le moral des entrepreneurs allemands a stagné en mai à 102,2 points, au même niveau qu'en avril, après 103,3 points en mars, selon le baromètre Ifo publié vendredi.

    Basé sur le sondage d'environ 7.000 entreprises, cet indicateur très suivi, qui permet d'avoir un avant-goût de l'activité économique dans les mois à venir, est ressorti légèrement au-dessus des attentes (101,9 points) des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset.

     

    "La tendance à la baisse s'est arrêtée. L'économie allemande va bien dans un contexte international difficile."
    Clemens Fuest
    Président de l'Ifo

     

    L'euro a légèrement réduit ses pertes en réaction à la publication des résultats de l'enquête de l'Ifo. La monnaie unique s'échangeait à 1,1695 dollar à 10h10, contre 1,1686 dix minutes auparavant.

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    La Corée du Nord rassure les marchés

    1. Les principales Bourses européennes évoluent en hausse en début de matinée, le ton conciliant adopté par la Corée du Nord après la décision de Donald Trump d'annuler sa rencontre avec Kim Jong-un favorisant un regain d'appétit pour le risque, déjà perceptible en Asie.

    2. Peu avant 10h, Amsterdam gagnait 0,47%, Francfort 0,54%, Londres 0,37%, Paris 0,36% et Bruxelles 0,19%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 engrangeait 0,44%.

    3. Au lendemain de l'annonce par Donald Trump de l'annulation du sommet prévu le mois prochain avec Kim Jong-un en raison de "l'hostilité affichée" selon lui par Pyongyang, le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères à regretté cette décision en assurant que son pays restait "ouvert" à un règlement des différends entre les deux pays.

    4. La situation politique en Ialie reste un foyer de tension. L'écart de rendements ("spread") entre les emprunts à dix ans italiens et allemands a d'ailleurs atteint le seuil symbolique des 200 points de base pour la première fois depuis près d'un an. Le nouveau président du Conseil italien, Giuseppe Conte, pourrait dévoiler en fin de journée la composition de son gouvernement.

    5. Côté actions, le rebond profite à la quasi-totalité des secteurs, y compris à l'automobile, qui reprend 0,6% après la forte baisse provoquée jeudi par les menaces de taxes à l'importation aux Etats-Unis.

    6. Le compartiment du pétrole et du gaz (+0,20%) et celui des matières premières (+0,13%) sont à la traîne, pénalisés par la baisse des cours. Le prix du baril de Brent recule en effet de 0,53% à 79,37 dollars après les déclarations russes sur la possibilité d'une augmentation de la production dès le mois prochain et les informations de Reuters selon lesquelles l'Opep et plusieurs pays extérieurs à l'organisation discutent d'une hausse d'environ un million de barils par jour de leurs pompages.

    7. Les investisseurs surveilleront à 10h l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne, attendu en léger repli, et une demi-heure plus tard la deuxième estimation du produit intérieur brut (PIB) britannique au premier trimestre.

  • 21 milliards EUR
    La Deutsche Bank s'est trompée en votre faveur
    Deutsche Bank a par erreur transféré 21 milliards d'euros sur des comptes de Macquarie en 2014, a déclaré un porte-parole jeudi, la dernière erreur de ce type en date à être révélée.

  • CFE sanctionné, Celyad recherché

    CFE perd 3,2% dans les premiers échanges à la Bourse de Bruxelles, lesté par la publication de ses résultats trimestriels.

    A l'opposé, Celyad bondit de 8,3%, aidé par l'avis de "surperformance" accordé par Wells Fargo, qui a entamé la couverture du titre.

    Globalement, l'indice Bel20 engrange 0,29% à 3.875, 53 points.

  • "L'ambiance sur les marchés reste tendue, la crise italienne et les incertitudes entourant la politique commerciale de Trump empêchent actuellement le mouvement à la hausse de continuer. Pour le DAX, il sera plus difficile de repasser les 13.000 points."
    Milan Cutkovic
    Analyste chez Axi Traders

  • Netflix défie Disney

    Netflix a été la vedette de la séance à Wall Street jeudi, dépassant un temps la capitalisation boursière de Disney, le numéro un mondial du divertissement, en atteignant  un record à 354 dollars, soit une valeur de 153 milliards de  dollars pour le géant de la vidéo en ligne.

    Le titre a finalement clôturé à 349,29 dollars, un gain de 1,33% sur la séance.

  • | Opening Bell |

    Les marchés actions européens ouvrent en hausse,  alors que les incertitudes commerciales et sur la dette italienne continuent de peser.

    • Bruxelles: +0,45%
    • Amsterdam: +0,48%
    • Francfort: +0,48%
    • Paris: +0,42%
    • DJ Stoxx 600: +0,36%

  • Plus de chiffre d'affaires, moins de commandes chez CFE

    Le chiffre d'affaires de CFE a connu une progression à deux chiffres au premier trimestre. Par contre, et comme anticipé, le carnet de commandes ne suit pas le mouvement. Le dette s'envole.

  • "Les indices européens devraient ouvrir en légère hausse dans l'attente de savoir si les tensions géopolitiques entre la Corée du Nord et les Etats-Unis et commerciales sont sur le point de se dégrader."
    Les experts de Mirabaud Securities Genève

  • Tokyo aidé par le dollar

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a légèrement rebondi vendredi, après trois séances de recul, aidé par un petit regain du dollar qui a réussi à atténuer les effets de l'annulation soudaine par Donald Trump du sommet Etats-Unis/Corée du Nord prévu le mois prochain.

    A l'issue des échanges, l'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a repris 0,06% (+13,78 points) à 22.450,79 points, mais l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a lâché 0,22% (-3,95 points) à 1.771,70 points.

    A la clôture, le dollar est revenu à 109,53 yens, contre 109,48 yens jeudi. De son côté, l'euro se relevait aussi très légèrement, à 128,19 yens contre 128,10 yens.

  • Wells Fargo flashe Celyad

    Wells Fargo initie la couverture de l'ADR (American Depository receipt) de Celyad avec une recommandation à "surperformance".

    L'objectif de cours est de 44 dollars, ce qui donne un potentiel de hausse de 52% par rapport au dernier cours de clôture de 28,88 dollars.

    Le target price moyen sur l'ADR Celyad est de 64,33 dollars, avec des extrêmes compris entre 44  et 122 dollars.

    Les quatre analystes qui suivent l'ADR de Celyad sont tous à l'achat.

  • Topo d'avant Bourse

    Rebond en vue en Europe, la Corée du Nord rassure

    1. Attendues en hausse à l'ouverture, les principales bourses européennes pourraient effacer une partie de leurs pertes de la veille après la réaction jugée rassurante de la Corée du Nord à l'annulation par les Etats-Unis du sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 à Paris pourrait gagner 35 points, soit environ 0,6%, dans les premiers échanges, le Dax à Francfort 70 points (0,55%) et le FTSE à Londres 48 points (0,6%).

    3. En Asie, l'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) prenait 0,1% alors que Séoul cédait 0,2%.

    4. Après avoir abandonné jusqu'à 0,9%, la Bourse sud-coréenne a repris du terrain après les déclarations de l'un des responsables de la diplomatie nord-coréenne assurant que son pays restait "ouvert" à un règlement de ses différends avec les Etats-Unis.

    5. Au-delà de l'actualité géopolitique, la matinée en Europe sera animée principalement par la publication de l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne, attendu en très légère baisse, et par la deuxième estimation de la croissance britannique au premier trimestre, en attendant les chiffres des commandes de biens durables aux Etats-Unis.

  • AvH bien positionné pour 2018

    Le holding anversois AvH estime que ses participations clés sont bien positionnées pour l’ensemble de l’année.

    Ackermans & van Haaren (AvH) qui détient des participations dans CFE (qui publie aussi ses trimestriels ce vendredi), dans Delen, dans la Banque Van Breda, dans Leasinvest et dans Sipef, entre autres, affichait, fin mars, une trésorerie de 79,5 millions d’euros contre 80,2 millions trois mois plus tôt.

    Ce montant ne tient pas encore compte des dividendes qu’AvH recevra de ses participations au cours de l’année 2018 ni de la vente de BDM-ASCO, Transaplux et Atenor.

  • La livre turque continue de chuter

    La livre turque chutait encore sur le marché des changes, toujours pénalisée par les craintes des investisseurs sur la capacité de la banque centrale à maîtriser une inflation à deux chiffres. Et plus particulièrement après les déclarations du président Tayyip Erdogan indiquant qu'il exercerait un contrôle monétaire plus marqué après les éléctions du 24 juin.

     

  • A suivre ce vendredi 25 mai

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 10h Indice Ifo du climat des affaires / mai

    Etats-Unis
    • 14h30 Commandes de biens durables / avril
    • 16h Indice de confiance du Michigan (définitif) / mai

    Royaume-Uni
    • 10h30 PIB / T1

    Suède
    • 15h20 Participation de Jerome Powell à un débat sur le thème "Stabilité financière et transparence des banques centrales" organisé par la Banque royale de Suède

    → ENTREPRISES

    Belgique
    Assemblée générale chez:
    • Keyware
    • Ontex

    Résultats trimestriels:
    • AvH
    • CFE

    • RealDolmen: résultats 2017/2018

    • KBC Ancora: déclaration du dividende intérimaire

    • Ablynx/offre de rachat à 45 euros par action par Sanofi. Jusqu’au 12 juin.
    • RealDolmen/offre de reprise à 37 euros par action par GFI. Jusqu’au 31 mai.
    • Sapec/offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin inclus.
    • Tigenix/offre de reprise par Takeda au prix de 1,78 euro. Jusqu’au 31 mai.
    • Vastned Retail Belgium/trading update T1. Premier jour de l’offre de reprise par Vastned à 57,5 euros par action. Jusqu’au 1er juin.

    France
    • Viva Technology, le salon des startups, mise sur les robots pour attirer le public - Paris Expo Porte de Versailles - Du 24 au 26 mai
    • Guerbet : assemblée générale

  • Good morning!

    En route pour un nouveau market live. Merci de nous suivre!

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content