1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street finit en ordre dispersé | Azelis arrive ce vendredi à la Bourse de Bruxelles

Les Bourses européennes ont terminé en hausse ce jeudi, soutenues par le fort rebond du secteur du voyage et des loisirs. Le Bel 20 a gagné 0,6%. Wall Street termine en ordre dispersé.
  • Au menu ce vendredi

    C'est ici que se termine ce live, merci à tous de nous avoir suivis. La semaine se termine avec un agenda plutôt léger. On attend surtout les chiffres définitifs sur l'inflation en zone euro ce vendredi. Côté entreprises, trois sociétés belges doivent publier leurs résultats semestriels.

  • Sofina lève 700 millions d'euros avec une émission obligataire

    Sofina  annonce, ce jeudi, le succès de son placement inaugural d'obligations senior non garanties pour un montant de 700 millions d’euros. La holding précise que ce placement s’effectue à taux fixe pour une durée de 7 ans, arrivant à échéance en 2028, avec un coupon de 1%. L’émission obligataire inaugurale a bénéficié d'un soutien important des investisseurs à travers l'Europe, selon Sofina. 

    "Cette transaction obligataire vise à soutenir les initiatives de croissance et d'investissement en cours", précise la société.

  • Wall Street termine en ordre dispersé après une journée dans le rouge

    La Bourse de New York a terminé, ce jeudi, en ordre dispersé après une journée nettement dans le rouge, tiraillée entre la crainte du variant Delta et des indicateurs américains meilleurs.

    Selon des résultats provisoires à la clôture, l'indice Dow Jones a perdu 0,18% à 34.751,12 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a progressé de 0,13% à 15.181,92 points. L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,15% à 4.473,86 points. 

  • La plus grosse introduction à la Bourse de Bruxelles depuis 14 ans

    Azelis entre plus tôt que prévu à la Bourse de Bruxelles ce vendredi. L'opération, qui se présente comme la plus importante depuis 2007était initialement prévue pour mercredi prochain, mais le succès de la période de souscription auprès d’investisseurs institutionnels a poussé Azelis à prendre de l’avance.

  • Le pétrole finit fort, le Golfe du Mexique garde l'attention du marché

    Les prix du pétrole se sont repris, légèrement, en fin de séance, ce jeudi, le marché tablant sur une offre moindre qu'attendue du fait des perturbations persistantes dans les installations du Golfe du Mexique.  

    Après s'être replié jusqu'à 74,48 dollars (-1,29% par rapport à la clôture de la veille), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre a rebondi quelques minutes avant la clôture, pour finir en hausse de 0,27% ou 21 cents, à 75,67 dollars. Même trajectoire pour le baril de WTI américain pour le contrat à échéance en octobre, qui avait lâché jusqu'à 1,48% en cours de séance, mais a fini à l'équilibre parfait, à 72,61 dollars. 

    Pour Matt Smith, analyste de Kepler, les opérateurs ont continué de digérer la baisse, sensiblement supérieure aux attentes, des stocks de brut aux États-Unis, annoncée mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA). Ce repli a été analysé comme la conséquence du redémarrage plus poussif que prévu des installations de pompage dans le Golfe du Mexique et de raffinage en Louisiane, deux régions touchées, fin août, par l'ouragan Ida.

    La situation s'est nettement améliorée ces dernières heures, le Bureau de régulation de l'environnement et de la sécurité (BSEE) indiquant, ce jeudi, que quelque 71% de la capacité de production du Golfe était en état de fonctionnement, contre 60% seulement mardi. Ces "inquiétudes sur l'offre", que font peser ces perturbations ont permis aux cours de rester proches de leurs plus hauts depuis plus d'un mois, a retenu Matt Smith. 

  • Le chiffre d'affaires de Miko atteint près de 50 millions d'euros au premier semestre

    L'entreprise Miko  a enregistré au premier semestre une croissance du chiffre d'affaires de 3,4% pour la division du service café, à 48,4 millions d'euros, malgré les difficultés liées à la crise du coronavirus et notamment l'accès limité aux établissements horeca, indique-t-elle jeudi.  

    En mars dernier, la société basée à Turnhout a annoncé la vente de sa division d'emballage plastique, Miko Pac, à l'entreprise allemande Paccor. Cette division et celle du service café étaient totalement indépendantes et avaient chacune leurs propres besoins d'investissement.  

    En tenant compte des corrections liées à cette vente (plus-values comptabilisées et coûts de transaction entre autres), Miko a enregistré au premier semestre une augmentation de 349,7% de son EBIT récurrent (pour atteindre 2,2 millions d'euros) et de 43,4% de son EBITDA récurrent (6,6 millions d'euros).  Le résultat net a lui évolué d'une perte nette de 1,3 million d'euros en 2020 à un bénéfice net de 1,2 million d'euros cette année. 

    Lors du premier semestre, les investissements se sont également élevés à 4,6 millions d'euros. "Nous pouvons constater qu'au cours des derniers mois, nos ventes ont déjà augmenté par rapport à 2020. Toutefois, les volumes de 2019 ne sont pas encore atteints", commente Frans Van Tilborg, CEO du groupe. "Cette situation est liée au nouveau phénomène du télétravail. Bien que l'on s'attende à ce qu'il diminue après le coronavirus, le télétravail perdurera."

  • GBL double son rachat d'actions pour le porter à un demi-milliard d'euros

    Le conseil d'administration de GBL , réuni ce jeudi, a approuvé une quatrième enveloppe de rachat d'actions propres du groupe. Et ce, pour un montant de 500 millions d'euros soit le double de l'enveloppe actuelle. Une recommandation de l'annulation de 5 millions d'actions propres a aussi été formulée.

    Par ailleurs, le holding a aussi annoncé rehausser la rémunération des employés du groupe, en ce compris du CEO Ian Galienne, afin d'"aligner plus étroitement les intérêts des équipes avec ceux des actionnaires.

    Une assemblée générale extraordinaire et spéciale sera convoquée pour le 4 novembre afin de discuter de ces mesures.

  • UCB mène la danse

    Le Bel 20 a gagné 0,63 % à 4.150,92 points. Des 20 actions qui le composent, 13 étaient en hausse et 5 en baisse. Deux valeurs demeurent inchangées.

    UCB , Aedifica  et WDP  mènent la danse. Galápagos  , Colruyt et Telenet  ferment la marche.

  • Europe | Closing Bell

    BEL 20: +0,63%

    CAC 40: +0,59%

    AEX: +0,50%

    DAX: +0,23%

    FSTE 100: +0,20%

    Stoxx 600 Europe: +0,44%

     

    Résultats provisoires

  • Le point sur la tendance

    À moins d'une heure de la clôture en Europe, les Bourses européennes rebondissaient, à contre-sens de Wall Street, les investisseurs restant prudents devant la situation économique mondiale et la politique des banques centrales.

    Après une clôture en hausse mercredi de la Bourse de New York, les principaux indices évoluaient en baisse: le Dow Jones cédait 0,36% et le Nasdaq 0,52%, peu avant 17 heures.

    En Europe la dynamique était inversée: après une nette baisse mercredi, Bruxelles avançait de 0,6% de Paris prenait 0,8%, Londres 0,29%, Francfort 0,45% et Milan 1,05%. 

  • Le Nasdaq faiblit

    À Wall Street, les secteurs sensibles à la conjoncture économique comme le transport aérien (+0,65%) soutiennent le S&P, tandis que les valeurs technologiques sont à la baisse. Le Nasdaq perd 0,5% peu après 16 heures. 

    Les groupes de casinos Las Vegas Sands (-3,44%) et Wynn Resorts (-3,25%) continuent de pâtir d'un durcissement de la réglementation sur le secteur à Macao, la région administrative spéciale chinoise, et d'un abaissement de recommandation de plusieurs intermédiaires.

  • Les institutionnels se sont bousculés pour Azelis | Première cotation ce vendredi

    Azelis va clore la période de souscription de son introduction en bourse de manière anticipée, apprennent nos confrères des quotidiens De Tijd et Het Financieele Dagblad. La raison: la demande d'actions Azelis a largement dépassé l'offre, c'est donc un succès retentissant pour l'opération.

    Le distributeur de produits chimiques fera du coup son apparition sur les écrans de la Bourse de Bruxelles ce vendredi. L'entrée en bourse était initialement prévue pour mercredi prochain. 

    Azelis a lancé la période de souscription pour son introduction en bourse mardi à un prix oscillant entre 22 à 26 euros. Le succès de l'opération réservée aux investisseurs institutionnels fait dire aux suiveurs que Azelis s'installera à la bourse de Bruxelles dans le haut de la fourchette de ses estimations de prix.

    À cette hauteur, la valorisation du groupe est évaluée à 6,16 milliards d'euros. Il s'agit ainsi de la plus importante introduction en bourse à Bruxelles depuis 2007.

    Certains grands investisseurs auraient souscrit pour plusieurs centaines de millions d'euros. Parmi eux figurent des géants de l'investissement bien connus, tels que Fidelity et BlackRock, mais aussi de nombreux gestionnaires d'actifs belges.

     

  • La Bourse de New York en plein doute

    Wall Street hésitait peu après l'ouverture, entamant la séance en ordre dispersé, malgré un rebond des ventes de détail aux États-Unis en août. 

    Quelques minutes après les premiers échanges, le Dow Jones, reculait de 0,10% après une ouverture dans le vert, le Nasdaq perdait 0,37%.  

    Les investisseurs se questionnent sur l'attitude que la Fed va prendre la semaine prochaine à l'occasion de sa réunion du mois de septembre après la publication des solides statistiques du jour.

  • Wall Street | Opening bell

    Dow Jones: +0,28% 
    S&P 500: -0,04% 
    Nasdaq Composite: -0,30% 

  • Telenet et AB InBev affichent les plus fortes décotes au sein du Bel 20

    Les cours des valeurs de l’indice Bel 20 ont lourdement corrigé durant le mois écoulé, avec un recul moyen de 3,6%, emmené par un important contingent de sept valeurs qui ont reculé de plus de 7%. 

    Les objectifs à la hausse et les cours à la baisse ont permis en conséquence un redressement significatif du potentiel des composantes du Bel 20. 

    CONSENSUS BEL 20 | Telenet et AB InBev affichent les plus fortes décotes 


  • L'économie de la zone euro se redresse plus rapidement que prévu, selon Christine Lagarde

    La reprise de l'économie de la zone euro est plus rapide que ce qui était anticipé il y a six mois, grâce notamment à la campagne de vaccination qui a permis d'alléger une grande partie des restrictions sanitaires liées à la pandémie, déclare  la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde.

    "Cette année, les choses vont certainement plus vite que nous ne le pensions - au point que nous aurons retrouvé les niveaux d'avant Covid avant la fin de l'année", indique-t-elle dans un entretien à Bloomberg. "Nous avions prévu que ce serait au mieux début 2022 ; ce sera maintenant en 2021".

    "Au lieu d'avoir des billets de banque et de l'argent liquide dans nos poches ou dans notre portefeuille, nous pouvons avoir exactement la même chose mais sous une forme numérique."
    Christine Lagarde
    Présidente de la BCE

    La présidente de la BCE évoque aussi les travaux de l'institution pour la création d'un "euro numérique de banque centrale" dont elle a lancé le coup d'envoi cet été. "Nous y travaillons tous et je tenais absolument à inscrire la question de la MNBC (monnaie numérique de banque centrale) à notre ordre du jour, car je pense que nous devons nous tenir prêts", explique Christine Lagarde.

  • USA: hausse des inscriptions au chômage à 332.000

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont augmenté aux Etats-Unis lors de la semaine au 11 septembre, à 332.000 contre 312.000 (révisé) la semaine précédente, a annoncé le département du Travail. Les économistes attendaient en moyenne 330.000 inscriptions au chômage.

    La moyenne mobile sur quatre semaines s'établit à 335.750 contre 340.000 (révisé) la semaine précédente.

  • USA: hausse inattendue de l'indice "Philly Fed" en septembre

    Les conditions d'activité dans la région de Philadelphie se sont améliorées en septembre, montre l'enquête mensuelle de l'antenne locale de la Réserve fédérale. L'indice "Philly Fed" a grimpé à 30,7 après avoir atteint 19,4 en août. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un chiffre en baisse à 18,8.

    • La composante des nouvelles commandes a baissé à 15,9 en septembre contre 22,8 le mois précédent. 
    • Le sous-indice des perspectives d'activité à un horizon de six mois est ressorti à 20,0 ce mois-ci après 33,7 en août, et le sous-indice de l'emploi a diminué à 26,3 contre 32,6 un mois plus tôt. 
    • Celui des prix acquittés est quant à lui revenu à 67,3 au mois de septembre après 71,2 en août.

  • USA: hausse surprise des ventes au détail en août

    Les ventes au détail ont rebondi de façon inattendue en août aux Etats-Unis, malgré la baisse continue des ventes de voitures et le variant Delta qui a ralenti la fréquentation de certains commerces. Le total des ventes s'élève à 618,7 milliards de dollars, en hausse de 0,7% par rapport à juin, selon les données publiées par le département du Commerce.

    Les analystes s'attendaient eux à une baisse de 0,7%.

  • "Les acteurs du marché deviennent de plus en plus prudents"

    "Les acteurs du marché deviennent de plus en plus prudents et réagissent aux évènements en Chine et à l'évolution de la conjoncture aux États-Unis avec davantage de prises de bénéfices."
    Andreas Lipkow
    Analyste chez Comdirect

  • Degroof Petercam relève ses prévisions pour Home Invest

    Degroof Petercam a examiné les évolutions récentes et les chiffres semestriels de Home Invest Belgium  . Cela se traduit par une légère augmentation des prévisions. L'analyste Herman van der Loos relève les attentes de bénéfices pour 2021, 2022 et 2023 à 4,65 (0,08), 4,92 (+0,20) et 5,01 (+0,15) euros par action.

    "Depuis notre dernier rapport en avril, Home Invest a continué à investir massivement", souligne van der Loos. "Fin mai, l'entreprise a acquis un ancien grand magasin à Anvers pour le transformer en logements. Fin juin, elle a acheté un terrain à bâtir avec permis à Anderlecht. Le projet Felicity à Laeken s'est achevé mi-juillet, et la location très rapide a été remarquée. Et la semaine dernière, Home Invest a publié de bons chiffres semestriels. La marge bénéficiaire d'exploitation est passée de 58,3 à 64,5%. Le taux d'occupation s'est amélioré de 94,3 à 96,9%."

  • Wall Street est attendue en légère baisse

    Wall Street est attendue en légère baisse, alors que les marchés asiatiques restent plombés par la crainte d'une faillite du groupe immobilier chinois Evergrande.

    Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en repli de 0,1% pour le Dow Jones, de 0,14% pour le Standard & Poor's 500 et de 0,2% pour le Nasdaq.

  • Les principales valeurs à suivre à Wall Street

    * BWX TECHNOLOGIES, GENERAL DYNAMICS et HUNTINGTON INGALLS INDUSTRIES - Les groupes américains de défense et de construction navale pourraient bénéficier de la rupture par l'Australie de son contrat géant de sous-marins avec la France au profit d'un partenariat stratégique avec les États-Unis et la Grande-Bretagne.

    * CISCO - L'équipementier des réseaux s'est fixé, mercredi soir, pour objectif de réaliser environ la moitié de son chiffre d'affaires dans les logiciels d'ici quatre ans. Credit Suisse a relevé sa recommandation sur la valeur à "surperformance", contre "neutre", avec un objectif de cours porté à 74 dollars au lieu de 56 auparavant. Evercore ISI, Jefferies, Piper Sandler et JP Morgan ont également relevé leur objectif de cours sur le titre.

    * PHILIP MORRIS - Le géant américain du tabac a annoncé ce jeudi avoir obtenu le soutien des actionnaires du fabricant britannique d'inhalateurs médicaux Vectura au rachat d'environ 75% de son capital au prix de 165 pence par action, qui valorise sa cible aux alentours d'un milliard de livres (1,17 milliard d'euros).

    * MODERNA - Le groupe pharmaceutique a déclaré mercredi que des doses de rappel de son vaccin contre le Covid-19 sont nécessaires sur la foi de nouvelles données qui montrent une baisse de la protection du vaccin dans le temps.

    * PEPSICO - Le géant de l'alimentation et des boissons a annoncé, mercredi soir, un nouveau programme de développement durable, baptisé "pep+", dont l'objectif est, notamment, de réduire de moitié sa consommation de plastique, tout en développant son activité d'eau gazéifiée SodaStream sur de nouveaux marchés.

    * ELECTRONIC ARTS - L'éditeur de jeux vidéos a annoncé, mercredi soir, le report d'un mois, au 19 novembre, du lancement du titre "Battlefield 2042" en raison de l'impact de la pandémie de Covid-19 sur son développement. Le titre, qui avait fini auparavant en baisse de 6% sur des rumeurs évoquant un retard, reprenait environ 3% dans les échanges hors séance après la clôture.

    * CHEVRON - Mike Wirth, le directeur général du groupe pétrolier, a déclaré mercredi préférer verser un dividende aux actionnaires plutôt qu'investir dans l'éolien ou le photovoltaïque.

  • Marks & Spencer annonce la fermeture prochaine de 11 magasins en France

    La chaîne britannique Marks & Spencer  a annoncé la fermeture, dans les prochains mois, de ses onze magasins franchisés en France, exploités en partenariat avec SFH Invest, en raison des nouvelles règles commerciales en vigueur depuis le Brexit, qui affectent la disponibilité de ses produits en Europe. Le groupe a ajouté qu'il poursuivrait sa coopération avec ses neuf autres magasins exploités avec Lagardère .

  • Ryanair relève ses prévisions de trafic à long terme

    Ryanair   a revu à la hausse ses prévisions de trafic à long terme et s'attend à transporter 225 millions de passagers par an d'ici 2026, contre 200 millions précédemment, en prévision d'une forte reprise après la pandémie de Covid-19.

    La plus grande compagnie aérienne à bas prix d'Europe a déclaré que la livraison prévue de 210 Boeing 737 MAX au cours des cinq prochaines années lui permettra d'accélérer sa croissance post-pandémique "à mesure que des opportunités s'ouvriront dans les aéroports primaires et secondaires de toute l'Europe, en particulier là où les compagnies traditionnelles ont échoué ou réduit la taille de leur flotte".

  • La famille D'Ieteren rachète des actions

    Le 15 septembre, la famille Périer-D'Ieteren a acheté des actions du holding D'Ieteren  pour 2,06 millions d'euros, au prix moyen de 132,41 euros par action.

    Par ailleurs, Michèle Sioen, directrice du holding, a également acheté le même jour 3.000 actions D'Ieteren à 131,95 euros pièce, pour un montant total de 395.860,20 euros.

  • Olli Rehn (BCE): "Les Etats européens doivent se préparer à la hausse des taux"

    Les États de la zone euro doivent se préparer à la remontée des taux d'intérêt même si cette perspective reste lointaine, a déclaré Olli Rehn, l'un des membres du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE). "Même si une hausse des taux d'intérêt n'est pas encore à l'horizon, elle aura bel et bien lieu un jour", a dit le gouverneur de la banque centrale finlandaise. "Cela doit être pris en considération dans la planification budgétaire de tous les pays de la zone euro".

    "Même si une hausse des taux d'intérêt n'est pas encore à l'horizon, elle aura bel et bien lieu un jour."
    Olli Rehn
    Gouverneur de la banque centrale finlandaise

    La banque centrale finlandaise a annoncé avoir revu à la hausse sa prévision de croissance pour l'économie finlandaise cette année, à 3,5% contre 2,9% prévu auparavant, mais elle a ramené sa prévision 2022 à 2,8% contre 3%.

  • Le géant du tabac Philip Morris obtient la majorité de Vectura

    Le géant du tabac américain Philip Morris   a annoncé avoir pris le contrôle du fabricant britannique d'inhalateurs médicaux Vectura après être parvenu à acquérir près de 75% de son capital, au cours d'une opération boursière de rachat contestée. "Nous avons atteint un point important de notre acquisition de Vectura" qui devrait "jouer un rôle clé dans notre stratégie Beyond nicotine" ("au-delà de la nicotine"), commente Jacek Olczak, directeur général de Philip Morris International.

    L'OPA court jusqu'au 30 septembre sur la totalité du capital flottant et le géant du tabac enjoint les actionnaires qui ne l'ont pas déjà fait d'apporter leurs titres à l'opération de rachat. L'offre de l'américain acceptée par le conseil d'administration de Vectura valorise cette dernière à 1 milliard de livres.

  • UCB dans les petits papiers de Jefferies

    Les analystes de la banque d'investissement américaine Jefferies semblent être conquis par l'action du groupe pharma UCB  . Le pensionnaire du Bel 20 récolte les fruits des avancées du Bimekizumab, son traitement prometteur contre le psoriasis. Après l'aval de la Commission européenne, cet été, le médicament développé par UCB a également reçu, il y a quelques jours, une évaluation positive outre-Manche.

    Chez Jefferies, on se réjouit des bonnes nouvelles accumulées par UCB. Le broker recommande à présent d'"acheter" les titres du groupe pharma, contre "conserver" initialement. Il se montre également très optimiste pour les mois à venir, faisant grimper son prix cible de 35% pour le passer de 96 euros à 130 euros, avec la mention particulière de "meilleur choix pour les moyennes capitalisations". Pour rappel, le record de l'action UCB, atteint en juillet 2020, se situe à un petit peu plus de 113 euros.

    Jefferies est confiant sur la faculté d'UCB a généré du cash avec la commercialisation de différents traitements basés sur le Bimekizumab, ce qui atténuera les vents contraires attendus en raison de la prochaine perte d'exclusivité sur ses brevets pour ses médicaments Neupro et Vimpat. 

    L'action UCB , ciblée par des prises de bénéfices après un excellent début de mois de septembre, avait fondu de 7% la semaine dernière. Elle reprend son chemin haussier ce jeudi, glanant plus de 2% à 92,20 euros à l'ouverture de la Bourse de Bruxelles pour prendre la tête du Bel 20. Depuis le premier janvier dernier, le titre UCB a grossi de 13,3%... soit exactement la même progression que l'indice phare du marché bruxellois. 

  • Vivendi annonce une OPA pour croquer Lagardère

    Le groupe Vivendi  , contrôlé par Vincent Bolloré, continue sa boulimie de médias: il a annoncé, mercredi, le rachat des parts d'Amber Capital dans Lagardère   et compte lancer, dans la foulée, une OPA sur le groupe, propriétaire notamment d'Hachette, d'Europe 1 et des journaux le JDD et Paris Match. Déjà premier actionnaire de Lagardère avec 27% du capital, Vivendi a accepté d'acquérir la participation de 18% du fonds Amber Capital, une opération qui le conduira à déposer un projet d'offre publique d'achat (OPA) sur le solde du groupe.

    Vivendi se donne jusqu'au 15 décembre 2022 pour réaliser cette opération annoncée à un prix de 24,10 euros par action, soit une prime de 24% par rapport au cours de mercredi soir.

  • Les principales baisses/hausses en Europe

  • La Bourse de Bruxelles ouvre la séance en hausse

    L'indice Bel 20 débute la séance sur une note positive, sur une hausse de 0,4% à 4.141,78 points. Des 20 actions qui le composent, 16 sont en hausse et 3 en baisse. Une seule valeur reste inchangée. Parmi les meilleures progressions on retrouve des valeurs comme UCB (+1,31%), AB InBev (+0,98%) mais aussi Ageas (+0,61%). De l'autre côté du spectre, se situent des groupes comme Galapagos (-0,52%), Aperam (-0,31%) et Colruyt (-0,13%).

    Top / Flop du Bel 20

    TOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • UCB91,38+1,31%
    • AB InBev48,65+0,98%
    • Ageas41,51+0,61%
    • Sofina346,0+0,58%
    • Ackermans & van Haaren152,7+0,46%
    FLOP
    • ValeursCours (€)Var.%
    • Galapagos46,85-0,52%
    • Aperam50,96-0,31%
    • Colruyt47,72-0,13%

     

    Rédigé par Quotebot le 16/09/2021 à 09h01

  • | OPENING BELL |

    CAC 40 +0,51%

    BEL 20 +0,50%

    AEX +0,32%

  • Chasse aux bonnes affaires et retour de l'appétit pour les valeurs liées à l'énergie

    "Les indices européens devraient ouvrir en légère hausse ce matin dans le sillage d'une chasse aux bonnes affaires et d'un retour de l'appétit pour les valeurs liées à l'énergie."
    John Plassard
    responsable de l'investissement chez Mirabaud

  • Gimv mène un tour de table de 61 millions d'euros dans la biotechnologie

    Aujourd'hui, Anjarium Biosciences, une société de biotechnologie axée sur le développement d'une nouvelle classe de thérapies géniques non virales, a annoncé la finalisation d'un tour d'investissement de 55,5 millions de francs suisses (61 millions d'euros). La société d'investissement anversoise Gimv  et Abingworth a mené la ronde avec Omega Funds, Pfizer Ventures et Surveyor.

    "Nous sommes très heureux de soutenir Anjarium, car sa science, sa plate-forme et sa configuration de fabrication révolutionnaires ont un très grand potentiel pour changer la façon dont nous abordons la thérapie génique aujourd'hui - avec la possibilité de fournir des produits avec des résultats et une durabilité bien meilleurs", a commenté Bram Vanparys, Partner chez Gimv, dans un communiqué.

  • Veolia lance une augmentation de capital de 2,5 milliards d'euros

    Veolia   a annoncé le lancement d'une augmentation de capital de 2,5 milliards d’euros pour contribuer au financement de l'acquisition de Suez. Cette augmentation de capital se fera au prix de 22,70 euros par action nouvelle, soit une décote de 19,1% par rapport au cours de clôture de mardi, a précisé le spécialiste français de la gestion de l'eau et des déchets. Lire le communiqué

  • Été morose pour le marché automobile européen

    Le marché automobile européen, qui avait repris du poil de la bête au printemps après une année 2020 minée par la crise sanitaire, a rechuté en juillet et en août. Les immatriculations de voitures neuves dans l'Union européenne en juillet ont chuté de 23,2% par rapport à 2020, à 823.949, et de 19,1% en août, à 622.993, indique l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA). 

    • En juillet, c'est la France qui a enregistré la baisse la plus forte (-35,3%) tandis que, parmi les principaux constructeurs, c'est le groupe Renault qui a particulièrement souffert (-39,5% de véhicules et 2,5 points de part de marché en moins par rapport à 2020), devant Stellantis (-24,3%) et le leader européen Volkswagen (-20,9%). 
    • En août, les quatre principaux marchés (Allemagne, France, Italie et Espagne) ont observé, pour le deuxième mois d'affilée, une baisse supérieure à 10% du nombre de véhicules neufs immatriculés, comme les principaux constructeurs.

  • Un broker passe à l'achat sur AB InBev

    Deutsche Bank a relevé sa recommandation pour AB InBev   à "acheter", contre "conserver" auparavant. "L'action AB InBev perd environ 14,5% depuis le début de l'année", souligne l'analyste Mitch Collett. "Ce qui se traduit par un ratio cours/bénéfice faible par rapport au secteur européen des produits de base et également par rapport au marché européen".

    Son objectif de cours reste toutefois à 60 euros. "Les révisions à la baisse des bénéfices font clairement partie du problème. Cependant, nous pensons que la valorisation qui en résulte reflète un certain nombre de préoccupations, notamment une dette élevée, la volatilité des taux de changes et les tensions concurrentielles dans les marchés émergents."

  • Cathie Wood continue de vendre des actions Tesla

    Les fonds négociés en bourse (ETF) de Cathie Wood ont vendu plus de 81.600 actions Tesla   mercredi, selon la mise à jour quotidienne d'ARK Investment. Au cours de clôture, cela représente une valeur d'environ 62 millions de dollars.

    Au final, la valeur totale des actions du constructeur de véhicules électriques qu'ils ont vendues ce mois-ci s'élève à environ 266 millions de dollars.

  • Le point sur les marchés avant l'ouverture

    Les principales bourses européennes sont attendues dans le vert à l'ouverture dans le sillage de Wall Street, qui a amplifié sa progression en fin de séance mercredi, grâce, entre autres, à la hausse des cours du pétrole.

    → Les contrats à terme sur indices suggèrent une hausse de 0,19% pour le Dax à Francfort, de 0,20% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,24% pour l'EuroStoxx 50. Quant au CAC 40 à Paris, il devrait prendre autour de 0,30% selon les premières indications disponibles.

    Les indicateurs des derniers jours aux États-Unis suggèrent, en effet, que la croissance reste solide et, surtout, que la poussée inflationniste observée depuis quelques mois est bien temporaire, ce qui pourrait conduire la Fed à prendre son temps avant d'engager le resserrement de sa politique monétaire. Dans cette optique, les investisseurs surveilleront à 14h30 (heure belge) les chiffres mensuels des ventes au détail et les statistiques hebdomadaires des inscriptions au chômage aux États-Unis.

  • Feu vert russe pour le contraceptif Estelle de Mithra

    Mithra   annonce que l’Agence russe des Médicaments (Roszdravnadzor) a approuvé la demande d’enregistrement du nouveau contraceptif oral combiné Estelle. Le produit sera commercialisé en Russie par Gedeon Richter sous la marque Esteretta.

    Actuellement, le marché annuel russe des contraceptifs s’élève à quelque 190 millions d'euros, avec une croissance moyenne de 3% par an. La Russie représente le troisième plus grand marché d’Europe, après l’Italie et l’Allemagne. "En l’espace de quelques mois, nous avons réussi à décrocher des approbations sur des territoires représentant plus de 80% du marché contraceptif global", se réjouit son CEO Leon Van Rompay dans le communiqué.

  • Barco lance un programme de rachat d'actions

    Le spécialiste de la technologie de l'image Barco  va acheter jusqu'à 600.000 de ses propres actions pour reconstituer le stock dont il a besoin afin d'activer ses plans d'options pour ses employés. Au cours de clôture actuel, le prix d'achat (sur la base du maximum) s'élève à 11,51 millions d'euros. Aujourd'hui, Barco détient environ 3,12% de ses propres actions.

    Le programme de rachat a une durée de 6 mois et débute le 20 septembre. Lire le communiqué

  • Ontex reçoit 81 millions d’euros du brésilien Hypera

    Ontex   a trouvé un accord avec Hypera (ex-Hypermarcas) pour régler à l'amiable certaines réclamations qu'il avait faites suite à l'acquisition de l'activité d'hygiène du groupe brésilien opérée en 2017 pour 1 milliard de reals brésiliens (286 millions d'euros à l'époque). Cette acquisition donnait à Ontex une solide empreinte dans le plus grand pays d'Amérique du Sud.

    Dans le cadre de ce règlement, Ontex recevra d’ici au 1er octobre 500 millions de reals brésiliens (81 millions d'euros). Lire le communiqué

  • Good morning!

    Bonjour à toutes et tous! Nous sommes le jeudi 16 septembre 2021 et ceci démarre le "Market Live" de L'Echo.

    La Bourse de New York a terminé en hausse mercredi, l'augmentation des prix du pétrole favorisant les valeurs du secteur énergétique tandis qu'une série d'indicateurs positifs laissaient penser que l'inflation a atteint un pic et que la reprise de l'économie américaine reste solide. Le Dow Jones a gagné 0,68%, ou 236,82 points, à 34.814,39 points. Le S&P-500, plus large, a pris 37,65 points, soit 0,85%, à 4.480,7 points. Le Nasdaq Composite a progressé, de son côté, de 123,77 points (0,82%), à 15.161,53 points.

    Pourtant, la tendance est teintée de rouge ce matin sur les places asiatiques: le Nikkei 225 cède 0,62% à Tokyo, le Hang Seng perd 1,88% à Hong Kong et l'indice composite de la Bourse de Shanghai recule de 0,86%.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés