1. Les marchés
  2. Live blog
live

Record du S&P 500, Apple et la santé compensent les inquiétudes | Nouveau record pour le Stoxx 600

Les bourses américaines et européennes ont terminé en légère hausse, de bonnes nouvelles sur le front des résultats d'entreprises reléguant au second plan les craintes à l'endroit du variant Delta. BP, SocGen et Stellantis entourées. Dégagements sur Infineon et Prosus.
  • A l'agenda mercredi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. Nouvelle salve de résultats avec les chiffres de Commerzbank, General Motors, Ford, Hyloris, Uber ou encore JDE Peet's. Côté macroéconomique, les investisseurs suivront les indices PMI des services en zone euro ou l'enquête ADP sur l'emploi aux États-Unis.

  • Record du S&P 500, Apple et la santé compensent les inquiétudes

    La Bourse de New York a fini en hausse ce mardi, le S&P 500 atteignant un record de clôture, sous l'effet des gains d'Apple et des valeurs du secteur de la santé, malgré les inquiétudes sur la propagation du variant Delta du coronavirus qui ont nuancé le tableau optimiste dessiné par les solides résultats trimestriels. Le Dow Jones a gagné 0,80% à 35.116,40 points. Le S&P 500 a pris 0,82% à 4.423,15 points. Le Nasdaq a avancé de son côté de 0,55% à 14.761,30 points. Dix des onze principaux secteurs du S&P 500 ont progressé, les valeurs énergétiques ayant marqué un rebond après avoir été affectées par la chute des prix du pétrole.

    En déclin la semaine dernière, Apple a enregistré des gains et été l'un des catalyseurs de la séance, tandis que les autres géants technologiques, dont Netflix et Facebook, ont continué de reculer et de limiter les avancées du Nasdaq. Un certain nombre d'entreprises américaines, comme le groupe industriel Dupont et Discovery, ont publié des résultats supérieurs aux attentes. Toutefois leurs titres ont reculé alors que les investisseurs ont effectué des prises de bénéfices.

    Alors qu'ils avaient atteint des records, les trois principaux indices à Wall Street ont été secoués par les craintes liées à la propagation du variant Delta du coronavirus et les signes indiquant que le rebond de l'économie américaine commençait à ralentir. En parallèle, la régulation accrue menée en Chine contre les groupes technologiques a eu des répercussions mondiales. Les craintes que le secteur des jeux vidéos puisse être à son tour dans le viseur de Pékin ont provoqué le recul des entreprises du secteur listées à New York mais aussi en Europe. Nombre de groupes de jeux vidéos ont décliné à la suite d'une vente massive d'actions Tencent, tandis que Take-Two Interactive Software a plongé après avoir annoncé des prévisions de ventes décevantes.

  • Les marchés US terminent dans le vert

    Le Dow Jones a gagné 0,80% à 35.117,32 points.

    Le Nasdaq a pris 0,55% à 14.761,29 points.

    Le S&P 500 a avancé de 0,82% à 4.423,31 points.

  • Le pétrole en repli pour la deuxième séance d'affilée

    Les cours du pétrole ont continué de se replier mardi, déprimés par les inquiétudes sur une propagation du Covid-19, notamment en Asie, et son implication pour la croissance de l'activité mondiale.

    Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre a terminé en baisse de 0,65% ou 48 cents à 72,41 dollars par rapport à la clôture de la veille. A New York, le baril américain de WTI pour le mois de septembre a perdu 0,98% ou 70 cents à 70,57 dollars. La veille, le Brent avait perdu 4,5% et le WTI 3,6%.

  • Kasper Deforche, nouveau CEO de JLL Belux

    Le nom de Kasper Deforche, l’ex-CEO de la société immobilière réglementée (SIR) Wereldhave Belgium, qui fut également en charge du portefeuille "Retail et résidentiel" chez AG Real Estate précédemment, avait été cité il y a plusieurs mois déjà pour remplacer Jean-Philip Vroninks, parti depuis juin chez Befimmo. Mais le candidat pressenti nous avait alors nié dans toutes les langues vouloir reprendre la tête de l’enseigne internationale de conseil en immobilier pour la Belgique et le Luxembourg. L’information est pourtant officiellement confirmée depuis ce mardi par JLL. Le nouveau CEO prendra ses fonctions en novembre prochain.

  • Clôture des marchés européens

    Bel 20: +0,20%

    AEX: +0,25%

    CAC 40: +0,72%

  • Bond de Robinhood

    L'action Robinhood décolle sur le Nasdaq. Le titre vaut désormais  plus de 44 dollars, alors qu'il avait démarré à 38 dollars le 29 juillet. Il avait connu des séances difficiles juste après son introduction en bourse. 

  • Ralph Lauren et Under Armour portés par leurs prévisions

    Ralph Lauren et Under Armour progressent fortement après avoir relevé chacun leurs prévisions de revenus annuels. Les deux chaînes de vêtements, actives dans différents segments, profitent de la réouverture de leurs principaux marchés, l'Europe et les Etats-Unis.

  • Bank of Ireland flambe après ses résultats

    Bank of Ireland a indiqué que les bénéfices du premier semestre étaient revenus aux niveaux de 2019, avec des revenus plus élevés, de nouvelles réductions de coûts et à peine de nouveaux prêts irrécouvrables.

     Les actions de la plus grande banque d'Irlande par actifs connaissent  leur meilleur jour depuis novembre. Elles progressent de 9% par rapport au prix auquel elles se négociaient avant que le gouvernement n'annonce en juin son intention de vendre une partie de sa participation de 13,9 % à la fin de l'année.

  • Wall Street ouvre en hausse

    Dow Jones +0,23%, Nasdaq +0,25% 

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    * ALIBABA a publié mardi un chiffre d'affaires pour le premier trimestre moins bon que prévu, son activité de commerce électronique ayant souffert de la concurrence croissante de JD.Com et Pinduoduo.

    * ELI LILLY a fait état mardi d'une baisse de 2% de son bénéfice trimestriel, pénalisé par le ralentissement de la demande pour ses traitements du COVID-19 avec la vaccination aux États-Unis. L'action perd 2% en avant-Bourse.

    * Les groupes de jeux vidéos reculent en avant-Bourse dans le sillage de leurs concurrents asiatiques et européens sur des craintes de régulation par Pékin. ACTIVISION BLIZZARD, ELECTRONIC ARTS, TAKE-TWO INTERACTIVE SOFTWARE et ZYNGA perdent de 1,1% à 4,5%. Take-Two Interactive Software a par ailleurs annoncé lundi soir un chiffre d'affaires ajusté du deuxième trimestre inférieur aux attentes et a reporté la sortie de deux jeux vidéos.

    * DUPONT - Le groupe industriel a de nouveau relevé ses prévisions annuelles et a publié une croissance de son bénéfice au deuxième trimestre, l'augmentation de la demande ayant compensé la hausse des coûts des matières premières et de la logistique.

    * TRANSLATE BIO, spécialiste des thérapies et vaccins à base d'ARN messager, va être racheté par Sanofi pour 3,2 milliards de dollars, a annoncé le groupe français. L'action Translate Bio grimpe de 29% en avant-Bourse.

    * PEPSICO a annoncé mardi la vente d'une participation majoritaire au capital des marques de jus de fruits Tropicana et Naked entre autres en Amérique du Nord à la société de capital-investissement PAI Partners pour 3,3 milliards de dollars (2,8 milliards d'euros), confirmant une information du Wall Street Journal.

    * KKR - Le fonds d'investissement américain a annoncé que son bénéfice avait plus que doublé au deuxième trimestre grâce à une nette hausse des revenus provenant des frais de transaction et à des ventes d'actifs.

    * CONOCOPHILLIPS a quasiment doublé son bénéfice au deuxième trimestre à la faveur de l'augmentation des prix pétroliers et gaziers et de la production.

    * UNDER ARMOUR gagne près de 5% en avant-Bourse après avoir revu à la hausse son objectif de ventes annuelles et publié des résultats trimestriels au-dessus des attentes, la demande pour les articles de sport ayant augmenté avec la réouverture des salles de sport.

  • Nouveau record pour l'indice DJ Stoxx 600

    L'indice Stoxx 600 progresse de 0,37% à 466,19 points après avoir inscrit plus haut à 466,27 (+0,39%), dans un marché soutenu par plusieurs résultats d'entreprises, ce qui permet d'atténuer les inquiétudes quant au variant Delta et aux nouvelles velléités réglementaires de la Chine.

  • UPDATE 2 | Le point sur la tendance boursière

    Les marchés européens conservent un peu de leur assurance, contrairement aux indices asiatiques qui ont plié face à la surveillance réglementaire chinoise visant plusieurs secteurs de l'Internet.

    Les performances solides de plusieurs groupes de premier plan soutiennent en effet les indices européens. Les gains varient ainsi entre 0,07% à Amsterdam et 1% à Paris. L'Euro Stoxx 50 gagne 0,19% et le Stoxx 600 0,31%.

    Société Générale (+6,4%), BP (+5,3%) et Stellantis (+4%) figurent parmi les gagnants de la matinée, à l'opposé de Prosus (-6,2%) ou encore BMW (-4%).

    Par ailleurs, la hausse du nombre de cas de coronavirus qui a pesé sur la tendance à Wall Street lundi continue d'être surveillée par les opérateurs de marché.

    "Forte hausse des cas aux États-Unis, reconfinements locaux en Chine, le variant Delta se répand au sein des deux principales économies de la planète, mais les forts taux de vaccination dans les deux pays devraient limiter l'ampleur de cette nouvelle vague, surtout en Chine où les mesures de restriction sont prises de manière très préventive", estime le courtier Aurel BGC.

  • UPDATE | Briefing actions belges

    Targets relevés sur UCB, GBL, Umicore et Tubize | Un super fan pour Aperam (+Briefing)

  • Du vert en vue à Wall Street

    Les contrats à terme sur Wall Street laissent entrevoir un début de séance en hausse, de 0,4% pour le Dow Jones et le S&P 500 et de 0,16% pour le Nasdaq.

    La Bourse de New York a fini en ordre dispersé lundi, le S&P-500 effaçant des gains initiaux pour reculer légèrement, alors que les inquiétudes sur le variant Delta du coronavirus et le ralentissement de l'économie américaine ont éclipsé l'optimisme sur un nouveau stimulus et les résultats trimestriels solides.

  • Kempen: "Un programme de rachats d'action chez Bekaert est possible"

    Le courtier Kempen relève les prévisions de bénéfices pour 2022 et 2023 du groupe de technologie sidérurgique de 11% après le solide rapport semestriel de Bekaert . La recommandation d'achat et l'objectif de cours de 66 euros restent inchangés.

    Le PDG Oswald Schmid a également fixé la barre de la marge bénéficiaire à moyen terme à 9-11% la semaine dernière, contre 8-10% annoncé lors de la journée des investisseurs fin mai. "La valorisation actuelle de l'action n'implique qu'une marge bénéficiaire de 6,5% à long terme, malgré l'amélioration structurelle significative de ces dernières années", explique Emmanuel Carlier, analyste de Kempen.

    Carlier soupçonne également que le rachat d'actions propres est une possibilité. "D'une part, le cours de l'action n'a pas réagi à la hausse des prévisions ces dernières semaines et, d'autre part, le bilan offre désormais de la marge, avec des dettes représentant toujours 0,6 fois l'Ebitda".

  • L'action GBL franchit la barre des 100 euros pour la première fois

    GBL vient d'atteindre la barre des 100 euros. Le titre est en hausse depuis un certain temps et bénéficie d'un coup de pouce supplémentaire depuis les chiffres semestriels et l'annonce (vendredi soir) d'un investissement dans les jeux mobiles.

    GBL progresse de 1,89% à 100,40 euros dans un marché en hausse de 0,21%.

  • Les prix à la production ont bondi de 10% en juin en zone euro

    Les prix à la production de la zone euro se sont accélérés en juin, poussés par une nouvelle flambée des prix de l'énergie et soulignant le point de vue selon lequel l'inflation devrait encore augmenter.

    Selon Eurostat, l'office des statistiques de l'Union européenne, les prix à la sortie des usines dans les 19 pays partageant l'euro ont augmenté de 1,4% en juin en glissement mensuel pour une augmentation de 10,2% en base annuelle.

    Ce dernier chiffre est proche de l'attente moyenne de 10,3% des économistes interrogés par Reuters. Il marque une tendance à la hausse pour le septième mois d'affilé depuis une baisse de 2,0% en novembre.

    En mai, les prix ont augmenté de 1,3 % sur le mois et de 9,6 % par rapport à l'année précédente.

     

  • Update | Le point sur la tendance boursière

    Le recul des actions technologiques et les inquiétudes concernant la propagation mondiale du variant Delta du coronavirus maintiennent les actions européennes sous pression, malgré des publications de résultats d'entreprises encourageants, à l'instar des annonces de la major pétrolière BP et du constructeur automobile Stellantis.

    L'indice DJ Stoxx 600 progresse de 0,23% et l'Euro Stoxx 50 pointe à l'équilibre. Amsterdam et Francfort affichent de faibles variations tandis que Paris gagne 0,76% et que Bruxelles cède 0,11%.

    SocGen bondit de 5,47%, en tête de l'indice DJ Stoxx 600, après que le groupe bancaire a révisé à la hausse ses prévisions de revenus pour 2021 et signé sa meilleure performance depuis 2016.

    Stellantis avance de 4,43%. Le groupe automobile a enregistré une marge équivalente à 11,4% du chiffre d'affaires et compte atteindre désormais une marge opérationnelle autour de 10% sur l'année 2021, alors qu'il visait entre 5,5 et 7,5% au début de l'année.

    BP gagne 3,4% grâce à l'annonce d'une augmentation de son dividende et l'intensification de ses rachats d'actions après un bénéfice du deuxième trimestre de 2,8 milliards de dollars.

    Au rayon des perdants de la matinée, Prosus glisse de 5,3% dans la foulée de la chute de 6% du géant technologique Tencent alors qu'un média chinois a qualifié les jeux vidéos en ligne d'"opium spirituel".

    Infineon fond de 1,8% après la publication de ses résultats et un avertissement de l'impact des fermetures de son usine en Malaisie pour contenir la pandémie de Covid-19.

    BMW dérape de 3,70%. Le constructeur bavarois a relevé mardi ses prévisions de bénéfices pour 2021 après de solides résultats trimestriels, mais a déclaré que la pénurie mondiale de puces semi-conductrices et la hausse des prix des matières premières nuiraient à ses performances au second semestre.

  • "Le momentum s'accélère pour Greenyard"

    Greenyard a clôturé la vente de Greenyard Prepared Netherlands et annoncé la fin de la joint venture Bardsley Fruit Enterprises, ce qui se traduit par une réduction de la dette nette d'environ 25 millions d'euros.

    Par ailleurs, ces opérations ne devraient pas affecter les résultats, a précisé le maraîcher.

    "Le momentum s'accélère avec une amélioration du chiffre d'affaires et des marges, tandis que l'endettement est sous contrôle", estime Guy Sips de KBC Securities. "La cession d'actifs non essentiels va permettre à l'entreprise d'améliorer son endettement plus rapidement sans compromettre la rentabilité du groupe". La recommandation d'achat est confirmée et l'objectif de cours reste à 11,50 euros.

  • Un tracker pour ceux qui ne croient pas en Cathie Wood

    Bientôt, les investisseurs américains pourront investir dans le Short ARKK ETF (ticker SARK),un tracker qui vise à obtenir le rendement inverse du populaire ARK Innovation ETF de Cathie Wood (ticker ARKK) sur une base quotidienne. Par exemple, si ARKK chute de 3% un jour, SARK devrait augmenter de 3%, et vice versa.

    L'année dernière, ARK Innovation ETF – qui comprend également Materialise, basé à Louvain – a réalisé un rendement impressionnant de 149%, mais depuis le début de cette année, le fonds coté a perdu des plumes.

    Les investisseurs belges ne peuvent plus acheter de trackers américains, après une décision européenne.

    "Ark Innovation ETF est un panier d'actions technologiques déficitaires. Nous pensons que les investisseurs seraient intéressés par un anti-ETF."
    Matt Tuttle
    CEO de Tuttle Capital Management

  • La part de D'Ieteren dans les immatriculations se réduit

    Les immatriculations de voitures neuves en Belgique ont baissé de 38% en rythme annuel en juillet à 27.596 unités, selon des données de la Febiac. Les inscriptions de janvier à juillet ont baissé de 0,4% en glissement annuel, après +7,3 % en janvier-juin.

    La part de D'Ieteren Auto dans les immatriculations de juillet était de 26,2 % par rapport à 26,6% le mois précédent, selon les calculs de Bloomberg basés sur les chiffres publiés par Febiac.

    En juillet, la marque de voiture la plus vendue en Belgique était BMW, avec 10,24% de parts de marché. Audi et VW complètent un podium 100% allemand.

    L'action D'Ieteren perd 0,51% à 136,90 euros dans un marché stable (+0,03%).

  • Voici le briefing actions belges

    Oddo vise le plus haut pour Aperam | Avis de brokers sur GBL et Umicore (+Briefing)

  • Prosus: -5,3%

    Prosus chute de plus de 5% en bourse d'Amsterdam. Le titre subit le recul de l'action Tencent à Hong Kong qui a perdu jusqu'à 11% en séance avant de réduire sa perte à 6% (voir post de 7h47).

    Prosus détient près de 29% de Tencent.

  • Le point sur la tendance boursière

    Les bourses européennes ouvrent sur la réserve, sur fond de plusieurs publications d'entreprises tandis que les investisseurs craignent que la reprise ne soit mise à mal par la propagation du variant Delta du coronavirus.

    Amsterdam perd 0,46% et Bruxelles cède 0,15% mais Paris gagne 0,35%. L'Euro Stoxx 50 glisse de 0,16% tandis que l'indice DJ Stoxx 600 est stable.

    Stellantis et SocGen bondissent de plus de 3% dans les premiers échanges, les investisseurs saluant les résultats annoncés par ces deux entreprises avant l'ouverture.

  • |Opening bell|

    Amsterdam: -0,29%
    Bruxelles: -0,11%
    Paris: +0,33%
    Francfort: n.c.

    Euro Stoxx 50: -0,06%
    DJ Stoxx 600: -0,02%

  • BMW s'attend à un effet "probable" de la pénurie de puces au second semestre

    Le constructeur automobile allemand BMW a enregistré au premier semestre un bond de son bénéfice net à 7,6 milliards d'euros, mais dit s'attendre à un impact "probable" de la pénurie de puces sur les six derniers mois de l'année.

    Une amende de la part des autorités européennes de la concurrence est ressortie près d'un milliard d'euros moins haute que prévu, entraînant un effet positif sur le résultat, en plus d'une nette hausse des ventes au moment où l'économie se relève de la pandémie de Covid-19.

    BMW avait mis de côté en 2019 environ 1,4 milliard d'euros pour une amende potentielle, mais celle-ci s'est finalement limitée à 373 millions, permettant au groupe bavarois de relever sa prévision de profitabilité pour la branche automobile: la marge opérationnelle doit désormais atteindre "la partie haute" de la fourchette comprise entre 7% et 9% contre 6% à 8% précédemment anticipé.

    Au premier semestre, cette donnée très scrutée par les analystes a atteint 13% contre -4% en 2020.

    BMW affiche un bénéfice net record de 4,8 milliards d'euros au deuxième trimestre, comparé à une perte de 212 millions en 2020. Le chiffre d'affaires a progressé de 43% en un an pour la période d'avril à juin et de 28% à 55,4 milliards d'euros au premier semestre.

  • Dopé par la remontée des cours, BP augmente son dividende et entame ses rachats d'actions

    BP annonce un bénéfice net de 3,1 milliards de dollars au deuxième trimestre, dopé comme l'ensemble du secteur par la reprise des cours du brut depuis l'an dernier.

    Le géant pétrolier britannique avait essuyé une gigantesque perte nette de 16,8 milliards de dollars un an plus tôt, au plus fort de la crise sanitaire qui avait laminé la demande.

    Le groupe ajoute dans un communiqué que ses meilleurs résultats cette année lui permettent d'augmenter de 4% son dividende à 5,46 pence par action et d'entamer, au troisième trimestre, son programme de rachat d'actions de 1,4 milliards de dollars grâce au surplus de cash-flow.



  • Briefing d'avant bourse

    Les bourses européennes sont attendues en légère baisse voir proche de l'équilibre à l'ouverture, lestées par les inquiétudes concernant la propagation du variant Delta du coronavirus qui pourrait menacer les perspectives de reprise de l'économie mondiale.

    Les contrats à terme signalent une baisse de 0,15% à Amsterdam, de 0,10% pour le Dax à Francfort et de 0,05% pour l'EuroStoxx 50. Paris ouvrirait en hausse de 0,17% et Londres grignoterait 0,09%.

    Les futures sur Wall Street signalent de leur côté une ouverture en hausse, de l'ordre de 0,25%.

    Les indices européens ont fini en hausse lundi, le Stoxx 600 ayant même inscrit un record en séance, grâce notamment aux résultats d'entreprises et aux progrès réalisés aux États-Unis sur le plan d'investissement dans les infrastructures.

    Mais les inquiétudes sur la propagation du très contagieux variant Delta dans plusieurs régions du monde, notamment en Chine, ont pesé à Wall Street et pénalisent aussi la tendance en Asie.

    "Des millions de personnes sont confinées en Chine à la suite de la pire épidémie depuis le début de la crise du Covid et, compte tenu des risques pour les chaînes d'approvisionnement, cela pourrait avoir un effet plus important sur l'économie mondiale", observe Elizabeth Tian, directrice des solutions de produits dérivés sur actions chez Citigroup.

    La faiblesse des rendements obligataires américains, avec un taux à 10 ans tombé à 1,15% lundi, alimente également la nervosité des investisseurs, de même que les velléités de réglementation de Pékin dans plusieurs secteurs comme la technologie et l'éducation.

  • Marge record et objectif relevé pour Stellantis malgré les puces

    Stellantis fait état d'un record de marge opérationnelle au premier semestre et relève son objectif pour l'année, le succès de ses pick-ups en Amérique du Nord et de ses SUV en Europe éclipsant l'impact de la pénurie de puces.

    Le quatrième constructeur automobile mondial, né de la fusion entre PSA et FCA, a dégagé un résultat opérationnel courant proforma de 8,6 milliards d'euros, soit une marge de 11,4%, et vise désormais sur l'année une marge d'environ 10% contre un objectif précédent compris entre 5,5% et 7,5%.

  • Société Générale relève ses prévisions après son meilleur trimestre depuis 2016

    Le groupe bancaire Société Générale a amélioré ses prévisions de revenus pour 2021 après avoir enregistré un bénéfice net de 1,44 milliard d'euros au deuxième trimestre, soit sa meilleure performance depuis 2016.

    Tous les métiers du groupe ont profité de l'embellie: la banque de détail a vu son bénéfice net multiplié par plus de 7 au second trimestre sur un an, l'activité banque de détail et services financiers internationaux par 2,3, et la banque de financement et d'investissement, qui avait enregistré de lourdes pertes l'année dernière, est revenue dans le vert, avec un bénéfice net de 522 millions d'euros.

    Après sa concurrente BNP Paribas, qui a engrangé 2,9 milliards d'euros de bénéfice net au deuxième trimestre, Société Générale a montré que le rebond observé lors des précédents trimestres, après un début d'année 2020 très compliqué, n'était pas temporaire.

    Fort de ce résultat, "le groupe améliore ses prévisions annuelles en prévoyant désormais des revenus en croissance sur l'ensemble de ses métiers et un coût du risque révisé à la baisse dans un environnement encore incertain mais avec une perspective économique en amélioration", précise le communiqué diffusé ce matin.

  • La presse chinoise critique les jeux vidéo, le secteur plonge en Bourse

    Les géants chinois de l'internet sont malmenés à la bourse de Hong Kong après des critiques d'un média d'État contre "l'addiction" aux jeux vidéo.

    Ce secteur, particulièrement prospère en Chine, est de plus en plus décrié pour la dépendance des plus jeunes aux écrans et aux problèmes de vision que cela entraîne.

    La réglementation dans le pays empêche officiellement les moins de 18 ans de jouer à des jeux vidéo en ligne entre 22h et 8h. Mais la loi est largement contournée.

    Mardi, le très officiel Economic Daily a estimé que ce loisir, qui génère des milliards de yuans, était devenu "un opium mental". L'article épingle notamment Tencent, le poids lourd du secteur, en particulier son populaire jeu vidéo "Honor of Kings". "Certains étudiants y jouent parfois pendant huit heures par jour", fustige le journal.

    L'article, largement repris mardi par les médias du pays, a fait plonger à Hong Kong les actions des poids lourds du secteur.

    Tencent cède plus de 10%, son concurrent NetEase perd près de 12%, tout comme le site Bilibili, prisés des fans de dessins animés, de mangas et de jeux vidéo.

  • Intervest O&W augmente ses prévisions de bénéfices

    Retour sur les résultats d'Intervest O&W publiés lundi soir.

    Le bénéfice EPRA par action a augmenté de 9% à 0,83 euro. Le groupe immobilier relève également sa prévision du bénéfice EPRA par action communiqué précédemment pour 2021, la fourchette passant de 1,62 à 1,65 euro à 1,65 à 1,68 euro.

    Par ailleurs, la société confirme l'objectif de dividende brut de 1,53 euro pour 2021, le même montant que pour 2020.

    Le portefeuille immobilier logistique est entièrement occupé et le taux d'occupation du portefeuille immobilier total a augmenté de 1% à 94%.

    En outre, les revenus locatifs ont augmenté organiquement de 5%.

    Par ailleurs, la juste valeur du portefeuille immobilier a augmenté de 5% depuis décembre pour atteindre 1,07 milliard d'euros.

    Le portefeuille immobilier logistique représente désormais 64% du portefeuille total, contre 62,5% fin 2020.

  • Sanofi rachète Translate, spécialiste de l'ARN messager

    Sanofi annonce l'achat pour 3,2 milliards de dollars de l'américain Translate Bio , spécialiste de l'ARN messager, une technologie novatrice notamment utilisée dans les vaccins anti-Covid-19 et dans laquelle le géant pharmaceutique français veut accélérer son développement.

    "Sanofi va se porter acquéreur de la totalité des actions en circulation de Translate Bio (dans) une transaction en numéraire valorisée approximativement à 3,2 milliards de dollars", soit quelque 2,7 milliards d'euros, a dit dans un communiqué le groupe français, qui collabore déjà étroitement avec Translate.

  • Les marchés boursiers asiatiques dans les traces de Wall Street

    Les marchés boursiers asiatiques suivent Wall Street à la baisse mardi, la nervosité face à la propagation rapide du variant delta du coronavirus entamant l'enthousiasme à l'endroit des résultats des entreprises.

    Les investisseurs attendent les données sur l'emploi américain vendredi pour se faire une idée plus précise de l'état de santé de la plus grande économie du monde.

    Si l'indice composite de Shanghai est stable, la bourse de Hong Kong perd 0,95% et le Nikki cède 0,80%.

    La bourse de New York a partiellement terminé dans le rouge lundi, les investisseurs s'étant mis à redouter un essoufflement de la reprise économique mondiale après le ralentissement de l'activité manufacturière en juillet en Chine comme aux États-Unis.

    Publié lundi, l'indice ISM des directeurs d'achat aux États-Unis a progressé moins que prévu pour le mois de juillet, et a ralenti pour un deuxième mois d'affilée, du fait notamment de difficultés d'approvisionnement pour les industriels en matières premières ou composants.

    L'indice Dow Jones a cédé 0,28% à 34.838,16 points.
    Le S&P-500, plus large, a perdu 0,18%, à 4.387,16 points.
    Le Nasdaq Composite a grappillé 0,064% à 14.681,07 points.

    En Europe, l'indice Euro Stoxx 50 est indiqué en repli de 0,12%.

    ©BELGAIMAGE

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés