1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street clôture sans direction, le Dow porté par de bons indicateurs

La Bourse US a terminé en ordre dispersé ce jeudi, le Dow étant porté par les chiffres du PIB US et le chômage. Les bourses européennes avaient elles aussi terminé en ordre dispersé et proches de l'équilibre. D'Ieteren a bondi de 5,5% à Bruxelles et Airbus s'est envolé de 9% à Paris.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Wall Street finit en ordre dispersé après des données sur l'emploi

    La Bourse de New York a fini en ordre dispersé ce jeudi alors que des données publiées dans la journée signalant une amélioration du marché de l'emploi aux Etats-Unis ont alimenté la perspective d'un rebond de l'économie et poussé les investisseurs à se tourner vers des titres jugés à même d'en profiter pleinement. Le Dow Jones a gagné 0,41% à 34.464,64 points. Le S&P 500 a pris 0,12% à 4.200,88 points. Le Nasdaq a reculé de son côté de 0,01% à 13.736,28 points.

    Le nombre d'inscriptions au chômage aux Etats-Unis a diminué plus qu'attendu la semaine dernière, s'établissant à un plus bas de 14 mois sur fond d'assouplissement supplémentaire des restrictions sanitaires face au coronavirus. Ces données ont favorisé la hausse du rendement des emprunts d'Etat américains, les bons du Trésor américain à dix ans s'établissant à 1,625%, et enrayé l'attrait pour les valeurs à forte croissance dans des secteurs comme la technologie. La tendance a porté les secteurs du S&P 500 censés profiter à plein du rebond de l'économie, comme celui des finances.

    Malgré tout, le rendement des bons du Trésor à dix ans est resté proche de son niveau des derniers jours, dans un contexte de craintes apaisées sur l'inflation, avec des rotations limitées entre les secteurs. En dépit de sa prévision d'un chiffre d'affaires au deuxième trimestre supérieur aux attentes, Nvidia a vu son titre reculer à cause de son incapacité à évaluer la demande de puces pour l'extraction de cryptomonnaies dans l'augmentation de son chiffre d'affaires au premier trimestre.

  • Les marchés US terminent sans direction

    Le Dow Jones a pris 0,40% à 34.461,88 points.

    Le S&P 500 a avancé de 0,11% à 4.200,67 points.

    Le Nasdaq a quant à lui reculé de 0,01% à 13.736,28 points.

  • Au menu ce vendredi

    La séance de ce vendredi sera centrée principalement autour de l'indice des prix à la consommation mesuré par les dépenses aux États-Unis (PCE). Cet indice dans sa version "core" (sans les éléments les plus volatils) est une mesure d'inflation privilégiée par la Fed. 

    > À suivre ce vendredi 28 mai

  • Le résumé de la séance

    Comme ces deux derniers jours, les grands indices européens ont encore évolué à proximité de leurs records ou de leurs récents sommets. Les investisseurs ont mis de côté leurs craintes de surchauffe de l'économie, rassurés depuis quelques jours par les commentaires de plusieurs membres de la Fed et de la BCE.

    À Bruxelles, le Bel 20 est resté bien accroché aux 4.000 points, son niveau d'avant la crise sanitaire, même si l'indice vedette du marché bruxellois a perdu 0,10% sur la séance. Galapagos a signé la plus forte progression du jour sur le Bel 20 avec un gain de 4,01%. La biotech était talonnée par Solvay (+0,87%) et de la SIR Aedifica (+0,95%) sur le podium des hausses.

    Le CAC 40 (+0,69%) de la Bourse de Paris, propulsé par Airbus, est remonté à un niveau que les moins de 21 ans n'ont pas pu connaître. À l'inverse, le DAX 30 de Francfort s'est replié de 0,28%, redescendant quelque peu du sommet historique franchi plus tôt dans la semaine.

    Le Stoxx 600 Europe a stagné tout au long de la séance autour de son record, inscrivant une nouvelle marque de référence en cours de séance. À Wall Street, plusieurs indicateurs-clés qui attestent d'une solide reprise de l'économie US ont permis aux indices new-yorkais d'aller de l'avant.

    À mi-séance, le Dow Jones, bien aidé par Boeing, avançait de 0,4% et le Nasdaq de 0,2%.

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: -0,10% 
    CAC 40: +0,69% 
    AEX: -0,40% 
    DAX 30: -0,07% 
    FTSE 100: -0,01% 
    Stoxx 600 Europe: +0,36% 

    Résultats provisoires 

  • Le cryptominage, un petit luxe sans importance pour Nvidia

    Le géant américain a enregistré des résultats records au premier trimestre. Les ventes liées au minage de cryptomonnaies n'en représente qu'une toute petite partie. 

    Lire | Le cryptominage, un petit luxe sans importance pour Nvidia 


  • Airbus décolle

    Airbus grimpe de 9,59% peu après 17 heures après l'annonce de l'accélération de sa production de monocouloirs en 2023, qui devrait être supérieure à celle d'avant la pandémie de Covid-19.

  • Une app de trading en route vers Wall Street

    L'application Acorns, qui propose des solutions d'épargne et d'investissement à ses utilisateurs, se prépare à entrer à Wall Street à une valorisation d'environ 2,2 milliards de dollars.  

    Acorns prévoit de fusionner avec Pioneer Merger, une SPAC, c'est-à-dire une société sans activité commerciale mais déjà cotée dans le seul but de se raccrocher à une entreprise souhaitant entrer en Bourse sans toutes les obligations d'une IPO traditionnelle.  

    IPO et SPAC

    Lancée fin 2014, l'application propose, pour un abonnement allant de 1 à 5 dollars par mois, d'aider ses utilisateurs à épargner et à investir leur argent, y compris via des solutions automatisées. Elle revendique 4 millions de clients avec l'ambition d'atteindre 10 millions d'ici 2025. 

    Une autre application financière en vogue, Robinhood, prépare aussi son entrée à Wall Street. Selon Bloomberg, qui cite des sources proches du dossier, la société voudrait réaliser l'opération d'ici fin juin.  

  • Ford à un pic de 5 ans

    Ford Motor fait des étincelles à Wall Street, grimpant de 5,11% vers 16h30. Ses ambitions dans le secteur de la voiture électrique plaisent aux investisseurs. Le constructeur auto avait déjà bondi de 8,5% la veille après avoir dit s'attendre à ce que 40% de ses véhicules vendus dans le monde en 2030 fonctionnent sans essence ou diesel. 

    Ce jeudi, l'action Ford évolue au-dessus de 14,5 dollars, du jamais vu en cinq ans, portant sa progression à plus de 60% depuis le début de l'année. 

  • Des indicateurs solides portent Wall Street à l'ouverture

    La Bourse de New York a ouvert en hausse après la publication d'indicateurs illustrant l'amélioration des perspectives pour l'économie américaine.

    Peu avant 16 heures, le Dow Jones avançait de 0,8% avec pratiquement tous ses éléments dans le vert. Le S&P 500 prenait au même moment 0,3% alors que le Nasdaq (-0,14%) subissait le contre-coup de la remontée des rendements obligataires en réaction aux chiffres des inscriptions hebdomadaires au chômage et du produit intérieur brut du premier trimestre publiés une heure avant l'ouverture de Wall Street.

    Boeing gagne 3,66% et prend la tête de l'indice Dow Jones dans le sillage de la nette progression à Paris de son concurrent Airbus (+9,9%), qui a relevé ses objectifs de production. 

  • Les rendements obligataires remontent

    En réaction aux chiffres du chômage et du PIB US, les rendements obligataires reprennent leur tendance à la hausse avec des rendements pour le 10 ans américain à 1,61% et à -0,18% pour son équivalent allemand.  

    Une poussée qui fait du mal aux valeurs technologiques. Le Nasdaq est repassé dans le rouge après une ouverture positive, lâchant 0,12% quinze minutes après le début des échanges. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,60% 
    S&P 500: +0,31% 
    Nasdaq Composite: +0,01% 

  • Éclaircie chez GM

    Les chaînes d'assemblage de cinq sites de General Motors ont pu reprendre du service. Elles avaient été fermées en raison de pénuries de puces. 

  • L'inflation "core PCE" à +2,5% aux États-Unis

    Le département du Commerce a, parallèlement aux chiffres du PIB, revu à la hausse l'indice des prix de base dit "core PCE", à +2,5% en rythme annuel sur janvier-mars alors que le consensus le donnait inchangé par rapport à la première estimation à +2,3%.

  • USA | Les inscriptions au chômage baissent plus que prévu

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont reculé plus que prévu la semaine dernière aux Etats-Unis, les licenciements ayant diminué alors que les entreprises recherchent des travailleurs pour répondre à l'augmentation de la demande favorisée par la reprise de l'économie.

    Les inscriptions ont baissé à 406.000, le plus faible nombre enregistré depuis la mi-mars 2020, contre 444.000 (révisé) lors de la semaine au 22 mai, a annoncé jeudi le département du Travail.

    Elles se maintiennent ainsi sous la barre des 500.000 pour la troisième semaine d'affilée.

    Les économistes attendaient en moyenne 425.000 inscriptions au chômage.

  • USA | Première baisse en un an des commandes de biens durables

    Les commandes de biens durables ont baissé en avril, pour la première fois depuis un an, plombées par les transports, selon les données publiées jeudi par le département du Commerce.

    Les commandes ont reculé de 1,3%, ou 3,2 milliards de dollars, en avril par rapport à mars. Mais en excluant les transports, qui baissent pour le deuxième mois d'affilée, les commandes augmentent de 1%.

  • USA | La croissance du PIB confirmée à 6,4% au T1 en rythme annuel

    Le produit intérieur brut (PIB) des États-Unis a enregistré une croissance de 6,4% en rythme annualisé au premier trimestre 2021, inchangée par rapport à la première estimation, grâce aux mesures massives de relance, montrent les données publiées par le département du Commerce.

    Les économistes interrogés par Reuters s'attendaient à une croissance légèrement supérieure pour les trois premiers mois de l'année, à 6,5%, après 4,3% au dernier trimestre 2020.

     

  • Wall Street attendue en légère baisse

    Wall Street est attendue en légère baisse, voire à l'équilibre avant une série d'indicateurs américains. Les futures sur indices new yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,39% pour le Nasdaq, de 0,2% pour le S&P-500 et en très légère hausse de 0,05% pour l'indice Dow Jones.

    Les investisseurs suivront avec attention l'indice des prix à la consommation mesuré par les dépenses aux États-Unis (PCE) vendredi pour déterminer si les pressions inflationnistes sont passagères comme le martèle la Fed ou annoncent un changement plus durable.

    Mais avant cela, ce sont les chiffres de la deuxième estimation du produit intérieur brut (PIB) aux États-Unis et celui des inscriptions hebdomadaires au chômage qui sont attendus à 14h30.

  • La pression monte sur Total avant une AG test

    A l'instar de ses rivaux européens Shell et BP, Total fait face à l'occasion de son assemblée générale de vendredi à la pression croissante de certains actionnaires lui demandant de prendre des engagements plus précis et contraignants en matière de lutte contre le changement climatique.

    Le groupe pétrolier français, qui va en outre se renommer TotalEnergies à l'issue de son AG pour refléter sa diversification dans l'électricité et les renouvelables, propose à ses actionnaires d'exprimer un avis consultatif sur sa stratégie de transition vers la neutralité carbone d'ici à 2050 et sur ses objectifs en la matière à horizon 2030.

    Plusieurs d'entre eux, bien que très minoritaires et n'ayant que peu de chances de rallier suffisamment de suffrages pour obtenir gain de cause, ont annoncé qu'ils s'opposeraient à la résolution sur le sujet ou qu'ils s'abstiendraient.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Target relevé pour Ageas, Ahold et Retail Estates | Avis de broker sur KBC | D'Ieteren plane (+Briefing)

  • Les investisseurs sanctionnent Nvidia

    Nvidia prévoit pour le deuxième trimestre un chiffre d'affaires supérieur aux attentes. Son action recule toutefois de 0,6% en avant-Bourse, car le groupe s'est dit incapable d'évaluer la part de la demande de puces pour l'extraction de cryptomonnaies dans l'augmentation de son chiffre d'affaires au premier trimestre.

  • Udpate | Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens sont divisés sur la marche à suivre avant des indices-clé américains qui devraient apporter davantage de visibilité sur la croissance et les risques inflationnistes.

    Amsterdam perd 0,64% et Bruxelles et Francfort abandonnent 0,3%. Paris de son côté gagne 0,4%. L'indice Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 sont à l'équilibre.

    Considérant que l'inflation est passagère, la Réserve fédérale américaine répète ces derniers temps ne pas avoir l'intention de réduire à court terme son soutien à la première économie du monde, qui refleurit après la fermeture brutale de l'activité en mars 2020.

    "La reprise économique devrait être confirmée aujourd'hui par le PIB aux États-Unis; une forte croissance qui comporte un risque inflationniste", souligne Saxo Banque.

    Outre la deuxième estimation du produit intérieur brut américain au premier trimestre, les opérateurs pourront suivre un autre indicateur-clé: le rapport des commandes de biens durables pour avril.

    "La véritable inquiétude n'est pas sur la demande mais sur les tensions sur la chaîne d'approvisionnement qui amplifient les tensions inflationnistes", relèvent les experts d'Aurel BGC.

    Ainsi, selon eux, "le chiffre le plus important de ce rapport ne sera pas les nouvelles commandes mais le montant des commandes non honorées" et leur évolution dans les prochains mois.

    Les promesses de ventes de logements en avril aux États-Unis ainsi que les inscriptions hebdomadaires au chômage sont aussi à l'agenda.

  • "Belron devrait valoir 11,7 milliards d'euros"

    L'analyste Kris Kippers de Degroof Petercam revient, ce matin, sur l'information selon laquelle le fonds d'investissement Clayton, Dubillier & Rice (CD&R) souhaiterait vendre une partie de sa participation de 25% détenue dans Belron, le réparateur de vitrages automobiles.

    Kippers s'attend donc à ce que nous puissions rapidement fixer une nouvelle valorisation à Belron. "Selon nos calculs, Belron devrait valoir 11,7 milliards d'euros avec un contrôle total", indique l'analyse.

    La holding D'Ieteren détient actuellement 53,75% de Belron.

    D'Ieteren gagne 6,77% à 97,75 euros pour une capitalisation boursière de 5,4 milliards d'euros.

  • Toujours en quête du merle blanc, D’Ieteren est sur un nuage

  • Credit Suisse relève le cours cible d'Ahold Delhaize

    Après des résultats solides du premier trimestre d'Ahold Delhaize , les analystes du Credit Suisse augmentent leurs attentes en matière de chiffre d'affaires et de résultat opérationnel sous-jacent en 2021, invoquant une demande toujours plus élevée aux États-Unis et en Europe. Ils voient le bénéfice sous-jacent par action cette année progresser de 16% par rapport à 2019. C'est au sommet de la nouvelle fourchette de prévisions de la société.

    Le Credit Suisse s'en tient à sa recommandation "neutre", mais relève son objectif de cours de 22 à 23 euros.

  • Puma en petite forme

    L'entreprise allemande spécialisée dans la fabrication d'articles de sport, Puma cède 2,2% après la cession de 5,9% de son capital par le français Kering (+0,22%), qui poursuit ainsi son désengagement et n'en détient plus que 4%.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens évoluent sur une note irrégulière et dans un climat prudent, les investisseurs attendant plusieurs indicateurs américains qui devraient apporter davantage de visibilité sur la croissance et les risques inflationnistes.

    Francfort perd 0,6%, Amsterdam glisse de 0,45% et Bruxelles perd 0,19% tandis que Paris gagne 0,16%. L'Euro Stoxx 50 se déleste de 0,14% et le Stoxx 600 est à l'équilibre (+0,02%).

    Star du jour, D'Ieteren bondit de 10,3%. La société holding a relevé ce matin ses prévisions de bénéfice (voir post de 8h21).

    Fagron perd 2,6%, alors que Marc Coucke a vendu 3,6 millions d'actions du spécialste des préparations pharmaceutiques avec une décote de 4,7% (voir post de 8h48).

    Unifiedpost grimpe de 2,1%. La société fintech est sur la bonne voie pour atteindre ses objectifs grâce à ses résultats trimestriels (voir post de 7h26).

    Payton Planar n'est pas encore cotée. L'entreprise technologique israélienne a fait état de bons résultats trimestriels (voir post de 7h37).

    Airbus grimpe de 5,85%. La société aéronautique a fixé jeudi des objectifs ambitieux pour développer sa production d'avions de ligne alors que l'industrie aéronautique se remet de la crise du Covid-19.

    Bayer perd de l'ordre de 4% à Francfort. Le groupe chimique a annoncé qu'il allait revoir sa stratégie de vente au détail du Roundup sur le marché américain, après le rejet par la justice d'une offre de deux milliards de dollars (1,6 milliard d'euros) visant à arrêter les poursuites de particuliers concernant l'herbicide, accusé de provoquer des cancers.

  • Voici le briefing actions belges

    D'Ieteren, star du jour | Avis de broker sur KBC | Lendemain de la veille pour Fagron (+Briefing)

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -0,30%
    Bruxelles: -0,22%
    Paris: -0,16%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,20%
    DJ Stoxx 600: -0,11%

    D'Ieteren: +10,76%
    Fagron: -3%
    Airbus: +3,8%

  • Update | Marc Coucke se déleste de la moitié de ses actions Fagron

    Un total de 3,6 millions d'actions existantes de Fagron a été placé auprès d'investisseurs institutionnels la nuit dernière, à un prix de 18,10 euros par action, indique Berenberg, la banque chargée du placement. Le prix représente une décote de 4,7% environ par rapport à la clôture d'hier (18,99 euros).

    La taille de l'offre finale s'élevait à environ 65 millions d'euros représentant 5% du capital social actuel.

    Par le biais de ce placement, Alychlo a réduit sa participation dans Fagron à 5% contre 10%.

    La société holding de Marc Coucke a accepté un lock-up de 180 jours après la transaction.

    Le carnet d'ordres a été sursouscrits plusieurs fois au prix de l'offre avec un fort soutien des actionnaires existants, précise par ailleurs Berenberg.

  • D'Ieteren relève sensiblement ses prévisions

    Fort d'un début d'année robuste, D'Ieteren Group s'attend désormais à ce que son résultat consolidé ajusté avant impôts, part du Groupe, progresse "d'au moins 45%" cette année contre une prévision précédente de +25%.

    "Cette amélioration est portée par les perspectives de Belron et D'Ieteren Automotive et suppose une participation de 53,75% dans Belron en 2020 et 2021 et des taux de change moyens en ligne avec les taux en vigueur à fin 2020", précise la société holding.

    D'Ieteren tient son assemblée générale annuelle aujourd'hui à partir de 15h. Les actionnaires sont amenés à se prononcer sur le versement d'un dividende de 1,35 euro brut par action.

    Evolution du course de bourse de D'Ieteren

  • Bayer | Kering | Volkswagen

    Trois valeurs à suivre en Europe:

    * Bayer a annoncé mercredi qu'il allait revoir sa stratégie sur la vente au détail du Roundup sur le marché américain après le rejet par la justice d'une offre de 2 milliards de dollars (1,6 milliard d'euros) pour arrêter les poursuites de particuliers concernant l'herbicide, accusé de provoquer des cancers.

    * Kering a annoncé mercredi la cession d'une partie de la participation qu'il détient dans le groupe allemand d'articles de sport Puma, représentant près de 6% du capital de l'équipementier sportif.

    * Volkswagen - Le groupe suisse Quantum Group a déclaré que son projet de reprise de Lamborghini au géant automobile allemand pourrait profiter à tous les actionnaires. Volkswagen avait rejeté la veille l'hypothèse d'une cession après des informations de presse selon lesquelles Quantum était prêt à lui offrir 7,5 milliards d'euros.

  • ABO-Group élargit son conseil d'administration

    ABO-Group , la société gantoise spécialisée dans la recherche pédologique et le forage complexe, affirme être "au début d'une nouvelle ère dans le cycle de vie de l'entreprise". Trois acquisitions récentes en France, le passage du fixing au marché continu sur Euronext Bruxelles et l'ambition d'obtenir également une deuxième cotation à Paris, le montrent clairement.

    L'entreprise souhaite doubler son chiffre d'affaires à 100 millions d'euros d'ici 2025. Un plan de croissance qu'ABO-Group souhaite réaliser à la fois par une croissance organique et par des acquisitions.

    Mercredi, ABO-Group a tenu son assemblé générale annuelle, au cours de laquelle tous les points de l'ordre du jour ont été approuvés. Dans le cadre de la "nouvelle phase de croissance", le conseil d'administration a été élargi avec deux administrateurs supplémentaires: Blandine Proriol et Feliciaan Frank De Palmenaer.

    Blandine Proriol sera fortement impliquée dans le projet de deuxième cotation sur Euronext Paris et la communication qui l'entoure. Feliciaan De Palmenaer, fils du PDG Frank De Palmenaer, se concentrera principalement sur la numérisation et l'automatisation au sein d'ABO-Group.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues hésitantes à l'ouverture, un calme précaire régnant sur les marchés à la veille de la publication de données sur l'inflation aux États-Unis.

    D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien, le Dax à Francfort et le FTSE à Londres devraient tous faire du surplace en début de séance.

    Les craintes sur l'inflation se sont apaisées après les déclarations rassurantes de plusieurs décideurs monétaires, mais pourraient refaire surface dès vendredi avec les chiffres des dépenses des ménages aux États-Unis et de l'indice "core PCE", la mesure de l'inflation privilégiée par la Réserve fédérale.

    Sur le plan macroéconomique, le marché a pris connaissance d'un ralentissement de la croissance des profits des entreprises industrielles chinoises en avril, en raison notamment de la hausse des coûts des matières premières.

    Les contrats à terme sur Wall Street signalent pour l'instant une ouverture en repli entre 0,13% et 0,20%, mais la tendance pourrait évoluer avec la publication, une heure avant l'ouverture, des chiffres hebdomadaires des inscriptions au chômage aux États-Unis.

  • Bon trimestre pour Payton Planar

    La société de technologie israélienne Payton Planar Magnetics , cotée sur Euronext Bruxelles, a bien performé au premier trimestre.

    Ses ventes ont augmenté de 22% à 10,1 millions de dollars, en raison de la variété des projets et de la répartition géographique des installations de fabrication. Cependant, la marge brute est passée de 45 à 39%, ce que Payton Planar attribue aux changements dans la gamme de produits et à la hausse des prix des matières premières.

    La société a réalisé un bénéfice net de 1,9 million de dollars contre 1,76 million de dollars un an plus tôt.

    Avec 47,9 millions de dollars de trésorerie, d'équivalents de trésorerie et de dépôts à court terme, la situation financière reste solide. Le carnet de commandes a légèrement diminué, passant de 18,9 millions de dollars fin 2020 à 18,5 millions de dollars fin mars. La plupart de ces commandes seront terminées et livrées d'ici la fin de cette année.

  • Hong Kong: le cours des actions du quotidien pro-démocratie quadruple

    Les actions de la société mère du groupe du quotidien hongkongais pro-démocratie Apple Daily ont quadruplé jeudi matin à la reprise des transactions après un arrêt de huit jours des échanges en Bourse.

    Le plus grand groupe médiatique pro-démocratie de Hong Kong, Next Digital Limited, qui publie Apple Daily et le magazine en ligne Next, avait suspendu le 17 mai la cotation de son titre après le gel par les autorités des avoirs de son propriétaire emprisonné Jimmy Lai, bête noire de Pékin.

    À la reprise jeudi des transactions, le cours de l'action a grimpé en flèche, passant de 0,19 dollar hongkongais (2 euros) à 0,80 HKD, avant de redescendre à 0,36 HKD en milieu de matinée.

    Cette hausse pourrait s'expliquer par le souhait de Hongkongais d'afficher leur solidarité avec l'Apple Daily, en difficulté, par l'achat d'actions du groupe.

    Une hausse en Bourse similaire avait été enregistrée le jour de la première arrestation du magnat des médias en août.

  • Marc Coucke se déleste de la moitié de ses actions Fagron

    Le holding du milliardaire Marc Coucke, Alychlo, qui détient environ 10% du capital de Fagron , va se séparer plus l'équivalent d'environ 65 millions d'euros d'actions du spécialiste des préparations pharmaceutiques, a-t-on appris hier en fin d'après-midi.

    Alychlo va vendre environ 3,6 millions d'actions existantes de Fagron, soit environ 5 % du capital actuel et promet de rester "un actionnaire à long terme pleinement engagé et important de Fagron" après la transaction.

    Les actions en question seront vendues entre 18 et 18,20 euros l'unité dans le cadre d'un placement privé réservé aux actionnaires institutionnels.

    Les résultats de l'opération devraient connus avant l'ouverture des marchés ce jeudi.

    Fagron a clôturé mercredi à 18,99 euros, en baisse de 0,73%.

    Fagron joue au yo-yo


     

  • Unifiedpost confirme que la croissance reste au rendez-vous

    Unifiedpost avait déjà annoncé que l’exercice 2021 serait une "année de grands chantiers" dû à l'intégration des 5 acquisitions effectuées au 1er trimestre.

    La fintech ajoute désormais que ses prévisions 2021 sont concrétisées (croissance de 15% du chiffre d'affaires). Elle réitère ses objectifs pour les exercices 2022 et 2023

    -> croissance de 25 % de ses revenus liés au traitement numérique pour 2022 et une croissance de 30 % de son chiffre d’affaires lié au traitement numérique à partir de 2023.

    -> une marge brute de + 60 % d’ici 2023 pour son chiffre d’affaires lié au traitement numérique et une marge ebitda ajustée dépassant les 25 % d’ici 2023.

    Au premier trimestre 2021, le chiffre d’affaires relatif au traitement numérique affichait un nouveau record avec 24,2 millions d’euros (+43,2 %). "Ce chiffre résulte de la combinaison d’une croissance organique de 10,1 % et du chiffre d’affaires relatif au traitement numérique résultant des acquisitions de 21 Grams, Akti et BanqUP", lit-on dans un communiqué.

    Le chiffre d'affaires consolidé progresse de 136% à 39,9 millions d'euros pour un portefeuille de plus de 480.000 clients (+70.000 au T1).

    Unifiedpost sous son prix d'IPO

  • Surplace en vue en Europe

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du jeudi 27 mai, l'endroit idéa pour ne rien rater de l'actualité boursière et financière.

    Ce matin, la tendance est mitigée en Asie, avec des marchés qui marquent le pas, au lendemain d'une séance sans relief à Wall Street, les investisseurs attendant la publication vendredi d'une nouvelle jauge de l'inflation américaine en avril. Avant cela, les intervenants prendront connaissance aujourd'hui du PIB trimestriel des États-Unis et des données sur l'emploi US au programme du jour.

    Lire aussi | A suivre ce jeudi 27 mai

    L'indice Nikkei perd 0,43%, Hong Kong cède 0,3% mais Shanghai parvient à inscrire une progression de 0,22%.

    La Bourse de New York a terminé en petite hausse mercredi à l'issue d'une séance indécise mais globalement calme dans un marché moins inquiet face aux risques d'une forte inflation aux États-Unis. Le Dow Jones a grappillé 0,03% à 34.323,05 points, finissant in extremis dans le vert. Le Nasdaq est monté plus franchement, de 0,59% à 13.738,00 points. Le S&P 500 a gagné 0,19% à 4.195,99 points.

    En Europe, l'Euro Stoxx 50 est signalée proche de l'équilibre.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés