1. Les marchés
  2. Live blog
live

Les techs et l'emploi américain ravissent Wall Street

La Bourse de New York a terminé en hausse ce lundi, le Nasdaq affichant un nouveau record grâce à une nette progression des valeurs technologiques et les courtiers ignorant les craintes de guerre commerciale. Chez nous, l'OPA sur Vastned Retail Belgium a échoué.
  • Agenda de ce mardi 5 juin

    C'est fini pour aujourd'hui. Voici les principaux événements à l'agenda de ce mardi 5 juin.

    → Économie/finance

     Japon

    • Consommation des ménages / avril
    • Indice PMI IHS Markit services / mai

    Chine

    • Indice PMI IHS Markit services / mai

    France

    • 8h45 Situation budgétaire de l'État / avril
    • 9h50 Indices PMI des services et composite / mai

    Allemagne

    • 9h55 Indice PMI IHS Markit services définitif / mai

    Royaume-Uni

    • 10h30 Indice PMI IHS Markit services / mai

    Zone euro

    • 10h Indice PMI IHS Markit services définitif / mai
    • 11h Ventes au détail / avril

    États-Unis

    • 16h Indice ISM services /mai

     

    → Entreprises

    Belgique

    • Ablynx/ offre de rachat à 45 euros par action par Sanofi. Jusqu’au 12 juin.
    • D’Ieteren/cotation ex-dividende de 3,80 euros brut
    • Floridienne/ assemblée générale (15h)
    • Greenyard/ résultats 2017/2018 (après Bourse)
    • KBC Ancora/ cotation ex-dividende de 2,61 euros brut
    • Sapec/ offre de reprise simplifiée par Soclinpar au prix de 60 euros par action. Jusqu’au 29 juin inclus.
    • Xior/souscription à l’augmentation de capital. Deux actions existantes pour une nouvelle, au prix de 31 euros. Jusqu’au 7 juin.

    France

    • Manutan/résultats du S1 (après Bourse)


  • Les techs et l'emploi américain ravissent Wall Street

    La Bourse de New York a clôturé en hausse ce lundi, conservant l'optimisme observé vendredi à la suite de données sur l'emploi alors que le Nasdaq a affiché un nouveau record grâce à une nette progression des valeurs technologiques. L'indice a pris 0,69% à 7.606,46 points. Le Dow Jones a gagné 0,72% à 24.813,69 points, alors que le S&P 500 a avancé de 0,45% à 2.746,87 points. 

    Le taux de chômage américain est tombé à 3,8%, au plus bas depuis 18 ans. Le marché a en revanche accordé peu d'importance à de nouveaux commentaires des partenaires des Etats-Unis critiquant l'attitude belliqueuse de Washington concernant le commerce. 

    Les techs ont animé le marché, à l'instar de l'acquisition de la plateforme de logiciels GitHub par Microsoft (+0,87%) pour 7,5 milliards de dollars. Facebook (-0,37%) a fait quant à lui l'objet d'une nouvelle controverse sur les données privées de ses utilisateurs. De son côté, Apple a touché un record, sa capitalisation boursière continuant de se rapprocher des 1.000 milliards de dollars (856 milliards d'euros). Le titre a gagné 0,84% à 191,83 dollars, après un pic à 193,42 dollars.

  • Wall Street clôture en hausse

    • Le Dow Jones a pris 0,72% à 24.813,34 points.
    • Le Nasdaq a gagné 0,69% à 7.606,46 points.
    • Le S&P 500 a avancé de 10,99 points à 2.745,61 points.
  • Le pétrole termine en nette baisse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en baisse ce lundi sur le marché new-yorkais Nymex, avec le brut léger américain au plus bas depuis près de deux mois, toujours déprimés par la progression de la production américaine qui remet en cause les efforts de l'Opep pour stabiliser le marché mondial.

    • Le contrat juillet sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 1,06 dollar, soit 1,61%, à 64,75 dollars le baril après avoir reculé jusqu'à 64,54 dollars, son plus bas niveau depuis le 10 avril.
    • Au moment de la clôture du Nymex, le Brent cédait 1,47 dollar (1,91%) à 75,42 dollars.

    Le WTI a perdu 3% la semaine dernière, après déjà une baisse de 5% la semaine précédente. Selon des données publiées jeudi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie, la production américaine de brut a atteint en mars un record mensuel à 10,47 millions de barils.

    Le nombre de puits en activité aux Etats-Unis a augmenté de deux sur la semaine écoulée pour atteindre un total de 861, le plus élevé depuis mars 2015, a de son côté indiqué la firme Baker Hughes vendredi. Il s'agit de la huitième hausse de cet indicateur en neuf semaines.

  • Réouverture de l'offre de Gfi Informatique sur Realdolmen

    A la clôture de la période d'acceptation initiale de l'offre lancée le 26 avril par Gfi Informatique sur Realdolmen, 88,92% des titres ont été apportés.

    "A l’issue de la période de réouverture, si plus de 95 % des actions émises par Realdolmen ont été apportées à l'offre et si plus de 90 % des actions faisant l’objet de l’offre ont été apportées, Gfi Informatique lancera une offre de reprise", annoncent les deux groupes dans un communiqué publié ce lundi après la clôture boursière.

    Le prix proposé est de 37 euros par action.

  • Résumé de la séance boursière en Europe

    L’apaisement des craintes sur l’Italie a permis aux actions européennes de repartir à la hausse. Lufthansa est optimiste pour la saison estivale.

    Les indices boursiers européens ont clôturé en hausse, lundi, les craintes sur l’instabilité politique en Italie ayant diminué, ce qui a contribué à une détente des taux du pays. Le Cac 40  a gagné 0,14%. Le Dax  a pris 0,37%. Le FTSE 100  a grimpé de 0,51%.

    À Francfort, RWE  a grimpé de 2,11% à 19,63 euros. L’énergéticien allemand a bénéficié de la recherche d’actions dans le secteur des services aux collectivités, qui avait pâti de la montée des taux d’intérêt au cours des semaines précédentes.

    Lufthansa  a progressé de 2,18% à 23,94 euros. En marge de l’assemblée générale de l’Iata (association du transport aérien international), la compagnie aérienne a annoncé qu’elle s’attendait à un record de passagers transportés pour la saison estivale qui approche. Lufthansa a néanmoins maintenu ses prévisions de bénéfices car elle devra composer avec des prix des carburants plus élevés à cause de la récente montée des prix pétroliers.

    À Amsterdam, Altice  a bondi de 3,37% à 3,19 euros. Le titre est très volatil à l’approche de la scission des activités américaines du groupe, prévue le 8 juin. Des investisseurs spéculent aussi sur des rapprochements entre opérateurs télécoms en France.

    Heineken  a grimpé de 2,83% à 87,88 euros. Le groupe brassicole a signé pour sponsoriser à nouveau la coupe d’Europe de rugby à partir de la saison prochaine. Le titre a aussi bénéficié du regain d’intérêt pour le secteur brassicole après une note favorable sur AB InBev.

    À Paris, Air France-KLM  s’est envolée de 5,47% à 7,36 euros. La compagnie aérienne bénéficie de l’arrivée annoncée de la chaîne hôtelière Accor dans son capital. Accor , dont l’action a chuté de 6,95% à 44,29 euros, a fait savoir qu’elle envisageait de prendre une participation minoritaire dans la compagnie franco-néerlandaise.

    À Milan, Fiat Chrysler Automobiles  a perdu 3,48% à 17,88 euros. Les investisseurs jugent que le nouveau plan stratégique du constructeur implique des coûts trop élevés. Entre autres, le groupe italien prévoit d’investir 9 milliards d’euros dans le segment des véhicules hybrides et électriques.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,67% à 3.834,90 points

    AEX: +0,45% à 561,70 points

    Cac 40: +0,14% à 5.472,91 points

    Dax: +0,37% à 12.770,75 points

    FTSE 100: +0,51% à 7.741,29 points

  • L'euro au plus haut en dix jours

    L'euro  a atteint 1,1745 dollar en cours de séance, son plus haut niveau depuis le 24 mai.

    La monnaie unique bénéficie de l'apaisement des inquiétudes autour de la formation d'un gouvernement en Italie. Le dollar est quant à lui victime des tensions commerciales dues aux taxes à l'importation des Etats-Unis sur l'acier et l'aluminium.

  • Le fabricant de cartons qui emballe les investisseurs

    L'action Europac  est en nette hausse en Bourse de Madrid. En cause, l'offre d'acquisition lancée par le britannique DS Smith.

    DS Smith propose 16,80 euros par action soit une valorisation de 1,67 milliard d'euros pour racheter Europac, une société détenue à 42% par la famille Isidro, selon un communiqué.

    Europac, dont le nom complet est Papeles y Cartones de Europa, est actif surtout en Espagne, au Portugal et en France, avec au total 2.300 employés pour un chiffre d'affaires annuel de 868 millions d'euros.

    Le groupe britannique dit avoir obtenu un accord de principes d'actionnaires détenant 49% du capital de sa cible pour ce rachat qu'il entend financer en s'endettant à hauteur de 1 milliard de livres. Il espère boucler la transaction au quatrième trimestre.

  • Baisse plus prononcée que prévu des commandes industrielles américaines

    Les commandes industrielles aux Etats-Unis ont baissé plus que prévu en avril du fait d'une chute dans le secteur des transports, selon les chiffres du département du Commerce publiés lundi.

    En données corrigées des variations saisonnières, elles se sont établies à 494,4 milliards de dollars, en repli de 0,8%, après deux mois de hausse relativement soutenue.

    Les analystes s'attendaient à une baisse moindre de 0,5%. Le département du Commerce a révisé en très légère hausse les commandes de mars qui ont grimpé de 1,7%, au lieu de 1,6% précédemment estimé.

  • Wall Street ouvre en hausse

    La Bourse de New York a débuté la séance en territoire positif. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  gagne 0,37% et le Nasdaq  progresse de 0,21%.

  • Lufthansa optimiste pour l'été

    Lufthansa   prévoit un nouveau record de réservations pour la saison estivale mais la première compagnie aérienne allemande a laissé inchangée sa prévision de bénéfice pour cette année en raison de la hausse des prix du pétrole et des coûts de développement de sa filiale à bas coût Eurowings.

    "Nous nous attendons en principe à un été record, dépassant même l'été 2017", a déclaré à Reuters le président du directoire Carsten Spohr, en marge de l'assemblée générale annuelle de l'Iata. "Cela fait référence au taux de remplissage et nous sommes très positifs en ce qui concerne la rentabilité (par passager) pour cet été", a-t-il précisé.

  • *Les valeurs à suivre à Wall Street*

    * MICROSOFT gagne environ 1% dans les transactions en avant-Bourse après des informations de presse faisant état d'un accord du géant informatique pour acheter le site de codage Github. Selon l'agence Bloomberg, l'annonce de cette opération pourrait intervenir dès ce lundi.

    * FACEBOOK recule de 1,6% en avant-Bourse après des informations du New York Times selon lesquelles le réseau social a signé ces dix dernières années des partenariats avec plusieurs fabricants de téléphones portables et de tablettes, dont Apple , Amazon, Blackberry, Microsoft et Samsung, permettant à ces derniers d'accéder à des données personnelles des utilisateurs.

    * MONSANTO - Le groupe allemand Bayer finalisera jeudi le rachat du spécialiste américain des semences pour 62,5 milliards de dollars (54,11 milliards d'euros) dont il prévoit de retirer le nom après 117 ans d'existence. Bayer a lancé une augmentation de capital de six milliards d'euros dimanche pour le financement de son projet de rachat.

    * VISA a subi des perturbations vendredi qui ont empêché certaines transactions en Europe. Le groupe a précisé vers 21h15 GMT que la situation était redevenue "proche de la normale" et que les problèmes venaient d'une "panne matérielle".

    * DEERE & CO a déposé une plainte en justice vendredi contre PRECISION PLANTING et AGCO, les accusant d'avoir enfreint les droits sur 12 de ses brevets.

    * TYSON FOODS a annoncé vendredi la vente de Sara Lee Frozen Bakery et de trois autres marques à la société de capital-investissement Kohlberg, dans le cadre de son recentrage sur son coeur de métier.

    PALO ALTO NETWORKS a annoncé vendredi avoir nommé l'ancien président de SoftBank Nikesh Arora président et directeur général du spécialiste de la cybersécurité. L'action gagnait 2,6% après Bourse.

    * MERCK - De nouveaux résultats d'essais montrent que le traitement Keytruda du groupe augmente les chances de survie, en traitement unique, pour les cancers des poumons nouvellement diagnostiqués, et en association avec une chimiothérapie pour les cancers du poumon squameux.

    * NOMAD FOODS a annoncé lundi le rachat de la société britannique Aunt Bessie's à William Jackson & Son pour 240 millions d'euros (281,3 millions de dollars).

    * NEKTAR THERAPEUTICS chute de 24% en avant-Bourse après avoir présenté des résultats jugés décevants d'une étude évaluant l'efficacité de son traitement anticancéreux NKTR-214 en combinaison avec l'Opdivo de Bristol-Myers Squibb.

  • "Le risque extrême que posent les problèmes de l'Italie n'est pas celui de la tenue d'un nouveau scrutin ou de l'arrivée au pouvoir d'un gouvernement populiste, mais plutôt celui de voir l'Italie décider de sortir de l'UE ou prendre des positions politiques qui se traduiraient par une explosion des déficits au point qu'elle pourrait difficilement rester dans l'UE". "De ce point de vue, le risque extrême était faible après les élections en mars et il le reste aujourd'hui."
    économistes de Nomura

  • Le bon d'État n'attire plus que quelques investisseurs

    Le dernier bon d'État à 10 ans a rapporté 2,379 millions d'euros, la plus faible rentrée pour une obligation de ce type, selon les chiffres de l'agence de la dette. Le rendement du bon d'État était particulièrement bas, à 0,75%.

  • Le pétrole recule après une réunion technique de l'Opep

    Les prix du pétrole reculent à nouveau en cours d'échanges européens après la dernière réunion technique de l'Opep et de ses partenaires avant la réunion officielle de Vienne, où l'avenir de l'accord de limitation de la production devrait être décidé. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 76,26 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 53 cents par rapport à la clôture de vendredi.

    "Des éléments qui pèsent sur les prix viennent contre-balancer le risque géopolitique toujours élevé dans le Golfe persique et au Moyen-Orient", ont résumé les analystes de JBC Energy. Des représentants de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de certains de leurs partenaires se sont réunis samedi pour une dernière réunion technique de suivi de l'accord de limitation de la production, qui les unit depuis début 2017.

    Les deux piliers de l'accord, l'Arabie saoudite et la Russie, évoquent dores et déjà une hausse de la production au deuxième semestre, alors que le cartel et ses partenaires se réuniront officiellement le 22 juin à Vienne. "Nous estimons que la hausse de la production se fera de façon progressive", a estimé Benjamin Liu, analyste chez Phillip Futures. Selon lui, l'Arabie saoudite n'a en effet pas intérêt à trop augmenter sa production car "son but principal est de s'assurer de prix du pétrole élevés pour introduire en Bourse le bijou national qu'est Saudi Aramco", le géant pétrolier dont l'introduction en Bourse est prévu pour 2019.

    ©REUTERS

  • *Le point à la mi-séance*

    • Les marchés européens évoluent en nette hausse ce lundi, portés par les bons chiffres de l'emploi américain et l'accalmie de la situation politique en Italie. À midi, l'AEX grimpait de 0,69%, le STOXX 600 de 0,50%, le Cac 40 de 0,42% et le DAX allemand de 0,28%.
    • Le gouvernement de coalition formé par le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite) a été investi vendredi, après trois mois d'incertitude politique, avec un programme de lutte contre l'immigration et de contestation des règles budgétaires européennes. Les investisseurs attendent désormais de savoir dans quelle mesure ce programme sera respecté et s'il est susceptible de faire déraper les dépenses budgétaires de l'Italie et de provoquer des tensions avec Bruxelles.
    • L'euro revient au contact de 1,17 dollar, à la faveur de la détente sur le front du risque politique italien, perceptible également dans la baisse des rendements des emprunts d'Etat italiens et des autres pays périphériques de la zone euro.
    • Chez nous, le Bel 20 grimpe de 0,82%, dopé par AB InBev. La banque britannique HSBC est passée à l'achat sur la valeur, avec un objectif de cours de 116 euros. De son côté, Kinepolis gagne plus de 4% en raison d'une nouvelle recommandation positive. Le courtier Kepler Cheuvreux a entamé le suivi de la valeur à "acheter", avec un objectif de cours de 62,60 euros.
    • Vastned Retail Belgium dégringole de 9% suite à l'échec de l'OPA par sa maison-mère
  • "Les investisseurs jugent très préoccupant pour la zone euro le nouveau gouvernement en Italie"
    Manfred Hübner
    Sentix

  • Zone euro: les prix à la production industrielle stables en avril

    Les prix à la production industrielle dans la zone euro sont restés stables (+0,0%) en avril par rapport à mars, a annoncé l'Office européen des statistiques Eurostat. Ce chiffre est inférieur à celui attendu par les analystes interrogés par le fournisseur du service financier Factset, qui tablaient sur une progression de 0,3%.

    En mars, les prix avaient augmenté de 0,1% par rapport à février.

    La stabilité des prix à la production dans l'ensemble de l'industrie par rapport à mars 2018 est le résultat d'une hausse des prix de 0,2% pour les biens intermédiaires et de 0,1% pour les biens d'investissement et les biens de consommation durables, hausses annulées par des prix stables pour les biens de consommation non durables et par un recul de 0,4% des prix dans le secteur de l'énergie.

  • AF-KLM grimpe sur un intérêt d'Accor, qui chute

    Air France-KLM  prend plus de 6% en Bourse en début de séance sur l'intérêt manifesté par AccorHotels   pour la participation de l'Etat dans le capital de la compagnie aérienne. Le groupe hôtelier a confirmé dimanche une information des Echos évoquant son intérêt pour la participation de l'Etat dans le capital d'Air France-KLM, sans "certitude" quant à l'aboutissement des "réflexions" en cours.

    "Nous pensons que l'opération fait du sens pour Accor, qui renforcerait ainsi son empreinte dans l'industrie du voyage et intensifierait l'écosystème de la marque dans le sillage d'initiatives récentes prises par le groupe hôtelier", lit-on dans une note de Raymond James, qui reste à "surperformer" sur la valeur.

  • Zone euro: l'indice Sentix au plus bas depuis octobre 2016

    Le moral des investisseurs se dégrade en juin pour le cinquième mois consécutif et retombe à son plus bas niveau depuis octobre 2016 en raison de la situation politique en Italie et des tensions commerciales avec les Etats-Unis, montre lundi l'enquête mensuelle de l'institut allemand Sentix.

    Son indice de confiance fléchit ce mois-ci à 9,3 contre 19,2 en avril. Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un repli limité à 18,4.

  • Ces fonds actions qui ne respectent pas la réglementation européenne

    Une étude de l'association Better Finance, relayée par Les Echos, révèle que près d'un tiers des OPCVM actions européens ne respectent pas la réglementation en matière d'information des investisseurs. En cause: l'information figurant dans le document clé d'information pour l'investisseur (DICI). Ou plutôt, n'y figurant pas.

    Selon l'étude réalisée par Better Finance, 43 % des fonds domiciliés au Luxembourg (soit 272 fonds) et au Royaume-Uni (157), 54 % des fonds domiciliés en Irlande (80), 38 % des fonds domiciliés en Allemagne (45), 67 % de ceux domiciliés en Autriche (28) et 93 % de ceux domiciliés en Belgique ne respectent pas le règlement européen sur le Dici.

  • 1,5 milliards d'euros
    Delachaux fait son retour en Bourse
    Delachaux a annoncé la fourchette indicative de son introduction en Bourse. Une opération qui marque le retour du groupe d'ingénierie et de solutions industrielles sur le marché parisien et pourrait le valoriser jusqu'à 1,48 milliard d'euros.

  • Socgen et UniCredit montent sur une information de fusion

    Société Générale  et UniCredit   montent en Bourse en réaction à une information du Financial Times selon laquelle les deux banques étudient une fusion.

    Les analystes de la banque d'investissement Jefferies ont déclaré que même si une telle opération pouvait avoir un sens au niveau opérationnel, elle s'exposait à des obstacles, comme l'incertitude politique en Italie.

    "Les spéculations sur une fusion entre UniCredit et SocGen ne viennent pas tout à fait de nulle part. Cependant, la toile de fond politique et réglementaire reste un obstacle important à la conclusion d'un accord attractif. Nous continuons d'attacher une plus faible probabilité aux fusions et acquisitions à grande échelle concernant UniCredit en l'absence d'une union bancaire complète."
    Jefferies

    Selon le Financial Times, des responsables des deux banques ont souligné que le projet de rapprochement entre les deux plus grandes banques européennes était à un stade précoce et que l'instabilité politique en Italie l'avait retardé.

    Société Générale a démenti dimanche "toute discussion au conseil d'administration concernant une éventuelle fusion avec UniCredit".

  • Les marchés européens ont démarré la semaine du bon pied "soutenus par une séance solide en Asie après les chiffres sur l'emploi américain meilleurs que prévu vendredi"
    analystes chez Accendo Markets

  • HSBC passe à l'achat sur AB InBev

    La banque britannique HSBC a relevé sa recommandation sur AB InBev   à "acheter" contre "conserver" auparavant. Elle estime que le modèle de croissance du groupe est passé d'un concept axé sur les fusions et acquisitions à un concept de croissance organique, ce qui attire un nouveau type d'investisseur qui exige une valorisation plus faible mais qui a un horizon à plus long terme.

    L'objectif de cours passe de 115 à 116 euros, ce qui représente un potentiel haussier de 44,5% par rapport au cours de vendredi soir.

  • L'aviation réduit sa prévision de bénéfice pour 2018

    Les grandes compagnies aériennes ont abaissé leur prévision de bénéfice cette année en raison d'une hausse des prix du carburant et ont mis en avant de nouveaux risques opérationnels comme des taux d'intérêt plus élevés et les tensions géopolitiques.

    L'Association internationale du transport aérien (Iata), qui représente environ 280 compagnies aériennes, prévoit pour le secteur un bénéfice de 33,8 milliards de dollars (28,9 milliards d'euros) cette année, en baisse de 12% par rapport à la prévision précédente qui était de 38,4 milliards de dollars. Mais le rendement par passager devrait augmenter de 3,2% en 2018, le premier gain annuel depuis 2011, grâce à l'embellie de l'économie mondiale qui stimule la demande, selon l'Iata.

  • SocGen trouve des accords de principe avec la justice

    La banque Société Générale   a annoncé avoir trouvé des accords de principe avec la justice américaine et française entraînant la fin des enquêtes relatives aux soumissions IBOR et à certaines opérations avec le fonds souverain libyen.

    "Société Générale est parvenu à des accords de principe avec le U.S. Department of Justice (DOJ) et la U.S.Commodity Futures Trading Commission (CFTC) mettant fin à leurs enquêtes relatives aux soumissions IBOR présentées par Société Générale (le 'dossier IBOR') et avec le DOJ et le Parquet national financier français (PNF) mettant fin à leurs enquêtes relatives à certaines opérations avec des contreparties libyennes (le 'dossier libyen')", a annoncé le groupe dans un communiqué.

    "Le montant devant être payé est entièrement couvert par la provision inscrite dans les comptes de Société Générale qui a été allouée aux dossiers IBOR et libyen. Ces versements n'auront donc pas d'impact sur les résultats de Société Générale", a précisé la banque.

  • | OPENING BELL |

    BEL 20 +0,86%

    AEX +0,61%

    STOXX 600 +0,59%

    CAC 40 +0,58%

  • L'euro monte face au dollar malgré l'emploi américain

    L'euro   monte face au dollar en dépit de chiffres solides sur l'emploi aux États-Unis, qui ont éclipsé en partie les tensions commerciales entre le pays et ses principaux partenaires. La monnaie unique européenne valait 1,1688 dollar, contre 1,1659 dollar vendredi à 21H00 GMT.

    "Avec le calme sur les marchés de la zone euro, l'euro pourrait trouver un certain soulagement à court terme, mais l'usure due à la crise électorale (italienne) et les vagues de populisme qui saisissent l'Europe indiquent des problèmes structurels à plus long terme pour la monnaie unique", a déclaré Stephen Innes, de OANDA. Ces problèmes pourraient apporter de nouveaux défis pour la BCE (Banque centrale européenne), selon des analystes. Alors que l'institution avait prévu de commencer la normalisation de sa politique monétaire ultra-accommodante d'ici à la fin de l'année, ces nouveaux éléments pourraient bousculer son calendrier.

  • Un broker en soutien de Kinepolis

    Le courtier Kepler Cheuvreux a démarré le suivi de l'action Kinepolis  , avec une recommandation à "acheter" et un objectif de cours de 62,60 euros. Ce qui représente un potentiel haussier de 12% par rapport au cours de vendredi soir.

  • Échec de l'acquisition de Vastned Retail Belgium par sa maison-mère

    La société néerlandaise Vastned Retail a annoncé le résultat de l'OPA volontaire et conditionnelle sur les actions de Vastned Retail Belgium  , qui a été lancé le 12 avril 2018.

    Au cours de la période d'acceptation de quatre semaines, qui s'est déroulée du 2 mai au 1er juin 2018, 1,2 million d'actions ont été déposées, soit 70% du flottant. Vastned dit regretter que suffisamment d'actions aient été déposées pour atteindre le seuil minimum d'acceptation de 90%.

    Comme l'offre publique d'achat sur Vastned Retail Belgium ne comportait qu'une seule période d'acceptation, sans possibilité de réouverture volontaire de l'offre, l'offre publique d'achat a échoué. Tous les actionnaires, y compris les actionnaires qui ont déposé leurs actions pendant l'offre, conservent leurs actions. Lien vers le communiqué

  • Amendes en vue dans l'enquête allemande sur l'acier

    L'Office allemand des cartels est en négociations avec les sidérurgistes concernant des amendes pouvant aller jusqu'à 500 millions d'euros dans le cadre d'une enquête en cours sur des soupçons de collusion, a rapporté samedi le magazine Spiegel.

    L'autorité antitrust a élargi son enquête l'an dernier, qui concernait déjà les producteurs et vendeurs d'acier inoxydable, comme les constructeurs et distributeurs automobiles, ArcelorMittal   et Salzgitter ayant confirmé que leurs locaux avaient été perquisitionnés. Sans citer ses sources, Spiegel a dit que l'enquête avait atteint une phase décisive, le régulateur allemand étant désormais en négociations avec certaines des quelques 12 entreprises concernées, afin de conclure un éventuel accord à l'amiable pour éviter d'interminables procès.

    ©EPA

  • Bayer lance un appel au marché de 6 milliards d'euros

    Bayer   a lancé une augmentation de capital de six milliards d'euros dimanche pour le financement de son projet de rachat à 62,5 milliards de dollars (54,11 milliards d'euros) du spécialiste américain des semences Monsanto.

    Le groupe chimique allemand a obtenu mardi le feu vert des autorités américaines pour racheter Monsanto à condition qu'il cède pour environ neuf milliards de dollars d'actifs, des conditions qui, selon une source, recoupent tout à fait celles qui ont été réclamées par l'Union européenne.

    L'appel au marché est plus limité qu'envisagé initialement par Bayer parce que Monsanto a réduit sa dette en attendant les feux verts des autorités antitrust dans le monde. En outre, Bayer a engrangé 4,5 milliards d'euros de plus que prévu de la vente d'une partie de sa participation dans le groupe chimique Covestro.

  • Hausse en vue en Europe, l'emploi US toujours en soutien

    • Les principales Bourses européennes sont attendues en hausse à l'ouverture dans le sillage de Wall Street et des marchés asiatiques, les bons chiffres de l'emploi publiés vendredi aux Etats-Unis et une accalmie dans la crise politique italienne reléguant pour un temps au second plan la menace d'une guerre commerciale entre les Etats-Unis et le reste du monde. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien, le Dax à Francfort et le FTSE à Londres devraient gagner chacun autour de 0,3% à l'ouverture.
    • Les créations d'emploi ont accéléré en mai aux Etats-Unis, faisant reculer le taux de chômage à un plus bas de 18 ans de 3,8%, et les salaires ont continué de grimper vigoureusement, a montré le rapport mensuel publié vendredi par le département du Travail. Ces signes de resserrement rapide du marché du travail devraient renforcer les anticipations d'inflation et conforter le scénario d'une hausse des taux d'intérêt de la part de la Réserve fédérale à l'issue de sa réunion des 12 et 13 juin. La Fed a déjà relevé son principal taux directeur en mars, pour la première fois de l'année.
    • Sur le front italien, le gouvernement de coalition formé par le Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite) a été investi vendredi après trois mois d'incertitude politique, avec un programme de lutte contre l'immigration et de contestation des règles budgétaires européennes.
    • Du côté des tensions commerciales, la Chine a averti dimanche les Etats-Unis que tout accord conclu entre les deux pays sur le commerce et les échanges serait nul et non avenu en cas de mise en oeuvre par Washington de nouveaux droits de douane et autres mesures de restriction. Au terme d'entretiens entre le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross et le vice-Premier ministre chinois Liu He, l'agence Chine nouvelle a diffusé un court communiqué dans lequel il n'est fait mention d'aucun nouvel accord bilatéral. La question commerciale devrait dominer l'agenda du sommet du G7 qui se tiendra vendredi et samedi au Canada.
    • La Bourse de Tokyo évolue en hausse à l'approche de la clôture, portée notamment par un affaiblissement du yen soutenant les valeurs exportatrices. L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) gagne 1%. "Le marché est soulagé après avoir connu des préoccupations à l'échelle mondiale", commente Nobuhiko Kuramochi, stratège chez Mizuho Securities. "Les gains du Nasdaq et le reflux des risques géopolitiques alimentent l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués".
  • Sorties sur les émergents et achats à bon compte sans entrain

    Les flux sur les fonds d'investissement collectifs sur la semaine au 30 mai confirment l'allègement des investisseurs sur les actifs émergents, leur préférence pour les actions américaines par rapport aux valeurs européennes et leur réticence à revenir sur les actions dans les phase de repli, montre une étude hebdomadaire de Bank of America Merrill Lynch Global Research publiée vendredi dernier.

    Les fonds investis en actions ont enregistré des souscriptions nettes limitées de 3,0 milliards de dollars (2,57 milliards d'euros) sur la semaine, les investisseurs hésitant à profiter du recul des Bourses pour augmenter leur exposition, selon cette étude qui reprend des données d'EPFR Global, société de recherche spécialisée dans le suivi des flux de souscription des grandes sociétés internationales de gestion. L'accumulation des incertitudes avec le regain d'instabilité politique en Italie et en Espagne et une nouvelle poussée de tensions commerciales entre les Etats-Unis et leurs partenaires ont pu pousser à la prudence.

    Au sein des fonds actions, les sorties nettes sur ceux investis en valeurs européennes se sont poursuivies portant sur 4,5 milliards d'euros. Dans le même temps les fonds investis en valeurs américaines ont bénéficié d'une quatrième semaine consécutive d'entrées nettes à hauteur de 5,9 milliards de dollars.

    Sur les quatre dernières semaines les entrées nettes sur les fonds en valeurs américaines ont totalisé 23 milliards de dollars alors que ceux dédiés aux actions européennes ont subi 29 milliards de dollars de rachats en trois mois.

  • "80 nouveaux Delhaize en vue d'ici la fin 2019"

    Outre un réaménagement intérieur des magasins, Delhaize Belgique veut étendre sa présence sur le marché belge. "Nous avons l’ambition d’investir dans de nouveaux magasins. Nous en ouvrirons 40 cette année, surtout des magasins de proximité mais aussi quelques supermarchés AD, et nous continuerons sur le même rythme l’an prochain", dit le patron de l’enseigne au lion.

    Effet d’annonce? Delhaize avait annoncé l’an dernier l’ouverture de 29 nouveaux magasins. Mais à la lecture du rapport annuel d’Ahold Delhaize, on se rend compte que le nombre de supermarchés Delhaize est passé de 765 en 2016 à 764 l’an dernier. Les ouvertures concernent donc quasi exclusivement des franchisés. Les responsables de Delhaize ont en tout cas détecté des zones du pays "où nous sommes aujourd’hui sous-représentés par rapport à notre moyenne nationale, aussi bien en Flandre qu’en Wallonie". C’est le cas notamment dans des zones urbaines où s’ouvrent de nouveaux quartiers.

  • Orange Belgium nomme un nouveau CTO

    Le Conseil d’administration d’Orange Belgium  a validé la nomination de Stefan Slavnicu au poste de Chief Technology Officer, à partir de septembre 2018.

    Stefan Slavnicu remplace Gabriel Flichy qui dirigeait le département Technologie d’Orange Belgium depuis novembre 2012. Gabriel rejoindra, quant à lui, Orange France pour se charger du déploiement de la Fibre en cours en France. Lien vers le communiqué

  • À l'agenda cette semaine

    Après une semaine mouvementée marquée par beaucoup de données économiques à digérer et des soubresauts politiques qui ont bousculé l'agenda, la semaine qui se profile devrait être - sauf nouveau retournement de situation politique dont certains pays ont le secret - plus paisible pour les investisseurs. Il s'agira même d'une période de transition puisque l'agenda sera de nouveau fort chargé la semaine suivante, avec les réunions de la Fed, de la BCE et de la BoJ.

    Quelques indicateurs

    Mais, donc, dans l'immédiat, il y aura tout de même quelques indicateurs macroéconomiques à se mettre sous la dent dans les prochains jours. Commençons par la zone euro: l'indice Sentix de la confiance des investisseurs sera publié lundi. Il est attendu à 18,5 après 19,2 en mai. Le même jour, on saura si les prix à la production industrielle de la zone euro ont bien progressé de 2,3% en avril comme prévu, après leur hausse de 2,1% en mars.

    Mardi, les ventes de détail de la zone euro devraient ressortir en hausse de 0,5% en avril, contre + 0,1% en mars. Jeudi, on devrait avoir la confirmation de la croissance de 0,4% de la zone euro au premier trimestre. Et enfin, la production industrielle allemande d'avril, publiée vendredi, devrait afficher une hausse de 0,3%, après 1% en mars.

    Aux Etats-Unis, l'indice ISM des services pour le mois de mai, qui sortira mardi, est attendu à 57,9 après 56,8 en avril. Et on attend la balance commerciale US d'avril mercredi: elle devrait être déficitaire de 49,8 milliards de dollars, conter 49 milliards en mars.

    Une seule société belge publie

    Côté entreprises, Greenyard sera la seule société belge à publier des résultats. Il s'agira des chiffres annuels de son exercice décalé 2017/18, attendus mardi après la clôture des marchés boursiers.

  • Good Morning!

    Bonjour à toutes et à tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, l'endroit idéal pour vous tenir informé "minute par minute" des grandes tendances de l'actualité économique et financière de ce lundi 4 juin 2018.

Plus sur Les Marchés

Echo Connect