1. Les marchés
  2. Live blog
live

Vague rouge sur l'Europe | Les SIR bien en vue à Bruxelles | Wall Street sans direction

L'ambiance retombe sur les marchés. Des responsables de la Fed estiment la récente reprise de l'économie fragile et l'emploi faiblard. Semestriels de Kinepolis. Les inscriptions au chômage US repartent à la hausse. Wall Street en ordre dispersé.
  • Au menu ce vendredi

    C'est ici que se referme le Market Live. Merci de nous avoir suivis et rendez-vous ce vendredi pour la dernière séance de la semaine. 

    > L'agenda du vendredi 21 août 

  • Les SIR évitent la tempête sur la Bel 20

    Le Bel 20 a trébuché de 1,13% pour se fixer à 3.337,62 points. Des 20 actions qui le composent, 7 étaient en hausse et 13 en baisse.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var. %
    • WDP 29,75+3,86%
    • Galapagos 121,95+2,87%
    • Cofinimmo 122,0+2,87%
    • Aedifica 99,5+2,68%
    • Colruyt 53,12+0,8%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Solvay 71,56-2,75%
    • KBC Groep 47,97-2,66%
    • Umicore 38,86-2,48%
    • AB InBev 47,7-2,41%
    • Aperam 24,33-2,13%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.

     

     

    Rédigé par Quotebot le 20/08/2020 à 17h41

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: -1,13% 
    CAC 40: -1,33%
    AEX: -1,39% 
    DAX: -1,11%
    FTSE 100: -1,55% 
    Stoxx 600 Europe: -1,04% 

    Résultats provisoires

  • Asit biotech: -16,32%

    La biotech basée à Liège dégringole de plus de 16% à 0,20 euro l'action. Depuis plusieurs séances, on constate beaucoup de volatilité sur le titre  . La société bénéficie actuellement d'une protection contre ses créanciers, mais elle n'a plus que quelques mois pour éviter la faillite.  

    Tous les espoirs pour l'avenir d'Asit Biotech reposaient sur les résultats d'un essai clinique de phase III testant son produit phare contre les allergies aux pollens de graminées. Et ces résultats publiés en novembre dernier étaient loin d'être à la hauteur. Depuis lors, l'action a effacé 92% de sa valeur et Asit est toujours à la recherche d'une nouvelle génération de traitements pour traiter les allergies.  

  • Wall Street en ordre dispersé

    Le Dow Jones et le S&P 500 ont poursuivi leur repli en début de séance jeudi, des indicateurs économiques inférieurs aux attentes étant venus s'ajouter au regain d'inquiétude pour la conjoncture suscité par le compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale. Le Nasdaq, porté par les techs, est rapidement remonté dans le vert après une ouverture négative. 

  • Estée Lauder: -8,37%

    Le spécialiste américain des cosmétiques chute à Wall Street après avoir fait état d'un plongeon de ses ventes trimestrielles en raison de l'impact de la crise sanitaire sur ses activités. Estée Lauder a aussi annoncé un plan prévoyant la suppression de 1.500 à 2.000 postes. D'autres mesures d'économies ont été prises par le propriétaire des marques Estée Lauder, Clinique, Aveda ou encore La Mer. 

  • La Russie teste son vaccin contre le Covid-19 sur 40.000 personnes

    40.000 patients ont été recrutés pour entamer dès la semaine prochaine des essais cliniques pour le vaccin Spoutnik V. Selon les autorités russes, un organisme étranger supervisera l'opération

    Le vaccin sera testé en Russie. Des tractations sont en cours pour élargir ces tests au Brésil, aux Philippines, à l'Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis. 

    La Russie espère produire d'ici décembre ou janvier cinq millions de doses par mois de ce vaccin, commercialisé à l'étranger sous le nom de Spoutnik V.  

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,54% 
    S&P 500: -0,58% 
    Nasdaq Composite: -0,44% 

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    INTEL prend 3,8% en avant-Bourse après avoir annoncé le lancement d'un programme de rachat d'actions de 10 milliards de dollars (8,4 milliards d'euros). 

    APPLE est à surveiller, le géant de la technologie étant devenu mercredi la première entreprise à dépasser les 2.000 milliards de dollars de capitalisation. 

    NVIDIA a annoncé mercredi tabler - pour le trimestre en cours - sur un chiffre d'affaires supérieur aux estimations du marché, grâce entre autres à l'essor de l'intelligence artificielle et de l'informatique décentralisée ("cloud"), qui dope la demande pour ses processeurs. Plusieurs intermédiaires ont relevé leur objectif de cours sur la valeur. 

    ALIBABA a publié jeudi un chiffre d'affaires trimestriel supérieur aux attentes, les mesures de confinement ayant favorisé le géant chinois du commerce en ligne. L'action prend 0,8% dans les transactions avant l'ouverture. 

    ESTÉE LAUDER a fait état jeudi de ventes trimestrielles en baisse de 32% en raison de l'impact de la crise sanitaire sur ses activités. 

    GOODYEAR - Donald Trump a appelé mercredi au boycott du fabricant de pneumatiques pour sa décision d'interdire à ses employés d'arborer des casquettes ornées du slogan "Make America Great Again", signe distinctif des partisans du Président américain.


  • Aveu de faiblesse ou temporisation à la Fed?

    Le ton très prudent de la Fed a plombé les marchés ce jeudi et a permis au dollar de sortir d'un creux de deux ans. Que peut-on encore attendre de la banque centrale américaine et quels sont les outils dont elle dispose pour rassurer les marchés? 

    Lire | Aveu de faiblesse ou temporisation à la Fed?

  • L'indice "Philly Fed" recule plus que prévu en août

    Les conditions d'activités dans la région de Philadelphie se sont dégradées plus nettement qu'attendu en août, montre l'enquête mensuelle de l'antenne locale de la Réserve fédérale. L'indice "Philly Fed" a reculé à 17,2 après 24,1 en juillet. Les économistes l'attendaient en moyenne à 21,0.

     

  • Statut quo monétaire en Turquie

    La Banque centrale de Turquie a décidé de maintenir son principal taux directeur à 8,25%, malgré le fait que la livre turque a touché cette semaine un plus bas historique. Le statu quo était attendu, mais cela n'a pas empêché un nouvel accès de faiblesse de la devise turque à 7,35 par dollar. Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est opposé à une hausse des taux.

  • Wall Street devrait céder au pessisme à l'ouverture

    Wall Street devrait céder du terrain à l'ouverture, l'optimisme qui a porté les actions américaines à des niveaux records ces derniers jours ayant cédé le pas à la prudence après la publication du compte-rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale. Celle-ci souligne la fragilité de la reprise économique et remet en cause l'hypothèse d'un encadrement de la courbe des rendements obligataires.

    Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en recul d'environ 0,4% pour le Dow Jones et le Standard & Poor's 500 et en recul de 0,2% pour le Nasdaq.

  • Les inscriptions au chômage US plus élevées qu'attendu

    Les inscriptions au chômage US pour la semaine arrêtée au 15 août ont atteint 1,1 million, un chiffre plus élevé que les 925.000 nouvelles demandes prévues par les analystes.

    Le chiffre de la semaine précédente a quant à lui été revu à la hausse à 971.000 personnes (révisée en regard des 963.000 initialement).

  • Le dividende optionnel n'a pas la cote cette année chez Retail Estates

    Dans la période du 27 juillet 2020 au 17 août 2020, les actionnaires de Retail Estates ont opté pour la souscription à de nouvelles actions à concurrence de 5,60% de leurs droits de dividende, indique la SIR spécialisée dans les immeubles commerciaux de détail.

    Par conséquent, 35.349 actions nouvelles seront émises le 20 août 2020 pour un montant total de 2.177.498,40 euros (prime d’émission comprise).

    Le ratio de 5,6% est très faible. En 2019, 57% des investisseurs dans les sociétés immobilières belges ont opté pour des actions, selon un calcul de nos collègues du Tijd. Cette année, c'est une moyenne de 50%.

    Les investisseurs optant pour des actions bénéficient d'une décote sur les nouvelles actions émises.

  • BCE: "L'évolution favorable des marchés n'est pas totalement soutenue par les indicateurs économiques"

    Les dirigeants de la Banque centrale européenne (BCE) ont débattu lors de leur réunion de juillet de la flexibilité de ses achats d'obligations sur les marchés dans le cadre des mesures exceptionnelles prises face à la crise du coronavirus, d'après le compte rendu des débats publié jeudi.

    Ils ont également souligné que l'évolution favorable récente des marchés n'était pas totalement soutenue par des indicateurs économiques. Le calme des marchés financiers est considéré comme lié à l'émancipation du maintien des mesures de soutien, ont-ils ajouté.

    La BCE a laissé sa politique monétaire inchangée à l'issue de sa dernière réunion le 16 juillet tout en réaffirmant qu'elle était prête à prendre de nouvelles mesures en cas de besoin face à la récession provoquée par la pandémie de coronavirus.

    Le compte-rendu de la réunion suggère néanmoins que certains responsables de l'institution ne sont pas disposés à accepter un relèvement supplémentaire de l'enveloppe du programme d'achats d'urgence pandémique (PEPP), déjà porté à 1.350 milliards d'euros.

  • Update 2 | Le point sur la tendance boursière

    1. Les bourses européennes reculent nettement en milieu de séance.
    2. Les pertes varient entre 0,70% à Bruxelles et 1,08% à Paris.
    3. L'inquiétude de certains responsables de la Fed pour l'économie américaine pèse sur le sentiment de marché.
    4. Les "minutes" de la BCE à l'agenda.
    5. Les acheteurs reprennent la main sur Kinepolis qui a perdu jusqu'à 7% en matinée.
    6. Reco sur argenx, Deceuninck, Galapagos...
    7. Accor dans le top 10 des plus fortes hausses de l'indice Stoxx 600.
    8. Le dollar redresse la tête.
    9. Wall Street est attendue en baisse, de l'ordre de 0,3% pour le Dow Jones et le S&P, de -0,04% pour le Nasdaq.

  • Apple, Goodyear, Nvidia... les valeurs à surveiller à Wall Street

    > Apple est à surveiller, le géant de la technologie étant devenu mercredi la première entreprise à dépasser les 2.000 milliards de dollars de capitalisation boursière. 

    > Nvidia a annoncé mercredi tabler pour le trimestre en cours sur un chiffre d'affaires supérieur aux estimations du marché, grâce entre autres à l'essor de l'intelligence artificielle et de l'informatique décentralisée ("cloud"), qui dope la demande pour ses processeurs. Plusieurs intermédiaires ont relevé leur objectif de cours sur la valeur.

    > Goodyear - Donald Trump a appelé mercredi au boycott du fabricant de pneumatiques pour sa décision d'interdire à ses employés d'arborer des casquettes ornées du slogan "Make America Great Again", signe distinctif des partisans du Président américain.

    > L Brands a publié mercredi un bénéfice trimestriel inattendu grâce à une forte demande pour ses produits d'hygiène et à la croissance des ventes en ligne de sa marque de lingerie Victoria's Secret.

  • Les "minutes" de la Fed en soutien du dollar

    Le dollar grimpe jeudi pour s'éloigner d'un creux de deux ans après les signaux moins accommodants qu'attendu lancés la veille par la Réserve fédérale.

    L'indice qui mesure les fluctuations de la monnaie américaine face à un panier de devises de référence a pris 1% mercredi par rapport au plus bas de deux ans touché mardi à 92,11, sa plus forte hausse sur une séance depuis début juin, selon les données de Refinitiv.

    Il continue sa progression jeudi (+0,13% à 93,006).

    L'euro cote à 1,1831 dollar, en léger repli de 0,06% par rapport à la veille.

    Certains s'attendaient à voir la Fed revoir son objectif d'inflation ou encore chercher à plafonner les rendements des emprunts d'Etat mais elle n'a pas donné d'indications claires en ce sens.

  • KBC Securities fan d'argenx

    L'acquisition de Momenta par J&J est un catalyseur positif pour argenx , indiquent Sandra Cauwenberghs et Lenny Van Steenhuyse de KBC Securities. Après les résultats du premier semestre 2020, ils ont mis à jour leur modèle de valorisation ce qui débouche sur un objectif de cours relevé à 221 euros contre 194.

    La recommandation passe de "conserver" à "acheter", "compte tenu de la dynamique positive créée par le deal J&J/Momenta et de l'important newsflow à moyen terme".

    "Avec l'acquisition de Momenta par J&J, nous voyons le secteur pharma se positionner pour conquérir de futures parts de marché dans le domaine des maladies auto-immunes qui s'adaptent à leurs franchises internes. Bien que le marché soit énorme avec de l'espace pour plusieurs acteurs, nous considérons l’Efgartigimod conçu par argenx comme un médicament avec une profil d'innocuité/efficacité supérieur par rapport aux autres anticorps conventionnels."

    Argenx gagne 0,60% à 202,80 euros.

  • Accor: +2%

    Le titre Accor grimpe de 1,86% à 23,60 euros, dans le top 10 des plus fortes hausses au sein de l'indice DJ Stoxx 600, après un article du Figaro selon lequel le groupe hôtelier a étudié un projet de rapprochement avec le britannique Intercontinental Hotels (+0,23% à 4.005 pence).

  • Le Degroof Petercam du jour

    Aperçu des modifications de rating/objectif de cours chez Degroof Petercam.

    Deceuninck - La recommandation d'acheter est maintenue mais l'objectif de cours est relevé à 2 euros sur base d'un ratio valeur d'entreprise sur cash-flow estimé à 6 pour 2021. En outre, avec l'amélioration du profil de cash flow libre, le rendement du free cash flow est attendu à 12% d'ici 2022, indique le broker.

    Deceuninck perd 1,95% à 1,51 euros.

    Galapagos - Degroof Petercam ajuste son modèle de valorisation pour tenir compte d'un risque plus élevé. Ceci se traduit par un objectif de cours de 112 euros. En raison d'une solide position en cash et en l'absence de catalyseur à court terme, le conseil est de "conserver" en attendant les mises à jour cliniques et commerciales.

    Galapagos gagne 4,56% à 124 euros.

    Kinepolis - Le conseil d'achat et l'objectif de cours sont confirmés à 50 euros. Le premier semestre de Kinepolis a été logiquement très difficile, en raison de la fermeture des cinémas. Le cash a été cependant plus faible qu'anticipé ce qui se traduit par des réserves de liqudité suffisantes pour survivre aux mesures actuelles. Kinepolis tourne à 25% de ses capacités, ce qui limite la consommation de trésorerie.

    Kinepolis gagne 0,33% à 30,70 euros.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes reculent nettement en début de matinée, dans le sillage du ton plus mesuré que prévu de la Réserve fédérale américaine (Fed) dans son dernier compte-rendu publié mercredi. "Le ton prudent de la Fed ébranle l'humeur ambiante", constate David Madden, analyste pour CMC Markets UK.

    Dans un document publié mercredi, les participants à la dernière réunion de la Fed ont notamment souligné que "l'incertitude qui entoure les perspectives économiques (restait) très élevée, la trajectoire de l'économie dépendant fortement de celle du virus et de la réponse du secteur public à cela", c'est-à-dire de l'adoption d'un nouveau plan d'aide.

    La persistance des tensions entre les Etats-Unis et la Chine ainsi qu'une situation sanitaire toujours préoccupante complètent un tableau d'ensemble défavorable aux actions, en attendant la publication, à 13h30, du compte-rendu de la dernière réunion monétaire de la Banque centrale européenne.

    L'indice Euro Stoxx 50 perd 1,28% et le Stoxx 600 1,04%.

    Paris cède 1,30%, Amsterdam 1,28%, Francfort 1,06% et Bruxelles 0,92%.

  • KBC Securities sur Kinepolis

    L'analyste Guy Sips de KBC Securities réagit aux résultats semestriels de Kinepolis .

    "Nous maintenons notre recommandation d'achat et notre objectif de cours de 57 euros car le groupe de cinémas est capable de faire face à l'impact du Covid-19 durant une longue période. Kinepolis a abordé la crise avec d'importantes liquidités et a ensuite fait des efforts pour ajuster ses coûts autant que possible à très court terme suite à l'impact du Covid-19 sur ses activités. Nous nous félicitons de ces mesures pour limiter le cash out".

    Kinepolis perd 0,33% à 30,50 euros.

  • Le Bel 20 démarre en baisse; Kinepolis en bas de tableau

    La Bourse de Bruxelles recule en début de séance, avec un indice Bel 20 en repli de 1%

    Kinepolis signe la plus forte baisse de la cote bruxelloise, chutant de plus de 5%, après un premier semestre qui se solde par une perte nette d'un peu plus de 29 millions d'euros.

    Leasinvest abandonne 0,7%. La réduction de valeur sur la participation détenue dans Retail Estates a poussé les comptes de la SIR dans le rouge.

    CFE progresse de 0,2%. Sa filiale de dragage DEME a remporté la plus grande commande de câbles d'interconnexion de l'histoire du parc éolien offshore Dogger Bank. La valeur du contrat est comprise entre 150 millions et 300 millions d'euros.

    L'action Galapagos se reprend pour gagner 1,8% au lendemain d'une chute de 24,35%.

    Argenx  se bonifie de 0,59% à 202,80. KBC Securities est passé à l'achat sur la valeur avec un objectif de cours révisé à 221 euros contre 194 jusqu'ici.

  • "Achetez argenx"

    KBC Securities passe à l'achat sur argenx . Jusqu'ici le broker recommandait de "conserver" l'action. L'objectif de cours passe par la même occasion à 221 euros contre 194 euros.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -1,33%
    Bruxelles: -1,41%
    Paris: -1,31%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -1,24%
    DJ Stoxx 600: n.c.

    Argenx: -0,94%
    Bone Therapeutics: +2,56%
    Kinepolis: -6,7%
    Delivery Hero: n.c.

  • DEME (CFE) & Leasinvest

    > DEME Offshore, filiale de CFE , a remporté un contrat "substantiel", c'est à dire d'une valeur comprise entre 150 et 300 millions d'euros selon l'entreprise, pour les câbles d’interconnexion des parcs éoliens Dogger Bank A et Dogger Bank B au Royaume-Uni. Il s'agit des deux premières phases du parc éolien Dogger Bank de 3,6 GW, qui est le plus grand parc éolien offshore en développement au monde. Le communiqué de CFE

    > Le résultat EPRA de Leasinvest a diminué de 22,1 millions d'euros au premier semestre 2019 (3,73 euros par action) à 13,1 millions en 2020 (2,21 euros par action). Le résultat net est négatif à hauteur de 30,7 millions et comprend quasi exclusivement la diminution de la valeur sur la participation dans Retail Estates. Le taux a augmenté de 54,78% à 58,07%, raison du paiement du dividende le 25 mai 2020. Le communiqué de Leasinvest

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en forte baisse à l'ouverture dans le sillage de Wall Street et des marchés asiatiques, les inquiétudes exprimées au sein de la Réserve fédérale pour la santé de l'économie américaine dissuadant les investisseurs de prendre des risques.

    La persistance des tensions entre les Etats-Unis et la Chine ainsi qu'une situation sanitaire toujours préoccupante complètent un tableau d'ensemble défavorable aux actions, en attendant la publication, à 13h30, du compte-rendu de la dernière réunion monétaire de la Banque centrale européenne.

    D'après les premières indications disponibles, l'Euro Stoxx 50 reculerait de 1,21%. Amsterdam cèderait 1,34%, Paris 1,19%, Londres 1,13% et Francfort 1,11%.

    Les signaux envoyés mercredi par la Fed après la clôture en Europe mais avant celle de Wall Street, qui s'est retournée à la baisse, sont interprétés négativement par les intervenants de marché.

    Selon les "minutes" de la réunion des 28 et 29 juillet, plusieurs membres du comité de politique monétaire de l'institut d'émission (FOMC) ont jugé que le rebond du marché du travail ralentissait déjà et que la poursuite du redressement de l'emploi dépendait d'une reprise "large et soutenue" de l'activité des entreprises.

    Les investisseurs en séance attendent le compte rendu de la politique monétaire de la BCE.

  • Delivery Hero prend la place de Wirecard dans l'indice DAX

    Deutsche Börse a décidé d'inclure la société de livraison de services alimentaires Delivery Hero dans l'indice DAX (Deutsche Aktienindex), le premier indice boursier en Allemagne, composé des 30 plus grandes entreprises par capitalisation boursière et volume de négociation, cotées à la Bourse de Francfort.

    Delivery Hero remplace la fintech Wirecard, touchée par un scandale financier.

    Le changement sera effectif le 24 août.

    Il y a également des changements dans le MDAX, le SDAX et le TecDAX. Wirecard sera remplacé par LPKF Laser & Electronics AG dans le TecDAX, par AIXTRON SE dans le MDAX et par HORNBACH-Baumarkt-AG dans le SDAX.

  • Airbnb a déposé un dossier à la SEC en vue d'une entrée en Bourse

    Airbnb a déposé une demande confidentielle d'autorisation d'introduction en bourse auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), l'autorité des marchés financiers aux Etats-Unis.

    Le spécialiste américain de la location de courte durée précise que le nombre d'actions qui seraient mises sur le marché et la fourchette de prix de vente n'ont pas encore été déterminés.

    "L'offre publique de vente devrait avoir lieu une fois que la SEC aura achevé l'examen du dossier, en fonction de l'évolution du marché et d'autres conditions", ajoute la société.

  • Le Covid-19 dans le viseur de Bone Therapeutics

    Bone Therapeutics , spécialisée dans le développement de thérapies cellulaires et biologiques innovantes dans les domaines de l’orthopédie et des maladies osseuses, a reçu une subvention de 0,6 million d'euros de la part de la Région wallonne pour la recherche et les premières étapes préparatoires du développement clinique de BT-20, son nouveau produit de thérapie cellulaire allogénique prêt à l’emploi.

    Bone Therapeutics tire ainsi partie de son expertise en biologie des cellules mésenchymateuses stromales (CSMs) pour étendre son portefeuille de produits, de l’orthopédie et des maladies osseuse aux pathologies inflammatoires.

    Le financement reçu sera utilisé pour la poursuite du développement préclinique et la préparation de la soumission d’une demande d’essai clinique. L’objectif de cette étude de phase I sera d’évaluer le potentiel thérapeutique de BT-20 pour l’amélioration de la santé et du fonctionnement des poumons des patients souffrant de SDRA lié à la Covid-19, et pour la réduction de la mortalité.

  • Kinepolis plonge dans le rouge

    Kinepolis vient de publier ses résultats semestriels.

    Le groupe de cinéma a vu le nombre de visiteurs chuter de 54,1% à 8,1 millions au cours des six premiers mois. En conséquence, les ventes ont chuté de 52,7% à 112,6 millions, un peu plus que ce que les analystes avaient prévu. ING tablait notamment sur un chiffre d'affaires de 110,9 millions d'euros.

    Le bénéfice brut d'exploitation a été réduit de 76,6% à 16,4 millions, pire que la baisse à 20 millions prévue par l'analyste David Vagman pour ING.

    Le résultat net s'élève à -29,7 millions d'euros, en raison de la baisse du résultat opérationnel, de l’augmentation des charges financières et de l’accroissement des amortissements résultant de l'expansion en 2019.

    Kinepolis enregistre un flux de trésorerie libre négatif de 29,4 millions d'euros, en raison de la baisse du résultat opérationnel, de l’évolution du fonds de roulement et de la hausse des intérêts payés.

    "Compte tenu des circonstances exceptionnellement difficiles, nous continuerons à suivre de près la situation de trésorerie de notre entreprise et la maîtrise des coûts qui y est associée évolue comme prévu. En d'autres termes, notre groupe sera en mesure de faire face à l'impact du coronavirus pendant longtemps encore", souligne le CEO de Kinepolis, Eddy Duquenne.

  • La Fed prudente sur la reprise économique | L'Europe donnée en baisse

    Les marchés européens s'acheminent vers une ouverture en baisse, l'enthousiasme des investisseurs étant tempéré par les "Minutes" de la Fed.

    La publication des "minutes" de la réunion de juillet de la Fed, montre que plusieurs responsables de la banque centrale jugent la récente reprise de l'économie et de l'emploi fragile et incertaine tout en excluant des mesures comme le plafonnement des rendements des bons du Trésor.

    "La Fed est prudente dans ses minutes et elle l'est depuis le mois dernier", commente Mike O'Rourke, stratège de Jones Trading. "Je crois que le fait que la Fed ne soit pas très chaude sur le contrôle de la courbe des rendements et certaines mesures extrêmes que les investisseurs pourraient apprécier suscite l'inquiétude."

    L'Euro Stoxx 50 est attendu en repli de 1,33%.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés