1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street, optimiste sur le commerce, poursuit son rebond

La Bourse de New York a fini en hausse ce jeudi pour la troisième séance consécutive, portée par l'espoir d'un accord commercial sino-américain. A Bruxelles, le Bel 20 rebondit de 1,6%, tiré par la hausse de titres comme AB InBev, ING, Engie et Proximus.
  • A suivre ce vendredi 2 novembre

    ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 9h55 Indice PMI Markit manufacturier définitif / octobre

    Etats-Unis
    • 13h30 Créations d'emploi, taux de chômage, salaires / octobre
    • 13h30 Balance commerciale / septembre
    • 15h Commandes à l'industrie / septembre

    Royaume-Uni
    • 10h Indice PMI Markit manufacturier zone euro déf. / octobre

     

    → ENTREPRISES

    Etats-Unis

    Résultats du T3 (avant Bourse)
    • Exxon Mobil
    • Chevron

    Résultats du T2 (avant Bourse)
    • Alibaba / résultats du T2 (avant Bourse)

     

  • Kraft Heinz manque le consensus, le titre chute

    Kraft Heinz a vu son bénéfice trimestriel reculer plus que prévu au troisième trimestre, sous l'effet d'une hausse de ses coûts qui a éclipsé un chiffre d'affaires supérieur aux attentes.

    → Le titre du fabricant du ketchup Heinz et du fromage Velveeta chute de 7,5% à 52 dollars dans les échanges d'après-Bourse à Wall Street .

    Kraft Heinz a fait état d'un bénéfice net en baisse de 33,3% à 630 millions de dollars (552 millions d'euros) sur les trois mois à fin septembre et d'un bénéfice par action de 78 cents hors éléments exceptionnels, trois cents de moins que le consensus Refinitiv IBES. Le chiffre d'affaires a progressé de 1,6% à 6,38 milliards de dollars, au-dessus du consensus qui était à 6,31 milliards.

    "Les coûts sont un domaine où nous ne sommes pas satisfaits cette année", a admis le directeur général Bernardo Hees. Les fabricants de produits de grande consommation sont confrontés depuis plusieurs mois à l'envolée des coûts des matières premières et de transport, exacerbés par une pénurie de chauffeurs routiers aux Etats-Unis. Le contexte de forte concurrence, y compris du commerce en ligne avec Amazon, les pousse en outre à multiplier les promotions. Kraft Heinz a vu ses prix de vente décroître de 0,9% sur le trimestre alors qu'il avait pu les augmenter au premier semestre.

  • Starbucks rassure avec ses ventes, le titre grimpe

    Starbucks a publié ce jeudi des résultats meilleurs que prévu pour son quatrième trimestre clos fin septembre grâce à des hausses de prix aux Etats-Unis et à un rebond de ses ventes en Chine, des annonces saluées par un bond de 9% de son action dans les échanges d'après-Bourse à Wall Street .

    Le chiffre d'affaires de la première chaîne mondiale de cafés a progressé à 6,30 milliards de dollars (5,52 milliards d'euros) à comparer à un consensus de 6,27 milliards selon IBES Refinitiv. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action ressort à 62 cents, supérieur de deux cents au consensus, en dépit d'un tassement du bénéfice net à 755,8 millions de dollars et d'une marge opérationnelle en repli de 2,7 points de pourcentage à 15,2%.

    Confronté à une vive concurrence d'enseignes de haut de gamme mais aussi de chaînes de restauration rapide aux Etats-Unis, son marché principal, Starbucks a entrepris de fermer ses établissements les moins rentables, de rénover le reste de ses points de vente et d'y introduire de nouveaux produits tels que des boissons froides. Ces efforts ont contribué à une hausse de 4% de ses ventes américaines à périmètre comparable, bien plus que la progression de 2,76% attendue en moyenne par les analystes.

    Le ticket de caisse moyen par client a augmenté de 4% également. Les ventes comparables en Chine ont de leur côté rebondi de 2% après une baisse au trimestre précédent, contribuant à une hausse de 3% des ventes mondiales à périmètre égal. Starbucks, soumis aussi à une rude concurrence en Chine ainsi qu'à un durcissement de la réglementation, s'est allié avec Alibaba pour mieux desservir les villes du pays.

  • Apple bat le consensus mais déçoit avec ses prévisions

    Apple déçoit sur ses prévisions de vente de fin d'année, ce qui fait reculer le titre de plus de 6% dans les échanges après-Bourse.

    → Lire le compte-rendu

  • Wall Street, optimiste sur le commerce, poursuit son rebond

    La Bourse de New York a terminé dans le vert ce jeudi, poursuivant son rebond après une période de fortes turbulences grâce à un regain d'optimisme sur les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis. Le Dow Jones s'est apprécié de 1,06% pour clôturer à 25.380,74 points. Le Nasdaq a gagné 1,75% pour finir à 7.434,06 points. Le S&P 500 a pris 1,06% pour terminer à 2.740,37 points.

    Les indices de la place new-yorkaise continuent ainsi à se ressaisir après avoir été particulièrement chahutés pendant le mois d'octobre, le Dow Jones ayant enregistré sa pire dégringolade mensuelle (-5,1%) depuis début 2016, le Nasdaq (-9,2%) depuis 2008 et le S&P 500 (-6,9%) depuis 2011.

    Le marché a particulièrement profité d'un tweet du président américain Donald Trump, qui a affirmé avoir eu une "très bonne conversation" au téléphone avec son homologue chinois sur le sujet épineux du commerce. Mais les indices ont aussi été aidés par des résultats d'entreprises et des indicateurs de bonne tenue.

    Les chiffres trimestriels du géant de l'agrochimie DowDuPont (+8,07%) ou du groupe israélien de médicaments génériques Teva (+15,12%) ont été particulièrement bien reçus. Du côté des statistiques sur la santé de l'économie américaine, les demandes hebdomadaires d'allocations chômage aux États-Unis ont un peu reculé la semaine dernière, s'inscrivant sous la barre des 225.000 requêtes pour la 17e semaine consécutive. La productivité a pour sa part légèrement ralenti au troisième trimestre, en progressant de 2,2%. Mais la décélération est un peu moins marquée que prévu et la progression de la productivité au trimestre précédent (+2,9%) était la meilleure cadence enregistrée depuis le premier trimestre 2015..

  • Wall Street termine en hausse

    • Le Dow Jones a gagné 1,08% à 25.385,92 points.
    • Le Nasdaq a pris 1,75% à 7.434,06 points.
    • Le S&P 500 a avancé de 1,09% à 2.740,83 points.
  • Le pétrole termine en nette baisse à New York

    Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse ce jeudi sur le marché new-yorkais Nymex, avec le brut léger texan sous les 65 dollars, dans un marché inquiet de l'abondance de l'offre et des signes de ralentissement de l'économie en Chine. La production russe à un record post-soviétique et celle des Etats-Unis qui dépasse désormais les 11 millions de barils atténuent l'impact sur le marché du rétablissement des sanctions américaines contre l'Iran.

    Selon une enquête Reuters publiée mercredi, l'Opep a porté en outre sa production à un niveau inégalé depuis 2016, la hausse des extractions notamment aux Emirats arabes unis et en Libye contre-balançant la baisse des livraisons iraniennes. A ces inquiétudes sur l'offre s'ajoutent des craintes de ralentissement de la demande chinoise alors que l'activité manufacturière y est tombée en octobre à plus bas depuis deux ans, selon les indices PMI officiels publiés mercredi.

    • Le contrat décembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a perdu 1,62 dollar, soit 2,48%, à 63,69 dollars le baril, après un plus bas depuis avril de 63,11.
    • Le Brent a lâché 2,15 dollars ou 2,87% à 72,89 dollars le baril, à son plus bas niveau depuis le mois d'août. 
  • AB InBev et ING tirent le Bel 20 à la hausse

    Passées les prises de bénéfice observées mardi, la Bourse de Bruxelles est repartie de l’avant au cours des deux dernières journées. L’indice Bel 20, qui avait gagné 1,49% mercredi, a encore progressé de 1,63% ce jeudi. Il porte son rebond au terme de ces deux séances à 3,14% à 3.503,26 points.

    Au cours de celles-ci, deux valeurs ont évolué à contre-courant dans cet indice. Il s’agit de Telenet qui avait chuté à la suite de la publication de ses résultats pour le troisième trimestre. Malgré son rebond jeudi, l’action du câblo-opérateur conserve une perte de 2,6% à 44,62 euros. Du fait de l’emprunt réalisé récemment pour verser un dividende à ses actionnaires, le ratio dette/ebitda est monté de 3,6 à 4.

    Autre valeur en retrait, GBL accuse un repli de 1,36% à 79,98 euros. Le holding de la famille Frère a publié des résultats en légère dans la soirée de mercredi à l’issue des 9 premiers mois de l’année. À la tête d’une trésorerie brute de 595 millions d’euros, à laquelle on peut ajouter un montant de 2,15 milliards d’euros grâce à des lignes de crédit non tirées, GBL pourrait envisager partir à la chasse des affaires à bon compte dans le contexte boursier actuellement difficile. "Nous sommes prudents, et nous voudrions avoir un peu plus de visibilité, mais nous sommes des investisseurs, et nous trouvons qu’un certain nombre de sociétés sont devenues peu chères", a toutefois indiqué Ian Gallienne.

    Du côté des valeurs orientées à la hausse, ING a accumulé un gain de 7,29% à 11,07 euros. Le groupe bancaire néerlandais a publié des résultats qui dépassent les attentes du marché. À l’énergie, Engie s’est adjugé, toujours au total des deux dernières séances, 4,63% à 11,97 euros.

    Bonne tenue aussi des valeurs cycliques telles que Solvay qui récupère 2,48% à 101,05 euros et Umicore (+ 3,38% 42,17 euros).

    Enfin, Argenx a rebondi de 20,94% à 79,70 euros. Sur la seule séance de jeudi, cette action est montée de 13,7%. Argenx, comme Celyad (+ 8,72% à 23,94 euros) qui ne fait pas partie de la composition du Bel 20, ont publié au cours de la journée des données sur des essais cliniques en cours qui seront présentées lors d’un congrès début décembre.

  • Air France et Lufthansa dopés par la chute des cours du Brent

    Les actions des compagnies aériennes Air France et Deutsche Lufthansa, qui s'étaient plaints de ce que la hausse des prix du Brent avaient lourdement impacté leurs résultats, rebondissent. Ils profitent de l'orientation toujours baissière des prix du baril de Brent (-3% à 73,1 USD ce jour).

    A Paris, Air France gagne 6,4% à 9,10 euros et, à Francfort, Lufthansa prend 6,67% à 18,94 euros. En revanche, le titre du groupe pétrolier Total recule de 2,8% à 50,52 euros.

  • Argenx en tête du Stoxx 600

    En tenant compte des performances réalisées par les actions du Stoxx 600 mercredi et jeudi, Argenx signe la meilleure performance de cet indice (lire "Briefing-Actions"). Elle gagne 20,33%. Suit une autre entreprise biotech Morphosys AG qui bondit de 20,3%.

  • Baisse des inscriptions au chômage aux USA

    Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont baissé aux Etats-Unis dans la semaine au 27 octobre, à 214.000 contre 216.000 la semaine précédente, et le nombre d'Américains percevant des indemnitésde chômage était à son plus bas niveau depuis plus de 45 ans, a annoncé jeudi le département du Travail.

  • Dépenses de construction stables aux USA

    Les dépenses de construction ont été inchangées en septembre, à un record, une nouvelle hausse des investissements dans les projets privés ayant été contrebalancéepar la plus forte baisse des projets publics depuis un an.

    La stagnation des dépenses de septembre a suivi une augmentation de 0,8% (révisée en hausse par rapport à uneprogression de 0,1% annoncée initialement) des dépenses d'août, selon les chiffres publiés lundi par le département du Commerce.  

    Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une hausse de 0,1% pour le mois de septembre. Par rapport au mois de septembre 2017, les dépenses deconstruction sont en hausse de 7,2%.

  • Apple en position d'attente

    L'action Apple varie peu à la Bourse du Nasdaq. Elle enregistre une baisse peu significative de 0,8% à 218 USD.

    Le groupe à la pomme annoncera ses résultats pour son 4e trimestre et l'ensemble de son exercice 2017-18 après la clôture de Wall Street ce jeudi. Soit après 21h30.

    Les analystes suivis par Bloomberg tablent sur un bénéfice par action de 11,79 USD sur l'ensemble de l'exercice.

  • L'ISM manufacturier en baisse aux USA

    L'activité manufacturière aux Etats-Unis s'est tassée en octobre plus nettement que prévu pou rle deuxième mois d'affilée, selon l'enquête mensuelle del'Institute for Supply Management (ISM) publiée jeudi.

    L'indice ISM manufacturier est ressorti à 57,7 le mois dernier, à son plus bas niveau depuis avril 2018, contre 59,8 en septembre. Les économistes interrogés par Reuters attendaient enmoyenne une décrue à 59,0. 

    Un indice à plus de 50 dénote une expansion du secteurmanufacturier, qui représente environ 12% de l'économieaméricaine.

  • Le pouls des marchés vers 16 heures

     

    - S&P 500: +0,7% à 2.730,2 points

    - Stoxx 600: +0,29% à 362,67 points

    - Euro/dollar: +0,8% à 1,1405

    - Baril de Brent: -1,13% à 74,62 USD

    - Once d'or: +18 USD à 1.232,6 USD

    - Rendements des obligations à 10 ans:

           +0,01% à 3,15% pour le Bon du Trésor US

            -0,049% à 3,37% pour le BTP italien

  • Les cycliques redressent la tête à Wall Street

    En dépit de l'annonce d'un indice ISM manufacturier décevant aux Etats-Unis (au plus bas depuis 6 mois), les valeurs cycliques remontent la pente à Wall Street. Les excellents résultats publiés par le groupe chimique DowDupont engrangés lors de son troisième trimestre semblent l'emporter. L'indice Dow Jones gagnait une heure après l'ouverture de la séance 0,74% à 25.300 points. 

    L'action de DowDupont qui a aussi décrété un rachat de ses propres actions pour un montant de 3 milliards de dollars, mène les hausses dans cet indice. Elle s'adjuge 6,71% à 57,54 USD. Elle es suivie de d'United Technologies qui prend   1,7% à 126,32 USD et de Caterpillar (+1,44% à 123,07 USD.

    A l'inverse, Verizon y signe la moins belle performance, en cédant 1,3% à 56,35 USD. Cisco perd 0,79% à 45,39 USD et Microsoft 0,7% à 106,03 USD. 

    Sur le Nasdaq, l'indice Composite progresse de 0,81% à 7.365,2 points.

  • DowDuPont confirme sa prévision de bénéfice pour l'ensemble de l'année

    Le géant de l'agrochimie DowDuPont a confirmé ce jeudi sa prévision de bénéfice pour l'ensemble de l'année après un résultat supérieur aux attentes au troisième trimestre de l'exercice 2018 et une hausse de 10% de son chiffre d'affaires. Le groupe a également annoncé un programme de rachat d'actions de 3 milliards de dollars, ce qui a alimenté l'envolée du titre à Wall Street: il gagnait 5,18% à 56,70 dollars vers 15H dans les échanges électroniques de pré-séance .

    DowDuPont a dégagé un bénéfice net de 497 millions de dollars lors du troisième trimestre contre 514 millions de dollars un an plus tôt, en baisse de 3,3%, toutefois le bénéfice par action ajusté, qui fait référence pour les investisseurs, est ressorti à 74 cents, soit 3 cents de mieux que ce qu'attendait Wall Street.

    La rentabilité a été affectée par une hausse des coûts, dont une progression de 49% à 1,5 milliard de dollars pour les frais généraux et dépenses opérationnelles et de 88% à 666 millions de dollars pour ceux liés à sa scission en cours.

  • Wall Street poursuit son rebond

    La Bourse de New York évoluait en légère hausse à l'ouverture, poursuivant son rebond après une longue période de turbulences à la faveur de résultats d'entreprises et d'indicateurs de bonne tenue: le Dow Jones prenait 0,43% et le Nadsaq 0,30%.

    Mercredi, Wall Street avait terminé sur une note positive un mois d'octobre particulièrement chahuté, le Dow Jones ayant enregistré sa pire dégringolade mensuelle (-5,1%) depuis début 2016 et le Nasdaq (-9,2%) depuis 2008.

  • Brexit: Bruxelles dément la conclusion d'un accord sur les services financiers

    Le négociateur en chef de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier, a démenti la conclusion d'un accord sur les services financiers visant à maintenir l'accès britannique au marché européen après le Brexit, annoncée par le Times.

    "Articles de presse trompeurs sur le Brexit et les services financiers", a écrit le Français dans un message posté sur Twitter.

    "Rappel: l'UE peut accorder et retirer l'équivalence de certains services financiers de manière autonome. À l'instar d'autres pays tiers, l'UE est prête à engager un dialogue réglementaire étroit avec le Royaume-Uni dans le respect absolu de l'autonomie des deux parties", a-t-il poursuivi.

  • Wall Street| Opening Bell |

    • Dow Jones: +0,44%
    • S&P 500: +0,35%
    • Nasdaq : +0,30%

  • Le point complet sur les marchés

    L'Europe bien orientée, Wall Street donnée en hausse, les résultats animent la cote, le sterling progresse

    1. Wall Street est attendue en hausse, les Bourses européennes évoluent dans le vert et la livre sterling profite d'informations optimistes sur un accord concernant le secteur financier post-Brexit sur fond de statu quo de la BoE sur ses taux.

    2. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse entre 0,1% et 0,4%.

    3. À Paris, le CAC 40 est à la traîne, pénalisé notamment par le repli de Total (-2,31%), et perd 0,18%. Mais à Francfort, le Dax prend 0,32% et à Londres, le FTSE grappille 0,02% freiné par la vigueur du sterling.

    3. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 de la zone euro monte de 0,29% et le Stoxx 600 de 0,39%.

    4. L'agenda économique du jour est allégé, hormis du côté du Royaume-Uni où la Banque d'Angleterre (BoE) a maintenu sans surprise son principal taux directeur tout en laissant entendre que les hausses de taux futures seraient un peu plus rapides si le Brexit se passait bien.

    5. La séance est aussi animée par une information du Times selon laquelle un accord aurait été trouvé entre Londres et Bruxelles sur l'accès des établissements financiers britanniques aux marchés de l'Union européenne après le Brexit.

    6. A New York, les investisseurs suivront avec beaucoup d'attention les résultats en après-Bourse d'Apple, dernier géant de la technologie à publier ses résultats trimestriels.

    7. En attendant Apple, les investisseurs ont pris connaissance des résultats de DowDuPont qui gagne près de 4% en avant-Bourse après avoir enregistré une hausse plus forte que prévu de son bénéfice au troisième trimestre.

    8. En Europe, les résultats continuent d'animer la cote avec en particulier les chiffres d'ASM International (+12%), d'ING (+6,5%), de BT (+8,8%) ou de Credit Suisse (-2%)

    9. Sur le marché pétrolier, les cours sont repartis à la baisse sur des signes d'augmentation de la production en Russie. Le Brent se traite ainsi en-dessous de 74,5 dollars le baril et le brut léger américain WTI à moins de 65 dollars.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Apple, DowDupont, Ford, Fitbit...

    * DOWDUPONT a annoncé une augmentation de 10% de son chiffre d'affaires au troisième trimestre en raison d'une demande dynamique pour ses produits chimiques utilisés dans les cosmétiques, les peintures et les emballages. L'action prend 3,8% en avant-Bourse.

    * APPLE publiera ses résultats trimestriels après la clôture. Le géant de la technologie devrait annoncer une hausse de 17,1% de son chiffre d'affaires à 61,57 milliards de dollars (54,33 milliards d'euros et un bénéfice de 2,78 dollars par action contre 2,07 dollars un an plus tôt, selon la médiane des estimations de 32 analystes recueillies par Refinitiv.

    * FORD MOTOR et Volkswagen ont engagé des négociations à un stade "exploratoire" pour développer en commun des véhicules autonomes et électriques dans le cadre d'une stratégie visant à réaliser des milliards de dollars d'économies de coûts, selon une source proche du dossier.

    * AIG a publié mercredi une perte nette trimestrielle réduite, à 1,26 milliard de dollars, soit 1,41 dollar par action, contre 1,74 milliard (1,91 dollar par action) un an plus tôt, les contrats de réassurance ayant contribué à compenser les lourdes pertes encaissées sur les catastrophes naturelles au Japon et aux Etats-Unis. Le titre perdait 1,1% mercredi dans les transactions électroniques en après-Bourse.

    * CIGNA a annoncé jeudi une hausse de ses bénéfices au troisième trimestre à la faveur d'une réduction des coûts médicaux pour l'assureur maladie.

    * TEVA, numéro un mondial des médicaments génériques, a relevé jeudi ses prévisions pour 2018 après avoir publié un bénéfice en repli au troisième trimestre, mais meilleur que prévu.

    * FITBIT - Le fabricant d'objets connectés a surpris en annonçant mercredi un bénéfice ajusté au titre du troisième trimestre, porté par son activité de montres connectées qui contribue à hauteur de près de moitié à son chiffre d'affaires total. Le titre bondit de 8,7% à 5,14 dollars en avant-Bourse.

    * ZYNGA - L'éditeur de jeux vidéo pour mobile qui, outre la publicité, vend des produits virtuels comme des devises ou des recharges de vie, a annoncé mercredi des "bookings", une mesure importante du futur chiffre d'affaires, et des prévisions pour le trimestre en cours, inférieurs aux attentes du marché.

  • La BoE abaisse ses prévisions de croissance pour le Royaume-Uni

    La Banque d'Angleterre (BoE) annonce le maintient à l'unanimité de son taux directeur à 0,75% à l'issue de sa réunion de politique monétaire, optant pour la prudence à quelques mois du Brexit.

    La BoE a par ailleurs légèrement abaissé ses prévisions de croissance pour le Royaume-Uni pour 2018 à 1,3% (contre 1,4% pour sa précédente estimation réalisée en août) et pour 2019 à 1,7% (contre 1,8%). Elle a souligné que "les effets de l'incertitude du Brexit se sont intensifiés".

  • Hamon: +32,13%

    Après un trading update plutôt favorable, Hamon bondit de 32,13% à 44 centimes et dans un volume de 150.000 titres échangés.

    Les prises de commandes pour les neuf premiers mois ont été supérieures de 36% à celles de la période correspondante de 2017. En outre, le spécialiste des tours de refroidissements a renforcé ses positions en dehors du secteur du pétrole et du gaz (qui n’a pas encore récupéré de la forte chute des prix du pétrole au second semestre 2014).

  • Le fonds activiste d'un ex-JPMorgan investit dans Deutsche Bank

    Le fonds activiste américain Hudson Executive Capital a pris une participation au capital de Deutsche Bank , a annoncé la première banque d'Allemagne.

    Le Wall Street Journal a le premier fait état de cet investissement, consistant selon lui en une participation de 3,1%.

    Hudson est dirigé par Douglas Braunstein, un ancien directeur financier de JPMorgan Chase.

    L'action Deutsche Bank, qui a chuté de près de 45% depuis le début de l'année, gagne 3,26% à 8,93 euros.

  • "La correction sur les actions est excessive"

    Le brutal repli que viennent de connaître les marchés d'actions est excessif et n'annonce pas l'avènement d'un marché baissier ("bear market"), même si de nouvelles secousses à court terme ne peuvent être exclues, lit-on dans une note de Barclays.

    Les Bourses mondiales ont souffert la semaine dernière, plongeant certains indices en zone de correction, après un semblable épisode début février.

    Les investisseurs doivent-ils se préparer à un retournement du marché ?, s'interrogent les stratèges actions de la banque britannique.

    "Nous ne le conseillons pas et nous pensons que la correction paraît excessive", tranchent-ils. "Les marchés pourraient demeurer volatils à court terme mais nous pensons que la correction améliore la prime de risque sur les actions".

  • L'action IBA retrouve des ailes grâce à la Chine

  • ASM s'envole après ses résultats et ses prévisions

    L'action ASM International monte en flèche en Bourse d'Amsterdam, l'équipementier des semi-conducteurs ayant annoncé la veille des perspectives qui démentent les craintes d'un tassement du marché.

    "Des commandes nouvelles à hauteur de 258 millions d'euros, un niveau sans précédent, sont en augmentation de 47% par rapport au deuxième trimestre de 2018", explique l'entreprise dans un communiqué accompagnant ses résultats publiés mercredi après la clôture des marchés.

    Le consensus Reuters donnait 218 millions pour les commandes nouvelles.

    L'action gagne près de 15%, de loin la plus forte hausse de l'indice Stoxx 600. Elle reste en recul de 17% environ depuis le début de l'année mais est bien partie pour réaliser sa meilleure séance depuis quatre ans.

  • Pour Raymond James, Telenet vaut 35 euros

    Raymond James publie un rapport très critique sur Telenet après la publication des résultats du troisième trimestre.

    Les analystes se posent toute une série de questions sur Telenet qui fait face à de nombreux défis: pression sur les ventes, réglementation du réseau, investissements élevés, mettant en péril la "prime de valorisation" de l'action.

    Le recommandation reste à 'sous performance' mais l'objectif de cours passe de 50 à 35 euros. C'est l'objectif de prix le plus bas parmi les brokers qui suivent la valeur.

    Telenet gagne 5,60%, après la claque boursière d'hier.

  • Shell voit ses profits bondir mais déçoit le marché

    Le géant des hydrocarbures Shell a enregistré un bond de ses bénéfices au troisième trimestre, dopé comme l'ensemble du secteur par la hausse des prix du pétrole et du gaz, mais a déçu le marché qui espérait encore mieux.

    Le bénéfice net a grimpé de 43% à 5,839 milliards de dollars (5,1 milliards d'euros) entre juillet et septembre, a annoncé dans un communiqué le groupe anglo-néerlandais. Depuis le début de l'année, il a quasiment doublé son résultat net à près de 18 milliards de dollars.

    Shell souligne dans son communiqué que ses résultats ont d'abord profité de la hausse des prix dans le pétrole, le gaz et le gaz naturel liquéfié. Dans le même temps, sa production a légèrement reculé de 2% à 3,596 millions de barils équivalent pétrole par jour, alors que le groupe est engagé dans un vaste programme de cessions d'actifs.

    Le marché n'est pas impressionné par ces chiffres et sanctionne même le groupe dont le cours (action "B") perd 1,3%.

    "Le problème quand la barre est haute, c'est qu'il est possible de la rater et c'est ce qui s'est passé une nouvelle fois ce trimestre. Les analystes espéraient des bénéfices encore plus élevés, notamment après la performance de BP."
    Michael Hewson
    Analyste chez CMC Markets

  • ArcelorMittal pénalisé par Ilva

    ArcelorMittal gagne 1,13% à 22,29 euros.  Le géant mondial de l'acier a publié un bénéfice net au troisième trimestre en baisse de 25% sur un an, pénalisé par des charges liées à l'acquisition de l'italien Ilva, tandis que les ventes étaient en hausse de 5%, dans des conditions de marché toujours favorables.

  • La Chine stimule IBA

    Mercredi, de nombreux investisseurs se sont demandés pourquoi IBA avait soudainement entamé dans l'après-midi pour finir sur un gain de 12,8%.

    Selon KeplerCheuvreux, l'impulsion est liée à la Chine. Le pays a délivré 10 licences pour de nouvelles installations de protonthérapie, ce qui a permis à l'ensemble du secteur de progresser. Le concurrent Varian, par exemple, a gagné 6,4% à New York.

    La bourse se réjouit de la reprise des opérations en Chine, même si 10 licences (dont 3 déjà attribuées et 2 à IBA) ne suffisent pas pour modifier les objectifs de croissance du secteur de la protonthérapie. KeplerCheuvreux souligne que la Chine, avec ses 1,4 milliard d'habitants, constitue un marché énorme pour la protonthérapie. Cependant, le secteur de la santé doit devenir encore plus mature avant que la délivrance de licences ne soit réellement accélérée. À titre de comparaison, les Pays-Bas, l’un des pays les plus avancés en matière de traitement du cancer par protonthérapie, disposent de 9 salles de traitement pour 17 millions d’habitants.

    En ce qui concerne plus particulièrement IBA, KeplerCheuvreux recommande de mettre l’accent sur les catalyseurs à court terme, pour lesquels la visibilité est limitée.

  • Le sterling brille

    La livre sterling bondit après l'annonce de l'imminence d'un accord garantissant aux institutions financières britanniques l'accès aux marchés de l'Union européenne (UE) après le Brexit. La devise britannique prend 1,13% face au billet vert à 1,29 dollar et 0,54% face à l'euro à 8.815 pence.

    Un accord entre l'Union européenne et le Royaume-Uni est pratiquement bouclé sur certaines formes d'accès des institutions financières britanniques aux marchés européens, a déclaré jeudi à Reuters un responsable britannique, confirmant une information du Times de Londres.

    Londres et Bruxelles sont convenus de tous les aspects du futur partenariat concernant les services financiers, de même que les échanges de données, après la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE prévue le 29 mars prochain, précise le Times.

    Le sterling pourrait réagir à la mi-journée aux annonces de politique monétaire de la Banque d'Angleterre, qui seront accompagnées de son rapport sur l'inflation (12h00 GMT).

  • La tendance boursière en matinée

    Novembre démarre dans le calme | Les résultats animent la cote | Le sterling bondit

    1. Les principales Bourses européennes varient peu en matinée, les marchés d'actions paraissant vouloir tourner le dos sans trop de vagues à un mois d'octobre compliqué.

    2. Bruxelles gagne 1,28%, Francfort 0,55%, Amsterdam 0,34% et Paris 0,12%. L'indice Euro Stoxx 50 grimpe de 0,24% et le Stoxx 600 de 0,57%.

    3. A Londres, le FTSE perd pour sa part 0,03%, pénalisé par la vigueur de la livre sterling après l'annonce d'un accord imminent entre Londres et Bruxelles permettant au secteur financier britannique de conserver l'accès au marché unique de l'Union européenne après le Brexit.

    4. La devise britannique prend plus de 1% face au billet vert, à 1,29  dollar, et 0,6% face à l'euro, à 8.807 pence, en attendant le verdict de la réunion de politique monétaire de la Banque d'Angleterre ainsi que son rapport sur l'inflation.

    5. Les résultats continuent d'animer la cote avec un repli de plus de 4% pour Credit Suisse, qui a annoncé un bond de 74% de son bénéfice net au troisième trimestre, ressorti néanmoins en dessous des attentes du marché.

    6. A la hausse, BT bondit de 6% après avoir annoncé des résultats supérieurs aux attentes et relevé ses prévisions.

    7. ING bondit de 5%. La première banque des Pays-Bas a enregistré au troisième trimestre un bénéfice meilleur que prévu en conservant une croissance dynamique de son activité malgré des sanctions pour des manquements en termes de lutte contre le blanchiment d'argent.

  • SocGen moins optimiste pour GBL

    Après les résultats trimestriels, l'analyste Patrick Jousseaume de la Société Générale a abaissé ses objectifs en matière de conseil et de prix pour GBL . Il abandonne sa recommandation d'achat pour un conseil de "conserver" le titre. L'objectif de cours passe de 102 à 88 euros.

  • Galapagos démarre l'étude PINTA dans le traitement de l'IPF

    Galapagos a annoncé mercredi soir le lancement de l’étude de phase 2, appelée PINTA, pour le médicament potentiel GLPG1205 utilisé chez les patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (IPF). C'est une maladie pulmonaire rare qui ne peut pas encore être guérie. Après le diagnostic, les patients ne survivent généralement que pendant 2 à 4 ans.

    PINTA est un essai de phase 2 randomisé, à double aveugle, contrôlé par placebo, portant sur une dose orale quotidienne de 100 mg de GLPG1205 chez jusqu'à 60 patients atteints de IPF. Le premier patient a reçu sa dose dans un centre ouvert en Slovaquie.

    Le portefeuille de Galapagos contient actuellement trois médicaments candidats pour traiter la IPF: le GLPG1690 dans l’étude de phase 3 d’ISABELA, le GLPG1205 dans l’étude de PINTA Phase 2 et le GLPG3499 toujours en phase de développement préclinique.

    L'action représentative gagne 1,81% à 92,40 euros.

  • Voici le briefing actions belges

  • KBCS sur GBL

    L'analyste Cédric Duinslaeger réduit son objectif de cours sur GBL à 94 euros contre 100 euros, tout en affirmant sa recommandation d'accumuler la valeur.

    "Dans l’ensemble, nous ne voyons aucune nouvelle importante par rapport au premier semestre 2018. Depuis le troisième trimestre toutefois, la valeur nette d'inventaire (Net Asset Value, NAV) et le prix de l’action de GBL ont respectivement chuté de 8% et 10%. Nous estimons actuellement que la NAV s’élève à 110,5 euros, représentant une décote de 25,65%. Nous réitérons notre conseil d'accumuler la valeur, mais ajustons notre objectif de cours à 94 euros par action. compte tenu d'une NAV plus faible, représentant une décote de 18% par rapport notre NVA ajustée estimée de 114,5 euros par action."

    GBL perd 2,07% à 80,48 euros dans un marché en hausse de 0,94% à 3.471,18 points.

  • GBL, plus forte baisse de la cote à Bruxelles

    GBL perd aux alentours de 3%, la plus fortes baisse de la cote bruxelloise.

    Le holding des familles Frère et Desmarais affiche, au 30 septembre, un résultat net consolidé de 464 millions d’euros, en nette baisse par rapport aux 9 premiers mois de 2017, mais qui s’explique essentiellement par un changement de normes IFRS qui ne permet plus de reconnaître, comme par le passé, les plus-values réalisées sur les cessions de ses participations.

    Les ‘cash earnings’, élément-clé pour un holding, progressent eux de 2,8%, pour atteindre 380 millions d’euros.

    Le holding, qui dispose de 2,7 milliards de liquidités (595 millions d’euros de trésorerie brute et 2,15 milliards de lignes de crédit non tirées, pourrait profiter de la correction boursière pour acheter.

  • Credit Suisse: -4,4%

    Credit Suisse perd 4,4% à l'ouverture après ses résultats.

    La deuxième banque suisse a annoncé un bond de 74% de son bénéfice net au troisième trimestre, ressorti néanmoins en dessous des attentes du marché.

  • ING: +4,31%

    ING bondit de plus de 4% dans les premiers échanges, portés par ses résultats trimestriels et l'annonce d'un bénéfice meilleur que prévu.

  • |Opening bell|

    • Bruxelles: +0,37%
    • Amsterdam: +0,37%
    • Francfort: -0,17%
    • Paris: -0,36%
    • DJ Stoxx 600: -0,04%

  • "Les investisseurs seront sans doute quelque peu nerveux avant la publication des résultats d'Apple après la clôture ce soir."
    Les experts de Mirabaud Securities Genève

  • Le point avant l'ouverture des marchés - Update

    Léger repli attendu à l'ouverture

    Les principales Bourses européennes sont attendues en léger repli en début de séance, après un mois d'octobre compliqué.

    D'après les contrats à terme sur les indices de référence, le CAC 40 parisien et le Dax à Francfort pourraient perdre chacun autour de 0,5% à l'ouverture.

    Le FTSE à Londres reculerait pour sa part de 0,7%, pénalisé par la vigueur de la livre sterling après un article du Times faisant état d'un accord entre Londres et Bruxelles permettant au secteur financier britannique de conserver l'accès au marché unique de l'Union européenne après le Brexit.

  • Arcelor Mittal, Credit Suisse, Shell... quelques valeurs à suivre en Europe

    Arcelor Mittal - ArcelorMittal a annoncé jeudi un bond de 42% de son bénéfice brut au troisième trimestre et prédit que ses résultats allaient continuer des'améliorer à la faveur d'une demande d'acier en croissance.

    Credit Suisse - La deuxième banque suisse a annoncé jeudi un bond de 74% de son bénéfice net au troisième trimestre, qui est néanmoins ressorti en dessous des attentes du marché. Ses dépenses d'exploitation ont baissées plus fortement que ses revenus.

    Royal Dutch Shell - Royal Dutch Shell a annoncé jeudi une progression de près de 40% de son bénéfice net trimestriel, qui a atteint un plus de haut de quatre ans avec la hausse des cours du pétrole tout en restant inférieur aux prévisions.

  • Biocartis présente des études sur l'Idylla aux Etats-Unis

    Le spécialiste du diagnostic moléculaire Biocartis présentera huit résumés d’études lors de la conférence de l’Association pour la pathologie moléculaire (AMP) à San Antonio, au Texas qui se déroule du 1er au 3 novembre.

    Les études démontrent que la plate-forme Idylla présente de bonnes performances par rapport aux méthodes de tests existantes, avec la facilité d'utilisation, le flux de travail entièrement automatisé et le résultat rapide, comme avantages supplémentaires.

    Les études ont été menées par des spécialistes réputés en oncologie aux États-Unis.

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    Calme en vue après un mois d'octobre tumultueux

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues sans tendance claire en début de séance, les marchés d'actions paraissant vouloir tourner calmement le dos à un mois d'octobre compliqué.

    2. D'après les premières indications disponibles, le CAC 40 parisien devrait ouvrir à l'équilibre. Le Dax à Francfort progresserait de 0,2% tandis que le FTSE à Londres reculerait de 0,3%, pénalisé par la vigueur de la livre sterling.

    3. Les Bourses européennes ont brillé mercredi pour la dernière semaine d'un mois d'octobre orageux pour les actifs risqués. Malgré ce rebond, l'indice large européen Stoxx 600 accuse une perte de 5,6% sur le mois d'octobre, sa plus mauvaise performance mensuelle depuis janvier 2016.

    4. Sur l'ensemble du mois d'octobre, le Dow Jones a perdu 5,07%, le S&P-500 6,94% et le Nasdaq 9,20%. Il s'agit des plus nets replis mensuels depuis janvier 2016 pour le Dow, septembre 2011 pour le S&P et novembre 2008 pour le Nasdaq.

    5. En Asie, l'indice MSCI regroupant les valeurs d'Asie et du Pacifique (hors Japon) progresse de près de 1%.

    6. Les cours du brut reculent encore sur des signes d'une augmentation de la production mondiale. Ils ont tous deux accusé en octobre leur plus lourde perte mensuelle depuis juillet 2016, avec un repli de 8,8% pour le Brent et de 10,9% pour le brut texan.

  • Bonnes nouvelles pour le secteur financier britannique

    La livre sterling monte sur une information du Times faisant état d'un accord entre Londres et Bruxelles qui va permettre au secteur financier britannique de conserver l'accès au marché unique de l'Union européenne après le Brexit.

  • ING fait mieux qu'attendu

    La banque néerlandaise ING , une composante du Bel20, annnonce un bénéfice net en baisse de 43,6% au troisième trimestre, une chute que le groupe explique par le versement de 775 millions d'euros annoncé en septembre pour régler avec les autorités néerlandaises une affaire de blanchiment d'argent.

    Le bénéfice net s'est établi à 776 millions d'euros, a indiqué la banque dans un communiqué, notant une augmentation de sa base clientèle malgré le scandale qui a coûté la tête du directeur financier.

    Bien qu'en baisse, le bénéfice est supérieur aux attentes : les analystes attendaient seulement 630 millions selon Reuters.

  • Aedifica devient un "pure player" dans l'immobilier de santé

    Aedifica figure parmil les valeurs à suivre ce matin sur Euronext Bruxelles. La SIR a publié un communiqué après la clôture mercredi annonçant le transfert sa branche d’activité " immeubles à appartements " dans Immobe SA, sa nouvelle filiale qui a obtenu le statut de SIRI (Société immobilière réglementée institutionnelle) depuis juillet dernier. Dans la foulée, Aedifica et Primonial European Residential Fund (PERF), un fonds pan-européen géré par Primonial Luxembourg Real Estate, ont signé les conventions définitives pour le rachat en deux phases de maximum 75% des actions d’Immobe SA.

    La première phase de cet accord de rachat, portant sur la cession de 50 % des titres d’Immobe SA, a été mise en exécution ce mercredi. L’exécution de la seconde phase (25% restants) est programmée au premier semestre 2019.

    Le portfolio résidentiel historique concerné a été évalué en tenant compte de la valeur comptable des actifs (en ce compris la juste valeur des immeubles) et d’une prime de portefeuille d’environ 7%.

    Pour Stefaan Gielens, le CEO d’Aedifica, cette transaction permet à Aedifica de dégager du cash afin de poursuivre sa croissance dans son activité principale et de devenir un investisseur " pure player " sur le segment de l’immobilier de santé.

  • Tokyo lestée par ses valeurs télécoms

    La Bourse de Tokyo a fini en net repli, plombée par le secteur des télécoms qui a plongé à la suite d'une annonce de prochaine baisse de tarifs par le premier opérateur japonais de services mobiles.

    → L'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes a cédé 1,06% (-232,81 points) à 21.687,65 points.

    → L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau a perdu 0,85% (-14,07 points) à 1.632,05 points.

  • A suivre ce jeudi 1er novembre

    → ECONOMIE / FINANCE

    Chine
    • Indice PMI Caixin-Markit manufacturier / octobre

    Etats-Unis
    • 13h30 Inscriptions au chômage / semaine au 27 octobre
    • 13h30 Productivité, coûts du travail (1e estimation) / T3
    • 15h Indice ISM manufacturier / octobre
    • 15h Dépenses de construction / septembre
    • Ventes automobiles / octobre

    Japon
    • Indice PMI Markit manufacturier / octobre

    Royaume-Uni
    • 10h30 Indice PMI Markit manufacturier / octobre
    • 13h Décision de politique monétaire, rapport sur l'inflation

    → ENTREPRISES

    Etats-Unis
    • DowDuPont / résultats du T3 (avant Bourse)
    • Apple / résultats du T4 (après Bourse)
    • Starbucks / résultats du T4 (après Bourse)
    • Spotify / résultats du T3

    France
    • ArcelorMittal / résultats du T3

    Pays-Bas
    • ING Groep / résultats du T3

    Royaume-Uni
    • Royal Dutch Shell / résultats du T3

    Suisse
    • Credit Suisse / résultats du T3

  • Good morning!

    Bienvenu sur votre "Market live", le meilleur endroit pour ne rien rater de l'actualité boursière de ce jeudi 1er novembre.

     

    ©EPA

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés