1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street inquiète des négociations commerciales

La Bourse de New York a terminé la séance de ce mardi comme elle l'avait commencée, indécise, en dépit de statistiques qui ont été meilleures que prévu, de bons résultats dans la distribution et de l'espoir de voir résolu le différend commercial sino-américain dès ce mois-ci.
  • A suivre ce mercredi 6 mars

    Etats-Unis

    • 14h15 Enquête ADP sur l'emploi privé / février
    • 14h30 Balance commerciale / décembre
    • 16h Commandes à l'industrie / janvier
    • 20h Livre beige de la Fed

    Canada

    • 16h Décision de politique monétaire

    Entreprises

    Belgique

    • Tinc/ résultats semestriels 2018/2019 (7 h)

    France

    Résultats 2018 de :

    • Somfy
    • Manitou

    Pays-Bas

    Résultats 2018 de:

    • Basic-Fit
    • Corbion
  • Wall Street inquiète des négociations commerciales

    La Bourse de New York a terminé en légère baisse mardi à l'issue d'une séance très indécise, les investisseurs se lassant de ne pas voir plus d'avancées dans les négociations sino-américaines et digérant une série d'indicateurs en demi-teinte sur l'économie. Le Dow a cédé 0,05% à 25.806,63 points. Le Nasdaq a reculé de 0,02% à 7.576,36 points. Le S&P 500 a perdu 0,11% à 2.789,65 points.

    Les investisseurs ont digéré plusieurs nouvelles en provenance de Chine, où les autorités attendent désormais une croissance comprise entre 6% et 6,5% en 2019, soit moins qu'en 2018. Prenant acte du ralentissement économique, causé en partie par les sanctions commerciales, Pékin a annoncé une série de mesures de relance.

     Des nouvelles plus positives ont toutefois freiné le repli des indices, dont les résultats et prévisions meilleurs que prévu des chaînes de magasins Target (+4,58%) et Kohl's (+7,31%). La société spécialisée dans les logiciels Salesforce a en revanche reculé de 0,97% après avoir dévoilé des prévisions inférieures aux attentes des analystes de Wall Street pour le trimestre et l'année en cours.

  • Wall Street termine en baisse

    • Le Dow Jones a cédé 0,05% à 25.806,63 points.
    • Le Nasdaq a reculé de 0,02% à 7.576,36 points.
    • Le S&P 500 a perdu 0,11% à 2.789,65 points.
  • Le pétrole termine en ordre dispersé à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé sur le Nymex, les traders tentant de faire le point de la situation entre les efforts déployés par l'Opep et ses alliés pour soutenir les cours et la reprise de la production du plus grand gisement libyen. Tout en gardant à l'esprit la perspective d'un affaiblissement de la demande. Les investisseurs espèrent toujours un accord commercial imminent entre les Etats-Unis et la Chine mais leur confiance fluctue en fonction des déclarations qui sortent de la Maison Blanche.

    "Le pétrole attend toujours qu'un accord (commercial) se concrétise avec la Chine", a observé Phillip Streible (RJO Futures). La Russie a fait savoir lundi qu'elle comptait accélérer la réduction de sa production ce mois-ci, la coupe devant atteindre à la fin du mois ou début avril les 228.000 barils par jour (bpj) par rapport à octobre.

    • Le contrat de mars sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a cédé trois cents, soit 0,05%, à 56,56 dollars le baril.
    • Le Brent échéance avril a gagné 19 cents, soit 0,29%, à 65,86 dollars le baril.
  • Rebond de Proximus

    La séance a été plus hésitante mardi à la Bourse de Bruxelles. En hausse dans la matinée, le Bel 20 a passé le plus clair de son temps dans le rouge dans l’après-midi. En clôture, l’indice s’est stabilisé à 3.641,14 points (-0,03%).

    Meilleure performance dans le Bel 20, Proximus s’est adjugé 2,37% à 22,89 euros. Aucune information particulière qui justifierait une telle performance n’est pourtant parvenue aux oreilles des investisseurs. L’approche du détachement d’un généreux dividende (1 euro brut par action le 24 avril) serait-elle la raison principale? Quoiqu’il en soit, les avis souvent peu enthousiasmants émis récemment par les analystes envers cette valeur ont été clairement relégués au second plan.
    Ajoutons quand même que sur les places européennes, d’autres valeurs télécoms ont été fort entourées. Avec une hausse de 0,7%, l’indice Stoxx 600 de ce secteur est celui qui a le mieux performé en Europe.

    Dans le bas du classement des prestations fournies par les actions du Bel 20 en Bourse, ING clôture la grille des performances avec une perte de 3,32% à 11,24 euros. Avec ABN Amro et Rabobank, ING serait victime d’un scandale de blanchiment d’argent, selon le magazine néerlandais De Groene Amsterdammer qui cite une enquête (lire Bourses étrangères).

    Pour le reste, on retient le repli de 1,07% à 8,34 euros de bpost, après sa fort belle tenue de la veille qui l’avait conduit à un plus haut depuis le, 5 décembre. Toujours concernant bpost, on a appris que Connor Clark détient une position "short" sur ce titre équivalent à 0,80% des actions existantes du groupe.

    Telenet qui s’est vu infliger une amende de 300.000 euros par le régulateur des télécoms pour avoir omis de divulguer ses données Easy Switch, a malgré tout gagné 0,75% à 40,26 euros.

    Parmi les valeurs de sociétés qui ont communiqué sur leurs achats d’actions propres, Ageas a pris 0,34% à 43,91 euros, mais Umicore s’est replié de 0,33% à 39,45 euros. Ahold Delhaize qui avait perdu 2,4% la veille, a repris 1,6% à 22,62 euros.

    Enfin, Balta a cédé 1,16% à 22,62 euros. Le fabricant de tapis a fait part d’une baisse de ses ventes en 2018 (-2,3%) et de son bénéfice opérationnel (-14,4%). Hamon qui avait bondi de 18% lundi, s’est replié de 7,5% à 0,37 

  • Clôture en Europe

     

    - Bel 20: -0,03% à 3.641,14 points

    - CAC 40: + 0,21% à 5.292,52 points

    - DAX 30: +0,24% à 11.620,74 points

    - FT 100: 0,69% à 7.183,43 points

    - Stoxx 600: +0,15% à 375,61 points

  • Déjà 18 milliards d'euros de bénéfice pour le Bel 20 en 2018

    Les résultats engrangés par les sociétés qui composent l'indice Bel 20 arriveront-ils à franchir le cap des 20 milliards d'euros, comme cela avait été le cas l'an passé?

    Pour l'heure, 15 sociétés qui font partie actuellement de l'indice ont déjà communiqué leurs chiffres. Ensemble, leurs profits nets (part de groupe) totalisent un montant de 18,358 milliards d'euros.

    5 sociétés doivent encore publier leur bilan, dont Sofina (28.03), bpost (19.03), Ontex (08.03) et GBL (14.03). Autant dire que l'espoir d'atteindre la barre des 20 milliards est encore permis, toutefois en ayant à l'esprit que les chiffres déjà annoncés sont souvent en repli.

    Le montant global est en effet en baisse de 6,7% sur celui de l'an dernier.  

  • Rebond de l'ISM des services aux USA

    La croissance de l'activité dans le secteur des services a accéléré plus que prévu en février, avec des entrées de commandes à leur meilleur niveau depuis près de14 ans, montrent les résultats de l'enquête mensuelle de l'Institute for Supply Management (ISM).

    L'indice ISM des services a rebondi à 59,7 après 56,7 en janvier, qui constituait un plus bas de six mois. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne une hausse plus modeste à 57,3.

    La composante des nouvelles commandes est remontée à 65,2, son meilleur niveau depuis août 2005, après avoir reculé en janvier à 57,7, un creux de 13 mois. Celle de l'emploi s'est en revanche tassée à 55,2, au plus bas depuis juin 2018, après 57,8 en janvier.

    Publiée au même moment, l'enquête Markit auprès des directeurs d'achat du secteur des services a fait ressortir un indice PMI à 56,0, au plus haut depuis juillet 2018, contre 56,2en estimation "flash" et 54,2 en janvier.

  • Clap de fin pour Ford Blanquefort

    Cette fois, c'est bien fini. Le groupe franco-belge Punch Powerglide ne reprendra pas l'usine de Ford située dans la Gironde à Blanquefort. Punch Powerglide qui avait déjà repris il y a quelques années un site de General Motors  situé en Alsace, s'était fait insistant pour acquérir le site de Ford qui occupe 850 personnes.

    Mais jugeant que Punch-Powerglide n'avait pas les reins suffisamment solides financièrement parlant, et face à l'absence d'autres candidats-repreneurs, Ford a préféré prendre la décision de fermer le site.

    Ce qui a été officialisé aujourd'hui, avec à la clef un généreux plan social pour les travailleurs. 

  • Il est très souhaitable d'introduire en Bourse Traton (MAN et Scania) et qu'une décision serait prise dans les jours qui viennent.
    Frank Witter
    CFO chez VW

  • Ce que nous enseigne l'évolution de la livre sterling

    A une semaine du triple vote sur le Brexit, le sterling maintient dans l'ensemble les gains accumulés depuis le début de l'année, signe de la conviction croissante des investisseurs qu'une sortie sans accord du Royaume-Uni de l'Union européenne pourra être évitée.

    Après avoir testé à plusieurs reprises en décembre son point bas de 2018 touché fin août à 1,1123 euro, le sterling a amorcé une remontée depuis le début de l'année, reprenant près de 6% contre l'euro entre le 3 janvier et un pic à 1,1723 euro le 27 février, un plus haut depuis le 18 mai 2017, en dépit d'une phase de repli entre le 25 janvier et le 15 février.
    Vers 16h ce mardi, la devise britannique se traitait à 1,159 face à l'euro (0,2%). Un an après le référendum britannique, il était tombé à 1,08 euro. 

    Le mouvement d'appréciation est similaire vis-à-vis du dollar avec une progression d'un peu plus de 7% du sterling entre le 3 janvier et son pic du 27 février.

    En dépit des hauts et des bas émotionnels des dernières semaines, un 'happy end' semble désormais palpable", estime Antje Präfcke, analyste changes à la Commerzbank, pour justifier la résilience du sterling.

  • Un rendement de 3,90% pour le 10 ans grec émis ce matin

    La Grèce a levé 2,5 milliards d'euros avec l'émission de son premier emprunt à 10 ans depuis une décennie, qui a suscité une demande quatre fois supérieure à l'offre, a appris Reuters auprès d'un des chefs de file.

    L'agence grecque de la dette a fixé le rendement à 3,90%, à comparer à une indication initiale de 4,125%, ensuite révisée à 3,9/4,0% dans la matinée.

    Le livre d'ordres définitif a dépassé les 11,8 milliards d'euros, a précisé la source.

    La Grèce, sortie il y a six mois de la tutelle de ses créanciers internationaux, s'est présentée sur le marché dans des conditions particulièrement favorables après la décision de l'agence Moody's, vendredi, de relever de deux crans sa note de la dette souveraine du pays.

    Sur le marché secondaire de la dette grecque, le taux de rendement est tombé à 3,67%, soit un plus bas de 12 ans.

    Athènes avait émis le mois dernier des obligations à cinq ans qui ont également suscité une demande quatre fois supérieure à l'offre.

  • Dow Jones plutôt en baisse à l'ouverture

    - Dow Jones: -0,06% à 25.800,7 points

  • Wall Street est attendue sans tendance claire à l'ouverture

    Wall Street est attendue sans tendance claire et proche de l'équilibre à l'ouverture tandis que les Bourses européennes reculent de l'ordre de 0,3%, à l'exception du Footsie, en raison des perspectives d'un ralentissement économique chinois.

    Le climat général est alourdi par la révision à la baisse de l'objectif de croissance de la Chine et par l'annonce d'un ralentissement dans le secteur des services de la deuxième économie du monde. La Chine a annoncé dans la foulée une série de mesures de relance.

    En l'absence d'avancée dans le volet commercial, les investisseurs restent prudents.

    "La première phase de la guerre commerciale, sur l'importation par Pékin de produits agricoles américains et l'ouverture aux marchés internationaux, touche bientot à sa fin. Mais nous prévoyons toujours une seconde phase, qui aura pour thème la propriété intellectuelle et la technologie."
    Sean Taylor
    Responsable des investissements chez DWS, la filiale de gestion d'actifs de Deutsche Bank

  • Target : +6% en avant Bourse

    Target gagne 5,8% en avant-Bourse après avoir annoncé une hausse plus forte que prévu de ses ventes lors des fêtes de fin d'année, ses grosses offres promotionnelles de fin d'année ayant attiré la clientèle dans ses magasins comme sur son site de vente en ligne.

    Le distributeur a en outre annoncé une prévision de bénéfice supérieure aux attentes pour 2019.

  • Proximus a récupéré ses pertes encaissées depuis les résultats

    Proximus progresse de 4% à 23,23 euros, ce qui fait de l'opérateur de télécommunication la plus forte progression de l'indice Bel20. Par la même occasion, l'action Proximus a récupéré les pertes encaissés depuis la publication des résultats vendredi.

    Pour rappel, le bénéfice était inférieur aux attentes au quatrième trimestre et pour 2019, Dominique Leroy, directeur général, ne compte plus sur la croissance des bénéfices.

    La progression de Proximus s'inscrit dans la tendance du secteur en Europe. Avec une progression de 1,06%, le compartiment télécom est de loin la plus forte hausse en Europe. Il est possible que les investisseurs reviennent sur le secteur alors que ce dernier est le seul à être en baisse depuis le début de l'année (-1,67%), lesté par la concurrence élevée, la pression des régulateurs et le manque d'opportunités de croissance.

    Telenet gagne 0,40% et Orange Belgium 0,11% dans un marché bruxellois en baisse de 0,20%.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Marriott International, Salesforce, Weibo...

    * SALESFORCE - Soumis à une concurrence croissante sur le "cloud", l'éditeur de logiciels a publié lundi soir des prévisions de résultats inférieurs aux attentes pour le trimestre en cours, avec un chiffre d'affaires de l'ordre de 3,67 ou 3,68 milliards de dollars alors que le marché tablait sur 3,70 milliards. Le titre cède 1,7% à 155,79 dollars dans les échanges d'avant-Bourse.

    * LOCKHEED MARTIN va recevoir le premier versement pour l'installation d'un système de missiles défensifs de 15 milliards de dollars (13 milliards d'euros) en Arabie saoudite dans le cadre d'un programme d'armemment de 110 millliards de dollars que l'administration Trump a dit avoir négocié avec Ryad en 2017, a annoncé lundi le Pentagone.

    * MARRIOTT INTERNATIONAL - Le PDG du groupe hôtelier, Arne Sorenson, va témoigner devant une commission du Sénat jeudi concernant un incident de piratage informatique dont il a fait état en décembre et qui a exposé les dossiers de quelque 383 millions de clients du système de réservation de ses hôtels Starwood et 5,25 millions de numéros de passeports.

    * JD.COM, ALPHABET - Le groupe chinois de commerce en ligne JD.Com a lancé un magasin sur Google Express, le site de vente en ligne de Google, dernière étape en date du rapprochement en cours entre JD.Com et Alphabet face à la concurrence respective d'ALIBABA HOLDING et d'AMAZON.

    * WEIBO - Le site chinois de microblogging gagne 3,4% à 74,80 dollars en avant-Bourse après la publication de résultats meilleurs que prévu pour le quatrième trimestre, accompagnés de prévisions également supérieures aux attentes pour le trimestre en cours.

  • Les opérateurs télécoms français punis par Barclays

    Les opérateurs télécoms français souffrent en Bourse après une note sévère de Barclays qui leur prédit un avenir incertain et juge une consolidation du secteur nécessaire mais peu probable.

    L'intermédiaire a abaissé sa recommandation et ses objectifs de cours sur Orange (+0,60%), Iliad (-2,64%) et Altice Europe (-9,31%).

    Les analystes de Barclays parlent d'un niveau "irrationnel" de promotions en 2018 et appellent à des mesures des opérateurs pour consolider leurs revenus.

  • BCE et BOE activent une ligne de swap existante avant le Brexit

    La Banque centrale européenne et la Banque d'Angleterre ont activé une ligne de swap existante, ont dit mardi les deux banques centrales dans des communiqués séparés, dans le cadre de l'accélération de leurs
    préparatifs en vue d'une possible sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne à la fin du mois.

    Aux termes de cet accord de swap, la Banque d'Angleterre pourra prêter aux banques britanniques des euros fournis par la BCE en contrepartie desquels cette dernière recevra des livres fournies par la Banque d'Angleterre.

  • L'essentiel de la matinée boursière

    * Les indices actions européens dérivent sans tendance claire, dans un marché sans impulsion
    * Les inquiétudes pour la croissance sont revenues
    * La Chine a abaissé sa prévision de croissance et annoncé un plan de relance
    * L'optimisme sur le front du commerce est retombé
    * Modeste reprise dans le secteur privé en zone euro
    * La suite de la semaine est plus chargée (enquête ADP mercredi, BCE jeudi et emploi US vendredi)
    * Balta évolue en dents de scies après ses résultats
    * Les télécoms meilleures progression sectorielle en Europe (+1,34%), malgré la note sévère de Barclays sur les opérateurs français (Orange +0,75%, Illiad -2,44% et Altice Europe -9,26). Proximus à la fête (+4%)

  • Modeste reprise dans le secteur privé en zone euro

    L'activité du secteur privé a accéléré plus que prévu en février dans la zone euro mais est restée faible, une reprise dans les services ne masquant que partiellement la mauvaise passe du secteur manufacturier, montrent les résultats définitifs des enquêtes IHS Markit auprès des directeurs d'achat.

    L'indice PMI composite, considéré comme un indicateur fiable de la situation économique de la zone euro, a progressé à 51,9 contre 51,0 en janvier. Ce niveau est supérieur à l'estimation "flash" de 51,4 publiée le 21 février mais reste proche du seuil de 50 qui marque la frontière entre croissance et contraction de l'activité.

    "L'enquête montre une accélération du rythme de croissance trimestriel à 0,2% en février après 0,1% en janvier, ce qui veut dire que l'économie de la zone euro pourrait avoir du mal à faire mieux que la croissance de 0,2% du quatrième trimestre."
    Chris Williamson
    Chef économiste chez IHS Markit

     

    L'activité dans le secteur manufacturier s'est contractée en février pour la première fois depuis juin 2013, selon IHS Markit , mais dans les services l'indice PMI a progressé à 52,8 contre 51,2 en janvier.

  • Eurofins s'enfonce, les résultats 2018 mal accueillis

    L'action Eurofins s'enfonçait de plus de 7%, à la Bourse de Paris, après une publication 2018 mal accueillie, notamment en raison de craintes autour de la dette du groupe, malgré un bénéfice en hausse.

    "Les résultats (sont) solides avec une amélioration de la marge" et les perspectives sont confirmées, ont noté les analystes de Bryan Garnier tout en reconnaissant qu'au niveau des données financières la situation est "un peu plus tendue qu'attendu".

  • Adyen fait son entrée dans l'AEX

    Euronext a annoncé lundi soir des modifications de la composition des indices de la Bourse d'Amsterdam.

    L'action du groupe télécom Altice Europe et le titre Signify (ex-Philips Lighting) sont exclus de l'AEX et rejoignent l'indice AMX des moyennes capitalisations. Elles sont remplacées dans l'AEX par les actions des sociétés Adyen , spécialiste des technologies de paiement, et IMCD , active dans la chimie.

    Basic-Fit entre dans l'AMX au détriment de Sligro Food .

    Accsys intègre l'indice AScX des petites capitalisations.

  • Kempen adopte un profil neutre sur Xior

    Le courtier Kempen & Co a dégradé sa recommandation sur Xior Student Housing à "neutre" contre "acheter".

    L'objectif de cours est fixé à 42 euros.

    L'action perd 0,24% à 41,60 euros dans un marché globalement en hausse de 0,80%.

  • Fokker cède sa participation dans Sabca à Dassault

    Fokker Aerospace a cédé l’ensemble de sa participation de 43,57% à Dassault Belgique Aviation (Dassault) pour un prix total de 7,5 millions d’euros.

    En conséquence de cette transaction, Dassault détient à présent 96,85% des actions de Sabca.

    Dassault a confirmé qu’elle maintiendra la cotation de Sabca et qu’elle n’a actuellement pas l’intention de lancer une offre publique de reprise.

  • L'essentiel de la tendance boursière

  • Balta : -2%

    Après avoir ouvert brièvement en hausse, le titre Balta perd 2%, les investisseurs analysant les résultats annuels du fabricant de tapis (voir post de 7h41).

    KBC Securities a réduit son conseil sur la valeur à "accumuler" contre "acheter". L'objectif de cours passe à 5,50 euros contre 7,50 euros.

    L'avis de Wim Hoste de KBC Securities : "Balta a atteint ses objectifs pour l’année 2018, marquant le retour de la croissance du Rebitda au quatrième trimestre. La prévision d'un Rebitda stable en 2019 est toutefois décevante. Et ll'endettement est élevée. Nous continuons à considérer que la valorisation est faible, et nous pensons que Balta pourrait devenir une cible potentielle. Le degré élevé d'endettement et la dynamique plus faible que prévu des résultats pour 2019 nous incite à abaisser notre rating d'acheter à accumuler, avec un objectif de cours réduit à 5,5 euros contre 7,50 euros."

  • | Opening Bell |

    • Bruxelles: +0,04%
    • Amsterdam: -0,12%
    • Francfort: n.c.
    • Paris: -0,02%
    • DJ Stoxx 600: -0,14%

  • La progression des marchés chinois en un graphique

    Plus 24% pour les marchés chinois depuis le début de l'année...

  • L'essentiel avant l'ouverture des marchés

    Du rouge en vue en Europe dans un climat alourdi par la Chine

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues en léger repli, les craintes pour l'économie mondiale et les tensions géopolitiques l'emportant sur l'espoir d'un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien, le Dax à Francfort et le FTSE à Londres perdraient de 0,1% à 0,2% à l'ouverture.

    3. La tendance pourrait évoluer avec la publication dans la matinée des enquêtes PMI sur l'activité du secteur privé dans la zone euro dans un contexte de ralentissement économique dans l'union monétaire.

    4. Le climat général a été alourdi encore par la révision à la baisse par la Chine de sa prévision de croissance pour 2019 et par l'annonce d'un ralentissement dans le secteur des services de la deuxième économie du monde.

    5. La Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,44% après les annonces venues de Pékin. L'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) cède 0,6%.

    6. Les Bourses chinoises montent en revanche  après la volonté affichée par le gouvernement d'accorder des réductions d'impôts de plusieurs milliards de dollars, d'augmenter les dépenses publiques d'investissement dans les infrastructures et de favoriser les prêts aux PME.

    7. Les cours du brut repartent à la baisse, pénalisés par les craintes pour la croissance chinoises. Les deux contrats de référence perdent autour de 0,5%.

  • Balta prévoit "une autre année de transformation difficile"

    Les résultats de Balta sont arrivés. Avec un résultat brut d'exploitation (EBITDA) de 72,4 millions d'euros en 2018, soit une baisse de 14% par rapport à 2017, le fabricant de tapis a presque atteint ses propres prévisions.

    Moins positif : Cyrille Ragoucy, PDG par intérim, estime que 2019 sera "une autre année de transformation difficile", avec un résultat brut d’exploitation en ligne avec celui de 2019. C’est un revers: KBC Securities, par exemple, comptait sur une reprise des résultats pour cette année, à hauteur de 80 millions d'euros.

    Ragoucy a également promis un "examen stratégique" d'ici le début de 2019, lequel est bien avancé et qui devrait se traduire par des initiatives concrètes pour la croissance et les réductions de coûts. Le plan baptisé NEXT s'étalera sur trois ans.

    Balta a précisé par ailleurs qu'il ne verserait pas de dividende pour cette année, compte tenu entre autres du niveau d'endettement et des initiatives prises au niveau des réductions de coûts et du plan de relance de la croissance.

  • Pékin tempère ses prévisions de croissance

    La Chine a annoncé mardi un objectif de croissance économique compris entre 6% et 6,5% pour 2019, en léger repli par rapport au score réalisé en 2018 (6,6%), tout en dévoilant une série de mesures de soutien à l'activité.

    L'objectif présenté dans un rapport qui doit être lu par le Premier ministre Li Keqiang au début de la session annuelle du parlement s'accompagne de l'annonce d'une baisse de 2.000 milliards de yuans (environ 260 milliards d'euros) des impôts et des charges sociales sur les entreprises.

    Les prêts aux très petites entreprises par les banques du secteur public seront accrus de plus de 30%, une mesure de soutien à l'activité dans un contexte de ralentissement provoqué par la lutte contre l'endettement et par la baisse de la demande mondiale, compliquée par la guerre commerciale lancée par les Etats-Unis contre les produits chinois.

    La croissance chinoise est tombée l'an dernier à son plus bas niveau depuis 28 ans.

  • A suivre ce mardi 5 mars

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 8h Ventes au détail / janvier
    • 9h55 Indice PMI IHS Markit des services définitif / février

    Chine
    • Indice PMI Caixin-Markit des services / février

    Etats-Unis
    • 16h Indice ISM des services / février
    • 16h Ventes de logements neufs / décembre
    • 20h Budget fédéral / janvier

    Royaume-Uni
    • 10h30 Indice PMI IHS Markit des services / février

    Suisse
    • Journées presse du salon de l'automobile (mercredi 6 aussi)

    Zone euro
    • 10h Indice PMI IHS Markit des services déf. / février
    • 11h Ventes au détail / janvier

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Balta: résultats 2018

    France

    Résultats 2018
    • Eurofins
    • DBV Technologies

    Suisse
    • Salon automobile de Genève

  • Bonjour à toutes et tous...

    ... et bienvenue sur le "market live" de L'Echo, l'endroit idéal pour les investisseurs pour suivre les principaux événements de cette séance de bourse du mardi 5 mars.

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés