1. Les marchés
  2. Live blog
live

Wall Street optimiste sur le dialogue sino-américain

La plupart des indices boursiers européens ont terminé en baisse ce vendredi, les investisseurs s'inquiétant à nouveau pour la pérennité de la croissance économique mondiale. Wall Street, qui avait ouvert en baisse, a terminé la semaine dans le vert.
  • A suivre le lundi 20 août

    Notre semaine sur les marchés prend fin. Voici les principaux événements à ne pas manquer la semaine prochaine, lundi: 

    → ECONOMIE / FINANCE

    Allemagne
    • 8h Prix à la production / juillet

    → ENTREPRISES

    Belgique
    • Xior: résultats semestriels

    Etats-Unis
    • Estée Lauder rés. du T 4et annuels - (12h30)

    Russie
    • Présentation des nouveaux armements du fabricant Kalachnikov à la veille de l'ouverture du Forum Armée - 2018 présentant les nouveautés de l'industrie militaire russe - (15h)

    Un très bon week-end et à lundi! 

  • Tesla accumule les ennuis, son titre dégringole

    La Bourse de New York, qui avait ouvert en baisse suite au regain d’inquiétude sur la Turquie et à des résultats d’entreprises contrastés, a finalement terminé la semaine dans le vert, optimiste sur le dialogue sino-américain. La séance était aussi marquée par l’idée évoquée par Donald Trump d’une publication des résultats d’entreprises cotées tous les six mois au lieu de trois comme c’est le cas actuellement. Le président américain a demandé à la SEC, le gendarme de la Bourse, de se pencher sur la question.

    Le Dow Jones a pris 0,43% à 25.669,32 points, le S&P 500 a gagné 0,33% à 2.850,13 points et le Nasdaq a avancé de 0,13% à 7.816,33 points.

    Tesla (-8,93% à 305,50 dollars), qui accumule les ennuis, était à nouveau au centre de l’attention alors que son CEO Elon Musk a déclaré au New York Times vivre "l’année la plus difficile et le plus douloureuse de sa carrière".

    Applied Materials, qui a publié des résultats légèrement supérieurs aux attentes, a toutefois déçu les investisseurs avec des prévisions pour le trimestre en cours inférieures aux attentes (-7,72% à 43,77 dollars).

  • | CLOSING BELL |

    • Dow Jones +0,43% à 25.669,02 points
    • S&P 500 +0,33% à 2.850,12 points
    • Nasdaq +0,13% à 7.816,33 points
  • Le pétrole termine la semaine en hausse modérée

    Les cours du pétrole ont terminé en hausse modérée vendredi sur le marché new-yorkais Nymex, mais ont reculé par rapport à leurs plus hauts du jour, et accusent une baisse sur la semaine dans la crainte que les tensions commerciales et le ralentissement de la croissance mondiale n'affecte la demande de pétrole.

    Le contrat de septembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 45 cents, soit 0,69%, à 65,91 dollars le baril.

    Le Brent a pris de son côté 40 cents (+0,56%) à 71,83 dollars.

  • Résumé de la séance boursière en Europe

    Les marchés européens sont repartis à la baisse vendredi, valeurs cycliques en tête, signe que les investisseurs s’interrogent à nouveau sur la pérennité de la croissance économique.

    Après une courte accalmie due à des espoirs d’apaisement des tensions entre la Chine et les Etats-Unis, les indices boursiers européens ont repris leur mouvement de baisse, vendredi. Les valeurs sensibles aux cycles économiques, comme les actions des constructeurs automobiles et des banques, ont affiché les plus nettes baisses sectorielles du jour. Derrière ces mouvements, on peut déceler l’inquiétude de certains investisseurs pour la pérennité de la croissance économique. Parmi les récents indicateurs conjoncturels, on se souviendra que les chiffres de la production industrielle de la zone euro, publiés mardi, ont été particulièrement mauvais.

    Dans ce contexte pessimiste, les principaux indices boursiers européens ont fléchi. À Paris, le Cac 40  a perdu 0,08%. À Francfort, le Dax  a cédé 0,22%. À Londres, le FTSE 100  est parvenu à grappiller 0,03%.

    Parmi les valeurs en vue, ThyssenKrupp  a reculé de 1,78%. Le groupe sidérurgique a du mal à trouver un candidat à la présidence de son directoire après le départ d’Heinrich Hiesinger, qui a pris la poudre d’escampette au début du mois de juillet pour cause de divergences de vue sur la stratégie du groupe allemand. Jeudi soir, l’agence Reuters avait rapporté que le président de Lanxess, Matthias Zachert, ne serait pas disponible pour occuper le siège laissé vacant chez ThyssenKrupp. La direction du groupe industriel doit faire face à la fronde de fonds activistes qui réclament une restructuration plus rapide du conglomérat allemand.

    Le secteur sidérurgique en général a reculé, comme l’illustrent les baisses d’ArcelorMittal  (-0,71%) et Outokumpu  (-2,16%).

    LafargeHolcim  a perdu 1,93%. HSBC a réduit sa recommandation sur le titre du cimentier de "conserver" à "réduire". Son objectif de cours est passé de 59 à 40 francs suisses. Les analystes de la banque d’affaires pointent la réduction des objectifs de résultat opérationnel du groupe et les faibles résultats dans certains marchés émergents. LafargeHolcim reste en outre empêtré dans l’affaire de sa présence en Syrie contre paiements présumés à des groupes terroristes.

  • Clôture en Europe

    Bel 20: -0,19% à 3.768,50 points

    AEX: -0,62% à 552,95 points

    Cac 40: -0,08% à 5.344,93 points

    Dax: -0,22% à 12.210,55 points

    FTSE 100: +0,03% à 7.558,59 points

  • Elon Musk avoue ses difficultés, Tesla chute

    Tesla  est en nette baisse en ce début de séance à Wall Street. Son patron Elon Musk a concédé, dans une longue interview au New York Times, vivre "l'année la plus difficile et la plus douloureuse de sa carrière".

  • Au Canada, l'inflation s'envole

    3%
    L'inflation canadienne a grimpé plus que prévu en juillet, pour atteindre son niveau le plus élevé depuis septembre 2011
    L'inflation s'est élevée à 3,0% en juillet sur un an au Canada, poursuivant son envolée à la faveur de la flambée de l'énergie et des services, a indiqué vendredi l'institut de la statistique. Il faut remonter à septembre 2011 pour retrouver un taux aussi élevé, avec 3,2%, et les analystes tablaient sur un taux de 2,6% en juillet 2018.

  • Baisse surprise du moral des ménages américains

    Le moral des ménages américains s'est encore dégradé en août, montrent vendredi les résultats provisoires de l'enquête mensuelle de l'Université du Michigan.

    L'indice de confiance établi sur la base de cette enquête est tombé à 95,3 ce mois-ci, contre 97,9 en version définitive le mois précédent. Les économistes interrogés par Reuters l'attendaient à 98,0.

    Un magasin Target à Seattle, en 2015. ©Bloomberg

  • Le point après l'ouverture de la Bourse de New York

    Les marchés boursiers reculent, en Europe  comme aux Etats-Unis , les investisseurs s'inquiétant à nouveau pour la pérennité de la croissance économique.

    • Dans les premiers échanges, l'indice Dow Jones  perd 16,44 points, soit 0,06%, à 25.542,29 points.
    • Le Nasdaq Composite  cède 0,26% à 7.786,37 points.
    • Les tensions entres les Etats-Unis et la Turquie augmentent à nouveau. Résultat: la devise turque  recule de 5,29% à 6,1225 pour un dollar, mettant un coup d'arrêt à trois séances consécutives de hausse.
    • Dans le même temps, le marché espère toujours un apaisement entre la Chine et les Etats-Unis, ce qui fait pression sur le dollar. Par conséquent, l'euro  repasse la barre de 1,14 dollar.
    • Parmi les valeurs en vue, Nvidia  perd 3,41% après l'annonce de prévisions inférieures aux attentes pour le trimestre en cours.
    • Même cause et mêmes effets pour Applied Materials  qui chute de 8,54%.
    • Par contre, la chaîne de grands magasins Nordstrom  bondit de 10,35% au lendemain de l'annonce d'une croissance des ventes à données comparables plus forte qu'attendu et du relèvement de ses prévisions annuelles.
    • Sur le marché pétrolier, le Brent  prend 1,26% autour de 72,3 dollars et le brut léger américain  évolue au-dessus des 66 dollars.
  • Wall Street ouvre en baisse

    La Bourse de New York a entamé la séance de ce vendredi sur une note négative. Dans les premiers échanges, le Dow Jones  perd 0,05% et le Nasdaq  abandonne 0,25%.

  • Les sidérurgistes mal en point

    Les grands groupes sidérurgiques européens affichent de nettes baisses ce vendredi.

    Outre ThyssenKrupp , sanctionné pour ses difficultés à trouver un nouveau président pour son directoire (voir l'information postée ci-dessous à 13h), des actions telles qu'ArcelorMittal  et Outokumpu  figurent parmi les titres les plus sanctionnés du jour sur les marchés européens.

    De manière générale, les actions sensibles aux cycles conjoncturels font l'objet de dégagements ce vendredi, les investisseurs semblant s'inquiéter à nouveau pour la pérennité de la croissance économique.

  • La livre turque retombe, les marchés augmentent leurs pertes

    Les marchés européens et les contrats à terme sur Wall Street augmentent leurs pertes, dans la foulée du nouveau coup de mou de la livre turque face au dollar (-5,4% à 6,158 par dollar), avant un rapport de Standard & Poor's sur la note souveraine de la Turquie.

    Les investisseurs restent méfiants face à l'escalade des tensions entre la Turquie et les Etats-Unis et la menace de nouvelles sanctions.

    Amsterdam perd 0,9% et Francfort 0,61%. Paris, Bruxelles et l'indice DJ Stoxx 600 cèdent environ 0,4%.

    A Wall Street, l'indice Dow Jones et le S&P devraient reculer de l'ordre de 0,24% dans les premiers échanges.

    L'indice Nasdaq 100 est attendue en repli de 0,35%, après les résultats décevants des fabricants de puces Nvidia et Applied Materials .

  • Preview Agfa-Gevaert

    Agfa-Gevaert publie mercredi ses résultats semestriels avant l'ouverture des marchés.

    Ils ne devraient pas être très bons, selon les analystes qui anticipent une baisse de 5% du chiffre d'affaires sur les six premiers mois (-7% au premier trimestre et -4% au deuxième).

    Au premier trimestre, le groupe a été confronté à l'euro fort. Au deuxième, ce sont les coûts plus élevés de l'aluminium qui devraient avoir pesé sur le résultat opérationnel (attendu en baisse de 33%).

    A côté des résultats, les investisseurs regarderont aussi les progrès réalisés dans l'opération de scission des activités HealthCare IT (imagerie de soins de santé), destinées à être logées dans une structure légale à part au sein du groupe.

  • Wall Street attendue en baisse

    Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en léger repli, après la hausse marquée de la veille (+1,58% pour l'indice Dow Jones, sa hausse la plus marquée de la veile).

    L'indice Dow Jones devrait perdre 0,16%, le S&P 500 0,14% et l'indice Nasdaq 100 0,17%.

  • Les valeurs à suivre à Wall Street

    Deere & Co, Nvidia, Tesla...

    * APPLIED MATERIALS a publié des résultats trimestriels légèrement supérieurs aux attentes, mais le numéro un mondial des équipements de fabrication de semi-conducteurs a déçu les investisseurs avec des prévisions pour le trimestre en cours inférieures aux attentes. Dans des échanges en avant-Bourse, le titre reculait de 5,2%.

    * NVIDIA a annoncé des prévisions pour le trimestre en cours inférieur aux anticipations du marché, à cause entre autres de la baisse de l'activité liée au "minage" de cryptomonnaies. L'action du fabricant de semi-conducteurs perdait 4,1% dans les premiers échanges en avant-Bourse.

    * Dans le sillage d'Applied Materials et Nvidia, INTEL cède 0,4% en avant-Bourse et MICRON TECHNOLOGY 1,3%.

    * NORDSTROM - La chaîne de grands magasins haut de gamme gagne 9,4% en avant-Bourse au lendemain de l'annonce d'une croissance des ventes à données comparables plus forte qu'attendu et du relèvement de ses prévisions annuelles.

    * TESLA - SpaceX, la société aérospatiale fondée par Elon Musk, pourrait contribuer au financement du retrait de la Bourse du constructeur de voitures électriques, écrit le New York Times en citant plusieurs sources proches du dossier. Dans un entretien au quotidien, Elon Musk dit par ailleurs ne pas avoir l'intention de renoncer à son double mandat de président-directeur général de Tesla.

    * DEERE & CO - Le constructeur de machines agricoles et d'engins de construction a publié vendredi un bénéfice trimestriel inférieur aux attentes, conséquence de la hausse de ses coûts. Le titre perd 4,6% dans les échanges en avant-Bourse après ces annonces.

    * DEAN FOODS - Le titre du groupe de produits laitiers chute de 10,43% à 7,81 dollars dans les échanges en avant-Bourse après l'abaissement de la recommandation de JPMorgan à "sous-pondérer" contre "neutre" avec un objectif de cours ramené de neuf à six dollars.

  • Thyssenkrupp recule, le patron de Lanxess n'est pas disponible

    L'action Thyssenkrupp recule en réaction à une information selon laquelle le président du directoire de Lanxess Matthias Zachert n'est pas candidat pour prendre la tête du conglomérat industriel allemand.

    Thyssenkrupp traverse une passe difficile avec les départs coup sur coup de son président du directoire et du président du conseil de surveillance en juillet, se plaignant tous deux du manque de soutien des principales parties prenantes du groupe face aux critiques des fonds Cevian et Elliott qui réclament une réorganisation en profondeur de l'entreprise, voire son démantèlement.

  • L'essentiel de la matinée boursière

     

    Le commerce, l'Italie et la Turquie freinent les marchés

    1. Les indices actions européens reculent légèrement à la mi-séance. Si les investisseurs semblent rassurés par la perspective de la réouverture du dialogue sino-américain, ils s'inquiètent des menaces de nouvelles sanctions lancées par Donald Trump contre la Turquie ou encore de la politique budgétaire italienne.

    2. En milieu de séance, Amsterdam cède 0,53%, Bruxelles 0,40%, Francfort 0,39% et Paris 0,19%.

    3. Plusieurs des secteurs qui avaient bénéficié à plein du rebond de jeudi repartent à la baisse: l'indice Stoxx de l'automobile perd 0,89%, celui des banques 0,81% et celui des matières premières 0,8%.

    4. Le compartiment des valeurs technologiques lâche 0,46%, affecté par les replis des valeurs des semi-conducteurs après les prévisions inférieures aux attentes présentées jeudi soir par le groupe américain Applied Materials.

    5. Le spécialiste néerlandais du stockage et du transport de produits pétroliers et chimiques Vopak dégringole de 7,3%, après l'annonce d'une baisse de son Ebitda.

    6. Air France-KLM recule de 4,2%, le titre abandonnant une partie de ses gains des trois derniers jours après l'officialisation de l'arrivée du Canadien Benjamin Smith au poste de directeur général.

    7. Atlantia rebondit de 4% au lendemain de sa chute historique de plus de 22%, conséquence de la mise en cause du groupe d'infrastructures dans la catastrophe du pont Morandi à Gênes.

    8. AP Moeller Maersk gagne 3,8%, après l'annonce d'un projet de scission de ses activités de forage en mer. Le groupe danois prévoit aussi de distribuer à ses actionnaires l'essentiel de sa participation résiduelle dans Total.

    9. La monnaie unique s'échange à 1,1378 dollar après un pic à 1,1419 dollar ce matin.

  • "L'élan apporté aux marchés boursiers par des résultats du deuxième trimestre meilleurs que prévu, en particulier aux États-Unis et au Japon, est en train de diminuer, tandis que d'autres risques géopolitiques sont toujours présents: discussions budgétaires en Italie, escalade de la guerre commerciale, sanctions iraniennes et Brexit."
    Ewout van Schaick
    Directeur de la gestion multi-actifs de NN Group

  • Vopak, lanterne rouge de l'indice DJ Stoxx 600

    Vopak dégringole de 6%, deuxième plus forte baisse de l'indice paneuropéen DJ Stoxx 600.

    Le spécialiste néerlandais du stockage et du transport de produits pétroliers et chimiques a fait état ce matin d'une baisse de son excédent brut d'exploitation (Ebitda) trimestriel, conséquence d'un recul du taux d'utilisation de ses terminaux pétroliers.

  • L'inflation en zone euro confirmée à 2,1%

    Le taux d'inflation annuel dans la zone euro a accéléré en juillet pour atteindre 2,1%, a estimé vendredi l'Office européen des statistiques Eurostat, confirmant sa première estimation fin juillet.

    Cette accélération s'explique par la cherté de l'énergie.

    Ce chiffre est conforme aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset, qui tablaient sur 2,1%.

     

  • Les semi-conducteurs souffrent, Air France-KLM recule, A.P. Moeller-Maersk bondit

    1. Le compartiment des semi-conducteurs souffre quant à lui des prévisions inférieures aux attentes présentées jeudi soir par le groupe américain Applied Materials : STMicroelectronics (-1,39%) accuse le repli le plus marqué du CAC, Infineon perd 2,14% et ASML Holdings 0,82%.

    2. Air France-KLM abandonne 3,09% au lendemain de l'annonce officielle de l'arrivée prochaine à la direction générale de Benjamin Smith, l'actuel numéro deux d'Air Canada. Des gérants expliquent le recul du titre par la publication d'une note négative de Société générale avec une recommandation à "vendre".

    3. A la hausse, A.P. Moeller-Maersk gagne 4,82% après l'annonce d'un projet de scission de ses activités de forage en mer. Le groupe danois prévoit aussi de distribuer à ses actionnaires l'essentiel de sa participation résiduelle dans Total (+0,17%).

    4. Atlantia regagne 6,94% au lendemain de sa chute historique de plus de 22%, conséquence de la mise en cause du groupe d'infrastructures dans la catastrophe du pont Morandi à Gênes.

  • Le point sur les marchés

    Les marchés en mode prudence, l'euro remonte à 1,14 dollar

    1. Les principales Bourses européennes évoluent en ordre dispersé et proche de l'équilibre, la prudence face aux incertitudes persistantes sur le commerce international, la crise de la monnaie turque ou la politique budgétaire italienne les empêchant de profiter de l'élan donné par Wall Street la veille.

    2. Bruxelles gagne 0,24%, Paris 0,23% mais Amsterdam cède 0,16% tandis que Francfort (-0,08%) est stable. L'indice DJ Stoxx 600 est à l'équilibre (+0,04%).

    3. Les marchés chinois restent orientés à la baisse. Le SSE Composite de Shanghai a cédé 1,33%, portant à 4,52% son repli sur l'ensemble de la semaine. L'indice CSI 300 des principales capitalisations de Chine continentale a quant à lui abandonné 1,45% et fini à son plus bas niveau depuis le 26 septembre 2016.

    4. Sur le marché des changes, le dollar poursuit son repli, et l'euro en profite pour repasser le seuil de 1,14 dollar, contre moins de 1,13 au plus bas mercredi.

    5. La livre turque, dont la chute restera comme le fait marquant de la semaine, poursuit parallèlement son rebond contre le billet vert, mais sur un rythme désormais très prudent. Et à 5,80 pour un dollar, elle accuse toujours un recul de près de 18% depuis le début du mois.

  • Maersk va introduire en Bourse sa filiale de forages

    L'action AP Møller-Maersk bondit de près de 5% à la Bourse de Copenhague.

    Le géant maritime danois va introduire en Bourse sa filiale de forages, poursuivant son recentrage sur le transport, a-t-il annoncé vendredi, lors de la présentation de résultats trimestriels revenus de justesse dans le vert, avec un bénéfice net de 18 millions de dollars contre une perte de 269 millions un an plus tôt.

    "Pour ce qui est de Maersk Drilling, il a été décidé de viser une introduction sur le Nasdaq Copenhague en 2019", a indiqué Maersk dans son rapport trimestriel.

    L'activité pourrait valoir quelque 4,4 milliards de dollars, selon une estimation citée par l'agence Bloomberg.

  • Wirecard dépasse Deutsche Bank

    La fintech allemande spécialiste des services de paiement Wirecard vaut 21,8 milliards d'euros en Bourse, contre 20,4 milliards pour Deutsche Bank , la première banque allemande. La Commerzbank est loin derrière avec 10,26 milliards.

     

  • Avis de broker sur Kinepolis

    KBC Securities recommande toujours d'acheter l'action Kinepolis , mais l'objectif de cours est réduit à 63 euros contre 65 euros.

    L'avis de Guy Sips, analyste chez KBC Securities:

    "Nous révisions nos chiffres pour 2018 alors que le troisième trimestre sera impacté par la Coupe du monde et les températures extrêmes en Europe. Nous anticipons désormais un chiffre d'affaires de 467,8 millions d'euros pour 2018, un Ebitda de 121,5 millions et un bénéfice net de 46,9 millions. En conséquence, nous réduisons notre objectif de cours à 63 euros contre 65 euros. Nous maintenons toutefois notre recommandation d'achat, compte tenu de nos attentes d'un renforcement continu des piliers stratégiques et de l'innovation au niveau des produits".

  • "420 dollars signifiaient un meilleur karma que 419 dollars"

    A lire: l'interview d'Elon Musk, PDG de Tesla au New York Times. La semaine dernière Musk avait tweeté son projet de retirer son entreprise de la Bourse, précisant que les fonds nécessaires à l'opération étaient assurés.

    L'entretien suggère que Musk a déterminé le prix de 420 dollars un peu par hasard. Il souhaitait offrir une prime de 20% par rapport au cours de l'action. Mais le prix atteignait alors 419 dollars. Un niveau qu'il a décidé d'arrondir à 420 dollars.

    "Il me semblait que 420 dollars signifiaient un meilleur karma que 419 dollars", explique Musk.

    Le nombre "420" est également une référence à la marijuana dans les traditions de la contre-culture.

    "Je n'avais pas utilisé de drogues, que ce soit clair", dit Musk dans l'interview. "La drogue n'est pas propice à la productivité."

  • Atlantia: +2,73%

    Atlantia reprend 2,73% en début de séance après sa chute de plus de 22% jeudi suite à la catastrophe de Gênes.

  • Roularta: +2,15%

    L'action Roularta Media Group gagne 2,15% à l'entame de la séance, après la publication de ses résultats semestriels marqué par une importante réduction de valeur.

    Le groupe de presse Roularta qui a dégagé une plus-value de 150,3 millions d'euros suite à la cession de Medialaan a décidé de procéder à une réduction de valeur de 69,2 millions d'euros. Le résultat net se traduit par un bénéfice de 74,7 millions d'euros.

    Pour la deuxième partie de l’année Roularta s’abstient de fournir des perspectives en raison d’une "visibilité insuffisante et d’une forte volatilité concernant les revenus publicitaires pour tous les médias."

  • | Opening Bell |

    Les indices actions européens ouvrent sur une note proche de l'équilibre, dans un marché réticent à prendre des risques en attendant le dénouement de la crise turque et le rétablissement du dialogue américano-chinois.

    • Bruxelles: +0,04%
    • Amsterdam: -0,06%
    • Francfort: +0,02%
    • Paris: +0,16%
    • DJ Stoxx 600: +0,08%

  • Tokyo finit en hausse

    L'indice Nikkei de la Bourse de Tokyo clôture en hausse de 0,35%, profitant de l'élan donné la veille par Wall Street et des espoirs d'apaisement des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

    L'indice Topix, plus large, a pris 0,62% à 1.697,53 points.

    Le secteur des semi-conducteurs a toutefois souffert des prévisions jugées décevantes du groupe américain Applied Materials.

    Sur l'ensemble de la semaine, le Nikkei a reculé de 0,12%, sa troisième performance hebdomadaire négative d'affilée.

  • Le point avant l'ouverture des marchés

    Vers une ouverture prudente en Europe, avant l'inflation en zone euro

    1. Les principales Bourses européennes sont attendues pratiquement inchangées à l'ouverture dans le sillage de marchés asiatiques prudents, en dépit de la forte progression de Wall Street, les signes de détente sur le front du commerce international et le rebond de la livre turque restant à confirmer.

    2. Le CAC 40 à Paris, le Dax à Francfort et le FTSE 100 à Londres pourraient débuter en baisse marginale de deux points.

    3. Sur le marché des changes, le regain d'appétit pour le risque a pour principal effet d'interrompre la hausse du dollar, qui continue de s'éloigner du pic de plus de 13 mois atteint. L'euro en profite pour remonter à 1,1381 dollar.

    4. Les marchés financiers turcs attendent dans la journée le rapport de Standard & Poor's sur la note souveraine du pays.

    5. La journée sera marquée principalement par les chiffres définitifs de l'inflation en zone euro en juillet, à 11h, et par la première estimation de l'indice de confiance du Michigan aux Etats-Unis, à 16h.

  • Solides résultats semestriels pour Connect Group

    Connect Group , fournisseur pour le secteur de l'industrie de l’électronique, a connu un semestre solide. Le fabricant de circuits imprimés et de câbles électriques reste donc sur le mouvement de croissance initiée au deuxième semestre de l’année dernière. Grâce à l'expansion des usines en République tchèque et en Roumanie.

    Le chiffre d'affaires sur la période janvier-juin a bondi de 28% à 75,8 millions d'euros. Connect Group a attiré de nouveaux clients et les divisions câbles et électroniques se sont bien comportées.

    À un coût pratiquement stable, la marge brute est passée de 10,2% à 12,3%. Cela se traduit par un bénéfice d'exploitation (ebit) multiplié par six à 3 millions d'euros. Le bénéfice net de 2,4 millions d'euros a été multiplié par dix par rapport au premier semestre 2017. Le bénéfice par action est passé de 0,01 à 0,09 euro.

    Au cours du trimestre en cours, Connect utilisera 8.000 mètres carrés supplémentaires dans son usine roumaine. La croissance semble donc également assurée pour le reste de l'année.  Le fournisseur de sociétés telles qu'Alstom et Atlas Copco avertit néanmoins que la rareté du marché des composants et les fluctuations des taux de change peuvent influencer les résultats.

  • A suivre ce vendredi 17 août

    → ECONOMIE / FINANCE

    Etats-Unis
    • 16h Indice de confiance du Michigan / août

    Zone euro
    • 10h Comptes courants / juin
    • 11h Inflation  (définitif) / juillet

    → ENTREPRISES

    Belgique
    Résultats semestriels de :
    • Deceuninck (après Bourse)
    • Lotus Bakeries (après Bourse)
    • Roularta (avant Bourse)

    Danemark
    • AP Moeller-Maersk / résultats du T2

    Finlande
    • Rovio: résultats du T2

    Pays-Bas
    • Vopak: résultats du S1

  • Bonjour!

    Ceci démarre cette édition du Market Live de Lecho.be. Merci de nous suivre!

Plus sur Les Marchés

Contenu sponsorisé

Partner content