1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street dans le rouge après le Fed, qui reste sur ses gardes

La Bourse de New York a fini en baisse ce mercredi après que la Réserve fédérale américaine (Fed) a maintenu ses taux d'intérêt quasi nuls et son programme d'achats de titres, tout en ne laissant entrevoir aucun signe indiquant une possible réduction de son soutien à l'économie.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • Porté par les ventes d'iPhone, Apple double son profit trimestriel

    Apple a doublé son bénéfice net en un an, pour la période de janvier à mars, grâce aux bons chiffres de ventes de ses iPhone, iPad, Mac et accessoires, selon les résultats trimestriels du groupe californien publiés ce mercredi. L'entreprise a réalisé 23,6 milliards de profits au deuxième trimestre de son exercice décalé, une hausse de 110% sur un an, supérieure aux attentes du marché. Le titre d'Apple grimpait de 3% lors des échanges électroniques après la clôture de Wall Street.

    Apple a indiqué qu'il augmenterait son dividende de 7%, à 22 cents par action, et qu'il autoriserait un rachat d'actions d'une valeur de 90 milliards de dollars. Le chiffre d'affaires du groupe s'est lui élevé à 89,58 milliards de dollars, soit une hausse de 54% en un an, lui aussi supérieur aux attentes. Les ventes d'iPhone, qui totalisent 47,94 milliards de dollars (+66%) représentent le gros de ces revenus. Viennent ensuite les recettes liés aux services d'Apple (+27%), aux ventes de Mac (+70%), d'iPad (+79%) et de divers accessoires (+25%).

    La semaine dernière, le géant a présenté une gamme de nouveaux produits, dont une tablette iPad Pro, équipée de la 5G et de la puce M1 développée par Apple, qui sera commercialisée en mai à partir de 800 dollars aux Etats-Unis. Le groupe a aussi annoncé lundi qu'il comptait accélérer ses investissements aux Etats-Unis, en les portant à 430 milliards de dollars d'ici cinq ans, et de créer 20.000 emplois dans le pays.

  • Facebook bat le consensus au premier trimestre, porté par ses revenus publicitaires

    Facebook a publié ce mercredi des revenus trimestriels supérieurs aux attentes du marché, porté par la hausse des achats publicitaires effectués par les entreprises sur la plateforme durant la crise sanitaire du coronavirus, qui a provoqué une hausse du trafic en ligne. Le titre du groupe progressait de 6,6% dans les échanges d'après clôture.

    Le chiffre d'affaires de Facebook, essentiellement issu de la publicité, s'est établi à 26,17 milliards de dollars sur la période janvier-mars, battant le consensus qui ressortait à 23,67 milliards de dollars selon des données IBES de Refinitiv. Dans ses prévisions, le réseau social américain a dit s'attendre à ce que la croissance de son chiffre d'affaires au deuxième trimestre soit stable ou en légère progression. Il a toutefois prévenu que les troisième et quatrième trimestres pourraient donner lieu à un déclin "significatif" en comparaison des fortes croissances enregistrées aux mêmes périodes l'an dernier.

    Facebook a fait état d'une hausse de 10% de ses utilisateurs actifs mensuels, à 2,85 milliards, conforme aux attentes des analystes. Le bénéfice net pour le premier trimestre s'est établi à 9,5 milliards de dollars et 3,30 dollars par action, contre 4,9 milliards de dollars et 1,71 dollar par action un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice net de 2,37 dollars par titre.

  • Wall Street finit dans le rouge après la Fed et avant Apple et Facebook

    Le Dow Jones a cédé 0,48% à 33.820,38 points. Le S&P 500 a perdu 0,08% à 4.183,18 points. Le Nasdaq a reculé de son côté de 0,28% à 14.051,03 points. En dépit de l'amélioration de l'économie, la Fed a gardé le cap qu'elle a engagé en décembre dernier, déclarant qu'elle devait constater "des progrès supplémentaires substantiels" vers ses objectifs de plein emploi et de retour durable de l'inflation à 2% avant de réduire ses achats de titres.

    "La Fed a souligné qu'un grand nombre d'incertitudes demeuraient. Dans ce genre de contexte, avec une inflation transitoire, ils vont continuer à être pédale au plancher en matière de politique monétaire", a déclaré Kevin Flanagan, stratégiste en chef chez WisdomTree Funds. S'il a peu évolué dans la foulée des annonces de la Fed, le S&P-500 a par la suite progressé à un record en séance lorsque le président de la banque centrale, Jerome Powell, a déclaré en conférence de presse que "l'heure n'est pas encore venue" de discuter d'une réduction des mesures de soutien. Jerome Powell s'est exprimé quelques heures avant que le président américain Joe Biden prononce pour la première fois un discours lors d'une session conjointe du Congrès dans lequel il doit dévoiler un plan de 1.800 milliards de dollars en faveur des familles et de l'éducation.

    • Google a atteint un record après que sa maison mère, Alphabet, a fait état mardi soir d'un bénéfice record pour un deuxième trimestre consécutif et annoncé un rachat d'actions de 50 milliards de dollars.
    • Apple a affiché peu de mouvements alors que les investisseurs attendaient la publication après clôture de ses résultats trimestriels, de même que ceux de Facebook .
    • Malgré l'annonce mardi soir de ventes trimestrielles conformes aux attentes, Microsoft a vu son titre reculer et faire pression sur le Nasdaq du fait de la déception des investisseurs, qui espéraient un chiffre d'affaires supérieur aux attentes.
    • Boeing a cédé environ 3% suite à l'annonce par l'avionneur américain de pertes plus lourdes qu'attendu au premier trimestre et d'une interruption dans les livraisons des 737 MAX à cause d'une problème électrique. 
  • Les marchés US terminent dans le rouge

    Le Dow Jones a cédé 0,48% à 33.823,34 points.

    Le Nasdaq a lâché 0,28% à 14.051,03 points.

    Le S&P 500 a reculé de 0,08% à 4.183,33 points.

  • Le pétrole se maintient après les stocks américains

    Les cours du pétrole ont poursuivi leur hausse ce mercredi après la publication du niveau des stocks aux Etats-Unis et au lendemain d'une décision sans surprise de l'Opep+ qui ouvrira prudemment début avril ses robinets d'or noir à partir de mai.  

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a terminé à 67,27 dollars à Londres, en hausse de 1,27% par rapport à la clôture de mardi.  A New York, le baril américain de WTI pour le même mois a augmenté de 1,46% à 63,86 dollars. 

  • La Fed acte l'embellie mais maintient le cap

    Les taux d'intérêt américains restent figés. La Réserve fédérale (Fed) a annoncé, ce mercredi, le maintien de son principal taux directeur dans une fourchette allant de 0 à 0,25%. La banque centrale des États-Unis ne modifie pas non plus son programme d'achats d'actifs, qui prévoit l'acquisition, chaque mois, d'obligations du Trésor US à hauteur de 80 milliards de dollars et de titres liés à des prêts à concurrence de 40 milliards de dollars. Ces achats font pression sur les taux à long terme.

    Ce statu quo de la politique monétaire de la Fed était largement attendu par les économistes. Dans son communiqué, le FOMC (Federal open market committee), le comité de politique monétaire de la Fed, constate une amélioration de la situation économique aux États-Unis. "En présence de progrès dans la vaccination et d'un fort soutien des politiques (budgétaires et monétaires, ndlr), les indicateurs de l'activité économique et de l'emploi se sont renforcés", constatent les banquiers centraux américains.

    La Réserve fédérale semble minimiser l'importance de la récente accélération de la hausse des prix à la consommation. "L'inflation a augmenté, reflétant largement des facteurs transitoires", indique l'institution monétaire.

  • Tracker (1/5) - Quand les petits investisseurs prennent le pouvoir

    PODCAST | Dans ce premier épisode de notre podcast Tracker, nous vous emmenons à la découverte de l'affaire GameStop qui a révélé toute l'ampleur du phénomène des nouveaux investisseurs. Qui sont ces nouveaux investisseurs? Dans quoi investissent-ils? Comment et pourquoi le font-ils? C'est ce que nous tentons d'expliquer dans ce premier épisode de notre podcast Tracker.

    Nous sommes allés à la rencontre de Maxime Lacrosse, dont l'académie BeTrader propose des cours de trading pour les amateurs désirant s’initier sur les marchés financiers. Nous avons également pris le pouls auprès d'un professionnel de la finance, Frank Vranken, le stratégiste de la banque privée Puilaetco

    Écoutez le premier épisode de Tracker
     

     

  • Le détachement des coupons freine le Bel20 dans sa course

    De nombreuses entreprises ont repris le paiement d’un dividende. Si c’est une bonne nouvelle pour les actionnaires, c’est un handicap pour le rallye entamé par le Bel20.  

    > Lire notre article 

  • Au menu ce jeudi

    Nouvelle vague importante de résultats trimestriels de part et d'autre de l'Atlantique. À noter que la Bourse de Tokyo est fermée.

  • L'Europe monte, Wall Street attend la Fed

    Les Bourses européennes ont terminé en hausse mercredi, tirées notamment par les valeurs bancaires après les bons résultats de Deutsche Bank et par la hausse marquée des cours du pétrole, mais les volumes ont été limités par l'attente des annonces de la Réserve fédérale américaine.

    À Bruxelles, le Bel 20 a avancé de 0,26%. À Paris, le CAC 40 a gagné 0,53% après avoir franchi un pic de plus de 20 ans en séance. À Londres, le FTSE 100 a avancé de 0,34% et à Francfort, le Dax a pris 0,28%. 

    Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait quant à elle en ordre dispersé: le Dow Jones abandonnait 0,35% tandis que le S&P 500 grappillait 0,06% après un record à 4.197,04 et que le Nasdaq Composite cédait 0,15%.

    Aux Etats-Unis comme en Europe, les publications de résultats ont animé la première partie de la journée en attendant les annonces de la Réserve fédérale américaine à partir de 20 heures, heure belge.

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,26% 
    AEX: -0,05% 
    CAC 40: +0,53% 
    DAX: +0,37% 
    FSTE 100: +0,38% 
    Stoxx 600: +0,10%

    Résultats provisoires 

  • Total est "revenu à son rythme" d'avant-crise, dit son patron

    Total "est déjà revenu à son rythme de résultats élevés comme avant la crise" du coronavirus, déclare son patron Patrick Pouyanné dans un entretien au quotidien Sud Ouest. Faisant référence aux résultats du premier trimestre de Total, le CEO ajoute que le taux d'endettement du groupe "est relativement bas" et juge que "tout va bien" pour l'entreprise. 

  • Les CEO des sociétés cotées ont lâché du lest sur leur bonus

    Plus de la moitié des dirigeants des sociétés cotées en Belgique et aux Pays-Bas ont vu leur rémunération variable érodée en raison de la crise. Souvent sur base volontaire. 

    Lire notre article 

  • Les bancaires bien orientées, mais pas KBC

    Outre le vent favroable apporté par les bons résultats de Deutsche Bank (voir post précédent), es valeurs bancaires européennes profitent de l'appréciation des rendements obligataires.  

    Vers 17 heures, à Paris, Société Générale gagnait 3,47% et BNP Paribas s'appréciait de 2,60%. À Francfort, Deutsche Bank grimpait de 9,62%, tirée par un bénéfice net part de 908 millions d'euros au premier trimestre, le meilleur depuis 2014. Dans son sillage, Commerzbank gagnait 2,24%.  

    A Londres, Lloyds profitait (+3,05%) d'un bénéfice net multiplié par près de trois au premier trimestre.  

    A Madrid, Banco Santander (+2,12% à 3,13 euros) a dégagé au premier trimestre un bénéfice net de 1,6 milliard d'euros, en hausse spectaculaire du fait de provisions extraordinaires faites l'an dernier face à la pandémie. 

    KBC est l'exception qui confirme la règle. Le bancassureur belge perd 0,09% à moins d'une heure de la clôture

  • Les réserves US de pétrole brut en petite augmentation

    Les réserves commerciales de pétrole brut aux Etats-Unis ont légèrement augmenté pour la deuxième semaine consécutive, surprenant les analystes qui misaient sur une modeste diminution, mais la demande d'or noir a augmenté.

    Selon le rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA), les stocks américains de brut ont progressé de 100.000 barils, à 493,1 millions de barils (MB), au 23 avril. Les analystes interrogés par Bloomberg avaient tablé sur une baisse médiane de 450.000 barils.  

  • Deutsche Bank décolle après ses résultats

    FOCUS | L'action Deutsche Bank gagne plus de 10% à moins d'une heure de la clôture en Europe après des résultats trimestriels qui n'avaient plus été observés depuis 2014. Le groupe a relevé ses prévisions de bénéfices. 

  • La Fed au coeur de l'attention

    Le président de la Fed, Jerome Powell, doit tenir vers 20h30 (HB) une conférence de presse à l'issue de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale américaine (Fed). 

    "Personne ne s'attend à un changement du taux directeur de la Fed ou à une modification de son programme de rachat d'actifs", affirme Patrick O'Hare de Briefing. "Le point d'interrogation, ou plutôt l'hésitation, réside dans la teneur du discours de Jerome Powell et s'il va ou non faire la moindre référence à la possibilité pour la Fed de songer à une date pour réduire progressivement ses achats d'actifs", poursuit l'expert.

    Les acteurs du marché suivront également avec attention, dans la soirée, le discours de Joe Biden devant le Congrès. Le président américain doit présenter un ambitieux plan de 1.800 milliards de dollars pour l'éducation et l'aide aux familles qu'il compte financer en annulant les baisses d'impôts pour les plus riches et en augmentant les taxes sur les revenus du capital pour les Américains les plus fortunés.

  • Alphabet: +5%

    La maison mère de Google gagne plus de 5% dans les premiers échanges à Wall Street. Le géant californien a réalisé 55,31 milliards de chiffre d'affaires de janvier à mars, soit 34% de plus qu'il y a un an, quand l'émergence de la pandémie de Covid-19 avait fait chuter les dépenses de certains annonceurs, notamment dans le secteur des voyages, à la fin du premier trimestre. 

    "Google a réalisé un trimestre titanesque", a réagi l'analyste indépendant Patrick Moorhead, aussi épaté que le marché. 

    En un an, la capitalisation boursière du groupe technologique est passée de 848 milliards de dollars à 1.629 milliards de dollars aujourd'hui. 

  • Les bitcoins détenus par Tesla ont atteint 2,48 milliards de dollars

    Le fabricant de véhicules électriques Tesla, qui a investi en début d'année 1,5 milliard de dollars dans le bitcoin, affirme dans un document boursier que son portefeuille dans la cryptomonnaie valait 2,48 milliards de dollars à la fin du premier trimestre.

    Tesla affirme avoir vendu avant la fin mars une partie de ses devises virtuelles, pour une valeur de 272 millions de dollars, ce qui lui a permis de gagner 101 millions de dollars. "Elon (Musk, le patron de Tesla) et moi cherchions un endroit ou stocker des liquidités qui ne seraient pas dépensées immédiatement, qui nous offrirait un peu de rendement mais qui resterait liquide dans le même temps", a affirmé Zachary Kikhorn, qui détient officiellement le titre de "master of coin" chez Tesla. "Le bitcoin semblait à l'époque et semble pour le moment une bonne décision", a-t-il ajouté.

    Le groupe affirme dans le document boursier souhaiter "maintenir (ses) positions sur le long terme quel que soit le mode d'acquisition" de la monnaie virtuelle. Le cours de la cryptomonnaie, qui évoluait autour de 34.000 dollars juste avant l'annonce de l'investissement de Tesla le 8 février, est monté à un record de près de 65.000 dollars à la mi-avril, et cotait autour de 55.000 dollars mercredi.

     

  • Wall Street sans direction, Google au record

    Les principaux indices de la Bourse de New York évoluent en ordre dispersé en début de séance après une nouvelle salve de résultats de sociétés diversement appréciés et dans l'attente des annonces de la Réserve fédérale sur sa politique monétaire et les perspectives d'évolution de la conjoncture.

    Vers 16 heures, l'indice Dow Jones, lesté par Amgen et Microsoft, perd 0,46%, alors que le S&P 500 progresse de 0,22% à 4.189,11 et que le Nasdaq Composite avance de 0,16%.

    Dans l'actualité - très chargée - des résultats de sociétés, Microsoft perd 2,64% après des résultats pourtant supérieurs aux attentes, certains analystes ayant exprimé leur scepticisme sur le poids des bénéfices exceptionnels et la capacité du groupe à justifier sa valorisation.

    Boeing cède quant à lui 2,69%: si le géant de l'aéronautique et de la défense a réduit ses pertes sur les trois premiers mois de l'année, elle sont plus lourdes qu'attendu et intègrent une charge exceptionnelle liée au programme "Air Force One".

    La plus forte baisse du Dow est pour Amgen (-6,20%), dont les résultats ont déçu Wall Street pour la première fois en trois ans.

    A la hausse, Alphabet, la maison mère de Google, bondit de 5% à un plus haut historique après avoir publié des profits record pour le deuxième trimestre d'affilée et annoncé un programme de rachats d'actions de 50 milliards de dollars.

    Facebook (+1,79%) et Apple (-0,16%), entre autres, doivent publier leurs comptes après la clôture des marchés.

  • Spotify: -10%

    L’action de la plateforme de streaming musical Spotify a chuté de plus de 10% quinze minutes après l'ouverture à New York. Ses résultats du premier trimestre ont montré des signes de ralentissement de la croissance des utilisateurs dans un contexte de concurrence accrue, avec notamment la montée des Big Techs dans son secteur. 

    Spotify a séduit 3 millions de nouveaux abonnés premium au cours des trois premiers mois de 2021, mais son nombre d’utilisateurs actifs mensuels ne suit pas la cadence. Le groupe basé en Suède a d'ailleurs abaissé ses prévisions pour les utilisateurs mensuels sur l’ensemble de l’année. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: -0,16% 
    S&P 500: +0,14% 
    Nasdaq Composite: -0,07% 

  • L'actionnaire historique de Barry Callebaut réduit sa participation, le titre fond

    L'action du chocolatier suisse Barry Callebaut chutait de plus de 6% à la Bourse de Zurich après la vente d'un bloc d'actions par son actionnaire historique, Jacobs Holding, qui a ainsi réduit une nouvelle fois sa participation.

    La société d'investissement, qui avait déjà allégé la voilure dans le chocolatier zurichois fin 2019, a cédé 550.000 titres, soit 10% du capital-actions de Barry Callebaut, a-t-elle indiqué dans un communiqué. Elle conserve cependant une participation de 30,1%.

    Avec cette opération, le flottant de Barry Callebaut à la Bourse suisse va s'accroître de 54,9% à 64,9%, a précisé le chocolatier suisse dans un communiqué séparé.

  • Teva à suivre

    Teva Pharmaceuticals  a dégagé un bénéfice trimestriel conforme aux attentes et s'est dit bien placé pour atteindre ses objectifs annuels.

  • BNP Paribas candidate pour lancer une société de courtage en Chine

    La Commission chinoise de régulation des marchés financiers (CSRC) a indiqué avoir reçu la demande de création d'une société de courtage par BNP Paribas  . Le régulateur ne donne aucun détail supplémentaire sur son site, notamment sur le délai nécessaire pour statuer.

    Huit entreprises détenues majoritairement par des capitaux étrangers ont officiellement le droit d'exercer dans le secteur financier en Chine. Et la banque japonaise Nomura est à ce jour la seule à détenir 100% d'une structure nouvellement créée après la levée des restrictions dans le secteur financier. En cas d'approbation du régulateur, BNP Paribas deviendrait la première banque européenne à suivre cette voie.

  • La Commission sanctionne des banques pour entente sur le marché obligataire

    Trois banques ont écopé d'amendes infligées par la Commission européenne, pour entente illégale sur le marché obligataire, communique l'exécutif européen mercredi. Les trois banques d'investissement sanctionnées sont Bank of America Merrill Lynch Crédit Suisse  et Crédit Agricole . Une quatrième banque, la Deutsche Bank, était impliquée, mais elle échappe à l'amende pour avoir révélé l'existence de l'entente et avoir coopéré avec la Commission dans l'enquête.

    Dans le détail, Bank of America Merrill Lynch écope d'une amende de 12,6 millions d'euros, Crédit Suisse d'une de 11,89 millions, et Crédit Agricole doit s'acquitter de 3,99 millions d'euros. Le quatuor, en violation des règles européennes, s'était entendu sur les prix sur le marché secondaire, au sein de l'EEE, des obligations supra-souveraines, des obligations souveraines et des obligations d'organismes publics (Supra-sovereign, Sovereign and Agency - SSA) libellées en dollars américains.

    "Les traders se sont entendus sur les stratégies de négociation, ont échangé des informations sensibles sur les prix et ont coordonné leurs prix. Le comportement des banques d'investissement a restreint la concurrence sur un marché où les fonds d'investissement et de pension achètent et vendent régulièrement des obligations pour le compte de leurs investisseurs ou de leurs prestataires. L'entente a porté préjudice aux marchés financiers"
    Margrethe Vestager
    Commissaire européenne en charge de la Concurrence

  • Boeing estime que 2021 sera "un tournant"

    Boeing  , toujours affecté par l'effet de la pandémie sur le transport aérien, a enregistré une perte nette de 537 millions de dollars au premier trimestre, mais mise pour rebondir sur le retour des livraisons du 737 MAX et la vaccination contre le Covid-19.

    "Alors que la pandémie continue de rendre le marché difficile au niveau mondial, nous estimons que 2021 représentera un tournant pour notre secteur avec l'accélération de la distribution du vaccin", a commenté le directeur général du groupe, Dave Calhoun, dans un communiqué.

  • Rare bénéfice pour Spotify, fort de 158 millions d'abonnés

    Spotify   a annoncé un rare bénéfice net au premier trimestre et une nouvelle forte progression de ses abonnés payants après de récents lancements du numéro un mondial du streaming musical dans plus de 80 nouveaux pays.

    Fin mars, le nombre d'utilisateurs a atteint un total de 356 millions, avec une hausse de 21% du nombre d'abonnés payants sur un an, à 158 millions, dans la fourchette haute des prévisions du groupe et proche des attentes des analystes. Au premier trimestre, Spotify, basé à Stockholm mais coté à New York, est passé dans le vert avec un petit bénéfice net de 23 millions d'euros, contre une perte de 145 millions un an plus tôt, grâce à l'effet paradoxal de la récente baisse de son action qui réduit ses charges de rémunération.

    Le chiffre d'affaires a lui progressé de 16% sur un an, à 2,15 milliards d'euros, indique la plateforme audio dans son rapport trimestriel. Il est constitué à 90% par les abonnés payants, pour seulement 10% pour les utilisateurs du service diffusant des publicités.

  • Prudence à Wall Street avant la réunion de la Fed

    Wall Street devrait ouvrir sans grand changement tandis que les principales Bourses européennes évoluent en hausse mercredi à mi-séance alors que la saison des résultats d'entreprises se poursuit à bon rythme en attendant les annonces de la Réserve fédérale dans la soirée.

    → Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli très modéré pour le Dow Jones et le Nasdaq et en hausse d'environ 0,15% pour le S&P-500.

  • UPDATE | Le briefing actions belges

    Dividende optionnel chez WDP | Target relevé pour Solvay et Recticel | Proximus ex-coupon (+Briefing)

  • Il reste encore beaucoup de liquidités dans les portefeuilles

    Le niveau de liquidités détenues par les investisseurs reste élevé, même s'ils envisagent d'acquérir plus d'actions au cours des six prochains mois, montre une enquête réalisée par UBS. Les portefeuilles des investisseurs individuels sont composés de 22% de liquidités à l'échelle mondiale, ce qui représente une baisse de seulement trois points de pourcentage depuis septembre 2020.

    "Les liquidités des investisseurs restent encore nettement supérieures au niveau que nous recommandons, vu le contexte économique et de marché actuel", commente Tom Naratil, président d'UBS Amériques et co-président d'UBS Global Wealth Management, cité dans un communiqué. "Le fait qu'ils envisagent d'investir plus dans les actions est donc une bonne nouvelle. Néanmoins, si l'inflation s'accélère, les liquidités verront leur valeur réelle diminuer. Dans ce cas, les investisseurs devront se tourner vers d'autres classes d'actifs pour atteindre leurs objectifs financiers."

    Pour 70% des investisseurs interrogés, la transformation technologique constitue un thème majeur pour les six prochains mois. Ils sont 64% à considérer que les actions représentent une source de diversification efficace pendant la reprise et 63% à déclarer que l'investissement durable est une opportunité prometteuse.

    22%
    Encore beaucoup de cash en portefeuille
    Selon l'enquête mensuelle d'UBS, les portefeuilles des investisseurs individuels sont composés de 22% de liquidités à l'échelle mondiale. Ce qui représente une baisse de seulement trois points de pourcentage depuis septembre 2020.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * BOEING prenait 0,4% en avant-Bourse alors que le groupe d'aéronautique et de défense doit publier ses résultats du premier trimestre avant l'ouverture.

    * ALPHABET, maison mère de Google, a publié mardi un chiffre d'affaires supérieur aux attentes au titre du premier trimestre 2021 et annoncé un programme de rachat d'actions de 50 milliards de dollars (41,3 milliards d'euros). Le titre prenait plus de 4% dans les échanges après la clôture. Plusieurs analystes ont relevé leur objectif de cours.

    * MICROSOFT a publié mardi un chiffre d'affaires conforme aux attentes de Wall Street et un meilleur bénéfice que prévu mais le titre perdait 2,5% en après-Bourse en raison des éléments exceptionnels inclus dans les résultats et des attentes déçues concernant une hausse de revenus plus conséquente au vu de la valorisation élevée de l'entreprise.

    * ADVANCED MICRO DEVICES gagne plus de 4% en avant-Bourse après avoir fait état de résultats trimestriels supérieurs aux attentes et relevé sa prévision de chiffre d'affaires pour l'année, misant sur une forte demande pour ses puces et sur l'amélioration de la chaîne d'approvisionnement malgré une pénurie mondiale de semi-conducteurs.

    * TEXAS INSTRUMENTS a publié mardi un chiffre d'affaires trimestriel au-dessus des attentes grâce à une forte demande pour ses puces utilisées notamment dans les téléviseurs et les ordinateurs.

    * STARBUCKS perdait mardi 2% en après-Bourse après avoir annoncé un chiffre d'affaires du premier trimestre inférieur aux attentes, même si la chaîne de cafés a revu à la hausse ses prévisions de ventes et de bénéfice annuels en pariant sur le retour des clients avec la vaccination.

    * MONDELEZ a mis en garde contre une augmentation des prix en répercussion de l'augmentation du coût des matières premières après avoir publié de bons résultats trimestriels. * VISA a publié mardi un bénéfice supérieur aux attentes, l'augmentation des achats en ligne ayant compensé la faiblesse des dépenses de voyage. Le titre prend 1% en avant-Bourse.

    * AMGEN a annoncé mardi que ses ventes et son bénéfice du premier trimestre avaient baissé en raison d'une chute de 7% du prix net de ses médicaments et de l'impact de la pandémie de COVID-19. La biotech perdait 3,4% mardi dans les échanges après la clôture.

    * PINTEREST - Le ralentissement de la croissance du nombre d'utilisateurs de l'application du réseau social a fait chuter le titre d'environ 10% dans les échanges en après-Bourse mardi en dépit de résultats trimestriels par ailleurs solides et d'un objectif de chiffre d'affaires pour le trimestre en cours supérieur aux attentes.

  • Ontex s'active pour mettre en oeuvre son plan de bataille

  • L'absurdité des acronymes financiers

    FONDS | Les fonds Brics promettaient des performances fondées sur la croissance du Brésil, de la Russie, de l'Inde et de la Chine. Leur échec montre une réalité plus sombre.

    Lire | L'absurdité des acronymes financiers

     

  • Les bénéfices trimestriels du Stoxx 600 revus en hausse

    La saison des résultats trimestriels devrait faire ressortir la plus forte progression des bénéfices des entreprises européennes depuis le début de l'enregistrement des données IBES de Refinitiv il y a neuf ans alors que l'économie du continent se remet du ralentissement causé par la première vague de la pandémie de coronavirus. Selon ces données, les bénéfices des entreprises entrant dans la composition de l'indice européen Stoxx 600 devraient avoir augmenté de 71,3% sur un an. La semaine dernière encore, les estimations des analystes donnaient une progression de 61,2%.

    L'estimation moyenne pour la croissance des chiffres d'affaires est quant à elle redescendue à 2,5% contre 2,8% il y a une semaine.

    Sur les 54 sociétés du STOXX 600 ayant publié leurs résultats du premier trimestre, 64,8% ont fait état de résultats dépassant les attentes du marché, selon Refinitiv.

    +71,3%
    Les bénéfices trimestriels du Stoxx 600 revus en hausse
    Selon les données IBES de Refinitiv, les bénéfices des entreprises entrant dans la composition de l'indice européen Stoxx 600 devraient avoir augmenté de 71,3% sur un an.

  • Hyloris annonce un partenariat commercial majeur aux États-Unis

    Hyloris Pharmaceuticals  , qui s'est engagée à développer des traitements innovants offrant une valeur ajoutée aux populations de patients mal desservies, annonce que son partenaire pour Maxigesic IV, AFT Pharmaceuticals, a signé un accord de licence exclusif et un contrat d'approvisionnement avec Hikma Pharmaceuticals pour la commercialisation aux États-Unis de Maxigesic IV, un nouveau traitement non opioïde breveté pour la douleur postopératoire.

    Selon les termes de l'accord avec l'AFT, Hikma aura les droits exclusifs pour les ventes, le marketing et la distribution de Maxigesic IV aux États-Unis. Hyloris est éligible pour recevoir 4 millions de dollars en étapes réglementaires, ainsi que des étapes commerciales et une part de tout revenu supplémentaire lié au produit et perçu par l'AFT aux États-Unis. Lire le communiqué

  • WPP renoue avec la croissance de son CA plus tôt que prévu

    Le numéro un mondial de la publicité WPP  a renoué avec une croissance du chiffre d'affaires sous-jacent au premier trimestre, plus tôt que prévu, soutenu par le lancement de nouveaux produits et marques dans la perspective d'une reprise économique mondiale. En dépit du maintien des restrictions sanitaires liées à la pandémie, les chefs d'entreprises et les consommateurs entrevoient la reprise économique et consomment à nouveau, a expliqué le directeur général de WPP, Mark Read, faisant écho aux commentaires de ses rivaux tels que Omnicom et Publicis.

    Le chiffre d'affaires net sous-jacent du groupe britannique, qui avait reculé de 6,5% au quatrième trimestre, a progressé de 3,1% au cours des trois premiers mois de l'année, les clients "cherchant à transformer leur offre en vue d'une croissance future". Les analystes s'attendaient à ce que le chiffre d'affaires recule de 1,5% sur la période. Il s'agit de la première hausse du chiffre d'affaires net depuis le troisième trimestre de 2019 et la plus importante observée depuis 2016. Lire le communiqué

  • Boiler rooms: la FSMA met le public en garde contre des activités irrégulières

    L’Autorité des services et marchés financiers (FSMA) met le public en garde contre les activités de plusieurs sociétés qui agissent irrégulièrement sur le territoire belge.

  • Fornieri interrogé pour des achats suspects d'actions Mithra

    Selon nos confrères du Vif, François Fornieri (actionnaire principal de Mithra  ), Luciano D'Onofrio (directeur sportif de l'Antwerp FC) et Samuel Di Giovanni (patron de la société de gardiennage Protection Unit) ont été interpellés à leur domicile, ce mercredi au petit matin, et sont actuellement auditionnés comme suspects avec privation de liberté dans un dossier concernant des achats douteux, fin 2018 et début 2019, d'actions de la société pharmaceutique cotée Mithra. 

  • Le bénéfice de Sainsbury's baisse de 39%, plombé par une hausse des coûts

    La chaîne de supermarchés britannique Sainsbury's a fait état d'une baisse de 39% du bénéfice sous-jacent annuel, les fortes ventes de produits alimentaires pendant la pandémie COVID-19 ayant été compensées par des coûts supplémentaires. La société a réalisé un bénéfice avant impôts sous-jacent de 356 millions de livres (494 millions de dollars) au cours de l'année se terminant le 6 mars, conformément à ses prévisions "d'au moins" 330 millions de livres, mais en baisse par rapport aux 586 millions de livres qu'elle avait réalisés un an plus tôt. Lire le communiqué

    Mais Sainsbury's, le deuxième plus grand groupe de supermarchés du pays après Tesco, a déclaré qu'il avait commencé son nouvel exercice en force et prévoyait un fort rebond des bénéfices.

  • Le point sur la séance

    Les principales bourses européennes évoluent en légère hausse mercredi dans une séance animée par une nouvelle salve de publications de résultats d'entreprises, en attendant les annonces de la Réserve fédérale qui devrait confirmer sa posture accommodante.

    → À Bruxelles, le Bel 20 grimpe de 0,26%. Ailleurs en Europe, l'indice CAC 40 gagne 0,18%, le Dax prend 0,19% et à Londres, le FTSE s'octroie 0,37%. L'indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule toutefois de 0,09%, le FTSEurofirst 300 de 0,13% et le Stoxx 600 de 0,23%.

    Depuis le début de la semaine, l'attention des investisseurs est rivée vers la Réserve fédérale (Fed) qui rendra dans la soirée sa décision de politique monétaire. Si les attentes sont peu élevées concernant le communiqué (18h00 GMT), les acteurs du marché n'en suivront pas moins avec une grande attention l'intervention de son président, Jerome Powell, à partir de 18h30 GMT.

    • Le secteur bancaire compte parmi les plus fortes hausses de la matinée grâce à Deutsche Bank (+6,32%), qui bondit en tête du Dax après avoir fait état d'un bénéfice net supérieur aux attentes au premier trimestre grâce à sa banque d'investissement. La britannique Lloyds prend de son côté 3,27%, la reprise de provisions pour créances douteuses ayant contribué à un bénéfice trimestriel supérieur aux attentes. 
    • Sanofi s'adjuge 1,28% après avoir annoncé une hausse de son bénéfice trimestriel, soutenu par les ventes de son médicament Dupixent et celles de sa division de vaccins. 
    • À la baisse, Sainsbury's perd 2,60% après la baisse de son chiffre d'affaires avant impôts.
  • Mediaset grimpe dans l'espoir d'une trêve avec Vivendi

    L'action Mediaset prend plus de 6% dans les premiers échanges à la Bourse de Milan sur des espoirs de trêve avec Vivendi  . Les deux groupes travaillent à un accord pour mettre fin à une querelle qui dure depuis des années, a appris Reuters auprès de deux sources.

    Les deux groupes ne cessent de s'affronter par tribunaux interposés depuis que Vivendi a renoncé en 2016 à un accord en vue de l'achat de la division déficitaire de télévision payante de Mediaset. Il a ensuite entrepris de monter au capital du groupe italien jusqu'à en détenir 29%, un mouvement jugé hostile et illégal par sa cible.

  • Sanofi confirme ses prévisions pour 2021 après un bon T1

    Sanofi   a confirmé son objectif financier pour 2021 après avoir fait état d'une hausse de son bénéfice trimestriel, soutenu par les ventes de son médicament vedette Dupixent et celles de sa division de vaccins.

    Le bénéfice par action (BNPA) des activités, une mesure très suivie par les investisseurs, est ressorti à 1,61 euro, en hausse de 15% au premier trimestre à changes constants. Le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 2,4% à changes constants au premier trimestre, à 8,591 milliards d'euros, soutenu par le succès de Dupixent et le dynamisme des ventes de vaccins contre la grippe qui ont compensé la baisse des ventes de santé grand public.

    Pour 2021, Sanofi a confirmé prévoir une hausse autour de 10% de son BNPA des activités à taux de changes constants.

  • Sony enregistre un bénéfice net annuel record en 2020/21

    Le japonais Sony a annoncé un bénéfice net record pour son exercice 2020/21, porté notamment par sa division jeu vidéo sur fond d'importante demande liée à la pandémie. Le bénéfice net annuel du groupe a doublé sur un an pour atteindre 1.171,8 milliards de yens (8,9 milliards d'euros), une performance supérieure à ses attentes, due en partie à un effet fiscal positif. Lire le communiqué

    Pour son nouvel exercice 2021/22 démarré le 1er avril, le groupe voit ses ventes annuelles augmenter encore, à 9.700 milliards de yens (+7,8% sur un an), en particulier dans les jeux vidéo et le cinéma. Il ne prévoit cependant qu'un bénéfice net de 660 milliards de yens (5 milliards d'euros) à cause d'un effet de retour de bâton fiscal, ce qui représenterait une baisse de 43,7% sur un an. Son résultat opérationnel est attendu à 930 milliards de yens, soit un léger recul de 4%.

    ©REUTERS

  • Voici le briefing actions belges

    Target relevé pour Solvay et Recticel | Proximus ex-coupon | Ontex boudée (+Briefing)

  • Les principales baisses/hausses en Europe

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 +0,31%

    AEX +0,20%

    BEL 20 +0,08%

  • "Les marchés boursiers globalement continuent à se montrer résilients"

    "Les marchés boursiers globalement continuent à se montrer résilients, les marchés asiatiques étant orientés à la hausse ce matin, ce qui devrait voir les marchés européens ouvrir à leur tour en territoire positif"
    Michael Hewson
    analyste en chef chez CMC Markets UK

  • France: le moral des ménages reste stable en avril

    Le moral des ménages est resté stable en France en avril, malgré le reconfinement imposé pour endiguer la flambée des cas de Covid-19, mais leur volonté d'épargne atteint de nouveau un record, selon des données publiées par l'Insee. L'indicateur qui reflète la confiance des ménages dans la situation économique est resté bloqué à 94 points, soit en dessous de sa moyenne de longue période qui est de 100.

  • Banco Santander voit son bénéfice net bondir de 386% au T1

    La première banque espagnole Banco Santander a dégagé au premier trimestre un bénéfice net de 1,6 milliard d'euros, en hausse de près de 386% par rapport au premier trimestre 2020 où les résultats avaient souffert de provisions extraordinaires liées à la pandémie de Covid-19. Ce résultat est supérieur aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur d'informations financières Factset, qui tablaient en moyenne sur 1,17 milliard, contre 331 millions engrangés de janvier à mars 2020.

    Banco Santander a bénéficié d'une "forte croissance aux États-Unis, au Royaume-Uni et dans la banque d'affaires et d'investissement", souligne sa présidente, Ana Botin, dans le communiqué.

  • Allemagne: la 3e vague d'infections sape le moral des consommateurs

    Le moral des consommateurs allemands devrait s'affaisser en mai sur fond de troisième vague de la pandémie de Covid-19 et de nouvelles restrictions dans le pays, selon le baromètre GFK. L'indice devrait redescendre à -8,8 points après la remontée en avril à -6,1 points (révisé).

    L'Allemagne est entrée samedi dernier dans une nouvelle phase de verrouillage de sa vie publique comprenant des couvre-feux nationaux après l'adoption d'une loi controversée pour briser la troisième vague de la pandémie. Cette dernière "fait que la reprise de l'économie va encore se faire attendre", prévient Rolf Bürkl, expert au GfK, cité dans un communiqué. "Comme en 2020, la consommation ne sera pas le pilier de l'économie en 2021".

  • Deutsche Bank enregistre son meilleur bénéfice net depuis 2014

    La première banque allemande Deutsche Bank   a publié un bénéfice net part du groupe de 908 millions d'euros au premier trimestre, le meilleur depuis 2014 grâce aux économies générées par sa lourde restructuration et aux bonnes performances dans la banque d'investissement. Les recettes globales, à 7,2 milliards d'euros, sont en progression de 14% sur un an et le résultat imposable ressort à 1,6 milliard d'euros, le tout dépassant les attentes des analystes.

    La meilleure contribution au résultat provient de la banque d'investissement, dont les recettes ont bondi de 32% sur un an, à 3,1 milliards d'euros, grâce au négoce de titres à taux fixe et de devises, et le résultat imposable de 134%, à 1,5 milliard d'euros.

    Pour 2021, la banque compte sur ses "initiatives stratégiques mises en oeuvre" depuis 2019 pour permettre une croissance durable des recettes, écrit la banque dans son rapport trimestriel. "Nos prévisions de perspectives améliorées reflètent notre solide performance lors du premier trimestre 2021".

  • Sika se renforce au Japon avec le rachat d'Hamatite

    Le groupe suisse de chimie Sika, spécialisé dans les matériaux de construction, se renforce au Japon avec le rachat d'Hamatite, qui regroupe les activités d'adhésifs et mastics de l'entreprise japonaise The Yokohama Rubber Co, a-t-il annoncé dans un communiqué. Le groupe suisse, qui signe sa quatrième transaction en moins de trois mois, n'a pas divulgué les détails financiers.

    Basé à Tokyo, ce fournisseur pour l'industrie automobile et le secteur du bâtiment génère un chiffre d'affaires annuel équivalent à environ 160 millions de francs suisses (144 millions d'euros).

  • Les marchés européens attendus en petite hausse

  • Berenberg renforce son TP pour Recticel

    Berenberg a rélevé son objectif de cours pour Recticel   à 16 euros contre 15 euros précédemment en réaction aux résultats trimestriels dévoilés mardi. "Nous pensons que l'effet prix (hausse des prix de vente suite à la hausse des prix des matières premières, ndlr) explique 80% de la croissance du chiffre d'affaires", indique l'analyste Christophe Greulich. "Néanmoins, les volumes plus élevés prouvent qu'il existe une demande saine sur les marchés finaux de Recticel, malgré les augmentations de prix."

    Sa recommandation reste à "acheter".

  • Ontex saute le dividende et donne rendez-vous le 21 juin

    Comme on pouvait s’y attendre, les résultats du premier trimestre d’Ontex ne sont guère de bonne facture. Les revenus sont en baisse de 16,5% (-11,1% sur base comparable) à 480 millions en raison d’une demande plus faible de la part des consommateurs et de la perte de certaines affaires en Europe. Ils sont toutefois un chouïa supérieurs aux prévisions des analystes qui tablaient sur un chiffre de 476 millions d’euros.

    Pour l’Ebitda ajusté, le recul est plus net encore (-25%) à 50 millions d’euros principalement en raison de la baisse des ventes partiellement compensée par un contrôle strict des coûts et par l’efficacité industrielle explique le spécialiste des produits d’hygiène personnelle jetables. La marge atteint 10,3% en recul de 117 points de base.

    Un point positif cependant : l’Ebitda se révèle supérieur de 5 millions au consensus des analystes.

    La dette, de son côté, reste inchangée par rapport à la fin de l’année à 845 millions d’euros.   

    "Nous ne sommes pas satisfaits des résultats du premier trimestre qui, bien qu’anticipés, démontrent clairement le potentiel d’amélioration significative."
    Esther Berrozpe
    CEO d'Ontex

    Dans ce contexte, il n’est guère étonnant que la société décide finalement de ne pas distribuer de dividende pour l’exercice 2020.

    Pour l’ensemble de l’année, Ontex s’attend à des revenus stables sur base comparable avec une croissance démarrant au 2e trimestre.

    La priorité de 2021 sera de lancer des actions majeures pour alimenter le turnaround de la société, assure-t-elle. La direction présentera une mise à jour de ses initiatives stratégiques et de ses objectifs financiers le 21 juin.

    Notons enfin l'arrivée au sein du comité de direction de Peter Vanneste en tant que CFO et de Vincent Crepy qui occupera le nouveau poste de "chief supply chain officer".

  • Melexis relève ses ambitions annuelles

    Melexis  a réalisé un premier trimestre solide. Les ventes ont atteint 155,6 millions d'euros au premier trimestre 2021, soit une hausse de 13% par rapport au même trimestre de l’année dernière et une hausse de 6% par rapport au dernier trimestre. Le chiffre se situe dans le bas de la fourchette comprise entre 155 et 160 millions d'euros que la CEO Françoise Chombar indiquait lors de la publication des chiffres annuels de 2020.

    "En continuant sur sa trajectoire de croissance, Melexis a réalisé une croissance des ventes séquentielle de 6% au premier trimestre de 2021, supportée d’une part par une demande et des commandes fortes, mais limitée d’autre part par des délais prolongés et des problèmes persistants à chaque étape de la chaîne d’approvisionnement", a-t-elle souligné dans le nouveau communiqué. "Sur la base du niveau de commandes actuel, il est désormais plus probable que les ventes au deuxième semestre de l’année resteront fortes. C’est pourquoi nous avons accru nos prévisions de ventes pour l’exercice."

    La société s'attend à une croissance des ventes entre 22% et 25% pour l'ensemble de l'année 2021, avec une marge brute autour de 41% et une marge d’exploitation autour de 21%, au point médian des ventes prévisionnelles, tout en tenant compte d’un taux de change EUR/USD de 1.21.

  • Proximus ex-dividende

    La saison des coupons démarre petit à petit à la Bourse de Bruxelles. Et c'est au tour de Proximus   avec un dividende final de 0,7 euro par action pour l'exercice 2020.

  • Premier bilan de la saison des résultats à Wall Street

  • Vers une nouvelle pause de la Fed avant le débat du tapering

    Pas (encore) de changement de cap en vue pour la Réserve fédérale (Fed). Ce mercredi, la banque centrale des États-Unis devrait maintenir sa politique monétaire inchangée. L'ouverture de discussions sur un futur retrait de son soutien extraordinaire à l'économie ne devrait survenir que dans les prochains mois.

    D'après les spécialistes des marchés, le comité de politique monétaire (Federal Open Market Committee, FOMC) de la Fed ne touchera pas aux taux directeurs. Le taux d'intérêt des fonds fédéraux, référence des marchés américains, devrait donc rester à zéro, comme depuis un peu plus d'un an à cause de la crise sanitaire. L'objectif est de décourager l'épargne et d'inciter les gens à chercher du rendement pour leur argent en l'investissant, ce qui doit soutenir l'économie.

  • Microsoft publie des résultats trop conformes aux attentes

    Microsoft a annoncé un chiffre d'affaires de 41,7 milliards de dollars au titre du troisième trimestre de son exercice fiscal clos à fin mars et un bénéfice par action de 1,95 dollar, alors que les analystes prévoyaient en moyenne 41,03 milliards et 1,78 dollar, selon les données Refinitiv. Le chiffre d'affaires de ce que Microsoft nomme son "commercial cloud", qui comprend Azure ainsi que des versions dématérialisées de son logiciel Office, a grimpé de 33% à 17,7 milliards de dollars. Lire le communiqué

    L'action, qui a pris 50% au cours de l'année écoulée alors que les entreprises ont accéléré leur transition vers le "cloud computing", cédait 3,2% après la clôture des échanges. Cette baisse est une "réaction réflexe de Wall Street qui espérait une performance du chiffre d'affaires encore plus supérieure aux attentes", a expliqué Dan Ives, de Wedbush Securities.

  • Forte hausse des revenus et plan de rachat d'actions pour Alphabet

    Alphabet  , maison mère de Google, a publié mardi soir un chiffre d'affaires supérieur aux attentes au titre du premier trimestre 2021, à 55,31 milliards de dollars et annoncé un programme de rachat d'actions de 50 milliards de dollars (41,3 milliards d'euros). Le groupe a profité à la fois de la reprise de l'activité aux États-Unis, son premier marché, et du bond de l'utilisation des services en ligne pour augmenter ses revenus dans la publicité sur internet et l'informatique dématérialisée. Lire le communiqué

    "Ces résultats reflètent une activité en ligne élevée des consommateurs et une croissance diversifiée des revenus publicitaires", a commenté Ruth Porat, directrice financière d'Alphabet, dans un communiqué. L'action Alphabet prenait environ 4,7% à 2.398 dollars dans les transactions d'après clôture à Wall Street. 

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Bienvenue sur le "Market Live" de L'Echo, pour cette édition du mercredi 28 avril 2021.

    Les résultats de Tesla et 3M ont pesé sur la tendance mardi à Wall Street, où les indices ont clôturé en ordre dispersé à la veille de la décision de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) et dans l'attente des trimestriels des poids lourds de la technologie, dont Microsoft et Alphabet. L'indice Dow Jones a gagné 0,01%, ou 3,36 points, à 33 984,93 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 0,97 point, soit -0,02%, à 4 186,65 points. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 48,56 points (-0,34%) à 14 090,22 points.

    La tendance reste prudente ce matin sur les bourses asiatiques: le Nikkei 225 prend 0,37% à la Bourse de Tokyo. De son côté, le Hang Seng grimpe de 0,13% tandis que l'indice composite de la Bourse de Shanghai lâche 0,04%.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés