1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street freinée par les craintes sur la croissance

La Bourse de New York a terminé en nette baisse ce jeudi, plombée par des inquiétudes sur la croissance mondiale et par des résultats d'entreprises mitigées. Par ailleurs, après sept journées de hausse, les prises de bénéfice ont fait un retour en force sur les marchés en Europe.
  • A suivre ce vendredi 8 février

    ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 8h Balance commerciale / décembre

    Chine
    •  Marchés fermés (nouvel an chinois)

    Etats-Unis
    • 16h Stocks et ventes des grossistes / décembre

    Japon
    • Consommation des ménages / décembre

    Royaume-Uni
    • 10h30 PIB / T4 (1ère estimation

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Global Graphics: offre de reprise à 4,25 euros par action par  Congra Software
    • Sequana Medical: souscription possible à l’IPO au prix de 8,5 à 9 euros. Jusqu’au 7 février, sauf clôture anticipée

    • Umicore: résultats 2018

    France
    • Coil : chiffre d’affaires 2018

    Pays-Bas
    • Werelhave: résultats du quatrième trimestre

  • Wall Street freinée par les craintes sur la croissance

    La Bourse US a clôturé en baisse jeudi, rattrapée par les inquiétudes sur la croissance mondiale et affectée par des résultats d'entreprises en demi-teinte. Le Dow a perdu 0,87% à 25.169,53 points. Le Nasdaq a reculé de 1,18% à 7.288,35 points. Le S&P 500 a cédé 0,93% à 2.706,09 points. Twitter en particulier a chuté de 9,84%, affecté par une prévision décevante pour le chiffre d'affaires du trimestre en cours. Les chiffres de la société Tapestry, maison mère des marques de maroquinerie Coach et Kate Spade, ont aussi été reçus fraîchement, le titre plongeant de 14,83%.

    Mais les inquiétudes sur la situation économique de l'autre côté de l'Atlantique ont aussi semblé peser sur l'état d'esprit des courtiers. La Commission européenne a fortement abaissé ses prévisions de croissance 2019 pour la zone euro, avec un ralentissement important en Allemagne et en Italie.

     Par ailleurs, les banques BB&T et SunTrust ont pris respectivement 3,98% et 10,18% après avoir annoncé leur fusion. Le rapprochement des deux établissements va créer la sixième plus grosse banque américaine en terme d'actifs.

  • Wall Street clôture en baisse

    • Le Dow Jones a perdu 0,86% à 25.171,83 points.
    • Le Nasdaq a reculé de 1,18% à 7.288,35 points.
    • Le S&P 500 a cédé 0,93% à 2.706,09 points.
  • Le pétrole termine en nette baisse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en net repli ce jeudi sur le marché new-yorkais Nymex, le retour au premier plan des inquiétudes sur la croissance mondiale étant venues s'ajouter à la hausse des stocks aux Etats-Unis. Le fait qu'une rencontre entre le président américain, Donald Trump, et son homologue chinois, Xi Jinping, ne devrait pas avoir lieu avant la date butoir fixée par Washington pour conclure un accord commercial a aussi pesé sur la tendance.

    • Le contrat mars sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 1,37 dollar, soit 2,54%, à 52,64 dollars le baril.
    • Au moment de la clôture du Nymex, le Brent cédait 1,0 dollar (1,6%) à 61,69 dollars.

    "Il semble qu'il y ait de l'incertitude sur la tournure que vont prendre les discussions commerciales, la croissance mondiale et la demande au cours de l'année à venir", a résumé Gene McGillian, directeur de la recherche chez Tradition Energy. Parmi les principaux motifs de préoccupation des investisseurs, a-t-il ajouté, figure celle d'une demande insuffisante pour absorber la croissance de la production aux Etats-Unis.

  • Dividende en hausse pour Vastned Retail Belgium

    Vastned Retail Belgium affiche en 2018 un résultat EPRA en hausse de 9%, mais une baisse de plus de 20 millions d'euros de son résultat net. Le rendement du dividende brut, qui est en hausse à 2,85 euros par action, s’élève à 7%.

  • Sequana Medical a attiré peu de nouveaux investisseurs

    Sequana Medical a annoncé avoir levé 27,5 millions d’euros jusqu’à présent, à l’occasion de son IPO (initial public offering). Les chiffres définitifs seront publiés vendredi et la cotation doit intervenir le lundi 11 février. La biotech comptait lever entre 27,5 et 38,5 millions d’euros: le montant atteint se situe donc dans le bas de cette fourchette.

    De plus, une grande partie des capitaux obtenus proviennent d’actionnaires de référence qui s’étaient engagés à souscrire à l’offre pour un total de 20,5 millions. Autrement dit, le groupe belgo-suisse a attiré peu de nouveaux investisseurs. Sequana développe des implants destinés à améliorer la qualité de vie de patients atteints de cirrhose du foie.

  • De bons résultats sans influence sur le Bel 20

    La Bourse de Bruxelles est entrée de plain-pied dans la saison des résultats de sociétés. Après Melexis, Aperam et Xior mercredi, Fagron, Barco et Wereldhave ont subi cette épreuve jeudi avant l’ouverture de la séance, suivis de Cofinimmo et de Vastned après la fin des échanges en Bourse.

    C’est avec brio que les deux premières sociétés citées (Barco et Fagron) ont clôturé la journée. Barco a effectué un bond de 14,03% à 125,2 euros pour retrouver son meilleur niveau depuis le printemps 1999.

    De son côté, Fagron s’est adjugé 3,52% à 17,36 euros.

    Barco: la trésorerie s’enfle

    Ces entreprises, Barco en tête, ont manifestement publié des résultats qui ont satisfait les investisseurs.Le groupe courtraisien a annoncé des résultats finaux en nette progression (+ 200%) et une belle amélioration des marges bénéficiaires brutes à 12,1%. Outre un carnet de commandes mieux garni qu’il y a un an, le montant brut du dividende progresse une nouvelle fois de 9,5% pour atteindre 2,30 euros par action.

    À côté de tous ces éléments positifs, la trésorerie nette (liquidité moins les dettes) du groupe s’est étoffée pour totaliser 25,4 euros par action contre 15 euros il y a 12 mois.
    De quoi renforcer un peu plus le sentiment que Barco pourrait un jour décider de faire remonter du cash supplémentaire à ses actionnaires.

    Les chiffres annoncés par Fagron ne sont pas d’aussi belle facture. La progression de ses profits récurrents est inférieure à 1% et sa dette financière nette a pris du poids.

    Après la clôture de la séance, Cofinimmo et Vastned Belgium ont à leur tour livré leurs chiffres de l’exercice 2018. L'action de Cofinimmo a gagné 0,52% à 116 euros, et celle de Vastned Belgium 0,87% à 46,30 euros.

    Melexis, qui avait perdu 3,55% mercredi suite à la publication de ses résultats, a encore cédé 3,78% à 54,78 euros. Aperam (-4,3% à 27,27 euros) a subi des dégagements bénéficiaires. Xior réagit à son annonce faite dans la soirée de mercredi, en ayant reculé de 0,24% à 41,7 euros. La hausse du dividende et les perspectives positives du gestionnaire immo Wereldhave Belgium ont donné des ailes à son action (+ 3,16% à 84,86 euros).

    Enfin, pour clore le chapitre consacré aux résultats de sociétés, Umicore dont le bilan 2018 sera publié demain, a reculé de 3,46% à 36,78 euros.

    Déprime télécom

    On retiendra pour le reste le repli de 2,26% à 22,92 euros de Proximus et de 1,4% à 40,8 euros de Telenet. La pauvre performance de ces actions s’explique par l’incapacité du comité de concertation belge, celui qui réunit les entités fédérale et régionales, à s’entendre sur l’octroi des licences 5G.

    Faiblesse aussi pour AB InBev. Ce titre se replie de 2,57% à 67,37 euros et compte pour une bonne part dans le baisse de 1,78% de l’indice Bel 20, à 3.514,10 points.

  • Pas de rencontre entre les présidents US et chinois avant la date limite du 1er mars

    L'agence Reuters annonce que, selon deux sources au sein de l'administration américaine, il n'y aurait pas de rencontre entre les présidents Donald Trump et Xi Jinping avant le 1er mars, date butoir fixée par le président américain pour l'application des tarifs douaniers si aucun accord sur les échanges commerciaux entre les deux pays n'a été trouvé.

    Les craintes d'échec des négociations entre les deux pays est considérée comme une cause de la baisse des actions à Wall Street ce jeudi . Cette information sur l'absence de rencontre entre les deux dirigeants avant le 1er mars risque d'amplifier la méfiance des investisseurs.

  • La trésorerie de Barco s'est enrichie...

    La trésorerie nette (liquidité moins les dettes) de Barco s’est étoffée pour atteindre 25,4 euros par action contre 15 euros il y a un  an.

    De quoi renforcer le sentiment que Barco pourrait bien un jour décider de faire remonter du cash supplémentaire à ses actionnaires.

    Vers 17h.15, l'action de ce groupe technologique courtraisien affichait un bond de 13,3%. 

  • Premier bilan mitigé de la saison des résulats en Europe

    Environ un quart des entreprises du MSCI Europe ont aujourd’hui publié leurs résultats pour le 4e trimestre. L’occasion d’établir un premier bilan. Les analystes de Bloomberg Intelligence le résument en trois points: les déceptions règnent, l’énergie alimente les bénéfices et l’Allemagne souffre. "Jusqu'ici, l'Allemagne est clairement la perdante avec des bénéfices en baisse de 7% par rapport à l'an dernier, et avec un ensemble de déceptions étonnamment large, allant de SAP   à Deutsche Bank  , Infineon  , Daimler   et Munich Re  ", soulignent-ils.

    Selon eux, la croissance globale des bénéfices tend à être inférieure à 6%, ce qui est légèrement inférieur aux attentes. En excluant le secteur de l’énergie, la croissance n’est que de 3,6%.

    Point positif: la croissance des ventes est meilleure, en hausse d’environ 7% par rapport à l’année passée. "Les surprises positives s’établissent à 40%, contre 47% pour les négatives", indiquent les analystes. Mais une fois encore, le secteur de l’énergie fait office de soutien. Sans lui, la croissance des ventes s’élève à environ 4%. La question est de savoir quelles seront les perspectives du secteur vu la chute du brut depuis quelques mois.

  • La faiblesse de la livre affecte TUI

     TUI a fortement revu à la baisse sa prévision pour l'exercice2018-2019, le premier voyagiste européen disant d'un côté que les fortes chaleurs de l'été dernier n'incitaient pas les clients à se jeter sur les réservations de voyage et, de l'autre, que la faiblesse de la livre entamait le pouvoir d'achat des Britanniques.

    Le groupe a dit mercredi soir anticiper désormais pour l'exercice en cours, clos le 30 septembre 2019, un bénéfice d'exploitation ajusté essentiellement stable par rapport au total de 1,177 milliard dégagé sur 2017-2018.

    La monnaie britannnique monte ce jour de 0,43% à 1,1429 euro.

  • Volvo Cars souffre des tensions USA-Chine

    Volvo Cars a fait état d'un chiffre d'affaires en progression de 21% en 2018. Il a toutefois signalé une contraction de sa marge, qui devrait rester sous pression cette année.

    Le constructeur suédois, propriété du chinois Geely, est confronté à une hausse de ses coûts et à des pressions sur les prix sur certains marchés en raison de la guerre commerciale entre Washington et Pékin et d'un ralentissement de la demande en Europe et en Chine.

    Sa marge a reculé à 5,6% l'an dernier contre 6,7% en 2017, malgré un bénéfice d'exploitation en légère hausse de 0,9% à14,2 milliards de couronnes (1,35 milliard d'euros).

  • ArcelorMittal inquiète avec l'évolution de sa marge

    ArcelorMittal, premier sidérurgiste mondial, prédit une progression modérée de la demande d'acier en 2019 après avoir réalisé l'an dernier son meilleur bénéfice depuis 10 ans à la faveur d'un marché porteur.

    Les analystes jugent cependant que la chute des cours d el'acier et la pression actuelle sur les marges ne se reflèten tpas encore pleinement dans les comptes du groupe, confronté à une surproduction mondiale et au risque d'un ralentissement économique global.

    A la Bourse d'Amsterdam, l'action de cet acteur sidérurgique perd 3,3% à 20,575 euros.

  • Prévisions en baisse pour la croissance allemande

    La Chambre de commerce etd'industrie allemande (DIHK) a réduit sensiblement ses prévisions de croissance pour 2019, les ramenant à 0,9%, contre1,7% précédemment.

    "Les perspectives pour les entreprises s'assombrissent. Les espoirs des entreprises se sont singulièrement réduits dans tous les domaines économiques", note DIHK dans sa dernière enquête rendue publique jeudi.

  • Un nouveau label pour les investissements durables

    Febelfin, l’association qui représente le secteur bancaire belge, a lancé un label pour les produits de placements durables, qui n’exclut toutefois pas le secteur de l’énergie. Elle estime qu’une centaine de produits sur les 364 répértoriés actuellement décrocheront le label à l’automne.

  • Wirecard rechute à la Bourse de Francfort

    Wirecard a une nouvelle fois chuté à la Bourse de Francfort après un nouvel article du Financial Times sur des malversations financières supposées au sein de la société d epaiement électronique.

    Bien que la société ait démenti cette information, l’action plonge de 15% & 110,6 euros.

    Sur la base d'un rapport préliminaire et de certains courriers électroniques qu'il a pu examiner, que des transactions suspectes ont apparemment été conçues pour éviter que des entités de Wirecard ne ratent des objectifs de profit.

  • Les géants de la pub en panne de moteur

    C'est ce que l'on appelle se prendre une raclée historique. Publicis   voit son action dégringoler en Bourse ce jeudi après la publication de ses résultats annuels, affichant sa plus forte baisse en une seule séance depuis près de 30 ans.

    Selon Bloomberg Intelligence, la croissance mondiale de la publicité devrait rester assez forte en 2019 (environ +4%), avec toutefois un recul marqué par rapport à l'année passée (+7%). "Néanmoins, un optimisme prudent restera le mot à la mode des agences de publicité en 2019, le secteur étant incapable de se débarrasser des multiples menaces qui contribuent à un discours de plus en plus négatif". 

  • Twitter plonge de 10%

    Wall Street a débuté la séance dans le rouge, rattrapée par la crainte d'un ralentissement de l'économie mondiale après la révision à la baisse par la Commission européenne de ses prévisions de croissance.

    L'indice Dow Jones accusait vers 16h. une perte de 0,73% à 25.205,64 points et le S&P 500 de 0,72% à 2.710,50 points. Sur le Nasdaq, le Composite se contractait de 0,97% à 7.303,97 points.

    L'exécutif européen a revu en forte baisse ses prévisions de croissance de la zone euro cette année et en 2020, en raison d'un ralentissement dans les grands pays du bloc lié aux tensions commerciales et à une dette publique croissante.

    Wall Street souffre également de résultats mal accueillis,notamment ceux de Twitter, qui perd 9,63% à 30,87 dollars. Twitter a annoncé une prévision de chiffre d'affaires pour le trimestre en cours inférieure aux attentes des analystes.

  • Le Bel 20 en recul, malgré de bons résultats. Explications.

    La Bourse de Bruxelles se replie ce jeudi, malgré la publication de résultats de sociétés jugés encourageants. Le Bel 20 affiche vers 15h30 une baisse de 1,25% à 3.532 points.

    Comment expliquer cette apparente contrariété?

    D'abord, parce que notre marché ne fait que s'inscrire dans la tendance générale observée sur l'ensemble des Bourses dans le monde. Wall Street a ouvert en repli de 0,6%, et l'indice Stoxx 600 fléchit pour sa part de 0,74% à 362,8 points. 

    Ensuite, parce que les résultats de sociétés qui ont fait l'objet d'une publication ce matin de la part de sociétés qui ne font pas partie de la composition du Bel 20. On notera à ce propos que les sociétés qui ont fait part de chiffres encourageants voient le cours de leurs actions monter. Parmi elles, Barco grimpe de 11,6%, Fagron de 3,82% et Werldhave Belgium de 2,9%.  

    Umicore livre ses chiffres ce vendredi matin

    Les Bourses subissent des prises de bénéfices. Certes. Mais les investisseurs savent faire la part des choses. Ils prennent en compte les résultats communiqués. 

    L'indice Bel 20 est tiré à la baisse par le recul d'actions telles que Proximus (-2,35%) privé d'un accord sur la 5G entre les responsables politiques fédéraux et régionaux belges, AB InBev (-2,35%), Aperam (-2,5%), Solvay (-2,7%) et Umicore (-2,86%).

    La pauvre performance de l'action Umicore ne paraît pas être un signal favorable à la veille de la publication par ce groupe de ses résultats réalisés en 2018.

  • Le Dow Jones en repli à l'ouverture

    - Dow Jones: -0,65% à 25.200 points 

  • L'économie britannique "pas encore prête" à un Brexit sans accord

    "Bien que de nombreuses entreprises intensifient leurs préparatifs, l'économie britannique dans son ensemble n'est pas encore prête à une sortie sans accord et sans transition."
    Mark Carney
    Gouverneur de la Banque d'Angleterre

  • Twitter : -8%

    Malgré des résultats supérieurs aux attentes, le titre Twitter chute de 8% dans les échanges avant-Bourse. En cause? La révision à la baisse de son chiffre d'affaires au premier trimestre et un déclin de son nombre d'utilisateurs.

    → La suite dans notre article

  • Wall Street donnée en baisse | Publicis dévisse | Fiat Chrysler chute

    Wall Street est attendue en baisse et les Bourses de la zone accentuent leur repli jeudi à mi-séance, la prudence dominant le sentiment de marché avec les interrogations sur le Brexit, qui ont conduit la
    Banque d'Angleterre à revoir nettement à la baisse ses prévisions de croissance.

    La séance est également marquée par une série de résultats d'entreprises diversement reçus, à l'image de Publicis (-15%) qui déçoit sur son chiffre d'affaires trimestriel tandis que le britannique Compass grimpe après des résultats bien accueillis.

    Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en de l'ordre de 0,6%.

    Ailleurs en Europe, les replis varient entre 0,57% à Amsterdam et 1,7% à Francfort. La place boursière allemande est pénalisée par ses valeurs automobiles.

    L'indice sectoriel bancaire européen plonge de 4%, lestée par Fiat Chrysler (-11%) qui a fait état d'une
    prévision de bénéfice d'exploitation pour 2019 inférieure aux attentes des analystes financiers.

  • Fusion à 66 milliards de dollars dans le secteur bancaire US

    Les enseignes BB&T et SunTrust fusionnent pour former la sixième plus grande banque des Etats-Unis. Une fusion qui relance les rumeurs d'une vague de consolidation dans le secteur bancaire américain.

    → Tous les détails dans cet article

  • Statu quo de la BoE

    La Bank of England (BoE) laisse sa politique monétaire inchangée, à l'unanimité, le taux directeur reste à 0,75%.

    La BoE a également sabré sa prévision de croissance 2019 face au ralentissement économique et aux incertitudes autour du Brexit, à 1,2% contre 1,7%.

  • Le point sur les marchés en milieu de journée

    Des résultats, un stat allemande et les prévisions de la Commission pèsent sur la tendance

    1. La tendance boursière est négative en milieu de journée, affectée par une série de résultats inférieurs aux attentes (Publicis, GEA, TUI...) , la baisse inattendue de la production industrielle allemande et la réduction par la Commission européenne de ses prévisions de croissance.

    2. Les replis varient entre 0,34% à Amsterdam, 0,64% à Paris, 0,92% à Bruxelles et 1% à Francfort.

    3. La Bourse de Milan (-1,09%) et les obligations italiennes sont sous pression alors que la Commission européenne a réduit ses prévisions de croissance pour l'Europe, avec un ralentissement particulièrement important pour l'Allemagne et l'Italie.

    4. L'euro est pénalisé par ces annonces et perd 0,23% face au dollar à 1,1336.

    5. La banque centrale a créé la surprise ce matin en annonçant une baisse inattendue de son taux directeur, tout en changeant d'orientation, comme prévu, repassant à "neutre" au lieu de resserrement monétaire".

    6. Dans le dossier du Brexit, Theresa May, la Première ministre britannique se rend ce jeudi à Bruxelles afin de demander à l'Union européenne de l'aider à modifier l'accord de Brexit.

    7. La Banque d'Angleterre (BoE) doit rendre, à 13h, son rapport trimestriel sur l'inflation et sa décision de politique monétaire mais devrait laisser ses taux inchangés et conserver une approche prudente.

     

  • Barco...corico! Le communiqué presque parfait de Barco

  • L'Europe rabote ses prévisions de croissance

    La Commission européenne a nettement abaissé ses prévisions de croissance pour la zone euro en 2019, tablant désormais sur 1,9%, contre 2,1% précédemment, avec un ralentissement particulièrement important en Allemagne et en Italie.

    Pour cette année, marquée par la persistance des tensions commerciales avec les Etats-Unis, l'exécutif européen anticipe désormais une croissance de 1,1% en Allemagne (contre 1,8% lors de ses prévisions d'automne) et de 0,2% pour l'Italie (contre 1,2% auparavant). La Belgique ne fait pas exception et voit sa perspective de croissance redescendre à 1,3% (contre 1,5% avant).

     

  • La banque centrale indienne annonce une baisse de taux inattendue

    La Banque de Réserve de l'Inde a annoncé ce matin une baisse inattendue de son taux directeur, tout en changeant d'orientation, comme prévu, pour sa politique monétaire, repassant à "neutre" au lieu de "resserrement calibré".

    Le comité de politique monétaire a abaissé le taux des prises en pension de 25 points de base à 6,25%, alors qu'une enquête Reuters auprès de 65 analystes montrait que seuls 21 d'entre eux anticipaient un assouplissement monétaire.

    La plupart ne s'attendaient qu'au changement d'orientation.

  • Quelques valeurs en vue en Europe

    → Plus forte baisse sectorielle en Europe, l'indice Stoxx des médias cède 1,62%, lesté par Publicis (-11,78%), qui a annoncé un revenu net en repli de 0,3% à données comparables (+0,5% hors PHS), alors que les investisseurs s'attendaient en moyenne à une hausse de 2,5% selon un consensus de marché. Il entraîne dans sa chute son concurrent britannique WPP (-6,11%).

    → Le secteur automobile est également délaissé (-1,61%), en raison des inquiétudes persistantes sur le commerce sino-américain.

    → Société générale, après avoir ouvert en hausse, abandonne 0,53% après avoir annoncé des résultats au quatrième trimestre globalement en ligne avec les attentes du marché, tout en décidant à son tour d'abaisser ses objectifs financiers à horizon 2020.

    → La plus forte baisse du Stoxx revient à TUI, avec une chute de 16% à la Bourse de Londres, le premier voyagiste européen ayant fortement revu à la baisse sa prévision pour l'exercice 2018-2019.

    → En hausse, Pernod Ricard gagne 2,1% après avoir relevé son objectif de résultat opérationnel annuel et dévoilé les grands axes de son nouveau plan stratégique.

    → Le numéro un mondial de la restauration collective Compass prend 4,22%, son chiffre d'affaires trimestriel ayant été bien accueilli.

    → ArcelorMittal s'affichait proche de l'équilibre (+0,07% à 21,29 euros). Le groupe a publié jeudi un bénéfice net de 5,1 milliards de dollars en 2018, en progression de 12,7%, soutenu par des conditions de marché favorables et une amélioration de sa rentabilité.

  • Moody's dégrade Nyrstar

    Moody's downgrade la note d'emprunteur à long terme de Nyrstar à "Caa3" (contre "Caa1") et celle des obligations non garantie (unsecured) à "Ca", un peu plus bas encore dans la catégore des obligations "pourries".

    La réduction est due à la détérioration des attentes concernant l'évolution des flux de trésorerie et des bénéfices de Nyrstar en 2018 et 2019. Entre autres choses, l'agence de notation s'inquiète des conditions de liquidité du smelter. En outre, l'agence de notation indique qu'elle estime que la probabilité d'une restructuration de la dette est élevée.

    L'action Nyrstar baisse de 3,2% à 40 centimes.

    Vendredi 1er février, Nyrstar a publié un communiqué de presse montrant que sa situation financière s'était encore dégradée au cours du quatrième trimestre. La corde se serre un peu plus autour du cou du groupe qui doit rembourser un emprunt de 350 millions d'euros en septembre prochain. La suite ici : "Pour Nyrstar il est minuit moins zinc"

  • Profit warning de GEA Group (GBL)

    GEA Group , le fabricant allemand de robots de traite et d’autres machines pour l’industrie agro-alimentaire, prévoit une baisse de son chiffre d’affaires en 2019. Selon les chiffres préliminaires, les ventes en 2018 se sont chiffrées à environ 4,83 milliards d'euros, contre 4,6 milliards en 2017.

    Parallèlement au chiffre d'affaires, les bénéfices vont également diminuer, selon GEA. Pour 2019, le résultat brut d'exploitation (EBITDA) est attendu dans une fourchette entre 440 et 480 millions d'euros. Pour 2018, les prévisions sont de 515 à 520 millions d'euros, ce qui est déjà beaucoup moins qu'en 2017 (564 millions d'euros).

    GBL est entré dans le capital du groupe GEA en 2017 et détient 7,29% du capital. Cependant, le holding belge n'a pas encore connu beaucoup de bonheur avec son investissement.

    Le nouvel avertissement sur les bénéfices fait plonger l'action GEA de plus de 14% à Francfort. GBL perd 0,22% à Bruxelles.

  • Le point en début de matinée

    Une série de faibles résultats (Publicis, GEA, TUI, WPP...) pèse sur la tendance

    1. Les indices actions européens reculent, dans un marché qui analysent une déferlante de résultats d'entreprises et qui manque d'éléments de soutien par ailleurs.

    2. Bruxelles perd 0,64%, Francfort 0,57%, Paris 0,34% tandis qu'Amsterdam est tout juste à l'équilibre. L'indice DJ Stoxx 600 abandonne 0,31%.

    3. Les faibles résultats de Publicis, GEA, TUI éclipsent la progression des valeurs bancaires dans le sillage des résultats meilleurs qu'attendu de la banque italienne Unicredit.

    4. Par ailleurs, les investisseurs doivent digérer un nouveau recul de la production industrielle allemande, en baisse de 0,4% sur un mois en décembre alors que les analystes tablaient sur un rebond.

    5. Les opérateurs demeurent suspendus aux négociations commerciales sino-américaines, qui doivent "aboutir à un accord d'ici la fin du mois", sous peine d'entrer dans une nouvelle période de fébrilité sur les marchés, souligne M. Cutkovic.

    6. Concernant le Brexit, Theresa May, la Première ministre britannique se rend à Bruxelles afin de demander à l'Union européenne de l'aider à modifier l'accord de sortie du Royaume-Uni du bloc communautaire.

    7. La Banque d'Angleterre doit rendre, à 13h, son rapport trimestriel sur l'inflation et sa décision de politique monétaire mais devrait laisser ses taux inchangés.

  • Voici le briefing actions belges

  • TUI : -14%

    TUI chute de 14% en début de séance après avoir revu à la baisse sa prévision pour 2018-2019.

  • Barco : +12,6% à l'ouverture ...

    ... après de solides résultats.

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: -0,50%
    • Amsterdam: -0,07%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: =
    • DJ Stoxx 600: -0,29%

  • KBC Securities ajuste les targets de Barco et Sipef

    KBC Securities relève l'objectif de cours de Barco à 125 euros contre 115 euros. La recommandation passe de "conserver" à "accumuler".

    Pour Sipef , le prix cible est réduit à 64 euros contre 70 euros, mais la recommandation d'achat est maintenue.

  • Barco améliore ses marges et son dividende

    Barco a publié  de solides résultats annuels. Porté notamment par la croissance à deux chiffres de son système de présentation sans fil, ClickShare, le groupe technologique flamand a réussi à faire gonfler sa marge d'Ebitda pour la seconde année d'affilée.

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    Les indices attendus en baisse | La BoE à suivre | Résutats de Barco, Fagron, SocGen...

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en baisse à l'ouverture, le contexte de marché n'étant guère propice à la prise de risque en raison des inquiétudes sur le commerce international et le Brexit.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien pourrait perdre 0,39% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,36% et le FTSE à Londres 0,24%.

    3. Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a confirmé mercredi que lui-même et d'autres responsables américains iraient à Pékin la semaine prochaine pour des négociations commerciales, avec pour objectif de conclure un accord entre les deux pays avant la date butoir du 2 mars

    4. Concernant le Brexit, Theresa May, la Première ministre britannique se rend ce jeudi à Bruxelles afin de demander à l'Union européenne (UE) de l'aider à modifier l'accord pour faciliter la sortie du Royaume-Uni du bloc communautaire.

    5. La Banque d'Angleterre doit rendre, à 13h, son rapport trimestriel sur l'inflation et sa décision de politique monétaire mais devrait laisser ses taux inchangés et conserver une approche prudente en la matière.

    6. La saison des publications de résultats se poursuit à un rythme soutenu avec notamment les annonces de Barco, Cofinimmo, Fagron, Pernod Ricard, Sanofi, Société générale, Publicis, Total...

  • Une nouvelle stat décevante pour l'Allemagne

    La production industrielle allemande a de nouveau reculé en décembre, baissant de 0,4% sur un mois après avoir perdu 1,3% en novembre, selon des données corrigées des variations saisonnières (CVS) publiées jeudi par l'Office fédéral des statistiques.

    Dans un contexte d'inquiétude sur les perspectives macroéconomiques allemandes, cette statistique déçoit une nouvelle fois les analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur un rebond de 0,9%.

  • Dividende optionnel chez Wereldhave Belgium

    Spécialisée dans les centres commerciaux, la SIR Wereldhave Belgium a enregistré, en 2018, un résultat locatif net de 52,7 millions d’euros contre 50,1 millions un an plus tôt.

    Le résultat net des activités clés est passé, pour sa part, de 39,4 millions à 40,7 millions d’euros.

    Wereldhave va proposer la distribution d’un dividende optionnel (en cash ou en actions) de 5,20 euros brut contre 5,10 euros brut pour 2017.

    Pour 2019, elle table sur un résultat net des activités clés par action compris entre 5,90 et 6 euros contre 5,74 euros en 2018.

  • Fagron relève son dividende

    Fagron annonce, à l'occasion de la publication de ses résultats annuels, qu'elle relève son dividende, compte tenu de "sa confiance en l'avenir et de sa solide trésorerie". Le dividende est relevé de 20% à 0,12 euro par action.

    Le groupe spécialisé dans les préparations magistrales a publié des résultats 2018 en ligne avec les attentes et indiqué qu'elle se lançait dans les tests génétiques.

  • Galapagos avec Evotec dans la fibrose

    Galapagos entame une collaboration avec la société allemande Evotec qui se concentre sur une nouvelle cible pour la fibrose et d’autres indications. La collaboration concerne un programme de recherche sur les petites molécules et est actuellement en phase préclinique. La cible a été découverte par Evotec et est gardée secrète.

    Dans le cadre de cette coopération, Galapagos acquiert les droits mondiaux de commercialisation. Evotec reçoit une redevance de licence et est également éligible pour d’autres paiements d’étapes et redevances.

  • A suivre ce jeudi 7 février

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 8h Production industrielle/décembre

    Chine
    • Marchés fermés (Nouvel An)

    Etats-Unis
    • Intervention de Jerome Powell dans un débat organisé par la Réserve fédérale de Richmond
    • 14h30 Inscriptions au chômage/semaine au 2 février

    Royaume-Uni
    • 13h Communiqué de politique monétaire de la Banque d’Angleterre, et publication du rapport trimestriel sur l’inflation britannique

    → ENTREPRISES

    Belgique

    Résultats 2018 avant Bourse de:
       • Barco
       • Fagron

    Résultats après Bourse de:
       • Cofinimmo
       • Vastnet Retail Belgium

    France
    Résultats avant Bourse de:

    • Société Générale/résultats annuels
    • ALD Automotive/résultats annuel
    • Pernod Ricard/résultats du S1
    • Total/résultats annuels
    • Sanofi/résultats annuels
    • ArcelorMittal/résultats annuels
    • Scor/primes de SCOR Global P&C lors des renouvellements de contrats au 1er janvier
    • 8h Lagardère / CA annuel

    Pays-Bas
    • ArcelorMittal / résultats du T4

    Italie
    • Fiat Chrysler Automobiles / résultats du T4
    • UniCredit / résultats annuels

    Suède
    • Volvo Cars (groupe Geely) / résultats du T4

  • Apple repasse en tête des capitalisations mondiales

    Apple est repassé mercredi devant Microsoft et Amazon pour reprendre sa couronne de première capitalisation américaine et mondiale.

    Les trois géants se tiennent dans un mouchoir de poche. Apple a pris jeudi 0,03% pour porter sa valorisation à 821,5
    milliards de dollars.

    Microsoft (-1,11%) est deuxième avec 813,4 milliards de dollars et Amazon (-1,12%) complète le podium avec 805,7
    milliards de dollars.

    L'action Apple a pris environ 13% depuis la publication par le fabricant de l'iPhone de ses résultats trimestriels, le 29
    janvier dernier.

  • Bonjour !

    Bienvenue sur votre "market live" de ce jeudi 7 février.

    Les marchés asiatiques évoluent près de leurs plus hauts de quatre mois, avec en tête les actions australiennes tandis que le dollar néo-zélandais baisse après des données sur l'emploi décevante.

    Les échanges sont limités par la fermeture des marchés chinois et le fait qu'aucune statistique importante ne figure à l'agenda.

    L'indice élargi MSCI des actions Asie-Pacifique en dehors du Japon gagne 0,1%, proche de son sommet atteint début octobre.

    La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,6% en raison des inquiétudes sur la croissance des bénéfices des entreprises, malgré le bénéfice trimestriel supérieur aux attentes de SoftBank qui a annoncé également un programme de rachat d'actions de 5,5 milliards de dollars. Le titre a bondit de 17,7%.

     

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés