1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street en hausse après de bons résultats | Netflix dans le rouge | KBC loin devant les autres

Les investisseurs ont mis de côté leurs craintes autour de la propagation du variant Delta pour se focaliser sur les résultats d'entreprises, comme ceux d'ASML, Daimler ou encore SAP. Wall Street a confirmé son rebond. Netflix a perdu plus de 3%. Bénéfice en hausse pour Johnson & Johnson.
  • À suivre ce jeudi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. Ce jeudi, la journée s'annonce chargée, entre la conférence de presse de la BCE, les données sur l'emploi US et une salve de résultats d'entreprises aux États-Unis, aux Pays-Bas et en France. 

    > Le programme du jeudi 22 juillet 

  • Wall Street finit en hausse, portée par les résultats

    La Bourse de New York a fini en hausse pour une deuxième journée consécutive ce mercredi, alors que la solidité des résultats trimestriels et le regain d'optimisme sur le rétablissement de l'économie américaine ont alimenté l'appétit des investisseurs pour le risque. Le Dow Jones a gagné 0,83% à 34.798,00 points. Le S&P 500 a pris 0,82% à 4.358,69 points. Le Nasdaq a avancé de son côté de 0,92% à 14.631,95 points. Dans le sillage des gains enregistrés mardi, les trois principaux indices à Wall Street se sont rapprochés à 1% ou moins de leurs records historiques de clôture.

    "Les résultats sont arrivés avec quelques bonnes surprises et le marché a bien répondu au reflux de la semaine dernière", a commenté Matthew Keator, directeur de Keator Group, une société de gestion de patrimoine basée à Lenox dans le Massachusetts. Après avoir chuté à un plus bas de cinq mois, le rendement des bons du Trésor américain à dix ans a poursuivi son rebond. L'indice bancaire du S&P 500 a progressé. Parmi les onze secteurs majeurs du S&P 500, celui de l'énergie a été le plus en vue durant la séance, sous l'effet de la hausse des prix du pétrole.

    Côté valeurs, Chipotle Mexican Grill a bondi de 11,5% et s'est hissé à un pic inédit après avoir publié mardi des ventes et un bénéfice trimestriels supérieurs aux attentes. Ses gains ont alimenté la performance du S&P-500. Coca-Cola a aussi progressé, après avoir relevé dans la journée ses prévisions de ventes et de bénéfice pour l'ensemble de l'année. Verizon a enregistré des gains suite à l'annonce d'un nombre d'abonnés mensuels plus important que prévu au deuxième trimestre, du fait d'une demande accrue pour les services liés à la 5G. En dépit d'une prévision de son chiffre d'affaires annuel revue à la hausse, Johnson & Johnson a peu bougé durant la séance. Netflix a décliné de 3,3% après avoir annoncé mardi qu'il anticipait une faible croissance de ses abonnés lors du trimestre en cours.

  • Les marchés US terminent dans le vert

    Le Dow Jones a pris 0,83% à 34.797,93 points.

    Le Nasdaq a gagné 0,92% à 14.631,95 points.

    Le S&P 500 a avancé de 0,82% à 4.358,65 points.

  • Le pétrole finit en hausse, le rebond des marchés prime sur le rebond des stocks

    Les cours du pétrole ont terminé la séance de ce mercredi en forte hausse, malgré la remontée surprise des stocks américains de brut, les prix de l'or noir évoluant au diapason de Bourses bien remises après le décrochage de lundi.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre a clôturé en hausse de 4,15%, ou 2,88 dollars, à 72,23 dollars à Londres. A New York, le baril de WTI pour livraison en septembre a clôturé en hausse de 4,27%, ou 2,88 dollars, à 70,30 dollars.

  • Bénéfice en hausse pour Johnson & Johnson, l'apport du vaccin limité

    L'entreprise pharmaceutique américaine Johnson & Johnson a enregistré des ventes et bénéfices nettement plus élevés au deuxième trimestre de cette année. La contribution à ces résultats du vaccin contre le coronavirus développé par le groupe américain est toutefois très limitée, selon la firme.

    Au cours des trois derniers mois, la société-mère de l'entreprise pharmaceutique belge Janssen Pharmaceutica a réalisé un chiffre d'affaires de 23,3 milliards de dollars, en hausse de plus de 27% par rapport à la même période d'avril à juin 2020. Au deuxième trimestre de l'année dernière, l'entreprise accusait encore le coup de l'épidémie de coronavirus, avec l'annulation de nombreuses opérations et traitements, conduisant à une baisse des ventes de médicaments.

    Loin derrière Pfizer

    Les traitements contre les maladies auto-immunes et un certain nombre de médicaments contre le cancer en particulier ont contribué à une amélioration des résultats économiques de l'entreprise. De plus, les hôpitaux investissent à nouveau dans les équipements médicaux, après une baisse de ces dépenses en 2020 en raison du report de nombreuses opérations pour se concentrer sur les soins aux nombreux malades du Covid-19.

    La vente par Johnson & Johnson de son vaccin contre le coronavirus a généré 164 millions de dollars au deuxième trimestre. Un chiffre bien en deçà des revenus de Pfizer et BioNTech tirés de leur vaccin développé conjointement. Ce dernier a en effet engrangé près de 5 milliards de dollars au premier trimestre 2021. Johnson & Johnson a enregistré un bénéfice de 6,6 milliards de dollars au cours du précédent trimestre, soit près de deux fois moins qu'au deuxième trimestre de 2020. Pour l'ensemble de l'année, l'entreprise pharmaceutique a revu à la hausse ses prévisions de bénéfice et de chiffre d'affaires. 

  • Le ciel se dégage sur les marchés

    Les marchés boursiers ont poursuivi leur rebond ce mercredi, portés par de bons résultats d'entreprises et mettant de côté leurs inquiétudes quant à la propagation du variant Delta du Covid-19.

    À la clôture, le Bel 20 affichait un gain qui frôlait les 2% avec KBC en tête des hausses pour la seconde séance de rang. Il a complémentent effacé le repli occasionné par le mouvement de vente panique de lundi.  

    Paris (+1,8%) et Londres (+1,65%) ont aussi annulé leurs pertes de lundi. Francfort gagnait de son côté 1,33% et Milan 2,08%.

    La Bourse de New York a de son côté ouvert en modeste hausse, cherchant à consolider le rebond de la veille à la suite du décrochage de lundi: le Dow Jones avançait de 0,66%, le Nasdaq de 0,38% et le S&P 500 de 0,56%.

  • KBC crève l'écran

    L'indice Bel 20 s'est apprécié de 1,96% pour se fixer à 4.200,05 points. Des 20 actions qui le composent, 18 étaient en hausse et 2 en baisse.

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • KBC  66,46+4,2%
    • Melexis85,1+3,28%
    • Aperam48,05+2,93%
    • Argenx267,7+2,88%
    • AB InBev58,04+2,54%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Telenet32,34-0,55%
    • Elia92,7-0,05%
    Les chiffres sont susceptibles d'évoluer à la marge.
  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +1,96% 
    CAC 40: +1,85% 
    AEX: +1,57% 
    DAX: +1,38% 
    FTSE 100: +1,79% 
    Stoxx 600 Europe: +1,68% 

    Résultats provisoires 

  • ASML a fait des étincelles à Amsterdam

    Grâce aux résultats positifs de quelques grands noms de la cote européenne, comme ASML, les marchés ont poursuivi le rebond entamé la veille. À Bruxelles, KBC s'est encore distingué. 

  • Volvo prend le contrôle des coentreprises chinoises avec Geely

    Volvo Cars va prendre le contrôle de ses coentreprises chinoises avec la société mère Geely Automobile, rapporte l'agence de presse Bloomberg. L'opération va sensiblement augmenter la valorisation de Volvo dans la perspective d'une vente d'actions prévue.

    Volvo va devenir le premier grand constructeur automobile étranger à prendre le contrôle total de ses activités en Chine.

    Les deux sociétés ont refusé de commenter l'accord.

  • Remontée inattendue des stocks US de pétrole

    Les réserves commerciales de pétrole brut aux Etats-Unis se sont affichées en hausse, a indiqué l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) mettant fin à huit semaines consécutives de baisse, alors que le marché attendait un nouveau repli marqué.

    Selon ce rapport hebdomadaire, les stocks de brut ont augmenté de 2,1 millions de barils (MB), à 439,7 MB, pour la semaine close le 16 juillet.

    Les analystes interrogés par l'agence Bloomberg avaient tablé sur une nouvelle baisse, de 4,5 millions de barils.

  • Les yeux braqués sur les bénéfices

    Selon les données compilées par Bloomberg, plus de 85 % des sociétés du S&P 500 ayant publié leurs résultats jusqu'à présent ont dépassé les estimations des analystes. Pour le suiveur Michael Purves, directeur général de Tallbacken Capital, les prévisions de bénéfices pour le S&P 500 ont bondi en raison d'une "énorme explosion" des bénéfices des entreprises économiquement sensibles à la conjoncture.

    "Nous revenons peut-être à un point où les bénéfices comptent un peu plus qu'avant", indique Matt Forester de la BNY Mellon en précisant que "les prévisions des entreprises vont être très importantes à suivre également".

    Ce sentiment confirme les appels des stratèges de JPMorgan Chase et d'UBS Global Wealth Management à acheter des valeurs cycliques et à conserver la conviction que la reprise économique ne fait que commencer. La "réouverture de l'économie n'est pas un événement, mais plutôt un processus, qui, à notre avis, n'est pas encore pris en compte, et surtout pas maintenant compte tenu des récents mouvements du marché", estiment les stratèges de JPMorgan. 

  • New York confirme aussi son rebond

    Les principaux indices de Wall Street ont ouvert en hausse, les résultats trimestriels optimistes de sociétés telles que Johnson & Johnson et Coca-Cola ayant ravivé l'optimisme quant à la santé des entreprises US.

    Quelques minutes après le début des échanges, l'indice Dow Jones prenait 0,5% avec seulement 7 valeurs dans le rouge. Coca-Cola mène la danse avec un gain de 2,5%. 

    Le S&P 500 (+0,43%) et le Nasdaq (+0,20%) évoluaient également dans la bonne direction. 

    Netflix (-2,5%) et ses 209 millions d'abonnés font en revanche les frais d'un bulletin trimestriel moins solide qu'escompté en termes de nouveaux souscripteurs.  

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,43%  
    S&P 500: +0,36% 
    Nasdaq Composite: +0,16%  

  • Ce qu'il faut attendre de la BCE ce jeudi

    La Banque centrale européenne (BCE) va-t-elle maintenir une politique très souple plus longtemps que prévu? La question est sur toutes les lèvres, depuis que l'institut monétaire a annoncé, le 8 juillet, un nouvel objectif d'inflation. Des précisions à ce sujet devraient être apportées à l'issue de la réunion de l'institution européenne de ce jeudi.

    Une modification de la "forward guidance" (indication pour l'avenir) est attendue. Christine Lagarde, la présidente de la BCE, a laissé entendre qu'une telle modification devrait être actée ce jeudi.

     

  • SÉRIE D'ÉTÉ | Détour par Athènes ce mercredi

    La Bourse d'Athènes ne s'est que très partiellement relevée des crises de 2008 et 2012. Aux côtés du mastodonte Coca-Cola Hellenic, on y retrouve trois sociétés également présentes à la Bourse de Bruxelles. 

    > La Bourse d'Athènes (3/4)

    SÉRIE D'ÉTÉ | Les bourses méconnues d'Europe

    Détour par quatre places boursières européennes méconnues des investisseurs belges. 
    > La Bourse de Varsovie (1/4)
    > La Bourse de Lisbonne (2/4)
    > La Bourse d'Athènes (3/4)
    > La Bourse d'Helsinki (4/4) 

  • Baker Hughes et Prudential à tenir à l'oeil

    L'entreprise parapétrolière Baker Hughes a déclaré mercredi que son bénéfice ajusté avait chuté de 9% au deuxième trimestre par rapport aux trois mois précédents, les producteurs de pétrole brut limitant leurs dépenses.

    De son côté, Prudential Financial a accepté de vendre son activité de services complets de retraite à Empower Retirement, une unité américaine de Great-West Lifeco, dans le cadre d'une transaction évaluée à 4,45 milliards de dollars canadiens (2,98 milliards d'euros). 

  • Moderna promu au S&P500

    Rappelons simplement que le producteur de vaccins Moderna fait son entrée au sein du S&P500, le baromètre de Wall Street très suivi par les investisseurs et autres gestionnaires d'actifs.

    Le cours de l'action a presque triplé depuis le Nouvel An: l'action a clôturé fin 2020 à 104 dollars et clôturé à 307 mardi.

    Moderna été introduite en bourse fin 2018 à 23 dollars.

    Le parcours boursier de Moderna

  • UBS lance un fonds d'investissement dans les hedge funds féminins

    Avec 'Carmen', la division de gestion d'actifs de l'UBS suisse lance un fonds qui investit exclusivement dans des hedge funds gérés par des femmes. Le fonds géré activement sélectionne 10 à 15 hedge funds dans le monde entier où une femme est seule ou conjointement responsable des décisions d'investissement, écrit le Financial Times.

    La base de données UBS contient plus de 340 femmes qui (co-)gèrent un fonds ou sont co-responsables des algorithmes d'un fonds.

    Les fonds spéculatifs dirigés par des femmes ont réussi à contenir les pertes davantage que leurs homologues masculins lors de la forte baisse des marchés boursiers lors du déclenchement de la pandémie l'année dernière. En revanche, elles profitent moins de la reprise boursière cette année: l'indice HFR Women Access a augmenté de 6,5% au premier semestre, moins que le gain de 9,2% de l'indice plus large HFRI 500 Fund Weighted Composite.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * JOHNSON & JOHNSON gagne 1% en avant-Bourse après avoir relevé, lors de la publication de ses résultats trimestriels, son prévision de chiffre d'affaires annuel et dit attendre 2,5 milliards de dollars des ventes de son vaccin anti-COVID-19.

    * VERIZON a annoncé mercredi une hausse plus forte que prévu du nombre d'abonnés mensuels au deuxième trimestre grâce à une plus forte demande pour les services et les appareils liés à la 5G. Son action prend 1,3% en avant-Bourse.

    * COCA-COLA a relevé mercredi ses prévisions de ventes et de bénéfice pour l'année et a annoncé un chiffre d'affaires trimestriel en hausse de 42% à 10,1 milliards de dollars (8,58 milliards d'euros), porté par la réouverture restaurants, des stades et des cinémas. Le groupe prend 2,5% en avant-Bourse.

    * HARLEY-DAVIDSON était en hausse de 3,3% dans les échanges en avant-bourse, le constructeur de motos a publié mercredi un bénéfice trimestriel meilleur qu'attendu.

    * TESLA prend 0,3% en préouverture après avoir annoncé vouloir ouvrir son réseau de superchargeurs à d'autres véhicules électriques dans le courant de l'année, a déclaré Elon Musk sur Twitter.

    * J.P. MORGAN a annoncé mardi accorder à Jamie Dimon une prime exceptionnelle de 1,5 million stock-options qui reflète, selon elle, le souhait du conseil d'administration de voir le PDG rester longtemps à la tête de la banque.

    * APPLE ne sortira à partir de l'année prochaine que des iPhone compatibles avec la 5G et devrait commercialiser une nouvelle version de son modèle économique, le iPhone SE, au premier semestre 2022, a rapporté mercredi le journal Nikkei, citant des sources proches du dossier.

    * NETFLIX a annoncé mardi qu'il anticipait une faible croissance de ses abonnés lors du trimestre en cours, alors que le spécialiste de la vidéo à la demande fait face à une concurrence accrue.

    * UNITED AIRLINES a fait état mardi d'un chiffre d'affaires en hausse et au-dessus des attentes au deuxième trimestre et a également réduit ses pertes sur la période. Le titre de la compagnie aérienne gagne 1,6% en avant-Bourse.

    * LITHIA MOTORS - Le distributeur automobile américain a fait état mercredi d'un bénéfice trimestriel multiplié par quatre, dopé par la hausse des prix des véhicules et la forte demande pendant la pandémie de Covid-19.

  • Update 2 | Le point sur la tendance boursière

    Wall Street est attendue globalement en hausse et les Bourses européennes montent mercredi à mi-séance, poursuivant le rebond de la veille, les publications de résultats prenant le pas sur les inquiétudes concernant la crise sanitaire et l'inflation.

    Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en hausse de 0,2% pour le Dow Jones, stable pour le S&P-500 et en retrait de 0,33% le Nasdaq.

    En Europe, l'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 progressent de l'ordre 1,06%. Les gains varient entre 0,36% à Francfort et 1,42% à Amsterdam, l'AEX profitant du bond de 3% d'ASML qui aide à neutraliser l'impact du repli de 3% d'Akzo Nobel.

    Une série de bonnes prévisions d'entreprises favorise la hausse des actions côté européen, tandis que Wall Street va réagir aux résultats de Johnson & Johnson ou encore Coca-Cola.

    La hausse des actions défavorise les emprunts d'Etat dont les rendements remontent logiquement: celui des bons du Trésor américain à dix ans est en hausse de deux points de base à 1,242% après avoir atteint la veille un creux de cinq mois à 1,128%. En Europe, la remontée du rendement du Bund à dix ans est plus modeste, il gagne moins d'un point de base à -0,407%.

  • Wall Street se prépare à ouvrir en hausse

    Les contrats à terme sur les principaux indices américains suggèrent une ouverture en hausse de 0,5% pour le Dow Jones, de 0,4% pour le S&P-500 et stable pour le Nasdaq Composite.

    Mardi, la Bourse de New York a terminé mardi en forte hausse après plusieurs séances négatives alors que la solidité des résultats trimestriels et le regain d'optimisme sur le rétablissement de l'économie ont favorisé les prises de risques des investisseurs.

    L'indice Dow Jones a gagné à 34.511,99 points, le S&P-500 a pris 1,52% à 4.323,06 points et le Nasdaq Composite a avancé de 1,57% à 14.498,88 points.

  • UBS: "Nous avons été trop pessimistes pour Ahold Delhaize"

     UBS relève son conseil pour Ahold Delhaize de "vendre" à "neutre". L'objectif de cours passe de 21 à 25,40 euros.

    "Nous avons été trop sombres dans nos prévisions de bénéfices d'exploitation pour 2021, et nous attendons certainement avec impatience un deuxième trimestre solide aux États-Unis", ont reconnu les analystes d'UBS spécialisés dans les valeurs du commerce de détail.

    "Nous continuons d'anticiper que l'avancée d'Aldi et de Lidl aux Etats-Unis pèsera sur les marges des magasins américains d'Ahold Delhaize. Mais les indications actuelles de Kroger (la plus grande chaîne de supermarchés classiques aux États-Unis, NDLR) plaident vers une politique de prix rationnels et donc moins de pression sur les marges que ce que l'on craignait".

    Ahold Delhaize annoncera ses résultats trimestriels le 11 août.

  • Lotus Bakeries intéresse Kepler Cheuvreux

    Kepler Cheuvreux reprend le suivi de l'action Lotus Bakeries .

    "La société a de solides antécédents de croissance organique, de génération de flux de trésorerie et dispose d'un bilan sain offrant une marge de manœuvre pour les fusions et acquisitions", indiquent les anaystes. Ceux-ci jugent toutefois l'action très bien valorisée et offrant un potentiel de hausse limité et une marge d'erreur d'exécution tout aussi limitée.

    Par ailleurs, Kepler Cheuvreux anticipe une certaine pression sur les marges en raison d'une hausse des prix des matières premières ces 18 prochains mois, ce qui devrait tempérer le cours de l'action du groupe pour les 12 prochains mois. Par conséquent, les analystes considèrent que l'action offre un rapport risque/rendement équilibré.

    La couverture du titre redémarre avec un conseil de "conserver" et un objectif de cours de 5.000 euros.

    L'action perd 0,10% à 4.865 euros dans un marché en hausse de 1,44%.

  • Retour sur la journée R&D d'Argenx

    Argenx a organisé hier après-midi une journée de R&D virtuelle qui était principalement axée sur les deux nouvelles indications de l'efgartigimod, à savoir la myosite et la pemphigoïde bulleuse, deux maladies auto-immunes représentant environ 74.000 patients éligibles aux États-Unis.

    Cela porte à six le nombre d'indications actuellement développées avec efgartigimod sur une cible de quinze, rappellent les analystes de Kepler Cheuvreux.

    "Bien que l'expansion du pipeline s'accélère, nous ne nous attendons pas à la publication prochaine de données cliniques majeures", précisent-ils. "À moyen terme, nous pensons que le cours de l'action sera principalement tiré par l'approbation d'efgartigimod dans la myasthénie grave (attendue fin décembre 2021) et la montée en puissance des ventes."

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes accélèrent leurs gains, des publications d'entreprises dans l'ensemble bien accueillies permettant aux investisseurs de mettre temporairement de côté les craintes quant à la pandémie et à l'inflation.

    Les gains s'étalent entre 0,82% à Francfort et 1,44% à Amsterdam. L'EuroStoxx 50 avance de 1,3% et le Stoxx 600 de 1,12%

    Les investisseurs réagissent aux annonces de plusieurs entreprises.

    > Plastic Omnium et Vallourec qui ont relevé leurs prévisions annuelles gagnent respectivement 5% et 3,7%

    > L'exploitant de maison de retraite et de clinique Orpea gagne 4% après avoir réalisé une croissance organique de 9,8% du chiffre d'affaires trimestriel grâce à la remontée des taux d'occupation de ses établissements.

    > En Bourse d'Amsterdam, le fournisseur d'équipements pour semi-conducteurs ASML prend 3,7% après avoir relevé ses perspectives de ventes annuelles et annoncé un nouveau plan de rachat d'actions.

    > Dans le rouge, l'éditeur de jeux vidéos Ubisoft recule de 3,60% après la baisse de son chiffre d'affaires au premier trimestre.

    > Parmi les plus fortes baisses du Dax, le spécialiste des logiciels professionnels SAP cède 2% malgré la révision à la hausse de ses perspectives pour l'ensemble de l'année.

    > Le constructeur automobile Daimler perd pour sa part 0,8% après avoir averti que la pénurie de semi-conducteurs affecterait ses ventes au second semestre.

  • Barco, Ter Beke et Wereldhave Belgium

    L'indice Bel 20 accélère ses gains et engrange 1,51%, emmené par KBC (+3%), Umicore (+2,25%) et Melexis (+2,12%).

    Barco pointe en tête de peloton et bondit de 5,37%, après avoir perdu 8% ces deux dernières séances.

    Ter Beke qui s'est doté d'un nouveau CEO est stable à 111 euros.

    Wereldhave Belgium réduit son rebond et ne progresse plus que de 1,35% au lendemain d'une chute de 8,2% dans la foulée la publication de ses résultats trimestriels.

  • Pourquoi SAP recule en bourse

    Le spécialiste des logiciels professionnels SAP a relevé ce matin ses perspectives 2021 pour la deuxième fois cette année, sa stratégie tournée vers le cloud ayant stimulé l’activité au deuxième trimestre. Pour autant, l'action n'en profite guère, le titre ayant perdu jusqu'à 5,2% en début de matinée. Il s'est repris depuis lors et cède pour l'instant 2,09% à 118,90 euros.

    Pour les analystes d'Oddo, le relèvement des prévisions annoncées par SAP est "minimal". L'analyste d'Oddo Nicolas David estime par ailleurs que les résultats du deuxième trimestre sont "légèrement au-dessus des attentes". "Compte tenu de la mise à niveau limitée des prévisions", David ne voit "aucune raison pour une amélioration du consensus", ceci malgré "une performance globale solide au premier semestre".

    La direction de SAP est "trop ​​prudente", juge encore l'analyste d'Oddo qui affuble l'action d'une recommandation de "surperformance" est d'un objectif de cours de 142 euros.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes évoluent dans le vert, aidées par la clôture positive de Wall Street la veille et mettant de côté ses craintes autour du variant Delta à l'origine de lourdes pertes lundi.

    Les gains varient entre 0,03% à Francfort et 1,43% à Amsterdam.

    L'Euro Stoxx 50 et le Stoxx 600 avancent de l'ordre de 0,9%.

    L'indice Bel 20 bonifie de 0,84%.

    Aux valeurs, Barco rebondit de 5,17% à Bruxelles, après avoir perdu 8% ces deux dernières séances.

    Ter Beke qui s'est doté d'un nouveau CEO est stable à 111 euros.

    Wereldhave Belgium se reprend et progress de 3,5% au lendemain d'une chute de 8,2% dans la foulée la publication de ses résultats trimestriels.

    Ailleurs en Europe, ASML bondit de 4%, en tête de l'AEX après le re!èvement de son objectif de ventes 2021 et l'annonce d'un programme de rachat d'actions.

    Novartis prend 2% après avroir fait état d'une augmentation de son bénéfice d'exploitation au deuxième trimestre supérieure aux attentes et a confirmé ses prévisions pour 2021.

    SAP perd 2,3%, malgré des perspectives annuelles relevées pour la deuxième fois cette anné grâce à ses activités dans l'informatique dématérialisée.

    Akzo Nobel abandonne 2,4%. Le groupe néerlandais de peintures et de revêtements enregistré une hausse de 41% de son bénéfice d'exploitation au deuxième trimestre, la hausse des prix des matières premières ayant été compensée par une forte demande et par des réductions de coûts.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +1,24%
    Bruxelles: +0,56%
    Paris:+0,73%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,95%
    DJ Stoxx 600: +0,67%

    Akzo Nobel: -3%
    ASML: +3%
    Daimler: -3,6%
    SAP: -2,4%

  • Euronext Bruxelles fonctionne normalement ce 21 juillet

    Les transactions auront lieu normalement ce mercredi en bourse de Bruxelles. En effet, depuis la création d'Euronext, les échanges ont lieu à la bourse de Bruxelles le 21 juillet, jour de la fête nationale belge.

  • "Netflix semble avoir atteint la saturation de son marché aux Etats-Unis"

    Netflix a réalisé presque le double de son bénéfice net de l'an dernier au deuxième trimestre, mais ce résultat, publié mardi après la clôture de Wall Street, est en deçà des attentes d'un marché inquiet de voir le géant du streaming perdre peu à peu son avance sur ses nombreux concurrents.

    La plateforme a fini le trimestre avec plus de 209 millions d'abonnés payants et engrangé 7,3 milliards de dollars (+19%) de chiffre d'affaires pour un bénéfice net de 1,35 milliard.

    Son titre perdait 1,5% à Wall Street dans les échanges électroniques après la clôture de la Bourse.

    Le groupe s'est félicité d'être "en avance sur ses prévisions" en termes de croissance d'abonnés et a rappelé que l'engouement pour la vidéo à la demande pendant la pandémie empêchait de faire des comparaisons normales.

    Mais cela ne change rien aux conclusions des analystes: "Netflix semble avoir atteint la saturation de son marché aux États-Unis", assène Eric Haggstrom de eMarketer.

  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en hausse prudente à l'ouverture alors que les incertitudes sur la crise sanitaire et le rebond de l'inflation demeurent.

    D'après les premières indications disponibles, l'EuroStoxx 50 grimperait de 0,25%. Le Cac 40 parisien
    pourrait prendre 0,82%, le Dax à Francfort 0,15% et le FTSE à Londres 0,08%.

    Après la déroute de lundi, les grands indices boursiers européens ont légèrement rebondi mardi, mais les inquiétudes quant au variant Delta du coronavirus et à l'inflation restent bien présentes.

    Le début de la saison des publications de résultats d'entreprises pour le deuxième trimestre et l'approche de la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne jeudi devraient également alimenter une certaine prudence.

    "Christine Lagarde, la présidente de la BCE, devra tenter de rassurer les marchés sur l’effet transitoire de la hausse de l’inflation, afin de justifier une politique monétaire toujours très accommodante, indispensable à la poursuite de la tendance haussière des marchés depuis un an", a déclaré Vincent Boy, analyste chez IG France.

    La séance européenne devrait être animée par quelques publications tombées avant l'ouverture dont celles d'ASML, Daimler ou encore Plastic Omnium.

  • Daimler abaisse ses prévisions 2021 en raison de la pénurie de puces

    Le constructeur allemand Daimler a abaissé mercredi sa prévision de ventes pour sa principale branche automobile Mercedes-Benz Cars, expliquant qu'il s'attendait à ce que la pénurie mondiale de semi-conducteurs pèse "également au troisième trimestre".

    Le groupe, qui a laissé inchangé ses prévisions de rentabilité financière et a affiché au deuxième trimestre un bénéfice net de 3,7 milliards d'euros contre une perte de 1,9 milliard en 2020, compte vendre cette année autant de voitures que l'année passée. Il s'attendait précédemment à un niveau "nettement supérieur".

  • SAP relève à nouveau ses prévisions

    Le groupe allemand de logiciels d'entreprise SAP relève ses perspectives pour la deuxième fois cette année.

    SAP s'attend désormais à ce que les revenus de son activité cloud augmentent de 15 à 18 % au cours de l'année, aidant ainsi son chiffre global tirés du cloud et des logiciels à augmenter de 2 à 3 %. Le résultat d'exploitation est désormais attendu inchangé sur l'année contre la perspective d'une baisse de 4% jusqu'ici.

    "Nous constatons une forte adoption de nos solutions cloud alors que les clients choisissent SAP pour la transformation de leur entreprise. Notre stratégie fonctionne", a déclaré mercredi le PDG Christian Klein.

  • Un nouveau CEO pour Ter Beke

    Ter Beke s’est trouvé un nouveau patron. Il est allé le chercher chez Puratos, le fabricant belge d’ingrédients de boulangerie et de pâtisserie. Le conseil d’administration du groupe alimentaire a, en effet, désigné ce mardi Piet Sanders comme nouveau CEO.

    Il entrera en service début octobre. Il succède à Francis Kint, qui a annoncé son départ de Ter Beke en début d'année.

  • Le bénéfice d'ASML dopé par la demande de puces

    ASML, l'un des plus grands fabricants de semi-conducteurs au monde a vu son bénéfice net bondir de 38% au deuxième trimestre à 1,03 milliard d'euros (1,22 milliard de dollars), alors que les ventes continuaient de monter en flèche dans un contexte mondial de pénurie de puces informatiques.

    Le chiffre d'affaires a progressé de 22% sur une base annuelle à 4,02 milliards d'euros, tandis que les fabricants de puces ont augmenté de 75% à 8,3 milliards d'euros leurs commandes de systèmes de lithographie d'ASML par rapport à la fin du premier trimestre.

    "La demande continue d'être élevée dans tous les segments de marché et notre portefeuille de produits (comme) le marché se concentre sur l'augmentation de la capacité", a déclaré le PDG Peter Wennink.

    Le PDG Peter Wennink prévoit dès lors une croissance des ventes de 35% pour l'ensemble de 2021, avec une marge brute de 51 à 52%. Auparavant, la barre était fixée à 30% de croissance.

    Et Wennink réserve un autre cadeau à ses actionnaires: ASML achètera 9 milliards de ses propres actions d'ici la fin 2023, puis détruira la majorité de ces actions...

  • Les bourses asiatiques indécises

    Bonjour! Ceci démarre notre "Market live" du mercredi 21 juillet.

    L'indécision est de mise en Asie ce matin. Les Bourses chinoises évoluent ainsi sans direction claire, après des inondations meurtrières dans le centre du pays et une flambée des cas de Covid-19 dans plusieurs parties du monde.

    À Hong Kong, l'indice Hang Seng cède 0,43% et l'indice composite de la Bourse de Shanghai gagne 0,65%.

    De son côté, la Bourse de Tokyo remonte la pente, après cinq séances de baisse d'affilée à cause d'un regain généralisé des inquiétudes sur le Covid-19, et avant d'observer une pause de quatre jours pour l'ouverture des JO de Tokyo.

    L'indice vedette Nikkei progresse de 0,22% à 27.447,28 points, alors qu'il était tombé la veille à son plus bas niveau depuis le 6 janvier.

    Les Bourses occidentales et Wall Street en particulier ont fortement rebondi mardi. e Dow Jones a gagné 1,62% à 34.511,99 points. Le S&P 500 a pris 1,52% à 4.323,06 points. Le Nasdaq a avancé pour sa part de 1,57% à 14.498,88 points.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés