1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street chahutée au gré des rumeurs sur le commerce

La Bourse de New York a terminé en baisse ce vendredi, le marché ayant été refroidi par les prévisions décevantes d'Apple et par les propos du conseiller économique de la Maison blanche qui s'est déclaré moins optimiste concernant un accord commercial avec la Chine.
  • A suivre ce lundi 5 novembre

    ECONOMIE / FINANCE

    Chine
    • Indice PMI Caixin-Markit des services / octobre

    Etats-Unis
    • 16h Indice ISM des services / octobre

    Royaume-Uni
    • 10h30 Indice PMI Markit des services / octobre

    Zone euro
    • 10h30 Indice Sentix / nov.
    • Réunion de l'Eurogroupe

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Banimmo/ offre volontaire de reprise par Patronale Life au prix de 3,30 euros par action. Jusqu’au 8 novembre.

    Japon
    • SoftBank / résultats du T2 

  • Wall Street chahutée au gré des rumeurs sur le commerce

    La Bourse de New York a terminé en baisse ce vendredi après avoir fluctué toute la journée au gré d'informations contradictoires sur un éventuel accord commercial imminent entre Washington et Pékin. Le Dow Jones a reculé de 0,43% à 25.270,83 points. Le Nasdaq a perdu 1,04% à 7.356,99 points. Le S&P 500 a lâché 0,63% à 2.723,06 points.

    Après un tweet jeudi de Trump affirmant avoir eu une conversation fructueuse avec son homologue chinois, Bloomberg a affirmé que le président américain avait demandé à son administration de travailler à un compromis. Cette information a toutefois été démentie par le conseiller économique de la Maison Blanche, Larry Kudlow. "Le marché a un peu de mal en ce moment à interpréter le vacarme ambiant, illustré une nouvelle fois aujourd'hui par cette succession de commentaires divergents", a souligné Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

    Les tensions commerciales représentant actuellement l'une des menaces les plus importantes aux yeux des investisseurs, ces derniers font preuve d'une grande prudence face à ces informations contradictoires. Cette incertitude brouille la visibilité des entreprises. "Comme elles savent qu'on a déjà 10 ans de croissance derrière nous, elles sont d'autant plus prudentes", a souligné Volokhine.

    La Bourse de New York a aussi pâti ce vendredi du repli de 6,63% de l'action d'Apple, fragilisée par des prévisions de fin d'année jugées décevantes.

  • Wall Street termine en baisse

    • Le Dow Jones a perdu 0,43% à 25.270,83 points.
    • Le Nasdaq a concédé 1,04% à 7.356,99 points.
    • Le S&P 500 a reculé de 0,63% à 2.723 points.
  • Résumé de la séance en Europe

    Un courant acheteur s’est imposé grâce à des espoirs d’apaisement sur le front de la guerre commerciale, ce qui a bénéficié aux valeurs du luxe telles que Kering, délaissées récemment.

    Après avoir enregistré en octobre le pire mois depuis plus de deux ans pour les places financières européennes, le rebond des actions timidement esquissé jeudi en cours de séance a pris plus d’épaisseur vendredi. En clôture, les principaux indices boursiers d’Europe ont nettement progressé, les investisseurs se montrant quelque peu rassurés au sujet de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Le président américain Donald Trump a en effet indiqué avoir eu une "très bonne conversation" avec son homologue chinois Xi Jinping qui a lui-même fait part de son optimisme quant à une résolution du conflit commercial.

    L’agence d’informations financières Bloomberg a par ailleurs annoncé que le président américain avait ordonné la rédaction d’un document préparatoire entérinant un accord potentiel avec la Chine, une information ensuite démentie par des hauts responsables de l’administration Trump. Mais pour les investisseurs, pas de fumée sans feu…

    Le ton était donc à l’optimisme sur les places financières, d’autant plus que les chiffres sur l’emploi aux Etats-Unis se sont avérés très bons. À Paris, le Cac 40  a progressé de 0,32%. À Francfort, le Dax  a grimpé de 0,44%. À Londres, le FTSE 100  a cédé 0,29%, toujours affecté par les doutes liés au Brexit.

    Parmi les valeurs les plus en vue, Kering  a bondi de 5,51% à 421 euros. RBC Capital Markets estime que la baisse récente du cours de l’action du groupe de luxe offre une opportunité d’achat. Le courtier a relevé sa recommandation à "surpondérer", contre "pondération en ligne" auparavant. Son objectif de cours reste à 520 euros. Le titre Kering a entre outre bénéficié des espoirs d’apaisement dans la guerre commerciale, le secteur du luxe ayant été fortement affecté par les craintes à cet égard récemment.

    Fiat  a gagné 4,10% à 14,17 euros après des informations de presse sur une possible collaboration avec Volkswagen  (+ 1,86% à 154,36 euros) sur la voiture électrique autonome. En outre, Morgan Stanley a relevé son objectif de cours pour l’action Fiat à 23 euros, contre 21 euros auparavant. Le conseil de la banque d’affaires reste à "surpondérer".

  • Clôture en Europe

    Bel 20: +0,53% à 3.521,93 points

    AEX: +0,19% à 521,80 points

    Cac 40: +0,32% à 5.102,13 points

    Dax: +0,44% à 11.518,99 points

    FTSE 100: -0,29% à 7.094,12 points

  • Wall Street en baisse, l'Europe résiste

    La Bourse de New York s'est orientée à la baisse au cours de la deuxième heure de cotation sur les marchés américains. Le Dow Jones  recule de 0,2% et le Nasdaq  cède 0,9%. Le S&P 500  est également en repli.

    En Europe, les principaux indices boursiers réduisent leur avance mais parviennent à se maintenir en territoire positif. Le Cac 40  gagne 0,4% et le Dax  0,8%. A Bruxelles, le Bel 20  progresse de 0,6%.

  • Les cours pétroliers accentuent leur recul

    Les prix pétroliers baissent davantage, le cours du baril de pétrole américain WTI (West Texas Intermediate) , en repli de plus d'un dollar, tombant à 62,63 dollars le baril, soit le plus bas niveau de la séance du jour.

    Le prix du baril de pétrole Brent de référence en Europe  est également en nette baisse.

  • La pire saison des résultats en Europe depuis quatre ans, selon Morgan Stanley

    La banque d'affaires Morgan Stanley nous envoie son analyse de l'évolution de la saison des résultats trimestriels en Europe.

    Selon ses données, il s'agit du plus mauvais trimestre des entreprises européennes depuis le quatrième trimestre 2014.

    "Les chiffres récents se sont améliorés après le très mauvais départ de la saison des résultats", reconnaît Morgan Stanley. "Mais jusqu'à présent, le troisième trimestre continue à s'avérer être la plus faible saison des résultats en quatre ans, avec des signes de pression sur la constitution des marges."

    La banque d'affaires américaine précise que les révisions à la hausse des bénéfices par action sont au plus bas depuis deux ans et demi, tandis que la réaction des cours aux résultats s'est orientée à la baisse.

  •  

  • Wall Street coincée entre le commerce, l'emploi et Apple

    Wall Street débute la séance en ordre dispersé, hésitant entre des informations contradictoires sur un éventuel accord commercial sino-américain, un rapport solide sur l'emploi aux Etats-Unis et les prévisions jugées décevantes d'Apple : le Dow Jones prenait 0,37% et le Nasdaq cédait 0,14%.

    La Bourse de New York avait terminé nettement dans le vert jeudi, poursuivant son rebond après une période de fortes turbulences grâce à un regain d'optimisme face aux tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis: le Dow Jones avait gagné 1,06% et le Nasdaq 1,75%.

  • Apple chute à l'ouverture

    Apple chute de 5,81% à l'ouverture de Wall Street après ses résultats trimestriels.

  • Wall Street ouvre en ordre dispersé

    Wall Street ouvre en ordre dispersé: Dow Jones +0,37%, Nasdaq -0,14%.

  • AB InBev: "les initiés croient en l'action"

    Après les Brésiliens d'AB InBev , les Belges d'AB InBev (la famille Spoelberch, Alexandre Van Damme, ...) ont également acheté des dizaines de millions d'actions du plus grand brasseur au monde. C'est ce qui ressort des rapports d’initiés de la FSMA.

    Les principaux actionnaires semblent ainsi envoyer un signal de confiance envers leur entreprise.

    L'action AB InBev est difficultés depuis des années, en particulier ces derniers mois. Cela a permis aux initiés d’acheter à des prix jamais vu depuis 2013.

  • Apple: -6,5%

    Apple perd 6,5% dans les échanges d'avant l'ouverture.

    Le groupe à la pomme a publié jeudi soir des résultats meilleurs que prévu pour le trimestre clos fin septembre mais ses prévisions pour la période de Noël ont déçu les analystes.

  • Wall Street devrait monter à l'ouverture

    Wall Street est attendue en hausse et les Bourses européennes montent, soutenues par les espoirs de négociations commerciales entre Washington et Pékin, alors que le marché a pris connaissance du rapport mensuel sur l'emploi américain.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture en baisse de 0,12% pour le Nasdaq, mais en hausse de 0,66% pour le S&P-500 et de 0,94% pour le Dow Jones.

    En Europe, Francfort progresse de 1,30%, Bruxelles de 1,20%, Paris de 1,14% et Amsterdam de 0,64%.

    Sur le marché des changes, l'euro gagne 0,10% à 1,1419 dollar.

  • "Le marché de l’emploi américain reste incroyablement vigoureux et avec l’accélération des salaires, les pressions sur les prix intérieurs vont augmenter. Cela maintiendra la Réserve fédérale sur la voie des hausses graduelles des taux d’intérêt, la réunion du FOMC de la semaine prochaine devant signaler une hausse des taux pour le mois de décembre."
    James Knightley
    Chief International Economist chez ING

  • Déficit commercial record des Etats-Unis avec la Chine

    Le déficit commercial des Etats-Unis a atteint en septembre son niveau le plus élevé depuis sept mois, avec des importations records portées par une forte demande intérieure.

    Ce déficit a augmenté en septembre de 1,3% à 54 milliards de dollars, se creusant pour un quatrième mois d'affilée, a annoncé vendredi le département du Commerce.

    Les économistes interrogés par Reuters projetaient un déficit de 53,6 milliards de dollars en septembre.

    Le déficit d'août a été révisé à 53,3 milliards de dollars, contre 53,2 milliards en première estimation.

    Le déficit avec la Chine a augmenté de 4,3% au record de 42 milliards de dollars.

  • La croissance des salaires s'accélère aux Etats-Unis

    Le taux de chômage américain est resté stable en octobre à 3,7% mais les créations d'emplois ont plus rebondi que prévu tandis que la croissance des salaires s'accélère, selon des données publiées vendredi par le département du Travail.

    → Les créations d'emplois ont atteint 250.000 après les 118.000 d'août (révision en baisse), malgré le passage de l'ouragan Michael en Floride, dépassant les prévisions des analystes qui tablaient sur 185.000 créations.

    → Les salaires ont, quant à eux, enregistré une hausse de 0,18% par rapport au mois de septembre.

    →  Sur un an, la croissance des salaires s'est accélérée à 3,1%, soit un rythme bien supérieur à celui de l'inflation. Il s'agit en outre du rythme le plus rapide depuis avril 2009, a précisé le département du Travail.

    Ces chiffres confortent le scénario d'une hausse des taux de la Fed en décembre.

  • Solides créations d'emplois aux Etats-Unis

    Les Etats-Unis ont créé 250.000 emplois en octobre, meilleur que les 190.000 attendus.

    Le taux de chômage reste stable à 3,7%.

    Le salaire horaire moyen a gagné 0,2%, conforme aux attentes.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Apple, Exxon Mobil, Kraft Heinz...

    * EXXON MOBIL a annoncé un bénéfice qui a battu le consensus au troisième trimestre, grâce à la hausse des prix de ses hydrocarbures, mais la production a diminué en volume. L'action gagnait 2,3% en avant-Bourse.

    * APPLE a publié jeudi soir des résultats meilleurs que prévu pour le trimestre clos fin septembre mais ses prévisions pour la période de Noël ont déçu les analystes. L'action perdait 6% en avant-Bourse et la capitalisation du groupe à la pomme retombe en deçà des 1.000 milliards de dollars.

    * ALIBABA a fait état vendredi d'un chiffre d'affaires inférieur au consensus au deuxième trimestre, nouveau signe d'une perte d'élan du géant chinois du commerce électronique. L'action réduisait ses gains et ne gagnait plus que 2,6% en avant-Bourse.

    * CHEVRON - Chevron gagne 2,4% dans les transactions en avant-Bourse après avoir fait état d'un doublement de son bénéfice trimestriel, la production record de pétrole et gaz ayant permis de compenser une série de charges exceptionnelles au troisième trimestre.

    * KRAFT HEINZ a vu son bénéfice trimestriel reculer plus que prévu au troisième trimestre, sous l'effet d'une hausse de ses coûts qui a éclipsé un chiffre d'affaires supérieur aux attentes. Le titre chutait de 7,8% à 51,79 dollars dans les transactions d'avant-Bourse.

    * STARBUCKS a publié jeudi soir des résultats trimestriels meilleurs que prévu grâce à des hausses de prix aux Etats-Unis et à un rebond de ses ventes en Chine, des annonces saluées par un bond de 10,5% de son action en après-Bourse.

    * ABBVIE a dégagé au troisième trimestre un bénéfice supérieur aux attentes et le laboratoire a relevé sa prévision annuelle grâce aux fortes ventes du traitement du cancer Imbruvica, commercialisé en partenariat avec JOHNSON & JOHNSON. L'action gagnait 4,3% en avant-Bourse.

    * SYMANTEC - Le spécialiste de la cybersécurité, concepteur de l'antivirus Norton, a annoncé des résultats trimestriels meilleurs que prévu, rassurant les analystes sur sa stratégie après des déceptions lors des trois trimestres précédents. L'action s'adjugeait 9,5% à 20,50 dollars avant l'ouverture de Wall Street.

    * GOPRO - Le fabricant de caméras d'action a vu son chiffre d'affaires baisser de 13% au troisième trimestre et sa prévision pour le trimestre en cours a également déçu les analystes, faisant décrocher son action de 13% à 6,25 dollars en après-Bourse.

  • Le point sur les marchés en milieu de séance

    Les marchés saluent les espoirs sur le front du commerce mondial

    1. Washington et Pékin font un pas vers un accord commercial, les Bourses européennes saluent la nouvelle.

    2. Francfort gagne 1,71%, Bruxelles 1,64% et Amsterdam 1,30%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 grimpe de 1,16% et l'Euro Stoxx 500 de 0,84%.

    3. La détente sur le front du commerce profite notamment au secteur automobile, dont l'indice Stoxx prend 3,6%

    4. Kering grimpe de 6,32% sur un relèvement de recommandation.

    5. Les prévisions d'Apple déçoivent.

    6. Les chiffres de l'emploi aux Etats-Unis à l'agenda.

  • Augmentation de capital pour Curetis

    L'entreprise biotechnologique Curetis souhaite lever jusqu'à 18,4 millions d'euros par le biais d'un placement privé, pour soutenir la commercialisation de son mini-laboratoire de diagnostic Unyvero au niveau mondial.

    Ce n'est pas rien pour un microcap avec un capitalisation boursière de moins de 40 millions d'euros.

    Si toutes les actions sont placées, elles représenteront 45,1% de l'ensemble des titres après le placement.

    La fourchette de prix devrait être comprise entre 2 et 2,6 euros.

    L'offre court de ce vendredi matin jusqu'au 7 novembre à 15h.

    Le début de cette opération signifie aussi que la publication des résultats pour le troisième trimestre est reportée du 16 au 23 novembre.

  • Econocom va de l'avant

    Tout comme Argenx et Celyad , Econocom est en passe de connaître une excellente semaine, l'action figurant parmi les meilleures progressions de la Bourse de Bruxelles.

    Après avoir vu son cours divisé par deux dans le sillage de son avertissement sur résultats en juin, l'action s'écarte désormais un peu plus de son plus bas historique, grâce notamment à un bond de 20% sur cette seule semaine.

    L'action gagne pour l'instant 5,8% à 2,85 euros.

  • Les perspectives industrielles de l'Allemagne s'assombrissent

    La croissance du secteur manufacturier a ralenti en octobre à son rythme le plus lent depuis près de deux ans et demi, avec une première baisse des commandes nouvelles depuis quatre ans et des perspectives qui s'assombrissent.

    L'indice PMI des directeurs d'achats était de 52,2 en octobre contre 53,7 en septembre et 52,3 en version flash.

    "Une deuxième baisse mensuelle consécutive des commandes à l'exportation a plombé un peu plus le secteur manufacturier en octobre", note Phil Smith, économiste d'IHS Markit.

    "La production a à peine augmenté par rapport au mois antérieur et il semble qu'elle doive diminuer dans les mois qui viennent plutôt que de regagner de l'élan".

  • Zone euro: l'indice PMI manufacturier au plus bas depuis août 2016

    La croissance manufacturière a inscrit en octobre son rythme le plus lent depuis plus de deux ans avec une première baisse des commandes à l'exportation depuis la fin 2014, ce qui semble à nouveau montrer que l'économie de la zone euro a bel et bien rétrogradé par rapport à son pic d'activité.

    L'indice PMI IHS/Markit des directeurs d'achats était de 52,0 en octobre, au plus bas depuis août 2016, contre 53,2 en septembre et 52,1 en version flash.

    Le sous-indice de la production, qui se retrouve dans l'indice PMI composite attendu mardi, a fléchi à 51,3, un plus bas de près de quatre ans, contre 52,7; mais il dépasse un peu l'estimation flash.

    Le sous-indice des commandes nouvelles ressort à 49,1 contre 50,2 en septembre. Il est à moins de 50 pour la première fois depuis juin 2013.

    La réaction de Chris Williamson, chef économiste d'IHS Markit:

    "Les préoccupations au sujet du secteur manufacturier de la zone euro se sont intensifiées au début du quatrième trimestre".

    "Une combinaison de déstockage, de dégradation des carnets de commandes et d'altération de l'optimisme des entreprises ne feront que s'ajouter aux craintes que les risques pour la croissance ne s'orientent à la baisse plutôt qu'être 'globalement équilibrés', comme la Banque centrale européenne (BCE) le laisse entendre".

    "Les commandes nouvelles se sont contractées pour la première fois depuis près de quatre ans et les tensions commerciales se développent; les ventes à l'exportation ont baissé pour la première fois depuis plus de cinq ans".

     

  • Kering, Ingenico et Edenred grimpent sur des changements de recommandation

    La tendance est animée également par des changements de recommandation avec notamment un gain de 6,6% pour Kering , sur lequel RBC passe à "surperformance" en soulignant les opportunités d'achat offertes par le repli
    récent de la valeur.

    Ingenico et Edenred prennent respectivement 3,2% et 4,3%, soutenus eux aussi par des éloges d'analystes.

    BofAML a relevé sa recommandation sur Ingenico à "neutre" selon un trader.

    JPMorgan a fait passer son conseil sur Edenred à "neutre" contre "sous pondérer". En outre, le spécialiste des services prépayésEdenred, connu pour le ticket restaurant, a fait savoir qu'il n'avait pas l'intention de faire une offre sur Ingenico.

  • KBCS sur Floridienne

    KBC Securities a mis à jour son modèle sur Floridienne , ce qui se traduit par un objectif de cours réduit à 190 euros (contre 210 euros).

    La recommandation "conserver" est maintenue.

    Les analystes expliquent leur décision par la situation difficile en Turquie de la division chimique.

    La division alimentaire (Festive Food Division) pourrait pâtir de la hausse du prix de certaines matières premières.

  • "L'ensemble des grands marchés sont dans le vert après des informations de Bloomberg selon lesquelles Trump a demandé de commencer à travailler sur un projet d'accord commercial avec la Chine."
    Les analystes chez Accendo Markets

  • Voici le briefing actions belges

  • Les propos de Trump dopent les marchés

    Les indices actions européens poursuivent leur rebond vendredi matin, dans un marché revigoré par les espoirs d'accord commercial entre Washington et Pékin et suspendu aux chiffres de l'emploi américain.

    Bruxelles gagne 1,59%, Francfort 1,52%, Paris 1,45% et Amsterdam 1,18%. L'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 bonifie de 1,16% et l'indice Euro Stoxx 500 de 0,81%.

    Selon Milan Cutkovic, stratégiste chez AxiTrader, le président américain Donald Trump, en indiquant avoir eu "une très bonne conversation" au téléphone avec son homologue chinois, "a suscité l'optimisme" sur l'issue du conflit commercial entre les deux pays.

    Comme ce sujet empoisonne les marchés actions "depuis quasiment un an", un accord entre les deux pays représenterait "un énorme soulagement" pour les Bourses mondiales, note le stratégiste.

    Dans l'immédiat, les investisseurs se focaliseront sur le traditionnel rapport mensuel sur l'emploi américain, avec une accélération attendue des créations de postes en octobre.

  • Boostez le rendement de vos placements...

    ... en participant à Finance Avenue ce samedi 17 novembre, le plus grand salon (gratuit) de l’argent pour les épargnants et les investisseurs. Des experts nationaux et internationaux vous donneront des conseils en or pour vos investissements.

  • Argenx: +4,77%, Celyad: +4,01%

    Ces deux valeurs biotechs poursuivent sur leur lancée de la veille. Hier, Argenx et Celyad ont brusquement accéléré leurs progression durant la séance, après la publication de données sur des essais cliniques en cours qui seront présentées lors d'un congrès début décembre.

    Argenx et Celyad sont en nette hausse depuis mercredi déjà.

  • | Opening Bell |

    Les marchés actions européens ouvrent en nette hausse, en attendant d'en savoir plus sur les chiffres de l'emploi américain pour le mois d'octobre, tout en surveillant d'éventuels développement dans le dossier commercial sino-américain.

    • Bruxelles: 1,58%
    • Amsterdam: +1,43%
    • Francfort: +1,46%
    • Paris: +1,34%
    • DJ Stoxx 600: +0,99%

  • Materialise vers un cours record

    La société Materialise spécialisée dans l’imprimerie 3D basée à Louvain, qui a relevé ses prévisions annuelles, semble convaincre les investisseurs à Wall Street.

    Le chiffre d'affaires, les bénéfices et les revenus futurs des licences / maintenance seront dans le haut de la fourchette des prévisions, a anoncé l'entreprise.

    L'action affiche une excellente semaine, avec deux augmentations d'exactement 8,14% (à 15,95 en dollars) dans les deux jours suivant la publication des résultats, ce qui permet de flirter avec le prix maximum atteint il y a un peu plus d'un an (16,29 dollars).

    Si l'action augmente encore aujourd'hui et si la progression dépasse 2,13%, Materialise atteindra son plus haut niveau historique.

    Les analystes y croient déjà: les trois spécialistes qui suivent l'action, dont Guy Sips de KBC Securities à Bruxelles, disposent d’un conseil d’achat fort pour Materialise.

  • Intervest acquiert Ubicenter

    Intervest acquiert Ubicenter, un complexe de bureaux de 23.150 mètres carrés de bureaux, situés à Louvain sur le Philipssite.

    Le complexe, loué à plus de 95% à 12 locataires, répond à toutes les exigences en matière du "nouveau travail".

    Le montant total de l’investissement s’élève à 33,7 millions d'euros et générera à partir de la signature de l’acte notarié des revenus locatifs de 2,75 millions d'euros, offrant un rendement initial brut de 8,2%.

    La transaction est structurée comme un transfert d’un droit d’emphytéose en vigueur jusqu’en 2099, où la ville de Louvain conserve les droits de propriété résiduaire. Le paiement du prix et le transfert du droit d’emphytéose auront lieu lors de la signature de l’acte notarié qui est prévu en décembre 2018.

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    Hausse attendue en Europe, l'emploi US en ligne de mire

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en hausse dans le sillage de Wall Street et des marchés asiatiques sur fond d'accalmie sur le front des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien, le Dax à Francfort et le FTSE à Londres devraient progresser de 0,8% à 0,9% en début de séance.

    3. Le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping ont chacun fait part de leur optimisme quant à une résolution du conflit commercial qui les oppose, ce qui booste les marchés asiatiques ce matin.

    4. Côté indicateurs, la journée sur les marchés sera rythmée par les indices PMI manufacturiers en Europe, dans leur version définitive, en attendant les créations d'emplois d'octobre aux Etats-Unis, prévues en hausse à 190.000. 

    5. L'actualité des entreprises sera dominée par les retombées de la publication des comptes d'Apple mais les investisseurs prendront aussi connaissance des résultats du géant chinois du commerce en ligne Alibaba et des compagnies pétrolières Exxon Mobil et Chevron.

     

  • Apple puni en Bourse

    Apple s'est assuré des résultats financiers trimestriels et annuels record grâce aux prix élevés de ses iPhone, qui coûtent en moyenne 800 euros. Mais la firme à la poomme s'est vu lourdement sanctionnée en Bourse en raison notamment de prévisions de fin d'année jugées timides, une période habituellement faste pour le fabriquant, qui table sur 89 à 93 milliards de dollars de chiffre d'affaires, sous la fourchette moyenne des analystes.

    La déception des investisseurs a eu pour effet de faire passer brièvement la capitalisation du groupe sous la barre symbolique des 1.000 milliards de dollars franchie pour la première fois le 2 août.

    Vers 00h30, le titre se repliait encore de 6,62% à 207,50 dollars dans les échanges électroniques d'après clôture à Wall Street.

    ©AFP

  • Tokyo rebondit en clôture

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo a fini sur un rebond de 2,56%, porté par un affaiblissement du yen et un apaisement des inquiétudes sur les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis.

    → L'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a repris 556,01 points à 22.243,66 points

    → L'indice élargi Topix s'est apprécié de 1,64% (+26,71 points) à 1.658,76 points.

  • Bonjour!

    Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Merci de nous suivre!

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés