1. Les marchés
  2. Live blog
live

Une légère hausse des taux d'intérêt pourrait être nécessaire, dit Yellen

Les taux d'intérêt aux Etats-Unis devront sans doute être un peu relevés pour éviter une surchauffe de l'économie liée aux plans d'investissements présentés par Joe Biden, a estimé ce mardi la secrétaire au Trésor Janet Yellen. À Bruxelles, le rachat de Jims par Colruyt n'a pas attiré les foules.
  • Wall Street termine en ordre dispersé sur fond de prises de bénéfice

    La Bourse de New York a fini en ordre dispersé ce mardi, le recul des principales valeurs à forte croissance ayant tiré le Nasdaq vers le bas alors que les investisseurs ont cherché à enregistrer des profits avec des secteurs plus défensifs, sur fond de craintes sur une hausse des taux d'intérêt. Le Dow Jones a gagné 0,06% à 34.133,03 points. Le S&P 500 a perdu 0,66% à 4.165,05 points. Le Nasdaq a reculé de son côté de 1,88% à 13.633,50 points.

    Les titres technologiques à forte valeur, dont Microsoft , Alphabet, Apple, Amazon et Facebook, ont été massivement vendus. Avec les déclarations dans la journée de la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, selon lesquelles une légère hausse des taux d'intérêt pourrait être nécessaire à l'économie, la tendance de la prise de profits au détriment de la "tech" s'est amplifiée.  Sept des principaux secteurs du S&P-500 ont reculé, au premier rang desquels la technologie et les services de communication.

    Les résultats trimestriels, pour l'essentiel déjà publiés, ont été globalement positifs jusqu'à présent. Les bénéfices moyens des entreprises du S&P-500 sont attendus en hausse de 47,7% sur la période janvier-mars, contre une prévision début avril d'une croissance de 24%, selon des données IBES de Refinitiv. 

  • Les marchés US terminent sans direction

    Le Dow Jones a pris 0,06% à 34.134,15 points.

    Le Nasdaq a perdu 1,88% à 13.633,50 points.

    Le S&P 500 a cédé 0,67% à 4.164,75 points.

  • Le pétrole en hausse grâce à la levée de restrictions en Europe

    Les prix du brut ont fini en hausse mardi, soutenus par la perspective du redémarrage de l'activité et des voyages dans plusieurs pays européens.

    A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a pris 1,95% ou 1,32 dollars à 68,88 dollars. Le baril de WTI, coté à New York, pour livraison juin, s'est apprécié de 1,86% ou 1,20 dollars à 65,69 dollars.

  • Une légère hausse des taux d'intérêt pourrait être nécessaire, dit Yellen

    Les taux d'intérêt aux Etats-Unis pourraient devoir être relevés pour éviter une surchauffe de l'économie américaine à mesure que les programmes d'investissements de l'administration Biden seront mis en place, a déclaré mardi la secrétaire au Trésor, Janet Yellen.

    "Il se peut que les taux d'intérêt doivent augmenter quelque peu pour s'assurer que notre économie ne surchauffe pas, même si les dépenses supplémentaires sont relativement faibles par rapport à la taille de l'économie."
    Janet Yellen
    Secrétaire américaine au Trésor

    Mme Yellen n'a pas donné de précisions sur le moment auquel ces hausses pourraient intervenir. Après ses propos, le dollar est remonté à un plus haut en deux semaines alors que les actions à Wall Street étaient victimes de prises de bénéfices depuis l'ouverture de la séance.

  • Clôture des marchés européens

    CAC 40 -0,89%

    BEL 20 -1,54%

    AEX -2,13%

  • Le trafic passagers aérien mondial a repris quelques couleurs en mars

    Le transport aérien de passagers dans le monde a repris quelques couleurs en mars par rapport à février, à la faveur d'un regain d'activité sur les vols intérieurs, principalement en Chine. Selon l'Association internationale du transport aérien (IATA), le trafic mondial calculé en kilomètres-passagers payants (RPK) était en baisse de 67,2% par rapport à mars 2019. En février, la baisse du trafic était de près des trois-quarts de celui de 2019.

    Cette embellie ramène le niveau de trafic à peu près à celui du dernier trimestre 2020, avant que la diffusion de nouveaux variants n'entraîne de nouvelles mesures drastiques de restrictions de déplacements, a tempéré Brian Pearce, l'économiste en chef de l'Iata, lors d'une visioconférence. Du fait de ces restrictions, les liaisons internationales restent anémiques, en chute de 88% par rapport à mars 2019. En revanche, le trafic intérieur n'était plus en baisse que d'un tiers en mars par rapport à 2019, alors qu'il était encore divisé par deux en février.

  • Les actionnaires de LafargeHolcim disent "oui" à la simplification du nom du groupe

    Les actionnaires de LafargeHolcim ont entériné la simplification du nom du groupe, qui a repris son nom suisse pour redevenir Holcim lors de son assemblée générale. Les actionnaires se sont prononcé à 99,66% en faveur de ce changement, selon le décompte publié par le groupe dans les minutes de l'assemblée générale.

    Ils ont également validé à 99,62% des voix le transfert du siège social de l'entreprise à Zoug, une ville et canton du même nom au centre de la Suisse. Le siège historique de la branche suisse du groupe se trouvait jusqu'à présent à Rapperswil-Jona, mais le groupe avait déjà pris ses quartiers à Zoug, où sont domiciliées de nombreuses grandes entreprises en raison de sa fiscalité avantageuse, ce vote officialisant ce transfert.

  • La rotation sectorielle continue sur les marchés

    Les grands indices européens perdent des plumes dans la dernière partie de la séance en Europe. Le FTSE 100 de Londres qui gagnaient près de 1% à mi-séance a rejoint les autres indices du Vieux Continent dans le rouge. Le Dax recule de 2% et le Bel 20 de 1,4%. 

    À Wall Street, le Nasdaq creuse ses pertes et se replie, peu après 16 heures, de 2%. 

    Les investisseurs délaissent les valeurs ayant profité de la crise sanitaire, au premier rang desquelles les technologiques, pour se tourner vers des secteurs plus cycliques bien placés pour profiter de la réouverture économique. Dans les premiers échanges à Wall Street, les géants Microsoft, Alphabet, Amazon, Tesla , Facebook et Apple perdent ainsi de 1% à 3%.

    "Si les grosses capitalisations technologiques ont été au coeur de la bonne performance des portefeuilles tout au long de la pandémie, nous pensons que les investisseurs doivent veiller à éviter une 'surallocation' sur cette partie du marché", a déclaré Mark Haefele, directeur des investissements chez UBS Global Wealth Management.

    Pfizer cède 0,51% malgré le relèvement de sa prévision de ventes annuelles pour son vaccin contre le COVID-19 développé avec BioNTech (-6,10%).

    A la hausse, CVS Health prend 2,34% et Bunge gagne 1,18% après avoir tous deux publié un bénéfice trimestriel en hausse et relevé leur objectif de profit pour 2021.

  • Quand Robinhood répond à Warren Buffett

    La plateforme de trading en ligne Robinhood n’a pas apprécié les propos de Warren Buffett qui a déclaré au cours du week-end que le courtage en ligne jouait un rôle important dans l'aspect "casino" du marché.

    "Les gens sont fatigués que les Warren Buffett et Charlie Munger de ce monde agissent comme s'ils étaient les seuls oracles de l'investissement", a déclaré Jacqueline Ortiz Ramsay, la responsable de communication de Robinhood, n’hésitant pas à qualifier ces derniers de "vieille garde". "Chez Robinhood, nous n'allons pas rester les bras croisés pendant qu'ils dénigrent les gens ordinaires qui prennent le contrôle de leur vie financière", a-t-elle ajouté.

  • L'année commence fort pour Ferrari

    Le fabricant italien de voitures de luxe Ferrari a commencé l'année sur les chapeaux de roue, avec une hausse de son bénéfice net de 24% à 206 millions d'euros au premier trimestre et un carnet de commandes "record".

    La prestigieuse marque au cheval cabré a livré au total 2.771 bolides dans le monde sur les trois premiers mois de l'année, un chiffre "en légère hausse", selon un communiqué publié mardi. Parallèlement, Ferrari a vu son chiffre d'affaires progresser de 8,5% à 1,01 milliard d'euros. L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a bondi de 18,6% à 376 millions d'euros.

    Le constructeur se dit "confiant d'atteindre la partie haute des prévisions pour 2021, grâce aux excellents résultats, aux fortes prises de commandes et au carnet de commandes record à la fin du premier trimestre", sans toutefois en chiffrer le montant. A l'inverse, les objectifs financiers fixés à l'origine pour 2022 "sont retardés d'une année en raison du Covid-19", précise le communiqué. 

    À Wall Street, l'action Ferrari dévisse de 5% à l'ouverture, les investisseurs sanctionnant le rabotage des prévisions à moyen terme. 

  • Le secteur technologique pèse sur la Bourse de New York

    Wall Street a démarré dans le rouge. Quelques minutes après le début des échanges, le Dow Jones reculait de 0,15% et le S&P 500 de 0,5%. Le Nasdaq avait encore plus de mal à se mettre en route, lâchant 1,1% dans les premières minutes de cotation. 

    Les valeurs technologiques, grandes gagnantes de la crise sanitaire, sont la cible de prises de bénéfices après avoir atteint des niveaux de valorisation très élevés. 

  • Tracker #2 | L'ascension folle des cryptomonnaies

    PODCAST | Dans ce second épisode de notre podcast Tracker, nous tentons de comprendre ce que cache l'impressionnante envolée du bitcoin et des autres cryptomonnaies. 

    Nous nous sommes rendus au siège de la plateforme belge d'échange de cryptomonnaies Bit4You pour mesurer le succès du phénomène avec son cofondateur Marc Toledo. Nous nous sommes entretenus sur les raisons de ce succès avec Bruno Colmant au sein de la banque Degroof Petercam qu'il dirige.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,24% 
    S&P 500: -0,49% 
    Nasdaq Composite: -0,89%  

  • L'inflation pourrait devenir volatile à court terme, selon BlackRock

    L'inflation pourrait devenir volatile à court terme avec l'intensification du redémarrage économique, dit-on chez BlackRock. "Les marchés nous paraissent sous-estimer les pressions potentielles à moyen terme sur les prix", lit-on dans une note publiée par le BlackRock Investment Institute (BII).

    L'inflation aux Etats-Unis devrait bientôt dépasser l'objectif de la Réserve fédérale (2% sur un an) mais des incertitudes demeurent quant à la persistance de ce dépassement, écrivent les stratèges du numéro un mondial de la gestion d'actifs.

    La crainte d'un emballement des prix qui contraindrait les grandes banques centrales à resserrer prématurément leur politique monétaire est très présente sur les marchés, qui surveillent comme le lait sur le feu le rendement des bons du Trésor américain à 10 ans et les anticipations d'inflation aux Etats-Unis. "Les prévisions du consensus tablent ainsi sur un pic d'inflation en mai mais l'inflation pourrait s'avérer volatile à court terme, avec des risques de hausse qui demeurent compte tenu de l'interaction inhabituelle entre les goulots d'étranglement de l'offre et de la demande réprimée, au fur et à mesure que la réouverture économique s'intensifie", lit-on dans la note de BlackRock.

  • Changement d'ambiance et micro "flash-crash" sur les marchés

    Les principales Bourses européennes se sont retournées à la baisse et les futures sur les indices de Wall Street ont creusé leurs pertes en début d'après-midi, laissant les traders perplexes sur ce brusque retournement de tendance.

    Exemple à Paris, vers 15h00, l'indice CAC 40, qui a gagné jusqu'à 0,76% dans la matinée, perd 0,51%. "Il n'y a pas beaucoup de mouvement sur les autres classes d'actifs mais les futures sur actions ont touché un trou d'air", a déclaré un trader basé à Londres. "En regardant les cours et les volumes, on a l'impression que les machines ont pris le dessus pendant une seconde et ont déclenché un micro 'flash-crash'," a-t-il ajouté. 

    Selon certains acteurs de marché à Paris, les investisseurs auraient pris comme prétexte une information selon laquelle un appareil militaire chinois aurait survolé l'espace aérien de Taiwan pour prendre des bénéfices après un important rallye boursier. "Cette information est un catalyseur, un alibi pour prendre des bénéfices, la tendance de marché était déjà 'lourde' depuis lundi", a dit à Reuters Alexandre Baradez, responsable de l'analyse marchés chez IG. 

  • USA: le déficit commercial atteint un nouveau pic

    Le déficit commercial des États-Unis s'est encore creusé en mars, atteignant un nouveau pic, à 74,4 milliards de dollars, sous l'effet d'une reprise rapide, a annoncé le département du Commerce ce mardi.

    En mars, le déficit commercial a augmenté de 5,6% par rapport aux données corrigées du mois précédent, avec des importations en hausse de 6,3%, à 274,5 milliards de dollars, et des exportations en rebond de 6,6%, à 200 milliards de dollars.

  • Ageas finalise la cession de sa participation dans Tesco Underwriting

    Le 14 octobre 2020, Ageas et Tesco Personal Finance Plc (Tesco Bank) ont annoncé un accord prévoyant le rachat par Tesco Bank de la participation de 50,1% d’Ageas UK dans Tesco Underwriting Limited (Tesco Underwriting), la coentreprise d’assurance non-vie basée au Royaume-Uni et créée par Ageas UK et Tesco Bank.

    Ageas confirme que toutes les approbations réglementaires ont été obtenues et que la transaction a été réalisée aujourd’hui.

    Cette transaction devrait avoir une incidence positive de 3 points de pourcentage sur la position de solvabilité du groupe Ageas.

  • Séance difficile pour Infineon

    La plus forte baisse en Europe est pour l'indice Stoxx de la technologie (-1,7%) après la baisse du secteur à Wall Street et celle d'Infineon   (-3,7%).

    Le fabricant de puces allemand accuse la plus forte baisse du Dax après avoir prévenu que son activité sur le troisième trimestre serait freinée par des contraintes d'approvisionnement.

  • Dopé par son vaccin anti-Covid, Pfizer relève nettement ses prévisions

    Le groupe pharmaceutique américain Pfizer a indiqué mardi qu'il s'attendait à vendre 1,6 milliard de doses de son vaccin anti-Covid, développé en partenariat avec BioNTech, en 2021 pour environ 26 milliards de dollars, soit bien plus que les 15 milliards prévus initialement.

    L'entreprise, qui a déjà écoulé au premier trimestre pour 3,5 milliards de dollars du sérum, a dans la foulée nettement relevé ses prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfices pour l'ensemble de l'année.

    Dans les échanges avant-bourse, le titre grimpait d'environ 2% dans la foulée.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent en ordre dispersé, en l'absence de catalyseur indiquant aux investisseurs la direction à prendre.

    Les anticipations d'une forte reprise économique mondiale sont largement intégrées dans les cours et le rythme des publications de résultats trimestriels d'entreprises ralentit, ce qui laisse entrevoir un calme relatif sur les marchés d'actions, au moins jusqu'à la publication, vendredi, du rapport mensuel sur l'emploi aux Etats-Unis.

    Amsterdam, Bruxelles et Paris perdent de l'ordre de 0,2%. Paris gagne 0,56%. L'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 progressent d'un peu plus de 0,15%.

    Les contrats à terme sur Wall Street laissent entrevoir une ouverture dans le rouge à Wall Street. Le Nasdaq est indiqué en recul de 0,4% et le S&P 500 cèderait 0,13%. Le Dow Jones est signalé en très léger repli de 0,01%.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Target relevé sur AB InBev | GBL et AB InBev ex-coupon | Advicenne retombe sur terre (+Briefing)

  • "Une initiative suprenante de la part de Colruyt"

    Les analystes réagissent à l'acquisition de la chaîne de fitness JIMS par Colruyt .

    > Pour Hans D'Haese, analyste chez ING, il s'agit d' "une initiative surprenante qui, pour le moment, ne montre pas vraiment de synergies avec le portefeuille existant de Colruyt".

    > "Nous sommes curieux d'en savoir plus sur les synergies que Colruyt vise avec cet accord", indique l'analyste Alan Vandenberghe de KBC Securities. "Si l'on regarde la capitalisation de Basic-Fit, on arrive à une valorisation par club d'environ 2,75 millions d'euros." Sur cette base, l'analyste estime que Colruyt a payé environ 50 millions d'euros pour JIMS, qui gère 27 clubs au Benelux.

    > "Avec le soutien de Colruyt, nous nous attendons à ce que JIMS soit plus agressif sur le marché", estime pour sa part le courtier Kepler Cheuvreux.

  • Carbios résiste à l'annonce d'une grosse augmentation de capital

    Le titre Carbios résistait plutôt bien à la bourse de Paris après l'annonce, lundi, d'une grosse augmentation de capital dont le produit doit lui servir à construire une usine utilisant sa technique révolutionnaire de recyclage du plastique PET faisant appel à des enzymes.

    La start-up auvergnate a lancé une augmentation de capital de 105 millions d'euros, montant pouvant être porté jusqu'à 120,75 millions en cas de bon accueil des investisseurs. Cette somme correspond au tiers de la capitalisation boursière actuelle de l'entreprise (338 millions d'euros).

    Les titres nouveaux sont proposés au public au prix unitaire de 41,00 euros jusqu'au 6 mai inclus.

    Les deux grands actionnaires stratégiques de Carbios, L'Oréal et Michelin , se sont engagés à souscrire à l'opération à hauteur de leur participation, soit 10,36%.

    L'usine que souhaite construire Carbios, probablement en Allemagne, représente un investissement de l'ordre de 100 millions d'euros.

  • Le dogecoin à un plus haut historique

    Le dogecoin a dépassé les 0,48 dollar en matinée grâce à une hausse de plus de 25%. Cette cryptomonnaie créée comme une plaisanterie en 2013 et plébiscitée par le multimilliardaire Elon Musk voit ainsi son prix évoluer à des niveaux jamais explorés, sous les vivats d'internautes et malgré le scepticisme des observateurs du marché.  

     

    Le prix du dogecoin, qui a évolué à moins d'un cent pour la majorité de son histoire et avait dépassé les 0,005 dollar au début de l'année, évoluait autour de 40 cents à la mi-avril. En franchissant les 0,48 dollar ce mardi, il affiche une progression hallucinante de 9.500% depuis le début de l'année. 

     

  • "Euronav affiche la valorisation la plus attractive parmi ses pairs"

    Kepler Cheuvreux indique avoir mis à jour le modèle de valorisation d'Euronav "pour tenir compte des derniers tarifs de fret". Ceci résulte en une diminution des estimations pour le deuxième trimestre. Mais l'analyste est encore 8% au-dessus du consensus pour l'ebitda 2021, 39% de plus pour celui de 2022 et 58% pour 2023. Le broker estime, en effet, que le retour des exportations de brut maritime du Moyen-Orient et des États-Unis ramènera les tarifs de transport pour les pétroliers à des niveaux rentables. À cet égard, "Euronav se distingue comme la société la plus attractive parmi les transporteurs de pétrole brut avec une valorisation de seulement 0,8x sa valeur comptable, contre 0,9x à 1,2x pour ses pairs", précise Kepler Cheuvreux.

    Le courtier laisse son objectif de cours inchangé à 12,4 euros et réaffirme sa recommandation d'achat.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens évoluent sur une note hésitante, à l'orée d'une séance qui s'annonce calme faute d'actualité majeure et tandis que l'anticipation d'une reprise forte aux États-Unis fait ressurgir les craintes d'inflation.

    Bruxelles perd 0,29% et Francfort cède 0,14%. Amsterdam est à l'équilibre. Paris engrange 0,18%.

    L'Euro Stoxx 50 et l'indice Stoxx 600 pointent non loin de l'équilibre.

    Quelques valeurs enregistrent des variations significatives.

    > HelloFresh chute de l'ordre de 7%, parmi les plus fortes baisses de l'indice DJ Stoxx 600, malgré des résultats conformes aux attentes. JPMorgan indique que, même si les résultats de l'entreprise de livraison de box repas sont "solides", le marché se focalise désormais sur le comportement des consommateurs lorsque la vie reprendra un cours un peu plus normal.

    > Mithra abandonne 3%. François Fornieri, principal actionnaire de Mithra empêtré dans un dossier de délit d'initié, a vendu, fin avril, plusieurs paquets de titres de la société.

    > Infineon cède 2,4%. Le groupe a pourtant relevé sa prévision de chiffre d'affaires et de marge pour l'exercice en cours, en s'appuyant sur une demande nettement supérieure à l'offre. Il a aussi annoncé la poursuite de ses investissements pour accroître ses capacités de production.

    > GBL lâche 2,3%. L'action cote ex-dividende de 2,50 euros bruts.

    > Telenor abandonne 2% après ses résultats trimestriels et l'annonce de la dépréciation totale de ses activités en Birmanie pour 6,5 milliards de couronnes suédoises (647 millions d'euros).

    > Dassault Aviation décolle de plus de 5%. La France a signé avec l'Egypte un contrat portant sur l'achat de trente avions de combat Rafale fabriqué par Dassault Aviation, a rapporté le site d'investigation Disclose lundi. Le montant de ce contrat s'élève à 3,75 milliards d'euros.

    > Pandora brille avec un gain de près de 4%. Le bijoutier a publié un résultat d'exploitation au premier trimestre, supérieur aux attentes, après avoir relevé ses prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfice annuels.

    > Vivendi gagne 0,34% et Mediaset progresse de 2,7%. Les deux groupes ont mis fin, lundi, à des années de bataille juridique en signant un accord qui verra le groupe français réduire drastiquement sa participation dans le diffuseur italien.  

  • Voici le briefing actions belges

    AB InBev et GBL ex-coupon | Deux biotechs en forme | Prises de bénéfice en Advicenne (+Briefing)

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,11%
    Bruxelles: -0,04%
    Paris: +0,22%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: 0,13%
    DJ Stoxx 600: +0,20%

    Colruyt: +0,38%
    Biocartis: +5%
    Mediaset: +4%
    Vivendi: -0,21%
    HelloFresh: +5,2%

  • Umicore et BASF signent un accord de licences croisées

    Umicore et BASF annoncent la conclusion d'un accord de licences croisées non exclusives portant sur des brevets, qui couvre un large assortiment de matériaux pour cathodes, y compris les composés chimiques tels que le nickel manganèse cobalt (NMC), nickel cobalt aluminium (NCA), nickel manganèse cobalt aluminium (NMCA) et le haut manganèse (HLM), ainsi que leurs précurseurs.

  • HelloFresh enregistre un nombre record de clients

    HelloFresh , le plus grand fournisseur de box repas au monde, a clôturé le premier trimestre sur un nombre record de 7,3 millions de clients. "Cette remarquable performance est principalement due à une solide augmentation de la clientèle ainsi qu’à un taux élevé et continu de commandes et des valeurs de commandes", explique le fournisseur de box repas.

    Le chiffre d'affaires et les bénéfices ont plus que doublé. Au cours du premier trimestre 2021, HelloFresh a réalisé un chiffre d'affaires de 1,44 milliard d'euros, contre 699 millions d'euros un an plus tôt. Le résultat brut d'exploitation s'élève à 159 millions d'euros au premier trimestre 2020 (63,1 millions un an avant).

  • Vivendi et Mediaset devraient être entourés

    Vivendi et Mediaset devraient être entourés après avoir annoncé, lundi soir, un accord qui met fin à leur longue bataille juridique. Au terme de celui-ci, le groupe français va réduire drastiquement sa participation dans le diffuseur italien.

  • François Fornieri vend des actions Mithra

    Entre le 20 et le 29 avril, l'ancien PDG François Fornieri a cédé des actions Mithra pour pas moins de 8,1 millions d'euros en six transactions, lit-on sur le site web de la FSMA.

    François Fornieri a vendu 319.022 actions à des prix compris entre 26,87 euros (20 avril) et 25,05 euros (29 avril). Il a également vendu des actions début avril.

    Au total, il a récolté 8,7 millions d'euros avec ces ventes réalisées entre le 1er et le 29 avril.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues sans grand changement à l'ouverture, alors que les anticipations de reprise économique mondiale sont déjà largement intégrées dans les cours.

    Les investisseurs attendent de nouveaux catalyseurs, notamment la publication, vendredi, du rapport mensuel sur l'emploi aux États-Unis.

    Les contrats à terme sur les indices européens signalent une ouverture en repli de 0,13% pour le Dax à Francfort et de 0,04% pour le Cac 40 parisien. Le FTSE à Londres, qui était fermé lundi, ouvrirait en hausse de 0,28%.

    Les bourses européennes ont entamé, lundi, le mois de mai en progressant calmement dans un environnement toujours favorable aux actifs risqués sur fond d'espoir d'une forte reprise économique. Mais la crainte que la vigueur de l'économie contraigne les grandes banques centrales à resserrer prématurément leur politique monétaire n'a pas disparu.

  • Biocartis renforce sa collaboration avec AstraZeneca

    La biotech belge Biocartis renforce son partenariat avec le groupe pharmaceutique AstraZeneca . Les deux entreprises vont ainsi entamer une nouvelle collaboration visant à développer des tests moléculaires basés sur l'Idylla, le mini-labo de diagnostic développé par la biotech belge, pour les patients atteints du cancer du poumon.

    Les détails financiers n'ont pas été divulgués.

  • Colruyt se diversifie en rachètant la chaîne de fitness Jims

    Colruyt poursuit sa diversification. Le premier distributeur belge vient, en effet, de mettre le grappin sur les 27 salles composant la chaîne de fitness Jims, situées en Belgique et au Luxembourg. Étonnante à première vue, cette acquisition s'inscrit dans la volonté du groupe de renforcer sa présence sur les créneaux santé. Les détails financiers de l'opération n'ont pas été communiqués.

  • Le CFO de Wereldhave Belgium s'en va chez Ascencio

    Wereldhave Belgium a annoncé, lundi soir, la démission de son directeur financier, Cédric Biquet. Ce dernier assurera ses fonctions jusqu'à la fin de sa période de préavis, soit dans le courant du mois de juin. "La société annoncera ultérieurement les modalités de son remplacement, sachant qu’un processus de recrutement a déjà été engagé pour déterminer sa succession", peut-on lire dans le communiqué publié hier après-bourse.

    Dans un autre communiqué, publié quelques minutes après, l'autre société immobilière Ascencio annonce, de son côté, que le même Cédric Biquet reprendra les fonctions de directeur financier de l'entreprise, en remplacement de Michèle Delvaux qui a pris la décision de se consacrer à d’autres projets personnels.

  • Vastned Retail Belgium affiche sa résilience

    Vastned Retail Belgium a publié, lundi après la clôture des marchés, une déclaration intermédiaire sur ses résultats du premier trimestre. La société immobilière fait état d'un taux de recouvrement élevé et stable de 98,2% des revenus locatifs au cours des trois premiers mois de l'année. Le taux d'occupation a augmenté de 0,6 point de pourcentage pour s'établir à 96,8% par rapport au 31 décembre.

    Le taux d'endettement a également diminué de 1,1% par rapport à fin 2020, pour s'établir à 27,4%. Vastned indique disposer encore de 36,7 millions d'euros de facilités de crédit inutilisées et affirme que son objectif est de collecter les loyers à temps et de maintenir le taux d'occupation élevé.

  • AB InBev, GBL, Van de Velde... Les valeurs ex-dividende du jour

    Quatre valeurs de la place bruxelloise cotent ex-dividende ce mardi.

    > AB InBev : cotation hors dividende final 0,50 euro brut
    > GBL : cotation ex-dividende 2,50 euro brut
    > Financière de Tubize : cotation ex-dividende 0,68 euro brut
    > Van de Velde : cotation hors acompte sur dividende 1 euro brut
    > Warehouses Estates Belgium : cotation ex-dividende 1,75 euro brut

  • Good morning!

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du mardi 4 mai. Merci de nous suivre.

    Les contrats à terme sur actions américaines reculent et les marchés asiatiques évoluent sur une note mitigée après la faiblesse des géants de la technologie à Wall Street lundi.

    L'indice de référence de Taïwan affiche le recul le plus net, perdant près de 2%. Hong Kong progresse de l'ordre de 0,3%. Les volumes sont limités avec la fermeture des marchés japonais et chinois.

    En Europe, l'Euro Stoxx 50 est attendu en baisse 0,30%.

    Les indices S&P 500 et Dow ont terminé en hausse lundi, portés par de bons résultats confortant l'optimisme dû à la réouverture économique. Le Dow Jones a gagné 0,7% à 34 113,23 points. Le S&P 500 a pris 0,27% à 4 192,66 points. Le Nasdaq a reculé de son côté de 0,48% à 13 895,12 points. Le Nasdaq a chuté, les valeurs technologiques, dont Amazon, Alphabet, Facebook et Microsoft, s'étant inscrites en baisse malgré des résultats largement positifs.

     

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés