1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street finit dans le rouge après une séance indécise

La Bourse US, qui avait évolué proche de l'équilibre depuis la matinée, a fini par plier ce mardi en fin de séance, lestée par un indicateur décevant et le repli des géants de la tech. L'Europe avait terminé en ordre dispersé, mais proche de l'équilibre. Un shorteur parie contre Tesla.
  • Fin du live

    Merci à tous de nous avoir suivis.

  • La Bourse US termine en baisse, les télécoms pèsent sur le S&P 500

    Les marchés américains ont fini en baisse ce mardi, sous l'effet du recul des valeurs du secteur des télécoms qui a fait oublier la publication de résultats trimestriels meilleurs qu'attendu de géants de la distribution dont Walmart et Home Depot. Le Dow Jones a cédé 0,78% à 34.060,66 points. Le S&P 500 a perdu 0,85% à 4.127,74 points. Le Nasdaq a reculé de son côté de 0,56% à 13.303,64 points.

    AT&T a continué de décliner, pesant lourdement sur le S&P 500, après avoir annoncé lundi une diminution du dividende du fait de l'accord avec Discovery sur ses activités de médias. Les opérateurs T-Mobile et Verizon ont aussi reculé. En début de séance, les trois principaux indices de Wall Street avaient été portés par l'annonce de Walmart du relèvement de sa prévision de bénéfice annuel et par la publication de résultats trimestriels de Home Depot supérieurs aux attentes.

    "C'est à la fois emblématique de la solidité du secteur privé et des consommateurs. Avoir Walmart et Home Depot publier des chiffres d'affaires étourdissants veut dire que les consommateurs ont vraiment répondu présents en dépensant les aides directes, recourant au commerce en ligne, de même qu'en revenant dans les magasins", a noté Ross Mayfield, stratégiste chez Baird, à Louisville dans le Kentucky. Malgré ses résultats, Home Depot a vu son titre marquer un léger recul, pénalisé par l'absence de prévisions solides et les données du marché immobilier.

  • Les marchés US terminent dans le rouge

    Le Dow Jones a cédé 0,78% à 34.060,53 points.

    Le Nasdaq a lâché 0,56% à 13.303,64 points.

    Le S&P 500 a reculé de 0,85% à 4.127,74 points.

  • Le pétrole retombe après un pic en deux mois et demi

    Les cours du pétrole se sont repliés ce mardi et ont fini dans le rouge après avoir pourtant touché leur plus haut depuis début mars plus tôt dans la journée.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet a fini à 68,71 dollars à Londres, en baisse de 1,08% ou 75 cents par rapport à la clôture de la veille. A New York, le baril de WTI pour le mois de juin a reculé de 1,19% ou 78 cents, à 65,49 dollars. Les contrats de Brent et du WTI avaient pourtant atteint en cours de séance 70,24 dollars et 67,01 dollars, une première depuis le 8 mars.

  • A l'agenda mercredi

    Les investisseurs attendent en fin de journée la publication par la Fed du compte rendu de sa dernière réunion de politique monétaire. Avant cela, ils auront eu droit aux chiffres définitifs de l'inflation en zone euro. L'action BNB cote ex-dividende.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: +0,05%

    AEX: +0,25%

    CAC 40: -0,21%

  • Le bitcoin et les autres cryptomonnaies sous pression

    Le bitcoin  et les autres grandes monnaies virtuelles sont en nette baisse ce mardi. En cause, une note publiée par la banque centrale chinoise, selon laquelle les cryptomonnaies ne peuvent pas être utilisées sur les marchés parce qu'elles ne sont pas de véritables devises.

    Le bitcoin a perdu jusqu'à 5% à un peu plus de 42.500 dollars à New York, ce qui ramène la principale cryptomonnaie à son niveau de début février.

    D'autres devises électroniques comme l'ether, le Dogecoin ou encore le nouveau venu Internet Computer étaient également pénalisées.

  • S'exposer aux bouleversements dans l'éducation

    FOCUS | Le fonds CPR Invest Education permet d'investir dans l’éducation au sens large. Un produit unique sur le marché belge qui relève de l'investissement durable. 

  • Lagarde (BCE) contre un retrait prématuré des mesures de soutien

    La Banque centrale européenne honorera son engagement à protéger l'économie de la zone euro des incertitudes persistantes liées à la pandémie et les autorités ne doivent pas démanteler trop tôt les dispositifs de soutien, a déclaré Christine Lagarde, la présidente de la BCE.

    "Il est essentiel que le soutien monétaire et budgétaire ne soit pas retiré trop tôt", a-t-elle dit lors d'une conférence en ligne avec des étudiants. "Pour ce qui concerne la BCE, nous honorerons notre engagement (...) à protéger l'économie européenne."

  • New York tiraillée entre de bons résultats et un indicateur décevant

    Trente minutes après l'ouverture de la Bourse de New York, les principaux indices ne parvenaient toujours pas à décoller. Le Dow Jones et le S&P 500 perdaient moins de 0,1% alors que le Nasdaq en gagnait autant. 

    La cote semble rassurée par les bons résultats de géants américains de la grande distribution, mais les investisseurs sont déçus par le nombre de mises en chantier de logements aux États-Unis le mois dernier.

    Walmart, le numéro un mondial de la grande distribution, gagne 3,61%, la meilleure performance du Dow Jones, après avoir revu à la hausse sa prévision de bénéfice annuel, ses résultats des derniers mois ayant profité des mesures de relance de la consommation mises en oeuvre par l'administration Biden.

    Home Depot, géant des magasins de bricolage, prend de son côté 1,08% après des ventes trimestrielles nettement supérieures aux attentes.

    Toujours dans le secteur de la distribution, le groupe de grands magasins Macy's cède 0,65% bien qu'il ait relevé son objectif de chiffre d'affaires annuel.

    Sur le Nasdaq, Tesla perd 0,83% après que la société d'investissement du spécialiste de la vente à découvert Michael Burry a annoncé qu'elle détenait fin mars une position vendeuse sur le titre de plus de 500 millions de dollars. 

  • Pourquoi Vodafone chute en Bourse

    Vodafone perd plus de 6% à la Bourse de Londres. L'opérateur télécoms a annoncé son intention d'accélérer encore ses investissements dans ses réseaux cette année après les dépenses engagées depuis plus d'un an pour faire face à la demande liée à la pandémie, qui se sont traduites par une croissance de sa trésorerie disponible inférieure aux attentes du marché.

    La perspective d'une nouvelle hausse des investissements pèse sur le cours de Bourse du groupe britannique.

    Vodafone a déclaré que son flux de trésorerie disponible atteindrait 5,2 milliards d'euros au minimum cette année après avoir atteint de justesse son objectif d'"au moins" cinq milliards d'euros sur l'exercice fiscal clos fin mars. Les analystes avaient prévu en moyenne une augmentation à 5,4 milliards d'euros.

    L'opérateur a fait état d'une baisse de 1,2% de son bénéfice annuel ajusté à 14,4 milliards d'euros pour l'exercice à fin mars, en-dessous des attentes du marché, et d'un chiffre d'affaires de 43,8 milliards, en baisse de 2,6%. 

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,10% 
    S&P 500: +0,12% 
    Nasdaq Composite: +0,27%  

  • Musk secoue les fabricants de puces

    Encore un tweet signé Elon Musk et, cette fois, il ne s'agit pas d'un commentaire sur les cryptomonnaies... 

    Le patron de Tesla appelle les fournisseurs de son usine située en Allemagne à passer à la vitesse supérieure. Ce sont principalement les fabricants de puces électroniques qui sont pointé du doigt.

     

  • Le nouvel épisode de notre podcast Tracker

    PODCAST | #4 ESG/ISR: le boom de l’investissement durable  

    Tracker - Investissements durables



    Dans ce quatrième épisode de notre podcast Tracker, nous nous attardons sur la montée en puissance de l'investissement durable et sur la composition des fonds axés sur cette thématique.

    L'investissement durable a clairement le vent en poupe ces derniers temps, notamment parmi les nouveaux investisseurs que nous avons interrogés. Pourquoi cet engouement? Et que valent véritablement les fonds axés sur la thématique durable? 

    Nous avons rencontré Gisèle Duenas Leiva, la spécialiste de l'investissement durable chez le gestionnaire d'actif BlackRock en Belgique. Nous nous sommes également rendus dans les bureaux du réseau Financité pour sonder Charlaine Provost sur la thématique. 

  • Coinbase devrait s'enfoncer un peu plus sous son prix d'IPO

    Coinbase devrait poursuivre sa baisse, l'action étant attendue en repli de 3%, selon les transactions d'avant-bourse.

    Son titre a fondu de 4% hier à 248,24 dollars, soit en dessous de son prix de référence de 250 dollars.

    La plateforme d'échanges de cryptomonnaies est arrivée à Wall Street à la mi-avril, signant la plus grosse introduction en bourse du secteur technologique depuis Facebook. Coinbase avait démarré sa séance inaugurale à 381 dollars, soit 52% plus haut que son prix de référence.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Target relevé sur bpost, AB InBev, Solvay, Cofinimmo, KBC, Recticel et Hyloris (+Briefing)

  • Macy's relève ses prévisions

    Fiesta pour Macy's . Le groupe de grands magasins prend 4% dans les échanges en préouverture, après avoir relevé ses prévisions de chiffre d'affaires et de bénéfice annuels.

  • Home Depot fait mieux que le consensus

    Home Depot a publié des ventes trimestrielles à données comparables en hausse de 31% sur un an et supérieures au consensus des estimations d'analystes. L'action du numéro un américain des magasins de bricolage et d'aménagement gagne 2% en avant-bourse.

  • Walmart: le bénéfice net se replie mais dépasse les attentes

    Le géant américain de la distribution Walmart a vu son bénéfice net reculer de 32% au premier trimestre, à 2,7 milliards de dollars, alors que la croissance des ventes, en forte hausse depuis le début de la pandémie, se tassait un peu.

    Mais le chiffre d'affaires (+3%, à 138 milliards de dollars), comme le bénéfice ajusté par action (1,69 dollar), sont ressortis bien au-dessus des prévisions, et le groupe, encouragé par la fréquentation et les tendances des ventes d'alimentation, s'est dit "plus optimiste qu'en début d'année".

    Le groupe a relevé sa prévision de bénéfice ajusté par action pour l'ensemble de l'année se terminant fin janvier 2022. Il estime qu'il devrait croître de 5% à 10% alors qu'il anticipait un "léger repli" de cet indicateur de performance auparavant.

    Dans le pays, "les clients veulent clairement sortir et aller dans les magasins", a commenté le patron de l'entreprise, Doug McMillon, dans le communiqué.

    L'action progresse de 3,75% dans les échanges d'avant-bourse.

  • Update 2 | Le point sur la tendance

    Wall Street est attendue en hausse et les bourses européennes progressent à mi-séance, les craintes liées à l'inflation et aux politiques monétaires laissant la place aux espoirs liés à la réouverture des économies et aux progrès de la vaccination contre le Covid-19.

    Goldman Sachs estime ainsi que la moitié de la population mondiale pourrait être vaccinée d'ici à la fin de l'année.

    Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en progression de 0,3% pour le Dow Jones et l'indice S&P 500 et de 0,64% pour le Nasdaq.

    En Europe, les gains varient entre +0,20% à Paris et +0,7% à Amsterdam. L'Euro Stoxx 50 avance de 0,28% et le Stoxx 600 progresse de 0,38%. Le Dax a inscrit un plus haut historique en matinée, le CAC 40 un pic de plus de 20 ans et le Stoxx 600 n'est qu'à quelques fractions de son record du 10 mai.

    Contre la tendance, l'indice Bel 20 cède 0,23%, ralenti par Galapagos dont l'action représentative perd près de 3%.

    "Les marchés boursiers ont évolué à la hausse partout en Europe ce mardi, dans un contexte de regain d'optimisme à l'égard de la reprise économique avec la réouverture de nombreux pays", constate Pierre Veyret, analyste pour ActivTrades.

    Les investisseurs ont accueilli favorablement les propos de Richard Clarida, le vice-président de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui a assuré lundi soir qu'il anticipait toujours une inflation qui serait temporaire, et non durable. Et ce, malgré une accélération en avril qui a affolé les marchés la semaine dernière.

    "Les investisseurs sont prêts à saisir toute opportunité d'acheter des actions à la baisse après ces mots de la Fed et avant la journée extrêmement chargée de demain", poursuit M. Veyret. 

    Mercredi, le compte rendu de la dernière réunion de politique monétaire de la banque centrale américaine sera publié.

  • Deceuninck sous pression

    Le producteur de profilés PVC Deceuninck   a perdu jusqu'à 5% en fin de matinée, à 2,65 euros, avant de légèrement réduire ses pertes. 

    234.000 titres ont été échangés dans les trois premières heures de la séance, soit deux fois plus qu'un jour normal. Lundi, Deceuninck a également reculé de 2,4% avec un volume de 235.000 actions échangées. 

  • 3 trackers pour investir dans les marchés émergents

    Il existe plus de 20 trackers vous permettant de reproduire l’indice MSCI Emerging Markets. Nous en épinglons trois qui, côté frais et reflet de l’indice, font mieux que les autres. 

    Lire | 3 trackers pour investir dans les marchés émergents 

    Action et Tracker

  • Stellantis et Foxconn s'allient dans la "voiture connectée"

    Stellantis , groupe automobile issu de la fusion de PSA et Fiat Chrysler, et le taïwanais Foxconn ont mis sur pied une coentreprise baptisée Mobile Drive, spécialisée dans les technologies numériques pour le développement de voitures dites connectées.

    "Mobile Drive associera l’expertise mondiale de Stellantis en matière de conception et d'ingénierie automobiles à la capacité de développement mondial de Foxconn, entreprise reconnue dans le domaine en constante évolution des logiciels et du matériel pour smartphones et de l'électronique grand public", est-il écrit dans un communiqué.

  • Hyloris tape dans l'œil de Berenberg

    Le broker Berenberg reste très positif sur l'action de la biopharma Hyloris cotée à Bruxelles. Depuis que la banque a entamé le suivi de l'action au début de l'année, Hyloris a grossi de près de 50%.

    Ce mardi, Berenberg revient à la charge en louant la bonne gestion de l'entreprise spécialisée dans les génériques et la richesse de son pipeline de médicaments avec l'introduction d'un nouveau traitement. Berenberg pointe aussi plusieurs nouveaux partenariats autour de la commercialisation de l'analgésique Maxigesic IV, le produit phare d'Hyloris. 

    De quoi réitérer son conseil à l'achat et de remonter encore plus ses ambitions pour le titre Hyloris en faisant passer son objectif de cours de 15 euros à 18 euros, soit une prime de 34,83% par rapport au cours de clôture de ce lundi. 

    Pour rappel, Hyloris est arrivée à la Bourse de Bruxelles en juin dernier au prix de 10,75 euros l'action. Ce mardi, à mi-séance, le titre grimpait de près de 5% pour atteindre les 14 euros. 

  • D'Ieteren ou Wendel comme chevalier blanc de Recticel?

  • La Justice allemande rejette le recours contre les achats d'obligations de la BCE

    La Cour constitutionnelle allemande a rejeté un recours contre le programme d'achat de titres du secteur public de la Banque centrale européenne (PSPP) de 2.400 milliards d'euros, estimant que la BCE avait démontré que ce programme était approprié.

    "Les demandes sont (...) non fondées puisque le gouvernement fédéral et le Bundestag ont examiné et évalué de manière approfondie les décisions de politique monétaire prises par la BCE (...) y compris l'évaluation de la proportionnalité."
    La Cour constitutionnelle allemande

    En mai 2020, la Cour de Karlsruhe avait jugé que les législateurs n'avaient pas exercé un contrôle suffisant sur la Bundesbank, qui achète des emprunts d'États de la zone euro pour le compte de la BCE. Elle avait ordonné à la banque centrale allemande d'abandonner le programme, à moins que la BCE parvienne à prouver que ces achats étaient justifiés.

    Depuis cette décision, la BCE a transmis une série de documents au gouvernement et au parlement allemand, qui ont entendu ses arguments.

  • Les détails du dividende optionnel de Montea

    Le spécialiste belge de l'immobilier logistique Montea versera un dividende de 2,83 euros brut par action pour 2020. Les actionnaires peuvent choisir s'ils souhaitent recevoir le dividende en numéraire, en nouvelles actions Montea ou une combinaison des deux.

    Avec 43 coupons, les actionnaires peuvent acquérir une nouvelle action Montea. En multipliant par 43 le dividende net de 1,98 euro, on obtient 85,14 euros. Ce prix d'émission représente une décote de 4,13% par rapport au cours de clôture moyen ajusté des 30 jours qui précèdent le 15 mai inclus.

    Les actionnaires ont jusqu'au 9 juin pour se positionner. Ceux qui n'auront pas communiqué leur choix recevront automatiquement le dividende en numéraire. Le paiement effectif du dividende aura lieu le 14 juin.

  • Les valeurs européennes dans l'actu

    Plusieurs annonces d'entreprises animent la séance à Paris, à commencer par celle de négociations exclusives entre TF1 et M6. TF1 prendrait le contrôle de son rival M6 pour 641 millions d'euros et créerait un géant français de l'audiovisuel. M6 bondit de 2,40% et TF1 de 5,98%, parmi les plus fortes hausses du SBF 120.

    Vivendi gagne 1,65% après avoir annoncé qu'il réfléchissait à une vente de 10% supplémentaires d'Universal Music Group à un investisseur américain ou au placement, via une offre publique, de 5% à 10% du capital de sa filiale musicale.

    En tête du CAC 40, Engie avance de 4,17% après la publication de ses résultats trimestriels et d'un objectif de croissance de ses résultats sur la période 2021-2023.

    Plus forte baisse du Stoxx 600, Iliad chute de 10,20%. La maison mère de l'opérateur de télécoms Free a annoncé la suspension de son objectif 2021 de cash-flow opérationnel en France pour accélérer son plan d'investissement dans la 5G.

    Ailleurs en Europe, Vodafone perd 6,68% après la publication d'un bénéfice ajusté inférieur aux attentes pour l'ensemble de l'année suite à la crise du coronavirus. 

  • Update | Le point sur la tendance

    Vers 11h30, le Bel 20 faisait figure d'exception dans le paysage boursier européen en reculant de 0,12%, alors que les grands indices du continent pointaient dans le vert. L'indice bruxellois est ralenti par Galapagos, la biotech perdant 2%. 

    À Paris, l'indice CAC 40 gagnait, au même moment, 0,25%. À Francfort, le Dax prenait 0,35% et, à Londres, le FTSE s'octroyait 0,41%.

    Le Stoxx 600 Europe avançait, en fin de matinée, de 0,3%. L'indice paneuropéen a frôlé son record dans les premiers échanges avant de réduire ses gains, les investisseurs mettant de côté, pour l'instant, leurs préoccupations concernant une accélération de l'inflation qui pourrait conduire à un resserrement prématuré des politiques monétaires des grandes banques centrales.

  • Le retour en récession au 1er trimestre confirmé en zone euro

    L'économie de la zone euro s'est contractée de 0,6% au premier trimestre de cette année, montrent les statistiques publiées par Eurostat, qui confirment le retour en récession de la région en raison de la crise du coronavirus.

    Le produit intérieur brut (PIB) des 19 pays ayant adopté la monnaie unique a reculé de 0,6% par rapport aux trois mois précédents et de 1,8% sur un an, des chiffres conformes à l'estimation "flash" du 30 avril.

    Belgique (+0,6%) et France (+0,4%) exceptées, les principales économies de la zone euro (Allemagne, Italie, Espagne et Pays-Bas) ont subi une baisse d'activité sur janvier-mars.

    Le quatrième trimestre 2020 s'était soldé par une contraction de 0,7% du PIB de la zone euro.

  • Atenor: "Cette cession aura un impact majeur sur les résultats de l'exercice 2021"

    Suite à l’accord sur la vente du 6e et dernier immeuble du projet Vaci Greens à un fonds immobilier privé hongrois en décembre 2020, Atenor annonce la passation des actes et la vente définitive de l’immeuble Vaci Greens F.

    "Cette cession aura un impact majeur sur les résultats de l’exercice 2021, confortant Atenor dans sa capacité à générer en 2021 des résultats supérieurs aux résultats 2020", indique le promoteur immobilier dans un communiqué. Aucun détail financier n'est communiqué.

    L'action gagne 1,04%, à 58 euros.

  • Heineken en pourparlers pour acheter le sud-africain Distell

    Le deuxième plus grand brasseur du monde, Heineken NV a confirmé être en pourparlers avec le sud-africain Distell au sujet d'une éventuelle acquisition, ce qui se traduirait par un renforcement de ses activités dans le vin et les spiritueux.

    Distell, dont la capitalisation boursière était de 31,8 milliards de rands (2,27 milliards de dollars) à la clôture lundi, a déclaré, dans un communiqué, avoir été approché par Heineken au sujet d'une éventuelle acquisition de la majorité de ses  activités.

    Distell est également le deuxième producteur de cidre au monde, une boisson dans laquelle Heineken est fortement impliquée, principalement à travers sa marque Strongbow. Distell produit également des vins et des spiritueux, notamment des vins Amarula et Two Oceans. Heineken vend déjà de la bière en Afrique du Sud.

  • ING vise 19% plus haut pour bpost

    ING réitère sa recommandation d'achat sur bpost et relève son conseil à 12,50 euros, contre 10,50 euros, sur fond d'estimations plus élevées. "L'action bpost a perdu environ 10% depuis la fin de l'année dernière et elle a nettement sous performé ses pairs du secteur", indique Marc Zwartsenburg. L'analyste ajoute qu'il s'attend à ce que le marché réévalue l'action au cours des prochains trimestres, grâce à la dynamique positive autour des bénéfices.

    "Les perspectives 2021 semblent encore très prudentes, dans le bas de la fourchette. Elles pourraient donc être relevés. En plus, il faut souligner le potentiel de croissance à long terme du marché de l'e-commerce belge moins mature et le potentiel de redressement de Radial."

    Bpost gagne 1,45%, à 10,49 euros, dans un marché stable (-0,02%).

  • "Wendel ou D'Ieteren pourraient entrer dans la course au rachat de Recticel"

    Après KBC Securities (voir post de 8h58), Degroof Petercam considère également qu'il est peu probable que Greiner réussisse à acquérir une participation majoritaire dans Recticel à 13,5 euros. "La relation entre les deux sociétés ne semble pas excellente", explique l'analyste Kris Kippers, qui souligne qu'une équipe autrichienne de Greiner est venue en Belgique mais qu'aucune réunion avec la direction de Recticel n'a eu lieu.

    "Il existe de nombreuses alternatives dans la bataille pour Recticel", déclare Kippers, "par exemple la société d'investissement française Wendel . Il est en train de retirer le producteur de vinyle Tarkett de la bourse et recherchera de nouvelles activités". D'Ieteren est également mentionné par Kippers comme acheteur potentiel. "Pourquoi pas? D'Ieteren est à la recherche de nouvelles oportunités depuis un certain temps déjà et Recticel peut certainement répondre à leurs critères".

    "Nous pouvons voir plusieurs entreprises unir leurs forces pour acheter et même diviser Recticel en morceaux" conclut l'analyste.


  • Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens évoluent en hausse, de l'ordre de 0,5%, portés par l'amélioration de la situation sanitaire et par la réouverture des économies européennes.

    TF1 bondit de 8%, M6 gagne 5,6% et Bouygues se tasse de 1,14% après l'annonce de négociations exclusives sur le rachat d'une participation de 30% dans M6 auprès de l'allemand Bertelsmann.

    Engie inscrit un gain de 3,3%, meilleure progression de l'Euro Stoxx 50, les investisseurs saluant le nouvel objectif de croissance 2021-2023.

    Vodafone perd 6,6%. Le groupe télécom a fait état jeudi d'un bénéfice ajusté sur son exercice annuel décalé en baisse de 1,2%, dans le bas de sa fourchette de prévision et inférieur aux attentes du marché, mais a dit prévoir une croissance sur l'exercice en cours.

    Iliad cède 8,5% alors qu'il a suspendu son objectif 2021 de cash-flow opérationnel en France.

  • Le Brent carbure et passe au-delà des 70 dollars

    Les cours du brut poursuivent leur progression, encouragés par la réouverture des économies américaines et européennes qui devrait alimenter la demande.

    Le baril de Brent avance de 0,91% pour franchir le seuil de 70 dollars, à 70,09 dollars, et celui du brut léger américain progresse de la même ampleur, à 66,87 dollars.

     

  • Voici le briefing actions belges

    Goldman Sachs réduit son target sur argenx | Avis de brokers sur Solvay, AB InBev, KBC, Cofinimmo et Recticel (+Briefing)

  • |Opening bell|

    Amsterdam: +0,78%
    Bruxelles: +0,50%
    Paris: +0,65%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: +0,76%
    DJ Stoxx 600: +0,69%

    Engie: +2,25%
    Picanol: +1,83%

    M6: +7%
    TF1: +8%
    Bouygues: +0,61%

  • KBCS: "Il ne faut pas s'attendre à ce que le CA de Recticel soutienne une offre à 13,5 euros"

    KBC Securities revient ce matin sur l'offre de Greiner sur Recticel .

    "Nous pensons que Recticel ne pourra pas éviter que Greiner devienne un actionnaire important, mais il ne faut pas s'attendre à ce que le Conseil d'administration soutienne une offre à 13,5 euros, car ce prix ne tient pas compte de la prime de contrôle et des synergies que Greiner pourrait obtenir", explique Wim Hoste de KBC Securities.

    L'objectif de cours est relevé légèrement à 15 euros (au lieu de 14 euros).

    La recommandation d'"accumuler" est maintenue alors que l'analyste "apprécie toujours Recticel pour la transformation en cours, qui conduit le groupe vers de meilleures marges et vers une augmentation significative du potentiel de génération de cash-flow libre". En outre, les activités d'isolation confèrent à Recticel un profil ESG attractif, précise Wim Hoste.

  • Aedifica poursuit son expansion au Royaume-Uni

    Aedifica poursuit l’expansion de son portefeuille d’immobilier de santé au Royaume-Uni et investit environ 11 millions de livres sterling dans la construction d'une maison de repos à Aylesbury, dans le Buckinghamshire.

    Cette maison de repos accueillera 61 personnes âgées nécessitant une assistance permanente.

    Le projet devrait être achevé au cours du quatrième trimestre 2022. Il offre un rendement locatif net initial d'environ 7%.

  • Briefing d'avant-bourse

    Après un début de semaine hésitant, les bourses européennes sont attendues en hausse à l'ouverture, de l'ordre de 0,7%, dans la foulée de l'Asie et des futures de Wall Street.

    Les investisseurs mettent de côté, pour l'instant, leurs préoccupations concernant une accélération de l'inflation, corollaire de la reprise économique, qui pourrait conduire à un resserrement prématuré des politiques monétaires des grandes banques centrales.

    La Réserve fédérale réagirait si l'évolution des indicateurs économiques menaçait de favoriser une hausse des anticipations d'inflation, a déclaré lundi son vice-président, Richard Clarida.

    De son côté, le président de l'antenne de Dallas, Robert Kaplan, a répété lundi que la Fed pourrait, selon lui, relever ses taux avant la fin de l'année prochaine.

    En Asie, la Bourse de Tokyo progresse de plus de 2% et les futures sur les indices américains signalent, pour l'heure, une hausse de 0,3% à 0,6%.

  • Shurgard acquiert son site de Forest

    Shurgard , le plus grand développeur, propriétaire et exploitant de centres de self-stockage en Europe, est devenu propriétaire à part entière de son installation de stockage "Shurgard Brussels - Forest". C'était le premier bâtiment dans lequel Shurgard a démarré ses activités en Europe. Il a ouvert en 1995 et le bail comprenait une clause d'option pour acquérir le site, qui a été exécutée en mai 2021.

    Suite à l'acquisition de Forest, Shurgard est devenu propriétaire de l'ensemble de son portefeuille belge.

  • AlphaValue prédit "un boom imminent pour l'ancien Picanol"

    Le broker AlphaValue relève son conseil sur le fabricant de métiers à tisser Picanol , passant de "réduire" à "accumuler" ("acheter"). Le prix indicatif est porté à 88,80 euros, contre 100 euros. Dans un rapport de 44 pages, AlphaValue prédit malgré tout "un boom imminent pour l'ancien Picanol".

    L'analyste Wouter De Blaere s'attend, en effet, à ce qu'une forte demande du marché fasse monter les performances annuelles du département des machines "classiques" bien au-dessus des attentes. Picanol n'est suivie que par deux analystes: Wouter De Blaere, chez AlphaValue, et Wim Hoste, chez KBC Securities. Les deux hommes attribuent désormais une recommandation d'achat avec un objectif de cours moyen de 85,9 euros.

    Picanol a clôturé lundi à 76,60 euros.

  • Engie accélère dans les renouvelables

    Au premier trimestre 2021, l'énergéticien Engie a affiché un ebitda en hausse de 7,3%. Alors qu'il s'apprête à se simplifier, le groupe confirme son intention d'agrandir son portefeuille de renouvelables pour atteindre 3 GW de capacité d'ici la fin de l'année.

  • Les Spoelberch boivent du petit lait (d'avoine) avec Oatly

    Oatly, le leader mondial du lait d'avoine fonce vers le Nasdaq et la Bourse de Hong Kong à une valorisation de 9 à 10 milliards de dollars.

    En Belgique, si les briques de la société suédoise se font rares, elles se retrouvent tout de même dans les rayons des Delhaize et autres Albert Heijn notamment.

    Ceci étant, un lien fort unit l'entreprise à notre pays. Ce lien, c'est Verlinvest, l'un des véhicules des Spoelberch, famille actionnaire du géant brassicole AB InBev.

  • Amazon.com en discussions pour acquérir la MGM

    Quelques heures après l'annonce de la fusion entre la filiale WarnerMedia du groupe américain de télécommunications AT&T et Discovery, on apprend cette fois qu'Amazon.com est en pourparlers pour acquérir le studio de cinéma Metro-Goldwyn-Mayer, vieux de près d'un siècle, dans ce qui serait sa plus grande avancée stratégique dans le secteur du divertissement à ce jour, selon plusieurs médias.

    MGM, la célèbre société hollywoodienne derrière la série James Bond, aiderait à renforcer le service de streaming Prime d'Amazon, selon Variety. Amazon est en négociations depuis des semaines pour acheter le studio pour environ 9 milliards de dollars, précise le site web d'informations centrées sur les médias.

    MGM et Amazon ont refusé de commenter ces informations.

  • Burry parie à la baisse contre Tesla

    Michael Burry, un gestionnaire de fonds qui avait prédit correctement la crise des subprimes, a fait un pari considérable sur une baisse de l'action Tesla .

    Sa société Scion Asset Management détenait des options à la baisse portant sur 800.100 actions du constructeur de voitures électriques au 31 mars, selon un avis réglementaire déposé lundi.

    L'action Tesla a clôturé à un sommet historique de 883,09 dollars le 26 janvier, après un rallye d'un an et une progression de près de 700%. Elle est en baisse de 35% depuis lors par rapport à son niveau de clôture de lundi.

    Cours de l'action Tesla


     

    Le pari contre Tesla n’est pas le premier de Burry. Il a déclaré dans un tweet (supprimé depuis) début décembre que son entreprise était à découvert sur les actions du fabricant de véhicules électriques. Le gestionnaire de fonds spéculatifs a également conseillé à Elon Musk de vendre des actions pour lever des capitaux alors que les actions Tesla, étaient à des niveaux "ridicules" selon des déclarations de Burry.

  • Bouygues et TF1 en négociations exclusives pour le rachat de M6

    Un géant français des médias est en passe de voir le jour. En effet, TF1 a engagé des négociations exclusives en vue de prendre le contrôle de son rival M6 en déboursant 641 millions d'euros pour acquérir l'essentiel des titres détenus par l'allemand Bertelsmann. Cette transaction va rebattre les cartes de l'audiovisuel français si elle franchit l'obstacle de la concurrence.

    Aux termes de l'accord officialisé tard lundi, Bouygues, maison mère du numéro un de la télévision privée en France, détiendra 30% d'un nouvel ensemble dont le résultat opérationnel combiné représenterait 461 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 3,4 milliards d'euros, selon les chiffres de 2020.

    L'allemand RTL, filiale de Bertelsmann, conserverait, quant à lui, 16% de la nouvelle entité ainsi créée et serait lié par un pacte d'actionnaire à Bouygues, "actionnaire de contrôle exclusif", peut-on lire dans un communiqué commun des sociétés. Le solde sera coté en bourse.

  • Optimisme en Asie | L'Europe donnée en hausse | Le PIB de la Zone euro au menu

    Bonjour! Les places financières asiatiques évoluent en légère hausse alors que l'optimisme quant à la reprise économique a pris le dessus sur les nouvelles infections liées au coronavirus en Asie. Hong Kong gagne 1,21% et Shanghai grappille de l'ordre de 0,10%.

    Même l'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo est en bonne progression (+2,2%), malgré un repli plus fort que prévu du produit intérieur brut (PIB) japonais au premier trimestre, reflétant l'impact économique de la résurgence locale de la pandémie.

    Wall Street, dont la clôture donne souvent le ton pour les bourses asiatiques, et particulièrement à Tokyo, a pourtant terminé lundi en petit recul, entre indicateurs chinois décevants, craintes persistantes sur l'inflation et regain de la pandémie dans plusieurs pays asiatiques.

    Les contrats à terme sont bien orientés, avec des marchés européens attendus en hausse de l'ordre de 0,6% à l'aube d'une séance marquée par la publication du PIB de la zone euro pour le 1er trimestre.

     

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés