1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street clôture en ordre dispersé, dopé par les grandes valeurs de la tech

Après avoir ouvert dans le rouge, Wall Street a terminé sur une note contrastée, tiraillé entre les inquiétudes sur la croissance et un relatif optimisme quant aux publications d'entreprises. Les bourses européennes ont fini dans le rouge. Barclays plombe Disney, tandis que la Big Tech brille.
  • À suivre ce mardi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. La séance de ce mardi sera animée par les résultats trimestriels. Sont attendus: Ericsson, Danone, Kering, Johnson & Johnson ou encore Procter & Gamble, pour ne citer qu'eux.

  • Les géants du numérique ont porté Wall Street

    Parmi les poids lourds du numérique ayant contribué à soutenir la tendance, Apple a pris 1,18% après la présentation de deux nouveaux MacBook Pro. 

    Tesla (+3,21%), Facebook (+3,26%), Netflix (+1,54%) et dans une moindre mesure Microsoft (+1,01%), Alphabet (+1,0%)  et Amazon (+1,11%) ont aussi brillé alors qu'approchent leurs publications de résultats trimestriels. 

  • Wall Street finit sur une note contrastée, entre croissance molle et bons résultats d'entreprises

    La Bourse de New York a clôturé sur une note contrastée, entre inquiétudes sur la croissance et relatif optimisme quant aux publications d'entreprises.  

    Le Dow Jones a abandonné 0,10% à 35.259,01 points, l'indice Nasdaq, très orienté par les valeurs technologiques, a lui gagné 0,84% à 15.021,80 points et l'indice élargi S&P 500 a pris 0,34% à 4.486,39 points, selon des résultats préliminaires. 

    Les chiffres du produit intérieur brut de la Chine ont montré un ralentissement plus prononcé que prévu de l'économie chinoise au troisième trimestre, avec une croissance au plus bas depuis un an. Ces données alimentent l'incertitude autour de la vigueur de la reprise économique mondiale, qui génère elle-même des problèmes sur les marchés de l'énergie et des goulets d'étranglement dans les chaînes d'approvisionnement, sur fond de présence persistante du COVID-19. Ces soucis ont pesé dans les premiers échanges avant de céder la place au relatif optimisme des investisseurs pour la saison des résultats trimestriels qui s'ouvre à peine. 

  • Apple dévoile ses nouveaux MacBooks et Airpods

    Le géant technologique lance deux nouveaux modèles de MacBook et des nouveaux écouteurs. Ainsi qu'un nouveau service d'abonnement musical à 5 dollars par mois.

    Apple a terminé sur une hausse d'environ 1% à Wall Street, alors que le reste de la Big Tech bondissait également. 


  • Wall Street termine en ordre disperé

    Wall Street finit sur une note contrastée: 

    Dow Jones: -0,10%.

    S&P 500: +0,34%.

    Nasdaq Composite: +0,84%.

  • Les États-Unis mettent en garde contre la menace des cryptomonnaies

    L'administration du président Joe Biden a annoncé une série de recommandations visant à réorganiser son système de sanctions économiques, afin d'en faire un outil plus efficace de la politique étrangère des États-Unis. Elle a également prévenu qu'il fallait faire davantage pour protéger le pays contre la menace que représente l'essor des cryptomonnaies.

    Pour rappel, Proshares lancera ce mardi à New York le premier fonds négocié en bourse basé sur des contrats à terme bitcoin. Le cours de la monnaie numérique gagnait 1,4% et dépassait toujours les 61.300 dollars vers 22h. 

  • Après des records pluriannuels du Brent et du WTI, les prix du brut se modèrent

    Les cours du pétrole se sont assagis en clôture après avoir battu de nouveaux records pluriannuels en séance, dans un climat haussier fait de forte demande, notamment avec la reprise du transport aérien, et d'offre contenue.  

    Le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a conclu en repli de 53 cents ou 0,62% à 84,33 dollars. Il avait atteint 86,04 dollars peu avant 03H15 GMT, une première depuis le 4 octobre 2018.  

    À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour le mois de novembre a grappillé 17 cents ou 0,20% pour terminer à 82,44 dollars. En séance, il avait touché 83,73 dollars, un prix plus vu depuis le 21 octobre 2014.  

    Le Brent et le WTI avaient déjà bouclé vendredi leurs sixième et huitième hausse hebdomadaire, respectivement. 

  • Wall Street en ordre dispersé

    Après avoir ouvert en baisse, la Bourse de New York évolue désormais en ordre dispersé, soulagé, entre autres, par le tassement des cours du pétrole.

    Le S&P 500 progresse de 0,2 % et le Nasdaq composite de 0,7 %, tandis que le Dow Jones perd 0,2%. Moins de deux heures avant la clôture, les actions américaines s’inscrivent ainsi dans le prolongement des gains de la semaine dernière, lorsque des résultats d'entreprises et des rapports économiques solides avaient porté Wall Street.

  • Disney repousse la sortie de plusieurs films Marvel et du prochain "Indiana Jones"

    Ce n'est décidément pas le jour de Disney , dont le titre chutait déjà cet après-midi en raison de l'abaissement de la recommandation de Barclays à "pondération en ligne" contre "surpondérer". (Voir post de 16h30)

    Voici désormais que l'entreprise annonce le report pour plusieurs mois de la sortie de plusieurs films des studios Marvel et a repoussé à 2023 celle du prochain "Indiana Jones".  

    La commercialisation du prochain épisode de la série "Doctor Strange" a été décalée au 6 mai au lieu du 25 mars, ce qui a amené Disney à ajuster aussi les sorties des films d'autres super-héros Marvel prévues en 2022. Le prochain "Thor" sortira le 8 juillet au lieu du 6 mai et le prochain "Black Panther" le 11 novembre au lieu de juillet. Le cinquième épisode de la saga "Indiana Jones", avec Harrison Ford, sera pour sa part dans les salles le 30 juin 2023 et non pas le 29 juillet prochain. Les studios hollywoodiens ont dû à plusieurs reprises modifier les calendriers de sortie des films depuis le début de la pandémie de COVID-19. 

  • Les "techs" en plein boom

    Les grosses entreprises technologiques sont en hausse, environ deux heures avant la fermeture de Wall Street. Alphabet, la maison mère de Google, Microsoft, Apple et Amazon gagnent ainsi toutes entre 0,5 et 1,1%. Quant à Tesla et Facebook, les deux entreprises grimpent d'environ 3%. 

  • Bakkt fait ses débuts à New York

    La plateforme de cryptomonnaies Bakkt a fait ses premiers pas à Wall Street ce lundi, sous le symbole "BKKT". L’entreprise, qui est entrée en bourse grâce à un accord avec un Spac, a ouvert à 9,58 dollars.

  • Cofinimmo s'offre deux maisons de repos et de soins aux Pays-Bas

    Cofinimmo  essaye-t-il d’atteindre le seuil des 80% d’immobilier de santé au sein de son portefeuille, à partir duquel les dividendes d’une SIR bénéficient d’un précompte mobilier réduit ? Le groupe vient, en tout cas, de faire l’acquisition de deux maisons de repos et de soins aux Pays-Bas pour environ 23 millions d’euros. Les sites se situent à Hellendoorn et Nijverdal, à l’est des Pays-Bas. Elles font partie de la commune d’Hellendoorn à Overijssel, qui compte environ 36.000 habitants, précise la SIR.

    Le site premier site, De Parallel à Nijverdal, date de 2006 et dispose d’un label énergétique de niveau A. La maison de repos et de soins à Hellendoorn est, quant à elle, un complexe d’environ 11.000 m² et environ 143 unités.

    Le rendement locatif brut de cette transaction est supérieur à 6%, souligne également la société dans son communiqué. Elle fait également savoir que les immeubles sont déjà loués à des prestataires de soins de premier plan aux Pays-Bas. 

    Le rendement locatif brut est supérieur à 6%, souligne également la société, qui fait également savoir que les immeubles sont déjà loués à des prestataires de soins de premier plan aux Pays-Bas

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: -0,64%

    AEX: -0,46%

    CAC 40: -0,81%

    Résultats provisoires

  • Macy's s'envole à Wall Street

    Le groupe de grands magasins Macy's  grimpe de plus de 8%, profitant d'informations de presse faisant état d'une possible introduction en bourse de l'activité de commerce en ligne de son concurrent Saks.

    Selon d'autres informations de presse, la société d'investissement Jana Partners encourage Macy's à scinder également son activité en ligne du reste du groupe. 

  • Wall Street en ordre dispersé, la croissance américaine inquiète

    La Bourse de New York a ouvert en baisse, inquiète du ralentissement de la croissance américaine, illustré par un mauvais indicateur.  

    Vers 16h15, le Dow Jones se repliait de 0,28%, à 35.195,12 points, tandis que l'indice Nasdaq, à forte composition technologique, gagnait 0,17% à 14.922,13 points. L'indice élargi S&P 500, était lui quasiment à l'équilibre (-0,02% à 4.470,41 points). 

  • Walt Disney: -2,9%

    Walt Disney  perd près de 3% à Wall Street après l'abaissement de la recommandation de Barclays à "pondération en ligne" contre "surpondérer".  

    Pour Barclays, le géant des médias doit opérer des changements audacieux afin d'inverser le ralentissement de la croissance de son service de streaming Disney+. Le mois dernier, le CEO de Disney, Bob Chapek, a en effet laissé sous-entendre que Disney+ ralentissait.  

    Disney+, qui fut lancé en 2019, a utilisé ses franchises à succès comme "Star Wars" et "Avengers" afin d'attirer de nouveaux abonnés. Les autres plateformes de streaming, telles que Netflix Inc, Apple TV+ et Amazon Prime Video, ont eu une approche différente, car elles ont investi massivement dans du contenu original pour attirer des abonnés.  

    "Alors que la société (Disney) semble viser un nouveau contenu par semaine, chaque contenu n'a pas la même valeur de franchise ou la même visibilité", a déclaré Kannan Venkateshwar, analyste chez Barclays. 

    Barclays a également déclaré que le ralentissement du nombre d'abonnés à Disney+ ne pouvait pas être uniquement attribué au bond des ajouts en 2020, lorsque les plateformes de streaming ont gagné en popularité.  

    Pour atteindre son objectif de 230 à 260 millions d'abonnés Disney+ à la fin de l'exercice 2024, Disney devra plus que doubler son rythme de croissance actuel pour atteindre au moins le même niveau que Netflix, selon Barclays. 

  • Goldman Sachs: +2,3%

    Goldman Sachs  grimpe de 2,3%, peu après l'ouverture de Wall Street, et est en tête de l'indice Dow Jones. La banque a reçu l'accord de l'autorité des marchés financiers en Chine pour prendre le contrôle de sa coentreprise chinoise.

  • Zillow Group: -10%

    Le groupe immobilier Zillow Group abandonne plus de 10% à l'ouverture de Wall Street. La raison est à chercher dans un article de Bloomberg, selon lequel la société a arrêté d'acheter de l'immobilier résidentiel aux États-Unis.

  • Wall Street ouvre en baisse, inquiétudes sur la croissance américaine

    La Bourse de New York a ouvert en baisse, inquiète du ralentissement de la croissance américaine, illustré par un mauvais indicateur.  

    Le Dow Jones a ouvert en baisse de 0,66%, à 35.060,06 points, tandis que l'indice Nasdaq, à forte composition technologique, se repliait de 0,38% à 14.841,26 points et l'indice élargi S&P 500 de 0,52% à 4.448,01 points. 

  • Wall Street | Opening bell

    Wall Street ouvre dans le rouge: 

    Dow Jones -0,40%

    Nasdaq -0,36%

    S&P 500 -0,36% 

  • La production industrielle chute en septembre aux USA

    La production industrielle a chuté en septembre aux États-Unis, à cause notamment de la production automobile, qui souffre toujours de la pénurie mondiale de semi-conducteurs, selon les données publiées lundi par la Banque centrale américaine (Fed). La production a ainsi baissé de 1,3% en septembre et la seule production automobile plonge de 7,2%.

    Par ailleurs, les données du mois d'août ont été révisées en baisse (-0,1% au lieu de +0,4% initialement annoncé). 

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * EXXON MOBIL et CHEVRON gagnent respectivement 0,8% et 0,6% dans les échanges en avant-bourse sur fond de hausse des cours du pétrole, au plus haut depuis octobre 2018 pour le Brent.

    * FACEBOOK prévoit de recruter 10.000 personnes dans l'Union européenne au cours des cinq prochaines années afin de contribuer à la création d'un "metaverse", un univers en ligne dans lequel les utilisateurs interagissent dans des espaces virtuels partagés.

    * NETFLIX estime que sa série "Squid Game", qui affiche le démarrage le plus réussi de l'histoire de la plate-forme de vidéo en ligne, pourrait lui rapporter près de 900 millions de dollars (777 millions d'euros), rapporte Bloomberg en citant les chiffres d'un document interne.

    * APPLE devrait dévoiler, ce lundi, de nouvelles versions de sa gamme d'ordinateurs portables MacBook qui pourraient s'appuyer sur un nouveau processeur développé en interne en remplacement de puces d'INTEL, estiment la plupart des analystes avant une présentation en ligne du groupe.

    * GOLDMAN SACHS a reçu l'accord de l'autorité des marchés financiers en Chine pour prendre le contrôle de sa coentreprise chinoise.

    * SQUARE envisage de constituer un système d'extraction de bitcoins s'appuyant sur une plate-forme en accès libre ("open source") pour les particuliers comme pour les entreprises, a déclaré vendredi son directeur général Jack Dorsey.

    * ZILLOW GROUP - Le groupe d'immobilier en ligne perdait 7,3% dans les échanges en avant-bourse après un article de Bloomberg selon lequel il a arrêté d'acheter de l'immobilier résidentiel aux États-Unis.

    * UNITED THERAPEUTICS a annoncé ce lundi que la Food and drug administration (FDA) avait refusé d'approuver son traitement d'un type de cancer du poumon, développé en partenariat avec MMANNKIND. L'action Mannkind chutait de près de 17% dans les échanges en avant-bourse.

  • Onward Medical resserre la fourchette du prix de son IPO

    Onward Medical a donné la semaine dernière le coup d’envoi de sa souscription publique (IPO) qui doit se terminer ce mardi 19 octobre à 16 heures. La première cotation du spécialiste de la technologie médicale focalisé sur les lésions de la moelle épinière est prévue ce jeudi 21 octobre.

    La fourchette du prix des actions offertes par Onward Medical a été resserrée ce lundi à un montant se situant entre 12,75 et 13,75 euros, contre la fourchette de prix oscillant entre 11,75 et 13,75 euros annoncée précédemment.

    Une tranche est réservée aux investisseurs particuliers.

    En supposant que le prix final se situe au bas de la nouvelle fourchette annoncée, la taille de l’offre pourra atteindre un maximum de 103,8 millions d’euros si les différentes options (augmentation et surallocation) sont exercées.

  • Volvo Cars vise une capitalisation boursière de 20 milliards d'euros

    Volvo Cars vient de publier le prospectus de sa prochaine introduction en bourse de Stockholm. Les actions sont proposées entre 53 et 68 couronnes suédoises chacune. Cela correspond à une valeur boursière comprise entre 163 et 200 milliards de couronnes suédoises. Dans le haut de la fourchette, cela équivaut à 20 milliards d'euros.

    Le premier jour de cotation est prévu pour le 28 octobre.

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les rendements obligataires mondiaux se tendent et les principaux marchés actions européens reculent alors que la flambée des prix de l'énergie renforce les inquiétudes concernant l'inflation et alimente les spéculations sur un resserrement de la politique monétaire.

    Les contrats à terme sur indices américains reculent de l'ordre de 0,25%, tandis que les sociétés liées aux cryptomonnaies et les valeurs minières progressent dans les échanges pré-marché.

    En Europe, les actions du commerce de détail et des biens de consommation courante poussent l'indice Stoxx 600 à la faute. L'indice Stoxx 600 perd 0,4%,.

    Les entreprises du secteur du luxe glissent sur les inquiétudes concernant la législation fiscale chinoise et le ralentissement de l'économie au troisième trimestre.

    Sur le marché obligataire, le rendement britannique à 10 ans se tend de 4 points de base à 1,146%, après que le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Andrew Bailey, a mis en garde contre la nécessité de réagir aux pressions sur les prix. Les paris sur les hausses de taux s'intensifient également aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande, où l'inflation s'est accélérée au rythme le plus rapide en 10 ans.

    Le rendement des bons du Trésor à dix ans gagne 3 points de base à 1,6%.

  • L'ETF bitcoin de Proshares arrive à New York

    Selon le New York Times, l'ETF de Proshares adossé au bitcoin sera disponible ce mardi à la Bourse de New York (lire aussi notre post de 10h36). 

    Le cours du bitcoin réagit positivement à la cotation du premier ETF sur les cryptomonnaies accessible à Wall Street, gagnant vers 13h15 plus de 3% pour se rapprocher des 61.500 dollars. 

  • UPDATE | Briefing actions belges

    "Achetez Melexis" | Targets baissés sur AB InBev et Aperam | Mithra en forme (+Briefing)

  • Sofina en tête du Bel 20 grâce à THG

    Le titre The Hut Group (THG)  signe la plus forte hausse au sein du Stoxx Europe 600. Le détaillant en ligne - dans lequel le holding belge Sofina  détient une participation de près de 8% - a annoncé que son CEO, Matthew Moulding, va renoncer à ses actions à droits spéciaux. L'objectif est de rassurer les investisseurs après le plongeon en bourse de la semaine dernière (-36,09%). 

  • L'investissement durable a quasiment doublé en Belgique en 2020

    D'après l'étude ERSIS (Ethibel research on sustainable investments and savings) du Forum Ethibel, l'investissement socialement responsable (ISR) a enregistré une forte croissance l'an dernier en Belgique.

    "Par rapport à l’année précédente, le volume de l’investissement durable a presque doublé pour atteindre 96,3 milliards d’euros", indique le Forum Ethibel. "En outre, le ratio des produits durables, ou ISR, par rapport à l’investissement total dans les fonds d’investissement (Indice de marché Ethibel ISR) augmente de manière significative, passant de 22,1% à 41,6%."

  • Ce qui a réellement fait chuter Umicore aujourd'hui

  • "Squid Game" vaut 900 millions de dollars, selon Netflix

    Netflix  estime que sa série "Squid Game", qui affiche le démarrage le plus réussi de l'histoire de la plate-forme de vidéo en ligne, pourrait lui rapporter près de 900 millions de dollars (777 millions d'euros), rapporte Bloomberg en citant les chiffres d'un document interne. Le chiffre de 900 millions de dollars est peut-être encore sous-estimé.

    Depuis le lancement de Squid Game, le 17 septembre, la valeur boursière de Netflix a augmenté de 7%, soit 18 milliards de dollars, pour atteindre 278 milliards de dollars. Au cours de la même période, le Nasdaq Composite a chuté de 1%. Demain soir, Netflix sera le premier au sein du groupe des actions FAANG à publier ses résultats.

     

    Capitalisation boursière de Netflix

  • Le bitcoin toujours soutenu avec le lancement imminent d'un ETF aux USA

    Le prix du bitcoin reste proche de son récent plus haut de six mois avant le lancement du premier fonds indiciel (ETF) adossé à des contrats à terme sur la cryptomonnaie, qui pourrait attirer de nouveaux investisseurs.

    La Securities and exchange commission (SEC) a publié, vendredi, le prospectus d'enregistrement du fonds "ProShares Bitcoin Strategy ETF" et, sauf objection de dernière minute, la cotation de ce nouveau fonds pourrait débuter dès mardi. D'autres gestionnaires de fonds pourraient lancer des ETF adossés au bitcoin dans les semaines ou les mois à venir.

    La plus importante des cryptomonnaies en valeur gagne 1,80%, à 61.797,54 points, non loin du plus haut de six mois atteint vendredi à 62.944 dollars et moins de 5% en dessous du record historique de 64.895 dollars inscrit en avril.

    Les règles en vigueur aux États-Unis en matière d'ETF n'obligent pas la SEC à donner un feu vert formel à un nouveau fonds, tout lancement devenant possible en l'absence d'objection du gendarme de Wall Street dans un délai de 75 jours.

    Dans ces conditions, l'ETF de ProShares pourrait être coté ce lundi ou mardi.

     

  • Jefferies sur UCB: "Une opportunité d'achat"

    Les analystes de Jefferies restent calmes après le report de la décision de la FDA sur Bimzelx. Selon eux, il y avait une crainte généralisée que l'approbation du médicament contre le psoriasis d'UCB serait retardé en raison de l'impossibilité d'inspecter les installations de production dans l'Union européenne.

    Ils s'attendaient donc à une réaction négative sur le cours de l'action - qui a déjà fortement baissé depuis l'ouverture -, ce qui représente une opportunité d'achat pour eux. "Nous pensons qu'à plus long terme, les acheteurs pourraient voir la faiblesse du cours de l'action comme une opportunité d'achat."

    Les analystes de Jefferies restent convaincus que Bimzelx sera approuvé aux États-Unis, mais ils voient un risque à court terme pour le chiffre d'affaires. La recommandation reste d'"acheter". Leur objectif de cours est de 130 euros.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés actions européennes reculent, sur fond de flambée des prix des matières premières et de craintes d'une crise énergétique naissante tandis que les faibles données économiques chinoises entretiennent les inquiétudes concernant le ralentissement de la croissance économique.

    L'indice Stoxx 600 recule de 0,52% et l'indice Euro Stoxx 50 cède 0,82%. Ailleurs en Europe, les pertes varient entre -0,43% à Francfort et -0,96% à Paris.

    Les actions de luxe exposées à la Chine, dont LVMH et Kering , chutent d'environ 3% chacune après l'appel du président chinois Xi Jinping à étendre une taxe à la consommation.

    La société néerlandaise de technologie de la santé Philips abandonne 0,6% après avoir abaissé ses perspectives alors qu'un rappel massif d'appareils respiratoires et une pénurie de composants électroniques ont affecté les résultats du troisième trimestre.

    Le spécialiste des matériaux spéciaux Umicore cède un peu plus de 5% après avoir, lui aussi, abaissé ses perspectives.

    Les valeurs minières européennes et les utilities pointent parmi les rares gagnants, les contrats à terme sur le brut dépassant les 85 dollars le baril et les prix des métaux se redressant.

    Le détaillant en ligne britannique The Hut Group progresse de 3,11% après avoir annoncé qu'il retirerait la "golden share" de son fondateur.

  • Valneva: +35,75%

    Valneva bondit de plus de 35% après des résultats positifs des essais de son candidat vaccin contre le Covid-19.

  • Voici le briefing actions belges

    Umicore sous pression | Avis de brokers sur AB InBev et Aperam (+Briefing)

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -0,35%
    Bruxelles: -0,79%
    Paris: -0,52%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,47%
    DJ Stoxx 600: -0,32%

    Umicore: -3,11%
    UCB: -2,35%
    Philips:-3%

    LVMH: -1,2%
    Kering: -1,36%
    Hermès: -0,97%

  • Oddo BHF fan de Melexis

    L'analyste d'Oddo BHF, Stephane Houri, relève sa recommandation sur Melexis à "surperformance" contre "neutre".

  • Bpost veut fusionner ses activités de colis et de courrier en Belgique

    Dirk Tirez, le nouveau CEO de bpost , a décidé de fusionner, sur le sol belge, les activités colis/services e-commerce - largement hébergées dans la division Colis&Logistique - avec l'activité courrier, regroupée dans la division Mail&Retail, selon le journal Le Soir.

    Parcels&Logistics et Mail&Retail sont actuellement deux organisations distinctes, chacune avec sa propre direction. Mais selon Le Soir, il n'y aurait bientôt qu'une seule structure, avec une seule direction.

    Bpost entend répondre ainsi à la problématique de la baisse continue du volume de courrier qui oscille entre -5 et -10% par an (-31% ces cinq dernières années).

    Par ailleurs, Radial, la filiale américaine, ne recevra, quant à elle, plus un euro de la Belgique, précise Le Soir.

  • Euronext lance un indice MIB ESG

    L'opérateur boursier Euronext annonce la création d'un indice "MIB ESG" composé de 40 entreprises italiennes cotées affichant les meilleures pratiques en matière de normes environnementales, sociales et de gouvernance.

    La sélection repose sur les 60 valeurs italiennes les plus liquides à l'exclusion de celles dont les activités ne sont pas compatibles avec les critères d'investissement ESG. La composition de l'indice sera révisée tous les trimestres.

    Euronext, qui a bouclé en avril le rachat de Borsa Italiana, avait déjà annoncé en mars le lancement d'un indice CAC 40 ESG.

  • Le pétrole continue de monter

    Le marché pétrolier prend plus de 1%, poursuivant sur sa lancée de la semaine dernière sur fond de reprise ininterrompue de la demande avec les besoins nouveaux des producteurs d'électricité et la réouverture des frontières dans plusieurs pays.

    Le Brent gagne 1%, à 85,71 dollars le baril, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) avance de 1,34%, à 83,38 dollars.

    Le Brent est monté à 86,04, au plus haut depuis octobre 2018, et le WTI à 83,73, au plus haut depuis octobre 2014.

  • Umicore tempère ses perspectives pour 2021

    Umicore révise légèrement ses perspectives pour l'ensemble de l'année 2021 et s'attend désormais à ce que son résultat d'exploitation ajusté (ebit ajusté) approche 1 milliard d'euros.

    Cette prévision se compare à la précédente prévision d'un ebit ajusté légèrement supérieur à 1 milliard d'euros, communiquée le 30 juillet, et reflète la récente baisse des prix des métaux platinoïdes, ainsi qu'un impact plus fort que prévu de la pénurie mondiale de semi-conducteurs sur la production automobile.

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues sans grand changement à l'ouverture après une série d'indicateurs chinois traduisant une croissance plus faible encore qu'attendu, une mauvaise surprise qui pourrait favoriser les prises de bénéfice après une semaine faste.

    Les contrats à terme sur indices suggèrent une baisse de 0,06% pour le Dax à Francfort, de 0,08% pour le FTSE 100 à Londres et une quasi-stabilité pour l'EuroStoxx 50 et le Cac 40 à Paris.

    La croissance de l'économie chinoise, la deuxième du monde, est tombée à 4,9% en rythme annuel sur la période juillet-septembre, au plus bas depuis le troisième trimestre de l'an dernier, en raison des goulets d'étranglement dans l'industrie, des coupures d'électricité à répétition, des reprises sporadiques de l'épidémie de Covid-19 et des turbulences du marché de l'immobilier.

    Les statistiques de septembre montrent, en outre, que la production industrielle a déçu avec une hausse sur un an de 3,1%, contre +5,3% le mois précédent et alors que le consensus ressortait à +4,5%.

    Ces chiffres confortent, aux yeux d'une partie des investisseurs, le scénario de nouvelles mesures de soutien de la Banque populaire de Chine (BPC) dans les jours ou les semaines à venir.

    Les résultats de sociétés, qui vont se multiplier dans les jours à venir, constituent pour l'instant un facteur de soutien pour les marchés actions. Selon les derniers chiffres Refinitiv-IBES, les analystes tablent désormais sur une progression des bénéfices de l'indice Standard & Poor's 500 américain de 32% sur un an, contre +29,4% début octobre.

  • Warning de Philips

    Le groupe néerlandais des technologies de la santé Philips abaisse ses perspectives de croissance des ventes et des bénéfices en 2021, le rappel massif d'appareils d'aide respiratoire et la pénurie mondiale de composants électroniques ayant affecté ses résultats du troisième trimestre.

    Ses ventes à périmètre comparable ont reculé de 7,6% au troisième trimestre par rapport à la même période l'année dernière, tandis que le bénéfice ajusté avant impôt, charges financières et amortissements (ebitda) a diminué d'un quart et ressort à 512 millions d'euros.

  • Du côté des marchés asiatiques

    > À la Bourse de Tokyo, l'indice Nikkei perd 0,23% à moins d'une heure de la clôture sur des prises de bénéfice après avoir atteint en début de séance, à 29.144,33 points, son plus haut niveau depuis le 1er octobre.

     Toyota gagne toutefois 2,31%, le marché saluant la confirmation de son objectif de production annuel malgré les perturbations liées aux pénuries de semi-conducteurs

    > En Chine, le SSE Composite de Shanghai cède 0,37% et le CSI 300 1,45% après les indicateurs économiques du jour. La baisse atteint 2,7% pour le secteur immobilier.

  • Le PIB chinois rate le consensus

    L'économie chinoise a progressé au troisième trimestre à son rythme le plus faible en un an, affectée par des coupures d'électricité, les goulots d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement et des foyers de contamination au coronavirus.

    D'après les données officielles communiquées lundi, le produit intérieur brut (PIB) de la Chine a progressé en rythme annuel de 4,9% sur la période juillet-septembre, soit un plus bas depuis le troisième trimestre 2020, après une hausse de 7,9% sur un an au deuxième trimestre.

    Cela confirme la décélération de la deuxième puissance économique mondiale, qui avait affiché une croissance de 18,3% au premier trimestre - un pourcentage élevé découlant en partie du vaste creux provoqué par la crise sanitaire début.

    Il s'agit d'un ralentissement plus important qu'anticipé par les analystes, dont le consensus ressortait à +5,2%.

  • Permis refusé pour la centrale au gaz de Tessenderlo

    L’entreprise Tessenderlo souhaitait construire une deuxième grande centrale au gaz sur son site à l’horizon 2025, à côté d’une plus petite dont elle dispose déjà. Le groupe chimique, dont Luc Tack est le grand patron, avait pour ambition que sa nouvelle centrale ait une capacité de 900 MW, ce qui en aurait fait la plus grande du pays. Ses plans se trouvent désormais confrontés à un solide obstacle avec le refus de la ministre flamande de l'Aménagement du territoire et de l'Énergie, Zuhal Demir, d'accorder le permis de bâtir.

  • Recticel répond à Greiner

    Recticel a répondu vendredi soir au groupe autrichien Greiner, lequel a démarré une OPA sur le groupe belge au prix de 13,50 euros par action.

    Recticel revient, notamment, sur un point du communiqué de Greiner, dans lequel l’entreprise autrichienne déclare que son OPA sur Recticel valorise la société à une valeur d’entreprise de 1,173 milliards d’euros, ou 20,8 euros par action. Selon le groupe belge, ceci n’est pas en ligne avec ce que dit Greiner dans son prospectus, qui implique une valeur d'entreprise de 1,058 milliards d'euros ou 18,8 euros par action.

    Autre élément soulevé par Recticel: la valeur implicite de l'activité Isolation dans l'offre de Greiner s'élève à seulement 411 millions d'euros, précise le groupe belge, ce qui est nettement inférieur à l'évaluation moyenne du consensus de 708 millions d'euros. L’offre de Greiner sous-évaluerait donc considérablement l'activité isolation de Recticel.

  • Air Liquide, Saint-Gobain, Signify... Les actions chouchous de Raphael Ursi (Invest4Growth)

    Raphael Ursi est directeur général d'Invest4Growth. Ses cinq actions préférées sont Air Liquide, Saint-Gobain, PayPal, Signify et Li Ning.

  • "Une semaine de hausse schizophrénique par les marchés se profile"

    Les résultats de sociétés vont continuer d'influencer la tendance sur les marchés d'actions cette semaine. De nombreuses sociétés sont attendues au rapport. Danone, Kering, Johnson& Johnson, United Airlines, Carrefour, Netflix, Roche, Intel, Daimler, Barclays, Renault et L'Oreal figurent dans la liste.

    À Bruxelles, les journées de mercredi  et jeudi seront riches en résultats puisque Barco, WDP et Wereldhave publieront leurs chiffres. Le lendemain, ce sera au tour de MDX Health, Orange Belgium, Sipef et Genkyotex.

    La bourse de Bruxelles accueillera aussi l'introduction d'Onward, prévue vendredi. Le prix de cotation sera annoncé mercredi.

    Une autre introduction en bourse devrait aussi faire parler d'elle la semaine prochaine: l'entreprise de coworking WeWork est attendue sur le New York Stock Exchange jeudi.

    Du côté des statistiques, peu d'indices économiques sont attendus. Le livre beige de la Réserve Fédérale américaine, un rapport sur les conditions économiques, sera publié mercredi.

    "Le calendrier des données d’ici au 23 octobre semble relativement calme, ce qui signifie qu'une semaine de hausse schizophrénique des marchés avec des sautes d'humeur quotidiennes du sentiment se profile. La frénésie d’achat, comme en 2020, pourrait se poursuivre jusqu'à la semaine prochaine", a souligné Jeffrey Halley, analyste chez Oanda.

     

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés