1. Les marchés
  2. Live blog
live

Une forte tension sur les taux pénalise Wall Street

En hausse dans la matinée, les marchés européens d'actions ont ensuite reviré à la baisse dans l'après-midi, dans la foulée de l'ouverture négative de Wall Street. Une forte tension sur les taux d'intérêts américains a en effet pénalisé les marchés américains.
  • Fin du live

    Merci à toutes et à tous de nous avoir suivis.

    Passez une très bonne soirée

  • Apple déçoit avec ses prévisions, le titre baisse

    Apple affiche un chiffre d'affaires en croissance de 13%, mais voit sa prévision de ventes pour le trimestre en cours rater le consensus. Les craintes restent grandes quant aux ventes de ses iPhone.

  • La réforme fiscale donne le sourire à Amazon, le titre s'envole

    Le chiffre d'affaires d'Amazon a bondi de 38,2% au quatrième trimestre, à la faveur d'une forte activité de commerce en ligne pour les fêtes de Noël et d'une demande soutenue pour ses activités de stockage dématérialisé (cloud).

    Le géant américain du e-commerce, qui a livré plus de cinq milliards d'articles dans le monde en 2017 avec son système d'abonnement Prime, a fait état ce jeudi d'un chiffre d'affaires de 60,45 milliards de dollars (48,30 milliards d'euros) pour les trois derniers mois de l'exercice, contre 43,74 milliards un an plus tôt.

    Le groupe a dégagé un bénéfice net de 1,86 milliard de dollars, contre 749 millions un an plus tôt.

    Hors exceptionnels, le bénéfice par action ressort à 2,16 dollars par action, bien supérieur au consensus qui était de 1,85 dollar selon Thomson Reuters. Ce résultat intègre un gain d'environ 789 millions de dollars lié à la réforme fiscale récemment adoptée aux Etats-Unis.

    Le chiffre d'affaires d'Amazon Web Services, la filiale en pleine croissance de services sur le cloud, a bondi de 44,6% à 5,11 milliards de dollars, à comparer à un consensus de 5 milliards. L'action Amazon, qui a clôturé jeudi sur un repli de 4,20%, regagnait 5,6% dans les transactions d'après-Bourse à Wall Street.

  • Trump fait perdre 3 milliards de dollars à Alphabet, le titre recule

    Alphabet , la maison mère de Google, a vu ses chiffres d'affaires annuel et trimestriel augmenter nettement, mais a subi une perte nette au dernier trimestre et a vu ses coûts beaucoup augmenter.

    Le chiffre d'affaires du dernier trimestre est en hausse de 24% à 32,3 milliards de dollars, mieux que prévu, et il atteint 110,9 milliards de dollars sur l'année entière (+23%), un peu au-dessus des attentes des analystes.

    Cependant, le groupe a subi une perte nette de 3,02 milliards en fin d'année à cause de la réforme fiscale américaine, qui entraîne une charge exceptionnelle pour impôt de plus de 10 milliards de dollars au dernier trimestre, tandis qu'il a vu ses "coûts d'acquisition" de trafic (TAC), élément très observé, bondir de 31% à 6,45 milliards sur le trimestre.

    Ces coûts, qui sont versés à des tiers pour assurer par exemple à Google d'être le moteur de recherche par défaut sur des appareils, représentent 24% de ses recettes publicitaires (contre 22% fin 2016). La marge opérationnelle s'est contractée à 24% sur le dernier trimestre. Les recettes publicitaires de Google ont cru au dernier trimestre, à 27,2 milliards de dollars, contre 22,4 milliards fin 2016.

    Le titre baissait dans les échanges électroniques après la clôture de la Bourse de 2,55% à 1.137 dollars.

  • Une forte tension sur les taux pénalise Wall Street

    La Bourse de New York a terminé en ordre dispersé jeudi, une forte tension sur les taux d'intérêt américains faisant pression sur les indices. Le Dow Jones a pris 0,14% à 26.186,71 points. Le Nasdaq a perdu 0,35% à 7.385,86 points. Le S&P 500 a reculé de 1,83 points à 2.821,98 points.

    Le rendement des bons du Trésor à 10 ans s'est à nouveau tendu à 2,782% contre 2,705% la veille, et celui des bons à trente ans a progressé à 3,017% contre 2,935 mercredi soir. Les taux à long terme sont davantage sensibles aux projections de croissance et d'inflation dans le pays que les taux à court terme. La banque centrale américaine (Fed) a dit mercredi qu'elle s'attendait à une remontée de l'inflation. Ajoutez à cela une croissance forte et l'impact de la réforme fiscale sur les déficits américains et il semble évident que l'ère des taux bas est révolue.

    Du côté des valeurs, Facebook a largement profité jeudi de ses résultats publiés la veille, en nette hausse malgré la diminution fin 2017 du temps passé sur le réseau social par ses utilisateurs. Le titre a avancé de 3,32% à 193,09 dollars, au plus haut de son histoire.

  • Wall Street termine sans direction

    • Le Dow Jones a gagné 0,16% à 26.190,43 points.
    • Le Nasdaq a perdu 0,35% à 7.385,86 points.
    • Le S&P 500 a reculé de 7,9 points à 2.815,91 points.
  • Le pétrole termine en nette hausse à New York

    Le pétrole new-yorkais a terminé en hausse ce jeudi, le marché surveillant des chiffres mensuels sur le respect par l'Opep d'un accord l'engageant à limiter ses extractions au moment où la production américaine grimpe à son plus haut niveau depuis 1970.

    Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mars, référence américaine du brut, a gagné 1,07 dollar pour clôturer à 65,80 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

  • L’indice Bel 20, qui était monté jusqu’à 4.144,31 points un peu plus d’une heure après le début des transactions, a clôturé avec un repli de 0,20% à 4.103,63 points.

    Parmi les plus forts reculs dans le Bel 20, UCB accuse une perte de 1,42% à 69,20 euros. Le groupe biopharmaceutique a annoncé la création d’une spin-out qui va se consacrer au développement de traitements innovants contre les troubles cognitifs, au premier rang desquels figure la maladie d’Alzheimer.


    Du côté des actions qui ont réussi à garder la tête hors de l’eau, Ageas a gagné 0,49% à 42,75 euros. L’assureur a annoncé que le 16 mars 2018, la Cour d’appel d’Amsterdam organisera une audience publique dans le cadre de la procédure visant à rendre contraignant l’accord de transaction révisé et modifié du 12 décembre 2017. Le titre de la meilleure performance dans le Bel 20 revient à Ontex qui a rebondi de 2,18% à 24,34 euros.


    En dehors du Bel 20, Gimv a gagné 0,19% à 51,60 euros. Le groupe de capital-investissement a acquis auprès de Normandie Capital Investissement, Initiative et Finance et Volney Développement, le Groupe France Thermes. L’opérateur immobilier Wereldhave qui a publié ses résultats pour 2017, a indiqué avoir l’intention de distribuer un dividende brut d’un montant inchangé de 5,10 euros (3,57 euros nets). Il propose la possibilité d’un dividende optionnel en actions nouvelles. Cette option doit cependant encore être approuvée par le conseil d’administration. Son action a pris 0,44% à 91,40 euros.

  • Toyota double Ford aux Etats-Unis

    Le marché automobile américain a commencé l'année timidement en envoyant des signaux contrastés, General Motors (GM) enregistrant une petite hausse de ses ventes, tandis que Ford et Fiat Chrysler sont à la peine.

    GM, le premier constructeur automobile américain, a écoulé 198.548 véhicules neufs en janvier, en hausse de plus de 1%, soit nettement moins que la progression de 4,2% anticipée par le cabinet spécialisé Edmunds.com.

    Les ventes de Ford et Fiat Chrysler ont, elles, reculé, de l'ordre de 6,6% à 161.143 véhicules pour le premier et de 13% à 132.803 exemplaires pour le second, qui a pâti d'un plongeon de 16% des ventes de sa marque de camionnettes à plateau (pick-up) Ram que n'a pu compenser une hausse de 2% de la griffe Jeep.

    Le groupe japonais Toyota en a profité pour doubler Ford, en vendant 167.056 véhicules neufs le mois dernier, en hausse de 16,8%.

    "Il est de tradition d'observer un ralentissement des ventes chez les concessionnaires en janvier après une période des fêtes marquée par de bonnes ventes. Janvier n'est donc pas nécessairement un indicateur de la direction que vont prendre les ventes pour l'ensemble de l'année", a résumé Jessica Caldwell, analyste chez Edmunds.

  • L'ISM recule moins que prévu aux Etats-Unis

    L'activité du secteur manufacturier américain s'est contractée moins fortement que prévu au mois de janvier, selon les résultats de l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management (ISM) publiés mercredi.

    Son indice ISM s'est établi à 59,1, contre 59,3 en décembre (chiffre révisé en baisse) et un consensus de 58,8. La barre des 50 sépare croissance et contraction de l'activité.

    La composante des prix acquittés a grimpé à 72,7 contre 69 en décembre et 68,0 attendu par les économistes. Elle atteint son plus haut niveau depuis mai 2011.

    Le sous-indice des nouvelles commandes a, lui, reculé à 65,4 contre 67,4 en décembre. Celui de l'emploi s'est replié à 54,2 après 58,1 en décembre et un consensus de 57,0. Il est au plus bas depuis mai 2017.

  • Wall Street réduit ses pertes

    En repli dès les premières transactions, la Bourse de New York tente un retour à l'équilibre. Près d'une heure après le début des transactions, l'indice Dow Jones affichait une baisse peu significative de 0,04% à 26.142,79 points et le S&P 500 de 0,05% à 2.822,35 points. Sur le Nasdaq, le Composite réduisait ses pertes à 0,16% à 7.399,26 points.

    La séance sur les marchés américains sera animée une nouvelle fois par les publications de résultats, la journée étant l'une des plus chargées du trimestre en la matière.

    Parmi les valeurs du Dow Jones, Microsoft gagne 0,08%. Le géant du logiciel a publié mercredi soir un bénéfice trimestriel solide même si certains analystes expliquent que les attentes
    étaient encore plus élevées. Le titre avait inscrit un record historique lundi.

    A la hausse, Facebook gagne 2,07%, au plus haut depuis son entrée en Bourse en 2012, après un bond de près de 50% de son chiffre d'affaires trimestriel. Au moins 12 analystes
    ont revu à la hausse leur objectif de cours sur la valeur.

    Parmi les autres résultats salués par le marché figurent  ceux d'eBay (+45,76%) et AT&T (+4,70%), alors que ceux d'UPS (-6,14%) et Ralph Lauren (-3,20%) sont
    sanctionnés.

  • Le Dow Jones ouvre en repli

     

    A Wall Street, l'indice Dow Jones a ouvert en baisse de 0,27% à 26.079,92 points et le S&P 500 de 0,19% à 2.818,39 points.
    Sur la Bourse du Nasdaq, le Composite cède 0,46% à 7.377,13 points.

  • Wall Street attendue en baisse, l'Europe boursière cède ses gains

    Les contrats à terme sur Wall Street s'enfoncent dans le rouge à moins de 30 minutes des premiers échanges, après la baisse surprise de la production aux Etats-Unis.

    Le Dow Jones est donné en repli de 0,5%, le S&P 500 de 0,3% et l'indice composite du Nasdaq du 0,8%.

    Les marchés actions européens suivent la tendance, incapables de conserver leurs gains de la matinée. Francfort lâche 1,3%, Amsterdam 0,66%, Paris 0,60% et Londres 0,40%.

    Bruxelles (-0,07%) est à l'équilibre, grâce à Umicore (+1,10%) et KBC (+0,34%) qui permettent de neutraliser en partie l'influence négative des titres comme Engie (-1%) et ING group (-1,02%).

  • Goldman Sachs voit le baril de pétrole dépasser 80 dollars

    Goldman Sachs relève de 33% ses prévisions de prix du pétrole brut à court terme, affirmant que le marché est maintenant probablement équilibré.

    La banque estime maintenant que le baril de pétrole de qualité Brent atteindra 75 dollars le baril d'ici trois mois. Et il devrait monter à 82,50 d'ici six mois, écrivent les analystes dont Damien Courvalin dans un rapport envoyé par courrier électronique. Leur estimation précédente pour les deux périodes était de 62 dollars le baril.

    "Le rééquilibrage du marché pétrolier a été atteint six mois plus tôt que prévu", écrivent encore les analystes de Goldman.

    "La baisse des stocks excédentaires a été avancée à la fin de 2017 en raison de la forte croissance de la demande, de la discipline de l'OPEP, d'un niveau important de maintenance et de l'effondrement de la production au Venezuela", ajoutent-ils.

  • Baisse des inscriptions hebdomadaires au chômage aux USA

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis ont légèrement reculé contrairement aux attentes des analystes, selon les chiffres publiés jeudi par le département du Travail.

    En données corrigées des variations saisonnières, le ministère du Travail a recensé 230.000 demandes d'allocations au chômage, soit un léger repli de 1.000, pour la semaine close le 27 janvier.

    Les analystes prévoyaient qu'elles progressent à 238.000.

  • Baisse surprise de la productivité aux Etats-Unis

    La productivité aux Etats-Unis a reculé de 0,1% au 4e trimestre surprenant les analystes, selon la première estimation du département du Travail publiée jeudi.

    Les prévisions médianes des analystes misaient sur un progrès de 1% après une avancée de 2,7% le trimestre d'avant (chiffre révisé en baisse).

  • Wall Street indécise avant l'ouverture

    La Bourse de New-York semblait indécise avant son ouverture pour une séance qui devrait être tournée vers la publication d'une nouvelle série de résultats d'entreprises.

    Vers 13h35, le contrat à terme sur l'indice vedette Dow Jones Industrial Average, qui donne sa tendance, perdait 0,09%. Celui du Nasdaq, à dominante technologique, reculait également de 0,09% tandis que celui de l'indice élargi S&P 500 progressait de 0,07%.

    Mercredi, Wall Street avait terminé en hausse, le Dow Jones et le S&P 500 enregistrant leur dixième mois consécutif de progression, soutenus par un bond de l'action Boeing.

    Les Etats-Unis doivent dévoiler dans l'après-midi leur indice ISM d'activité dans l'industrie pour le mois de janvier. Les demandes hebdomadaires d'allocations chômage et les dépenses de construction pour le mois de décembre sont également attendus.

    Du côté des valeurs à suivre, les investisseurs devraient s'intéresser au secteur automobile, avec la publication des ventes de voitures pour janvier.

    DowDupont, la nouvelle entreprise américaine née de la fusion fin août des groupes d'agrochimie Dow Chemical et DuPont, a fortement accru sa perte au quatrième trimestre mais ses ventes ont progressé grâce à la reprise économique mondiale.

    Le groupe de médias Time Warner et la société de messagerie UPS devaient également dévoiler leurs résultats avant le début de la séance.

    Et après la clôture, les regards seront notamment tournés vers le secteur technologique, avec les publications des géants Apple, Amazon et Alphabet (maison mère de Google).

     

    ©AFP

  • Le point sur les marchés en milieu de séance

    Le point sur les marchés en milieu de séance

    1. Les marchés actions européens pointent en hausse en milieu de séance, dans un marché animé par de nombreuses publications de résultats d'entreprises alors que les rendements obligataires poursuivent leur
    remontée après les annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed).

    2. Aux alentours de 12h30, Paris gagne 0,40%, Francfort 0,17% et Amsterdam 0,12%. Londres est stable (+0,02%). L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 se renforce de 0,40%.

    3. La cote européenne est essentiellement animée par les publications d'entreprises, avec un très bon accueil réservé à Nokia (+9%) et Dassault Systèmes (+6%) et, ce qui dope l'indice Stoxx des valeurs technologiques (+1,43%).

    4. La perspective d'une prochaine hausse des taux de la Fed favorise les valeurs bancaires, dont l'indice Stoxx (+1,66%) signe l'une des plus fortes hausses sectorielles en Europe.

    5. A l'autre bout du spectre, le compartiment télécom rétrograde de 0,45%, enfoncé par TDC (-13,30%). L'opérateur télécoms danois TDC a fait état d'un accord portant sur le rachat des actifs de télévision de Modern Times Group (MTG), le groupe de médias suédois qui édite notamment le journal gratuit Metro.

    6. Le titre Bic (-9,6%) accuse l'une des plus fortes baisses de l'indice Stoxx 600 après avoir prévenu d'une nouvelle dégradation de sa marge d'exploitation en 2018.

    7. Sur les marchés obligataires, le rendement des obligations d'État belge à 10 ans a dépassé 1% pour la première fois depuis mars 2017. Les taux d'intérêt belges à long terme ont culminé à 1,14% à 11h14. Il suit la tendance des taux d'intérêt aux États-Unis et dans certains pays de la zone euro. Le rendement des obligations d'État belge à 10 ans a dépassé 1% pour la première fois depuis mars 2017. Les taux d'intérêt belges à long terme ont culminé à 1,14% à 11h14. Il suit la tendance des taux d'intérêt aux États-Unis et dans certains pays de la zone euro.Le rendement des obligations d'État belge à 10 ans a dépassé 1% pour la première fois depuis mars 2017. Les taux d'intérêt belges à long terme ont culminé à 1,14% à 11h14. Il suit la tendance des taux d'intérêt aux États-Unis et dans certains pays de la zone euro

  • Le bitcoin (encore) à moins de 10.000 dollars

    Les cryptomonnaies ne sont pas dans leur meilleur jour. La plus connue d'entre elle, le Bitcoin, vaut à nouveau moins de 10.000 dollars. Il y a un moins encore, la devise culminait à un peu moins de 20.000 dollars.

     

  • Le taux d'emprunt belge à dix ans grimpe au-dessus de 1%

    Le rendement des obligations d'État belge à 10 ans a dépassé 1% pour la première fois depuis mars 2017. Les taux d'intérêt belges à long terme ont culminé à 1,14% à 11h14. Il suit la tendance des taux d'intérêt aux États-Unis et dans certains pays de la zone euro.

    La banque centrale américaine a laissé entendre mercredi soir qu'elle prévoyait de relever ses taux d'intérêt en mars. Elle a évoqué la forte croissance de l'emploi, des dépenses des ménages, des investissements des entreprises ainsi que la hausse attendue de l'inflation.

    Le taux à dix ans belge est passé de 0,5 à 1% depuis la mi-décembre. La forte croissance économique de la zone euro a accru la spéculation sur la réduction des mesures de relance de la Banque centrale européenne.

    Il faut remonter à janvier 2017 pour retrouver un taux belge à 10 ans à 1%.

  • Venez commenter l'actualité boursière avec nous (->13h30)

  • Degroof Petercam vise plus bas pour Wereldhave Belgium

    Degroof Petercam reste à "accumuler" sur Wereldhave Belgium mais réduit légèrement son objectif de cours sur la valeur en l'abaissant de 4 euros à 101.

    Wereldhave Belgium, qui a publié ses résultats annuels ce matin (voir post de 8h56), est stable à 91 euros.

  • Deux nouveaux cinémas pour Kinepolis au Canada

    Landmark Cinemas Canada, racheté par Kinepolis Group en décembre 2017, est parvenu à un accord concernant l'acquisition du cinéma Brighton Marketplace de Saskatoon (Saskatchewan), en cours de construction, appartenant à 'Magic Lantern Theatres'.

    Parallèlement, Landmark Cinemas a annoncé un partenariat avec Cadillac Fairview et Ivanhoé Cambridge, deux sociétés immobilières canadiennes, ayant pour but l'ouverture d'un complexe cinématographique de luxe au CF Market Mall de Calgary (Alberta). L'inauguration est prévue au printemps 2019.

  • Vivendi recule, HSBC juge le consensus trop optimiste

    Vivendi recule un peu à la Bourse de Paris après un abaissement de recommandation par HSBC, qui juge les prévisions du consensus des analystes pour le groupe de médias trop optimistes.

    L'action Vivendi perd 0,63%, l'une des rares baisses du CAC 40, qui progresse au même moment de 0,6%. Le titre Vivendi a pris 5% depuis le début de l'année après une progression de 24,18% l'an dernier.

    HSBC passe d'"acheter" à "conserver" sur la valeur en maintenant son objectif de cours à 24 euros.

  • La bonne santé du secteur manufacturier se confirme en zone euro

    Le secteur manufacturier de la zone euro a continué à afficher une santé éclatante en janvier, conservant une croissance parmi les plus élevées depuis plus de 20 ans, montrent les résultats définitifs de l'étude IHS Markit auprès des directeurs d'achats, publiés jeudi.

    L'indice PMI manufacturier définitif de la zone euro s'est établi à 59,6 le mois dernier, conformément à une première estimation. Il avait atteint 60,6 en décembre, un record depuis le début de cette série statistique en juin 1997.

    Le sous-indice de la production, entrant dans le calcul de l'indice composite qui sera publié lundi, s'est lui aussi replié à 61,1 par rapport au record à 62,2 atteint en décembre. Il n'a toutefois été supérieur au niveau de janvier qu'à six reprises en plus de 20 ans d'existence de cette étude.

     

    "L'essor du secteur manufacturier de la zone euro a continué à plein régime en janvier."
    Chris Williamson
    Economiste en chef chez IHS Markit

  • Celyad renonce au C-Cure

    Celayd espérait trouver un partenaire pour développer ce qui pouvait l'être encore du C-Cure un produit visant des affections cardiaques. Elle semble avoir renoncé à ce projet.

  • Le point sur les marchés en début de matinée

    Le point sur les marchés en début de matinée

    1. Les principales Bourses européennes évoluent en hausse au début d'une séance animée par de nombreuses publications de résultats d'entreprises alors que les rendements obligataires poursuivent leur remontée après les annonces de la Réserve fédérale américaine (Fed).

    2. Paris gagne 0,63%, Francfort 0,37%, Amsterdam 0,32% et Londres 0,22%. L'indice Stoxx 600 gagne 0,51%.

    3. La cote européenne est essentiellement animée par les publications d'entreprises, avec un très bon accueil réservé à Dassault Systèmes (+8,04%) et Nokia (+6,42%), ce qui dope l'indice Stoxx des valeurs technologiques (+1,41%).

    4. A l'inverse, Bic décroche de 7,85%, parmi les plus fortes baisses du Stoxx 600 après des prévisions inférieures des attentes pour 2018.

    5. A Wall Street, de nombreux poids lourds de la cote doivent aussi faire état de leurs comptes jeudi, avec notamment les annonces d'Alphabet, Amazon et Apple après Bourse.

    6. La banque centrale américaine a, sans surprise, laissé ses taux inchangés, tout en ajoutant qu'elle anticipait un renchérissement de l'inflation en 2018, laissant ainsi la porte ouverte à un tour de vis monétaire en mars. Cela a eu pour conséquence de faire grimper le rendement des Treasuries à 10 ans jusqu'à 2,754% mercredi, un plus haut depuis avril 2014. Il évolue ce matin autour de 2,74%.

    7. Le marché obligataire en Europe suit la tendance, le rendement du Bund allemand gagnant trois points de base à 0,723%, à un plus haut depuis le début décembre 2015. Le rendement de l'OAT français a pour sa part franchi le seuil de 1% pour la première fois depuis mars 2017.

    8. La perspective d'une prochaine hausse des taux de la Fed favorise les valeurs bancaires, dont l'indice Stoxx (+1,09%) signe l'une des plus fortes hausses sectorielles en Europe.

    9. Le dollar, en revanche, ne profite toujours pas de la remontée des taux. L'euro avance de 0,08% à 1,243 dollar. La devise unique pourrait réagir à la publication, à 11h de l'indice PMI manufacturier définitif pour le mois de janvier en zone euro.

  • Dole Food repris par une société irlandaise, échappe à Greenyard

    Total Produce a bouclé une offre liante pour prendre une participation de 45% dans Dole Food. Une option pour prendre 6% supplémentaire est prévue.

    Le négociant belge de fruits et de légumes Greenyard avait eu un temps de discussions avec Dole en vue d'une acquisition, mais elles avaient échoué compte tenu d'un prix trop élevé.

    La prise de participation minoritaire dans Dole cadre avec la stratégie de Total Produce, indiquent les analystes de KBCS, Alan Vandenberghe et Guy Sips, même si Dole aurait été une bonne affaire pour Greenyard en renforçant notamment la position de l'entreprise belge aux Etats-Unis avec une marque forte.

    Il convient de noter que les analystes considèrent depuis longtemps Total Produce comme un bon partenaire pour Greenyard, étant donné que les deux groupes e sont géographiquement complémentaires en Europe et que Total Produce est plus fort aux États-Unis. L'annonce d'aujourd'hui rend une telle combinaison "improbable", précisent les analystes.

  • Bic plonge, lesté par sa rentabilité

    Le titre du fabricant français d'articles de papeterie, de briquets et de rasoirs Bic s'enfonçait de plus de 6% jeudi matin à la Bourse de Paris, plombé par la prévision d'un nouveau recul de sa rentabilité en 2018.

  • Chiffre d'affaires meilleur que prévu pour Unilever, l'action monte

    Unilever a enregistré au quatrième trimestre une accélération plus forte que prévu de son chiffre d'affaires, favorisée par une réorganisation de ses activités sur les marchés émergents, lui permettant de terminer une année 2017 agitée sur une note positive.

    Le titre progresse de 1,23% dans les premiers échanges de la Bourse de Londres qui est stable à ce stade.

  • | Opening Bell |

    Les marchés européens prennent résolument leur marche en avant, profitant du rebond de Wall Street la veille, tandis que la banque centrale américaine (Fed) a semblé ouvrir la voie à une nouvelle hausse de taux en mars.

    • Bruxelles: +0,68%
    • Amsterdam: +0,41%
    • Francfort: +0,34%
    • Paris: +0,53%
    • DJ Stoxx 600: +0,46%

  • Impact limité de Carrefour sur Wereldhave Belgium

    Résultats annuels Wereldhave Belgium.

    La SIR a engrangé, à l’issue de l’exercice 2017, des revenus locatifs nets de 50,1 millions d’euros contre 49,73 millions d’euros un an plus tôt.

    Le taux d’occupation s’élève à 94,3%, en baisse par rapport à celui de 2016 (95,8%).

    Le résultat net des activités clés par action donne un chiffe de 5,68 euros contre 5,78 euros en 2016.

    La SIR a l’intention de distribuer un dividende brut d’un montant de 5,10 euros (3,57 euros net) inchangé par rapport à l’exercice 2016. La possibilité d’un dividende optionnel en actions nouvelles doit encore être approuvée par le conseil d’administration.

    Wereldhave estime que l’annonce de Carrefour de fermer les magasins de Genk et de Belle-Ile aura un impact limité sur le résultat net de ses activités clés.

  • Près de moitié de plus de profit pour Smartphoto

    Le groupe Smartphoto a annoncé de manière inattendue mercredi soir ses résultats annuels partiels.

    Avec un chiffre d'affaires quasi stable (+ 1,1%), le groupe e-commerce de photos de Wetteren a annoncé avoir réalisé un résultat brut d'exploitation (ebitda) de 6,6 millions d'euros. C'est 44,5% de plus qu'un an plus tôt. Smartphoto attribue cette augmentation à une "meilleure efficacité marketing" et à des effets de synergie grâce à l'acquisition de Webprint.

  • Nokia renoue avec les bénéfices opérationnels

    L'équipementier finlandais en télécoms Nokia a creusé sa perte nette en 2017 mais a renoué avec les bénéfices opérationnels, ce qui lui permet de relever ses prévisions à l'horizon de 2020, à l'approche des déploiements de réseaux 5G.

    Sur l'ensemble de l'exercice 2017, Nokia a fait état d'une perte nette de 1,49 milliard d'euros, doublée par rapport à 2016, imputable aux coûts d'exploitation dans un marché des réseaux en repli. Le chiffre d'affaires du groupe recul lui de 2%, à 23,1 milliards.

    Le groupe est cependant repassé dans le vert sur le plan opérationnel en dégageant un modeste bénéfice d'exploitation de 16 millions d'euros et anticipe une baisse du marché des réseaux en 2018 "inférieure" à ses prévisions précédentes.

    Le résultat opérationnel a quasiment doublé par rapport à 2016, porté par le chiffre d'affaires de Nokia Technologies (brevets), en hausse de 94% sur un an à 1,1 milliard d'euros. En revanche, dans la branche réseau, le groupe enregistre une baisse de 12% à 1,7 milliard d'euros.

     

    ©EPA

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    Le point avant l'ouverture des marchés

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en légère hausse à l'ouverture dans le sillage de Wall Street au lendemain des annonces sans surprise de la Réserve fédérale américaine.

    2. Les investisseurs crouleront sous les publications de résultats trimestriels mais prendront tout de même le temps de jeter un oeil en première partie de séance sur les derniers indices PMI de l'activité du secteur manufacturier dans la zone euro.

    3. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien, le Dax à Francfort et le FTSE à Londres devraient gagner chacun autour de 0,3% à l'ouverture.

    4. La Réserve fédérale américaine a, comme attendu, laissé ses taux inchangés mercredi à l'issue de la première réunion de son comité de politique monétaire de l'année, tout en ajoutant qu'elle anticipait un renchérissement de l'inflation en 2018, laissant ainsi la porte ouverte à un tour de vis monétaire en mars.

    5. La situation sur le marché obligataire reste tendue. Le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans a ainsi brièvement touché 2,754%, au plus haut depuis avril 2014.

    6. Sur le marché des changes, le dollar se stabilise face à un panier de devises de référence. L'euro cote 1,2386.

    7. Les cours du pétrole varient peu.

  • Ageas, Ascencio, Gimv... quelques valeurs belges à suivre

    • AGEAS - L'assureur Ageas a annoncé mercredi soir que le 16 mars 2018, la Cour d'appel d'Amsterdam organisera une audience publique dans le cadre de la procédure visant à rendre contraignant l'accord de transaction révisé et modifié du 12 décembre 2017. À l'issue de cette audience publique, la Cour statuera sur le caractère contraignant de l'accord de transaction. → Lire: L'audience publique, prochaine étape de la procédure judiciaire liée à Fortis.

    • ASCENCIO -La société immobilière Ascencio  signale que ses actionnaires, réunis en assemblée générale ordinaire ce 31 janvier, ont approuvé tous les points mis à l’ordre du jour, portant principalement sur les comptes annuels clôturés au 30 septembre 2017. Le communiqué d'Ascencio.

    • GIMV - Gimv, annonce avoir acquis auprès de Normandie Capital Investissement, Initiative et Finance et Volney Développement, le Groupe France Thermes. Ce dernier possède, développe et exploite actuellement deux resorts thermaux à Bagnoles de l’Orne (Normandie) et à Châtel-Guyon (Auvergne). Il a accueilli près de 20 000 curistes en 2017 pour un chiffre d’affaires proche de 19 millions d’euros. Le communiqué de la Gimv.

  • UCB crée une société pour combattre la maladie d'Alzheimer

    Le monde des biotechs reste en ébullition dans notre pays, avec un acteur de poids du secteur qui se jette à l’eau: UCB annonce en effet la création d’une spin-out qui va se consacrer au développement de traitements innovants contre les troubles cognitifs, au premier rang desquels figure la maladie d’Alzheimer.

  • A suivre ce jeudi 1er février

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne

    • 9h55 Indice PMI IHS Markit manufacturier définitif / janvier

    Chine

    • Indice PMI IHS Markit manufacturier / janvier

    Etats-Unis

    • 14h30 Productivité, coûts du travail (1ère estimation) / T4
    • 14h30 Inscriptions au chômage / semaine au 27/01
    • 16h Indice ISM manufacturier / janvier
    • 16h Dépenses de construction / décembre
    • Ventes automobiles / janvier

    Royaume-Uni

    • 10h Indice PMI IHS Markit manufacturier zone euro déf. / janvier
    • 10h30 Indice PMI IHS Markit manufacturier / janvier

    Tokyo

    • Indice PMI IHS Markit manufacturier définitif / janvier

    → ENTREPRISES

    Allemagne

    • Daimler / résultats du T4

    Belgique

    • Hamon: possibilité de souscrire à l’augmentation de capital. Un droit de préférence pour six actions nouvelles, au prix de 0,50 euro par action. Jusqu’au 9 février inclus.

    Espagne

    • BBVA / résultats du T4

    Finlande

    • Nokia / résultats du T4

    Royaume-Uni

    • Royal Dutch Shell / résultats du T4
    • Unilever / résultats du T4

    Suisse

    • Roche / résultats annuels

    Etats-Unis

    Résultats du T4 avant Bourse:

    • Alibaba
    • Dow Chemical
    • DuPont
    • Time Warner
    • UPS
    • Alphabet
    • Amazon

    Résultats du T4 après Bourse:

    • Apple
    • Visa
    • Mastercard

  • "Trois hausses de taux en 2018 est le scénario de base"

    La Réserve fédérale américaine a, sans surprise, laissé ses taux inchangés à l'issue de la première réunion de son comité de politique monétaire de l'année, tout en ajoutant qu'elle anticipait un renchérissement de l'inflation en 2018, laissant ainsi la porte ouverte à un tour de vis en mars.

    La banque centrale américaine a relevé ses taux à trois reprises en 2017 et anticipe à ce stade trois nouvelles hausses cette année.

    "Le fait que la Fed prenne acte d'une accélération de la progression de l'inflation fait de trois hausses de taux en 2018 le scénario "de base", ce qui laisse peut-être entrevoir une quatrième", a déclaré Mike Terwilliger, gérant de portefeuille chez Resource Credit Income Fund.

  • Le Nikkei gagne 1,68% après 6 séances négatives

    La Bourse de Tokyo a fini en forte hausse, revigorée par Wall Street et de bons résultats d'entreprises, en particulier dans le secteur bancaire, sur fond d'un repli du yen favorable aux titres des sociétés exportatrices japonaises.

    A l'issue des échanges, le Nikkei des 225 valeurs vedettes a gagné 1,68% (+387,82 points) à 23.486,11 points, après six séances négatives d'affilée, et l'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a progressé de 1,84% (+33,73 points) à 1.870,44 points.

    Sur le volet des changes, le dollar valait à la clôture 109,35 yens, contre 108,70 yens mercredi, tandis que l'euro montait à 135,81 yens, contre 135,20 yens.

  • Good morning!

    Nouvelle édition du Market Live. Nous sommes le jeudi 1er février. Bonne journée à toutes et tous!

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés