1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street dans le rouge dans l'attente des résultats des techs, en baisse

Les marchés américains et européens ont terminé en recul dans le sillage de la nouvelle chute des marchés chinois et de résultats d'entreprises appréciés en sens divers. Tesla et les big techs en baisse. Reckitt Benckiser, Randstad et Logitech attaquées. Séance difficile pour Prosus.
  • A l'agenda ce mercredi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. Ce mercredi, la publication des résultats d'entreprises monte en puissance, avec un raz-de-marée de sociétés françaises. À Bruxelles, Melexis, Global Graphics et Elia publient leurs trimestriels avant-bourse. Conférence de presse de Jerome Powell (Fed) à 20h30 à l'issue du FOMC.

  • Les Big Tech ne connaissent pas la crise

    Alphabet, Apple et Microsoft ont tous les trois réalisé de meilleurs performances que ce que prédisaient les analystes. Reste à voir comment réagiront les marchés à l'ouverture ce mercredi.

  • Wall Street recule à la clôture dans l'attente des résultats des techs

    La Bourse de New York a fini en nette baisse ce mardi alors que les investisseurs ont privilégié la prudence en amont de la publication, après la clôture, des résultats des principaux groupes technologiques américains et du communiqué, mercredi, de la Réserve fédérale américaine (Fed). Le Dow Jones a cédé 0,24% à 35.058,52 points. Le S&P 500 a perdu 0,47% à 4.401,46 points. Le Nasdaq a reculé de son côté de 1,21% à 14.660,58 points. En amont de l'annonce de leurs résultats trimestriels en fin de journée, Apple, Microsoft et Alphabet ont tous décliné et pesé sur le Nasdaq et le S&P 500, de même qu'Amazon dont les résultats sont attendus jeudi.

    Ce recul intervient alors que les grandes valeurs technologiques avaient récemment enregistré des gains et repris la semaine dernière le contrôle du marché. Autre élément incitant à la prudence, la perspective concernant les entreprises chinoises cotées à Wall Street, alors que celles-ci ont poursuivi leur chute au cours de la séance sur fond de craintes que Pékin amplifie ses mesures de régulations contre les firmes technologiques en Chine.

    Les investisseurs attendent aussi l'issue de la réunion de politique monétaire de la Fed, mardi et mercredi, à la recherche de signes sur le calendrier du resserrement des mesures de soutien de la banque centrale. Illustrant la prudence du jour à Wall Street, les secteurs dits défensifs comme l'immobilier ont été parmi les plus performants du S&P 500 durant la séance, alors que les rendements des bons du Trésor américain ont progressé. Côté valeurs, Tesla a reculé au lendemain de la publication de ses résultats du deuxième trimestre, lors duquel le constructeur automobile a battu le consensus.

  • Les marchés US terminent dans le rouge

    Le Dow Jones a perdu 0,24% à 35.058,52 points.

    Le Nasdaq a cédé 1,21% à 14.660,58 points.

    Le S&P 500 a lâché 0,47% à 4.401,46 points.

  • Le pétrole piétine, le Covid-19 plane sur la demande

    Les prix du pétrole, qui avaient brièvement regagné leur niveau d'avant la réunion de l'Opep+ il y a deux semaines, ont conclu en petite baisse, les investisseurs restant suspendus à la propagation du Covid-19.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre a terminé quasiment stable à 74,48 dollars à Londres (-0,02%). Le Brent avait néanmoins franchi un peu plus tôt dans la séance la barre des 75 dollars, pour atteindre 75,05 dollars, une première depuis le 14 juillet. A New York, le baril américain de WTI pour le même mois a fléchi de 0,36% à 71,65 dollars.

  • BNP Paribas va racheter la banque en ligne Floa à Casino/Crédit Mutuel

    BNP Paribas a signé un accord en vue du rachat de la banque en ligne Floa, spécialisée dans les paiements innovants, auprès de Casino et du Crédit Mutuel pour 258 millions d'euros. Ce rachat portant sur 100% de Floa, ex-Banque Casino, doit rapporter la moitié du prix de cession à Casino et l'autre moitié au Crédit Mutuel, soit 129 millions d'euros chacun, selon un communiqué commun. Cette cession sera "finalisée dans les prochains trimestres" sous réserve d'un feu vert de l'Autorité de la concurrence française et de la Banque centrale européenne (BCE).

    Elle doit s'accompagner d'un partenariat stratégique et commercial entre BNP Paribas et le groupe de distribution Casino. Ce partenariat prévoit notamment de faire de BNP Paribas "le fournisseur et le distributeur exclusif de crédit à la consommation, dont des solutions de paiement fractionné", pour les clients du groupe Casino (Monoprix, Franprix, Géant...), y compris chez le e-commerçant du groupe, CDiscount. Casino percevra en outre "30% de la valeur future créée" par l'activité de paiement fractionnée (paiement en plusieurs fois) Floa Pay, "à fort potentiel de développement" selon les entreprises.

    Banque Casino, fondée en 2001, était devenue Floa en octobre 2020, et avait alors pour ambition d'opérer dans dix pays européens à horizon 2025. Déjà présente en France, Espagne et Belgique, elle dit mardi compter "plus de 3 millions de clients" et financer "chaque année plus de 2 milliards d'euros de biens et services". "Avec BNP Paribas, Floa pourrait enclencher une seconde phase de son développement en France et en Europe, notamment auprès des marchands et des e-commerçants", a réagi dans le communiqué le directeur général délégué de BNP Paribas, Thierry Laborde.

  • Kering dépasse au premier semestre son niveau de vente d'avant pandémie

    Le groupe français de luxe Kering a annoncé ce mardi avoir vu ses ventes progresser au premier semestre à un niveau supérieur à avant la pandémie, tirées par sa maison phare Gucci. Les ventes du groupe dirigé par François-Henri Pinault se sont établies à 8 milliards d'euros, en hausse de 49,6% sur un an, à un niveau supérieur aux consensus établis par les agences Factset et Bloomberg, qui tablaient respectivement sur 7,875 milliards et 7,85 milliards. Comparé au premier semestre 2019 avant la pandémie, les ventes ressortent en hausse de 8,4%. Le bénéfice net semestriel a, lui, été multiplié par cinq par rapport à 2020 pour atteindre 1,48 milliard d'euros.

    La marge opérationnelle courante est de 27,8% (contre 29,5% en 2019, année record) et, malgré un marché du luxe encore "dépendant de l'évolution de la situation sanitaire", le groupe se dit confiant dans son "potentiel de croissance à moyen et long termes". "Toutes nos maisons ont contribué au fort rebond du chiffre d'affaires (...) avec une forte accélération au second trimestre", déclare son PDG François-Henri Pinault cité dans le communiqué.

    Le fleuron de Kering, Gucci, qui fête cette année son centenaire, retrouve son niveau d'avant pandémie avec un chiffre d'affaires de 4,48 milliards d'euros (+45,8% par rapport à 2020) et une rentabilité élevée. Yves Saint Laurent connaît un rebond de ses ventes qui atteignent 1 milliard d'euros (+53,5%) et, sur le seul second trimestre, ont doublé par rapport à un an plus tôt. Les ventes de Bottega Veneta atteignent 707,6 millions d'euros (+40,6%), avec "une croissance très soutenue" dans le réseau en propre aux Etats-Unis, selon le groupe. Le chiffre d'affaires des Autres Maisons rebondit fortement pour atteindre 1,475 milliard d'euros, (+60,5%). Les performances de Balenciaga et d'Alexander McQueen sont toujours "exceptionnelles", selon Kering, tout comme celles des Maisons de Joaillerie. Moins d'éclat en revanche du côté des Manufactures Horlogères et de Brioni.

  • Résumé de la séance en Europe

    Une série de résultats d'entreprises décevants a pesé sur la tendance en Europe. Les nouvelles réglementations en Chine ont continué d'inquiéter les investisseurs.


  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: -0,63%

    AEX: -1,05%

    CAC 40: -0,71%

  • Toutes les valeurs techs américaines dans le rouge

    Outre Tesla, les autres grands noms de la technologie aux Etats-Unis reculent aussi. 

     "Les valeurs technologiques sont sous pression après l'effondrement des plateformes éducatives en ligne, confrontées à un changement des règles du jeu" en Chine, note Tangi Le Liboux, stratégiste chez Aurel BGC. 

    C'est aussi l'avis d'Alexandre Baradez,  chief Market Analyst chez IG France.

  • La confiance des consommateurs américains stable en juillet

    La confiance des consommateurs américains n'a que peu progressé en juillet, après cinq mois d'amélioration, mais reste bien meilleure qu'attendu, à son plus haut niveau depuis le début de la pandémie, selon l'indice du Conference Board.  

    L'indice s'est établi à 129,1 points, soit 0,2 point de plus qu'en juin. C'est mieux qu'attendu par les analystes, qui s'attendaient à une contraction, à 124,5 points. 

  • Pourquoi Tesla baisse à l'ouverture de Wall Street

    Le groupe automobile d'Elon Musk a dégagé un profit record, mais doit composer avec la pénurie de puces électroniques et les retards de certains de ses modèles.

  • Tesla baisse de 1% à l'ouverture des marchés américains

    Tesla a baissé à l'ouverture des marchés américains, signe que les investisseurs n'ont pas tous été convaincus par les résultats publiés la veille après bourse du constructeur de véhicules électriques. 

    Son bénéfice a plus que triplé pour atteindre 1,45 dollar par action sur une base ajustée, alors que les ventes de véhicules ont rebondi après les fermetures de l'année dernière, a déclaré lundi le constructeur automobile basé à Palo Alto, en Californie. Cela a dépassé la moyenne de 97 cents des estimations des analystes et a marqué le huitième trimestre consécutif de bénéfices pour Tesla.

  • Wall Street ouvre en baisse

    Dow Jones -0,51%, Nasdaq -0,22%, S&P 500 -0,32%

  • Le FMI plus optimiste pour les économies avancées, favorisées par la vaccination

    Le Fonds monétaire international (FMI) a confirmé mardi sa prévision de croissance de l'économie mondiale de 6% pour 2021, relevant ses estimations pour les Etats-Unis et la zone euro mais revoyant à la baisse celles pour plusieurs pays en développement, confrontés à une recrudescence des contaminations au coronavirus.

    Les perspectives économiques mondiales actualisées du FMI reflètent la divergence entre les pays les plus riches et ceux en développement dans l'accès aux vaccins contre le Covid-19 et un soutien budgétaire durable.

    L'économie américaine devrait croître de 7,0% cette année et de 4,9% en 2022, des prévisions revues en hausse respectivement de 0,6 et 1,4 point de pourcentage depuis avril.

    Le PIB de la zone euro, quant à lui, devrait rebondir de 4,6% cette année, soit 0,2 point de plus qu'attendu il y a trois mois, et de 4,3% en 2022 (+0,5 point).

    Le FMI a confirmé sa prévision 2021 pour la croissance allemande à 3,6% et pour la croissance française, à 5,8%. Pour l'année prochaine, il a augmenté de 0,7 point sa prévision pour la première économie d'Europe, à 4,1%, et confirmé celle de la France à 4,2%.

  • Le spécialiste des barbecues Weber fixe les détails de son IPO

    Weber a communiqué les conditions de son introduction en bourse. Le fabricant de systèmes de grillades et d'accessoires pour cuisine en plein air prévoit d'offrir 46,9 millions d'actions au prix de 15 à 17 dollars chacune. La société lèverait ainsi 797,3 millions de dollars au sommet de cette fourchette.

    La société a demandé à être cotée à la Bourse de New York, sous le symbole "WEBR".

    Weber a réalisé un chiffre d'affaires de 1,9 milliard de dollars sur les douze mois arrêtés au 31 mars.

    ©AFP

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * TESLA - Le constructeur de véhicules électriques a publié lundi des résultats supérieurs aux attentes de Wall Street au deuxième trimestre, bien aidé par des livraisons record malgré la pénurie persistante de puces et de matières premières. L'action prenait 2,2% dans les échanges en avant-bourse.

    * INTEL a annoncé lundi que ses usines allaient commencer à produire des puces QUALCOMM et a dévoilé une feuille de route devant lui permettre d'accroître ses activités de fonderie afin de rattraper d'ici 2025 des rivaux comme Taiwan Semiconductor Manufacturing et Samsung Electronics.

    * APPLE, ALPHABET, MICROSOFT, ADVANCED MICRO DEVICES (AMD), MATTEL, VISA ou encore MONDELEZ publient leurs résultats trimestriels après la clôture de Wall Street.

    * GENERAL ELECTRIC a relevé, ce mardi, sa prévision de flux de trésorerie disponible dans une fourchette de 3,5 à 5 milliards de dollars (contre 2,5 à 4,5 milliards de dollars auparavant) pour cette année à la faveur d'un redressement du marché de l'aviation qui devrait doper la demande des moteurs et des pièces détachées du conglomérat américain. Le titre gagne 3,7% en avant-bourse.

    * 3M a fait état d'un bénéfice trimestriel en hausse de 16,7% et a relevé ses prévisions annuelles de bénéfice et de chiffre d'affaires grâce à un rebond de plusieurs de ses marchés qui avaient été affectés par la pandémie de Covid-19.

    * UNITED PARCEL SERVICE (UPS) a fait état d'un chiffre d'affaires et d'un bénéfice trimestriels supérieurs aux attentes à la faveur d'une augmentation de ses livraisons et de la distribution de produits de santé, tels que les vaccins anti-covid.

    * CENTENE - L'assureur santé a publié un bénéfice inférieur aux attentes au titre du deuxième trimestre, imputable en partie à une hausse des coûts médicaux.

    * RAYTHEON TECHNOLOGIES a relevé sa prévision de bénéfice ajusté pour l'ensemble de l'année grâce à une hausse de la demande pour ses produits et services dans un contexte de redressement du transport aérien. L'action prend 1,2% en avant-bourse.

    * DIDI, ALIBABA, BAIDU, GAOTU TECHEDU et TAL EDUCATION GROUP - Les entreprises chinoises cotées à Wall Street doivent désormais signaler les risques d'ingérence du gouvernement chinois dans leurs activités dans le cadre de leurs obligations en matière de déclaration réglementaire, a indiqué lundi un responsable de la Securities and exchange commission (SEC), le gendarme des marchés américains. Alibaba et Baidu reculent respectivement de 3,6% et 4,9% en avant-bourse.

    * ARCHER-DANIELS-MIDLAND - Le groupe de semences et de services au secteur de l'agriculture a annoncé, ce mardi, une croissance de 52% de son bénéfice au deuxième trimestre, la forte demande d'exportation de récoltes et les marges de trituration des oléagineux ayant stimulé l'activité principale de services agricoles du négociant en grains américain.

  • Credit Suisse relève l'objectif de cours de Solvay

    À l'approche des résultats du deuxième trimestre de Solvay - attendus jeudi -, les analystes de Credit Suisse Samuel Perry et James Brady relèvent leur objectif de cours de 110 à 121 euros. Ils maintiennent leur recommandation de "surperformance", l'équivalent d'une recommandation d'achat.

    Ils ont augmenté leurs estimations de bénéfice brut d'exploitation (ebitda) pour cette année et l'année prochaine de 3%. Certes, les marchés finaux de Solvay (aviation, pétrole et gaz) semblent se redresser plus lentement que la moyenne à court terme, mais la demande sur l'ensemble du portefeuille s'améliore.

    De plus, la valorisation est intéressante. Solvay offre l'une des expositions les moins chères à la chimie européenne, indique-t-on chez Credit Suisse. Le titre se négocie à 8,6 fois le bénéfice brut d'exploitation, contre 11,5 fois pour le secteur. La décote de Solvay par rapport à ses pairs, qui était historiquement de 7%, est passée à 20%.

  • Ageas rattrapé par le malaise boursier chinois

    L'action Ageas perd 1,43%, à 44,82 euros, dans un marché en repli de 0,45%.

    L'action semble pâtir de la baisse des bourses chinoises.

    En effet, le climat boursier euphorique en Chine a régulièrement contribué, ces derniers mois, aux plus-values ​​(et vice versa) dans les rapports trimestriels d'Ageas à travers les activités importantes du groupe dans la région. Les chiffres du premier trimestre ont montré que l'assureur a vendu pas mal d'actions sur les bourses chinoises, encaissant de belles plus-values. "Notre timing pour réaliser les plus-values ​​en Chine était presque parfait", déclarait ainsi Hans De Cuyper, le PDG d'Ageas, en mai.

    En prévision du rapport semestriel, UBS maintient son conseil "neutre" sur Ageas. "Ageas reste l'un des rares assureurs européens à offrir un accès à l'Asie par le biais de coentreprises. Mais il y a peu de transparence sur ces joint-ventures, ce qui freine notre conviction. En outre, les assureurs-vie chinois ont été malmenés sur les marchés boursiers à partir du deuxième trimestre, ce qui se répercute également sur Ageas via China Taiping Life", explique l'analyste d'UBS Colm Kelly.

    Le cours de l'action de China Taiping, partenaire de longue date d'Ageas en Chine, en dit long sur un climat boursier moins porteur.

    Evolution de China Taiping en bourse

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les marchés actions sont toujours inquiets des nouvelles réglementations du gouvernement chinois concernant plusieurs secteurs, dont celui du soutien scolaire et d'internet.

    La Bourse de Hong Kong a brièvement dévissé, ce mardi, de plus de 5% en séance, avant de finir sur un recul de 4,22%, au lendemain d'un premier décrochage sévère.

    La Bourse de Shanghai a également perdu 2,49%, mais Tokyo est restée optimiste (+0,49%) avant une intensification des publications de résultats trimestriels.

    Les bourses européennes évoluent aussi dans le rouge, mais dans une moindre ampleur. L'indice Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 perdent de l'ordre de 0,4%. Amsterdam et Francfort glissent de 0,6%. Paris cède 0,4%.

    Wall Street est indiquée en repli, de 0,4% pour l'indice Dow Jones, de 0,3% pour le S&P 500 et de 0,10% pour le Nasdaq.

    Après le secteur technologique, Pékin a récemment étendu ses réformes réglementaires à d'autres valeurs comme l'immobilier et l'éducation, ce qui amène les investisseurs à se demander qui sera la prochaine cible. Cette répression des entreprises privées de la Chine entame considérablement le sentiment du marché, malgré une saison de bénéfices meilleure que prévu jusqu'à présent.
    Pierre Veyret
    Analyste d'ActivTrades

    À l'agenda du jour, de nombreux résultats d'entreprises, avec notamment General Electric avant l'ouverture de la Bourse de New York, puis les très attendus géants du numérique Apple, Alphabet (maison mère de Google) et Microsoft après la clôture de Wall Street.

    Une réunion de politique monétaire à la Réserve fédérale américaine (Fed) débute, en outre, ce mardi pour deux jours.

    Côté indicateurs, le FMI publiera ses dernières prévisions pour l'économie mondiale.

    Les investisseurs prendront connaissance des commandes de biens durables aux États-Unis en juin et de la confiance des consommateurs américains en juillet.

  • Toujours la cible d'une OPA, Recticel bombe le torse

  • Le président de la FSMA à la tête d'un réseau sur les SPACS

    Le président de la FSMA, Jean-Paul Servais, a été nommé par l'OICV-IOSCO, l'Association mondiale des régulateurs des marchés financiers, pour présider le réseau sur les Spacs au sein de l'OICV-IOSCO.

    Une Spac, ou Special Purpose Acquisition Company, est un véhicule coté en bourse, sans actif ni objectif, qui cherche à fusionner avec une société non cotée en bourse - permettant à cette dernière de s'introduire en bourse.

    Le réseau offre aux membres de l'OICV-IOSCO une plateforme pour suivre et discuter du phénomène des Spacs.

  • Forte explosion au complexe chimique Bayer à Leverkusen

    Une violente explosion s'est produite, ce matin, au complexe chimique Bayer à Leverkusen, en Allemagne. Les maisons voisines ont tremblé et il y avait une épaisse fumée. Les habitants ont été priés de fermer les portes et les fenêtres. Selon certaines sources, l'explosion s'est produite à l'usine d'incinération des déchets.

    L'action Bayer perd 2,2% à Francfort.

  • Les gagnants et les perdants de la matinée

    En tête de l'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 (et du Cac 40), on retrouve Dassault Systèmes qui affiche un gain de 4% après la révision à la hausse de prévisions de croissance pour 2021 à la faveur d'une demande toujours soutenue.

    Après avoir fait le yo-yo dans les premiers échanges, le titre LVMH s'installe, lui aussi, parmi les plus fortes hausses du Cac 40 (+0,50%), le numéro mondial du luxe ayant vu ses ventes s'envoler au premier semestre grâce aux marques Louis Vuitton et de Dior.

    De son côté, Michelin, qui a pris jusqu'à 1,44% en séance, a ralenti depuis lors ses gains (-0,30%) malgré des prévisions annuelles revues à la hausse.

    Lagardère bondit de 9,57% après la parution de ses résultats, mais Worldline et Edenred cèdent respectivement 7,8% et 4,2% après les leurs.

    À Londres, Reckitt Benckiser chute de 7,6%, en queue de peloton du Stoxx 600, le fabricant de produits de grande consommation ayant publié un chiffre d'affaires trimestriel inférieur aux attentes.

    Randstad (-6,3%) et Logitech (-5%) figurent parmi les plus fortes baisses de l'indice européen à la suite de leurs publications trimestrielles.

  • Le point sur la tendance boursière

    La clôture franchement négative des marchés chinois pèse sur la tendance en Europe, tout comme les résultats jugés décevants de Reckitt Benckiser ou encore la nouvelle dégringolade de l'action Prosus.

    L'indice CSI 300 des grandes capitalisations boursières chinoises s'inscrit en repli de 3,5% en fin de séance tandis qu'Hong Kong affiche des pertes de plus de 4%.

    En Europe, les reculs tournent autour de 1%.

    Reckitt Benckiser chute de plus de 9%, plus forte baisse de l'indice DJ Stoxx 600. Le fabricant de produits de grande consommation a publié, ce mardi, un chiffre d'affaires du deuxième trimestre inférieur aux attentes du marché à cause d'un ralentissement de la demande.

    Prosus, de son côté, cède de l'ordre de 9% dans le sillage du repli de 8,7% de Tencent à Hong Kong. Prosus, qui détient 29% de Tencent (voir post de 8h26), a déjà fondu de 9% lundi.

    LVMH repart à la hausse (+1,2%) après avoir perdu 0,5% en début de séance. L'envolée des ventes de Louis Vuitton et de Dior a dopé le chiffre d'affaires du géant français du luxe au deuxième trimestre, dans un contexte d'assouplissement mondial des restrictions liées à la pandémie de Covid-19.

  • Voici le briefing actions belges

    Objectifs de cours relevés sur deux SIR | Recticel se distingue (+Briefing)

  • |Opening bell|

    Amsterdam: n.c.
    Bruxelles: -0,13%
    Paris: -0,24%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,24%
    Stoxx 600: -0,27%

  • Amazon dément les rumeurs sur le bitcoin

    Amazon n'a pas l'intention d'accepter les paiements en bitcoin.

    Hier, une offre d'emploi du géant de l'e-commerce pour une fonction de dirigeant du service des produits numériques a suscité pas mal de remous. Les investisseurs ont spéculé sur l'acceptation par Amazon des cryptomonnaires et, plus particulièrement, du bitcoin. La devise numérique a alors dépassé 40.000 dollars.

    Le démenti d'Amazon a fait ralentir le bitcoin qui perd, ce matin, 1,3%, à 37.271,70 dollars (données Bloomberg).

  • Vers une nouvelle séance difficile pour Prosus ?

    La pression sur les actions chinoises se maintient. L'indice chinois CSI300 est en baisse de 1,8%, après la chute de plus de 3% hier. La bourse de Hong Kong perd 2%. Les investisseurs craignent toutes sortes de mesures gouvernementales après que des sociétés de technologie financière et d'éducation, entre autres, aient été ciblées.

    Certaines actions souffrent plus que d'autres. Tencent, par exemple, chute de 6% après avoir déjà perdu près de 8% lundi.

    Il semble donc que Prosus, qui détient près de 29% de Tencent, se dirige vers une nouvelle séance difficile. Hier, l'action représentative a chuté de 8,8%, à 72,90 euros, à Amsterdam.

    Evolution du cours de l'action Tencent à Hong Kong

  • Briefing d'avant-bourse

    Les bourses européennes sont attendues en léger repli dans un climat attentiste à la veille des décisions de politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) et des résultats des géants technologiques américains.

    Les contrats à terme signalent un repli de 0,1% à Francfort, Londres et pour l'EuroStoxx 50.

    La Réserve fédérale va entamer dans la journée sa réunion de deux jours et, mercredi, les investisseurs suivront attentivement les annonces du communiqué et surtout la conférence de presse de son président, Jerome Powell, pour toute remarque relative aux achats d'actifs et à la montée de l'inflation.

    Les résultats des entreprises sont à l'honneur cette semaine des deux côtés de l'Atlantique.

    À Wall Street, les géants Alphabet, Apple et Microsoft doivent publier leurs trimestriels après la clôture.

    Les deux prochains jours vont être monumentaux car tout le monde essaie de savoir à quel point les fondamentaux des entreprises sont solides et dans quel contexte cela se produit en termes de perspectives économiques.
    Kyle Rodda
    Analyste chez IG Markets

  • LVHM à surveiller

    Les chiffres publiés par LVMH , hier après la clôture, devraient faire réagir les investisseurs ce mardi. Le numéro un mondial du luxe a fait état d'un bond de 84% de ses ventes au deuxième trimestre en organique, à 14,7 milliards d'euros, grâce aux marques Louis Vuitton et Dior.

  • Shurgard ouvre un entrepôt à Zoetermeer

    L'exploitant d'espaces de self-stockage Shurgard a ouvert un nouvel entrepôt de 4.000 mètres carrés avec plus de 850 unités à Zoetermeer, près de La Haye. Le bâtiment remplace un autre à Zoetermeer qui a été détruit par un incendie le 1er janvier 2020. Shurgard exploite actuellement 62 sites de self-stockage aux Pays-Bas.

  • Aedifica s'étend en Irlande

    Aedifica a annoncé, lundi soir, l'acquisition pour 36,5 millions d'euros d'une maison de repos déjà en exploitation et d'une autre à construire, toutes deux situées dans la région de Dublin, en Irlande. Le rendement locatif net initial s'élève à environ 5,5 %.

    Cette transaction permettra d'améliorer notre position et notre visibilité sur le marché irlandais, portant notre portefeuille à près de 90 millions d'euros. En outre, nous commençons une collaboration avec un nouvel exploitant de maisons de repos en Irlande, le Coolmine Caring Services Group.
    Stefaan Gielens
    CEO d'Aedifica

  • À suivre ce mardi

    Tir groupé de résultats d'entreprises aux États-Unis (Apple, Boeing, Microsoft, UPS...), mais aussi en France (Alstom, Kering, M6...) et aux Pays-Bas (KPN, Randstad...), masse monétaire de la zone euro, mise à jour des prévisions économiques mondiales du FMI... L'agenda est aussi riche que varié.

  • "Tesla impressionne par ses chiffres"

    Le constructeur de voitures électriques Tesla a réalisé un chiffre d'affaires de 11,96 milliards de dollars au deuxième trimestre. C'est presque deux fois plus qu'un an plus tôt (6,04 milliards de dollars), lorsque l'usine Tesla aux États-Unis a été fermée pendant plus de six semaines en raison de fermetures locales.

    Les analystes s'attendaient à un chiffre de 11,3 milliards de dollars.

    La marge d'exploitation s'est améliorée de 5,55 points de pourcentage, à 11%, par rapport à l'année précédente. Le bénéfice net par action s'établit à 1,45 dollar, contre 0,44 au deuxième trimestre 2020. C'est mieux que prévu: les analystes attendaient 0,98 dollar.

    Tesla a déclaré que son bénéfice d'exploitation a progressé avec la croissance des volumes et la réduction des coûts, ce qui a compensé la hausse des coûts d'approvisionnement ou encore la baisse de certains revenus, comme la vente de crédits carbone, et une perte de 23 millions de dollars sur investissement dans le bitcoin.

    La rentabilité de Tesla a souvent reposé sur la vente de crédits carbone à d'autres constructeurs automobiles, mais au deuxième trimestre, Tesla a été rentable sans ces crédits pour la première fois depuis fin 2019.

    Tesla impressionne par ses chiffres, car la plupart de ses revenus proviennent de la vente de véhicules.
    Jesse Cohen
    Analyste principal chez Investing.com

    L'action a progressé de 1,5% dans les échanges d'après-bourse.

  • Recticel confirme ses attentes annuelles

    Chiffre d'affaires semestriel accru pour Recticel . Le spécialiste des mousses isolantes fait état de revenus de 596,2 millions d'euros (non audités), soit une progression de plus de 59%; de quoi confirmer ses attentes pour l'exercice annuel.

    Le groupe explique cette hausse par une forte demande sur la plupart des marchés. L'augmentation des prix, elle, a permis de compenser l'impact significatif de la hausse des prix des matières premières. Enfin, notons encore l'intégration de FoamPartner depuis le mois d'avril. Au 2e trimestre, les ventes de cette filiale portaient sur près de 72 millions d'euros.

    Recticel revoit aussi à la hausse les synergies attendues avec l'intégration de FoamPartner. Elles portent désormais sur 18 millions à l'horizon 2023.

    Enfin, le processus de vente de l'activité "literie" se poursuit. Des offres non liantes sont attendues avant la fin du mois.

  • Les places boursières chinoises en ordre dispersé | Tokyo reste optimiste

    Bonjour! Bienvenue sur le "Market live" de L'Echo, l'observatoire idéal pour ne rien rater de l'actualité boursière et financière de ce mardi 26 juillet.

    Les places boursières chinoises évoluent en ordre dispersé ce matin, après leur forte baisse provoquée la veille par le tour de vis de Pékin à l'encontre du secteur du soutien scolaire, très lucratif en Chine.

    A Hong Kong, l'indice composite Hang Seng cède encore 1%, après avoir perdu plus de 4% la veille.

    En Chine continentale, la Bourse de Shanghai gagne 0,14%.

    Au Japon, la Bourse de Tokyo continue de progresser, après des gains significatifs la veille, faisant preuve d'optimisme avant de voir la saison des résultats trimestriels entrer dans le vif du sujet. L'indice Nikkei gagne 0,53%.

    Wall Street a terminé lundi sur des gains très modestes, reflétant la prudence des investisseurs américains avant une réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed) mardi et mercredi et une nouvelle salve de résultats d'entreprises, notamment dans le secteur de la technologie.

    Le Dow Jones a gagné 0,24% à 35.144,31 points. Le S&P 500 a pris 0,24% à 4.422,31 points. Le Nasdaq a progressé plus modestement de 0,03% à 14.840,71 points, alors que les géants de l'indice, comme Apple (+0,29%), Alphabet (+1,33%), Amazon (+1,18%), Facebook (+0,72%) et Microsoft (-0,21%) doivent publier leurs résultats cette semaine.

     

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés