1. Les marchés
  2. Live blog
live

Une nouvelle progression pour les marchés

Les marchés européens terminent en hausse, aidés par le rebond de l'activité manufacturière en Chine et la remontée des prix du pétrole. Proximus réduit sont dividende. HelloFresh recherchée. Warning de Zalando. Euronext renonce à BME. Wall Street évolue en progression.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve mercredi pour une nouvelle séance.

    Au programme: une statistique se dégage de l'agenda: les chiffres des créations d'emploi dans le secteur privé aux États-Unis.

  • Résumé de la séance en Europe

    Les principales bourses européennes ont terminé en hausse ce mardi, encouragées par un indicateur PMI chinois qui suggère une reprise de l’activité, ce qui permet d’apaiser temporairement les inquiétudes liées à l’expansion du coronavirus et à ses répercussions sur l’économie.

    À Paris, l’indice CAC 40 a gagné 0,40%. À Francfort, le Dax a pris 1,22% et à Londres, le FTSE s’est adjugé 1,95%.

    L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro a avancé de 0,77% et le Stoxx 600 de 1,64%. 

    Le secteur du transport aérien a repris 5,12%, la plus forte hausse sectorielle derrière celle du compartiment du pétrole et du gaz (+6,18%), qui a profité du rebond des cours du brut.

    L’action Airbus a perdu 2,6%, alors que Saint-Gobain (+3,36%) tiré par un relèvement de conseil de Jefferies et ArcelorMittal (+8,60%) se sont classés parmi les meilleures performances du CAC 40.

    L’Oréal a cédé 3%. Le groupe de cosmétiques a annoncé la suspension de ses prévisions annuelles et dit s’attendre à une baisse de 5% de son chiffre d’affaires au premier trimestre. 

    HelloFresh a bondi de 13,12%. L'entreprise allemande de livraison de kits de repas prévoit des résultats pour le premier trimestre supérieurs aux attentes, en raison du coronavirus. La société a vu le nombre de clients augmenter rapidement à partir de la mi-mars. 

    Zalando a pris 5,97% après son "coronawarning". Le spécialiste allemand de la vente de vêtements en ligne a déclaré s'attendre à un chiffre d'affaires et à un bénéfice d'exploitation (Ebit) au premier trimestre significativement inférieurs au consensus des analystes à la date du 11 mars.

    Euronext a progressé de 1,19%. L'opérateur boursier a annoncé ce mardi qu'il renonce au rachat de Bolsas y Mercados Espanoles, après le feu vert du régulateur des marchés financiers espagnols à l'offre de Six Group.

    JCDecaux a pris 5,3%. Il veut récupérer 23% du capital de Clear Media Limited, le plus grand opérateur d’abribus publicitaires en Chine, pour environ 104 millions d'euros.

  • Résumé de la séance à Bruxelles

    La Bourse de Bruxelles a terminé en hausse, suite à un bon indicateur PMI chinois dans l'activité manufacturière et malgré une crise sanitaire qui ne montre toujours pas d'amélioration notable.

    WDP, qui a été matraquée lundi, a rebondi de 11,84%. Kepler Cheuvreux a relevé sa recommandation à "acheter", contre "conserver" avant. L'objectif de cours passe de 25 euros à 26 euros.

    KBC, qui avait dévissé suite à l'annonce de la suspension de son dividende, a repris 4,09%. 

    Umicore a gagné 3,71%. Le conseil d’administration de la société a décidé de proposer la nomination de Mario Armero en tant que nouvel administrateur, afin de remplacer Gérard Lamarche, qui ne se présentera pas à une réélection au conseil.

    Proximus a pris 3,56%. Le groupe de télécoms a  présenté son nouveau plan stratégique. Le groupe a l'intention de verser un dividende annuel brut de 1,20 euro par action sur les résultats 2020, 2021 et 2022, contre un dividende de 1,50 euro pour 2019. 

    AB InBev a avancé de 4,02%. Le brasseur belgo-brésilien a réalisé le "pricing" d’une émission obligataire pour un montant total de 4,5 milliards d’euros. Elle comprend trois tranches: 7,75 ans (2,125%), 12 ans (2,875%) et 20 ans (3,7%). Elles seront cotées à la Bourse de Londres.

    Sur le marché élargi, Euronav a perdu 4,05%. Le groupe a maintenu son dividende de 29 centimes de dollars par action, ce qui porte le total pour 2019 à 35 centimes. Le groupe n'a pas pu, à ce stade, quantifier l’impact de la pandémie sur ses activités. Grâce à un bilan solide et au marché du fret élevé actuel, Euronav s'est dit confiant pour le futur.

    Leasinvest a bondi de 9,11%. La SIR a signalé qu’elle ne peut, en ce moment, donner une estimation de l’impact sur les résultats 2020 de la société. Elle a dit s'attendre néanmoins à une augmentation du taux d’endettement au 31 mars 2020, qui restera toutefois en dessous du seuil de 60%. Maintien du dividende à 5,25 euros brut par action.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: +2,60%

    AEX: +1,57%

    CAC 40: +0,4%

    Stoxx 600: +1,64%

  • Les valeurs pétrolières en progression

    Les valeurs pétrolières progressent à Wall Street alors que les cours du pétrole remontent suite à une possible entente entre les deux premiers producteurs de pétrole. Les discussions au plus haut niveau des deux premiers producteurs de pétrole mondiaux, dans le but de mettre un terme à la guerre des prix déclenchée par Ryad après l'échec des négociations entre les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et leurs alliés début mars, sont de nature à apporter de l'élan aux prix.

    Devon Energy Corp est en tête du S&P500, devant Apache et Occidental Petroleum . Au sein du Dow Jones, Chevron et Exxon Mobil sont parmi les plus fortes hausse de l'indice.

  • Le S&P 500 en passe de signer sa plus mauvaise performance trimestrielle depuis 1938

    Les trois premiers mois de l'année se soldent à ce stade par une chute de plus de 19% du S&P500, sa plus mauvaise performance trimestrielle depuis 1938. Ce repli historique a fait fondre de plus de 5.000 milliards de dollars (4.560 milliards d'euros) la capitalisation cumulée des sociétés entrant dans la composition de l'indice phare de Wall Street.

    "C'est le dernier jour du trimestre et c'est un trimestre à oublier, un horrible trimestre", résume Peter Cardillo, chef économiste de Spartan Capital Securities. 

  • Wall Street ouvre en légère baisse

    Le Dow Jones recule de 0,53%, le S&P 500 de 0,46% et le Nasdaq de 0,44% à l'ouverture.

  • La BCE envisage de sanctionner les banques qui ne suspendent pas leur dividende

    Andrea Enria, le président du conseil de surveillance de la Banque centrale européenne, a indiqué ce mardi que l'institution s'attend à ce que les banques respectent sa volonté de voir les dividendes et rachats d'actions suspendus au moins jusqu'en octobre.

    "Nous voulons instiguer un engagement fort des banques pour préserver chaque euro de leur capital qui pourrait être utile pour financer l'économie" a-t-il déclaré. "Si les banques décident de ne pas se contraindre  avec nos recommandations, nous pourrons décider d'autres mesures. Nous pouvons aussi prendre des mesures légales s'il le faut.

    Il n'a visé aucune banque en particulier, mais les banques françaises sont en ligne de mire. A la Bourse de Paris, BNP Paribas chute et Société Générale aussi.

    A Bruxelles, ING , qui a pourtant annoncé suspendre son dividende lundi, est aussi en recul.

  • Clear Channel: +29%

    L'action du spécialiste de l'affichage publicitaire Clear Channel bondit de 29% dans les échanges en avant-Bourse, après l'annonce par JCDecaux de l'acquisition d'une participation minoritaire dans le groupe chinois Clear Media Limited.

  • Quelques valeurs valeurs à suivre à Wall Street

    * Exxon Mobil et Chevron gagnent respectivement 4% et 3% dans les échanges en avant-Bourse grâce au rebond des cours du pétrole.

    * General Motors a averti ses fournisseurs qu'il suspendait les projets de lancement d'au moins six nouveaux modèles pour préserver sa trésorerie pendant la pandémie de coronavirus et qu'il pourrait reporter le lancement, prévu fin avril, de nouvelles versions de plusieurs SUV.

    * American Airlines a l'intention de solliciter jusqu'à 12 milliards de dollars d'aides gouvernementales en s'engageant à exclure tout départ contraint et toute réduction de salaire pendant les six prochains mois, a déclaré la direction dans une note aux salariés lundi.

    * Ford Motors a annoncé mardi qu'il renonçait au redémarrage de la production dans ses usines d'Amérique du Nord après avoir indiqué la semaine dernière une réouverture le 6 avril.

    * Carnival a annoncé qu'il comptait lever près de 6 milliards de dollars, en capitaux et en dette, et suspendait le dividende pour renforcer son bilan face aux conséquences économiques de la pandémie de coronavirus. Le titre recule de 5% en avant-Bourse.

  • Coup de frein à l'inflation dans la zone euro à 0,7% sur un an

    L'inflation dans la zone euro a fortement ralenti en mars, montre ce mardi la première estimation d'Eurostat, une conséquence de la guerre des prix du pétrole entre l'Arabie saoudite et la Russie d'une part, et de l'impact de la pandémie de coronavirus sur l'activité économique d'autre part.

    Les prix à la consommation dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique ont augmenté de 0,5% sur le mois qui s'achève par rapport à février et de 0,7% sur un an, contre +1,2% le mois précédent.

    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une inflation de 0,8% en rythme annuel.

    Ces données pourraient faire craindre une spirale déflationniste provoquée par les mesures de confinement mises en place pour ralentir la propagation du coronavirus, sans parler de la chute des cours du brut.

  • Changement de tendance à Wall Street

    Les futures sur Wall Street partent à la baisse. Ils augmentent même leur recul. L'indice Dow Jones devrait reculer de 1,3% dans les premiers échanges. Le S&P devrait perdre 1,2% et l'indice composite du Nasdaq 1%.

  • La Belgique emprunte 8 milliards à taux zéro

    L'émission d'une nouvelle obligation d'État belge à sept ans a rapporté un montant exceptionnellement élevé de 8 milliards d'euros, selon des déclarations de Jan Deboutte, directeur de l'Agence fédérale de la dette. La demande de papier a été plus forte que jamais, à 57 milliards d'euros, les grands investisseurs disposant de beaucoup de liquidités grâce aux achats d'obligations de la Banque centrale européenne.

    L'intérêt auquel la trésorerie lève 8 milliards sera déterminé plus tard dans la journée. Deboutte a déclaré que le rendement brut des obligations serait d'environ 0%.

  • Wall Street signalée en hausse | Les bancaires délaissées | Proximus résiste

    Les futures de Wall Street sont orientés à la hausse. Dans les premiers échanges, le Dow Jones devrait progresser de 0,16%, le S&P 500 de 0,10% et le Nasdaq de 0,40%.

    En Europe, la tendance reste positive en milieu de journée, avec des gains compris entre 0,6% à Francfort et 2,15% à Bruxelles. Les investisseurs sont rassurés par un indicateur PMI manufacturier chinois qui suggère une reprise de l'activité.

    Les investisseurs continuent de "vendre" le secteur bancaire (-0,7%) mais les autres compartiments de la cote gagnent du terrain. Le secteur pétrolier profite de la remontée des prix de l'or noir pour bondir de 4%.

    À Bruxelles, ING cède 3% au sein d'un Bel 20 porté par Ageas (+8,2%), Barco (+7,8%) et WDP (+7,50%). Proximus qui a raboté son dividende mais annoncé des investissements dans la fibre optique, se renforce de 0,18%.

  • UPDATE | Briefing actions belges

  • Lancer des "coronabonds" pourrait prendre 3 ans

    La création d'un nouveau mécanisme d'émission en commun d'emprunts obligataires dans la zone euro, réclamée par neuf pays, pourrait prendre jusqu'à trois ans, a déclaré Klaus Regling, le président du Mécanisme européen de stabilité (MES).

    Des "coronabonds" pourraient toutefois être émis immédiatement en recourant aux institutions de financement communes existantes, a-t-il ajouté dans un entretien publié ce mardi par le Financial Times.

    La France, l'Italie, l'Espagne, la Belgique et cinq autres pays de la zone euro ont plaidé la semaine dernière en faveur de la création d'un instrument de dette commun afin de financer les dépenses de lutte contre la pandémie de coronavirus et de soutien aux entreprises et aux ménages. Mais leur proposition se heurte à l'opposition, notamment, de l'Allemagne et des Pays-Bas.

  • Pas besoin d'Eurobonds pour financer l'Italie

    L'Italie n'a pas besoin d'Eurobonds pour arriver à se financer sur les marchés. Milan a placé pour 1,5 milliard d'euros d'obligations 2030 à un rendement de 1,44% ce matin. L'enchère a été sursoucrite, les ordres totalisant 2,289 milliards d'euros, contre 1,5 milliard d'euros acceptés au final.

  • Le marché digère bien le régime riche en fibres de Proximus

  • Dividende de 29 centimes par action pour Euronav

    La compagnie pétrolière Euronav a affiché un bénéfice net de 112,2 millions de dollars en 2019, contre une perte de 110,1 millions de dollars en 2018, selon les résultats annuels finaux d'Euronav. "Le marché des pétroliers a connu une période de reprise en 2019 avec des taux de fret plus élevés au quatrième trimestre que les années précédentes", a déclaré le PDG Hugo De Stoop.

    2020 sera particulièrement animé avec l'augmentation de la production de pétrole en Arabie saoudite (positive pour les taux de fret) d'une part, et le virus corona d'autre part. "Nous avons un bilan solide avec un accès suffisant à la trésorerie pour résister à une telle situation", a précisé De Stoop.

    Euronav versera un dividende de 29 cents brut par action pour le second semestre 2019. Cela porte le dividende annuel à 0,35 cent brut par action. Son intention est de verser des dividendes trimestriels à partir de cette année et de distribuer 80% du bénéfice net aux actionnaires.

    Les fondamentaux sous-jacents du marché du transport de pétrole restent "constructifs".

  • Le point sur la tendance - Update

    S'appuyant sur la moindre nouvelle positive, à commencer par un rebond des prix du pétrole ou un PMI manufacturier chinois meilleur que prévu, les indices européens maintiennent le cap au vert mardi, et ce, en dépit des inquiétudes toujours très profondes liées au coronavirus.

    Les gains varient entre 1,52% à Paris et 3,16% à Bruxelles. L'Euro Stoxx 50 engrange 1,81% et le Stoxx 600 1,85%.

    Des facteurs techniques semblaient également à l'oeuvre sur les marchés européens en cette fin de trimestre, moment où les investisseurs procèdent traditionnellement à des arbitrages entre leurs différents investissements.

    "En cette dernière séance du mois, il n'est pas impossible que les investisseurs confirment leur retour sur les marchés actions, à la faveur de réallocations dans les portefeuilles", relève ainsi Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

    Mais la clé pour permettre un rebond solide et prolongé reste dans la durée du confinement.

    "Tant qu'il y a une fin de la paralysie de l'économie en vue, les marchés peuvent continuer à se stabiliser", analyse Jasper Lawler, analyste de London Capital Group, mais "le plus grand risque est de voir le confinement s'étendre au mois de mai puis à l'été. Et c'est là que des faillites à grande échelle dans les secteurs liés aux voyages et au tourisme peuvent se produire".

  • Warning de Zalando

    Malgré un avertissement sur résultats, Zalando voit son action représentative progresser de 1,8% à 33,61 euros.

    Le spécialiste allemand de la vente de vêtements en ligne a pourtant déclaré s'attendre à un chiffre d'affaires et à un bénéfice d'exploitation (Ebit) au premier trimestre significativement inférieurs au consensus des analystes à la date du 11 mars.

    Il prévoit en outre de ne pas être en mesure d'atteindre ses objectifs annuels annoncés fin février.

    Zalando explique que les clients européens dépensent moins, y compris en ligne, en raison des mesures de lutte contre le virus.

  • Le Dax au-dessus des 10.000 points

    L'indice Dax de la Bourse de Francfort, en hausse de 2,11%, repasse par la même occasion au-dessus des 10.000 points, à 10.022,77.

  • Les recos des analystes du jour

    > Kepler Cheuvreux passe de "réduire" à "conserver" sur Befimmo .

    > Degroof Petercam est désormais à "acheter" sur Galapagos , contre "conserver". L'objectif de cours est de 215 euros, contre 185.

    > Kepler Cheuvreux passe de "conserver" à "acheter" sur Intervest Offices &Warehouses .

    > Degroof Petercam est désormais à "conserver", contre "accumuler", sur Lotus Bakeries .

    > Oddo BHF réduit son conseil sur RTL group à "neutre", contre "acheter".

    > Kepler Cheuvreux passe de "conserver" à "acheter" sur WDP .

  • Voici le briefing actions belges

  • HelloFresh: +17,4%

    HelloFresh bondit de 17,4% à 31,75 euros, meilleure progression de l'indice DJ Stoxx 600. L'entreprise allemande de livraison de kits de repas prévoit des résultats pour le premier trimestre supérieurs aux attentes, en raison du coronavirus.

    La société allemande a vu le nombre de clients augmenter rapidement à partir de la mi-mars. Par conséquent, elle prévoit un chiffre d'affaires d'au moins 685 millions d'euros et un maximum de 710 millions d'euros au premier trimestre.

    L'année dernière, l'entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 420 millions d'euros sur les trois premiers mois de l'année.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens progressent en début de séance, aidés par le rebond inattendu de l'activité du secteur manufacturier en Chine au mois de mars, même si les analystes s'accordent pour dire qu'il est trop tôt pour évoquer une stabilisation de l'économie dans le pays.

    Les gains varient entre 1,36% à Amsterdam et 2,09% à Bruxelles. L'Euro Stoxx 50 prend 1,63% et le Stoxx 600 1,56%.

    Tous les secteurs progressent, mais les valeurs du transport et des loisirs (+4,35%) et les pétrolières (+3,39%) enregistrent les gains les plus significatifs.

    Les valeurs en vue à Bruxelles:

    > Proximus cède 2%. L'opérateur télécom a annoncé, à l'occasion de la présentation de sa stratégie d'entreprise à l'horizon 2022, qu'il réduisait son dividende à "au moins 1,2 euro" au cours des trois prochaines années, au lieu de 1,5 euro actuellement.

    > Euronav perd 4%. L'armateur a publié ses résultats annuels définitifs. Il va verser un dividende trimestriel de 29 centimes brut.

    > Leasinvest avance de 3,5%. L'épidemie de coronavirus aura un impact sur les comptes, a fait savoir la société immobilière. Leasinvest maintient sa proposition de verser un dividende de 5,25 euros brut pour 2019.

    > Kinepolis progresse de 1,3%. Kinepolis s’attend à un impact important sur les résultats financiers en 2020. Dans ce contexte, Kinepolis Group a décidé de proposer à l’assemblée générale du 13 mai 2020 de ne pas payer de dividende pour l’année 2019.

    > Vranken abandonne 0,36%. Le groupe champenois Vranken proposera à l'assemblée générale de juin de ne pas verser de dividende. La société a vu son chiffre d'affaires baisser de 8,6% à 274,6 millions d'euros l'année dernière, en raison de la loi française Egalim qui a limité les promotions.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +1,05%
    Bruxelles: +1,29%
    Francfort: n.c.
    Paris: 1,50%

    Euro Stoxx 50: 1,45%
    DJ Stoxx 600: +1,15%

    Proximus: -1,62%
    Vranken-Pommery: -4%
    Euronav: -3,4%

  • Vranken se prépare à une "baisse significative de son chiffre d'affaires"

    Le groupe de champagne Vranken-Pommery proposera qu'aucun dividende ne soit distribué lors de l'assemblée générale de juin. Le groupe l'a annoncé lundi lors de la présentation des résultats annuels. Vranken a vu son chiffre d'affaires baisser de 8,6% à 274,6 millions d'euros l'année dernière. Le bénéfice net tombe à 0,9 million d'euros.

    La baisse du chiffre d'affaires est due à la loi française Egalim qui a limité les promotions.

    Au cours des deux premiers mois de l'année, Vranken a vu ses volumes de ventes de champagne augmenter de plus de 20%. Mais tout a changé en mars. Du fait du coronavirus, Vranken se prépare à une "baisse significative du chiffre d'affaires" en 2020.

  • Briefing d'avant bourse

    Les principales bourses européennes devraient ouvrir sur une note prudente après leur progression de lundi, tiraillées entre un bon indicateur PMI chinois dans l'activité manufacturière et une crise sanitaire qui ne montre toujours pas d'amélioration notable.

    Les contrats à terme signalent une progression de 0,52% pour l'EuroStoxx, de 0,59% pour le Dax à Francfort, mais un repli de 0,62% pour le FTSE à Londres et de 0,1% pour le CAC 40 parisien.

    Les investisseurs ont accueilli favorablement le rebond inattendu de l'activité du secteur manufacturier en Chine au mois de mars, même si les analystes s'accordent à dire qu'il est trop tôt pour évoquer une stabilisation de l'économie dans le pays.

    Sur le front sanitaire, les pays continuent de lutter contre la propagation du coronavirus. Les États-Unis pourraient renforcer les mesures de distanciation sociale en vigueur tandis que leur voisin, le Mexique, a déclaré l'état d'urgence sanitaire.

    En France, le bilan dépasse désormais les 3.000 morts.

  • Proximus reste une action de rendement

    Le dividende de Proximus baissera donc d'un cinquième dans les prochaines années, passant de 1,50 à 1,20 euro brut. Plus précisément, pour l'exercice 2020, il y aura l'avance traditionnelle de 0,50 euro et, au printemps 2021, un dividende final de 0,70 euro (contre 1 euro aujourd'hui). Au cours actuel (21,64 euros à la clôture lundi), l'opérateur télécom offre un rendement de dividende de 5,5% brut et 3,9% net.

  • Euronext renonce à l'opérateur boursier espagnol BME

    Euronext a renoncé à faire une offre sur l'opérateur boursier espagnol BME (Bolsas y Mercados Españoles) , annonce le groupe boursier.

    "Euronext estime que les conditions financières d'une offre potentiellement compétitive, en dépit de synergies potentielles significatives, ne serait pas compatible avec la création de valeur et le retour sur capital investi des actionnaires d'Euronext", explique la société dans un communiqué.

    La Bourse de Madrid est convoitée par l'opérateur de la Bourse de Zurich, SIX Group, qui a lancé en novembre dernier une OPA de 2,84 milliards d'euros sur BME, quelques minutes après qu'Euronext avait confirmé être en discussion avec l'opérateur espagnol.

  • Proximus réduit son dividende

    Proximus réduit son dividende de 1,5 brut actuellement à "au moins 1,2 euro brut" pour les années comptables 2020, 2021 et 2022.

  • AB InBev | Kinepolis | Leasinvest

    AB InBev - AB InBev a annoncé le pricing de 4,5 milliards d'euros d'obligations. Elles seront émises le 2 avril 2020. Les obligations comprennent trois séries: 2027, 2032 et 2040. Les coupons sont respectivement de 2,125%, 2,875% et 3,7%. Le communiqué.

    Kinepolis   - Suite à l’impact du Covid-19, Kinepolis s’est vu obligé de fermer les portes de tous ses cinémas, dans la plupart des cas à l’initiative des autorités nationales. Selon la durée de cette crise, Kinepolis s’attend à un impact important sur les résultats financiers en 2020. Dans ce contexte, Kinepolis Group a décidé de proposer à l’assemblée générale du 13 mai 2020 de ne pas payer de dividende pour l’année 2019. Le communiqué.

    Leasinvest - La SIR spécialisée dans l'immobilier commercial a suspendu ses prévisions pour l'exercice 2020 en raison du Covid-19. L'épidémie aura un impact sur la société à travers la diminution potentiellement importante des loyers perçus et par le biais de la participation de 10,70% dans  Retail Estates (en raison de la forte baisse du cours de bourse de cette société). Leasinvest maintient sa proposition de verser un dividende de 5,25 euros brut par action au titre de l'exercice 2019. Le communiqué.

  • Quid du dividende pour Proximus?

    Les investisseurs attendent le communiqué de presse et le webcast (à 13h) du "Capital Markets day" de Proximus . Le CEO Guillaume Boutin, dont c'est le premier grand rendez-vous avec le marché, subit une forte pression de la part du monde des analystes pour réduire le dividende et ainsi créer plus d'espace pour investir, notamment dans un réseau de fibres optiques efficace jusqu'au domicile (FTTH).

  • Vers une ouverture en ordre dispersé en Europe

    Bonjour! Ceci démarre notre Market live du mardi 31 mars, dernière séance d'un trimestre horrible sur les marchés et particulièrement à la bourse de Bruxelles. En effet, l'indice Bel 20 a perdu 28% depuis le 1er janvier. Il a atteint son plus haut depuis 13 ans le 17 février. Un mois plus tard, il cotait 43% plus bas ou son plus faible niveau depuis sept ans.

    La dernière séance du trimestre devrait démarrer en ordre dispersé en Europe. Le Dax est attendu en baisse de 0,32%, mais l'Euro Stoxx 50 devrait progresser de 0,44%.

    Les marchés asiatiques pointent, eux aussi, en ordre dispersé. L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo perd 0,93%. La Bourse de Hong Kong, par contre, gagne 0,69% et Shanghai 0,16%.

    L'activité manufacturière en Chine, qui s'était effondrée en février, a connu en mars un rebond surprise malgré le coronavirus. L'indice des directeurs d'achats (PMI) pour le mois de mars s'est établi à 52 points, contre 35,7 en février, un plancher historique, a annoncé ce mardi le Bureau national des statistiques (BNS). Un chiffre supérieur à 50 témoigne d'une expansion de l'activité et, en deçà, il traduit une contraction.

    Il s'agit d'un résultat bien supérieur à la prévision moyenne des analystes sondés par l'agence Bloomberg, qui tablaient sur 44,8. C'est aussi la meilleure performance pour cet indice depuis septembre 2017.

    ©Arne Dedert/dpa

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés