1. Les marchés
  2. Live blog
live

Trump pousse la Bourse de New York dans le rouge

La Bourse de New York a terminé en baisse ce jeudi, Donald Trump suscitant la surprise et l'inquiétude après avoir décidé à quelques heures d'intervalle d'annuler une réunion prévue avec Kim Jong Un et de menacer de durcir les droits de douane sur les importations de véhicules.
  • A suivre ce vendredi 25 mai

    C'est fini pour aujourd'hui. Voici les principaux événements de ce vendredi 25 mai.

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 10h Indice Ifo du climat des affaires / mai

    Etats-Unis
    • 14h30 Commandes de biens durables / avril
    • 16h Indice de confiance du Michigan (définitif) / mai

    Royaume-Uni
    • 10h30 PIB / T1

    Suède
    • 15h20 Participation de Jerome Powell à un débat sur le thème "Stabilité financière et transparence des banques centrales" organisé par la Banque royale de Suède

    → ENTREPRISES

    Belgique
    Assemblée générale chez:
    • Keyware
    • Ontex

    Résultats trimestriels:
    • AvH
    • CFE

    • RealDolmen: résultats 2017/2018

    • KBC Ancora: déclaration du dividende intérimaire

    • Ablynx/offre de rachat à 45 euros par action par Sanofi. Jusqu’au 12 juin.
    • RealDolmen/offre de reprise à 37 euros par action par GFI. Jusqu’au 31 mai.
    • Sapec/offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin inclus.
    • Tigenix/offre de reprise par Takeda au prix de 1,78 euro. Jusqu’au 31 mai.
    • Vastned Retail Belgium/trading update T1. Premier jour de l’offre de reprise par Vastned à 57,5 euros par action. Jusqu’au 1er juin.

    France
    • Viva Technology, le salon des startups, mise sur les robots pour attirer le public - Paris Expo Porte de Versailles - Du 24 au 26 mai
    • Guerbet : assemblée générale

  • Trump pousse la Bourse de New York dans le rouge

    Wall Street a clôturé en baisse ce jeudi, affectée par une nouvelle offensive commerciale de Donald Trump et l'annulation du sommet prévu entre le président américain et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. Le Dow Jones a perdu 0,30% à 24.811,76 points. Le Nasdaq a cédé 0,02% à 7.424,43 points. Le S&P 500 a abandonné 0,20% à 2.727,74 points. 

     Après avoir annoncé en mars des taxes supplémentaires sur les importations d'acier et d'aluminium, Donald Trump s'est attaqué aux véhicules automobiles. Le président américain a chargé son ministre du Commerce de mener une enquête pour déterminer leur impact sur la sécurité nationale américaine, celle-ci pouvant aboutir à une hausse des droits de douane sur le secteur.

    De son côté, Netflix a pris 1,33%. Sa capitalisation boursière a atteint jeudi le montant record de 153 milliards de dollars (130 milliards d'euros), dépassant pour la première fois celle de Walt Disney (152 milliards de dollars). Son cours a grimpé de 81% depuis le début de l'année. Disney, par comparaison, a perdu 5% de sa valeur sur l'année écoulée. Le groupe a perdu 0,76% jeudi.

  • Wall Street termine en baisse

    • Le Dow Jones a reculé de 0,30% à 24.811,14 points.
    • Le Nasdaq a perdu 0,02% à 7.424,43 points.
    • Le S&P 500 a cédé 0,25% à 2.726,40 points.
  • Le pétrole termine en nette baisse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse ce jeudi sur le marché new-yorkais Nymex, le marché spéculant sur une augmentation de la production de l'Opep pour compenser la chute des pompages du Venezuela et l'impact d'éventuelles sanctions contre l'Iran.

    Le contrat juillet sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 1,13 dollar, soit 1,57%, à 70,71 dollars le baril et celui sur le Brent a cédé 1,01 dollar ou 1,27% à 78,79 dollars.

    L'Opep pourrait décider d'augmenter sa production dès sa réunion ministérielle du mois prochain en raison des craintes d'approvisionnement liées au Venezuela et à l'Iran, ont dit cette semaine des sources du secteur et du cartel.

  • Xavier Denis quitte Cofinimmo sur la pointe des pieds

    Xavier Denis

    Xavier Denis, 45 ans, Chief Operation Officer et Administrateur au sein de Cofinimmo, quitte la société immobilière réglementée belge après 16 années passées dans la maison. Ces derniers mois, il avait été pressenti pour succéder à Jean Carbonnelle, le CEO sortant.

    Son nom était régulièrement cité tant en interne qu’hors des murs de la société, où son expertise était reconnue. On ignore encore si sa non-nomination explique ce départ inopiné. C’est le nouveau CEO, Jean-Pierre Hanin, qui supervisera provisoirement les équipes et les activités opé́rationnelles de la société cotée en Bourse.

  • Trump coupe l'appétit des marchés


    Les Bourses européennes ont fini jeudi en baisse après l'annonce par Donald Trump qu'il annulait sa réunion prévue le 12 juin à Singapour avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un bien que la Corée du Nord ait tenu sa promesse de mettre hors service son site d'essais nucléaires. Indécis jusqu'à cette annonce, les marchés d'actions en Europe ont plongé et Wall Street, qui venait d'ouvrir sur une note hésitante, a suivi le mouvement. La nouvelle a déclenché un mouvement de repli sur les emprunts d'Etat, le rendement des Treasuries à dix ans revenant autour de 2,96% contre près de 2,98% quelques minutes plus tôt. Autre signe de l'attrait pour les valeurs refuge, l'or prend près de 1%, repassant 1.300 dollars l'once. En Europe, le CAC 40 parisien a perdu 0,31% à 5.548,45 points. Le Footsie britannique a cédé 0,92% et le Dax allemand a abandonné 0,94%. L'indice EuroStoxx 50 a abandonné 0,57%, le FTSEurofirst 3000,53% et le Stoxx 600 0,52%. A Wall Street, le Dow Jones cède 0,8%, le S&P-500 et le Nasdaq reculant chacun de 0,5% environ.

    Dans une lettre au dirigeant nord-coréen publiée jeudi par la Maison blanche, le président américain déclare : "J'avais vraiment hâte d'être là avec vous. Malheureusement, compte tenu de l'immense colère et de l'hostilité affichée dans vos déclarations les plus récentes, je pense qu'il est inopportun, à ce stade, d'avoir cette réunion prévue depuis longtemps." Donald Trump évoque une "occasion manquée", ajoutant qu'il souhaite toujours rencontrer Kim.La Corée du Nord a menacé ces derniers jours d'annuler le sommet si Washington continuait d'exiger de Pyongyang une dénucléarisation unilatérale "à la libyenne". Sur le marché des changes, le dollar, qui a brièvement creusé ses pertes après les annonces de Donald Trump, cède encore 0,27% face à un panier de devises de référence tandis que l'euro remonte à 1,1725 dollar, porté entre autres par les déclarations du Premier ministre chinois sur l'importance de la monnaie unique dans les réserves de change de Pékin. L'euro, qui accuse toutefois encore un recul de près de 0,5% depuis le débutde la semaine, n'a pas réagi à la publication du compte rendu des débats au seinde la BCE lors de sa réunion de politique monétaire du 26 avril. L'économie de la zone euro continue de croître mais un ralentissement plus prononcé ne peut être exclu et l'incertitude politique dans des pays comme l'Italie pourrait saper la confiance, peut-on lire dans ces "minutes".

    Aux valeurs en Europe, le secteur bancaire a perdu 1,27% en réaction à la baisse des rendements obligataires mais aussi à une dégradation par Morgan Stanley de sa recommandation sur l'allemande Commerzbank, qui a perdu 6,47%. A Paris, Crédit agricole a cédé 2,37%, la plus forte baisse du CAC 40.Sanctionné également, le compartiment automobile a abandonné 1,84% après l'annonce par Donald Trump de l'ouverture d'une enquête sur les importations de voitures, de camions et de pièces détachées aux Etats-Unis, une procédure qui s'appuie sur la même loi que celle qui a justifié en mars les droits de douane sur l'acier et l'aluminium. La baisse la plus spectaculaire du jour a frappé le groupe suisse de boulangerie industrielle Aryzta, qui a dévissé de 26,72% après la révision à la baisse de ses prévisions de résultats. A la hausse à Paris, Euronext a rebondi de 5,43%, l'une des plus fortes progressions du SBF 120, à la faveur d'un relèvement du conseil des analystes d'Exane BNP Paribas, qui estiment désormais attractive la valorisation relative de l'opérateur boursier. Le marché pétrolier évolue pour sa part dans le rouge, pénalisé à la foispar la hausse inattendue des stocks aux Etats-Unis et par les craintes d'une augmentation de la production de l'Opep en réaction aux sanctions américaines contre l'Iran et le Venezuela. Le Brent reste toutefois à portée des 80 dollars. 

  • Les marchés européens clôturent en baisse

    EuroStoxx50 3.523,56 -0,5 %

    Dax 12.855,09 -0,9 %

  • Wall Street amplifie ses pertes après l'annulation d'un sommet Trump-Kim Jong Un

    Wall Street, qui avait ouvert en petite baisse jeudi, amplifiait ses pertes quelques minutes plus tard après la décision de Donald Trump d'annuler son sommet prévu avec le leader nord-coréen Kim Jong Un.
    Vers 17h, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average perdait 0,45% à 24.775,11 points, le Nasdaq lâchait 0,30% à 7.403,54 points et l'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,42% à 2.721,89 points.
    "J'estime qu'il n'est pas opportun, à ce stade, de maintenir cette rencontre prévue depuis longtemps", indique le président américain dans un courrier au leader nord-coréen rendu public par la Maison Blanche. Dans ce texte, il évoque en particulier "la puissance" de l'arsenal nucléaire américain.
    Les investisseurs avaient accueilli l'annonce du sommet comme un signe d'apaisement éloignant la perspective d'une escalade militaire pouvant ouvrir une période d'incertitudes.

  • Wall Street affectée par la nouvelle offensive de Trump

    Wall Street a ouvert en baisse jeudi, affectée par une nouvelle offensive commerciale de Donald Trump et l'annulation d'un sommet prévu entre le dirigeant américain et le nord-coréen Kim Jung Un.Vers 13H50 GMT, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, perdait 0,30% à 24.811,95 points.Le Nasdaq, à forte composante technologique, lâchait 0,10% à 7.418,34 points.L'indice élargi S&P 500 abandonnait 0,28% à 2.725,68 points.La place new-yorkaise avait terminé en hausse mercredi après avoir évolué une partie de la séance en recul, se ressaisissant après la publication du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la banque centrale américaine (Fed): le Dow Jones avait pris 0,21% et le Nasdaq 0,64%.

    Après avoir annoncé en mars des taxes supplémentaires sur les importations d'acier et d'aluminium, Donald Trump s'est attaqué mercredi aux véhicules automobiles.Le président américain a chargé son ministre du Commerce de mener une enquête pour déterminer leur impact sur la sécurité nationale américaine, celle-ci pouvant aboutir à une hausse des droits de douane sur le secteur.

    "Il ne semble pas y avoir de répit dans les mauvaises nouvelles liées au commerce. Cela ressemble de plus en plus à la phrase de Forrest Gump sur les boîtes de chocolat, dans le sens où on ne sait jamais sur quoi on va tomber", a affirmé Patrick O'Hare de Briefing.De nombreuses voix ont condamné l'initiative de M. Trump. Les Européens, qui tentent déjà d'échapper aux droits de douanes sur l'acier et l'aluminium à partir du 1er juin, ont dénoncé une mesure "difficile à comprendre". Le constructeur suédois Volvo Cars a quant à lui lancé un avertissement implicite sur ses créations d'emplois aux Etats-Unis.Pau après l'ouverture, M. Trump a par ailleurs annoncé dans une lettre au leader nord-coréen Kim Jung Un que le sommet de Singapour, au cours duquel les deux dirigeants devaient se rencontrer, n'aura pas lieu.

    Le marché obligataire se détendait: le taux de rendement des bons du Trésor américains à 10 ans évoluait à 2,972% contre 2,994% la veille, et celui à 30 ans baissait à 3,131% contre 3,152% à la précédente clôture.La raison de cette détente venait notamment de la publication la veille du compte-rendu de la dernière réunion de la Fed.Les membres de l'institution se sont montrés "nettement plus souples qu'anticipé. Les plus grosses surprises impliquaient tant les taux d'intérêt que l'inflation", a noté Karl Haeling de LBBW.alb/jum/eb

  • Wall Street ouvre en très légère baisse

    Dow Jones -0,04%, Nasdaq -0,05%

  • Les futures sur Wall Street creusent leurs pertes, l'Europe marque le pas, le secteur auto dans le viseur

    Les contrats à terme sur Wall Street creusent leurs pertes, dans un marché rattrapé par les inquiétudes pour le commerce mondial.

    Le futures sur l'indice Dow Jones perdait 0,19% peu avant 15h, celui sur le S&P 500 0,15% et celui sur l'indice composite du Nasdaq de 0,14%.

    En Europe, les principaux marchés actions évoluent en ordre dispersé. Pénalisé par ses valeurs automobiles, l'indice Dax perdait 0,21%. Amsterdam cédait 0,10% et Londres 0,33% tandis que Paris grignotait 0,09%.

    Les valeurs automobiles européennes sont sous pression, aggravant leurs pertes avec un compartiment en baisse de 2,14% en Europe, tandis qu'à Wall Street des valeurs comme General Motors et Ford gagnent environ 1% dans les échanges d'avant Bourse.

    Le secteur réagit à l'annonce de l'ouverture par l'administration Trump d'une enquête susceptible d'aboutir à l'imposition de droits de douane sur les importations de voitures, camions et pièces détachées aux Etats-Unis.

  • "Une première hausse des taux pourrait survenir plus tard que prévu"

    La croissance de la zone euro pourrait encore ralentir et l'incertitude s'intensifie mais l'expansion reste solide et généralisée, ont conclu les responsables de la banque centrale européenne (BCE) en avril, selon le compte-rendu de leur réunion publié jeudi.

    "L'incertitude entourant les perspectives a augmenté et il a été considéré justifié de faire preuve de prudence dans l'interprétation des évolutions récentes, du fait aussi que la modération de la croissance semblait généralisée à tous les pays tous les secteurs", observe la BCE dans "les minutes" de sa réunion du 26 avril.

    "Un affaiblissement plus prononcé de la demande, notamment lié à des facteurs externes, ne pouvait donc pas être exclu."

    Pour le moment, les responsables de la BCE minimisent les inquiétudes, arguant que la croissance est encore robuste et supérieure au potentiel. La BCE pourrait donc bien mettre un terme à ses achats d'actifs avant la fin de l'année dans ce cas de figure.

    Mais, en privé, des responsables affirment qu'en raison du ralentissement économique, une première hausse des taux pourrait survenir plus tard que prévu et que la trajectoire globale des taux d'intérêt pourrait être moins tendue puisque la BCE pourrait difficilement se permettre un resserrement majeur des
    conditions financières.

    Ils redoutent également un dérapage budgétaire du futur gouvernement italien et une remise en cause de la réforme des retraites, ce qui déclencherait des turbulences sur les marchés et saperait la confiance des investisseurs.

    Le rendement des emprunts d'Etat allemands à dix ans , référence pour l'ensemble de la zone euro, est revenu à 0,503% après la publication du compte rendu, contre 0,511% quelques minutes avant.

    Sur le marché des changes, l'euro, à 1,1712 dollar, conservait une hausse 0,14% face au billet vert.

  • La Commission veut encourager la titrisation des dettes d'Etat

    La Commission européenne a présenté une proposition pour "éliminer les obstacles réglementaires injustifiés" à la création par le secteur privé de produits financiers regroupant les titres de dettes des 19 pays de la zone euro.

    Ces titres seraient émis par des institutions privées et n'impliqueraient pas, de par leur conception, "une mutualisation des risques et des pertes entre les États membres de la zone euro", souligne l'exécutif européen dans son communiqué.

    "Seuls les investisseurs privés partageraient les risques" éventuels sur ces titres (appelés en anglais des "sovereign bond-backed securities" ou SBBS), ajoute-t-il.

    Il ne s'agit donc pas pour la Commission de relancer l'idée des "eurobonds", ou euro-obligations, ces titres de dette mutualisés auxquels l'Allemagne est historiquement opposée.

  • Euronext monte, un broker positif sur le titre

    Le titre Euronext rebondit jeudi à la Bourse de Paris, à la faveur d'un relèvement du conseil des analystes d'Exane BNP Paribas, qui estiment désormais attractive la valorisation relative de l'opérateur boursier.

    A 14h, l'action gagnait 4,4% après un plongeon de 6,27% la veille lié à un avis négatif des analystes d'UBS.

    Dans une note parue jeudi, ceux d'Exane indiquent avoir relevé leur conseil sur l'opérateur des Bourses de Paris, Dublin, Lisbonne, Amsterdam et Bruxelles de "neutre" à "surperformance".

    Les analystes mettent en avant la décote accrue d'Euronext face à ses concurrents, injustifiée selon eux.

    "Etant donné la valorisation relative, Euronext semble un meilleur biais que Deutsche Börse pour être exposé à l'amélioration des volumes", jugent les analystes d'Exane.

    Leurs confrères d'UBS ont un avis contraire sur la valeur : ils estiment Euronext encore trop exposé aux volumes sur les marchés au comptant, qui devraient selon eux ralentir. Ils sont passés mercredi à "vendre" sur la valeur.

  • L'indécision devrait dominer à Wall Street

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture indécise à Wall Street.

    A 13h30, le contrat à terme sur l'indice Dow Jones cédait 0,12%, le S&P 500 était stable (-0,06%) tandis que l'indice composite du Nasdaq gagnait 0,02%.

    Le compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed a conforté mercredi le scénario d'une hausse de taux le mois prochain tout en apaisant en partie les craintes d'une accélération du resserrement monétaire aux Etats-Unis.

    Le rendement des Treasuries à deux ans, le plus sensible aux anticipations d'évolution des taux, est revenu à 2,52% contre plus de 2,59% avant la publication des "minutes".

    Sur le marché des changes, le dollar cède 0,22% face à un panier de devises de référence en réaction au ton modéré de la banque centrale.

  • Deutsche Bank accueille John Thain

    La nomination la plus frappante au conseil d'administration de la Deutsche Bank a depuis été validée par l'assemblée générale. Il s'agit de John Thain, un vétéran de Wall Street.

     

     

    Avant l'assemblée générale, Deutsche Bank,  a annoncé qu'elle comptait supprimer plus de 7.00 postes à
    travers le monde, première décision importante de son nouveau patron, dans le cadre d'une vaste restructuration destinée à réduire les coûts et recouvrer sa rentabilité après des années de tentatives infructueuses.

    L'action cédait 2,2% aux alentours de 13h dans un marché allemand tout juste à l'équilibre.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * GENERAL MOTORS, FORD, FIAT CHRYSLER AUTOMOBILE - Les Etats-Unis envisagent d'imposer des droits de douane sur les voitures importées pour des raisons de sécurité nationale, a-t-on appris auprès d'un responsable de l'administration Trump et de trois représentants du secteur automobile. Les titres General Motors et Ford ont pris respectivement 0,6% et 0,9% après la clôture à Wall Street alors que le titre coté à New York de Fiat Chrysler Automobile (FCA) a perdu 2%.

    * NETAPP - Le fabricant d'équipements de stockage de données a déclaré que sa marge brute en 2019 serait légèrement inférieure à celle de 2018, provoquant un recul de son action de 4,5% dans les échanges après la clôture.

    * FACEBOOK a annoncé qu'il était peu probable que le groupe mette en place une forme de compensation pour les 2,7 millions d'utilisateurs européens dont les données ont été détournées au profit de Cambridge Analytica car les données sensibles des comptes bancaires n'avaient pas été partagées.

  • La situation sur les marchés en milieu de journée

    Le secteur auto attaqué, Aryzta s'effondre, les "minutes" de la BCE au menu

    1. Les indices actions européens sont bien orientés, malgré les risques liés au commerce international et à la situation politique italienne et avant le compte rendu de la dernière réunion monétaire de la Banque centrale européenne (BCE)

    2. Publié mercredi soir, après la clôture des marchés européens, le compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed a rassuré les opérateurs. Il conforte le scénario d'une hausse de taux le mois prochain tout en apaisant en partie les inquiétudes d'une accélération du resserrement monétaire aux Etats-Unis.

    3. Aux alentours de 12h, Paris gagnait 0,50%, Amsterdam 0,45%, Bruxelles 0,18% et Francfort 0,17%. La Bourse de Londres était stable (-0,07%).

    4. Le compartiment automobile creusait ses pertes s'affichant en net recul de 1,52%. Le président américain Donald Trump envisage d'imposer de nouvelles taxes douanières sur les importations de véhicules aux Etats-Unis, selon un communiqué de la Maison Blanche publié mercredi. Porsche chutait de 3%, BMW de 2,7% et Daimler de 2,4%.

    5. La chaîne de boulangerie Aryzta s'effondrait de 25%, plus forte baisse du Stoxx 600 à la suite d'une nouvelle révision en baisse de son objectif d'excédent brut d'exploitation (Ebitda) 2018, après des marges d'Ebitda décevantes au troisième trimestre.

    6. Meilleure hausse du Stoxx 600, Electrocomponents gagnait 11%, touchant un plus haut depuis novembre 2017, après la publication de résultats supérieurs aux attentes.

    7. A Bruxelles, Colruyt dégringolait de 6%, pénalisé par le déclassement de Deutsche Bank à "vendre" contre "conserver".

  • L'épargne mieux rémunérée chez Rabobank

    À partir du 1er juin 2018, Rabobank.be applique un taux d'intérêt plus élevé sur la rémunération des comptes d'épargne pour particuliers, en relevant la prime de fidélité de 0,05%.

  • Détente sur les marchés italiens

    La Bourse de Milan gagne 0,70% après le feu vert du président Sergio Mattarella à la nomination de Giuseppe Conte à la tête du gouvernement de coalition Ligue-Mouvement 5 étoiles (M5S).

    Le nouveau président du Conseil, novice en politique, a désormais la lourde tâche de former un gouvernement pour mettre en oeuvre un programme impliquant une augmentation des dépenses budgétaires et un degré d'euroscepticisme encore difficile à évaluer.

    Le rendement des emprunts d'Etat italiens à dix ans revient à 2,315%, après un pic de quinze mois à 2,455% mercredi.

     

    "Nous continuons de penser qu'un tel gouvernement aurait probablement une durée de vie limitée, qui soulignent l'étroitesse de la majorité parlementaire et les grandes différences entre les ADN et - plus important - les priorités géographiques des deux partis qui le soutiennent."
    Les économistes de Citi

  • IPO d'Adyen à la bourse d'Amsterdam

    Alors que nous attendons toujours une introduction en bourse à Bruxelles cette année, Euronext Amsterdam devrait accueillir sous peu la société de paiement Adyen.

    Selon nos collègues du Het Financieele Dagblad, la société devrait être valorisée en 5 et 10 milliards d'euros. C'est du même ordre de grandeur que Belfius, qui aurait pu être cotée en bourse avant l'été, et qui aurait donc pu entrer dans le Bel20.

    Adyen compte environ 750 employés qui, selon le FD, ont chacun des options sur actions de l'entreprise. Cette dernière, en plein essor, vaut, selon les chiffres internes, dix fois plus qu'en 2013.

  • "Les marchés sont sensibles à l'ordre donné par le président Trump d'enquêter sur les implications en termes de sécurité de l'importation de pièces détachées pour l'automobile. Ceci intervient en plus de la rhétorique offensive de la Corée du Nord avant le sommet de juin, alors que la Chine dit ne pas encore s'être mise d'accord avec les Etats-Unis."
    Mike van Dulken et Artjom Hatsaturjants
    Analystes chez Accendo Markets

  • La situation sur les marchés

    Prudence autour des Etats-Unis, le secteur auto attaqué, Aryzta s'effondre

    1. Les indices actions européens hésitent face aux craintes liées au commerce international et à la situation politique italienne. Le compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Fed rassure par contre les opérateurs, confortant le scénario d'une hausse de taux le mois prochain tout en apaisant en partie les craintes d'une accélération du resserrement monétaire aux Etats-Unis.

    2. Aux alentours de 9h45, Amsterdam gagnait 0,29% et Paris 0,37%. Francfort (+0,04%) était stable tout comme la Bourse de Londres (+0,07%).

    3. Le compartiment automobile était en net recul de 1,40%. Le président américain Donald Trump envisage d'imposer de nouvelles taxes douanières sur les importations de véhicules aux Etats-Unis, selon un communiqué de la Maison Blanche publié mercredi.

    4. La chaîne de boulangerie Aryzta s'effondrait de 31%, plus forte baisse du Stoxx 600 à la suite d'une nouvelle révision en baisse de son objectif d'excédent brut d'exploitation (Ebitda) 2018, après des marges d'Ebitda décevantes au troisième trimestre.

    5. Meilleure hausse du Stoxx 600, Electrocomponents gagnait 7%, touchant un plus haut depuis novembre 2017, après la publication de résultats supérieurs aux attentes.

  • Aryzta s'effondre après un nouvel avertissement

    Le chaîne de boulangerie Aryzta dévisse jeudi en Bourse de Zurich à la suite d'une nouvelle révision en baisse de son objectif d'excédent brut d'exploitation (Ebitda) 2018, après des marges d'Ebitda décevantes au troisième trimestre.

    Après une demi-heure de transactions, le titre perdait  plus de 29%, de loin le plus net recul de l'indice large européen Stoxx 600, alors que son indice sectoriel est stable.

  • Colruyt: -6,5%

    Deutsche Bank passe à "vendre" contre "conserver" sur Colruyt . Le titre dégringole de 6,5% à 44,38 euros.

  • Dégagements sur le secteur automobile européen

    Le secteur automobile européen est lanterne rouge en Europe ce matin, avec un repli marqué de 1% pour le compartiment.

    La décision de l''administration Trump d'ouvrir une enquête sur les importations de voitures, de camions et de pièces détachées aux Etats-Unis, une initiative susceptible de déboucher sur l'imposition de droits de douane, passe mal dans le marché.

    Aux alentours de 9h15, l'action BMW reculait de 1,8%, Porsche de 1,4%, Daimler de 1,2% et Volkswagen de 1,15%.

  • BOURSE - THYSSENKRUPP PREND 3% APRÈS L'ENTRÉE À SON CAPITAL DU FONDS ACTIVISTE ELLIOTT

  • BOURSE-BMW PERD 1,87%, CONTINENTAL 0,89%, L'INDICE SECTORIEL CREUSE SES PERTES À -0,9%

  • BOURSE - EURONEXT GAGNE PRÈS DE 3% À L'OUVERTURE APRÈS LE RELÈVEMENT DU CONSEIL D'EXANE BNP PARIBAS

  • BOURSE-VOLKSWAGEN CÈDE 1%, DAIMLER 1,25% APRÈS LA MENACE AMÉRICAINE DE SANCTIONS CONTRE LES IMPORTATIONS AUTOMOBILES

  • BOURSE-L'INDICE STOXX EUROPÉEN DE L'AUTOMOBILE RECULE DE 0,59%

  • | Opening Bell |

    Bruxelles: +0,03%
    Amsterdam: +0,10%
    Francfort: -0,14%
    Paris: +0,18%
    DJ Stoxx 600: +0,08%

  • UCB emporte une bataille pour son Vimpat

    Maintenant que le flot des mises à jour trimestrielles se tarit, les nouvelles de la société sont relativement rares. Le communiqué d'UCB est toutefois important.

    Le groupe biopharmaceutique a finalement obtenu gain de cause après des années de confilts juridiques sur le brevet du Vimpat, son traitement contre l'épilepsie et moteur de croissance du groupe.

    Son concurrent Argentum ne pourra pas commercialiser une version générique bon marché.

  • Nouvelle baisse du moral des ménages allemands

    Le moral du consommateur s'est encore détérioré à l'approche de juin, à son plus bas niveau depuis le début de l'année, montre une enquête publiée jeudi, suggérant que les dépenses des ménages pourraient ralentir dans les mois à venir.

    L'institut GfK de Nuremberg a précisé que son indice du sentiment du consommateur, calculé à partir d'un échantillon de quelque 2.000 personnes, avait reculé pour le deuxième mois d'affilée à 10,7 à l'approche de juin, contre 10,8 en mai. Le consensus Reuters le donnait inchangé à 10,8.

  • Tokyo finit en baisse de 1,1% avec l'automobile

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 1,11%, pénalisée par le repli des valeurs automobiles après la menace de droits de douane sur les importations américaines de voitures.

    L'indice Nikkei a perdu 252,73 points à 22.437,01 points et le Topix, plus large, a cédé 21,66 points (-1,21%) à 1.775,65 points.

    L'indice japonais du secteur des équipements de transport a perdu 2,97%, pénalisé en outre par la vigueur du yen.

  • Coup de frein sur la croissance allemande

    La croissance économique allemande a décéléré au premier trimestre 2018, avec une progression du PIB de 0,3% par rapport au trimestre précédent, plombé par un recul des exportations comme des importations, a confirmé jeudi l'office fédéral des statistiques Destatis.

    Même si l'économie allemande connaît "la plus longue phase de croissance depuis 1991", avec quinze trimestres consécutifs de hausse du PIB, la période de janvier à mars marque un franc coup de frein par rapport aux quatre trimestres de l'an dernier, qui avaient vu l'activité économique croître de 0,9%, 0,6%, 0,7% puis 0,6%.

  • VW, BMW et Daimler attendus en baisse de plus de 1%

    Les titres des constructeurs allemands Volkswagen , BMW et Daimler sont attendus en baisse entre 1,1% et 1,4%.

    L'administration Trump a ouvert mercredi soir une enquête sur les importations de voitures, de camions et de pièces détachées aux Etats-Unis, une initiative susceptible de déboucher sur l'imposition de droits de douane.

  • Briefing d'avant Bourse

    Stabilité en vue, le secteur auto à surveiller, les "minutes" de la BCE à l'agenda

    1. Les principales Bourses européennes devraient ouvrir sur une note stable, après le net repli accusé la veille, la prudence dominant face au regain de tensions sur le front du commercial international et au risque politique en Italie.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,03% à l'ouverture, le Dax à Francfort reculerait aussi de 0,03% et le FTSE à Londres perdrait 0,08%.

    3. Donald Trump a ouvert un nouveau champ de bataille mercredi dans le dossier du commerce international, en annonçant une enquête sur les importations de voitures, de camions et de pièces détachées aux Etats-Unis, une initiative susceptible de déboucher sur l'imposition de droits de douane.

    4. L'annonce, intervenue après la clôture de Wall Street, pénalise jeudi les valeurs automobiles en Asie et pèse sur les indices de la région.

    5. L'effet devrait être similaire sur les constructeurs automobiles allemands et français à l'ouverture en Europe.

    6. Autre point d'attention des marchés: les "minutes" de la Fed. A la lecture des débats au sein de la Fed, les investisseurs en ont retiré le sentiment qu'une accélération de l'inflation ne débouchera pas nécessairement sur un relèvement plus agressif des taux d'intérêt aux Etats-Unis.

    7. Sur le marché des changes, le ton jugé rassurant de la Fed dans ses "minutes" a favorisé un repli du dollar qui s'est encore accéléré après les annonces de Donald Trump sur l'automobile. Le billet vert recule de 0,14% face à un panier de devises de référence.

    8. L'euro reste sous pression face aux développements politiques en Italie et dans l'attente de la publication à 13h30 du compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

    9. Le président italien Mattarella a approuvé mercredi la désignation de Giuseppe Conte, candidat de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles (M5S), à la présidence du Conseil, après plusieurs jours d'hésitation.

  • Année record pour la Gimv mais le bénéfice baisse

    Les montants investis en 2017-2018 par la Gimv ont atteint un niveau record. Le bénéfice, par contre, accuse un net repli. Le dividende est stable à 2,5 euros brut.

  • Rebond de courte durée pour la livre turque

    La banque centrale turque a relevé ses taux de 300 points de base mercredi, employant ainsi les grands moyens pour enrayer la baisse de la livre et regagner la confiance des investisseurs mise à mal par l'interventionnisme du président Tayyip Erdogan.

    Sans attendre sa prochaine réunion de politique monétaire prévue le 7 juin, l'institution a dit avoir tenu une réunion d'urgence au terme de laquelle son taux le plus élevé a été porté de 13,5% à 16,5%.

    La livre a perdu 20% de sa valeur cette année, enchaînant les records à la baisse, et les investisseurs s'attendaient à ce que son plongeon contraigne la banque centrale à agir.

    La devise s'est retournée à la hausse mercredi après la décision et se raffermissait de 2% à 4,5717 pour un dollar en fin de journée, alors qu'elle avait auparavant touché un nouveau plus bas record de 4,9290.

    Un rebond de cours durée puisque la livre repartait à la baisse face au dollar ce matin à 4,6266.

  • Immobel élargit son portefeuille en Flandres

    Double surprise dans le sérail immobilier anversois. À peine Triple Living a-t-il finalisé le rachat des 50% du portefeuille Land Invest détenus par Ogeo qu’Immobel en reprend 30% et monte en force sur le marché local.

  • A suivre ce jeudi 24 mai

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 8h PIB détaillé / T1
    • 8h Indice GfK du moral des ménages / juin
    • 13h30 Compte rendu de la réunion de politique monétaire de la BCE du 26 avril

    Etats-Unis
    • 14h30 Inscriptions au chômage / semaine au 19 mai
    • 16h Reventes de logements / avril

    Royaume-Uni
    • 10h30 Ventes au détail / avril

    Zone euro
    • Réunion de l'Eurogroupe

    → ENTREPRISES

    Assemblée générale chez:

    • Immobel
    • 2Valorise

    Cotation ex-dividende de :

    • BNB (127,63 euros bruts)
    • Leasinvest Real Estates  (5 euros bruts)
    • Gimv: résultats 2017/2018

    Belgique
    • Ablynx/ offre de rachat à 45 euros par action par Sanofi. Jusqu’au 12 juin.
    • RealDolmen/ offre de reprise à 37 euros par action par Gfi. Jusqu’au 31 mai
    • Sapec/ offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin inclus.
    • Tigenix/ offre de reprise par Takeda au prix de 1,78 euro. Jusqu’au 31 mai.
    • Vastned Retail Belgium/ trading update T1. Premier jour de l'offre de reprise par Vastned à 57,5 euros par action. Jusqu'au 1er juin.

    Etats-Unis
    • Gap / résultats du T1

    France

    Assemblées générales :

    • 14h30 Atos
    • Eramet
    • Voltalia
    • 15h Dassault Aviation
    • Rexel
    • Compagnie des Alpes: résultats semestriels

    Hong Kong
    • Lenovo /résultats annuels

  • Trump plombe l'ambiance en Asie

    Les actions asiatiques reculent après que l'administration Trump ait ouvert mercredi soir une enquête sur les importations de voitures, de camions et de pièces détachées aux Etats-Unis, une initiative susceptible de déboucher sur l'imposition de droits de douane.

    Donald Trump ajoute que cette enquête dans le cadre de la section 232 d'une loi de 1962 sur le commerce devra déterminer si les importations automobiles ont un impact sur la sécurité nationale des Etats-Unis.

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo, pénalisée par ses valeurs automobiles et la fermeté du yen, recule de 1,4%.

    L'indice MSCI Asie Pacifique hors Japon recule de 0,3%.

  • Nouvelle édition du Market Live. Nous sommes le jeudi 24 mai 2018. Bonne journée à toutes et tous!

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content