1. Les marchés
  2. Live blog
live

Une séance à nouveau hésitante sur les marchés européens

Les marchés européens terminent sur une nouvelle légère hausse. À Bruxelles, Bekaert bondit après avoir annoncé la nomination d'un nouveau CEO. Le Dow Jones progresse, le S&P500 et le Nasdaq reculent légèrement.
  • Fin du Market Live

    C'est la fin du Market Live. Merci de nous avoir suivis. On se retrouve jeudi pour une nouvelle séance.

    Au programme: Les investisseurs se tourneront vers la réunion des membres de l'Opep et ses alliés. Côté entreprises, on attend de nombreux résultats annuels/trimestriels à la Bourse de Bruxelles.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: +0,28%

    AEX: +0,01%

    CAC 40: +0,35%

  • Oscar Health fixe son action à 39 dollars à Wall Street

    Oscar Health, une startup de santé en ligne soutenue par Alphabet (Google), a fixé à 39 dollars son prix d'introduction à la Bourse de New York.

    La société a sonné la cloche à la Bourse de New York.


    Les intervenants de marchés prédisent que le titre pourrait démarrer à 41 dollars.

  • Greensill: le superviseur allemand gèle les activités de la banque britannique en Allemagne

    Le superviseur financier allemand, la Bafin, a indiqué avoir ordonné la suspension immédiate des activités de l'établissement financier Greensill Bank, filiale allemande de la société britannique Greensill, en raison d'un "risque imminent de surendettement". 

    La Bafin dit dans un communiqué avoir imposé un "moratoire" à cette banque dont la maison-mère, au modèle controversé, risque la faillite. Le régulateur "interdit aujourd'hui à Greensill Bank AG de procéder à des cessions et à des paiements car il existe un risque imminent de surendettement de la banque", selon la décision. 

    Lors d'un audit spécial, la BaFin a constaté que Greensill Bank AG n'était pas en mesure de prouver l'existence de créances dans son bilan qu'elle avait achetées au groupe GFG Alliance.
    La BaFin

  • Wall Street évolue en dents de scie

    La Bourse de New York se montrait fébrile mercredi peu après l'ouverture, évoluant en dents de scie à la suite d'un indicateur de l'emploi décevant et alors que les taux obligataires remontaient un peu. Peu avant 15h, le Dow Jones, après avoir oscillé entre le vert et le rouge, grappillait 0,18%, le Nasdaq lâchait 1,34% et le S&P 500 perdait 0,47%.

    Parmi les valeurs en vue:

    - Le titre Lyft grimpait de plus de 3% après que le service de locations de voitures avec chauffeurs a affiché fin février sa meilleure semaine de course depuis le début de la pandémie.

    - Les titres de l'économie traditionnelle qui peuvent profiter d'un retour à la normale de l'activité progressaient comme les croisièristes Carnival (+4%) ou Norvegian Cruise (+4,65%). Boeing gagnait 3,42%.

    - Après avoir grimpé ces dernières séances, Johnson & Johnson, dont le vaccin unidose a été autorisé, subissait des prises de profit (-1,70%).

    - L'action du prêteur immobilier en ligne Rocket Companies continuait d'être volatile, baissant de 20% après avoir clôturé en hausse de 71% la veille. Une envolée qui a rappelé celle du distributeur de jeux vidéo GameStop, dont l'action fait l'objet depuis plusieurs semaines d'un bras de fer entre de grands fonds d'investissements et des traders amateurs sur les forums internet.

  • USA: l'activité dans les services ralentit en février

    Le secteur des services aux Etats-Unis a progressé moins vite qu'attendu en février et a même ralenti par rapport à janvier, en partie à cause des problèmes d'approvisionnement, selon l'indice de l'association professionnelle ISM publié mercredi.

    L'indice, qui mesure le niveau d'activité des entreprises, s'est établi à 55,3%, en baisse de 3,4 points de pourcentage par rapport à janvier. Les services enregistrent ainsi leur croissance la plus faible depuis le rebond de l'économie à l'été 2020, après les premiers confinements. Cette baisse a déçu les analystes, qui s'attendaient à un indice stable par rapport au mois précédent.

  • L'argent dormant sur les carnets d'épargne proche de 300 milliards d'euros

    L'encours des comptes d'épargne réglementés en Belgique a atteint un nouveau record en janvier à 296,58 milliards d'euros. Il s'agit de plus d'un milliard de plus qu'en décembre, selon les premiers chiffres publiés par la Banque nationale ce mercredi.

    À la fin décembre 2020, 295,42 milliards d'euros étaient parqués sur des comptes d'épargne. En un an, ils ont augmenté de plus de 13 milliards d'euros, malgré les taux d'intérêt toujours au niveau plancher. Cela signifie que le montant de cette épargne vaut en réalité moins, compte tenu de l'inflation.

  • Weidmann: "La BCE peut augmenter ses achats si nécessaire"

    La Banque centrale européenne (BCE) peut augmenter ses achats d'obligations sur les marchés dans le cadre actuel du programme d'achats d'urgence face à la pandémie (PEPP) mais seulement si elle conclut que la hausse récente des rendements est injustifiée, a déclaré le président de la Bundesbank, Jens Weidmann, sur CNBC. Il avait auparavant estimé que la remontée des rendements obligataires n'avait pas eu un impact majeur sur les conditions de financement pour l'instant et que les coûts d'emprunt restaient avantageux par rapport à leurs niveaux historiques.

    "Le PEPP dispose d'une certaine flexibilité et nous pouvons user de cette flexibilité pour réagir à une situation comme celle-ci."
    Jens Weidmann
    Président de la Bundesbank

    Il a ajouté que le Conseil des gouverneurs de la BCE, lors de sa prochaine réunion, le 11 mars, devrait déterminer si la hausse des rendements est due à l'amélioration des perspectives de croissance et d'inflation ou à d'autres facteurs.

  • Wall Street ouvre en légère baisse

     Wall Street ouvre en légère baisse à l'ouverture après un indicateur d'emploi décevant: Dow Jones -0,06%, Nasdaq -0,11% 

  • Placement couvert pour Cofinimmo

    Kepler Cheuvreux et Berenberg, qui gèrent l'augmentation de capital de Cofinimmo, annoncent que le placement de 180 millions d'euros d'actions auprès d'investisseurs institutionnels de Cofinimmo est couvert.

  • Cofinimmo veut lever 180 millions d'euros

    Après Melexis, au tour de Cofinimmo   de lancer un placement privé. La société immobilière souhaite vendre pour 180 millions d'euros d'actions - soit 5,3% de son capital - auprès d'investisseurs institutionnels. L'objectif de cette nouvelle levée de fonds est de financer sa croissance dans le segment de l'immobilier de santé en Europe.

  • Les fonds hostiles à Emmanuel Faber dénoncent son maintien à la présidence de Danone

    Ils persistent et signent: les fonds d'investissement qui font campagne pour le départ du PDG de Danone  , Emmanuel Faber, ont appelé le conseil d'administration à "revoir" sa décision de maintenir M. Faber à la présidence du groupe. "Nous incitons vivement le conseil à revoir sa position", écrit le fonds américain Artisan Partners, dans un courrier adressé au conseil d'administration.

    Ce fonds, troisième actionnaire de Danone avec environ 3% du capital, appelle à nommer "immédiatement" un président "vraiment indépendant" à la place d'Emmanuel Faber. Les annonces de lundi marquent de premières "avancées positives", commente Artisan Partners. "Malheureusement, cependant", enchaîne le fonds américain, les bénéfices attendus "seront compromis par le maintien de M. Faber comme président".

  • USA: le privé a créé moins d'emplois qu'attendu en février

    Le secteur privé aux Etats-Unis a créé 117.000 emplois en février, montre l'enquête mensuelle du cabinet spécialisé ADP, un chiffre en baisse et inférieur aux attentes qui suggère que le marché du travail peine à retrouver sa dynamique d'avant la crise sanitaire. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne 177.000 créations de postes.

    Le chiffre de janvier a été révisé à 195.000 contre 174.000 annoncé initialement.

  • Suspension de Cofinimmo...

    ... depuis 14h19, dans l'attente d'un communiqué. L'action était stable à 126,40 euros avant la suspension de son cours.

  • Orange cherche un nouvel investisseur pour sa filiale bancaire

    Orange   est à la recherche d'un nouvel investisseur pour sa filiale bancaire, a appris Reuters de source proche du dossier. Lancée en 2017 à grand renfort de publicité par Stéphane Richard, le PDG du groupe télécoms, qui la présentait comme un instrument de diversification, Orange Bank est confrontée à une concurrence intense en France comme en Espagne.

    "La question c'est de trouver un partenaire pour accélérer et continuer le développement d'Orange Bank", a dit la source de Reuters. "Il appartient à Groupama de s'exprimer sur leur volonté de sortir ou pas." Aucun porte-parole de Groupama ou Orange n'a accepté de commenter ces informations.

  • L'euro stable face au dollar avant des données américaines

    L'euro   évolue à l'équilibre face au dollar américain, reprenant son souffle après avoir atteint un plus bas en trois semaines la veille, les cambistes guettant la publication du rapport ADP sur les créations d'emplois dans le secteur privé aux Etats-Unis en février. 

    "Après la baisse de décembre et une hausse en janvier, il est probable que le nombre d'emploi ait encore augmenté en février", a expliqué Thu Lan Nguyen, analyste chez Commerzbank. "De bonnes données sont un signe positif pour le dollar, puisqu'elles signifient que la reprise économique post-pandémie débute; mais ce n'est pas un signe que la politique monétaire américaine va changer d'une manière qui affecterait le marché des changes", prévient cependant l'analyste.

  • Wall Street attendue en hausse

    Wall Street est attendue dans le vert, les espoirs placés dans le retour progressif à la normale de l'activité économique continuant de favoriser l'appétit pour les actifs risqués. Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais préfigurent une progression d'environ 0,6% pour le Dow Jones et le Standard & Poor's 500 et de plus de 0,7% pour le Nasdaq.

  • Le pétrole avance, les investisseurs rivés sur l'Opep+

    Les prix du pétrole repartent de l'avant, après un accès de faiblesse la veille, dans l'attente d'une première réunion de l'Opep+ plus tard dans la journée et du sommet ministériel du cartel et ses alliés jeudi.

    Les investisseurs "sont en mode attentiste avant la réunion de l'Opep", a commenté Carlo Alberto de Casa, analyste d'Activtrades. Les vingt-trois de l'alliance Opep+, qui regroupe les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et dix alliés, se retrouvent ce mercredi à 13H00 GMT par visioconférence à l'occasion du désormais mensuel Comité de suivi de l'accord en vigueur de réduction de la production du groupe (JMMC).

    En préambule mardi, le secrétaire général de l'Opep Mohammed Barkindo a souligné l'amélioration des perspectives du marché pétrolier mondial et de l'économie en général, selon un communiqué mis en ligne par le groupe. Il a également incité à la "prudence".

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Target relevé pour Cofinimmo, Greenyard, VGP et Tinc | Target baissé pour AB InBev, UCB et Aedifica (+Briefing)

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * LYFT - Le groupe de véhicules de transport avec chauffeur a annoncé que la dernière semaine de février avait été la plus forte pour l'entreprise depuis mars 2020 en termes de volume et qu'il prévoyait désormais une réduction de sa perte opérationnelle grâce à une reprise plus rapide que prévu. Le titre gagnait plus de 8% dans les transactions hors séance après la clôture mardi.

    * EXXON MOBIL prévoit de réduire d'environ 7% ses effectifs à Singapour, où se trouve son plus grand complexe de raffinage de pétrole et de pétrochimie, dans un contexte de "conditions de marché sans précédent" liées à la pandémie de Covid-19, a annoncé le groupe pétrolier.

    * STELLANTIS a annoncé viser une hausse de sa marge d'exploitation en 2021, première année d'existence du nouveau groupe automobile, en employant des recettes qui ont permis à l'ex-PSA d'inscrire un nouveau record de rentabilité l'an dernier malgré le coronavirus.

    * NORDSTROM a publié mardi un chiffre d'affaires et un bénéfice trimestriels au-dessus des attentes grâce à a croissance de la demande en ligne, mais la chaîne de grands magasins a déclaré qu'elle serait contrainte de vendre à perte des stocks accumulés à la suite de problèmes de livraisons. Le titre perdait 2% dans les échanges en après-Bourse.

    * HEWLETT PACKARD ENTERPRISE a annoncé avoir relevé ses objectifs annuels de bénéfice par action et de génération de trésorerie disponible ("free-cash flow") après un premier trimestre solide.

  • Premières données cliniques positives pour une étude de Nyxoah

    Nyxoah   annonce la publication d'un article présentant le premier cas de succès thérapeutique chez un patient atteint du SAOS et souffrant d’un Collapsus Concentrique Complet (CCC) avec le système Genio, une solution de neurostimulation bilatérale unique. Pour mémoire, la société mène actuellement l’étude BETTER SLEEP qui vise à évaluer l’efficacité du système Genio de stimulation bilatérale du nerf hypoglosse pour les patients souffrant d'un CCC et à établir des preuves cliniques en vue d'une éventuelle extension de l'indication thérapeutique.

    "Cette étude de cas démontre la prise en charge efficace du Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS) chez un patient présentant un CCC. Alors que les résultats définitifs de l’étude BETTER SLEEP sont attendus prochainement, les résultats obtenus jusqu’à présent chez les patients présentant un CCC indiquent le système Genio® pourrait potentiellement représenter une solution pour les patients SAOS porteurs d’un CCC et qui ne tolèrent pas la CPAP", explique l'auteur de la publication, Dr. Richard Lewis, dans un communiqué.

    Les résultats complets de l'étude BETTER SLEEP sont attendus pour mai 2021.

     
  • Kepler Cheuvreux fan de VGP

    Kepler Cheuvreux a relevé son objectif de cours pour VGP  , passant de 141 à 156 euros. "VGP a enregistré un bénéfice record de 370,9 millions d'euros en 2020, soit une hausse incroyable de 80,4% par rapport à 2019. Comme prévu, la société a accéléré ses opérations. Pour l'année prochaine, nous pensons également que la dynamique est forte dans le développement de nouveaux projets et nous voyons qu'elle vendra à nouveau des bâtiments à la joint-venture avec Allianz", souligne le broker.

    "De plus, nous prévoyons une réévaluation positive en raison de la baisse des taux d'intérêt", poursuit-il. "L'entreprise installe également des panneaux solaires. Nous augmentons notre prix cible en fonction de la dynamique croissante et de la stratégie d'installation de panneaux solaires."

  • Degroof Petercam passe à l'achat sur TINC

    Vivien Maquet, analyste chez Degroof Petercam, a relevé sa recommandation sur TINC  à "acheter" contre "conserver" avant. Son objectif de cours passe de 14 à 14,50 euros.

    "Tinc bénéficie d'une bonne visibilité en termes de flux de trésorerie futurs et a une politique de dividende prévisible. De plus, l'action n'est corrélée que dans une mesure limitée avec l'état de l'économie et des marchés boursiers. Cela fait de Tinc une action défensive. De plus, son prix est attractif", souligne-t-il.

  • UBS peu emballé par les perspectives d'UCB

    UBS a réduit son objectif de cours pour UCB   à 90 euros contre 97 euros précédemment. Tout comme Jefferies l'a récemment indiqué, le courtier tempère également les attentes concernant le bimekizumab à court terme, même s'il reste convaincu que le médicament expérimental deviendra un blockbuster avec un pic de ventes attendu de 2,2 milliards d'euros.

    "Le problème à court terme est que le brevet pour le Vimpat (médicament contre l'épilepsie d'UCB, NDLR) tombe aux États-Unis le 22 avril, et pas en septembre. UCB s'attend à ce que ses ventes chutent de 80% au cours des 12 prochains mois", souligne l'analyste Laura Sutcliffe.

  • Zone euro: la contraction se prolonge mais l'espoir revient

    L'économie de la zone euro est probablement dans une récession en double creux, les restrictions liées à la pandémie de coronavirus continuant de peser sur les services, mais l'espoir revient grâce aux avancées des campagnes de vaccination. L'indice composite, qui combine l'activité des services et celle du secteur manufacturier, est remonté à 48,8 le mois dernier contre 47,8 en janvier, montrent les résultats définitifs de l'enquête mensuelle que réalise IHS Markit auprès des directeurs d'achat. Cet indice est supérieur à une première estimation à 48,1 mais reste nettement sous le seuil de 50, soit en territoire de contraction.

    L'indice des services remonte lui aussi tout en restant en contraction, à 45,7 après 45,4 en janvier et contre 44,7 en première estimation.

    "Un quatrième mois de repli de l'activité du secteur privé dirige l'économie de la zone euro vers une récession en double creux", commente Chris Williamson, économiste d'IHS Markit. "De nombreuses entreprises des services exposées au public continuent de souffrir des restrictions liées au COVID-19 mais le secteur manufacturier se comporte plutôt bien et allège l'impact économique des mesures de confinement."

  • Allemagne: les services souffrent encore

    Le secteur allemand des services a continué à souffrir des mesures de confinement en février mais les entreprises restent optimistes sur les perspectives à la lumière des premières mesures visant à assouplir les restrictions et du déploiement des vaccins. L'indice PMI du secteur a reculé à 45,7 en lecture définitive contre 45,9 en estimation "flash" et 46,7 en janvier.

    L'activité des entreprises a reculé dans quasiment tous les sous-secteurs des services, seuls les prestataires de transport et de stockage ayant affiché une croissance.

    "Contrairement à ce qui s'est passé dans le secteur manufacturier, les pressions inflationnistes dans le secteur des services sont restées relativement faibles en février, toute augmentation des coûts étant souvent absorbée par les entreprises en raison de la faiblesse de la demande", a déclaré Phil Smith, économiste chez IHS Markit.

  • France: la contraction de l'activité s'est encore accélérée en février

    L'activité du secteur privé en France s'est de nouveau fortement contractée en février, davantage qu'en janvier, avec le maintien des restrictions sanitaires, a confirmé le cabinet IHS Markit. L'indice composite de l'activité globale qui mesure cette activité est tombé le mois dernier à 47, contre 47,7 en janvier. La contraction est un peu moins forte que celle de la première estimation pour février, qui était de 45,2.

    "La faiblesse économique s'est denouveau concentrée sur le secteur des services, le plus touché par les restrictions liées à la pandémie", souligne Eliot Kerr, économiste chez IHS Markit, cité dans un communiqué. L'indice de l'activité commerciale a ainsi encore reculé à 45,6, contre 47,3 en janvier, les entreprises interrogées faisant état d'une "dégradation de la demande.

  • KBC Securities relève son TP pour MDxHealth

    KBC Securities a relevé son objectif de cours pour MDxHealth   à 1,25 euro contre 1 euro précédemment. "Bien que MDxHealth ait été durement touchée par la pandémie de Covid-19, la société a fait preuve de résilience et a surpassé le marché des tests oncologiques qui a chuté de manière drastique au cours de 2020 (-40%). Néanmoins, les fondamentaux sous-jacents devraient permettre une croissance durable", souligne le broker.

    Sa recommandation reste à "acheter".

  • Voici le briefing actions belges

    Avis de brokers sur AB InBev, Cofinimmo, Aedifica et une biotech | Melexis chute (+Briefing)

  • Le Dax inscrit un nouveau record dès l'ouverture

    L'indice phare de la Bourse de Francfort, le Dax  , a franchi pour la première fois de son histoire la barre de 14.150 points.

  • Stellantis vise une marge de 5,5% à 7,5% en 2021

    Stellantis , né mi-janvier de la fusion entre PSA et FCA, a annoncé viser une marge d'exploitation de 5,5% à 7,5% pour 2021 à l'occasion de la première publication conjointe des résultats financiers des deux constructeurs, au terme d'un exercice marqué par la pandémie de coronavirus. "Stellantis prend un départ lancé et se concentre totalement sur l’atteinte de l’ensemble des synergies annoncées", a commenté le directeur général, Carlos Tavares, dans un communiqué accompagnant ces résultats.

    Ce même communiqué précise que les objectifs définis pour 2021 partent du principe qu'il n'y aura plus de mesures de confinement notables. Il annonce en outre le versement d'un dividende d'un milliard d'euros.

  • | OPENING BELL |

    AEX +0,67%

    CAC 40 +0,53%

    BEL 20 +0,41%

  • Les marchés européens attendus en hausse

    Les principales bourses européennes sont attendues en hausse à l'ouverture, l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués étant alimenté par les espoirs de reprise économique et par l'apaisement des rendements obligataires.

    "Le moral des investisseurs est remonté en un temps record, notamment grâce aux espoirs de reprise économique rapide et aux avancées significatives concernant le plan de relance américain. En l’espace de seulement quelques jours, les inquiétudes concernant la remontée des taux sur le marché obligataire ont disparu mais ces dernières peuvent resurgir rapidement", commente Christopher Dembik chez Berenberg.

  • Des actions Melexis vendues avec une décote de 9%

    La cotation de Melexis   devrait bientôt reprendre. Hier, ses principaux actionnaires ont vendu 1,79 million d'actions, soit 4,43% des actions en circulation, au prix de 88,5 euros. Ce qui représente une décote de 9% par rapport au cours juste avant sa suspension.

    Dans un communiqué, Melexis souligne qu'Xtrion (le holding regroupant Duchâtelet, Chombar, De Winter) veut rester actionnaire majoritaire (50% + 1 action) après cette opération.

  • L'or et l'argent restent très attractifs auprès des fonds

    Les fonds investis sur les métaux précieux sortent d’un très bon exercice, qui aura vu les meilleurs produits (voir tableau) afficher une performance moyenne de 24%, et porter leur progression annualisée vers 14,5% pour les trois dernières années. Malheureusement, le secteur a également confirmé sa capacité à souffler le chaud et le froid, avec un recul de 11% encaissé depuis le début de l’année. Le cours du métal jaune reste très fortement impacté par l’évolution des taux obligataires réels (corrigés de l’inflation), vu que l’or ne propose pas d’intérêt ou de dividende. La hausse des rendements obligataires de ces dernières semaines joue donc en défaveur du métal jaune, et donc par ricochet sur les mines d’or.

    Lire notre article | L'or et l'argent restent très attractifs auprès des fonds

  • Aluminium: les Etats-Unis veulent sanctionner le dumping dans 18 pays

    Le département américain du Commerce se prépare à infliger des taxes aux exportateurs de plaques d'aluminium dans 18 pays, considérant qu'ils ont bénéficié de subventions et eu recours au dumping. La Commission internationale pour le commerce (ITC), un organisme indépendant, devra encore approuver une décision en ce sens avant le 15 avril, a indiqué le ministère dans un communiqué.

    Elle fait suite à une enquête initiée sous la présidence de Donald Trump à la demande d'une dizaine de producteurs américains d'alliage d'aluminium dont Arconic et Aleris Rolled products, qui estiment que des importations à bas prix leur portent préjudice.

    L'administration de Joe Biden estime que les importations en provenance d'Allemagne en particulier (287 milliards de dollars en 2019) ont bénéficié de mesures de dumping de l'ordre de 40 à 242%. Sont aussi concernés le Brésil, la Croatie, l'Égypte, la Grèce, l'Indonésie, Oman, la Roumanie, la Serbie, la Slovénie, l'Afrique du Sud, la Corée du Sud, l'Espagne, Taïwan et la Turquie.

  • Résultat annuel en légère hausse pour Elia

    Elia a dégagé un résultat net ajusté en hausse de 0,6% en 2020 à 308,1 millions d’euros grâce à la réalisation d’investissements, à une performance opérationnelle solide (Belgique, Allemagne et Nemo Link) et à des mécanismes régulatoires de décompte en Allemagne, explique le gestionnaire du réseau électrique dans un communiqué.

    L’an dernier, Elia a réalisé 337,4 millions d’euros d’investissements réseau en Belgique et 715,9 millions en Allemagne, conduisant à une croissance des actifs de 6,1%.

    Un dividende de 1,71 euro par action sera distribué.

    Pour 2021, Elia reste confiant en la réalisation d’un rendement ajusté des capitaux propres compris entre 5,5% et 6,5% contre 7,20% en 2020.

  • Tinc table sur un dividende de 52 centimes

    Tinc , une société d’investissement spécialisée dans les infrastructures, a dégagé à l’issue de son premier semestre un bénéfice net de 10,5 millions d’euros - soit 29 centimes par action -, en ligne avec ses attentes.

    Durant la période sous revue, Tinc a investi un total de 26,3 millions d’euros. Son portefeuille comprend désormais 22 participations représentant une valeur de 372,3 millions d’euros.

    À la fin du semestre en question, la position de cash atteignait 62,9 millions.

    Pour l’exercice en cours, Tinc table sur la distribution d’un dividende brut de 52 centimes par action.

  • Optimiste sur l'avenir, Bekaert se dote d'un nouveau CEO

    À l'heure de présenter ses résultats annuels, Bekaert annonce la nomination d'un nouveau CEO en la personne de Oswald Schmid. Il assurait déjà l'intérim depuis mai 2020. Sa nomination prend donc immédiatement effet.

    Relire notre article| Bekaert se cherche un CEO

    Sur le plan des résultats, le tréfileur fait état d'un chiffre d'affaires en recul de 10% à 3,8 milliards d'euros. L'EBIT s'établit à 257 millions (+65%) pour un EBIT sous-jacent de 272 millions (+13%).

    1 euro
    Dividende
    Le conseil propose donc la distribution d'un dividende de 1 euro pas action.

    Le résultat de l’exercice attribuable aux actionnaires s'est élevé à 135 millions, soit plus du triple de celui de l'année dernière (41 millions), "grâce à une rentabilité plus élevée, à une réduction du taux d'imposition effectif (de 73% en 2019 à 33% en 2020) et à la forte hausse du résultat des coentreprises brésiliennes", lit-on dans un communiqué.

    Le conseil propose donc la distribution d'un dividende de 1 euro pas action.

    Pour 2021, face à une incertitude économique mondiale élevée, le groupe prévoit un chiffre d'affaires d'au moins 4 milliards. La marge EBIT sous-jacente devrait être supérieure de 40 à 60 points de base. Enfin endettement net sur EBITDA devrait rester sous les 1,5. Il se situait fin 2020 à 1,26.

  • Sioen joue les prolongations

    La famille Sioen   a prolongé l'offre - déjà relevée - sur le spécialiste du textile du même nom. Du 10 mars, soit mercredi prochain, jusqu'au 24 mars, les investisseurs qui n'ont pas encore accepté l'offre pourront proposer leurs actions au prix de 27 euros par unité. Les résultats seront annoncés au plus tard le 31 mars 2021. Lire le communiqué

    À l'heure actuelle, quelque 5.403.703 actions de Sioen Industries ont été apportées à l’offre. Ce qui représente seulement 80,82% du nombre total d’actions accessibles au grand public. C'est beaucoup moins que les 90% nécessaires pour lancer immédiatement une offre de reprise.

    La famille Sioen, via son holding Sihold, détient au final 93,52% des actions de Sioen (soit un total de 18.497.592 actions). "Par conséquent, nous abandonnons notre condition initiale d’acquérir 95% de toutes les actions en circulation", indique Michèle Sioen. "Sioen est prêt pour la prochaine étape de son parcours de vie et à cette fin, nous confirmons notre intention de procéder à une sortie de bourse intégrée.”

  • Chiffre d'affaires en baisse pour MDxHealth

    A l’issue de 2020, MDxHealth une biotech spécialisée dans le diagnostic du cancer de la prostate a accusé une baisse de ses tests à facturer de 18% et de 39% selon les deux produits commercialisés.

    Logiquement, le chiffre d’affaires suit cette tendance (-16%) à 18,5 millions de dollars. Les charges d’exploitation ont également diminué à 35,2 millions d’euros, soit 8 millions de moins.

    Fin décembre, la trésorerie atteignait 16 millions de dollars. Notons qu’en janvier, la biotech a levé 25 millions d’euros.

    MDxHealth ne donne pas de prévisions chiffrées pour 2021. La société précise toutefois qu’elle se concentre actuellement sur le développement de ses tests AS-MDx et MonitorMDx afin d’encourager l’utilisation de ses produits dans le contexte de la surveillance active du cancer de la prostate.

  • IBA reçoit un acompte de la Corée

    La société IBA   rapporte avoir reçu un "acompte" du Korean Cancer Center (NCCK) pour le contrat relatif à l’installation d’un Proteus ONE annoncé lors de déclaration intermédiaire avant résultats publiée en janvier dernier. "Ce dernier contrat souligne le progrès significatif que nous continuons à réaliser en Asie, une région que nous avons identifiée comme un marché à fort potentiel de croissance pour IBA", a commenté son CEO Olivier Legrain dans un communiqué.

    Pour mémoire, NCCK est client d'IBA depuis 2007 avec l'achat d'un Proteus PLUS (trois pièces).

  • Chine: l'activité des services a progressé à un plus faible en 10 mois

    L'activité dans le secteur des services en Chine a progressé en février à son rythme le plus faible en dix mois, montrent les résultats publiés d'une enquête privée, alors que les entreprises ont souffert face à la faiblesse de la demande du fait de la crise sanitaire et face à une hausse des coûts. L'indice PMI des services calculé par Caixin/Markit a reculé à 51,5 le mois dernier, soit un plus bas depuis avril dernier, contre 52 en janvier.

    • Après six mois de progression, le sous-indice de l'emploi s'est contracté en février, s'établissant à 47,9 alors que les commerces ont procédé à des licenciements, montre l'enquête.
    • Par ailleurs, les nouvelles commandes à l'exportation ont décliné après avoir affiché trois mois de croissance.
  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, pour cette édition du mercredi 3 mars 2021.

    La Bourse de New York a fini en baisse de -0,46% mardi, entraînée par le recul d'Apple et de Tesla, les secteurs des matériaux étaient néanmoins à la hausse, les investisseurs attendant l'approbation du plan de relance par le Congrès américain. L'indice Dow Jones a cédé 143,99 points à 31 391,52. Le S&P-500, plus large, a perdu 31,53 points, soit -0,81%, à 3 870,29. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 230,04 points (-1,69%) à 13 358,79 points.

    Mais la tendance est positive ce matin sur les places asiatiques. À Tokyo, le Nikkei 225 gagne 0,48%, tandis que l'indice Hang Seng rebondit de 1,84% à Hong Kong.

    ©AFP

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés